Lecture Commune 
lecture_commune

"Un livre de Joyce Carol Oates"

le_myst_rieux_Mr_Kidder

Philippe Rey - mars 2013 - 235 pages

traduit de l'anglais (États-Unis) par Claude Seban

Titre original : A Fair Maiden, 2009

Quatrième de couverture :
Lolita postmoderne, Katya Spivak oscille entre la naïveté de ses seize ans et le cynisme d'une gamine élevée à la dure. Et, quand le vieux et distingué Mr Kidder l'aborde courtoisement, alors qu'elle a le nez collé à une vitrine de dessous sexy, elle réagit avec la méfiance polie qui convient. Pourtant, au fil des jours et de leurs rencontres, la jeune fille au pair en mal d'affection se laisse séduire par le charme et la générosité désintéressée que déploie à son égard cette sorte de grand-père de substitution.

Mais, derrière sa richesse, ses manières impeccables, ses talents artistiques, sa grande maison vide, ses tableaux bizarres, sa gouvernante et son chauffeur discrets, qui est le mystérieux Mr Kidder ? 
Joyce Carol Oates, on le sait, excelle à faire cheminer ses prétendus contes de fées - et ses lecteurs - sur des sentiers incertains frangés d'une sourde terreur. Elle nous en donne ici une fois de plus la preuve avec, au bout du malaise, la récompense d'un épilogue déconcertant...

Auteur :  Joyce Carol Oates est née en 1938 à l'ouest du lac Erié. Son père travaillait pour la General Motors. Elle passe une enfance solitaire face à sa soeur autiste et découvre, lorsqu'elle s'installe à Detroit au début des années 60, la violence des conflits sociaux et raciaux. Membre de l'Académie américaine des arts et des lettres depuis 2008, professeur de littérature anglaise à Princeton. Titulaire de multiples et prestigieuses récompenses littéraires (elle figure depuis des années sur la courte liste des Nobélisables), Joyce Carol Oates figure depuis longtemps au premier rang des écrivains contemporains. Elle a reçu le prix Femina étranger en 2005 pour Les Chutes.

Mon avis : (lu en septembre 2013)
Avec la première phrase "Cela commença innocemment. Alors que Katya Spivak avait seize ans et Marcus Kidder, soixante huit.", le ton du livre est donné... Ce livre est l'histoire de la relation étrange qui se noue entre Katya Spivak et Marcus Kidder.

Katya a seize ans, elle vient d'un milieu très modeste avec une famille absente. Pour l'été, elle a été embauchée dans une ville balnéaire loin de chez elle, comme nounou de deux petits enfants d'une famille bourgeoise. Une après-midi, alors qu’elle contemple la vitrine d’un magasin de lingerie, un vieil homme distingué lui glisse à l’oreille : "Et que choisiriez-vous, s’il vous était accordé un souhait ? ". Elle est surprise et gênée mais lui répond malgré tout poliment. Elle est à la fois méfiante et attendrie qu'on puisse lui porter une réelle attention.
Marcus est un homme cultivé, artiste et riche. Comme l'indique le titre du livre Marcus est mystérieux, il ne se dévoile pas beaucoup et c'est très tardivement qu'il expliquera ce qui l'attire chez Katya. Le lecteur émet peu à peu certaines hypothèses qui s'avèreront vraies ou fausses... Katya et Marcus sont très différents non seulement au niveau de l'âge mais également au niveau social et éducatif. Même méfiante, Katya est malgré tout attirée par cet homme qui pourrait être son grand père.
Tout au long du livre et jusqu'aux toutes dernières pages, Joyce Carol Oates maintient un suspense et une certaine tension. Tout au long du livre le lecteur se pose des questions sur ces deux personnages. Pourquoi Monsieur Kidder a-t-il abordé Katya ? Qu'attend il d'elle ? Pourquoi Katya est-elle attirée par Monsieur Kidder ?
La conclusion est à la fois surprenante et dérangeante... Une très belle découverte.

