20 août 2011

Le crime de l'Orient-Express – Agatha Christie

le_crime_de_l_orient_express_1935 le_crime_de_l_orient_express_1953le_crime_de_l_orient_express_1966 le_crime_de_l_orient_express_1977 le_crime_de_l_orient_express_1984 le_crime_de_l_orient_express_1994 le_crime_de_l_orient_express_x le_crime_de_l_orient_express_1996 le_crime_de_l_orient_express_1997 le_crime_de_l_orient_express_ldp1997 le_crime_de_l_orient_express_le_masque1998 le_crime_de_l_orient_express_1999 le_crime_de_l_orient_express_2001 le_crime_de_l_orient_express_2003 le_crime_de_l_orient_express_2004_hachette le_crime_de_l_orient_express_2007 le_crime_de_l_orient_express_2010

Le Club des masques – 1935 – 255 pages
Masque – 1953 -
Le Livre de Poche – 1966 – 256 pages
Livre de Poche – 1977 – 287 pages
Edito-Service S.A – 1984 – 192 pages
Livre de Poche Jeunesse - 1994 – 313 pages
Éditions du Masque – mai 1996 – 285 pages
Livre de Poche – 1997
Le Masque – juin 1998 -
Le Masque – septembre 1999 – 251 pages
Livre de Poche - novembre 2001 – 218 pages
Livre de Poche Jeunesse – septembre 2001 – 407 pages
Le Club des masques – octobre 2003 – 254 pages
Hachette – 2004 – 315 pages
Livre de Poche Jeunesse - août 2007 – 412 pages
Feryane – mai 2009
Bandes dessinées : éditions Emmanuel Proust - avril 2010 - Riviere, Francois; Solidor

Titre original : Murder on the Orient Express, 1934

Quatrième de couverture :
Le train est aussi dangereux que le paquebot ", dit Hercule Poirot... Le lendemain, dans un wagon de l'Orient-Express bloqué par les neiges yougoslaves, on découvre le cadavre d'un Américain lardé de douze coups de couteau. L'assassin n'a pu venir de l'extérieur : voici donc un huis dos, le plus fameux, peut-être, de toute la littérature policière, où, pour mener son enquête, le petit détective belge a le choix entre une princesse russe, une Américaine fantasque, le secrétaire de la victime, un couple de Hongrois distingués, l'inévitable colonel de retour des Indes, les domestiques de ce beau monde et le contrôleur du wagon. Un meurtre incompréhensible, à moins qu'on ne puisse établir que tous ces voyageurs sont moins étrangers les uns aux autres qu'ils ne veulent bien le prétendre...

Auteur : Née à Torquay le 15 septembre 1890, créatrice du fameux détective belge Hercule Poirot, de la surannée Miss Marple et du duo infernal Tuppence et Berresford, Agatha Christie est encore considérée comme la reine du crime. Élevée dans un milieu bourgeois, la jeune Agatha se trouve vite orpheline de père, développant son aptitude à l'écriture sous le regard bienveillant d'une mère. Infirmière lors de la Deuxième Guerre mondiale, elle apprend l'usage des drogues, ce qui lui sert plus tard lorsqu'à la suite d'un pari avec sa sœur, elle publie son premier roman en 1920 'La Mystérieuse affaire de Styles', où apparaît Hercule Poirot. Miss Jane Marple fait, quant à elle, son apparition dans 'L' Affaire Prothéro' en 1930, dénouant les énigmes le temps d'un tricot, bien calée dans son fauteuil, très Old England, tasse de thé à la main. Suivant son deuxième mari archéologue lors de ses missions, Agatha Christieypuisel'inspiration pour ses romans policiers, trouvant dans le mal du pays sur les dunes d'Égypte où dans sa chambre du Winter Hotel, pour écrire des intrigues passionnantes se déroulant au pays de la Perfide Albion. Nombre de ses romans seront adaptés au cinéma et à la télévision : 'Mort sur le nil', 'Le Crime de l'Orient-Express' où Pete Ustinovtientlerôle d'Hercule Poirot... Elle pose les bases du roman policier, obéissant à un système toujours identique mais constamment renouvelé par la variété des histoires et surtout sa manière de capter le lecteur, l'obligeant à essayer de découvrir le coupable avant qu'il ne soit dévoilé. Ainsi, la folie, la soif de vengeance, la cupidité sont les causes récurrentes du meurtre, dénoncées habilement par Agatha Christie. Désormais honorable Lady pleine d'humour, elle s'éteint en 1976. Ses ventes phénoménales n'ont pour seuls rivaux que Shakespeare ou la Bible. Agatha Christie est décédée à Wallingford le 12 janvier 1976.

 

Mon avis : (relu en août 2011)
C’est l'un des plus célèbres roman d’Agatha Christie. Hercule Poirot est de retour pour Londres dans l'Orient Express. C'est l'hiver et pourtant il n'y a plus de place à bord, heureusement Hercule Poirot connaît le directeur de la compagnie, qui lui trouvera une place à bord. Au cours de la seconde nuit, l'un des passager est assassiné. La neige a immobilisé le train empêchant l'assassin de s'enfuir. Voilà donc un huis clos, avec une dizaine de suspects très éclectiques, l'enquête s'annonce difficile mais passionnante. C'est Hercule Poirot qui mènera cette enquête riche en indices, témoignages et suppositions...

