un_amour_de_geek Plon Jeunesse – octobre 2011 – 209 pages

Quatrième de couverture :
Thomas est un geek.
Un quoi ?
Un geek. C'est-à-dire un nolife qui fragge comme il respire, slappe les cheaters et bizute les noobs. Si vous n'y comprenez rien, c'est que vous êtes un pauvre parent, perdu dans la réalité. Mais si, comme Thomas, vous passez vos nuits devant l'écran à dégommer des crâs, à assiéger les donjons d'Azeroth, à diriger des guildes, vous savez ce que vivre veut dire. Dans son monde Haute Définition, Thomas échappe aux êtres désagréables qui grouillent " in real life " : les nazes du lycée, l'odieux Latreille, Mme Friol, la prof de français fan de gros bouquins bourrés de descriptions. II supporte même ses parents, leurs gratins bios et sa petite soeur Pauline.
Alors ? Où est le problème ?
Le problème, c'est Esther dont Thomas est bêtement tombé amoureux.
Esther qui voltige sur le dos des chevaux, aime la lumière dans les arbres et rêve de vrais voyages. Esther qui déteste les ordinateurs et ne sortira avec lui que s'il cesse d'être un nolife et jure de ne plus s'approcher d'un écran.
Thomas relèvera-t-il l'impossible défi ?

Auteur : Né à Poitiers en 1967, Professeur de lettres. En 2008 parait, chez Quespire éditeur, son premier livre, Olaf chez les Langre, que l'on pourrait qualifier d'étude d'un milieu, puisqu'il ne présente ni début ni fin. En 2010, il se tourne vers la jeunesse, qui constitue tout de même son gagne-pain, et lui offre, toujours chez Quespire, Crimes et jeans slim, une satire policière des mœurs adolescentes.

Mon avis : (lu en janvier 2012)
J'ai eu peur en lisant les toutes premières lignes de ce livre car je me suis trouvée face à un vocabulaire pour initié : il était question de nolife, de team killer, de cheater, de campeur de cette phrase incompréhensible pour celui qui n'est pas geek « Je me suis fait kicker par l’admin ! ». Heureusement dès la page suivante, Pauline, la jeune sœur de Thomas est là pour nous décoder ce vocabulaire spécifique !
Thomas est un jeune geek amoureux d’Esther une jeune fille aimant la nature et les chevaux. Cette dernière lui demande pour lui prouver son amour de ne plus toucher à un ordinateur, aux jeux vidéo, à la télé ou au téléphone pendant un mois. Pauline, est là pour contrôler si le défi sera bien relevé.
Au lycée, la vie n'est pas simple entre les professeurs, les camarades et les amis... A la maison, le père ne remarque pas que sa femme ne va pas bien... Heureusement la complicité frère et sœur entre Thomas et Pauline est infaillible.
Les dialogues sont vraiment drôles, les expressions très actuelles et les situations parfois très cocasses, il a également quelques rebondissements et une histoire d'amour touchante.
C'est peut-être un livre destiné aux adolescents mais qui est très intéressant à lire à tout âge si l'on s'intéresse au phénomène des nouvelles technologies... Cela nous fait réfléchir sur l'emprise que peut avoir sur nous toutes ces machines, difficile de faire de vraie pause !

Merci à Valérie et Clara qui m'ont donné envie de découvrir ce livre.

Extrait : (début du livre)
Définitions
Geek : Selon les mauvaises langues (celles des filles et des parents), un geek est un garçon plutôt discret, qui passe son temps devant son ordinateur en se nourrissant de choses malsaines, conditionnées dans des paquets faciles à déchirer d'une seule main, et qui font des miettes.
Nolife : Geek obsédé par les jeux sur ordinateur, au point de renoncer à sa vie sociale. Le nolife sort peu de sa chambre.
Remarque : le vocabulaire des nolifes est incompréhensible aux humains.

Longtemps, Thomas Poupinel avait été un nolife heureux.
Après, il était tombé définitivement amoureux d’Esther Camusot.
Et depuis, ça n’arrêtait plus de se compliquer.
- C’est pas vrai ! hurla Thomas, furieux, en balançant violemment sa souris contre le mur. Je me suis fait kicker par l’admin !
Pauline, sa petite sœur, qui lisait un livre de filles et de chevaux, assise en tailleur dans le grand fauteuil crème, répondit calmement :
- Normal. Depuis mille heures, tu joues plus, tu campes. Déjà, hier, tu faisais exprès ton team killer, à moitié.
- Quoi ? Traite-moi de cheater tant que tu y es !
- Limite. Tu fragges à travers des murs. C’est pas cool.
- Je fragge où je veux.
- Alors te plains qu’on te kicke.
Depuis que Pauline avait appris par cœur le vocabulaire des nolifes, des geeks et des hardcore gamers, on ne s’en sortait plus. Elle avait fait des fiches, exactement comme pour l’anglais et le latin. Sa mémoire ne la trahissait jamais. Thomas se rappelait encore avec une exaspération admirative sa petite voix qui ânonnait, derrière son dos, comme une comptine : « Se faire kicker signifie se faire exclure du jeu par l’administrateur du réseau (admin). Un campeur est un joueur qui casse le jeu en tirant systématiquement sur tout ce qui bouge. Frag : tuer, désintégrer, pulvériser, éparpiller. Cheat : tricher. Team killer : joueur qui tire sur les membres de sa propre équipe. »
Etc.
Elle avait commencé en même temps que lui, dès qu’elle était entrée en sixième et lui en troisième. Deux ans plus tard, ils étaient presque au même niveau. Forcément, elle avait progressé vite, à force de suivre distraitement, depuis son fauteuil, les parties jouées par son frère, tout en dévorant ses histoires de princesses et de poneys ! (Grotesques, ces histoires. Thomas, lui, s’intéressait à ce qui en valait la peine. Traquer un Draeneï sur Azeroth, par exemple.)

logo_bibli_IGN_20

Challenge 5%
Rentrée Littéraire 2011
RL2011b
29/35

Lu dans le cadre du Challenge Petit BAC 2012
logo_Petit_BAC_2012
"Gros mot"