17 juin 2016

L'épine du passé - Candice Renoir

L_epine_du_passe_hd Michel Lafon - mai 2016 - 267 pages

Quatrième de couverture :
La vie d'expat à Singapour est loin de bien se passer pour Candice : trois ans après une arrivée en fanfare, l'ancienne policière du 36, quai des Orfèvres se sent prisonnière d'une cage dorée. À la tête d'une nombreuse marmaille et délaissée par un mari qui passe sa vie à travailler, elle s'ennuie ferme et se retrouve au bord de la dépression. Jusqu'au jour où elle se met à recevoir anonymement des fleurs et plantes magnifiques. Très vite, Candice réalise que les mystérieuses livraisons font référence à son propre passé et sont porteuses de messages de plus en plus inquiétants. Flic un jour, flic toujours... La jolie blonde a beau passer pour folle auprès de ses proches, elle se fie à son instinct et décide de mener l'enquête. L'heure n'est plus à la vie de desperate housewife, Candice a intérêt à retrouver ses réflexes de la PJ si elle ne veut pas voir sa photo à la rubrique faits divers des journaux... Épaulée par le séduisant Domenico, la charmante et gaffeuse super-maman va semer la zizanie dans l'ordre singapourien pour découvrir qui se cache derrière ces cadeaux fleurant bon le terrible parfum de la vengeance.

Auteur : Candice Renoir, commandant de choc pour France 2, lève le voile sur les raisons de son retour en France et sa réintégration dans la police.

Mon avis : (lu en juin 2016)
J'aime beaucoup la série télévisée Candice Renoir que je suis depuis quatre ans. Lors d'un Masse Critique de Babelio, j'ai découvert l'existence de ce livre et j'avais hâte de suivre une enquête inédite de mon héroïne favorite...
Le contexte est différent de celui de la série télévisée car elle se déroule avant le début de la série, à Singapour, alors qu'elle était simple mère de famille suivant son mari expatrié... 
Sa vie d'expatriée lui pèse, elle s'ennuie, ses enfants sont à l'école, son mari est très pris par son travail et son inactivité la fait déprimer... Et voilà que Candice reçoit des bouquets de fleurs anonymes... L'ancienne commandante de police, ne peut pas s'empêcher de mener son enquête avec l'aide de ces amis expats Sophie, Bertrand et Dominico... 
Voilà une lecture distrayante et prenante, l'intrigue est bien construite, le lecteur se prend au jeu et j'ai retrouvé l'esprit de la Candice de la série, fantaisiste, pleine d'humour, mère de famille débordée mais enquêtrice pleine de ressources...
Une petite remarque : dans la série les jumeaux sont prénommés Martin et Léo, dans le livre Léo est devenu Théo...
Si vous ne connaissez pas la série, vous découvrirez Candice avec cette enquête qui nous fait découvrir la ville de Singapour et les dessous de la vie de femme d'expatrié. Et vous aurez peut-être envie de découvrir cette série policière assez atypique.
Si vous connaissez et aimez la série, c'est l'occasion d'en savoir plus sur la vie de Candice avant son arrivée au commissariat de Sète...

