24 novembre 2011

Profondeurs - Henning Mankell

profondeurs profondeurs_p

Seuil – janvier 2008 – 343 pages

Points – janvier 2009 – 347 pages

traduit du suédois par Rémi Cassaigne

Titre original : Djup, 2004

Quatrième de couverture :
En octobre 1914, l’Europe est au bord de la guerre. Afin d’améliorer la défense des côtes suédoises, le capitaine Lars Tobiasson-Svartman inspecte les routes maritimes. Sur la toute petite île de Sara Fredrika, il rencontre une femme dont il devient l’amant. Pour la revoir, il ment à sa femme, à l’amirauté, à lui-même, jusqu’au point de non-retour… Un roman à la fois sobre et sensuel.

Auteur : Henning Mankell est né à Stockholm en 1948. Auteur de célèbres romans policiers, de romans et de pièces de théâtre, il partage sa vie entre la Suède et le Mozambique.

Mon avis : (lu en novembre 2011)
Voilà un livre d'Henning Mankell très différent de ceux que j'ai déjà eu l'occasion de lire. Ce n'est pas un roman policier, mais un récit captivant qui se lit comme un suspens.
Automne 1914, nous sommes à l'aube de la Première Guerre Mondiale, le sombre héros de cette histoire Lars Tobiasson-Svartman est capitaine de la marine de guerre suédoise. Il est hydrographe et il est chargé de tracer de nouvelles routes maritimes en sondant les profondeurs de la mer sur les bords des côtes suédoises.
Au cours d'une de ces missions, le capitaine Lars va rencontrer une femme vivant seule et loin de tout sur la toute petite île de Halsskär. Il tombe amoureux d'elle et pour la revoir va se mettre à mentir à tous. C'est l'engrenage mensonges après mensonges il s'enferre et la folie n'est pas loin...
Le personnage de Lars est vraiment antipathique, désagréable, froid ensuite on le découvre menteur, égoïste, lâche. Et enfin, au fil des pages, il devient de plus en plus inquiétant.
Il règne dans cette histoire une atmosphère pesante et lourde, l'environnement naturel n'arrange rien avec le froid, le vent, la mer et la guerre en toile de fond n'est pas plus réjouissante...
Hennig Mankell nous décrit avec beaucoup de précision cette nature sauvage et hostile mais aussi le métier d'hydrographe au début de siècle que j'ai trouvé très intéressant.

Au résultat, un roman très bien construit, efficace mais glaçant !

Un grand Merci à Tiphanie qui m'a offert ce livre lors du Swap Une Vague Bleue organisé par Valérie

Avec ce livre je termine mon Défi Scandinavie blanche et noire, Catégorie Étoile des neiges  
et j'inaugure mon Challenge Objectif PAL Swap


Extrait : (début du livre)
Les jours sans vent, on entendait les cris des fous de l'autre côté du lac.
En automne surtout. C'était la saison des cris.
C'est aussi en automne que commence cette histoire. Dans un brouillard humide, par quelques degrés à peine au-dessus de zéro, une femme entrevoit soudain la liberté. Elle a découvert un trou dans la clôture.
Automne 1937. Cette femme s'appelle Kristina Tacker, elle est enfermée depuis des années dans un grand hôpital psychiatrique aux environ de Säter. Elle n'a plus aucune notion du temps.
Longuement, elle fixe le trou, comme si elle ne saisissait pas : la clôture a toujours été une limite dont elle ne devait pas s'approcher. Une frontière bien arrêtée.
D'où vient cette ouverture ? Cet endroit où la clôture a cédé ? Une main inconnue a ouvert une porte sur ce qui, un instant plus tôt, était encore une zone interdite. Il lui faut une éternité pour comprendre. Puis elle se glisse prudemment par le trou et la voilà de l'autre côté. Immobile, la tête enfoncée dans ses épaules crispées, elle écoute, guettant la main qui viendra l'attraper.
Pendant ces vingt-deux années enfermée à l'asile, jamais elle n'a senti d'êtres humains autour d'elle, rien que des souffles. La respiration est son geôlier invisible.
Les corps de bâtiments massés derrière elle, tapis comme des fauves assoupis, semblent prêts à bondir. Elle attend. Le temps s'est arrêté. Personne ne vient la forcer à rentrer. 
Après avoir longuement hésité, elle ose un premier pas, puis un autre, avant de disparaître parmi les arbres. 
C'est une forêt de résineux où règne une odeur âcre, semblable à celle de chevaux en rut. Elle croit deviner un sentier. Elle se déplace lentement et ne se retourne que lorsqu'elle cesse enfin de sentir la lourde respiration de l'asile. 
Elle est entourée d'arbres. Que le sentier, à présent disparu, ait été imaginaire n'a pas d'importance: de toute façon, elle ne va nulle part. Echafaudage autour d'un espace vide, elle n'existe pas. Derrière, il n'y a jamais rien eu, ni maison, ni personne. 
Elle traverse maintenant la forêt à toute allure, comme si malgré tout elle avait un but. Très souvent aussi elle reste plantée là, complètement immobile, paraissant elle-même se transformer en arbre. 
Dans la forêt, le temps est aboli. Il n'y a que les troncs des arbres, des pins surtout, quelques sapins, et les rayons du soleil qui tombent sans bruit sur le sol humide. 
Elle se met à trembler. Une douleur rampe sous sa peau. D'abord elle croit que c'est cette terrible démangeaison dont elle souffre parfois, et qui contraint les infirmiers à l'attacher pour qu'elle ne se gratte pas jusqu'au sang. Puis elle comprend que c'est autre chose. 
Elle se souvient qu'autrefois elle avait un mari. 
Elle ne sait pas d'où lui vient cette pensée. Mais elle se rappelle très bien, elle a été mariée. Il s'appelait Lars, elle s'en souvient. Il avait une cicatrice au-dessus de l'oeil gauche, et mesurait vingt-trois centimètres de plus qu'elle. C'est tout pour l'instant. Le reste, elle l'a refoulé et relégué dans l'ombre. 
La mémoire lui revient pourtant. Elle jette un regard perdu autour d'elle, parmi les troncs d'arbres. Pourquoi penser ici à son mari? Lui qui détestait les forêts, lui qui était toujours attiré par la mer? Lui qui fut cadet dans la marine, puis hydrographe et capitaine chargé de missions secrètes? 

Le brouillard se dissipe, l'air devient transparent. 

Elle reste sans bouger. Quelque part, dans un battement d'ailes, un oiseau s'enfuit. Puis à nouveau le silence s'installe. 
Mon mari, pense Kristina Tacker. J'avais autrefois un mari, nos vies mêlées formaient un rempart autour de nous. Pourquoi dois-je me souvenir de lui maintenant, alors que j'ai trouvé un trou dans la clôture, que j'ai laissé derrière moi le fauve aux aguets? 
Dans sa tête, parmi les arbres, elle cherche une réponse. 

Il n'y en a pas. Il n'y a rien. 

