Challenge Destination Finlande - 19 janvier 2013
proposé par evertkhorus

Logo_Destination_Finlande

le_potagerdes_malfaiteurs le_potagerdes_malfaiteurs_p 

Denoël – mai 2011 – 354 pages

Folio – mai 2012 – 376 pages

traduit du finnois par Anne Colin du Terrail

Titre original : Hirttämättömien lurjusten yrttitarha, 1998

Quatrième de couverture :
L'inspecteur principal Jalmari Jyllänketo, la quarantaine sportive, est envoyé par la Sécurité nationale finlandaise dans l'ouest de la Laponie pour y enquêter sur un ancien kolkhoze reconverti en une florissante exploitation agricole spécialisée dans la culture biologique d'herbes aromatiques, de sapins de Noël et de champignons, et objet des plus folles rumeurs. 
L'inspecteur, promu contrôleur du ministère de l'Agriculture pour l'occasion, découvre peu à peu que les immenses champignonnières installées au fond d'une ancienne mine de fer sont en réalité un camp de travail forcé où la patronne de l'exploitation, une veuve au caractère bien trempé, séquestre de petits et gros malfrats ayant échappé aux griffes de la justice. 
Séduit par la philosophie de l'entreprise – et par la fille de la patronne, Sanna –, l'enquêteur s'embarque corps et âme dans cet étrange projet. 
Un roman drôle et haletant en forme de réflexion sur l'équité et sur les débordements de la volonté de justice.

Auteur : Arto Paasilinna est né en Laponie finlandaise en 1942. Successivement bûcheron, ouvrier agricole, journaliste et poète, il est l'auteur d'une vingtaine de livres, pour la plupart traduits en français et publiés chez Denoël où ils ont toujours rencontré un grand succès. Citons entre autres Le Meunier hurlant, Le Lièvre de Vatanen, Petits suicides entre amis ou encore Un homme heureux. 

Mon avis : (lu en janvier 2013)
Ce livre a été écrit par Arto Paasilinna en 1998, il n'a été traduit en français qu'en 2011.
Le nain de jardin facétieux de la couverture et le titre improbable du livre annonce parfaitement la couleur de l'histoire...
L'inspecteur principal Jalmari Jyllänketo est envoyé par la Sécurité nationale finlandaise dans l'ouest de la Laponie pour y enquêter sur l'exploitation agricole biologique l’Étang aux Rennes. Certaines rumeurs font part de disparitions de personnes. Jalmari est là incognito, se faisant passer pour un contrôleur bio. Il est accueilli extrêmement chaleureusement par le personnel de cet ancien kolkhoze. Il est accompagné pour la visite de l'exploitation qui est spécialisée dans la culture d'herbes aromatiques, la production de sapins de Noël et de champignons dans une ancienne mine de fer reconvertie en champignonnière...
Cette exploitation semble tourner sans aucun problème et rien ne semble appuyer les folles rumeurs de disparitions. Appréciant son séjour et en particulier l'accueil que lui a réservé Sanna la fille de la propriétaire, Jalmari Jyllänketo prolonge son séjour et va découvrir les méthodes de recrutement un peu particulière de la main d’œuvre des lieux...
Comme d'habitude, l'auteur nous entraîne dans une histoire décalée, pleine d'humour, de fantaisie et de loufoquerie, aux situations les plus extravagantes et aux rebondissements inattendus...
C'est roman à la fois drôle et haletant qui nous fait réfléchir sur la justice et ses débordements... 

Merci à Natiora qui m'a offert ce livre lors du Swap Nordique - édition de Noël organisé par Myiuki22.

