A propos de livres...

28 juillet 2015

Les amandes vertes, Lettres de Palestine - Anaële et Delphine Hermans

les amandes vertes Warum - janvier 2011 - 120 pages

Quatrième de couverture :
Au printemps 2008, Anaële Hermans quitte la Belgique pour s'installer à Bethléem. Elle part y travailler comme volontaire auprès de jeunes Palestiniens. Pendant ce séjour, elle échange de nombreuses lettres avec sa soeur, Delphine, restée à Liège. Les deux soeurs se disent complémentaires : Anaële aime raconter des histoires, et Delphine dessine. Douze lettres composent cet album, au long duquel nous suivons Anaële de check-point en mariages, sur les plages d'Israël et sous les miradors, explorant ces deux mondes si proches et si lointains. Un témoignage intime, atypique et rafraîchissant.

Auteurs : Anaële & Delphine vivent en Belgique et font toutes deux de l'animation... L'une dans l'animation graphique (le dessin animé) et l'autre dans l'animation socio-culturelle.

Mon avis : (lu en juillet 2015)
Anaële et Delphine sont soeurs, l'une écrit, l'autre dessine. Lorsqu'Anaële est partie travailler 10 mois à Bethléem comme volontaire auprès de jeunes Palestiniens, elles ont eu l'idée de raconter ce séjour à travers des lettres qu'elles échangeaient entre la Palestine et la Belgique. Un témoignage intéressant sur le quotidien d'Anaële en Palestine, sur ses rencontres et sur son travail de Volontaire, sur la situation politique en 2008.

Ayant déjà déjà lu et beaucoup aimé Chroniques de Jérusalem de Guy Delisle, je n'ai pas pu m'empêcher de faire la comparaison entre les deux bandes dessinées et même si j'ai bien apprécié j'ai trouvé celle de Guy Delisle plus documentée. 

Extrait : 

9782915920581_p_1 9782915920581_p_2

9782915920581_p_3 9782915920581_p_4

9782915920581_p_5 9782915920581_p_6

9782915920581_p_7 9782915920581_p_8

9782915920581_p_9


Posté par aproposdelivres à 06:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 juillet 2015

C'est lundi, que lisez-vous ? [223]

93122062

C'est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane  

Qu'est-ce que j'ai lu cette semaine ? 

temps glacières Couv_216607 Cette nuit

Temps glacières – Fred Vargas
Cet été-là - Jillian Tamaki et Mariko Tamaki 
Cette nuit, je l'ai vue - Drago Jancar


Qu'est-ce que je lis en ce moment ?

Les nuits de Reykiavik - Arnaldur Indridason
Un bonheur si fragile : L'engagement - Michel David (partenariat Babelio)

Que lirai-je la semaine prochaine ?

Macadam - Jean-Paul Didierlaurent (partenariat Au Diable Vauvert)
Dans les eaux du lac interdit - Hamid Ismaïlov (partenariat Denoël)

Bonnes lectures et bonne semaine !

Posté par aproposdelivres à 06:35 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
25 juillet 2015

Cette nuit, je l'ai vue - Drago Jancar

Cette nuit Phébus - janvier 2014 - 240 pages

traduit du slovène par Andrée Lück-Gaye

Titre original : To noč sem jo videl, 

Quatrième de couverture :
Veronika Zarnik est de ces femmes troublantes, insaisissables, de celles que l'on n'oublie pas. Sensuelle, excentrique, éprise de liberté, impudente et imprudente, elle forme avec Léo, son mari, un couple bourgeois peu conventionnel aux heures sombres de la Seconde Guerre mondiale, tant leur indépendance d esprit, leur refus des contraintes imposées par l'Histoire et leur douce folie contrastent avec le tragique de l'époque.
Une nuit de janvier 1944, le couple disparaît dans de mystérieuses circonstances, laissant leur entourage en proie aux doutes. Qui était vraiment Veronika ? Quelle fut vraiment sa vie ? Que cachait-elle ?
Cinq proches du couple tentent alors de cerner l'énigmatique jeune femme et délivrent, par fragments, les nombreuses facettes de sa personnalité, et ainsi reconstruisent son histoire, celle de son mari et celle de la Slovénie. Une Veronika Zarnik est de ces femmes troublantes, insaisissables, de celles que l'on n'oublie pas. Sensuelle, excentrique, éprise de liberté, impudente et imprudente, elle forme avec Leo, son mari, un couple bourgeois peu conventionnel aux heures sombres de la Seconde Guerre mondiale, tant leur indépendance d'esprit, leur refus des contraintes imposées par l'Histoire et leur douce folie contrastent avec le tragique de l'époque.
Une nuit de janvier 1944, le couple disparaît dans de mystérieuses circonstances, laissant leur entourage en proie aux doutes. Qui était vraiment Veronika ? Quelle fut vraiment sa vie ? Que cachait-elle ?
Cinq proches du couple tentent alors de cerner l'énigmatique jeune femme et délivrent, par fragments, les nombreuses facettes de sa personnalité, et ainsi reconstruisent son histoire, celle de son mari et celle de la Slovénie. Une oeuvre polyphonique magistrale !

