13 novembre 2015

Vive la marée - David Prudhomme et Pascal Rabaté

vive_la_marée Futuropolis - septembre 2015 - 120 pages

Quatrième de couverture : 
Madame enfile son maillot à l’abri de sa serviette avant de se faire bronzer « seins nus ou pas seins nus ? Allez, seins nus. » Monsieur prépare son matériel de pêche tel un guerrier conquérant. Les enfants sont déjà dans l’eau, le chien à leur trousse, au matin on pense au repas du soir sans oublier de prévoir une case apéro. La plage est un formidable terrain de jeux où « les adultes rêvent et restent les enfants qu’ils ont toujours été », un observatoire de la trivialité humaine dans son plus simple appareil – ou presque. Prudhomme et Rabaté sont allés eux aussi à la mer. Avec un grand souci du détail, ils orchestrent un ballet d’estivants en déroulant autant de figures typiques. Un portrait chorale drôle, tendre, qui gratte à peine. Comme du sable dans les sandales.

Auteurs : David Prudhomme est né en 1969 et vit à Bordeaux. Alors qu’il est encore étudiant à la section bande dessinée de l’école d’Angoulême, David Prudhomme démarre Ninon secrète en 1992 sur un scénario de Patrick Cothias. Il poursuit cette série jusqu’en 2004, le temps de six albums parus aux Éditions Glénat. En 1998 et 1999 il collabore avec Pascal Rabaté le temps de deux ouvrages, Jacques a dit et Le jeu du foulard publiés aux éditions de La charrette. Il réalise notamment avec Etienne Davodeau en 2003, l’adaptation du roman de Georges Brassens, La tour des miracles. En 2006, il s’attaque aux grands textes du répertoire français en illustrant La farce de maître Pathelin et J’entr’oubliay de François Villon, Il publie également la première partie La Marie en Plastique avec Pascal Rabaté aux Éditions Futuropolis. En 2007, la seconde partie de La Marie en plastique et, dès la fin de la même année l’intégrale de cette belle chronique familiale paraissent aux Éditions Futuropolis.

Pascal Rabaté naît en 1961. Il étudie la gravure aux Beaux-Arts d’Angers, puis exerce différents métiers avant de se lancer en bande dessinée. Ses premiers livres paraissent en 1989 chez Futuropolis. Dix années et autant de livres plus tard, il signe le premier tome d’«Ibicus», l’adaptation expressionniste et magistrale d’un roman d’Alexeï Tolstoï. Les quatre volumes qui la composent connaissent un succès public et critique retentissant (Alph-Art du meilleur album à Angoulême en 2000, notamment). Des «Pieds dedans» aux «Petits Ruisseaux» en passant par «Un ver dans le fruit», Rabaté est aussi le conteur singulier de la France profonde. S’il vit toujours à Angers, il brille pourtant par sa capacité à n’être jamais là où on l’attend. Son adaptation de «Harry est fou» en est une nouvelle preuve.

Mon avis : (lu en novembre 2015)
Dans cette BD, les auteurs nous raconte une journée à la plage. On dirait que le temps s'est arrêté, le lecteur est spectateur et il est invité à s'arrêter sur les petits détails... Cela commence par le voyage en voiture avec ses bouchons ou par le train... Une galerie de personnages de tout âge, familles, retraités... 
Au matin, la plage est immense, la mer est basse, "On a volé l'eau ?" s'interroge un enfant. La famille s'installe sur la plage, la mère pour bronzer, le père et les plus grands partent pêcher dans les rochers, le bébé joue dans le sable... 

Certains se promènent avec leur chien, c'est un parfait alibi pour aller jeter un coup d'oeil sur la plage d'à côté, celle des naturistes... D'autres pêchent la palourde, ou font des jeux de plage, ou tentent leur chance auprès des filles, beaucoup sont étalés sur la plage pour une séance de bronzage, sans oublier le bain mer... Il y a également l'organisation d'un concours de sable avec ses oeuvres improbables... 
A la fin de la journée, la marée haute rétrécie la plage et les vacanciers sont obligés de tous se replier le long de la digue et cela annonce la fin de la journée...
Depuis ma plus tendre enfance, les vacances riment avec bord de mer et ce spectacle de la plage m'a paru à la fois familier et nostalgique... Un peu à la manière de Jacques Tati dans Les Vacances de Monsieur Hulot, j'ai beaucoup aimé ce regard plein de petits détails à découvrir... Je trouve très réussie et amusante la couverture de la BD avec cette vue "indiscrète" sous l'eau d'un bord de plage... 

Extrait : 

14352297 14352295

14352291 14352285

14352283 14352281

14352279

 

Challenge 3%
rl2015
15/18

Posté par aproposdelivres à 06:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


24 décembre 2013

La Marche du crabe, tome 2 : L'Empire des crabes - Arthur de Pins

2013-12-18_213211 Soleil Productions - novembre 2011 - 120 pages

Présentation éditeur :
Dans l’évolution des espèces, une race de crabes, le cancer simplicimus vulgaris, a pris un drôle de virage : depuis toujours, il ne se déplace que sur une trajectoire rectiligne.

Mais, même chez ces crabes carrés, la roue tourne. Quelques crustacés ont réussi l’impossible : ils peuvent choisir leurs directions.
Cette révolution va diviser la communauté. Certains crabes apprécient cette liberté, quand d’autres ont peur de se perdre sur une route inconnue. La lutte des crabes est en marche…

Auteur : Arthur de Pins est un dessinateur et auteur de bande dessinée français, né en 1977 en Bretagne. Il est publié dans plusieurs magazines, dont Max et Fluide glacial. Il a également participé à de nombreuses publicités (pour la Fnac, Carrefour ou encore Nutella) ainsi qu'à des courts-métrages tels que le programme Kézaco ? en 2007. Il créa aussi une série animée intitulée Magic diffusée sur France 3 et Disney Channel.

