04 janvier 2012

Un animal, un philosophe - Robert Maggiori

un_animal_un_philosophe Julliard – février 2005 – 148 pages

Quatrième de couverture :
" On ne sait pas si l'animal a une âme. Il n'est pas sûr non plus - comme le disait une amie à propos de son chat - qu'à le regarder au fond des yeux on puisse voir les sources du Nil. Mais, dans ce que l'homme dit de la bête, il y a toujours quelque reflet de ce qui se cache en son âme. " R. M.

Le chat de Derrida, le lion de Nietzsche, l'orang-outan de Rousseau, l'éléphant de Kant, la pie de Descartes, le poulet d'Aristote... En lisant les philosophes, on apprend bien des choses sur les animaux, curieuses et cocasses parfois, et plus encore sur les hommes, sur leurs désirs et leurs délires, leurs aversions et leurs passions ! A l'occasion d'une série de chroniques de Libération, au cours de l'été 2004, Robert Maggiori s'est interrogé sur le rapport entre le philosophe et l'animal, réel ou symbolique, et a mis en scène, avec humour et érudition, quelques moments de cette étrange aventure - pour nous inviter à une merveilleuse excursion à travers l'histoire de la pensée.

Auteur : Robert Maggiori est professeur de philosophie au lycée Couperin de Fontainebleau et journaliste à «Libération». Il a notamment publié «La Philosophie au jour le jour» (Flammarion, 1994), et dirigé avec Christian Delacampagne «Philosopher» (en 2 volumes, Fayard, 2000). Ses conférences publiques attirent une audience de plus en plus nombreuse et variée.

Mon avis : (lu en décembre 2011)
« Un livre très facile à lire qui donne envie d’approfondir ses connaissances philosophiques. », voilà comment m’a été présenté ce livre lors du « Café Lecture » auquel je participe tous les mois à la Bibliothèque. L'auteur est l'ancien prof de philosophie de deux des participantes, c'était un super prof qui, à l'époque, avait enchanté leurs cours...
Pour ma part, je n'ai jamais accroché à mes cours de philosophie, je manquais sans doute de maturité pour comprendre et apprécier. Un peu moins de trente ans plus tard, j'ai accepté de me « frotter » de nouveau à la philo et de lire ce livre de 148 pages.
C'est une série de chroniques publiées dans «Libération» au cours de l'été 2004, Robert Maggiori s'est interrogé sur le rapport entre l'animal et le philosophe. Le livre est composé de 36 chapitres de 3 à 4 pages. Mais que ce fût difficile pour moi... Cette lecture m'a demandée une vraie concentration et pour chacun des chapitres j'ai souvent été obligée de le lire plusieurs fois pour comprendre. Ensuite, je me suis contentée de lire seulement deux ou trois chapitres par jour pour mieux les apprécier. C'est une façon originale d'approcher des philosophes nombreux et variés...
Mon fils de 16 ans s'est fait offrir pour Noël « La planète des Sages » de Jul et Charles Pépin, une autre façon de découvrir la philosophie qu'il faudra que je teste...

logo_bibli_VLS_20

Challenge Petit BAC 2012 
logo_Petit_BAC_2012
"Métier"

Posté par aproposdelivres à 06:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,