17 mai 2014

40 recettes pour marmitons de 7 à 10 ans - Christophe Faveau et Isabelle Soufflet

En librairie depuis le 14 Mai 2014

Lu en partenariat avec les éditions Flammarion jeunesse

40 recettes Flammarion jeunesse - mai 2014 - 95 pages

Collection Activités faciles et originales

Illustrations : Marie Écarlat

Quatrième de couverture : 
Pour cuisiner tout seul comme un grand, voici, pour les enfants de 7 à 10 ans, 40 recettes...
Entrées, plats, desserts et boissons joliment illustrées de pas-à-pas accompagnées de conseils et d'astuces choisies parmi les plats préférés des apprentis marmitons !

Auteurs : De formation hôtelière, Christophe Faveau a ouvert en 2006 son propre restaurant-bar à vins à Bordeaux. Il vit aujourd'hui à Toulouse.
Isabelle Soufflet habite en région parisienne. Après s'être consacrée un temps à l'écriture, elle est aujourd'hui éditrice chez Gallimard jeunesse.

Mon avis : (lu en mai 2014)
Ce livre de recettes est destiné aux enfants de 7 à 10 ans pour les initier à la cuisine du quotidien. Il va sans dire que cette activité doit être un moment ludique à partager avec un adulte pour les étapes "dangereuses".
Description du livre : 
Deux pages de conseils avant de commencer : sur l'organisation du travail, quelques secrets de chefs (mesures et leurs équivalences) et l'explication des pictogrammes utilisés dans le livre pour indiquer le temps de réalisation (préparation + cuisson), le coût et le niveau de difficulté.
Le livre de recette à proprement dit avec 12 recettes d'entrée, 9 recettes de plat principal, 16 recettes de desserts et 3 recettes de boissons.
Dans l'angle haut à droite de la double page de chaque recette les 3 pictogrammes (temps de  réalisation, coût et difficulté)
Sur la partie haute de la page de gauche : Les ingrédients, de la page de droite : Les ustensiles.
Puis les 4 à 5 étapes de la recette sont décrites et illustrées.
Et souvent une astuce complète la recette (substitution d'un ingrédient, un conseil...).

Mes marmitons ayant plus de 10 ans, j'ai testé deux recettes seule en imaginant mon petit marmiton... 

J'ai testé le plat "Curry minute"
En adaptant quelques ingrédients, j'ai utilisé du poulet plutôt que de l'agneau et n'ayant pas de coriandre fraîche, j'ai remplacé par du persil et quelques graines de coriandre... 
J'ai respecté le timing de la recette soit 20 minutes. Le dosage du sel et du curry n'est pas quantifié précisément "du curry et un peu de sel". Il ne faut pas hésiter à goûter et rectifier l'assaisonnement. Mon dosage tomate et lait de coco ayant été fait "à la louche", difficile de retrouver la présence du goût coco.
Le résultat a été cependant à la hauteur de ce que j'imaginais et apprécié par mes 3 gourmands (qui ont un peu plus de 7 à à 10 ans).
Mon marmiton aurait pu découper la viande, les oignons, le persil, remuer les ingrédients dans la poële.

curry_photo 

J'ai testé le dessert "Brownies"
J'ai dès le début divisé par deux la quantité de sucre (que je trouvais proportionnellement trop forte). J'ai utilisé l'astuce en intégrant dans la pâte à brownies des brisures de spéculos et des noix. Aucune quantité précise n'est donnée pour les noix ou les spéculos. Dans le brownie, on ne retrouve pas le croquant du spéculos et le goût était très discret (j'en ai sans doute pas mis suffisamment...). Le timing de la recette est un peu faible (35 minutes dont 20 minutes de cuisson), j'ai mis environ 10 à 15 minutes de plus (sans compter le temps pour casser les noix).
Le résultat a été dévoré par tous. 
Mon marmiton aurait pu faire seul cette recette avec l'aide de l'adulte pour surveiller le mélange beurre chocolat au bain-marie et la gestion du four pour la cuisson du brownie.

P1010732

Voilà deux recettes que je referais certainement !

J'ai aimé :
- Les recettes choisies : des plats classiques, simples, variés... 
- Les index présents sur la deuxième et troisième de couverture : index des recettes par niveau de difficulté, par temps de réalisation et par coût.

- Les pictogrammes qui permettent de visualiser facilement la difficulté ou le temps de réalisation de la recette.
- L'absence de photos, pas de complexe à avoir en voyant le résultat de notre recette. Les illustrations sont colorées et explicites.

Je n'ai pas aimé :
La recette des crêpes qui a été classée dans les recettes faciles... La partie cuisson est, à mon avis, la plus difficile et elle est très sommairement décrite... "2) Laisser reposer la pâte pendant 1h environ avant de faire cuire les crêpes à la poêle. Mets un peu de beurre chaque fois que tu en fais cuire une."
Pour l'auteur, il est peut-être sous entendu que cette partie cuisson est réservée aux adultes ! 

Le temps de repos de la pâte 1 heure me semble également un peu faible... 

Remarque amusante d'un de mes grands marmitons : 
Dans deux recettes de tartes, il est prévu la cuisson à blanc de la pâte en utilisant des haricots secs (prévus dans la liste des ingrédients)

                                       2) Avec une fourchette, pique le fond de la tarte.
                                       Recouvre-le de haricots secs, puis fais-le cuire
                                       à four tiède (150°C) pendant 10 min environ.