Lu dans le cadre du  Défi Scandinavie blanche
dc3a9fi_scandinavie_blanche

Suède : Henning Mankell

Lu dans le cadre du Challenge Voisins, voisines
voisin_voisine
Suède

Lu dans le cadre du Challenge Viking Lit'
Viking_Lit

Challenge Objectif PAL Swap
logo_challenge_obj_pal_swap

1/10

Déjà lu du même auteur :
tea_bag  Tea-Bag  les_chaussures_italiennes  Les chaussures italiennes

meurtriers_sans_visage_p Meurtriers sans visage Les_chiens_de_Riga_2 Les chiens de Riga

l_homme_inquiet L'homme inquiet le_retour_du_professeur_points Le Retour du professeur de danse

la_lionne_blanche_p La lionne blanche

 

Posté par aproposdelivres à 13:36 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,


23 novembre 2011

Challenge Objectif PAL Swap !

 

logo_challenge_obj_pal_swap_2

Je vois que la PAL des livres qui m'ont été offerts lors de SWAP augmente et que j'ai certains livres depuis assez longtemps car je prévilégie la lecture des livres des Bibliothèques ou pour des partenariats avant mes livres perso...
J'organise donc ce Challenge et j'invite ceux et celles qui veulent à me rejoindre en s'inscrivant en commentaire.
Le but est de lire le plus de livres possible de sa PAL Swap d'ici fin 2012.
Attention, la PAL Swap peut s'étoffer... (j'ai personnellement 2 Swaps en cours !)

Participantes :

Valérie
(PAL Swap = 12 livres)

1 - Mississippi d'Hillary Jordan
offert par Thiphanie lors du Swap Les Années Vertes organisé par Valérie

 2 - Des bleus à l'âme de Françoise Sagan
offert par Sophie lors du Swap Une vague bleue organisé par Valérie

3- Comme ton ombre d'Elizabeth Haynes
offert par Enna pour le Swap Eros et Thanatos organisé par Canel 

4 - Les étranges talents de Flavia de Luce d'Alan Bradley
offert par Thiphanie lors du Swap Les Années Vertes organisé par Valérie

5 - One Day/Un jour de David Nicholls 
offert par Lucie lors du Swap Red is so British organisé par Valérie 

6 - The Ginger tree/ Une odeur de gingembre d'Oswald Wynd 
offert par Manu lors du Swap Yello(w)range exotic organisé par Valérie 

 7 - Apocalypse bébé de Virginie Despentes
offert par Manu lors du Swap Yello(w)range exotic organisé par Valérie

 8 - Les demeurées de Jeanne Benameur 
offert par Aproposdelivres lors du Swap Mettez de la couleur dans votre PAL organisé par Valérie 

9 - Modus Operandi de Marin Ledun
 offert par Emeralda lors du Swap anniversaire organisé par Hérisson 

10 - Remarkable creatures/ Prodigieuses créatures de Tracy Chevalier 
offert par Sophie  lors du Swap Une Vague Bleu organisé par Valérie

11 - Thérapie de Sebastian Fitzek 
offert par Latite lors du Swap anniversaire organisé par Hérisson  

12 - La chambre mortuaire de Jean-Luc Bizien 
offert par Sophie lors du Swap Une vague bleue organisé par Valérie 

13 - L'effet Larsen de Delphine Bertholon 
offert par Hélène lors du Swap anniversaire organisé par Hérisson  

14 - Alex de Pierre Lemaître 
offert par Aproposdelivres lors du Swap Mettez de la couleur dans votre PAL organisé par Valérie 

 15 - La Reine et moi de Sue Townsend
offert par Enna lors du Swap Eros et Thanatos organisé par Canel

16 - The Prince of Tides/ Le prince des marées de Pat Conroy
offert par Manu Swap Yello(w)range exotic organisé par Valérie

  17 - Les oreilles de Buster de Maria Ernestam 
offert par Aproposdelivres lors du Swap Mettez de la couleur dans votre PAL organisé par Valérie 

18 - Lady Susan de Jane Austen 
offert par Aproposdelivres lors du Swap Mettez de la couleur dans votre PAL organisé par Valérie

 19 - Habibi de Craig Thompson 
offert par Hérisson lors du Swap anniversaire organisé par Hérisson

 

 Cacahuète

(PAL Swap =  31 livres)

1 - Firmin de Sam Savage
offert par hélène lors du Swap Les Années Vertes organisé par Valérie

2 - Milarepa de E.E. SCHMITT
 offert par Melc lors du Swap Anniversaire 2012 organisé par Hérisson

3 - Mon patient Sigmund Freud de Tobbie Nathan
gagné à un concours organisé par catherine 

 4 - Tom petit Tom tout petit Homme Tom - Barbara Constantine
offert par hélène lors du Swap Les Années Vertes organisé par Valérie 

 5 - Un amour de Geek - Luc Blanvillain 
offert par Hérisson lors du Swap anniversaire organisé par Hérisson

 6 - La Secte des Egoïstes - Eric-Emmanuel Schmitt
offert par Melcd lors du Swap anniversaire organisé par Hérisson 

7 - Souad- Brulée vive
offert par Esmeraldae lors du Swap anniversaire organisé par Hérisson 

8 - Le passager - Patrick Senecal
offert par Jeneen lors du Swap anniversaire organisé par Hérisson 

9 - Olaf chez les Langre - Luc Beauvillain 
offert par Valérie lors du Swap anniversaire Hérisson

 10 - Fred Vargas - sous les vents de Neptune 

 11 - Zoé Shépard - Absolument dé-bor-dée ! 
offert par Emeralda lors du Swap anniversaire organisé par Hérisson

12 - A l'abri de rien d'Olivier Adam
offert par Liyah lors du swap anniv organisé par Hérisson


13 - La dernière énigme d'Agatha Christie
offert par Valérie lors du Swap anniversaire Hérisson

14 - Kamo l'idée du siècle de Daniel Pennac
offert par Valérie lors du Swap anniversaire Hérisson
 

Sofynet
(PAL Swap = 43 livres) 

 1 - Petit déjeuner chez Tiffany
offert par Yoshi  lors du Swap chocolat et cinéma 

 2 - Dark Vador et fils 
offert par XL pour le Swap une rentrée Geek

3 - Délicieuses pourritures de Joyce Carol Oates
offert par Rose pour le Swap 50 états

 

Jeenen
(PAL Swap = 37 livres ) 

 1 - Tom, petit Tom, tout petit homme Tom - Barbara Constantine
offert par XL lors du Swap Les Années Vertes organisé par Valérie 

2 - Mine de rien - P.Wentworth 
offert par Anne (des mots et des notes) pour le swap "partners in crime" organisé par Soukee

 

 Arieste

(PAL Swap = 7 livres) 

1- Jane Austen à Scargrave Manor - Stephanie Barron
 offert par Filipa 

 Aproposdelivres 

(PAL Swap = 25 livres)

1 - Profondeurs - Henning Mankell (Suède)
offert par Thiphanie lors du Swap Une Vague Bleue organisé par Valérie  

2 - Brooklyn Follies – Paul Auster (États-Unis)
offert par Papillon lors du Swap in' Follies organisé par Amanda et Manu

 3 - Le Monde du bout du monde – Luis Sepúlveda (Chili)
offert par Thiphanie lors du Swap Une Vague Bleue organisé par Valérie

 4 - La délicatesse - David Foenkinos
offert par Sandrine lors du  Swap Eros et Thanatos organisé par Canel

5 - Un safari arctique – Jørn Riel (Danemark)
Pickwick qui m'a offert ce livre par  lors du Swap Scandinavia organisé par Isleene

6 - Si je reste – Gayle Forman (États-Unis)
offert par Azilis lors du Swap Anniversaire organisé par Hérisson 

7 - Les revenants – Laura Kasischke (États-Unis)
offert par Sophie lors du Swap Yello(w)range exotic organisé par Valérie. 