Mon avis : (lu en décembre 2013)
A la fin du premier tome nous avions quitté Soleil (l'un des crabes carrés un peu entreprenant) alors qu'il avait échappé à une grosse catastrophe. Ceux qui ont lu le premier épisode me comprendront, pour les autres, je ne veux pas trop en dire...
L'inimaginable s'est produit et cela va diviser la communauté des crabes carrés. Il y a ceux qui veulent le changement et ceux qui préfèrent la continuité... La suite de l'histoire est toute aussi savoureuse avec également la présence des deux reporters bien décidés à filmer ce petit crabe en danger alors que leur producteur pense que ce serait plus vendeur de filmer des lions du Serengeti. Avec Soleil, Guitare, Lune et les autres, le lecteur découvre tous les dangers insoupçonnables de la plage.
Je ne regarderai plus les crabes de la même façon lorsque j'irai à la pêche en Bretagne...
J'attends maintenant avec impatience de pouvoir emprunter le dernier tome de cette bande dessinée à la Bibliothèque.

Extrait : 

Marche-du-Crabe-t2 PlancheA_143633

 Challenge Petit BAC 2013
petit_bac_2013
"Animaux"

Déjà lu du même auteur :

92348968  La Marche du crabe, tome 1 : La Condition des crabes 

 

Posté par aproposdelivres à 06:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 décembre 2013

La Marche du crabe, tome 1 : La Condition des crabes - Arthur de Pins

la marche des crabes 1 Soleil Productions - novembre 2010 - 109 pages

Présentation éditeur :
Court métrage récompensé à maintes reprises, La Révolution des Crabes, avant de connaître une suite sous la forme d’un long, sera adapté en bande dessinée : une trilogie caustique autour de la condition d’un crabe, le Cancer Simplicimus Vulgaris ! En effet... Depuis 400 millions d’années, toutes les espèces évoluent dans la joie et l’allégresse. Toutes sauf une : le Cancer Simplicimus Vulgaris, ou crabe carré. Cette sous-espèce de crustacés peuplant les rivages de l’Estuaire de la Gironde est frappée, depuis des millénaires, d’une étrange tare : elle ne peut changer de direction, et est condamnée à marcher selon une même ligne droite ! Mais... Durant un été comme les autres, pendant que les vacanciers profitent du soleil et des congés payés, trois petits crabes carrés vont se rebeller, et bouleverser ainsi l’écosystème tout entier !

Auteur : Arthur de Pins est un dessinateur et auteur de bande dessinée français, né en 1977 en Bretagne. Il est publié dans plusieurs magazines, dont Max et Fluide glacial. Il a également participé à de nombreuses publicités (pour la Fnac, Carrefour ou encore Nutella) ainsi qu'à des courts-métrages tels que le programme Kézaco ? en 2007. Il créa aussi une série animée intitulée Magic diffusée sur France 3 et Disney Channel.

Mon avis : (lu en décembre 2013)
J'ai aperçu cette bande dessinée soit sur la blogosphère, soit sur un site "librairie" et j'avais très envie de la découvrir... Moi qui aime les bords de mer, je ne pouvais pas rater cette histoire de crabes...
L'autre jour en passant à la Bibliothèque, je tombe sur les 2 premiers tomes de la trilogie. Pas d'hésitation, je les emprunte et je les dévore dans l'après-midi... 
Le cancer simplicimus vulgaris est un petit crabe de l'estuaire de la Gironde plus communément appelé "petits crabes carrés". Cette espèce qui ne se déplace qu'en ligne droite est la risée et le souffre-douleur des gros tourteaux... Ils n'ont que rarement l'occasion de rencontrer un autre crabe carré alors jusqu'à maintenant, ils n'ont jamais éprouvé le besoin de se donner des noms...
Et pourtant, un jour lors d'une rencontre entre deux crabes, ceux-ci ont une idée fabuleuse pour arriver à changer de trajectoire ! Et ensemble, ils décident de faire évoluer leur espèce...
Avec un dessin assez épuré mais très expressif, des trouvailles scientifiques mais également poétiques, la découverte de ce crabe si particulier est jubilatoire.

Extrait : 

20110701095930_t1crabe2

Attention : cette vidéo dévoile la fin de l'album n°1...

 La Révolution des Crabes - le court métrage

Challenge Petit BAC 2013
petit_bac_2013
"Aliment / Boisson"

Posté par aproposdelivres à 07:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 décembre 2012

Les yeux au ciel - Karine Reysset

Lecture Commune 
lecture_commune

avec EnnaSandrine et Géraldine

les_yeux_au_ciel_162808_250_400 karine_reysset_les_yeux_au_ciel

Editions de l'Olivier – mars 2011 -

Pocket – avril 2012 – 188 pages

Quatrième de couverture :
À l'occasion de l'anniversaire du grand-père, toute la famille se retrouve dans la vieille demeure située au bord de la mer, en Bretagne. Six jours durant, les conflits et les angoisses de chacun vont ressurgir: Lena, l'aînée ne parvient plus à s'occuper de ses enfants ; Merlin que personne ne considère comme un adulte ; ou encore Achille, le demi-frère, jamais vraiment accepté dans la famille... Petit à petit, un drame enfoui se révèle : une fillette disparue il y a plus de trente ans.

Auteur : Karine Reysset est née en 1974. Elle est l'auteur de Comme une mère (Points, 2009). Les Yeux au ciel est son cinquième roman.