                                       3) [... préparation du mélange chocolaté... ]

                                       4) Verse le mélange chocolaté sur le fond de tarte,
                                       puis remets au four pendant 20 min environ.

Mais avant de verser la préparation dans le fond de tarte, il est nulle part précisé de retirer les haricots... 
Une tarte au chocolat avec des haricots secs comme fèves non prévues, cela peut être très surprenant !

Merci Brigitte et les éditions Flammarion jeunesse pour ce partenariat. 

Extrait : (pages 66-67)

recettes1 recettes2

 

Posté par aproposdelivres à 06:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


05 avril 2014

Les aventures de Pettson et Picpus : Grabuge au potager - Sven Nordqvist

 Lu en partenariat avec Autrement Jeunesse

grabuge au potager Autrement jeunesse - mars 2014 - 26 pages

texte français de Camille Gautier

Titre original : Kackel i grönsakslanddet, 1990

Présentation éditeur :
C'est bientôt le Printemps ! Pettson, aidé de Picpus, décide de se lancer dans la confection d'un potager. Mais celui-ci attire bien des convoitises nocturnes... Qui sont les mystérieux coupables ?

Auteur : Né en 1946, Sven Nordqvist est un écrivain et illustrateur suédois de livres pour enfants. Il est connu pour sa série Pettson and Findus, dont les héros sont un vieux paysan, Pettson, et son chat futé, Findus. Il a étudié l'architecture à Lund Institute of Technology, et il a enseigné quelque temps l'architecture, tout en essayant de se conformer à sa première vocation d'illustrateur. En 1983 il a obtenu son premier prix dans un concours de livres pour enfants, et depuis il se consacre à ce type de publications.

Mon avis : (lu en avril 2014)
Avec le printemps, voilà la huitième aventure du duo Pettson et Picpus, un vieux bonhomme et son chat malicieux... Pettson décide de créer un potager pour y faire pousser des carottes, des pommes de terre... Picpus n'est pas trop emballé... il n'aime pas trop les légumes... Mais pourquoi pas essayer de faire pousser des boulettes de viande qu'il aime tant... 
Pendant que Pettson prépare la terre, creuse des sillons et sème des graines, Picpus creuse un petit trou, y met une boulette, la recouvre de terre et l'arrose. Mais cultiver son potager n'est pas de tout repos... Car tout à coup, c'est l'invasion des poules, elles sont sorties du poulailler attirées par la terre fraîchement retournée et la promesse de trouver des vers de terre... Difficile de les convaincre de retourner dans leur enclos... Et Pettson et Picpus ne sont pas au bout de leur peine et des (mauvaises) surprises !
En bonus en fin de livre une page intitulée "Au potager" propose quelques conseils pour planter dans son potager carottes, salades, oignons, pommes de terre, tomates et petits pois. On y découvre les périodes de semis, de récolte.
Toujours aussi attachants Pettson et Picpus sont vraiment drôles et plein d'astuces surtout Picpus... Et c'est un vrai bonheur pour les petits et les grands...
Chez moi, toute la famille a savouré cette nouvelle aventure de Pettson et Picpus, texte et dessins, avec le même plaisir que lorsque les enfants étaient petits... 

Merci à Brigitte et aux éditions Autrement Jeunesse pour cette promenade au potager...

Extrait : 

Petson_et_Picpus_1 Petson_et_Picpus_2

Petson_et_Picpus_3 Petson_et_Picpus_4

Déjà lu du même auteur :

l_inoubliable_No_l_de_Pettson L'inoubliable Noël de Pettson et Picpus 

Posté par aproposdelivres à 17:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 octobre 2013

Le Démon des brumes - Luc Blanvillain

2013_10_14_195047 Seuil - septembre 2013 - 345 pages

Quatrième couverture : 
Comment RAPHAËL aurait-il pu savoir qu'en offrant cette bague à LAURA, il accomplissait le premier acte d'une prophétie maléfique millénaire ?
Et comment Laura aurait-elle pu soupçonner MELVIL, nouvel élève du lycée au charme irrésistible, d'être lié à elle par cette même prophétie ?
Le Démon des Brumes, resté tapi dans l'ombre depuis des décennies, vient d'accomplir sa dernière métamorphose et s'apprête à répandre la terreur parmi les hommes. Raphaël et Laura sont les outils de son projet démoniaque ; eux seuls seront peut-être capables de l'arrêter.

Auteur : Né en 1967, Luc Blanvillain est professeur de lettres. Il a déjà publié 4 romans pour la jeunesse, dont Un amour de geek (2011) et Une histoire de fou (2011). Dans ses romans, il aborde souvent les thèmes des adolescents, des problèmes familiaux, de la croyance fanatique et de l'indiscipline. Il s'inspire non seulement de ses enfants mais aussi des jeunes qu'il observe dans ses classes. Luc Blanvillain vit à Lannion, en Bretagne.
 