8 - Quand vous lirez ce livre... - Sally Nicholls (Grande-Bretagne)
offert par Hérisson08 lors du Swap Encre noire sur page blanche organisé par Valérie  

9 - Chroniques de l'asphalte 1/5 - Samuel Benchetrit 
offert par Pimousse4783 lors du Swap Les Vertes Années organisé par Valérie 

 10 - La mort indienne – Karin Fossum 
offert par mrs pepys lors du Swap Frissons en Noir & Blanc organisé par Canel  

11 - La chambre mortuaire - Jean-Luc Bizien
 offert par Valérie lors du Swap Mettez de la couleur dans votre PAL : le dernier organisé par Valérie 

 12 - Là où j'irai - Gayle Forman 
offert par Azilis lors du Swap Anniversaire organisé par Hérisson 

 

@ @ @

 

Billet récapitulatif pour 2013

Posté par aproposdelivres à 06:21 - - Commentaires [90] - Permalien [#]
Tags : ,

29 septembre 2011

Swap Encre noire sur page blanche - le colis dévoilé !

Dans le cadre du Swap Mettez de la couleur dans votre PAL organisé par Valérie,
après le Swap Une Vague Bleue,
j'ai continué l'aventure avec le Swap Encre noire sur page blanche

Encre_noire_sur_page_blanche 

Les règles : C'est un Swap en binôme.
Chaque colis doit contenir :

- un roman
dont la couverture est blanche ou noire ou grise ou dont le titre contient l'une de ces couleurs 
-
 un roman 
qui parle de livres ou d'écriture, biographies, romans parlant de bibliothèques, librairies, de maison d'édition, d'autres romans, de cercles littéraires, romans se présentant sous la forme d'un journal intime... 
- un marque-page de la couleur ou sur le thème demandé 
-
une surprise (si possible surprise ou MP préparé par vos petits doigts) de la couleur ou sur le thème demandé 
-
une gourmandise noire, blanche ou grise.
   

Mon binôme, c'est Hérisson08 (blog : Délivrer des livres )

Avant-hier soir, après une longue journée de formation, 
j'ai retrouvé le sourire en trouvant mon colis dans la boîte à lettres !

P1110082_30

J'ai vite fait les premières photos... celles des paquets emballés, avant que le jour tombe...

Puis j'ai attendu l'après dîner, pour découvrir au calme, ce que contenait mon colis Swap...
J'adore ce moment là ! ! !

 P1110083_nb  P1110087_

Hérisson m'a bien gâtée !

P1110089_

Voilà l'ensemble !

Et le détail...

P1110090_
(en cliquant la photo, vous pourrez l'agrandir...)

Côté gourmandise, du thé et des bonbons noir !
Un très joli mug dont j'aime beaucoup le graphisme.

P1110098_
(en cliquant la photo, vous pourrez l'agrandir...)

Une très gentille carte, un petit carnet et trois marque-pages dont
un marque-page souvenir du swap en tissus
et j'aime beaucoup le petit hamster !

P1110095_
(en cliquant la photo, vous pourrez l'agrandir...)

 Une surprise "devinette" cousue main
accompagne le très joli mug qui a voulu de nouveau apparaître sur la photo...
Ce n'est pas un SLAT mais un SGAT (voir ici)

P1110092_
(en cliquant la photo, vous pourrez l'agrandir...)

Et pour terminer, des livres choisis par Hérisson
parmi ma Liste A Lire ou non :

Désaccords - Bernard Friot
Un homme à distance - Katherine Pancol
Quand vous lirez ce livre... - Sally Nicholls

Un très Grand MERCI à Hérisson pour ce très beau colis,
sans oublier Valérie pour l'organisation parfaite de ce Swap Encre noire sur page blanche

Allons voir maintenant, le colis noir et blanc que j'ai concocté avec beaucoup de plaisir pour Hérisson08

 

A suivre, le 4ème volet du Swap Mettez de la couleur dans votre PAL,
il est intitulé Les Vertes Années et consacré à l'enfance.
J'y participe ! 

67542625_p

Posté par aproposdelivres à 07:11 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

21 septembre 2011

Une pièce montée – Blandine Le Callet

Lu dans le cadre Swap à 2 PAL swap___2__lLecture commune avec Mrs Pepys
et Astrid

une_pi_ce_mont_e une_pi_ce_mont_e_p 

Stock – janvier 2006 – 320 pages

Livre de poche - avril 2007 – 252 pages

Quatrième de couverture :
" La pièce montée arrive, sur un plateau immense porté par deux serveurs. Vincent voit osciller au rythme de leur marche cette tour de Babel en choux à la crème, surmontée du traditionnel couple de mariés. Il se dit : C'est moi, ce petit bonhomme, tout en haut. C'est moi. Il se demande qui a pu inventer un gâteau aussi ridicule. Cette pyramide grotesque ponctuée de petits grains de sucre argentés, de feuilles de pain azyme vert pistache et de roses en pâte d'amande, cette monstruosité pâtissière sur son socle de nougatine. Et ce couple de mariés perché au sommet, qu'est-ce qu'il symbolise, au juste ? Les épreuves surmontées à deux ? L'ascension périlleuse jusqu'au septième ciel ? La prétention de ceux qui s'imaginent que l'amour va durer
toujours ? "

Auteur : Blandine Le Callet est née en 1969. Une pièce montée est son premier roman.

Mon avis : (lu en septembre 2011)
Avec ce livre se termine nos lectures communes initiées avec le Swap à 2 PAL organisé par Lili Galipette et partagé avec plaisir avec mrs pepys. Ce livre était en commun dans nos PAL respectives avant le début du Swap.
Bérengère et Vincent vont se marier. Bérengère est une jeune fille bon chic bon genre, qui veut un grand mariage. Un mariage devant monsieur le maire et monsieur le curé, avec beaucoup d'invités une belle réception et des belles photos.

Ce livre raconte ce mariage à travers le récit de neuf personnes participant à la fête. Chacun raconte sa journée et ses impressions. Il y a Pauline, 8 ans, nièce de la future mariée et demoiselle d’honneur. Elle trouve injuste que Lucie soit toujours mis derrière sur les photos.
Bertrand, le prêtre, il est fatigué et en proie à des doutes quant à son rôle et sa vocation de prêtre.
Madeleine la grand-mère de la mariée ne supporte pas que ses filles soit toujours derrière elle et l'infantilise. Hélène, la belle sœur, qui se pose des questions sur l'avenir de son couple.
Marie, la sœur de la mariée, la rebelle de la famille, 28 ans et toujours pas mariée. Elle redoute de se retrouver à la table des célibataires.
Vincent, le marié, est pris d’angoisse et de stress prénuptial.
Damien, le dragueur, il fréquente de nombreux mariages et joue à séduire la plus laide de l'assemblée... Il fait un concours avec son copain Yann.