Comme d'habitude chez Agatha Christie une intrigue admirablement construite avec de nombreux détails qui tiennent en haleine le lecteur suit le raisonnements implacables du fameux détective avec beaucoup de plaisir. Après cette relecture, j'ai pris également plaisir à voir le film de Sidney Lumet.

 film_le_crime_de_l_orient_express_0 film_le_crime_de_l_orient_express_1 film_le_crime_de_l_orient_express_2

Adaptation cinématographique : En 1974, film anglais de Sidney Lumet avec Albert Finney, Lauren Bacall, Martin Balsam, Ingrid Bergman, Jacqueline Bisset

 film_le_crime_de_l_orient_express_2010

Adaptation à la télévision : En 2010, série télévisée Hercule Poirot, saison 12 épisode 4, avec David Suchet sur ITV.
 

baby_challenge_polar
Lu pour le Baby Challenge - Polar organisé par Livraddict
Livre 15/20 Médaille de bronze

Lu dans le cadre du Challenge Voisins, voisines
voisin_voisine
Grande-Bretagne

Lu dans le cadre du Challenge Agatha Christie
challenge_agatha_christie

 

Posté par aproposdelivres à 06:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


02 août 2011

Le Club des Cinq et les saltimbanques – Enid Blyton

c5_le_club_des_cinq_et_les_saltimbanques_66 Le_club_des_cinq_et_les_saltimbanques_77 c5_le_club_des_cinq_et_les_saltimbanques_82c5_saltimbanques_85 c5_saltimbanques_88 c5_et_les_saltimbanques_95 c5_et_les_saltimbanques_99

Hachette – 1965 – 256 pages

Hachette – 1976 – 186 pages

Hachette – 1982 – 183 pages

Hachette – 1985 – 183 pages

Hachette – 1988 – 188 pages

Hachette – 1995 – 183 pages

Hachette - décembre 1999 – 183 pages

Titre original : Five go off in a caravan, novembre 1946

Quatrième de couverture :
Annie croyait pouvoir passer enfin des vacances paisibles. Eh bien, non ! Voilà une mêlée dans le noir   entre  un acrobate,  un clown et un   chimpanzé !... Voilà François en équilibre sur le toit  d'une   roulotte  coincée  au bord   d'un précipice !...
Voilà une fois de plus les célèbres Cinq entraînés malgré eux dans une aventure bien périlleuse pris au piège, leur situation semble sans issue. Mais c'est compter sans leur nouvel ami à quatre mains.

Auteur : Enid Mary Blyton est une romancière britannique, spécialisée dans la littérature pour enfants, née le 11 août 1897 dans le faubourg d'East Dulwich, à Londres et morte le 28 novembre 1968 à Hampstead, dans la banlieue nord de Londres. On lui doit entre autres Le Club des Cinq (the Famous Five en anglais), Le Clan des Sept (The Secret Seven), Oui-Oui (Noddy). Ses romans, connus dans le monde entier, ont été vendus à plus de quatre cents millions d'exemplaires, traduits dans plus de quarante langues différentes.

Mon avis : (lu ou relu en juillet 2011)
Le Club des 5 est en vacances dans la Villa des Gauthier non loin de Grenoble. Lorsqu'un cirque passe non loin d'eux, ils ont l'idée de partir en roulottes pour suivre le cirque et Pancho, le jeune garçon du cirque, avec qui ils avaient sympathisé. Arrivés au Lac Vert, ils retrouvent le cirque mais ils ne sont pas les bienvenus... Pancho est heureux de retrouver les enfants, il leur présente Bimbo, le chimpanzé, ainsi que Flic et Flac les chiens savants. Mais Carlos, l'oncle de Pancho, et Lou, l'acrobate, ne veulent pas que le Club des Cinq reste avec le cirque...
Voilà une aventure du Club des Cinq dont je ne gardais aucun souvenir... Peut-être que je ne l'avais jamais encore lu ?

Le_club_des_cinq_et_les_saltimbanques_ill
Illustration Jeanne Hives

Extrait :
Le lendemain matin, de bonne heure, Annibal fut amené par son propriétaire.
François alla chercher Nestor, qui broutait dans le pré. Les deux chevaux approchèrent leurs têtes l'une de l'autre et poussèrent des hennissements dont la cordialité ne faisait aucun doute.
« Ils ont l'air de sympathiser, constata Mick avec satisfaction. C'est très important ! »
Les enfants harnachèrent les chevaux et les attelèrent. Nestor, le cheval gris pommelé, fut attelé à la roulotte verte - celle des garçons - et Annibal, le cheval noir, à la roulotte rouge, celle des filles.
Annibal se montra parfaitement calme. Tandis qu'on le harnachait, Nestor secoua sa crinière et tapa du sabot, comme s'il avait hâte de partir.
Quant à Dagobert, il s'intéressait grandement à tout ce remue-ménage. Il visita à fond les roulottes, trouva un petit tapis qui lui plut et se coucha dessus.
 « Si nous partons dans ces drôles de petites maisons sur roues, voilà le coin que je me suis choisi », semblait-il dire.
 Enfin, François inspecta une dernière fois sa roulotte, puis il s'installa sur le siège du conducteur et donna le signal du départ.
 « Nous conduirons chacun notre tour, dit-il. Je te passerai les guides plus tard, Mick. Et vous, les filles, comment comptez-vous faire ?
 - C'est Claude qui conduit, bien entendu ! dit Annie en riant!
 - Je laisserai Annie conduire de temps en temps, promit Claude. Mais il me semble que ce n'est pas son affaire. Elle est trop timide. Alors, tu démarres, François ? Tiens ! Comment se fait-il qu'il disparaisse juste au moment de nous mettre en route ?