Mon avis : (lu en octobre 2013)
J'ai eu la surprise de recevoir ce livre de la part de l'auteur. J'avais bien aimé ces deux premiers livres. Pour celui-ci, n'étant pas fan des histoires fantastiques, j'ai mis un peu de temps avant de l'ouvrir et de m'y plonger. 
Le livre commence par un prologue en 1013 avec un terrible incendie. Puis l'histoire se situe en 2013, Laura et Raphaël sont deux lycéens amoureux. L'arrivée au lycée du mystérieux Melvil va bouleverser la quiétude de la ville...
J'ai lu sans peine la moitié du livre qui est bien écrit mais je n'ai pas eu envie de continuer plus loin, cette histoire ne m'intéressait pas plus que cela... 
N'étant pas le public à qui est plutôt destiné ce livre, j'ai préféré le proposer à deux de mes fils...
L'aîné (20 ans) a fait une pause dans sa lecture de "Le cycle des Dieux" de Bernard Werber pour lire "Le Démon des brumes" et son avis est mitigé : « C'est pas mal, j'ai bien aimé l'idée de la légende. »
Pour le plus jeune (15 ans), il compte le lire dès qu'il aura terminé sa lecture du moment... "Le cycle des Dieux" de Bernard Werber.
Merci à l'auteur et aux éditions du Seuil qui m'ont envoyé ce livre.
 
Autres avis : Elea, Vivelesbetises, Loula

Extrait : (début du livre)
- 1013 -
Il ne comprenait pas. 
Tout flambait. 
Les parchemins flambaient, les boiseries flambaient, les tentures, les poutres, les vases, les pilons, les pinces, les loupes, tous ses précieux instruments, son inestimable bric-à-brac, ses herbes, ses simples, ses liqueurs et même ses pierres, glanées aux confins du monde, tout fondait, crépitait, éclatait dans les mâchoires du brasier.
Une vie entière de sortilèges, une existence vouée aux ensorcellements de la matière et de l'esprit, au rêve du grand oeuvre, des années de labeur et d'inquiétudes, de veilles, de privations, une vie à scruter les signes dans le ciel et dans le vélin des bibliothèques, sa jeunesse enfiévrée par l'étude, par l'espoir, par la quête, toujours recommencée, de la pierre philosophale, son passé, son avenir, tout se tordait dans les flammes.
Il avait été l'un des premiers, le premier, peut-être, à voyager aussi loin pour ramener du bout du monde les textes secrets, sacrés, consacrés à cet art nouveau qu'on appelait «alchimie». Il avait appris la langue arabe et traduit en latin les formules du Kitâb sirr al-Khaliqa, il avait perdu trois orteils, gelés puis pourris de gangrène, quand la glace d'un lac qu'il traversait avait cédé sous son poids. Il les avait tranchés lui-même. Puis il était revenu en boitant jusqu'à Tours, sa ville natale, où il avait résolu de se consacrer à l'étude. Il s'était marié, tout de même, dans l'espoir de transmettre ses connaissances à son fils.
Il restait immobile et ne comprenait pas.
L'enfer avait jailli du creuset de cuivre rougi où les métaux fondus palpitaient sagement depuis des heures. Il avait pourtant respecté à la lettre les instructions du parchemin. Claquemuré dans son antre, il en avait interdit l'accès à sa femme et à son fils. Des nuits et des nuits qu'il ne dormait plus, se nourrissait de lueurs, les yeux à vif, si près d'atteindre enfin son but. Trop près.
Il avait dû se tromper, intervertir deux nombres. Une seconde d'inattention avait suffi.
Dans un instant, les flammes l'envelopperaient, à son tour. Elles hésitaient encore un peu, s'aplatissaient aux pieds de leur vieux maître déchu.
Il entendit les hurlements et secoua son rêve.
L'incendie avait gagné le reste de la maison. L'étage. Les chambres. Le torchis sec, les lambris, la paille, le bois, friandises instantanées pour la fureur du feu.
Et ce qu'il entendait, maintenant, par-delà les craquements, les écroulements de poutres, c'étaient des plaintes insoutenables. Sa femme, son fils et leur vieille servante, prisonniers, dévorés. Ils n'avaient aucune chance de s'en sortir. Les fenêtres étaient trop étroites. L'escalier s'était déjà écroulé. La violence de cette apocalypse était surnaturelle. Dieu ne voulait pas de survivants.

 

Lu du même auteur : 

un_amour_de_geek Un amour de geek  crimes_et_jeans_slim_p Crimes et jeans slim

 

Posté par aproposdelivres à 06:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 août 2013

Ecoute, Petit Loup... - Maurice Vauthier

sdp_ecoute_petit_loup_sdp_230 2013_07_24_210540 _coute_petit_loup_1 _coute_petit_loup_

Editions Alsatia - 1961

Editions GP Rouge et Or - 1972 - 176 pages

Les jeux de l'aventure - novembre 1994 - 128 pages

Les jeux de l'aventure - novembre 1994 - 128 pages

Quatrième de couverture : 
« Petit Loup, mes histoires te parleront des hommes... Partons d'abord pour de grands voyages : la blanche Russie, les montagnes de Bohême ; plus loin encore, vers la Chine avec ses palais pleins de mystères et ses dragons fabuleux. Ensuite nous reviendrons tout doucement vers les maisons blanches et les toits roses de ce petit village où il se passe, vous le verrez, Clairette et toi, beaucoup plus de choses qu'on ne pourrait le croire... »
Comme Jean-Loup et Clairette, les lecteurs seront captivés par le charme et la grande tendresse qui émanent de ces contes préfacés par Maurice Genevoix.

Auteur : Maurice Vauthier est né en Chine en 1921. Il est docteur en Droit. Il a reçu de nombreux prix pour ses ouvrages. Il est décédé en 2007.