Et pour terminer, Bérangère, la mariée, qui s’occupe plus de la bonne ordonnance de la journée qui doit être parfaite plutôt que de son nouveau mari.
Voilà une galerie de personnages hauts en couleurs qui participent à des scènes amusantes ou attendrissantes. Le lecteur passe sans cesse du rire aux larmes. L'auteur dénonce ainsi le superficiel et l'hypocrisie du paraître. Je me suis beaucoup amusée à lire ce livre.

film_piece_mont_e

Librement adapté du livre, un film a été réalisé par Denys Granier-Deferre en 2009 avec Clémence Poésy, Jérémie Renier, Jean-Pierre Marielle, Danielle Darieux, Christophe Alévêque, Léa Drucker, Julie Depardieu, Julie Gayet, Charlotte de Turckheim, Dominique Lavanant.

Après la lecture du livre, j'ai vu le film qui est plus que « librement adapté », c'est une caricature du livre... On a perdu toute la sensibilité du livre, j'ai été très déçue.

Allons voir maintenant l'avis de Mrs Pepys et d'Astrid.

Extrait : (début du livre)
Pauline
Elle a bien cru qu'on n'y arriverait jamais. Le voyage a été terrible. Elle n'aime pas la nouvelle voiture de papa, à cause de l'odeur du cuir. Elle a failli être malade. Mais on s'habitue, au bout d'un moment.
Les parents n'ont pas arrêté de se disputer. Pas une grosse dispute. Jamais de grosse dispute. Très peu de mots, quelques phrases, sans crier. Ça a duré des heures, tout le temps du voyage, en fait. Elle n'est pas idiote ; elle sait que la dispute a commencé bien avant le départ de Sceaux. On peut dire que ça fait plusieurs semaines, et même plusieurs mois.
De temps en temps, ils font semblant de ne pas se disputer : on va se promener au parc en famille. Pendant deux heures, papa joue avec eux, et maman prend des photos. Ils rient fort, ils sont gais. Ils croient que ça suffit pour qu'elle ne se rende compte de rien. Mais il ne faut pas croire : elle n'est pas idiote.
Elle est très sage. Il faut toujours obéir aux adultes, qui savent ce qui est bien. Parfois, elle trouve que c'est pénible, et même qu'on l'oblige à faire des choses sans intérêt. Mais elle a confiance : les adultes ont toujours raison. Elle obéit sans discuter. D'abord, parce qu'elle veut faire plaisir à maman, qui est tellement contrariée lorsque les enfants sont insupportables. Surtout, parce qu'elle aime bien qu'on ne fasse pas attention à elle, qu'on l'oublie dans son coin. C'est beaucoup plus simple d'être une petite fille sans histoire : on est toujours content d'elle, et on la laisse tranquille.
Tout à l'heure, elle s'est blottie sur la banquette arrière ; elle a attendu que son envie de vomir disparaisse, et elle a écouté la dispute de ses parents, en faisant semblant de dormir. Elle sait que papa a des soucis, et qu'il doit beaucoup travailler parce qu'il a des responsabilités. C'est pour ça qu'il n'est pas souvent à la maison. Mais elle a de la chance d'avoir un papa qui gagne de l'argent. Dans le monde, il y a beaucoup d'enfants malheureux. Il y en a même qui n'ont rien à manger ; il faut penser à eux quand on n'arrive pas à finir son assiette de bœuf bourguignon.
Aujourd'hui est un jour important car elle sera demoiselle d'honneur pour la première fois. Enfin, il y a eu d'autres fois, mais elle était trop petite et elle ne s'en souvient pas. Elle sera demoiselle d'honneur avec Clémence et Hadrien, et tous les cousins. Et il y aura aussi des enfants de l'autre famille. En tout, ils seront douze enfants. Une fois, elle a entendu maman dire à papa "C'est ridicule !" et elle n'a pas compris pourquoi. Après maman a changé d'avis et elle leur a dit que ce serait très mignon, tous ces enfants autour de la mariée.

 

 

 

 

Posté par aproposdelivres à 06:33 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 juillet 2011

A l'ouest – Olivier Adam

Lu dans le cadre Swap à 2 PAL swap___2__lLecture commune avec Mrs Pepys

a_l_ouest __l_ouest_ a_l_ouest_p 

Édition de l'Olivier – mars 2001 – 140 pages

Pocket – septembre 2002 – 140 pages

Pocket – octobre 2007 – 140 pages

Quatrième de couverture :
Antoine a presque dix-neuf ans. Fragile, rêveur, indocile, il sèche le lycée, erre dans le centre commercial de son quartier, et ne fait rien de sa vie. Il cherche l'amour... et les coups. ...
Camille veille sur son grand frère autant qu'elle le peut, et calme ses angoisses en se réfugiant dans la prière. Quant à Marie, leur mère, elle fait ce qu'elle peut. Mais c'est elle, qui, un beau matin, déclenche l'explosion et les conduit à l'ouest. Pas le point cardinal, non, mais cet état second où rien n'a plus vraiment d'importance...

Auteur : Olivier Adam est né en 1974. Après avoir grandi en banlieue et vécu à Paris, il s’est installé à Saint-Malo. Il est l’auteur de nombreux livres dont Passer l’hiver (Goncourt de la nouvelle 2004), Falaises, À l’abri de rien (prix France Télévisons 2007 et prix Jean-Amila-Meckert 2008), Des vents contraires (Prix RTL/Lire 2009).

Mon avis : (lu en juillet 2011)
Dans ce livre nous suivons la vie d'une famille à la dérive : Marie vit dans banlieue parisienne avec ses deux enfants, Antoine et Camille. Antoine a bientôt dix-neuf ans, il fume des joint, boit de l'alcool et sèche les cours du lycée, le soir il traîne dans le quartier. Il voudrait trouver l'amour, mais ne gagne que des coups. Camille a quatre ans de moins que son frère, et elle se fait du soucis pour lui et pour sa mère. Elle se réfugie dans la prière. Au collège, elle est silencieuse, elle s'isole, elle se fait discrète pour ne pas se faire remarquer. Marie est épuisée par sa vie monotone et terne qui se résume à métro, boulot, dodo... Un jour, où ses enfants sont partis un week-end chez leur père, Marie décide sur un coup de tête, de quitter son quotidien pour la maison de son enfance, au bord de la mer...
Comme souvent, Olivier Adam nous raconte une histoire de désespérance. Ici c'est l'histoire de trois personnages qui se sentent perdus, qui ne savent plus où ils en sont. Il se dégage du livre un certain malaise et beaucoup de mélancolie. Ces trois personnages sont attachants et touchants, ils ont chacun leurs problèmes, leurs angoisses. Ils se sont isolés malgré eux.
Ce n'est peut-être pas le meilleur livre d'Olivier Adam que j'ai lu mais j'y ai retrouvé avec plaisir son style et l'atmosphère des bords de mer qu'il sait si bien décrire.