Auteur : Drago Jancar est né le 13 avril 1948 à Maribor en Slovénie. Après des études de droit, il devient rédacteur en chef du journal des étudiants, Katedra. Opposé au régime communiste et à ses gouvernants, il connaît la prison. Scénariste, puis éditeur, il se consacrera ensuite avec génie au roman et à la nouvelle avec des oeuvres telles que : L'élève de Joyce (2003), Aurore boréale (2005), Katarina, le paon et le jésuite (2009) et Des bruits dans la tête (2009).

Mon avis : (lu en juillet 2015)
J'ai décidé de découvrir ce roman grâce à la blogosphère et pour le Challenge Voisins Voisines... C'est la première fois que je lis un livre slovène !
C'est un roman construit comme un roman policier. Veronika et son mari Leo ont disparu lors d'une nuit de janvier 1944 dans des circonstances mystérieuses. Qui était Veronika, cette femme troublante, inoubliable ? Que c'est-il vraiment passé la nuit de sa disparition ? Ce sont cinq narrateurs qui se succèdent pour raconter cette histoire. 
En premier, il y a Stevo, un modeste officier de l'armée royale yougoslave, en 1937 il rencontre Veronika, grande bourgeoise slovène, libre, il est son professeur d'équitation, et devient son amant. Pour Stevo, Veronika quitte son mari et son statut social, ensemble ils se retrouveront au fin fond de la Serbie, loin de Ljubljana dans dans une petite ville de garnison. Et malgré leur amour, Veronika retournera bientôt auprès de son époux. Le deuxième narrateur est Mme Josipina, la mère de Veronika, depuis la fin de la guerre, elle vit seule : son époux est décédé, Veronika et son mari ont disparus cette fameuse nuit et elle voudrait comprendre. Puis c'est au tour du docteur Horst Hubermayer, médecin militaire allemand, invité et ami du couple disparu de faire son récit. Le quatrième narrateur, Jozi, est la gouvernante du manoir, elle était présente le soir de la disparition de ses patrons et pour finir c'est Ivan Jeranek, un paysan slovène employé au manoir, qui depuis l'invasion de la Slovénie par l'armée du Reich, appartient au maquis. Tour à tour, ils compléteront peu à peu l'histoire. Le lecteur découvre non seulement l'histoire de Veronika, mais également celle de son pays, de l'Europe centrale, durant la Seconde Guerre Mondiale. 
Un beau roman, à la fois dramatique et nostalgique qui dénonce l'absurdité de la guerre.