Mon avis : (relu en juillet 2013)
J'ai gardé ce livre (éditions GP Rouge et Or) qui m'a été offert lorsque j'étais en primaire. C'est un recueil de contes dont voici le sommaire :

Histoires pour Jean-Loup :
1 - Le Prince Goriouchkine 
2 - La grande bataille de Ha-Ta-Tchoung 
3 - Hans-Peter le chasseur
4 - Le dragon Kiang 
5 - Le clou (conte arabe)
6 - Wong

Histoires pour Clairette :
1 - La petite fille qui apprit à lire deux fois 
2 - Les fleurs de Gildas 
3 - La phrase mystérieuse 
4 - Un petit chat tout blanc 
5 - La vigne 
6 - Trois pots de miel 
7 - Les santons
8 - La note de service 
9 - Yan aux yeux bleus

Je me rappelle avoir lu et relu de nombreuses fois ce livre lorsque j'étais enfant. En le relisant de nombreuses années plus tard... je me rend compte que je ne gardais le souvenir que de peu de contes... Dans la première partie, ils nous invitent à découvrir des contrées (Russie, Allemagne, Chine, Japon, Magreb...) ou des époques lointaines , dans la deuxième partie nous sommes de retour en France et dans le présent. Ces contes sont destinés aux enfants (8 à 12 ans) mais ils peuvent être lus également par des adultes. En prélude, l'auteur annonce la couleur « mes histoires te parleront des hommes... » 
Cette nouvelle relecture m'a beaucoup plu, les personnages de chacun des contes ont un gros coeur, ils sont à l'écoute de leur prochain et délivrent un vrai message d'humanité. Une très belle redécouverte.

Souvenirs_souvenirs

  Challenge Petit BAC 2013
petit_bac_2013
"Animal"



Posté par aproposdelivres à 07:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16 juillet 2013

Heidi - Johanna Spyri

Lu dans le cadre du Challenge
 "Ecoutons un livre"

_coutons_un_livre

 Heidi_and_her_grandfather_jessie_willcox_smith heidi_flammarion heidi_nathan heidi_casterman heidi_rouge_et_or heidi_folio_2011

litteratureaudio.com - novembre 2011 - lu par Florent

Flammarion - octobre 1995 - 

Nathan - juin 2002 - 188 pages

Casterman - mars 2005 - 210 pages

Rouge et Or - février 2010 - 188 pages

Folio junior - octobre 2011 - 200 pages

traduction anonyme (1882)

Présentation : Dans le massif alpin, un matin d’été, une jeune femme revient dans son village natal, accompagnée d’une petite fille, Heidi. Cette arrivée inattendue ne tarde pas à éveiller la curiosité des habitants. La jeune femme leur apprend qu’elle vient avec la ferme intention de laisser l’enfant à son grand-père. Les villageois sont stupéfaits. Comment est-il possible de songer, ne serait-ce qu’un instant, à laisser une fillette à un vieil homme bourru vivant presque comme un ermite, en haut des montagnes ?

Auteur : Johanna Spyri-Heuser (1827-1901) est née en Suisse. Le premier volume de Heidi paraît en Allemagne en 1880, suivi d'un second en 1881, Heidi grandit. Ce fut immédiatement un immense succès à tel point que ses livres furent traduits en des dizaines de langues et qu'ils furent adaptés pour le cinéma, la télévision et même l'opéra.

Mon avis : (écouté en juin 2013)
Je n'ai pas trouvé de livre audio "jeunesse" en bibliothèque, j'ai donc été chercher sur internet des livres audio gratuit. Le premier livre choisi était un Jules Verne que j'ai finalement abandonné le lecteur ayant un accent trop prononcé... 

Je me suis donc rabattue sur "Heidi", livre que j'ai lu et relu lorsque j'étais enfant. Je n'avais pas réalisé à l'époque que le livre avait été écrit à la fin du XIXème siècle. 
Heidi est orpheline, elle va habiter chez son grand-père sur l'alpage. Elle se lie avec Peter le petit chevrier, la grand-mère et bien sûr son grand-père. Elle est heureuse dans les montagnes. Pourtant, sa tante vient la chercher pour aller vivre à Francfort en Allemagne pour tenir compagnie à Clara Sesemann qui est paralysée. Heidi découvre la grande ville et une grande maison avec domestiques. Malgré sa nature gaie et optimiste, les montagnes et la nature lui manquent et elle tombera malade. 
Même si l'histoire et le vocabulaire ont pas mal vieilli, le personnage d'Heidi m'a touchée comme la première fois que je l'ai découvert. J'avais oublié la partie de l'histoire à Francfort...