Et maintenant, allons voir ce que Mrs Pepys a pensé de ce livre.

Extrait : (début du livre)
Tout est noir dans la chambre. Les volets sont clos, les rideaux tirés. On ne voit pas le désordre. Les bouteilles, les cendres sur la moquette, les disques éparpillés. Le radio-réveil clignote. Les chiffres s'affichent en vert. Tout à l'heure, comme chaque matin, Marie se tenait derrière la porte. La radio s'est mise en route. Elle a fait demi-tour, rassurée. Antoine a entendu les pas de sa mère dans les escaliers. La porte a claqué. Puis au-dehors, le bruit encore flou de ses talons qui s'éloignent. Antoine a grogné, a envoyé valdinguer l'appareil. Il s'est retourné, enroulé dans ses draps. S'est rendormi.

Maintenant, le silence est tout à fait installé. A peine, au loin, le moteur des voitures, le bus qui ralentit, s'immobilise, ouvre et referme ses portes, repart, le cri des enfants traînant des cartables trop lourds, portant des tenues trop chaudes, la voix d'une femme (Kevin fais attention tu vas te salir), une poubelle que l'on rentre et dont les roues claquent contre le trottoir. La vie du lotissement. Tout ça très menu dans la douleur du crâne.
Antoine se frotte les yeux, s'étire, repousse les draps. Il tend la main vers la droite, tâtonne et rencontre un paquet de cigarettes. Il l'écarte, cherche du bout des doigts le petit cône de papier, le briquet. Joint du matin, chagrin. Joint du soir, espoir. Il l'allume, tire une bouffée. Il reste ainsi à fumer dans le noir quelques minutes. Il se gratte les cheveux, s'étire, enfile un tee-shirt qui sent la sueur. Écrase son mégot au fond d'un verre. Se lève et gagne la salle de bains. Il pisse, puis passe de l'eau sur son visage et sur ses cheveux. Il se regarde dans la glace, tente un sourire. Essaie de détailler les diverses imperfections de sa peau. Ses yeux s'égarent dans la blancheur des murs carrelés. Ses mains tiennent le lavabo. Il se dandine d'avant en arrière. Il ne regarde rien, ne pense à rien. Il reste là cinq minutes. Puis semble revenir à lui, d'un bref clignement de paupière.


Déjà lu du même auteur : 
a_l_abris_de_rien_p A l'abri de rien    falaises Falaises  
 Des_vents_contraires
Des vents contraires  je_vais_bien_ne_t_en_fait_pas_p Je vais bien, ne t'en fais pas
 le_coeur_r_gulier  Un cœur régulier    kyoto_limited_Express  Kyoto Limited Express 

Posté par aproposdelivres à 06:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


29 juin 2011

A quand les bonnes nouvelles ? - Kate Atkinson

Lu dans le cadre Swap à 2 PAL swap___2__lLecture commune avec Mrs Pepys

a_quand_les_bonnes_nouvelles a_quand_les_bonnes_nouvelles_p

Éditions de Fallois – août 2008 – 366 pages

Livre de Poche – octobre 2009 – 466 pages

traduit de l'anglais par Isabelle Carron

Quatrième de couverture :
Dans un coin paisible du Devon, une petite fille de six ans, Joanna Mason, est témoin d’un épouvantable massacre, dont elle est la seule rescapée. Trente ans plus tard, l’homme qui a été condamné pour ce crime sort de prison. A Edimbourg, Reggie, seize ans, travaille comme nounou chez un médecin, le docteur Hunter. Mais celle-ci disparaît, Reggie est la seule personne qui semble s’en apercevoir...
Enfin, l'inspecteur en chef Louise Monroe retrouve son vieil ami, Jackson Brodie, le détective privé de La Souris Bleue, empêtré dans un mariage malheureux, qui part à la recherche de son fils... Avec humour et maestria, Kate Atkinson brouille les pistes, entremêlant les intrigues et tenant le lecteur en haleine jusqu'aux dernières pages.

Auteur : Kate Atkinson est entrée dans la littérature par la grande porte, en 1996, avec un roman fascinant qui ne ressemblait à rien de connu, Dans les coulisses du musée, qui obtint le Prix Whitbread en Grande-Bretagne et le Prix du Meilleur Livre de l’année en France (« Lire »). Elle a publié depuis quatre autres romans : Dans les replis du temps (1998), Sous l’aile du bizarre (2000), La Souris bleue (2004) qui a obtenu le Prix Westminster du roman anglais, Les choses s’arrangent, mais ça ne va pas mieux (2006), et un recueil de nouvelles : C’est pas la fin du monde (2003). Best-seller en Grande-Bretagne, elle a connu en France des critiques élogieuses et un large public. Elle vit actuellement à Édimbourg.

Mon avis : (lu en juin 2011)
C'est le premier livre que je lis de cette auteur, et pourtant j'ai compris en cours de lecture qu'il était le dernier d'une trilogie mais cela ne m'a pas du tout gêné.
Le livre commence avec le terrible assassinat d'une mère, de deux de ses trois enfants et du chien de la famille, un jour d'été dans la campagne paisible du Devon. Joanna, 6 ans, est le seul témoin, elle réussit à fuir et à se cacher dans un grand champ de blé.
Trente ans plus tard, à Edimbourg, Reggie, 16 ans, est assistante maternelle chez le Docteur Hunter et son mari. Jackson Brodie, détective privé, part à la recherche de son fils...
Au début, j'étais un peu perdue avec tous ces personnages et ses différentes intrigues mais lorsque les premiers liens entre ses différentes histoires paraient j'ai été emportée par ma lecture et à aucun moment je ne me suis ennuyée. Je suis passée par de nombreux sentiments, du rire, aux larmes. La plupart des protagonistes de cette histoire à tiroirs cachent un passé douloureux qui ne les empêchent pas de croire à un avenir meilleur.
J'ai beaucoup aimé la fantaisie de Kate Atkinson qui nous surprend tout au long du livre. Reggie et Joanna sont très attachantes. Quand à Ms MacDonald, le vieux professeur de lettres classiques de Reggie Chase, elle est un haute en couleur avec son « Église de l'Extase à Venir », « un groupe de gens qui croyaient à des trucs incroyables » comme le définit si bien Reggie. Elle m'a souvent bien fait rire.
Après cette lecture vraiment très plaisante, j'ai très envie de lire les deux livres précédents, "La souris bleue" et "Les choses s'arrangent mais ça ne va pas mieux".

Ce livre a été lu dans le cadre du Swap à 2 PAL organisé par Lili Galipette, c'est Mrs Pepys qui a choisi ce livre dans sa PAL et me l'a offert pour cette Lecture Commune. Allons voir son billet... 