Extrait : (début du livre)
Cette nuit, je l’ai vue comme si elle était vivante. Après avoir traversé la baraque, elle s’est avancée entre les châlits où mes camarades respiraient calmement dans leur sommeil. Elle s’est arrêtée à ma hauteur, m’a regardé un moment l’air pensif, un peu absent, comme toujours lorsqu’elle ne pouvait pas dormir et qu’elle errait dans notre appartement à Maribor, elle s’est arrêtée devant la fenêtre, s’est assise sur le lit, puis elle est retournée vers la fenêtre. Qu’y a-t-il, Stevo? a-t-elle dit, toi non plus, tu ne peux pas dormir? Sa voix était sourde, grave, presque masculine, légèrement voilée, absente comme son regard. J’ai été surpris quand j’ai reconnu sa voix, si distinctement sienne, qui s’était perdue avec les années quelque part dans le lointain. Sa silhouette, je pouvais la faire réapparaître à tout moment, ses yeux, ses cheveux, ses lèvres, oui, son corps aussi qui s’était tant de fois écroulé, essoufflé, à mes côtés, mais je ne parvenais plus à entendre sa voix; quand on ne voit pas quelqu’un pendant longtemps, c’est sa voix qui disparaît la première, son timbre, sa couleur et son intensité. Il y a très longtemps que je ne l’avais pas vue, combien de temps? au moins sept ans, me suis-je dit. J’ai frissonné. Pourtant, dehors, c’était la dernière nuit de mai et le printemps touchait presque à sa fin, le printemps de cette terrible année 1945, et alors que tout annonçait déjà l’été, qu’il faisait chaud dehors, et que la chaleur des corps des hommes respirant et suant rendait l’air du baraquement presque étouffant, j’ai frissonné à cette pensée. Sept ans. Dans sept longues années, chantait autrefois ma Veronika, dans sept longues années, nous nous reverrons, quand elle était triste, elle chantait cet air populaire slovène qu’elle aimait particulièrement et elle me regardait du même air absent que ce soir, seul le Dieu du ciel sait quand sept années auront passé. J’aurais voulu lui dire, c’est bien que tu sois venue, même si c’est au bout de sept ans, Vranac est toujours avec moi, si tu veux le voir, j’aurais voulu lui dire, il est là-bas, derrière l’enclos, avec les chevaux des autres officiers, il a la vie belle, il peut courir dans la prairie, il n’a pas besoin de rester à l’écurie, il est en bonne compagnie, même si ta main lui manque à lui aussi… comme elle me manque à moi, c’est ce que j’aurais voulu lui dire, mais ma voix est restée dans ma gorge, un son gargouillant et sourd est sorti de ma bouche à la place des mots que je voulais prononcer. J’aurais voulu lui dire, je pensais que tu vivais dans un manoir au milieu des montagnes slovènes, est-ce que tu montes un peu dans les environs? J’ai tendu la main pour toucher ses cheveux, mais elle a reculé, je vais m’en aller maintenant, a-t-elle dit, tu sais bien, Stevo, que je ne peux pas rester. Je savais bien qu’elle ne pouvait pas rester, tout comme elle n’avait pas pu rester il y a sept ans, quand elle avait quitté pour toujours notre appartement de Maribor; si elle n’avait pas pu rester là-bas, comment aurait-elle pu rester ici, dans la baraque d’un camp de prisonniers, parmi les officiers de l’armée royale endormis sur qui veillait, accrochée au mur, près de la porte, la photographie d’un jeune roi en uniforme de lieutenant de la garde, la main posée sur son sabre, la photographie d’un roi dépossédé de son royaume au milieu de ses fidèles sujets dépossédés de leur patrie. À ce moment-là, un cheval a henni bruyamment, je suis presque sûr que c’était Vranac, peut-être était-elle passée le voir lui aussi, avant de partir pour toujours, peut-être était-ce de joie quand il l’avait sentie à proximité, quand elle avait probablement, comme elle le faisait toujours, posé sa main sur ses nasaux en disant, Vranac, maintenant je vais te seller. 

Challenge Voisins Voisines 2015
voisins voisines 2015
Slovénie

Posté par aproposdelivres à 19:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
24 juillet 2015

Cet été-là - Jillian Tamaki et Mariko Tamaki

Couv_216607 Rue de Sèvres - avril 2014 - 317 pages

Quatrième de couverture :
Rose et Windy se connaissent depuis l’enfance. Elles se retrouvent chaque été au lac Awago où leurs familles louent des cottages. Cet été là, elles ont 13 ans et 11 ans et demi, passent leurs journées à se baigner, à faire des barbecues en famille et regardent des films d’horreur en cachette. Mais surtout, elles partagent les mille questions de l’entrée dans l’adolescence. Une étroite différence d’âge, suffisante à cet étape charnière pour que leurs préoccupations diffèrent : Rose suit avec beaucoup d’intérêt les démêlés d’un groupe d’ados plus âgés, Windy aime encore jouer. Chacune d’elle se débat en parallèle avec ses problématiques familiales. Une plongée toujours fine et juste dans l’adolescence.

Auteurs : Mariko Tamaki est une romancière et musicienne canadienne. Outre Skim, célèbre roman graphique qu'elle avait déjà co-écrit avec Jillian Tamaki, elle a aussi publié des essais et des oeuvres de fiction, dont le roman pour jeunes adultes (You) Set Me on Fire. Son court-métrage, Happy 16th Birthday Kevin, a été diffusé pour la première fois au festival Inside Out de Toronto en mai 2013.
Jillian Tamaki est une illustratrice et dessinatrice canadienne installée dans le quartier de Brooklyn, à New York. Elle est l'auteur de deux livres dont Skim, avec Mariko Tamaki, et de la bande dessinée SuperMutant Magic Academy diffusée en ligne.