Ce livre audio peut-être téléchargé gratuitement ici

Extrait : (début du livre)
Quand on quitte le riant village de Mayenfeld pour gravir la montagne à l’aspect imposant et sévère qui domine cette partie de la vallée, on s’engage d’abord dans un joli sentier de plaine à travers champs et vergers. Au pied de la montagne le sentier change brusquement de direction et monte tout droit jusqu’au sommet ; à mesure qu’on s’élève, l’air devient plus vif, et l’on respire à pleines bouffées les fortes senteurs des pâturages et des herbes alpestres. 
C’est ce sentier que gravissait par une brillante matinée de juin une grande et robuste fille de la contrée, tenant par la main une enfant dont le visage paraissait en feu malgré sa peau brunie. Ce n’était pas étonnant, car, en dépit de la chaleur de juin, la pauvre enfant était empaquetée comme au gros de l’hiver. Elle pouvait avoir cinq ans, mais véritable taille disparaissait sous une accumulation de vêtements : deux robes l’une sur l’autre, un gros mouchoir de coton rouge croisé par dessus, et d’épais souliers de montagne garnis de clous ; la pauvre petite suffoquait et avait bien de la peine à avancer. 
Il y avait une heure environ que les deux voyageuses avaient commencé à gravir le sentier, lorsqu’elles arrivèrent au hameau de Dörfli, situé à mi-chemin du sommet ; c’était le village natal de la jeune fille, aussi s’entendit-elle bientôt appeler de tous côtés ; les fenêtres s’ouvraient, les femmes paraissaient sur le seuil de leur porte, chacune voulait l’arrêter au passage et échanger quelques mots avec elle. Mais elle ne fit halte nulle part, se contenta de répondre en passant aux salutations et aux questions, et ne ralentit sa marche que lorsqu’elle se trouva devant une maison isolée à l’extrémité du hameau. Une voix l’appela par la porte ouverte : 
– C’est toi, Dete ? Attends un instant ; nous ferons route ensemble, si tu vas plus loin. Ainsi interpellée, la jeune fille s’arrêta, et l’enfant en profita aussitôt pour dégager sa main et s’asseoir sur le bord du sentier. 
– Es-tu fatiguée, Heidi ? demanda sa compagne. 
– Non, mais j’ai trop chaud, répondit la fillette. 
– Nous serons tout de suite en haut ; il te faut prendre encore un peu courage et faire de grands pas ; dans une heure nous serons arrivées. 
À ce moment, une grosse femme à la figure jeune et bienveillante sortit de la maison et les rejoignit. L’enfant se leva et se remit à marcher derrière les deux amies qui entamèrent aussitôt une conversation animée sur tous les habitants de Dörfli et des localités voisines. 
– Mais, où vas-tu donc avec cette petite, Dete ? demanda enfin la nouvelle venue. C’est sans doute l’enfant que ta sœur vous a laissé ? 
– Oui, répondit Dete, je la mène chez le Vieux de l’Alpe où elle restera. 
– Comment, tu veux que cette enfant reste chez le Vieux de l’Alpe ? Je crois vraiment que tu as perdu la tête, Dete ; comment peux-tu faire une chose pareille ! Tu verras comme il va t’envoyer promener avec ta proposition. 
– Par exemple ! il est le grand-père de la petite, il faut qu’il fasse sa part ; c’est moi qui l’ai eue sur les bras jusqu’à présent. Du reste, tu peux bien être sûre, Barbel, que ce n’est pas à cause d’elle que je vais laisser échapper une place comme celle qu’on m’offre. C’est le tour du grand-père, à présent.


Posté par aproposdelivres à 07:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,


02 juin 2013

Bennett et Mortimer - Anthony Buckeridge

bennett_et_mortimer_ideal_63 Bennett70 2013_06_01_220915 bennett_et_mortimer_91 bennett_et_mortimer_98 

Idéal bibliothèque - 1963 - 189 pages

Bibliothèque Verte - 1970

Bibliothèque Verte - février 1984 - 184 pages

Bibliothèque Rose - 1991

Bibliothèque Rose - 1998

traduit de l'anglais par Vladimir Volkoff

Titre original : Jennings and Darbishire, 1952

Quatrième de couverture :
Bennett et Mortimer sont en passe de devenir, dans la littérature des jeunes, un tandem aussi fameux que Don Quichotte et Sancho Pança.
Pour son douzième anniversaire, Bennett reçoit une imprimerie en miniature et un appareil photo : bref, de quoi publier un journal de classe « supersonique » !
Faire une friture dans un bac à développement, se perdre dans la campagne et participer à l'expédition de sauvetage envoyée à leur propre recherche, extraire (par en haut) un paquet introduit (par en bas) dans la cheminée du redoutable professeur Wilkinson, voilà les moindres exploits des jeunes reporters.

Auteur : Anthony Malcolm Buckeridge est né à Londres en 1912 et a suivi sa vocation : l'enseignement. Nommé au St Lawrence College, il raconte à ses élèves, les soirs où il est de garde au dortoir, des histoires qu'il invente au fur et à mesure. Les personnages sont des écoliers comme eux, dans un collège qui ressemble au leur. 
Anthony Malcolm Buckeridge est décédé le 28 juin 2004.

Mon avis : (relu en juin 2013)
Je ne pouvais inaugurer ma participation au Mois Anglais organisé par Plaisirs à cultiver et My lou book que par un livre de cette série. 
Cette lecture est bien sûr une relecture ! J'ai découvert Bennett et Mortimer lorsque j'étais enfant à la bibliothèque où j'ai lu toute leur collection et j'en ai également acheté quelques uns avec mes étrennes que j'ai gardé depuis. Cette série évoque pour moi les plus gros fous rire de lecture de mon enfance. Avec Bennett et son complice Mortimer, je découvrais l'Angleterre et ses pensionnats. 

Bennett est un collégien de 10 ou 11 ans, le visage couvert de taches de rousseurs et la mèche en bataille. C'est un élève turbulent et surtout inventif, mais ses idées provoquent souvent des nombreuses catastrophes...
Mortimer est son fidèle camarade, blond, avec des lunettes. Même s'il n'est pas aventurier, il ne rechiche jamais à suivre son camarade même s'il prédit les problèmes dans lesquels ils ne manquent tous les deux à créer...
Avec eux, il y a évidemment de nombreux élèves comme Atkins, Morrison, Briggs...
Côté professeurs, il y a Léopold Prosper Willkinson, dit Wilkie, au tempérament explosif, M. Carter beaucoup plus calme et qui comprend mieux les enfants et M.Pemberton-Oakes, dit Grand Chef Sioux, le directeur du Collège de Linbury.