 

Challenge Le Club des 5
logo_club_des_5
6/10

Déjà lu du même auteur :

C5_1971x  Le Club des Cinq CB_contre_attaque_1966 Le Club des Cinq contre-attaque

 

Pour info : Le week-end dernier, un article spécial Club des Cinq est paru dans Le Cahier d'été de Libération 1312157282

Posté par aproposdelivres à 06:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 juillet 2011

Le gang des mégères inapprivoisées – Tom Sharpe

le_gang_des_m_g_res_inapprivois_es_ le_gang_des_m_g_res_inapprivois_es

Belfond – février 2010 – 231 pages

 

10/18 – février 2011 – 224 pages

 

traduit de l'anglais par Daphné Bernard

 

Titre original : The Gropes, 2009

 

Quatrième de couverture :
Dans le Northumberland, depuis des générations, les dames Grope font régner la terreur autour d'elles. Signes distinctifs : un physique ingrat, une nature antipathique et des pulsions castratrices inversement proportionnelles à leur volonté de se reproduire. Qu'à cela ne tienne ! Chez les Grope, on kidnappe les hommes de mère en fille. Une coutume familiale dont le jeune Esmond Burnes va faire les frais... Forcé de se réfugier chez son oncle suite à une agression alcoolisée de son père, l'innocent garçon va tomber entre les griffes de sa tante Belinda, née Grope, épouse frustrée et ménagère forcenée... Disparitions suspectes, soûleries aggravées et torrides accès de folie... Même la police va perdre le fil. Par l'un des maîtres de l'humour british, une nouvelle farce échevelée, explosive et hilarante.


Auteur : Tom Sharpe, le bien nommé (sharp signifie « futé » en anglais), est né en 1928 en Angleterre. Après des études à Cambridge, il sert dans les marines avant de s'installer en 1951 en Afrique du Sud. Travailleur social puis professeur, il dirige également un studio de photographie. Dix ans plus tard, Tom Sharpe est expulsé pour avoir écrit et monté une pièce contre le régime de l'apartheid. De 1963 à 1972, il enseigne l'histoire au College of Art and Technology de Cambridge. Reconnu depuis Wilt 1 comme l'un des plus grands humoristes anglais contemporains, Tom Sharpe a reçu en 1986 le Grand Prix de l'humour noir pour l'ensemble de son œuvre. Tom Sharpe s'est aujourd'hui installé en Catalogne, pour fuir le système de santé britannique, comme il se plaît à le dire.

 

Mon avis : (lu en juillet 2011)

J’ai lu ce livre car il était signalé comme un coup de cœur de la Bibliothèque. Je n’irai pas jusque là, pour ma part, c’est un livre original et amusant.

C’est la première fois que je lis cet auteur qui serait, d’après la quatrième de couverture, « l’un des maîtres de l’humour bristish ».

Le livre commence par l’histoire de la famille Grope, c’est une lignée de femmes dont l’origine remonte à un Viking danois Awgard le Pâle qui avait le mal de mer. Ce dernier a abandonné ses compagnons, rencontré Ursula Grope et ensemble ils s’installèrent dans le comté de Northumberland en Angleterre. La dynastie des Gropes sont des femmes autoritaires, antipathiques et au physique disgracieux… Elles sont les chefs de famille et n’hésitent pas enlever leur futur mari qui ne servira qu’à leur donner une descendance féminine…

Belinda est une demoiselle Grope, mais son mari Albert n’a jamais pu lui donner d’héritière. Celui-ci a une sœur Vera et un beau-frère Horace qui ont un fils unique Esmond. Ce dernier est venu passer quelques jours chez son oncle et sa tante pour fuir son père qui le menaçait de mort. Cela va donner des idées à Belinda et pour suivre les traditions familiales des Grope, elle va kidnapper Esmond…

Voilà une histoire totalement farfelue et rocambolesque à la limite de la caricature dont la fin m’a semblée un peu bâclée… Je me suis bien amusée à lire ce livre !

 