Mon avis : (lu en décembre 2012)
Tout d'abord, je remercie Clara chez qui j'ai gagné ce livre en partenariat avec Pocket. Et j'ai profité de la proposition de Lecture Commune d'Enna pour le sortir de ma PAL perso. 
En ce mois de décembre, c'est plutôt agréable de se projeter en plein été, en Bretagne au bord de la mer dans une maison de famille... Voilà le cadre de cette histoire, toute une famille se retrouve pour les 70 ans de Noé le grand-père, il y a Marianne, sa seconde épouse ses quatre enfants et ses six petits-enfants.
Tour à tour, chaque membre de la famille est narrateur du livre, se dévoile et laisse parler ses sentiments profonds.
Il y a Achille le fils aîné, fruit du premier mariage de Noé, il sent qu'il n'a jamais été accepté par la famille, il est venu des États-Unis avec ses triplés. Léna est fatiguée par sa vie de couple, ses deux enfants en bas âge Zoé et Théo. Merlin éternel adolescent, ancien drogué, il aspire à créer une famille où il voudrait intégrer sa fille Scarlett, jeune adolescente, qui a été élevée par ses grands-parents. Enfin Stella la cadette, homosexuelle, elle est hésitante face à la grossesse de sa compagne. 
L'écriture est agréable, l'intention de cette histoire est intéressante malheureusement je suis restée un peu sur ma faim. Cette réunion de famille a fait ressortir certains non dits, certaines blessures... mais sans résoudre quoi que ce soit, l'auteur nous laisse un peu en plan sans envisager un semblant de solution ou d'espoir. 

Et maintenant, allons voir ce qu'en ont pensé EnnaSandrine et Géraldine

Extrait : (début du livre)
Michael Jackson venait de mourir, et ça ne lui faisait rien. Derrière la fenêtre à petits carreaux entrouverte, le cèdre bleu effleurait le toit, les fils électriques. Il faudrait l’élaguer. Il y avait tant de choses à faire, toujours, des choses ordinaires. Assise sur son lit, Lena tenait un body d’une main, une robe à pois de l’autre. Autour d’elle, des piles plus ou moins droites de vêtements, quatre exactement. Une pour Zoé, une pour Théo, une pour Vincent, et une pour elle, évidemment. Il ne fallait pas qu’elle s’oublie. Cela ne risquait pas avec les pensées qui l’assaillaient, des mauvaises pensées. S’il n’y avait eu que ça. Ces derniers mois, elle avait des bouffées, des pulsions, des crises, elle ne savait comment les nommer. Puis elle avait envie de pleurer – souvent même elle pleurait – et de sauter par la fenêtre. Pourtant, elle n’était pas malheureuse, n’avait aucune raison de l’être. 
Lena consulta sa liste. Elle tenait ça de Marianne. Comment sa mère s’en était-elle sortie ? Ils étaient trois à la maison, plus Achille l’été, les cousins cousines, les copains les copines qu’elle prenait en vacances. Avec seulement deux enfants, Lena avait l’impression de se noyer dans un verre d’eau. Elle sombrait, et personne ne s’en rendait compte. Elle devait courir après le petit, il bravait le danger à chaque seconde comme s’il cherchait à user ses nerfs, éprouver sa terreur. Elle ne le quittait pas des yeux, et avec sa fille, c’était pareil.
Vincent l’appela (elle se sentit prise en faute, les bagages étaient-ils prêts ?). Il préférait rouler de nuit, c’était plus pratique avec les enfants. Elle lui répondit « oui, presque » d’une voix faussement enjouée. 
Un jour ou l’autre, un malheur arriverait, il ne faudrait pas s’étonner. Quelquefois elle s’imaginait lâcher son dernier-né dans l’escalier, le laisser se noyer dans son bain. Marianne, elle, ne râlait jamais, jamais elle n’avait ne serait-ce que soupiré. Lena s’entendait parfois crier, et après elle se griffait les bras, elle les aimait tellement. « Vous me tuez, mes amours, à petit feu », chuchota-t-elle. Son mari voyait quelqu’un, elle en était convaincue. Dans un sens, ça l’arrangeait. Elle avait installé un futon à côté du lit à barreaux de Théo. Son corps éprouvé requérait du repos, ses plaies devaient cicatriser. Elles se nichaient surtout dans sa tête, elle en avait conscience.
Elle avait été soulagée d’avoir un fils. Contrairement à Vincent, elle ne voulait pas de troisième enfant. « On ne fait pas un élevage », l’avait-elle prévenu. Elle songeait à prendre rendez-vous afin que sa décision soit irréversible. Mais elle était velléitaire, et pour l’instant elle n’avait rien fait (ni pour le cèdre, ni pour le reste).
Il allait lui falloir déplacer des montagnes pour gagner la mer. Elle testerait le point où sa résistance céderait, où ses nerfs menaceraient de lâcher comme des élastiques trop usés. Mais son père était âgé, elle devait prendre soin de lui.
Dix minutes plus tard, le ciel virait au rose. La tempête était passée, elle pouvait se remettre au travail.

 

 Lu dans le cadre du Challenge Petit BAC 2012

logo_Petit_BAC_2012

"Partie du corps"

Posté par aproposdelivres à 07:11 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 mars 2012

Les Solidarités mystérieuses – Pascal Quignard

les_solidarit_s les_solidarit_s_myst_rieuses

Gallimard – octobre 2011 – 251 pages

Quatrième de couverture :
« Ce n’était pas de l’amour, le sentiment qui régnait entre eux deux. Ce n’était pas non plus une espèce de pardon automatique. C’était une solidarité mystérieuse. C’était un lien sans origine dans la mesure où aucun prétexte, aucun événement, à aucun moment, ne l’avait décidé ainsi. » 

Auteur : Romancier, poète et essayiste, Pascal Quignard est né en 1948. Après des études de philosophie, il entre aux Éditions Gallimard où il occupe les fonctions successives de lecteur, membre du comité de lecture et secrétaire général pour le développement éditorial. Il enseigne ensuite à l’Université de Vincennes et à l’École Pratique des Hautes Études en Sciences Sociales. Il a fondé le festival d’opéra et de théâtre baroque de Versailles, qu’il dirige de 1990 à 1994. Par la suite, il démissionne de toutes ses fonctions pour se consacrer à son travail d’écrivain.