Ce livre est le quatrième de la série, cela commence le jour de l'anniversaire de Bennett, il reçoit pour ses douze ans, un appareil photo et une imprimerie miniature. C'est idéal pour créer un journal : la Gazette de la Troisième Division. Voilà donc Bennett et Mortimer à la recherche d'une idée d'article et pourquoi pas aller sur le port pour y faire une belle photo... L'imagination et l'inventivité de Bennett est sans borne, les quiproquos entre élèves et professeurs donnent à l'intrigue son côté comique sans oublier l'exotique de l'époque des années 50 et 60...
Même adulte, je continue à bien rire en les relisant...  

Un site très bien documenté sur la série : 2013_06_01_214039

Extrait : (page 73)
Au comble de l’embarras, Bennett resta sans mot dire, pendant que le directeur considérait les mains noires, les cheveux pleins de suie du jeune garçon.
« Peut-on vous demander à quoi vous passiez votre temps, Bennett ? »
Impossible de deviner, d’après le ton du directeur, s’il était simplement surpris ou en colère.
« Je… j’étais en train de mettre ma tête dans la cheminée, m’sieur.
— C’était précisément mon impression, mais j’avoue que le but de cette occupation m’échappe totalement.
— Eh bien… c’était pour voir si je pouvais regarder jusqu’en haut, m’sieur. »
M. Pemberton-Oakes, surnommé « le Grand Chef Sioux », enseignait des garçons de onze ans depuis trois décennies et un lustre. Il ne s’étonnait donc plus de leurs fantaisies et ne trouva nullement étrange que Bennett eût éprouvé le besoin de vérifier de visu la noirceur interne des cheminées.
« Je suppose, Bennett, dit le directeur satisfait, que M. Wilkinson vous avait envoyé ici pour que vous l’attendiez. Mais vous n’auriez pas dû monter sans changer de chaussures. Vous portez encore vos souliers de football. Allez les changer immédiatement. 
— Bien, m’sieur. »
Bennett quitta la pièce et constata que M. Pemberton-Oakes ne se préparait pas à le suivre. Donc, il était venu voir M. Wilkinson et l’attendrait dans son bureau. Que faire ?
Bennett descendit au vestiaire et méditait encore lorsque Mortimer vint lui donner une grande tape dans le dos :
« Alors, tout est arrangé ? demanda Mortimer joyeusement. Moi, je me suis débrouillé pour garder Wilkie dehors, mais tu n’es pas venu me faire signe qu’il pouvait rentrer. Tu as drôlement bien fait d’enlever ce paquet maintenant, parce que Wilkie va allumer son feu.
— Quoi ? »
Bennett avait fait volte-face comme une girouette.
« Oui, il fait des frais parce que le Grand Chef Sioux va venir le voir. »
Le regard de Bennett demeurait vitreux ; un doute horrible naquit dans l’esprit de Mortimer :
« Tu… tu ne veux pas dire que tu as bousillé le travail ? »
Bennett inclina la tête.
« Le Grand Chef Sioux est entré pendant que j’étais en train, et je me suis fait attraper parce que j’essayais de pénétrer dans la cheminée sans avoir enlevé mes souliers de football.
— Pas de veine ! Mais pourquoi ne les avais-tu pas enlevés avant ?
— Ça
 
ne m’aurait pas aidé à mieux voir, gros malin ! Je n’ai pas les orteils phosphorescents. 
— Catastrophe, Bennett ! Compte seulement : Primo, nous n’avons pas jeté le poisson quand M. Carter nous avait dit de le faire. Secundo, nous avons ouvert une boutique de friture dans la chambre noire. Tertio, M. Wilkinson va être asphyxié dès qu’il aura allumé du feu. Et quarto, eh bien quarto, papa dit toujours qu’un malheur ne vient ja… »
Mais Bennett n’écoutait pas. Subitement, il se frappa le front et s’écria :
« J’y suis, Morty. On va aller à la pêche !
— Sûrement pas, répondit Mortimer avec décision. Nous avons assez à faire avec le poisson que nous avons déjà sur les bras. 
— Justement. Si on ne peut pas l’avoir par en bas, on l’aura par en haut. Tout ce qu’il nous faut, c’est un crochet et une longue ficelle. »
La cheminée de la chambre de M. Wilkinson donnait sur un toit en terrasse, interdit aux élèves, mais facile à atteindre par la fenêtre d’un grenier. 
« Et s’il ne vient pas ? objecta Mortimer lorsque Bennett eut exposé son plan. 
— C’est notre dernière chance, répliqua Bennett. Je vais me débrouiller pour trouver un crochet ; toi, déniche-moi un bout de ficelle. »
Quelques minutes plus tard, armés d’un vieux porte-manteau qui servirait d’hameçon, d’une ficelle rallongée d’un lacet de chaussure qui servirait de ligne, et d’une poignée de porte pour lester le tout, les garçons gagnèrent sur la pointe des pieds le grenier, enjambèrent la fenêtre et se trouvèrent sur le toit en terrasse, prêts à l’action.
Pour la deuxième fois en vingt minutes, l’heure H avait sonné !

le_mois_anglais
Le Mois Anglais

 Challenge Voisins, voisines

 voisins_voisines_2013
Angleterre

 Challenge God Save The Livre 
Challenge_anglais

Posté par aproposdelivres à 06:40 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 janvier 2013

Simon's cat se fait la belle - Simon Tofield

simons_cat Fleuve Noir – novembre 2010 – 240 pages

Titre original : Simon's cat beyond the fence, 2010

Quatrième de couverture : 
Pour le chat de Simon, l'heure de l'émancipation a sonné. Inutile de le retenir, sa décision est prise. Aujourd'hui, il va franchir la barrière du jardin de son maître. À lui, l'indépendance ! Le temps de préparer son baluchon et vous pourrez le retrouver dans de nouvelles aventures félinement drôles.