Extrait : (début du livre)
C’est une des particularités les plus surprenantes de la vieille Angleterre : des familles entières vivent dans des maisons construites par leurs ancêtres des siècles auparavant, sur des domaines qui étaient déjà les leurs avant la conquête normande. Les Grope de Grope Hall sont l’une d’entre elles.
Ni riches, ni anoblis et n’ayant jamais été jalousés par des voisins plus puissants ou plus influents, les Grope ont gardé un profil bas, cultivant leur terres qui portent les mêmes noms qu’au XIIe siècle, s’occupant de leurs petites affaires sans s’intéresser le moins du monde à la politique, à la religion ou à quelque sujet susceptible de leur créer des ennuis. La plupart du temps, ce n’était pas de propos délibéré. Cette attitude relevait au contraire d’une bonne dose d’inertie et de la volonté de ne pas être pressurés par une progéniture ambitieuse et énergétique.
Les Grope de Grope Hall peuvent être localisés dans le comté du Northumberland. Ils font remonter leurs origines à un Viking danois, un certain Awgard le Pâle, qui, malade comme un chien pendant la traversée de la mer du Nord, abandonna ses compagnons de raid au beau milieu de la mise à sac du couvent d’Elnmouth. Au lieu de violer quelques nonnes, comme c’était la règle, il se jeta aux pieds de la sœur servante, qu’il avait croisée dans le fournil et qui se demandait si elle avait envie ou non de se faire violer. Pas belle pour un sou et ayant déjà été laissée pour compte lors de deux précédents raids vikings, Ursula Grope fut ravie d’être choisie par le bel Awgard ; elle l’emmena loin de l’orgie dégoûtante qui se déroulait dans le couvent et le conduisit dans la vallée solitaire de Mosedale, à la cabane en tourbe dans laquelle elle était née. Le retour de sa fille, dont il espérait être débarrassé à jamais – et en compagnie de l’immense Awgard le Pâle -, terrifia si fort son simple porcher de père qu’il n’attendit pas de vérifier les intensions réelles du Viking et prit ses jambes à son cou. La dernière fois qu’on l’aperçut, il vendait des marrons chauds près de York. Forte d’avoir épargné à Awgard les horreurs d’une traversée de retour, Ursula insista pour qu’il sauve son honneur de religieuse inviolée et fasse son devoir. C’est, dit-on, l’origine de la maison Grope.
Awgard changea son nom en Grope. Les quelques habitants de Mosedale furent tellement terrorisés par sa taille et ses accès de mélancolie qu’Ursula, désormais Mme Grope, eut l’occasion de mettre la main sur des milliers d’hectares de landes désertées. Avant de fonder la dynastie des Grope.

Lu dans le cadre du Challenge Voisins, voisines
voisin_voisine
Grande-Bretagne

Posté par aproposdelivres à 06:26 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

19 juillet 2011

Le Club des Cinq contre-attaque - Enid Blyton

CB_contre_attaque_1955_ c5_contre_attaque_ncs_1962 CB_contre_attaque_1963 CB_contre_attaque_1966 C5_contre_attaque_1972 CB_contre_attaque_1981
CB_contre_attaque_1984 c5_contre_attaque_86 CB_contre_attaque_1993 CB_contre_attaque_2004 CB_contre_attaque_2006 c5_contre_attaque_france_loisir_2 CB_contre_attaque_

Hachette – janvier 1955 -

Hachette – mars 1966 – 191 pages

1982 – 181 pages

Hachette – janvier 1984 – 156 pages

Hachette – janvier 1993 – 220 pages

Hachette – août 2004 – 219 pages

Hachette – mars 2006 – 215 pages

traduit par Arlette Silvain

Illustrations Simone Baudoin

Titre original : Five Run Away Together, 1944

Quatrième de couverture :
Voici les vacances revenues, à la grande joie du « Club des Cinq ». De nouveau les quatre amis et leur chien Dagobert se retrouvent au bord de la mer, à Kernach, et, cette fois, l'on décide d'aller camper sur une île située dans la baie. Les ruines d'un vieux château s'y dressent encore, sinistres, hantées par des corneilles.
Dans cet ancien repaire de corsaires, les Cinq feront découverte sur découverte : oubliettes, grottes et souterrains. Mais tout y est si étrange, parfois même si inquiétant que les enfants s'interrogent : cette île que l'on dit déserte, ne serait-elle pas habitée ? Mais par qui ?...
Énigme passionnante qui vaudra aux Cinq une nouvelle série d'aventures plus extraordinaires et plus dramatiques encore que toutes celles qu'ils ont déjà vécues.

Auteur : Enid Mary Blyton est une romancière britannique, spécialisée dans la littérature pour enfants, née le 11 août 1897 dans le faubourg d'East Dulwich, à Londres et morte le 28 novembre 1968 à Hampstead, dans la banlieue nord de Londres. On lui doit entre autres Le Club des Cinq (the Famous Five en anglais), Le Clan des Sept (The Secret Seven), Oui-Oui (Noddy). Ses romans, connus dans le monde entier, ont été vendus à plus de quatre cents millions d'exemplaires, traduits dans plus de quarante langues différentes.

Mon avis : (relu en juillet 2011)
Le Club des Cinq est ravi de se retrouver à Kernach pour les vacances d'été. Malheureusement, tante Cécile est malade et Maria, la formidable cuisinière, est partie soigner sa sœur. Oncle Henri a du accompagner sa femme à l'hôpital. Les Cinq vont devoir affronter l'antipathique Madame Friot, son vilain fils Emile et l'affreux chien Théo surnommé Fléaux. La situation est devenue intenable et le Club des Cinq décide de se réfugier sur l'île de Kernach pour passer des vacances agréables... Évidement, le séjour sur l'île ne se passera pas comme prévu !
Je me suis encore bien amusée en relisant ce Club des Cinq. Le face à face Dagobert et Fléaux est formidable !