Extrait : (début du livre)
En silence, je déballe le contenu du colis posé sur mon lit avec l’attention qu’il mérite. Je ne trouve pas de mots assez justes pour décrire la splendeur qui se déploie sous mes yeux. De ma vie, je n’ai jamais porté une telle merveille. Élégante, sexy, cette longue robe fourreau, ornée de perles scintillantes et d’une traîne aérienne, est travaillée dans les moindres finitions. Subtilement provocatrice, elle s’autorise un décolleté aussi osé sur la poitrine que dans le dos, dévoilant une chute de reins qui n’a rien à envier à Mireille Darc dans Le grand blond avec une chaussure noire. Sans me soucier de savoir de quel grand couturier elle est signée, je la mets contre moi pour l’admirer dans le miroir de notre chambre conjugale. En toute modestie, j’ai l’impression que la robe a été dessinée et cousue pour moi. J’attrape mon sac doré que je glisse négligemment sur mon épaule afin de donner une touche de fantaisie à ma tenue. Le menton relevé, l’air un peu arrogant, j’ai la sensation fort agréable d’être une femme fatale, une véritable James Bond Girl. Un court instant seulement…
– Oh my God, on dirait un sapin de Noël !
Emma – qu’à cet instant précis, je regrette amèrement d’avoir mise au monde il y a quatorze ans – vient de me rejoindre dans la chambre, suivie de Laurent, mon mari, amusé par la réflexion de sa fille.
– Ne l’écoute pas ! Tu es sublime, elle te va à ravir, tente-t-il de me rassurer. Par contre, le sac doré avec la robe, je ne suis pas sûr…
– C’est le seul que j’aie, je l’interromps sèchement, un poil vexée. Je te rappelle que nos valises ne sont toujours pas arrivées à Singapour.
– Ne te fâche pas ! Sac ou pas sac, tu seras de toute façon la plus belle ce soir.
Laurent s’approche et me prend dans ses bras.
– Merci chéri ! La robe est sublime.
– Tu remercieras ma patronne. C’est elle qui l’a choisie et l’a fait livrer ici quand je lui ai raconté nos malheurs avec nos bagages. Elle tenait absolument à ce qu’on soit présents pour la grande inauguration du bureau de BigEyes Security à Singapour.
– D’ailleurs, on les aura quand, nos bagages ? nous coupe Emma, qui s’est allongée sur notre lit. Ça me saoule, je m’ennuie ici. J’ai même pas d’ordi pour skyper.
– Les valises sont restées en transit à Hong Kong, mais seront normalement là demain, la rassure tant bien que mal son père.
– Un peu de patience, ma chérie, j’enchéris doucement pour faire contrepoids au ton ronchon de mon ado, en plein dans  la fleur de l’âge.
– C’est facile pour vous ! Vous vous cassez à une soirée de gala pendant que nous, on va se faire chier dans un appart vide.
– S’ennuyer ! je la corrige. Ce n’est pas non plus le bagne, ici. On a un jeu de cartes si tu veux jouer avec tes frères et profitez-en pour faire connaissance avec Dong Mei.

Posté par aproposdelivres à 18:44 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


09 juin 2012

Combien ? - Douglas Kennedy

En librairie depuis le 3 mai 2012

Lu dans le cadre d'un partenariat avec les éditions Belfond 

combien Belfond – mai 2012 – 312 pages

traduit de l’anglais (États-Unis) par Bernard Cohen

Titre original : Chasing Mammon : Travels in Pursuit of Money, 1992

Quatrième de couverture :
Noël 1990. Douglas Kennedy, alors écrivain fauché de 35 ans londonien d’adoption, est de retour à New York. La raison de ce pèlerinage : l’écriture d’un livre de voyage sur l’argent et les marchés financiers. N’y connaissant rien aux actions et aux investissements, notre auteur se lance dans une quête épique, à la poursuite du Dieu argent et de tous ses disciples… . 
Et Kennedy de nous entraîner à New York, dans le Wall Street des yuppies, ex-gloires des années 80 ; dans la bourse de Casablanca, vaste analogie du souk ; dans les salles de marché futuristes et surréalistes de Sydney ; à Singapour, ville-pays toute entière vouée au culte de la toute-puissance de l’argent et de la consommation ; à Budapest, en pleine transition du communisme à l’économie de marché ; et Londres, la nouvelle Jérusalem. 
Une galerie de personnages riches, autant de visages, de masques et d’interprétations de l’argent. Une passionnante comédie humaine qui garde tout son sens aujourd’hui, à une époque où l’argent, même décrié, fascine plus que jamais, en restant le point de référence qui fait tourner le monde. En avoir ou pas, telle est la question…

Auteur : Douglas Kennedy vit entre Paris et Londres. Auteur des récits de voyage Au pays de Dieu (2004) et Au-delà des pyramides (2010), il s’est imposé avec, entre autres, L’homme qui voulait vivre sa vie (1998, réédition en 2005), La Poursuite du bonheur (2001), Les Charmes discrets de la vie conjugale (2005), La Femme du Ve (2007), Piège nuptial (2008), Quitter le monde (2009) et Cet instant-là (2011), tous parus chez Belfond et repris par Pocket. 