Auteur : Né en 1971 en Grande-Bretagne, Simon Tofield est directeur commercial du studio d'animation Tandem Films. Son premier ouvrage, Simon's Cat, a connu un succès retentissant à travers le monde, où il a publié dans plus de vingt pays. Dans ce nouveau livre, il réunit, pour notre plus grand plaisir, son amour pour les chats et la campagne anglaise.

Mon avis : (lu en décembre 2012)
Aussi amusant que les vidéos vues sur internet... Simon's cat est hilarant, tellement réaliste et faisant bêtises sur bêtises... Après avoir mis sans dessus dessous la maison de Simon et lorsque ce dernier décide de lui donner une douche,  Simon's cat décide de quitter la maison. Il part donc à l’aventure dans la campagne anglaise et fait la rencontre de nombreux animaux, oiseaux, hérissons, lapins… Toujours affamé, l’aventure ne va pas être facile pour notre chat insupportable mais si attachant !

Extrait : 

simon_cat1

 Lu dans le cadre du Challenge Petit BAC 2013
petit_bac_2013
"Animal"

Posté par aproposdelivres à 07:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 janvier 2013

Gastoon, Tome 2 : Des vertes et des pas mûres ! - Jean et Simon Léturgie et Yann

Lu dans le cadre de Masse Critique
 AnnonceMCBD3

gastoon Marsu Productions - septembre 2012 - 46 pages

Quatrième de couverture :
Gaffe, le neveu revient ! Et il s’est fait de nouveaux copains ! C’est dur la vie à la campagne, loin de la ville et des jeux vidéo... Heureusement que la ferme de Papi et la nature environnante se révèlent un extraordinaire terrain de jeu et de gags pour un petit écolo malin comme Gastoon. Après l’énorme succès du tome 1, retrouvez Gastoon, dans un second album plein de surprises et de gags.

Auteurs : Jean Léturgie est un scénariste de bande dessinée, né 1947 à Caen.
Après avoir été pendant un temps le secrétaire de Serge Reggiani, il débute en tant qu'attaché de presse pour les Editions Glénat, collaborant à la revue Schtroumpf (qui deviendra ensuite Les Cahiers de la bande dessinée) pour laquelle il réalise de nombreuses interviews et dossiers.
Il se lance dans le scénario en 1981 en reprenant la série Lucky Luke avec Morris au dessin. Il créé ensuite, entre autres, les séries Percevan avec Philippe Luguy et Spoon & White avec son fils, le dessinateur Simon Léturgie, tout en continuant d'écrire des albums de Lucky Luke et de Rantanplan.
En parallèle de son activité de scénariste, il a fondé les éditions Dessis avec Laurent Vicomte, et le label Eigrutel avec Simon Léturgie.

Simon Léturgie, né en 1974 à Caen, est un dessinateur de bandes dessinées français. Son père est le scénariste Jean Léturgie, avec lequel il réalise depuis 1999 sa série la plus connus, Spoon & White.

Yann, pour l'état-civil : Yann Lepennetier, dit aussi Balac, né en 1954 à Marseille, est un scénariste de bande dessinée français. Rendu célèbre au début des années 1980 par ses travaux avec Didier Conrad publiés dans Spirou (Les Hauts de page, Bob Marone et surtout Les Innommables), il devient le scénariste français le plus prometteur de la décennie pour ses scénarios ambitieux (Sambre, avec Yslaire, Freddy Lombard avec Yves Chaland, Yoyo avec Frank Le Gall) et sa maîtrise de tous les genres de la bande dessinée (il excelle dans l'humour comme dans l'aventure).

Mon avis : (lu en décembre 2012)
Gastoon n'est pas le petit surnom de Gaston Lagaffe lorsqu'il était enfant, mais le nom de son neveu... Cette bande-dessinée est le deuxième de la série, je n'ai pas lu le premier mais c'est sans importance...

Gastoon, petit citadin, vient passer ses vacances à la campagne chez son grand-père. Il va devenir le copain de Wilco et de la jolie Elvire et devoir supporter les affreux Bazin et Torchenez, les voyous du coin...
Ce n'est pas l'agent Joseph Longtarin que la petite bande fera tourner en bourrique mais le garde champêtre...

Une histoire par page, autour de la nature, de la vie à la campagne... des vacances inoubliables qui feront rire aussi bien les petits sans doute plus que les grands...
C'est léger, amusant et plein d'humour, Gastoon est le digne neveu de son oncle au niveau des bêtises et l'esprit de cette série dérivée nous donne envie de nous replonger dans nos vieux Gaston Lagaffe !

Merci à Babelio et aux éditions Marsu Productions pour m'avoir permis de découvrir en famille cette bande-dessinée.