Extrait : (page 32)
« Oh ! mon Dieu ! » soupira Annie qui se doutait de l'état d'esprit de sa cousine, sachant que Claude adorait sa mère. Elle qui ne pleurait jamais avait pour une fois les larmes aux yeux. C'est qu'il est terrible de rentrer de promenade pour trouver une maison vide, sans père ni mère; rien qu'une Mme Friol et son Emile.
« C'est affreux », gémit soudain Claude en enfouissant sa tête dans les coussins. « Elle... elle ne reviendra peut-être jamais...
- Ne dis pas de sottises, répliqua François en s'asseyant près d'elle et en l'entourant de son bras. Pourquoi ne reviendrait-elle pas ? Voyons, ton père a dit qu'il resterait avec elle jusqu'à ce qu'elle se rétablisse et il t'explique que ce sera l'affare d'une semaine au plus. Du courage, ma vieille. Ça ne te ressemble pas de te laisser aller comme ça.
- Mais je ne lui ai as dit au revoir, murmura Claude entre deux sanglots, et je l'ai ennuyée avec cette histoire de sandwiches au lieu de m'en occuper. Je veux la rejoindre pour avoir de ses nouvelles tout de suite.
- Tu ne sais même pas où on l'a transportée, et même si tu le savais, tu n'aurais probablement pas l'autorisation d'entrer, dit Mick gentiment. Ecoutez, nous devrions goûter, cela nous remettrait d'aplomb.
- Je suis incapable d'avaler une bouchée », rétorqua Claude sauvagement. Dagobert avança le museau pour essayer de lécher ses mains qu'elle tenait enfouies sous sa tête. Il gémit.
« Pauvre Dago, il ne comprend rien à ce qui arrive. Il est bouleversé parce que tu pleures, Claude », murmura Annie.
Claude se redressa ausitôt. Elle se frotta les yeux, et Dago lui donna un bon coup de langue. Il parut surpris du goût salé des larmes et tenta de se hisser sur ses genoux.
« Pauvre vieux Dag, dit Claude d'une voix redevenue plus normale, allons, calme-toi. J'ai eu un choc, voilà tout, mais je vais mieux maintenant. Ne gémis pas comme ça, bêta, je suis saine et sauve. »
Mais Dagobert restait persuadé que pour pleurer de cette manière Claude devait être blessée ou malade, et il continua à geindre et à la caresser avec sa patte en s'efforçant de monter sur le canapé.
François se dirigea vers la porte.
« Je vais dire à Mme Friol que nous voulons goûter », déclara-t-il en sortant. Les autres le suivirent d'un regard admiratif. Affronter Mme Friol témoignait d'un vrai courage.
Quand François pénétra dans la cuisine, il y trouva Emile, une joue plus rouge que l'autre grâce à la vivacité de Claude, et Mme Friol dont le front était loin d'être serein.
« Si cette gamine touche encore à mon Emile, elle aura de mes nouvelles, déclara-t-elle menaçante.

CB_contre_attaque_ill 

Challenge Le Club des 5
logo_club_des_5
4/10

Déjà lu du même auteur :

C5_1971x  Le Club des Cinq

Posté par aproposdelivres à 06:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 juin 2011

A quand les bonnes nouvelles ? - Kate Atkinson

Lu dans le cadre Swap à 2 PAL swap___2__lLecture commune avec Mrs Pepys

a_quand_les_bonnes_nouvelles a_quand_les_bonnes_nouvelles_p

Éditions de Fallois – août 2008 – 366 pages

Livre de Poche – octobre 2009 – 466 pages

traduit de l'anglais par Isabelle Carron

Quatrième de couverture :
Dans un coin paisible du Devon, une petite fille de six ans, Joanna Mason, est témoin d’un épouvantable massacre, dont elle est la seule rescapée. Trente ans plus tard, l’homme qui a été condamné pour ce crime sort de prison. A Edimbourg, Reggie, seize ans, travaille comme nounou chez un médecin, le docteur Hunter. Mais celle-ci disparaît, Reggie est la seule personne qui semble s’en apercevoir...
Enfin, l'inspecteur en chef Louise Monroe retrouve son vieil ami, Jackson Brodie, le détective privé de La Souris Bleue, empêtré dans un mariage malheureux, qui part à la recherche de son fils... Avec humour et maestria, Kate Atkinson brouille les pistes, entremêlant les intrigues et tenant le lecteur en haleine jusqu'aux dernières pages.

Auteur : Kate Atkinson est entrée dans la littérature par la grande porte, en 1996, avec un roman fascinant qui ne ressemblait à rien de connu, Dans les coulisses du musée, qui obtint le Prix Whitbread en Grande-Bretagne et le Prix du Meilleur Livre de l’année en France (« Lire »). Elle a publié depuis quatre autres romans : Dans les replis du temps (1998), Sous l’aile du bizarre (2000), La Souris bleue (2004) qui a obtenu le Prix Westminster du roman anglais, Les choses s’arrangent, mais ça ne va pas mieux (2006), et un recueil de nouvelles : C’est pas la fin du monde (2003). Best-seller en Grande-Bretagne, elle a connu en France des critiques élogieuses et un large public. Elle vit actuellement à Édimbourg.