Site de l'auteur : http://www.facebook.com/Douglas.Kennedy.France

Mon avis : (lu en juin 2012)
Ce livre a été écrit par Douglas Kennedy en 1992, il n'est publié en France que vingt ans plus tard.
Ce livre n'est pas un roman, mais le témoignage du voyage de Douglas Kennedy dans le monde de la finance. Quand il commence la rédaction de ce livre, Douglas Kennedy a trente-cinq ans, il n'est pas encore célèbre et ne connait absolument rien à la finance. Tout commence avec des retrouvailles quinze après la fin de leurs études, en Douglas Kennedy et des camarades d'université. Ils travaillent tous à Wall Street sauf lui. Il les interroge sur leurs parcours et leurs envies  et découvre des parcours différents. Il décide alors de faire le tour du monde de la finance et après New-York il part pour Casablanca, Sydney, Singapour, Budapest et Londres. Chercher à gagner de l’argent, c’est souvent vouloir être reconnu pour quelque chose, mais cela ne rend pas toujours heureux…
Ce livre a été écrit il y a vingt ans, et il est complètement d'actualité. Le lecteur découvre une galerie de personnages qui travaillent dans la finance, chacun a son parcours, ses aspirations et cette façon de découvrir le monde et la finance est plutôt originale.

Je n’avais pas compris avant de recevoir le livre que ce n’était pas un roman et j’avais peur d’avoir du mal à lire ce livre. Au contraire, ce livre se lit très facilement car Douglas Kennedy sait raconter des histoires. 

Je remercie beaucoup Pauline et les éditions Belfond pour ce partenariat.

Extrait : (page 25) 
C'est Noël à New York et je suis dans un train qui se traîne vers le nord le long de l'Hudson, en route pour rendre visite à un ancien ami de faculté qui se fait huit cent cinquante mille dollars par an. Ben a trente-cinq ans comme moi, c'est un sous-produit de la classe moyenne américaine comme moi, il est marié comme moi, mais lui a des enfants, quatre pour être exact. Contrairement à moi, aussi, il a passé les quatorze dernières années de son existence à Wall Street et il gagne beaucoup d'argent. Vraiment beaucoup.
Je ne l'ai pas revu depuis 1976, et il y a une raison très simple à cela : à l'exception de rapides allers-retours à New York, je ne suis pas souvent retourné aux États-Unis, ces quatorze dernières années. Grâce à la poignée d'anciens camarades d'université qui habitent la même île brumeuse que moi, j'ai cependant été tenu informé de l'irrésistible ascension sur la place financière new-yorkaise qui a fait de lui l'un des traders les plus en vue à Wall Street aujourd'hui. On m'a dit qu'il s'y entend comme personne pour négocier les obligations, sans parler de sa capacité à rester fermement campé sur l'escalator professionnel qui ne cesse de monter. Je sais également qu'il a épousé une fille qui était avec nous sur les bancs de la fac, Sally, laquelle a travaillé un temps dans l'édition avant de s'engager sur la voie post-féministe des grossesses en série et de la vie de banlieue.
Aucune de ces données concernant la trajectoire de Ben ne m'a surpris, lorsqu'elles m'ont été communiquées. Le trait de caractère qui m'avait le plus marqué chez lui était son assurance, la certitude avec laquelle il envisageait son avenir. Non qu'il ait jamais exprimé l'ambition de se faire une place à Wall Street ; au contraire, fidèle à l'esprit du début des années 1970, il voulait que l'on garde pour soi son «plan de vie», même si je ne pense pas qu'il en ait eu un très défini. Il avait en revanche une certaine fermeté d'esprit, une caractéristique très appréciée dans la société américaine. Il était intelligent, raisonnable, cultivé sans jamais faire étalage de son savoir. Ambitieux, il savait que «jouer pour gagner» était un impératif incontournable de notre culture tout en étant assez malin pour comprendre que ses aspirations devaient toujours rester dissimulées sous le masque d'une bonhomie à toute épreuve. Il avait à peine dépassé les vingt ans qu'il manifestait déjà ce mélange de gravité patriarcale et de populisme facile que cultive tout sénateur américain, parce qu'il sait que cela inspire confiance à ses électeurs. Instinctivement, il avait aussi compris que, au sein d'une culture souvent taxée d'artificielle, une certaine authenticité patricienne était considérée comme une vertu. Mais il n'avait pas à faire beaucoup d'efforts pour parvenir à ce but : il était sans additifs et chez lui l'emballage correspondait rigoureusement au contenu.

 

50__tats
27/50 : New York (3)

Challenge New York en littérature

challenge_ny_12

Posté par aproposdelivres à 06:22 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,