 Extrait : 

Gastoon_2_page_4_555x777

Gastoon_2_page_7_555x762

Gastoon_2_page_15_555x762

 Lu dans le cadre du Challenge Petit BAC 2013

petit_bac_2013
"Aliment / Boisson"

 

Posté par aproposdelivres à 06:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 novembre 2012

Cavalier seul - Achdé , Daniel Pennac, Tonino Benacquista

cavalier_seul Dargaud – octobre 2012 – 48 pages

Présentation de l'éditeur : 
Dans Cavalier seul, 5e tome des Nouvelles aventures de Lucky Luke, Pennac, Benacquista et Achdé annoncent... la séparation des Dalton !
Ce 5e épisode des Nouvelles aventures de Lucky Luke s'ouvre sur un énième coup raté des Dalton. Mais, cette fois, Jack, William et Averell décident de destituer Joe et de faire cavalier seul. Chacun des frères partira de son côté, et celui qui, le premier, gagnera un million de dollars sera le nouveau chef des Dalton.

Auteurs :  Achdé, de son vrai nom Hervé Darmenton, né le 30 juillet 1961 à Lyon, est un scénariste et dessinateur de bande dessinée français. Son pseudonyme vient de ses initiales, H-D. Depuis le décès de Morris en 2001, il dessine la série Lucky Luke
Tonino Benacquista est né en 1961, de parents italiens. Il a grandi à Vitry, lisant très peu, mais passant en revanche une grande partie de son temps libre devant la télévision, à regarder des séries, comme Les Incorruptibles. Il a ensuite commencé des études de littérature et cinéma, qu'il a abandonnées pour faire toutes sortes de petits boulots, expériences qui lui ont donné une matière inépuisable pour l'écriture de ses romans. Il publie son premier roman en 1985, puis atteint à la reconnaissance en 1991 avec La Commedia des Ratés, qui rafle trois prix la même année. 

Daniel Pennac est né, en 1944, au Maroc, à Casablanca, dans une famille de militaires. Il a passé son enfance au gré de garnisons en Afrique et en Asie du Sud-Est, avant d'obtenir, à Nice, une maîtrise de lettres et d'opter pour l'enseignement. Professeur de français, il est autant connu pour ses romans pour adultes que pour enfants.

Mon avis : (lu en novembre 2012)
Une aventure de Lucky-Luke très sympathique, je l'ai lu en une demi-heure.
Le nouveau dessinateur qui a repris la suite de Morris reste très proche du dessin de son aîné. Le scénario concocté par Daniel Pennac et Toni Benacquista est à la hauteur de ceux de Goscinny, de l'humour, de l'imagination...
Après encore un retour en prison, Jack, William et Averell se rebellent contre l'autorité omniprésente de Joe. Celui-ci leur lance alors un défi, chacun des frères partiront de leur côté et c'est celui qui rapportera le premier un million de dollars qui deviendra le nouveau chef des Dalton. L'aventure commence dès l'évasion car chaque Dalton va creuser son propre trou... Lucky-Luke est bien sûr là mais son travail va être plus difficile et multiplié par quatre car il va devoir s'occuper de séparément de chacun des frères Dalton.

 

 

Extrait :

p3 p4

p5 p6

p7

 

 

Lu dans le cadre du Challenge Petit BAC 2012

logo_Petit_BAC_2012
"Loisirs"

Posté par aproposdelivres à 10:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 février 2012

Pico Bogue, Tome 5 : Légère contrariété – Alexis Dormal Nathalie Roques

5469 Dargaud – novembre 2011 – 48 pages

Présentation :
Ce sont les vacances ! Pico et Ana Ana en profitent bien : copains, palabres, jeux, piscine, détente, soleil. Mmm. qu'est-ce que c'est bien ! Mais, tout à coup, rien ne va plus : leurs parents ont décidé de partir une semaine en vacances sur un voilier mais. SANS EUX ! Tragique erreur : Pico et Ana Ana vont leur faire comprendre, à leur façon, qu'on n'abandonne pas ses enfants comme ça ! 48 pages de bonheur !  

Auteurs : Dominique Roques, mère d'Alexis Dormal, est née en 1948 à Casablanca. Elle a eu deux fils, dont l'un s'est mis à dessiner. Ainsi en 2005, après s'être intéressée aux dessins de son fils, elle écrit des scénarios.

Alexis Dormal, fils de Dominique Roques, né en 1977 à Bruxelles. Plus tard, diplômé d'une école belge de réalisation cinéma/télévision, il part étudier le dessin à l'école Émile Cohl, à Lyon. Maintenant, il dessine et sa maman écrit les bulles...

Mon avis :(lu en décembre 2011)
Dans ce 5ème album des aventures de Pico Bogue et sa famille, il y a un fil rouge. En effet, ce sont les vacances et les parents de Pico et Ana Ana ont décidé de partir une semaine en vacances sans leurs enfants. Ceux-ci sont furieux de cet abandon, pour preuve, la tête qu'ils font sur la couverture de l'album... Pico et Ana Ana vont donc s'allier pour faire comprendre à leurs parents qu'on ne doit pas abandonner ses enfants !

Encore un album très réussi qu'on ne se lasse pas de lire en famille enfants comme parents !

Extrait : 

pico5_1 pico5_0

pico5_3 pico5_4

logo_bibli_IGN_20

Déjà lu des même auteurs : 

picobogue  Pico Bogue tome 1 : La vie et moi

pico_bogue_T2  Pico Bogue tome 2 : Situations critiques

pico_bogue_T3 Pico Bogue tome 3 : Question d'équilibre

5468  Pico Bogue, Tome 4 : Pico love


Posté par aproposdelivres à 09:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,