Mon avis : (lu en juillet 2015)
Rose et Windy se retrouvent chaque année pour les vacances d'été au lac Awago. Leurs familles respectives louent des petites maisons. Cet été là, Rose a 13 ans et Windy 11 ans, elles sont très complices et passent leurs vacances en échappant aux parents... Baignades, ballades et jeux sont leurs activités préférées, elles visionnent également des films d'horreur en cachette ! Elles sont à des âges charnières et leurs intérêts et questionnement ne sont plus toujours en phase. Rose est devenue une jeune adolescente qui commence à s'intéresser aux activités d'adolescents plus âgés, elle est aussi troublée par le comportement de ses parents, sa mère est déprimée. Windy, 11 ans, est encore une enfant attirée par les jeux ou les bonbons et les glaces... 
Des sujets importants comme les relations entre adolescents, l'éveil à la sexualité, les relations parents-enfants ou la dépression sont traités avec délicatesse. 
Les dessins en noir et blanc sont très réussis et les textes très justes et sensibles. Un très joli moment de lecture !

Extrait : 

PlancheA_216607

140515175208_0003-e1400170070872

140515175208_0004-e1400169999331

 This-One-Summer-181

cet-c3a9tc3a9-lc3a0-p37

cet-c3a9tc3a9-lc3a0-p225

 

 

Posté par aproposdelivres à 06:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
22 juillet 2015

Temps glacières – Fred Vargas

temps glacières Flammarion - mars 2015 - 497 pages

Quatrième de couverture :
"Adamsberg attrapa son téléphone, écarta une pile de dossiers et posa les pieds sur sa table, s'inclinant dans son fauteuil. Il avait à peine fermé l'oeil cette nuit, une de ses soeurs ayant contracté une pneumonie, dieu sait comment. La femme du 33 bis ? demanda-t-il. Veines ouvertes dans la baignoire ? Pourquoi tu m'emmerdes avec ça à 9 heures du matin, Bourlin ? D'après les rapports internes, il s'agit d'un suicide avéré. Tu as des doutes ? Adamsberg aimait bien le commissaire Bourlin. Grand mangeur grand fumeur grand buveur, en éruption perpétuelle, vivant à plein régime en rasant les gouffres, dur comme pierre et bouclé comme un jeune agneau, c'était un résistant à respecter, qui serait encore à son poste à cent ans. Le juge Vermillon, le nouveau magistrat zélé, est sur moi comme une tique, dit Bourlin. Tu sais ce que ça fait, les tiques ?".

Auteur : Fred Vargas est née en 1957, il s'agit là de son nom de plume pour l'écriture de romans policiers. Passionnée d'archéologie, pendant toute sa scolarité, elle ne cesse d'effectuer des fouilles. Elle suit des études d'histoire, s'intéresse premièrement à la Préhistoire puis choisit d'orienter son parcourt sur le Moyen-Âge. Fred Vargas a quasiment créé un genre romanesque : le Rompol. Avec 13 romans à son actif, tous parus aux Éditions Viviane Hamy, elle a été primée à plusieurs reprises notamment pour Pars vite et reviens tard qui se voit récompensé du Grand Prix des Lectrices de ELLE en 2002, du Prix des libraires et du Deutscher Krimipreis (Allemagne). Fred Vargas a su créer des personnages étonnants et attachants. Le plus célèbre des commissaires vargassiens, Jean-Baptiste Adamsberg, et son acolyte, Adrien Danglard, constituent des personnages récurrents des ouvrages de l'auteur. Les livres de Fred Vargas sont traduits dans une quarantaine de pays et sont adaptés au cinéma ou la télévision.