Mon avis : (lu en mars 2012)
J'ai découvert ce livre grâce au « Café Lecture » de la Bibliothèque.
Le livre s'ouvre avec le voyage de Claire en Bretagne pour le mariage d'une cousine. Elle revient sur les lieux de son enfance, entre Dinard et Saint-Lunaire. Des lieux qui lui rappellent des moments de joie mais aussi des drames. Claire est orpheline depuis l'âge de neuf ans, avec son jeune frère Paul âgé de 4 ans à l'époque, ils sont les seuls rescapés d'un accident de voiture où son mort le reste de la famille. Ensuite, ils ont été confiés à un oncle et une tante. A l'âge de 13 ans, Claire rencontre Simon et leur complicité amoureuse durera jusqu'à ce que leurs études supérieures ne les séparent. Claire a maintenant une quarantaine d'années, et lors de ce retour en Bretagne elle retrouve par hasard, Madame Ladon, son ancien professeur de piano qui lui propose de l'héberger quelques temps à Saint-Enogat. Elle ne repartira jamais vers son ancienne vie.
Peu à peu Pascal Quignard dévoile au lecteur l'histoire de Claire, ses douleurs, ses failles. Dans une deuxième partie, le lecteur découvre les points de vue des proches de Claire, celui de Simon, de Paul, de Juliette. Ce livre est une histoire simple que l'auteur arrive à sublimer. Le titre est mystérieux, il apparaît et est un peu explicité dans l'extrait placé en quatrième de couverture.
J'ai beaucoup aimé ce livre remarquablement écrit. J'ai été très sensible aux très belles descriptions de la nature de bord de mer, la lande bretonne, les plages, les falaises, la mer, le ciel, la végétation, les oiseaux, les animaux terrestres ou aquatiques... Tous nos sens sont en éveil, j'ai eu l'impression d'accompagner Claire dans ses longues errances.

Extrait : (début du livre)
Mireille Methuen se maria à Dinard le samedi 3 février 2007. Claire partit le vendredi. Paul refusa de l'accompagner. Il n'avait conservé aucun lien avec ce qui restait de la famille. Dès onze heures elle eut faim. Elle suivait l'Avre. Elle préféra passer Breux, Tillières, Verneuil. Après la sortie de Verneuil, Claire s'arrêta pour déjeuner sur une aire sableuse et vide. 
C'est la forêt de L'Aigle. 
Elle traverse le parking en direction d'une petite table en fer posée devant un chalet alpin. Un pot de forsythias jaunes a été placé au milieu de la petite table. Devant le pot de forsythias, il y a une ardoise où est noté à la craie le menu du jour. Elle examine le menu. 
Un homme d'une cinquantaine d'années sort timidement de l'auberge. Il porte un tablier à grands carreaux rouges et blancs. 
- Monsieur, on peut manger là, au soleil ? 
Claire montre la petite table en fer à l'extérieur. 
- Vous savez qu'il n'est pas midi ? 
- Cela vous pose un problème de faire à manger dès maintenant ? 
- Non. 
- Alors je voudrais m'installer là, dans ce rayon de soleil, même s'il n'est pas midi. 
L'aubergiste n'a pas l'air très favorable. De toute façon il ne répond rien. Il a un comportement étrange. Il examine Claire avec attention. Cette dernière s'approche de lui, elle le prend par le bras, elle est deux fois plus grande que lui. 
- Je vous parle : Je vous demande si je peux m'asseoir là, sous le soleil. 
- Là ? 
- Oui, là, dans le rayon de soleil. 
L'aubergiste lève des yeux tout bleus vers elle. 
- Monsieur, je souhaiterais manger, ne serait-ce qu'une salade, là, en plein soleil, à onze heures, au mois de février, répète-t-elle. 
Silence. 
- Monsieur, je pense qu'il faut que vous me répondiez. 
Alors l'aubergiste s'avance, prend la pancarte, l'ardoise sur laquelle est noté le menu du jour, le bouquet de forsythias. 
Il va les porter dans le chalet. 
Il revient avec une éponge. 
Il essuie lentement la table. 
En l'essuyant, elle se révèle bancale. 
L'aubergiste est à genoux. Les racines ont soulevé la terre. Il glisse un caillou sous un des pieds de la table. 
Un genou encore en terre, haussant les sourcils, il lève les yeux vers Claire et dit simplement : 
- J'hésitais, Madame, parce qu'il y a une hulotte. 
Il montre le haut de l'arbre avec son doigt. 
Ils lèvent tous les deux la tête en même temps. 
L'air est léger et bleu. 
Le chêne paraît nu malgré les petites feuilles toutes neuves prises dans les rayons du soleil. 
- Je pense qu'à cette heure-ci elle dort, suggère Claire. 
- Vous pensez ? 
Claire incline la tête. 
- Vous le pensez vraiment ? 
L'aubergiste, toujours un genou à terre, les bras croisés sur l'autre genou, l'interroge du regard en silence. 
- J'en suis certaine, dit Claire. 
Elle tire la chaise, elle s'assoit devant la petite table, elle se met à pleurer doucement. 
Le rendez-vous à la mairie est fixé à dix heures trente. 
Claire a pris son petit déjeuner dès qu'elle l'a pu (dès que la patronne de l'hôtel est allée chercher le pain à la boulangerie), à sept heures et quart. 
A neuf heures, elle se rend au marché. 
Elle traîne. 
Elle contemple une barquette de fraises parfaitement hors de saison. Elle ne résiste pas au désir de prendre une fraise, de la glisser dans sa bouche, de se rendre compte par elle-même de son parfum. 
Elle ferme les yeux. Elle goûte. 
Elle était en train de goûter une fraise qui ne sentait pas beaucoup plus que l'eau qu'elle contenait quand elle entendit une voix qui la toucha d'une manière indescriptible. Elle sentit l'intérieur de son corps se dilater sans bien comprendre ce qui lui arrivait. 
Elle ouvrit les yeux. Elle se retourna. 
Elle découvrit un peu plus loin, sur sa gauche, une marchande de légumes biologiques en grande discussion avec une dame âgée. 
Elle s'approcha lentement. 
Les légumes qui étaient exposés à la vente sur l'étal n'avaient pas grande allure ; leur apparence était chétive ; leur volume était informe ; leur peau était délibérément terreuse. 
La voix provenait de la dame toute petite qui se tenait devant eux. 
Elle avait un chignon blanc et - au-dessus - un fichu à motif de fleurettes roses sur fond noir beaucoup trop petit pour la masse de ses cheveux. La vieille dame était en train de demander comment étaient les poireaux. 
Claire aimait cette voix qu'elle entendait à dix pas d'elle. 
Elle adorait cette voix. 
Elle cherchait à mettre un nom sur ce timbre si clair, sur ces sortes de vagues de phrases rythmées qui attiraient son corps. La voix montait des romaines et des betteraves noires. La voix demanda brusquement, avec autorité, une botte de radis. Quand la voix demanda des côtes de blette, alors les yeux de Claire Methuen s'emplirent de larmes. Elle ne pleura pas pour autant mais, la vue brouillée, elle vit surgir, sans qu'elle en fût surprise, la main et la bague, au-dessus des grandes feuilles sombres des branches d'épinard, afin de saisir le sac terne, en papier recyclé, que lui tendait la marchande. 
Claire poussait les gens qui étaient dans la file. 
Les gens qui attendaient leur tour se mirent à murmurer et à grogner. 
- Madame Ladon, murmura Claire tout bas. 
Rien. La vieille dame ne se retourna pas. 