Mon avis : (lu en juin 2011)
C'est le premier livre que je lis de cette auteur, et pourtant j'ai compris en cours de lecture qu'il était le dernier d'une trilogie mais cela ne m'a pas du tout gêné.
Le livre commence avec le terrible assassinat d'une mère, de deux de ses trois enfants et du chien de la famille, un jour d'été dans la campagne paisible du Devon. Joanna, 6 ans, est le seul témoin, elle réussit à fuir et à se cacher dans un grand champ de blé.
Trente ans plus tard, à Edimbourg, Reggie, 16 ans, est assistante maternelle chez le Docteur Hunter et son mari. Jackson Brodie, détective privé, part à la recherche de son fils...
Au début, j'étais un peu perdue avec tous ces personnages et ses différentes intrigues mais lorsque les premiers liens entre ses différentes histoires paraient j'ai été emportée par ma lecture et à aucun moment je ne me suis ennuyée. Je suis passée par de nombreux sentiments, du rire, aux larmes. La plupart des protagonistes de cette histoire à tiroirs cachent un passé douloureux qui ne les empêchent pas de croire à un avenir meilleur.
J'ai beaucoup aimé la fantaisie de Kate Atkinson qui nous surprend tout au long du livre. Reggie et Joanna sont très attachantes. Quand à Ms MacDonald, le vieux professeur de lettres classiques de Reggie Chase, elle est un haute en couleur avec son « Église de l'Extase à Venir », « un groupe de gens qui croyaient à des trucs incroyables » comme le définit si bien Reggie. Elle m'a souvent bien fait rire.
Après cette lecture vraiment très plaisante, j'ai très envie de lire les deux livres précédents, "La souris bleue" et "Les choses s'arrangent mais ça ne va pas mieux".

Ce livre a été lu dans le cadre du Swap à 2 PAL organisé par Lili Galipette, c'est Mrs Pepys qui a choisi ce livre dans sa PAL et me l'a offert pour cette Lecture Commune. Allons voir son billet... 

Extrait : (page 21)
Il parut surgir de nulle part. Elles le remarquèrent parce que le chien se mit à produire un étrange grondement guttural et bouillonnant, que Joanna n’avait encore jamais entendu. Il marchait à toute vitesse dans leur direction et grossissait à vue d’œil. Il émettait un drôle de halètement. On s’attendait à ce qu’il lance « Bel après-midi » ou « Bonjour » au passage car c’était toujours ce que les gens disaient quand on les croisait sur la petite route ou le sentier, mais il ne dit rien. D’habitude leur mère disait « Belle journée » ou « Il fait une de ces chaleurs, vous ne trouvez pas ? », mais cette fois-ci elle ne dit rien. Au lieu de ça, elle se mit à marcher vite en poussant de toutes ses forces sur la poussette. Elle abandonna les sacs de provision dans l’herbe et Joanna s’apprêtait à en ramasser un mais leur mère dit : « Laisse. » Il y avait dans sa voix, sur son visage, quelque chose qui effraya Joanna. Jessica l'attrapa par la main et dit « Dépêche-toi Joanna », sévèrement, comme une grande personne. Ça rappela à Joanna la fois où leur mère avait jeté la cruche à rayures bleues et blanches à la figure de leur père.
À présent l'homme marchait dans la même direction qu'elles, de l'autre côté de leur mère. Leur mère marchait à toute allure et leur dit : « Allez, vite, on suit. » Elle avait l'air hors d'haleine. Puis le chien courut devant l'homme et se mit à aboyer et à sauter comme pour tenter de lui barrer le chemin. Sans prévenir l'inconnu lui flanqua un coup de pied qui le catapulta en l'air et le fit atterrir dans le blé. Elles ne le voyaient pas, mais entendaient ses gémissements déchirants. Jessica se mit devant l'homme et lui cria quelque chose en le menaçant du doigt et en avalant de grandes goulées d'air, comme si elle n'arrivait plus à respirer par le nez, puis elle courut dans le champ à la suite du chien.
Ça tournait au vilain. Aucun doute là-dessus.

Lu dans le cadre du Challenge Voisins, voisines
voisin_voisine
Grande-Bretagne, Écosse

Posté par aproposdelivres à 06:38 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


13 mai 2011

La Bonté : mode d'emploi – Nick Hornby

la_bont__mode_d_emploi la_bont__mode_d_emploi_p2003 la_bont__mode_d_emploi_p2006 la_bont__mode_d_emploi_p2010

Plon – octobre 2001 – 300 pages

10/18 – février 2003 – 281 pages

10/18 – mai 2006 – 281 pages

10/18 – mai 2010 – 281 pages

traduit de l'anglais par Isabelle Chapman

Quatrième de couverture :
"Hornby change de genre : ce quatrième roman est écrit à la première personne au féminin. Et ça marche formidablement bien: en quadra anglaise, cet homme-là a tout bon. Non seulement il arrive à se glisser dans notre cerveau, mais, plus fin et plus fort, il épingle les tics masculins qui donnent à n'importe quelles femmes sensées des envies de meurtres. La Bonté: mode d'emploi narre l'histoire de Kate, juste quelqu'un de bien, comme dit la chanson, médecin pour tenter de soulager les maux de ses prochains. Problème, ces derniers temps, ses patients la gonflent sérieusement. Son mari, ses enfants, son amant aussi. Bref, un jour de blues, elles annonce à son époux son intention de divorcer. Que n'avait-elle dit là ? Les premiers ronchonnements d'usage passés, David décide de tenir bon. Sur le papier ça a l'air bien. Dans la vraie vie, c'est le drame."