Extrait : (début du livre)
Belle bâtisse ! L'inspecteur principal de la Sécurité nationale finlandaise Jalmari Jyllänketo laissa courir son regard sur le fier kolkhoze de l'Étang aux Rennes, construit dans les années cinquante dans le canton lapon de Turtola. Le bâtiment principal, haut de deux étages, long de trente mètres et large de près de quinze, était peint en rouge comme toute Maison du Prolétariat. Les cornières et les encadrements de fenêtre étaient blancs, les portes noires.
La construction se dressait sur une petite éminence sablonneuse plantée de grands pins. La cour, à l'arrière, était entourée de plusieurs autres bâtiments, dont de vastes hangars et une rangée de logements de plain-pied, en partie dissimulée par un bosquet. Un peu à l'écart, un chien de chasse à l'ours au pelage noir aboyait furieusement, perché sur le toit de sa niche rouge. Il sauta de son observatoire et fit mine d'attaquer le visiteur, ne s'arrêtant, l'air féroce, que juste avant d'être étranglé par sa laisse.
Jalmari Jyllänketo était un homme de terrain, âgé d'une quarantaine d'années. Avec son mètre soixante-dix-huit, ses quatre-vingt-dix kilos et ses cheveux blonds, il avait tout du Finlandais moyen - avantage utile quand il s'agissait de mener de discrètes investigations dans le pays. Pour un policier, il était d'un caractère plutôt accommodant et observait volontiers les gens, les choses et la vie. Il procédait sans états d'âme aux arrestations et prenait même un certain plaisir, proche de l'ivresse de la chasse, à dire « suivez-mo i» aux individus suspectés de haute trahison.
Jyllänketo était venu de Helsinki pour enquêter sur le domaine de l'Étang aux Rennes, où l'on pratiquait la culture biologique d'herbes aromatiques. Au fil des ans, toutes sortes de rumeurs étaient parvenues aux oreilles de la Sécurité nationale. Les dénonciateurs prétendaient que des gens avaient disparu sur les terres de l'exploitation.
Jyllänketo regarda le paysage qui s'étendait devant lui. De sombres sapinières arctiques encadraient une immense plaine cultivée. Dans le ciel serein voguaient de légers nuages d'altitude. L'air était saturé du chant ininterrompu de milliers d'oiseaux migrateurs. Juin commençait à peine, mais les champs verdoyaient déjà et le vent était chargé d'effluves parfumés. L'inspecteur principal estima la superficie de l'exploitation à plusieurs centaines d'hectares. À l'orée des noirs sapins, deux tracteurs labouraient la terre, laissant sur leur passage des sillons brun foncé d'où montait de la vapeur. Derrière les machines agricoles, une nuée de travailleurs s'affairaient, sûrement à repiquer des plants.
Jyllänketo s'assit sur le perron du bâtiment principal, sortit son ordinateur portable de sa valise, l'alluma et, quand l'écran s'éclaira, se mit à écrire :
« Turtola, mardi 3 juin.
« Je suis arrivé en Laponie ce matin vers onze heures, après avoir passé la nuit à Oulu. Le temps est sec, la température d'environ dix degrés. L'endroit semble paisible. Les gens sont aux champs pour les travaux de printemps. Je n'ai encore parlé à personne d'ici. »

 

Déjà lu du même auteur :

le_lievre_de_Vatanen  Le lièvre de Vatanen  prisonnier_paradis Prisonniers du paradis

la_cavale_du_g_om_tre La cavale du géomètre  un_homme_heureux Un homme heureux  

la_douce_empoisonneuse_2 La douce empoisonneuse Petits_suicides_entre_amis_2 Petits suicides entre amis 

le_meunier_hurlant Le meunier hurlant le_bestial_serviteur Le bestial serviteur du pasteur Huuskonen

le_cantique_de_l_apocalypse Le Cantique de l'apocalypse joyeuse   sang_chaud__nerfs_d_acier Sang chaud, nerfs d'acier

les_dix_femmes_de_l_ing_nieur Les dix femmes de l'industriel Rauno Rämekorpi

 

Lu dans le cadre du Challenge Petit BAC 2013
petit_bac_2013
"Lieu"

logo_challenge_obj_pal_swap
Année 2013 : 2/29

 Challenge Voisins, voisines

voisins_voisines_2013
Finlande

 Lu dans le cadre du  Défi Scandinavie blanche
dc3a9fi_scandinavie_blanche

Finlande 

 Challenge Littératures Nordiques

litterature_nordique

Le billet a été écrit il y a quelques jours, mais le temps chez moi est depuis mercredi raccord avec la destination... Froid et neige...

P1000766_30 P1000768_30
Mercredi

P1000774_20
Ce matin...