logo_bibli_VLS_20

Déjà lu du même auteur : 
villa_amalia_p Villa Amalia

Challenge 6% 
Rentrée Littéraire 2011
RL2011b
37/42

Posté par aproposdelivres à 10:55 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,


05 janvier 2012

Le voyage de Thétys, de Marseille à Panama – Nathalie Chateau et Bruno Fabre

Lu dans le cadre d'un partenariat avec
tamata

le_voyage_de_Thetys Tamata Éditions – septembre 2011 – 208 pages

Photos : Bruno Fabre

Quatrième de couverture :
Un catamaran, une skipette, un chasseur de langoustes.
Récits originaux et clichés voyageurs pour raconter cette première  année autour du monde.
Quand deux marins débutants décident de voyager autrement, c'est pour offrir en partage leur aventure et leur enthousiasme. Avec leurs mots, et leur regard.
Entre mars 2008 et avril 2009, ils nous emmènent de Marseille  à Panama, en passant par les Canaries. Ils nous font vivre leur traversée de l'Atlantique, leurs découvertes des îles de la côte
vénézuélienne. De mouillage en mouillage, leurs amis deviennent les nôtres. Avec eux, nous filons au Pérou pour une escapade, et revenons en mer Caraïbes pour une longue  escale aux San Blas. Avant que le passage, mouvementé, du mythique canal de Panama ne leur ouvre la route du Pacifique.

Auteurs : Nathalie Chateau l'auteur et skipette du bord.
Bruno Fabre le photographe et pêcheur du bord.

Le bateau : Thétys, un catamaran de 14 mètres.

Mon avis : (lu en janvier 2012)
J'ai accepté un partenariat avec la toute jeune maison d'édition de Tahiti : les Éditions Tamata qui m’a envoyé durant les fêtes « Le voyage de Thétys, de Marseille à Panama – Nathalie Chateau et Bruno Fabre ». Un très beau cadeau !
C’est un très beau livre avec de nombreuses photos que je ne me lasse pas de feuilleter.
Nathalie et Bruno ont décidé de  faire le tour du monde à la voile sans se presser en partant vers l'ouest, un voyage de 2365 jours, soit 6 à 7 ans. Ils sont déjà partis depuis 4 ans et ce livre nous raconte leur première année de voyage avec en préambule, quelques pages sur les préparatifs du voyages.
C’est le récit du voyage chronologiquement avec de nombreuses et superbes photographies. Le journal du  bord, les visites à terre, les rencontres avec d'autres équipages. Il y a même quelques recettes de cuisine faites à bord et que l’on peut reproduire dans notre cuisine...
Départ de Marseille, destination Les Canaries, la traversée de l’Atlantique en direction de Trinidad et Tobago puis le Vénézuela, Bonaire, San Blas et Panama. Il y a même une escapade au Pérou.
C’est un très beau voyage dépaysant qui m’a fait rêver !
Pour poursuivre le voyage, la dernière page du livre nous annonce déjà le deuxième tome, « des Galapagos en Nouvelle-Zélande »

En attendant, aller voir le Site Internet dédié au Voyage de Thetys

Un grand MERCI à Tamata Éditions de m'avoir permis de découvrir ce beau livre de voyages.

Extrait :

Recettes : ici

Photos : quelques photos visibles dans le livre et ici

th_tys1 th_tys1_marseille
Marseille : Le départ

th_tys3_gomera
La Goméra (Canaries)

th_tys_canal_20_ th_tys_canal_
Canal de Panama  -  Pacifique               

Lu dans le cadre du Challenge Petit BAC 2012
logo_Petit_BAC_2012
"Géographie"
"Personnage connu"
Thétys 

Posté par aproposdelivres à 06:35 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

16 juillet 2011

Esteban : tome 3 La survie – Matthieu Bonhomme

 Lu dans le cadre de de Critique en Masse de Babelio
en partenariat avec les éditions Dupuis

esteban___tome_3 Dupuis – octobre 2009 – 56 pages

Présentation éditeur :
1900, entre le cap Horn et l'Antarctique, sur la route qu'empruntent les baleines pour aller d'un océan à l'autre. Il y fait si froid que les bateaux croisent les icebergs et essuient les tempêtes les plus violentes au monde. Esteban, un jeune indien orphelin de douze ans s'apprête à vivre une grande aventure. En réalisant son rêve : embarquer à bord d'un baleinier, se lancer à l'assaut des flots, et devenir harponneur. Impressionné par sa ténacité et son courage, le commandant du Léviathan l'engage comme mousse et le voilà parti vers le cap Horn. Il va découvrir la vie à bord du baleinier, la rudesse des marins, malgré tout solidaires, et l'austérité de cet univers.