Olivia de Lamberterie, Elle

Auteur : Nick Hornby est né en 1957. Il est devenu un auteur culte outre-Manche avec ses romans : Haute fidélité, A propos d'un gamin, La Bonté : mode d'emploi, Vous descendez ? (finaliste pour le Whitbread Award), Slam et Juliet, Naked. Il a également écrit des ouvrages de non-fiction, Carton jaune, qui obtient le William Hill Sports Book of the Year Award, et 31 songs, finaliste pour le National book Critics Circle Award. En 1999, Nick Hornby s'est vu remettre l'E.M. Forster Award de l'Académie américaine des Arts et Lettres et remporte en 2002 le W.H. Smith Award For Fiction. Il a signé récemment le scénario du film Une Education, réalisé par Lone Sherfig et nominé aux Oscars. Nick Hornby vit et travaille à Highbury, au nord de Londres.

Mon avis : (lu en mai 2011)
Katie a la quarantaine, elle est devenue médecin généraliste car elle avait « envie de faire quelque chose de bon – bon comme Bonté – plutôt qu'un métier passionnant ou rentable, ou glamour. » Elle est mariée et fidèle depuis quinze ans à David et ils ont deux enfants. Mais un jour, fatiguée par son métier, par sa vie de couple et de famille non satisfaisante, elle annonce depuis un parking et par téléphone à son mari qu'elle veut divorcer. David ne prend pas au sérieux cette demande et refuse le divorce.
David va bientôt faire la rencontre de D.J. GoodNews, il le guéri d'un lumbago lui en imposant les mains. A son contact, David qui était quelqu'un de grincheux et râleur cherche à devenir quelqu'un de Bon, il se met à penser à son prochain, à organiser des projets caritatifs... Katie ne comprend pas vraiment cette soudaine bonté qui bouleverse la vie de la famille. En effet, D.J. GoodNews occupe maintenant la chambre d'ami, les enfants sont convaincus de se séparer de certains de leurs jouets ou d'inviter des camarades d'école peu aimés...
En poussant les convictions de David à l'extrême, Nick Hornby se livre est une critique de notre société de consommation et des gens bien pensants en créant des situations plutôt cocasses. Un livre qui nous interroge aussi sur nos projets de vie...

Extrait : (début du livre)

Je me trouve au milieu d’un parking à Leeds au moment où j’annonce à mon mari que je ne veux plus être sa femme. David n’est même pas dans la voiture avec moi. Il est à la maison avec les enfants et je lui téléphone sur mon portable pour lui rappeler de faire un mot pour Molly. Le reste, eh bien… le reste m’échappe. Une erreur, c’est sûr. Même si je suis apparemment, et à ma grande stupéfaction, le style de personne capable de dire à son mari qu’elle le quitte, je ne pensais pas être capable de dire une chose pareille au téléphone, au milieu d’un parking. Comme quoi on se fait des idées fausses sur soi-même. Je peux affirmer que j’ai une bonne mémoire des noms, par exemple, puisque j’en ai retenu des milliers et n’en ai oublié qu’un ou deux. Mais mettre fin à son mariage, les gens font ça une bonne fois pour toutes, ou pas du tout. Et si je choisis de la faire sur un portable dans un parking de Leeds, je ne peux pas ensuite prétendre que ce n’est pas mon genre, pas plus que Lee Harvey Oswald n’aurait pu prétendre que ce n’était pas son genre d’assassiner un président. Il faut parfois accepter d’être jugé sur une seule de nos actions.

Plus tard, dans la chambre d’hôtel, alors que je cherche en vain le sommeil – ce qui est en quelque sorte une consolation, car si j’incarne désormais la femme qui brise son ménage au milieu d’un parking, j’ai quand même la décence d’avoir du mal à m’endormir -, je me repasse la bande-son de notre conversation en essayant de comprendre comment nous avons pu à partir d’ici (le rendez-vous de dentiste de Molly) en arriver là (le divorce) en trois minutes. Dix tout au plus. Et interminablement jusqu’à trois heures du matin je me demande comment nous avons pu passer de cela (notre rencontre dans une soirée à la fac en 1976) à ceci (le divorce) en vingt-quatre ans.
Pour tout vous dire, si la seconde partie de cette séance d’introspection se prolonge, c’est parce que vingt-quatre ans, c’est très long, et que les souvenirs affluent, par fragments, dérisoires détails narratifs qui n’ont rien à voir avec l’intrigue principale. Si l’on adaptait au cinéma mes pensées sur mon mariage, les critiques parleraient de délayages, d’absence de tension dramatique, d’histoire sans intérêt : un homme et une femme se rencontrent, tombent amoureux, font des enfants, commencent à se disputer, deviennent gros et grincheux (lui surtout), et s’embêtent, deviennent tristes et grincheux (elle surtout), et se séparent. Je ne discuterai pas ce synopsis. Notre cas est banal.

 

Déjà lu du même auteur :

Slam Slam juliet__naked Juliet, Naked  haute_fidelit__2004 Haute fidélité

Lu dans le cadre du Nick Hornby's Challenge
Nick_Hornby_s_challenge

Lu dans le cadre du Challenge Voisins, voisines
voisin_voisine
Grande-Bretagne

Posté par aproposdelivres à 21:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