Extrait : (page 21)
Il parut surgir de nulle part. Elles le remarquèrent parce que le chien se mit à produire un étrange grondement guttural et bouillonnant, que Joanna n’avait encore jamais entendu. Il marchait à toute vitesse dans leur direction et grossissait à vue d’œil. Il émettait un drôle de halètement. On s’attendait à ce qu’il lance « Bel après-midi » ou « Bonjour » au passage car c’était toujours ce que les gens disaient quand on les croisait sur la petite route ou le sentier, mais il ne dit rien. D’habitude leur mère disait « Belle journée » ou « Il fait une de ces chaleurs, vous ne trouvez pas ? », mais cette fois-ci elle ne dit rien. Au lieu de ça, elle se mit à marcher vite en poussant de toutes ses forces sur la poussette. Elle abandonna les sacs de provision dans l’herbe et Joanna s’apprêtait à en ramasser un mais leur mère dit : « Laisse. » Il y avait dans sa voix, sur son visage, quelque chose qui effraya Joanna. Jessica l'attrapa par la main et dit « Dépêche-toi Joanna », sévèrement, comme une grande personne. Ça rappela à Joanna la fois où leur mère avait jeté la cruche à rayures bleues et blanches à la figure de leur père.
À présent l'homme marchait dans la même direction qu'elles, de l'autre côté de leur mère. Leur mère marchait à toute allure et leur dit : « Allez, vite, on suit. » Elle avait l'air hors d'haleine. Puis le chien courut devant l'homme et se mit à aboyer et à sauter comme pour tenter de lui barrer le chemin. Sans prévenir l'inconnu lui flanqua un coup de pied qui le catapulta en l'air et le fit atterrir dans le blé. Elles ne le voyaient pas, mais entendaient ses gémissements déchirants. Jessica se mit devant l'homme et lui cria quelque chose en le menaçant du doigt et en avalant de grandes goulées d'air, comme si elle n'arrivait plus à respirer par le nez, puis elle courut dans le champ à la suite du chien.
Ça tournait au vilain. Aucun doute là-dessus.

Lu dans le cadre du Challenge Voisins, voisines
voisin_voisine
Grande-Bretagne, Écosse

Posté par aproposdelivres à 06:38 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 juin 2011

Swap Une Vague Bleue - le colis dévoilé !

Dans le cadre du Swap Mettez de la couleur dans votre PAL organisé par Valérie,
le deuxième swap concernait la couleur bleu avec Une Vague Bleue

Une_vague_bleue

Les règles : C'est un Swap en binôme.
Chaque colis doit contenir :

- un roman
dont la couverture est de la couleur demandée ou dont le titre la contient 
-
 un roman
se passant près au bord de la mer ou dont un évènement marquant est lié à un point d'eau. 
- un marque-page de la couleur ou sur le thème demandé 
-
une surprise (si possible surprise ou MP préparé par vos petits doigts) de la couleur ou sur le thème demandé 
-
une gourmandise bleue ou liée à une ville d'eau.
   

Avec mon binôme Thiphanie (blog : notes de lecture), nous avons été synchrones en effet, sans le savoir, nous avons posté nos colis le même jour... et la Poste ayant bien fait les choses (le chemin n'était pas très long...), nous les avons reçu également le même jour !

Hier soir, après une longue journée de travail, un train en retard...,
j'ai retrouvé le sourire en voyant mon colis !

P1100897_30

Comme c'est l'été et qu'il fait jour tard le soir,
j'ai passé la soirée à ouvrir mon colis et à faire les photos...
Toujours avec une certaine excitation, j'ai découvert ce que contenait mon colis Swap...
Je savoure ces instants ! ! ! 

 P1100898_30  P1100900_30

Thiphanie m'a bien gâtée !

P1100908_30

Voilà l'ensemble !
(les galets et coquillages, sont là pour la mise en scène...)

Et le détail...

P1100901_30
(en cliquant la photo, vous pourrez l'agrandir...)

Voilà une superbe carte aux bleus nombreux et variés...
avec une phrase de Gabriel Garcia Marquez
"Et ma barque m'emportera jusqu'à ton rêve"
et un très gentil mot de ma swappée,
une marque page parfait pour Une Vague Bleue !

P1100903_30
(en cliquant la photo, vous pourrez l'agrandir...)

J'ai éclaté de rire en découvrant la surprise
"cuisine" (gant et tablier) Monsieur Malchance !

P1100911_30
(en cliquant la photo, vous pourrez l'agrandir...)

Encore des surprises avec un mug rigolo qui va s'ajouter à ma petite collection,
 une soucoupe sachet ou boule à thé
Côté gourmandise, du thé bleu, des bonbons bleus !

P1100909_30
(en cliquant la photo, vous pourrez l'agrandir...)

Et pour terminer, des livres qui me feront voyager et
que Tiphanie a choisi parmi ma Liste A Lire :

- Le monde du bout du monde - Luis Sepulveda
(Chili)
- Profondeurs - Henning Mankell (Suède)
- Avec vue sur la mer - Didier Decoin (Normandie, La Hague)

Un très Grand MERCI à Tiphanie pour ce très beau colis et
Merci à Valérie pour l'organisation de ce Swap Une Vague Bleue

Allons voir maintenant, le colis bleu que j'ai concocté avec beaucoup de plaisir pour Tiphanie.

A suivre, le 3ème volet du Swap Mettez de la couleur dans votre PAL,
il est intitulé Encre noire sur page blanche, sur le thème des livres et de l'écriture.
Il reste encore des places pour s'y inscrire...

 

Posté par aproposdelivres à 15:47 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

18 mai 2011

La Boucherie des amants - Gaetaño Bolán

Lu dans le cadre Swap à 2 PAL swap___2__lLecture commune avec Mrs Pepys

la_boucherie_des_amants_ la_boucherie_des_amants 

La Dragonne - janvier 2005 -

Livre de poche - janvier 2011 - 90 pages

Quatrième de couverture :
Dans une ville du Chili oppressée par le régime de Pinochet, une boucherie de quartier est le théâtre de curieuses rencontres : des réunions obscures s’y tiennent, des passions s’y nouent… Un enfant aveugle, une institutrice et un boucher fort en gueule composent ainsi le trio majeur de cette fable teintée d’humour et de poésie. Mais derrière l’apparente naïveté s’esquisse une condamnation amère des régimes totalitaires…

Auteur : Gaetaño Bolán est né en 1969 à Arica, au Chili. Il vit aujourd’hui à Valparaiso, après plusieurs années passées en France. Largement salué, « La Boucherie des amants » son premier roman a bénéficié d’un vaste bouche à oreille, et a été récompensé par plusieurs prix littéraires. Son deuxième livre « Treize alligators » est paru en 2009.

Mon avis : (lu en mai 2011)
Ce livre a été écrit en français par cet auteur né au Chili. J'ai découvert ce livre grâce à la blogosphère chez Stephie, Pimprenelle et Canel.
C'est l'histoire de Tom, un enfant chilien, « L'enfant avait le cœur pur et il regardait la nuit » « Il était doux, il était tendre ». Sa mère Antonia est morte à sa naissance et c'est Juan, son père, qui l'élève. Juan est le boucher du village. Tom a des « yeux de nuit », Dolores, son institutrice spécialisé s'occupe bien de lui, elle lui fait la lecture et Tom l'aime comme une maman. Dans ce petit village, on rencontre également des habitants haut en couleur Chico, le coiffeur, Paco, le taxi fan de Madonna. Et chaque soir, « aux environs de minuit, un étrange ballet se faisait à la boucherie : des hommes arrivaient, toujours d'un pas pressé, le plus souvent avec un foulard, ou le col remonté pour masquer en partie leur visage. » Je n'en raconterai pas plus...
J'ai beaucoup aimé ce court roman fait de phrases courtes, d'une grande beauté et avec beaucoup de poésie. C'est un récit simple, émouvant et poignant qui dénonce avec force la dictature de Pinochet. Une belle découverte et un vrai coup de cœur pour moi !