Auteur : Né à paris en 1973, dessinateur ayant fait une percée remarquée dans la bande dessinée, Matthieu Bonhomme manifeste très tôt un goût évident pour l'illustration. De simple lobby, le dessin devient une passion. Après un BTS d'arts appliqués, il fait la rencontre de Christian Rossi et de Jean-Claude Mézières, qui l'initient aux bases de la bande dessinée. Il travaille ensuite pour la presse dans de nombreux magazines comme Spirou, les éditions Je bouquine, Grains de soleil et bien d'autres. Il réalise ensuite un livre pour Okapi en 2000, fait d'autres petits travaux pour Nathan, puis sort enfin 'Contes et récits de la Conquête de l'Ouest'. Fabien Velhmann lui concocte un scénario béton pour la série 'Le Marquis d'Anaon'. En 2003, 'L' Age de raison' lui vaut le prix du festival d'Angoulême. Il poursuit sur sa lancée avec 'Le Voyage d'Esteban' et 'Messire Guillaume'. En 2007, le sympathique dessinateur revient honorer de sa présence le festival d'Angoulême.

Mon avis : (lu en juillet 2011)
J’ai choisi cette bande dessinée en lisant sa présentation, cette histoire maritime me tentait bien… Je n’avais pas réalisé que c’était une BD Jeunesse et à l’arrivée de la BD dans ma boîte aux lettres, trois « génial ! » ont jailli à la maison ! En effet, mes 3 fils avaient déjà lu les premières aventures d’Esteban dans la revue Géo Ado puis à la Bibliothèque, ils étaient donc impatients de lire la suite. J’ai donc du attendre quelques jours avant de pouvoir m’y plonger...

Je n'ai pas lu les deux premiers albums, mais les huit premières pages de celui-ci reprennent la fin du tome 2. Le baleinier Léviathan a été pris par les glaces, l'équipage doit faire quelque chose pour ne pas mourir de froid ou de faim. Ils se répartissent donc dans les chaloupes et tentent d'atteindre la terre ferme. Un long voyage commence à travers les icebergs, face à d'énormes vagues... Voilà un beau récit d'aventure passionnant et des dessins superbes qui plongent le lecteur dans un univers marin dur et exigeant. Le personnage d'Esteban, jeune indien de douze ans, est très attachant et cet épisode nous dévoile un peu de son passé. 

Après cette lecture, et en attendant un nouvel épisode, je vais sans tarder essayer de me procurer les tomes 1 et 2.

Merci à Babelio et aux éditions Dupuis pour cette très belle découverte pour moi et la confirmation d'une très bonne série pour mes trois moussaillons...

Extrait :

esteban03p_11
esteban03p_12_
esteban03p_13_
esteban03p_15

 

 

Posté par aproposdelivres à 08:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 juin 2011

Swap Une Vague Bleue - le colis dévoilé !

Dans le cadre du Swap Mettez de la couleur dans votre PAL organisé par Valérie,
le deuxième swap concernait la couleur bleu avec Une Vague Bleue

Une_vague_bleue

Les règles : C'est un Swap en binôme.
Chaque colis doit contenir :

- un roman
dont la couverture est de la couleur demandée ou dont le titre la contient 
-
 un roman
se passant près au bord de la mer ou dont un évènement marquant est lié à un point d'eau. 
- un marque-page de la couleur ou sur le thème demandé 
-
une surprise (si possible surprise ou MP préparé par vos petits doigts) de la couleur ou sur le thème demandé 
-
une gourmandise bleue ou liée à une ville d'eau.
   

Avec mon binôme Thiphanie (blog : notes de lecture), nous avons été synchrones en effet, sans le savoir, nous avons posté nos colis le même jour... et la Poste ayant bien fait les choses (le chemin n'était pas très long...), nous les avons reçu également le même jour !

Hier soir, après une longue journée de travail, un train en retard...,
j'ai retrouvé le sourire en voyant mon colis !

P1100897_30

Comme c'est l'été et qu'il fait jour tard le soir,
j'ai passé la soirée à ouvrir mon colis et à faire les photos...
Toujours avec une certaine excitation, j'ai découvert ce que contenait mon colis Swap...
Je savoure ces instants ! ! ! 

 P1100898_30  P1100900_30

Thiphanie m'a bien gâtée !

P1100908_30

Voilà l'ensemble !
(les galets et coquillages, sont là pour la mise en scène...)

Et le détail...

P1100901_30
(en cliquant la photo, vous pourrez l'agrandir...)

Voilà une superbe carte aux bleus nombreux et variés...
avec une phrase de Gabriel Garcia Marquez
"Et ma barque m'emportera jusqu'à ton rêve"
et un très gentil mot de ma swappée,
une marque page parfait pour Une Vague Bleue !

P1100903_30
(en cliquant la photo, vous pourrez l'agrandir...)

J'ai éclaté de rire en découvrant la surprise
"cuisine" (gant et tablier) Monsieur Malchance !

P1100911_30
(en cliquant la photo, vous pourrez l'agrandir...)

Encore des surprises avec un mug rigolo qui va s'ajouter à ma petite collection,
 une soucoupe sachet ou boule à thé
Côté gourmandise, du thé bleu, des bonbons bleus !

P1100909_30
(en cliquant la photo, vous pourrez l'agrandir...)