Extrait : (début  du livre)
Cela commença innocemment. Alors que Katya Spivak avait seize ans et Marcus Kidder, soixante-huit.
À Bayhead Harbor, New Jersey, dans la chaleur épaisse d'une fin de matinée, promenant dans son landau le bébé de dix mois des Engelhardt et tenant par la main Tricia, leur fille de trois ans, elle passait devant les boutiques prestigieuses et féeriques d'Océan Avenue - Bridai Shoppe, Bootery, Wicker House, Ralph Lauren, Lily Pulitzer, Bijoux Crowne, Place Setting, Pandora's Gift Box, Lingerie fine Prim Rose Lane - quand, alors qu'elle s'arrêtait pour admirer la vitrine de Prim Rose Lane, une voix résonna soudain à son oreille : «Et que choisiriez-vous, s'il vous était accordé un souhait ?»
Ce qui la frappa fut l'expression désuète : accorder un souhait. Comme dans un conte de fées.
À seize ans, elle était trop vieille pour croire aux contes de fées ; elle croyait en revanche à ce que pouvait promettre une voix masculine cordiale parlant de souhait.
Le sourire aux lèvres, elle se retourna. À Bayhead Harbor, commencer par un sourire était généralement une bonne idée. Car il était possible qu'elle connaisse cette personne, qui l'avait suivie, marchant à son allure à la limite de son champ de vision, et ne la dépassant pas comme les autres piétons quand elle s'attardait devant une vitrine. À Bayhead Harbor, où tout le monde était si aimable, il était naturel de se tourner en souriant même vers un inconnu, et elle fut un peu déçue de découvrir que cet inconnu était un vieux monsieur distingué aux cheveux blancs, vêtu d'une veste sport en seersucker couleur de melon mûr, d'une chemise et d'un pantalon en velours d'un blanc immaculé, et chaussé de mocassins de bateau, également blancs. Il avait des yeux d'un bleu de glace, fripés aux commissures par des années de sourire. À la façon d'un personnage romantique des vieilles comédies musicales de Hollywood - Fred Astaire ? Gene Kelly ? - il s'appuyait sur une canne d'ébène sculptée.
«Eh bien ! J'attends, ma chère. Quel est votre souhait ?»
La vitrine de Prim Rose Lane présentait des articles si soyeux et si intimes qu'il semblait très étrange que n'importe qui puisse les regarder, et plus perturbant encore d'être surpris à le faire. Katya y avait contemplé un caraco et une culotte de dentelle rouge - en soie, sexy, ridiculement chers - portés par un mannequin blond à la minceur élégante et au beau visage inexpressif, mais ce fut une chemise de nuit de mousseline blanche à parements de satin, de style victorien, présentée sur un mannequin aux cheveux nattés, qu'elle désigna. «Ça, dit-elle.
- Ah ! Votre goût est impeccable. Mais ne regardiez-vous pas autre chose ? Comme je vous le disais, ma chère, le choix vous appartient.»
Ma chère. Katya eut un rire hésitant. Personne ne parlait comme cela ; à la télé, dans les films, peut-être. Ma chère se voulait à la fois désuet et comique. Vous êtes si jeune, et je suis si vieux. Si je le reconnais par une plaisanterie, marquerai-je des points ?

mois_am_ricain 
Le Mois Américain :  "Un livre de Joyce Carol Oates"

50__tats
43/50 :  Wisconsin
diplômée de l'université de Wisconsin-Madison

Challenge Trillers et Polars
 88054471_o
catégorie "Même pas peur" :  6/25

 

Déjà lu du même auteur :

nous__tions_les_Mulvaney Nous étions les Mulvaney  fille_noire__fille_blanche Fille noire, fille blanche 

petite soeur, mon amour Petite sœur, mon amour mudwoman  Mudwoman