Pour le Swap à 2 PAL organisé par Lili Galipette, je n'ai pas hésité une seconde pour choisir ce livre et l'offrir à Mrs Pepys pour une Lecture Commune. Allons voir son billet... 

Extrait : (début du livre)
L'enfant avait un cœur pur et il regardait la nuit. Personne n'aurait pu dire s'il était triste, ou simplement assoupi. Il était là, posé dans la masse de son petit corps, comme absorbé par le crépuscule. Toujours il sondait le grand noir de l'âme où passent les comètes, il ne savait pas l'âme et ses grandeurs, ses petitesses tout aussi bien, il connaissait seulement l'ombre. Paisible obscurité qui l'enveloppait. Féroces ténèbres qui le mangeaient. Et câline la nuit jamais n'était, ni ne fut. Pourtant ni l'enfant ni sa famille ne se plaignaient : la nuit devait devenir une amie.

L'enfant avait un petit nom, sec et vif comme l'éclat du silex. Tom. Facile à retenir. Plus facile encore à prononcer.Tom ! Où es-tu Tom ? Où files-tu Tom ? Pour dire vrai, Tom n'était pas son vrai nom. On ne pouvait tout de même pas obliger les gens à le prononcer en entier !
[…]
L'enfant Tom était apprécié de tous. Il était doux, il était tendre. Et espiègle avec ça ! Il furetait ici et là, les mains devant lui, comme ouvertes pour attraper le vent, et trottinait benoîtement. Les gens étaient affables avec lui ; sa seule présence suffisait à ramollir les coeurs les plus endurcis. On lui parlait avec une voix posée, en articulant bien. Toute cette gentillesse faisait grimacer les vieilles, qui se tordaient la bouche à bien prononcer « Tom, petit Tom ! ». Et le gamin riait ainsi d'entendre toutes ces grimaces. Il croquait de tout petits fruits, des fraises sauvages par exemple, et demandait aux vieilles :
- On peut donner des fraises aux crocodiles ?
Ou encore :
- Je peux avoir un crocodile à la fraise ?
Les bonnes dames alors, loin d'en être étourdies, lui répondaient avec douceur, articulant de nouveau, et grimaçant à qui mieux mieux...

Posté par aproposdelivres à 06:45 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 avril 2011

Swap à 2 PAL - révélation des colis

swap___2__l

Sur une idée de Lili Galipette et en binôme avec Mrs Pepys, j'ai participé au Swap à 2 PAL 

Le but : Echanger la liste des livres de nos PAL respectives. Chaque binôme choisit quelques livres dans la PAL de son binôme. À nous ensuite de déterminer quel livre sélectionné par notre binôme dans notre PAL nous désirons lui offrir.
Ensuite, nous organisons des lectures communes autour des livres offerts et des livres en commun dans nos PAL.

Il s'agit bien de mettre un coup à nos PAL !

Les colis devaient être envoyé entre le 28 mars et le 18 avril.
Pour ma part, concentrée sur la finalisation et la préparation de mon colis je ne m'attendais pas à recevoir si tôt mon colis. Et la surprise a été totale lorsque j'ai ouvert ma Boîte Aux Lettres le 13/04 !

P1100695_20

Après le repas, je me suis isolée avec mon colis et l'appareil photo pour prendre mon temps
et déballer tranquillement ce colis... (j'adore ce moment de surprises)

 P1100697_20
(en cliquant sur les photos suivantes de cet article, vous pourrez agrandir les photos...)

Une carte et pleins de paquets !

P1100698_20 

et après ouverture, voilà le résultat :

P1100699_20

Et dans le détail :
les nombreuses gourmandises, chocolat au nougat,
thé dans une très mignonne petite boîte, carambars et une carte gourmande 

P1100705_20 

deux marque-pages à rajouter à ma collection :
une bleu et vert et un marque-page magnétique

P1100703_20

et deux livres :
(Mrs Pepys n'a pas su résister à ne choisir qu'un livre...)

A quand les bonnes nouvelles ? - Kate Atkinson
Le retour du professeur de danse - Henning Mankell

P1100701_20

et pour terminer, un SLAT très rigolo

 P1100709_20

Un grand MERCI à mrs pepys, mon binôme  !
qui a su me préparer ce très beau colis plein de belles surprises
et qui nous promet de futures belles Lectures Communes

Merci également à Lili Galipette pour l'organisation parfaite
de ce Swap à 2 PAL

Allez voir maintenant le colis que j'ai envoyé à Mrs Pepys...

Nos Lectures Communes du Swap à 2 PAL :

PAL commune - Le policier qui rit - Sjöwall Ma et Wahlöö Per (LC du 26/04/11)
PAL commune - Une pièce montée - Blandine Le Callet (LC du 21/09/11)

PAL Mrs Pepys - A quand les bonnes nouvelles ? - Kate Atkinson (LC du 29/06/11)
PAL Mrs Pepys - Le retour du professeur de danse - Henning Mankell (LC du 31/08/11)

PAL A propos de livres - La Boucherie des amants - Gaetaño Bolán (LC du 18/05/11)
PAL A propos de livres - A l'ouest - Olivier Adam (LC du 27/07/11)

Posté par aproposdelivres à 08:15 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

26 avril 2011

Le policier qui rit - Maj Sjöwall et Per Wahlöö

Lu dans le cadre Swap à 2 PAL swap___2__lLecture commune avec Mrs Pepys

le_policier_qui_rit_p le_policier_qui_rit_p1

10/18 – juillet 1985 – 277 pages

Rivages – novembre 2008 – 327 pages

traduit de l'anglais par Michel Deutsch

Quatrième de couverture :
Par une pluvieuse soirée de novembre, tous les passagers d'un autobus sont massacrés au fusil mitrailleur. Jamais la Suède n'avait connu pareille tuerie, et l'opinion publique s'affole. Parmi les neuf victimes, un flic que Beck connaissait. Que faisait-il dans ce bus, à cette heure ? D'après sa compagne, il était surchargé de travail, mais Beck sait bien, lui, qu'il était pratiquement en congé... L'identification des victimes, puis l'étude minutieuse de leur passé, apportent peu à peu des indices. Et comme souvent, derrière la façade lisse des apparences, ce sont des réalités sordides qui émergent. Adapté au cinéma par Stuart Rosenberg en 1973 sous le titre : The laughing policeman (Le flic ricanant).