Et pour terminer, des livres qui me feront voyager et
que Tiphanie a choisi parmi ma Liste A Lire :

- Le monde du bout du monde - Luis Sepulveda
(Chili)
- Profondeurs - Henning Mankell (Suède)
- Avec vue sur la mer - Didier Decoin (Normandie, La Hague)

Un très Grand MERCI à Tiphanie pour ce très beau colis et
Merci à Valérie pour l'organisation de ce Swap Une Vague Bleue

Allons voir maintenant, le colis bleu que j'ai concocté avec beaucoup de plaisir pour Tiphanie.

A suivre, le 3ème volet du Swap Mettez de la couleur dans votre PAL,
il est intitulé Encre noire sur page blanche, sur le thème des livres et de l'écriture.
Il reste encore des places pour s'y inscrire...

 

Posté par aproposdelivres à 15:47 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

02 décembre 2010

Le cimetière des bateaux sans nom – Arturo Pérez-Reverte

Livre lu dans le cadre du logo_challenge_ABC- (26/26)
Challenge terminé !

le_cimeti_re_des_bateaux_sans_nom le_cimeti_re_des_bateaux_sans_nom_p le_cimeti_re_des_bateaux_sans_nom_p1

Seuil – mars 2001 – 568 pages

Points – mai 2004 – 568 pages

Succès du livre éditions - juin 2008

traduit de l'espagnol par François Maspero

Quatrième de couverture :
Un marin exilé de la mer follement épris d'une femme dangereuse et belle. Un brigantin englouti depuis plus de deux siècles dans la pénombre verte de la Méditerranée. Une ancienne carte nautique qui n'en finit pas de révéler ses énigmes. Un secret dont les bribes éparpillées dans les liasses jaunies des bibliothèques et des musées excite la convoitise de chasseurs d'épaves sans scrupules. Et une fabuleuse histoire d'amour et d'aventure dont l'inoubliable héroïne est la mer. De Melville à Stevenson, de Conrad à Patrick O'Brian, c'est toute la grande littérature de la mer qui revit dans les pages de ce fascinant et merveilleux roman, comme un hymne à l'or magique des rêves et une métaphore de la part d'ombre tapie en chacun de nous.

Auteur : Arturo Pérez- Reverte est né à Cartagena, Espagne, en 1951. Licencié en Sciences politiques et en journalisme, il a travaillé longtemps comme grand reporter et correspondant de guerre pour la télévision espagnole, notamment pendant la crise du Golfe et en Bosnie. Le Cimetière des bateaux sans nom est le cinquième grand roman d'Arturo Pérez- Reverte (après Le Tableau du maître flamand, Le Maître d'escrime, Club Dumas et La Peau du tambour), tous des succès mondiaux dont plu-sieurs ont été portés à l'écran. Il partage aujourd'hui sa vie entre l'écriture et sa passion pour la mer et la navigation.

Mon avis : (relu en novembre 2010)
Coy est un marin sans bateau. Lors d’une vente aux enchères il croise Tanger Soto, une femme troublante dont il tombe amoureux. Tanger Soto travaille au musée de la Marine de Madrid. Elle vient d’acquérir l’Atlas maritime des côtes d’Espagne d’Urrutia Salcedo datant de 1767. Elle va entraîner Coy à la recherche d’un vieux brigantin englouti, le Dei Gloria, qui aurait coulé aux larges des côtes espagnoles plus de deux siècles auparavant. Nous allons d’abord suivre la piste du Dei Gloria à travers les bibliothèques et les archives marines. Puis la recherche se poursuivra dans les eaux de la Méditerranée. Les relations entre Coy et Tanger sont mystérieuses et ambigües... Sans oublier qu’ils ne sont pas les seuls dur la piste du brigantin englouti…

L'auteur nous dépeint avec beaucoup de justesse ces deux personnages principaux et à travers de superbes descriptions, il rend hommage à la Méditerranée. Le lecteur est conquis par une ambiance et une atmosphère digne de Jules Verne. Ce livre est un vrai jeu de piste, qui nous parle de cartes, de trésor, de corsaires et de mer et de marins... J'ai relu ce livre avec beaucoup de plaisir !

Extrait : (début du livre)
Observons la nuit. Elle est presque parfaite, l'étoile Polaire est visible à sa place exacte, à droite de la ligne formée par Merak et Dubhé, en multipliant par cinq la distance qui les sépare. La Polaire va rester au même endroit durant les vingt mille prochaines années ; et tous les navigateurs qui la contempleront éprouveront du réconfort en la voyant là-haut, car il est bon que demeure ainsi quelque part un repère immuable, quand les gens ont besoin de tracer des routes sur une carte marine ou sur le paysage confus d'une vie. Si nous continuons à prêter attention aux étoiles, nous trouverons sans difficulté Orion, puis Persée, puis les Pléiades. C'est facile parce que la nuit est limpide, il n'y a pas de nuages ; pas même un souffle de brise. Le vent de suroît est tombé au coucher du soleil, et le bassin est un miroir noir qui reflète les grues du port, les châteaux éclairés sur les montagnes, et les feux – vert à gauche et rouge à droite – des phares de San Pedro et de Navidad.

Approchons-nous maintenant de l'homme. Il est immobile, appuyé sur le faîte du rempart. Il regarde le ciel, qui s'annonce plus sombre vers l'est, et il pense que demain soufflera le vent d'est et qu'il fera grossir la houle. Il semble aussi sourire, d'une manière étrange ; quelqu'un qui pourrait voir son visage éclairé d'en bas par les lueurs du port conclurait qu'il existe des sourires meilleurs que celui-là : chargés de plus d'espoir et de moins d'amertume. Mais nous nous n'en connaissons pas la cause.

Livre lu dans le cadre du logo_challenge_ABC- (26/26)
Challenge terminé !