Mon avis : (lu en juillet 2015)
Étant une inconditionnelle de Fred Vargas, lorsque j’ai appris qu’elle sortait un nouveau livre, après plus de quatre années d'absence, j’étais vraiment impatiente de le découvrir. J’ai eu l’occasion de voir l’émission de La Grande Librairie où Fred Vargas était invitée et la promotion sur son livre a été plutôt bizarre... J'avais donc un peu peur de découvrir cette nouvelle aventure d'Adamsberg. J'avais tort, car cette enquête difficile d'Adamsberg et son équipe est très réussie.
Cela commence par plusieurs morts maquillés en suicide avec la présence d'un mystérieux dessin laissé à côté de chaque victime par un tueur en série... Adamsberg explore alors deux pistes : les premières victimes ont participé, dix ans auparavant, à un voyage en Islande où ils ont été prisonniers de la brume sur une petite île pendant plusieurs jours, elles sont également membres de la société des "amis de Robespierre" et participent à des reconstitutions en costumes des séances des assemblées pendant l'époque de la Terreur. Adamsberg hésite, son équipe est partagée et un soupçon de rébellion apparaît... Tout est là pour captiver et pour tenir en haleine le lecteur !

Extrait : (début du livre)
Plus que vingt mètres, vingt petits mètres à parcourir avant d'atteindre la boîte aux lettres, c'était plus difficile que prévu. C'est ridicule, se dit-elle, il n'existe pas de petits mètres ou de grands mètres. Il y a des mètres et voilà tout. Il est curieux qu'aux portes de la mort, et depuis cette place éminente, on persiste à songer à de futiles âneries, alors qu'on suppose qu'on énoncera quelque formule d'importance, qui s'inscrira au fer rouge dans les annales de la sagesse de l'humanité. Formule qui sera colportée ensuite, de-ci de-là : « Savez-vous quelles furent les dernières paroles d'Alice Gauthier ? »
Si elle n'avait rien à déclarer de mémorable, elle avait néanmoins un message décisif à porter, qui s'inscrirait dans les annales ignobles de l'humanité, infiniment plus vastes que celles de la sagesse. Elle regarda la lettre qui tremblait dans sa main.
Allons, seize petits mètres. Depuis la porte de son immeuble, Noémie la surveillait, prête à intervenir au premier vacillement. Noémie avait tout tenté pour empêcher sa patiente de s'aventurer seule dans la rue, mais le très impérieux caractère d'Alice Gauthier l'avait vaincue.
— Pour que vous lisiez l'adresse par-dessus mon épaule ?
Noémie avait été offensée, ce n'était pas son genre.
— C'est le genre de tout le monde, Noémie. Un de mes amis – un vieux truand par ailleurs –, me disait toujours : « Si tu veux garder un secret, eh bien garde-le. » Moi, j'en ai gardé un longtemps, mais il m'embarrasserait pour grimper au ciel. Encore que, même ainsi, mon ciel n'est pas gagné. Débarrassez-moi le plancher, Noémie, et laissez-moi aller.

Avance bon sang, Alice, ou Noémie va courir vers toi. Elle s'appuya sur son déambulateur, se poussa sur neuf mètres, huit grands mètres au moins. Dépasser la pharmacie, puis la laverie, puis la banque, et elle y serait, à la petite boîte postale jaune. Alors qu'elle commençait à sourire de son succès proche, sa vue se brouilla et elle lâcha prise, s'effondrant aux pieds d'une femme en rouge qui la reçut dans ses bras en poussant un cri. Son sac se répandit au sol, la lettre s'échappa de sa main.
La pharmacienne accourut, interrogeant, palpant, s'activant, tandis que la femme en rouge rangeait dans le sac à main les objets éparpillés, puis le déposait à ses côtés. Son rôle éphémère s'achevait déjà, les secours étaient en route, elle n'avait plus rien à faire là, elle se remit debout et recula. Elle aurait aimé se rendre encore utile, exister un peu plus sur la scène de l'accident, donner au moins son nom aux pompiers qui débarquaient en force, mais non, la pharmacienne avait tout pris en main, avec l'aide d'une femme affolée qui disait être la garde-malade : elle criait, pleurait un peu, Mme Gauthier avait absolument refusé qu'elle l'accompagne, elle habitait à un jet de pierre, au 33 bis, elle n'avait commis aucune négligence. On chargeait la femme sur un brancard. Allons ma fille, cela ne te regarde plus.
Si, pensa-t-elle en reprenant son chemin, si, elle avait vraiment fait quelque chose. En retenant la femme dans sa chute, elle avait évité que sa tête ne frappe le trottoir. Peut-être lui avait-elle sauvé la vie, qui pouvait prétendre le contraire ?

 

 

Posté par aproposdelivres à 06:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,