Auteurs : Per Wahlöö (né le 5 août 1926 à Göteborg et mort le 23 juin 1975 à Stockholm), diplômé de l'Université de Lund en 1946 consacra ses dix premières années de vie professionnelle au journalisme (il fut notamment reporter criminel) tout en publiant à partir de la fin des années 1950 quelques romans relevant pour l'essentiel du genre politique-fiction.
Maj Sjöwall (née le 25 septembre 1935 à Stockholm), était éditrice pour la maison d'édition suédoise Wahlström & Widstradt lorsqu'en 1961 elle rencontra Per Wahlöö qu'elle épousa l'année suivante.
Maj Sjöwall et Per Wahlöö ont écrit, entre 1965 et 1975, une série de dix romans mettant en scène l'enquêteur martin Beck et son équipe. Cette œuvre, influencée par Ed McBain et qui a marqué la littérature policière occidentale, est republiée dans des traductions entièrement revues à partir de l'original suédois.

Mon avis : (lu en avril 2011)
Nous avons décidé d'inauguerer nos Lectures Communes pour le Swap à 2 PAL avec ce livre qui faisait parti de nos PAL respectives. Pour ma part, il m'a été offert par Mrs Pepys lors du Swap Frissons en Noir & Blanc organisé par Canel.
C'est la première fois que je lisais ce couple d'auteurs. « Le Policier qui rit » a été écrit en 1968 et a été publié pour la première fois en France en 1970 sous le titre « Le massacre de l'autobus ». C'est le quatrième livre de la série.
Tout commence avec le mitraillage des passagers d'un bus à impériale de Stockholm, tuant huit personnes et en blessant grièvement une neuvième. Des passagers qui, a priori, n'ont rien à voir les uns avec les autres. Pas de témoins, pas d'indices et plus surprenant, parmi les victimes, l'inspecteur Ake Senstrom, jeune collaborateur de Martin Beck. Ce dernier avec son équipe d'enquêteurs va tout d'abord s'intéresser au passé des victimes, cela permet au lecteur de découvrir un certain échantillon de la société suédoise mais aussi le fonctionnement du commissariat et l'avancée pas à pas de l'enquête. L'intrigue est fort bien construite, des pistes nombreuses à explorer.
Avec cette enquête, j'ai découvert l'inspecteur Martin Beck un homme calme, très consciencieux dans son travail et qui mène scrupuleusement son enquête. Côté vie privé, il est marié depuis dix-sept ans, mais il préfère dormir sur le canapé du salon, il a deux enfants.
La météo exécrable de la saison est également présente dans ce livre, « Ce soir-là, il pleuvait à verse sur Stockholm. », « Le temps était abominable. Des nappes d'eau dégringolaient des toits, crépitaient sur les fenêtres, et les rues étaient presque vides. », « Quel temps, songea-t-il avec écœurement en regardant par la fenêtre. Novembre, l'obscurité, la pluie, le froid. L'hiver approchait. Bientôt, ce serait la neige. »
J'ai été très contente de cette découverte suédoise qui m'a beaucoup plu et je lirai volontiers d'autres livres de la série.

le_flic_ricanant_1_film

Ce livre a été adapté au cinéma par Stuart Rosenberg en 1973 sous le titre : The Laughing Policeman (en français : Le Flic ricanant ).

Merci à Mrs Pepys de m'avoir offert ce livre et allons voir son avis.

La révélation des colis du Swap à 2 PAL sera pour le 30/04 (samedi prochain !)

Extrait : (début du livre)
C'était le 13 novembre. Ce soir-là, il pleuvait à verse sur Stockholm. Martin Beck et Kollberg étaient plongés dans une partie d'échecs. Ils étaient chez ce dernier, qui habitait un appartement de la banlieue sud, pas bien loin de la station de métro Skärmarbrink. Les derniers jours avaient été plutôt calmes et les deux hommes n'étaient pas de service.
Martin Beck jouait très mal aux échecs mais cela ne le décourageait pas. Kollberg avait une petite fille de deux mois à peine et, aujourd'hui, il lui fallait faire office de baby-sitter. Beck, de son côté, n'avait aucune envie de rentrer chez lui à moins d'une nécessité absolue. Le temps était abominable. Des nappes d'eau dégringolaient des toits, crépitaient sur les fenêtres, et les rues étaient presque vides. Les rares passants qui y déambulaient avaient certainement des raisons impérieuses pour être dehors par une nuit pareille.
[…]
Là-bas, dans l'appartement de Skärmarbrink, Kollberg rangea les pièces dans la boîte de bois et le couvercle à glissière se referma avec un bruit sec. Sa femme était rentrée de faire ses courses. Elle était aussitôt allée se coucher.
- Tu ne t'y mettras jamais, soupira-t-il.
- Il paraît qu'il faut un sens particulier, répondit Martin Beck d'une voix lugubre. Je suppose que ça doit s'appeler le sens de l'échec.
Kollberg changea de sujet :
- Je parie qu'il doit y avoir un drôle de foutoir du côté de Strandvägen.
- Sûrement. Mais pourquoi ?
- Ils devaient remettre une lettre à l'ambassadeur.
Une lettre... Pourquoi ne l'ont-ils pas envoyée par la poste ?
- Cela n'aurait pas fait autant de bruit.
- Effectivement. Mais quand même, c'est d'une telle stupidité qu'on en a honte.
- Oui, approuva Martin Beck.
Il avait mis son manteau et son chapeau. Il était prêt à partir. Kollberg se leva vivement.
- Je descends avec toi.
- Pour quoi faire ?
- Oh ! Histoire de me dégourdir un peu les jambes.
- Par ce temps ?
- J'aime la pluie, dit Kollberg en enfilant un imperméable de popeline bleu marine.
- Ça ne suffit pas que je sois déjà enrhumé ?
Martin Beck et Kollberg étaient policiers. Ils appartenaient à la brigade criminelle. Pour le moment, ils n'avaient rien de spécial à faire et pouvaient s'estimer libres de disposer de leur temps sans mauvaise conscience.
Il n'y avait pas un seul policier dans les rues. C'était en vain que, devant la gare centrale, une vieille dame attendait qu'un agent s'approche d'elle, la salue et, le sourire aux lèvres, la fasse traverser. L'individu qui venait de lancer une brique dans une vitrine n'avait pas à s'inquiéter : aucun hululement de sirène ne viendrait brusquement interrompre ses activités.
La police était occupée.
Une semaine auparavant, le chef de la police avait publiquement déclaré que cette dernière serait contrainte de négliger une grande partie de ses missions pour protéger l'ambassadeur des États-Unis des lettres et autres expressions du mécontentement des gens qui n'aimaient ni Lyndon Johnson ni la guerre du Vietnam.
L'inspecteur Lennart Kollberg n'aimait pas Lyndon Johnson, il n'aimait pas non plus la guerre du Vietnam mais il aimait marcher sous la pluie.
A 23 heures, il pleuvait toujours et on pouvait considérer que la manifestation était dispersée.
A la même heure, huit meurtres et une tentative d'assassinat eurent lieu à Stockholm.

Lu dans le cadre du Défi Scandinavie noire
dc3a9fi_scandinavie_noire

Suède : Maj Sjöwall et Per Wahlöö

Lu dans le cadre du Challenge Voisins, voisines
voisin_voisine
Suède

Lu dans le cadre du Challenge Viking Lit'
Viking_Lit

 Lu dans le cadre du Challenge Petit BAC
logo_challenge_Petit_BAC
"Métier"

 

Posté par aproposdelivres à 07:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,