Lu dans le cadre du Challenge Voisins, voisines
voisin_voisine
Espagne

Posté par aproposdelivres à 06:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 août 2010

Les trois vies de Babe Ozouf – Didier Decoin

Livre lu dans le cadre du logo_challenge_ABC- (23/26)

les_3_vie_de_Babe_Ozouf_2 les_3_vies_de_Babe_Ozouf les_trois_vies_de_babe_ouzouf_p

Seuil – avril 1983 – 376 pages

Points - mai 1984 – 376 pages

Points – juin 2001 – 409 pages

Quatrième de couverture
Là-haut, tout au bout de la France, c'est la Hague, terre de granits et de landes fauves, qui poignarde l'une des mers les plus dangereuses du monde.
Babe Ozouf, Catherine et Carole sont filles de la Hague. Leur saga - qui s'étend sur trois générations - est scandée par un même geste, un acte que l'amour inspire: faire naître la lumière et le feu dans la nuit. Par trois fois, ce geste simple et fatal provoquera un naufrage: naufrage de navires et naufrage de trois destins.
Emmenée par deux gendarmes, Babe Ozouf va vivre une mise à l'épreuve qui sera aussi une délivrance. Sa fille Caherine, mariée à quinze ans, connaîtra l'exil, de l'autre côté de l'océan. Et Carole, la fille de Catherine, sera irrésistiblement rappelée vers cette falaise, lieu de rencontre avec la nuit et le brouillard.
Trois hommes traverseront la vie de ces jeunes femmes: Michael Bernstein, le pianiste; le peintre Louis Asfrid et le mystérieux Recruteur qui hante les quais de Liverpool. Ils apprendront que l'amour est aussi ce calme effrayant qui précède et annonce les tempêtes.
« La Hague, dit l'auteur, ne m'a pas inspiré ce roman : elle me l'a imposé. Je l'ai écrit dans la solitude, le tulmute et la passion, à l'image du pays étrange qui l'a fait surgir. »

Auteur : Né le 13 mars 194, fils du cinéaste Henry Decoin, Didier Decoin commence sa carrière comme journaliste. Il passe par des quotidiens comme Le Figaro et France-Soir. Il participe aussi à la création du magazine VSD. Il touche aussi à la radio en intervenant sur Europe 1. Mais le journaliste est passionné d'écriture et entame une carrière de romancier. A tout juste 20 ans, il publie son premier livre intitulé 'Le Procès à l'amour'. Ecrivant plus d'un vingtaine d'ouvrages, il est récompensé en remportant le Prix Goncourt pour 'John l'enfer' en 1977. Membre fondateur de la Société civile des auteurs multimédia – SCAM – il assure aussi la présidence de la Société des gens de lettres de France. En 1995, il devient le Secrétaire général de l'Académie Goncourt. Attiré par le cinéma et la télévision, il devient scénariste pour la fiction de France 2. On lui doit des séries comme 'Les Misérables', 'Le Comte de Monte-Cristo', 'Balzac' et 'Napoléon'. Fort d'un parcours hors du commun, Didier Decoin est aujourd'hui considéré comme un membre précieux de la culture française.

Mon avis : (lu en août 2010)
Voici l'histoire de trois femmes de la Hague, qui s'étend sur trois générations : il y a Babe Ozouf, Catherine et Carole. Chacune d'elles par amour fera naître un feu dans la nuit, un feu qui aura des conséquences malheureuses. Babe, par amour pour le pianiste Michael Berstein, allumera un grand feu qui causera le naufrage d'un navire. Catherine va illuminer sa maison et son jardin de toutes les bougies et lanternes pour se rassurer en l'absence de son mari le peintre Louis Asfrid. Elle sera alors obligée de fuir. Enfin, Carole qui allumera un grand feu pour couler le croiseur lourd Admiral von Severloh.
Toute la magie du récit vient du lieu où se déroule ce roman, la Hague avec ses landes de bruyères sauvages, ses rochers de granit, sa mer froide, ses embruns salés, son brouillard. Les descriptions sont superbes et le lecteur est envoûté autant par ce lieu que par ces trois histoires liées.

P1060274_20

Extrait : (début du livre)
Barbe Ouzouf aimait trop la beauté pour supporter longtemps le prénom qu’on lui avait infligé : à huit ans, elle en fit sauter le r et on la connut désormais sous le nom de Babe. Habitant une région proche des îles anglo-normandes, la Hague, certains prononçaient Babe à l’anglaise, comme un diminutif de baby. Cela lui alla plutôt bien jusqu’à la puberté, ensuite elle prit de la poitrine, des hanches, ses cheveux roux se mirent à pousser au point de lui battre les fesses, elle devint femme, et les gens cessèrent de dire Babe à l’anglaise pour, au contraire, insister sur le a, et même le multiplier comme si Babe s’écrivait Baaabe.
A six heures tous les soirs, elle se baignait sur la grève d’Ecalgrain. En 1893, il n’existait aucun aménagement, juste un sentier pour descendre de la falaise jusqu’au premier lit de galets. En avril, les ajoncs étiraient leurs pousses en travers du passage, et plus d’une fois Babe déchira sa robe à leurs épines, et souvent son jupon, ses cuisses à travers l’étoffe noire.

Elle agit aujourd’hui comme d’habitude, malgré les deux gendarmes à cheval qui l’attendent, qui la surveillent depuis la route de la falaise. L’un d’eux, Jean Le Nackeis, a déjà déroulé la corde rugueuse qui servira tout à l’heure à lier ensemble les poignets de Babe.

Elle n’a jeté qu’un coup d’œil distrait sur cette entrave.
Sur une roche elle pose sa coiffe, sa longue écharpe et ses souliers, en recommandant aux gendarmes de bien veiller à ce que le vent ne les enlève pas ; peu lui importe de retrouver ou non ses affaires quand elle remontera de la grève, parce qu’alors tout lui sera indifférent, mais dans le souci qu’elle manifeste de ne pas abandonner ces quelques accessoires au vent il y a une façon de promesse : « Je reviendrai me livrer, vous avez eu raison de me faire confiance. »

Posté par aproposdelivres à 10:34 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,