01 mai 2011

Un bûcher sous la neige – Susan Fletcher

un_bucher_sous_la_neige 2013_09_03_100611

Plon – août 2010 – 390 pages

J'ai Lu - mars 2013 - 475 pages

traduit de l'anglais par Suzanne Mayoux

Quatrième de couverture :
Au cœur de l'Ecosse du XVIIe siècle, Corrag, jeune fille accusée de sorcellerie, attend le bûcher. Dans le clair-obscur d'une prison putride le Révérend Charles Leslie, venu d'Irlande espionner l'ennemi, l'interroge sur les massacres dont elle a été témoin. Mais, depuis sa geôle, la voix de Corrag s'élève au-dessus des légendes de sorcières, par-delà ses haillons et sa tignasse sauvage. Peu à peu, la créature maudite s'efface; du coin de sa cellule émane une lumière, une sorte de grâce pure. Et lorsque le révérend retourne à sa table de travail, les lettres qu'il brûle d'écrire sont pour sa femme Jane, non pour son roi. Chaque soir, ce récit continue, Charles suit Corrag à travers les Highlands enneigés, sous les cascades où elle lave sa peau poussiéreuse des heures de chevauchée solitaire. Chaque soir, à travers ses lettres, il se rapproche de Corrag, la comprend, la regarde enfin et voit que son péché est son innocence et le bûcher qui l'attend le supplice d'un agneau.

Auteur : Susan Fletcher est née en 1979 dans les West Midlands. Son premier roman, La Fille de l'Irlandais (2006) est couronné par les deux prix littéraires les plus prestigieux attribués aux premiers romans en Grande-Bretagne (le Whitbread et le Betty Trask Award). Avis de tempête (2008).

Mon avis : (lu en avril 2011)
J'avais beaucoup aimé les deux livres précédent de Susan Fletcher et lorsque j'ai su à l'automne dernier qu'elle en avait écrit un nouveau, je voulais absolument le lire. Mais en lisant la quatrième de couverture, j'ai été refroidie car une histoire de sorcière au XVIIe siècle cela m'attirait moins... Heureusement, j'ai vu de nombreux billets très positifs sur la blogosphère et j'ai emprunté ce livre pour les vacances. Je regrette de ne pas avoir lu plus tôt ce superbe livre car il est pour moi un vrai coup de cœur !
L’histoire de Corrag est émouvante et poignante.
Nous sommes au XVIIe siècle, en Écosse. Le pays est divisé en clans qui soutiennent soit Guillaume d'Orange l'Anglais soit Jacques, héritier des Stuart et émigré en France.
Corrag est accusée d'être une sorcière. Elle va être brûlée sur la place publique dès que la neige aura fondu. Elle attend l'exécution du châtiment, enchaînée au fond d'un cachot.
Elle va recevoir la visite d'un révérend irlandais jacobite Charles Leslie qui cherche à recueillir des informations sur un massacre qui a eu lieu à Glencoe et dont Corrag a été la témoin. Elle accepte de lui parler du massacre à Glencoe en échange elle lui demande de parler d'elle, de faire connaître et d'écrire son histoire à elle. « Venez vous asseoir devant moi pour écouter l'histoire de ma vie et après je vous parlerai de Glencoe. D'une nuit sous la neige. Où des gens que j'aimais soit tombés et sont morts. Quelques-uns ont survécu. »
Charles Leslie accepte ce marché car dès sa première rencontre avec Corrag, il est surpris par cette « sorcière » décrite comme sauvage, le cœur noir, colérique... car il se trouve face un être de la taille d'un enfant, repoussante de saleté qui parle de bonté et de bienfaits. Il reste cependant méfiant.

Chaque jour, il va venir écouter le récit de la vie de Corrag, « C'est comme si j'avais eu plusieurs vies. » « Quatre vies, comme il y a quatre saisons ». Tout d'abord avec sa mère Cora « dans une chaumière près du ruisseau, avec les chats endormis sous l'avant-toit. », celle-ci lui apprend à reconnaître les plantes, les animaux. « Ma deuxième vie était une chevauchée. C'étaient des terres désertes, du vent, et de la boue sur mon visage, soulevée par ses sabots. Cette jument grise, je l'adorais » puis « Ma vie dans la vallée. Je l'ai vécu trop peu de temps, elle a été trop courte. C'est pourtant la meilleure que j'ai connu : où d'autre ai-je vu mon reflet et pensé tu es là où où tu dois être, enfin. Et où d'autre y a-t-il eu des gens qui n'avaient rien contre moi, m'acceptaient comme j'étais ? Ils me mettaient une coupe entre les mains en disant bois donc. Ils déposaient des poules près de ma cabane pour me remercier, me saluaient d'un signe de la main, et j'avais rêvé de ça tout au long de mon existence solitaire. Je ne souhaitais profondément que trouver l'amour et des amis humains. Être au milieu d'une foule et penser Ceux-là sont de la même espèce que moi. Ma tribu.
Voilà ce que fut ma troisième vie. »
Et sa quatrième vie, «Alors j'attends. Avec mes chaînes et la crasse.
J'attends, et le voilà qui vient. Un homme que je ne connais pas vient à cheval vers mon cachot. »
Corragh a le don de raconter, elle met en éveil tous nos sens dans des descriptions précises et pleine de sensibilité de la nature qu'elle aime, elle nous parle des plantes, des animaux, des couleurs, des bruits, des odeurs... De la pure poésie !
Chaque soir, Charles écrit à sa femme pour lui raconter sa rencontre du jour avec Corrag. Au fil des lettres nous voyons la métamorphose qui s'opère chez le révérend au contact de la bonté et de l'humanité de Corrag.
J'ai vraiment beaucoup aimé ce livre, j'ai été touchée au larmes par la grandeur d'âme de Corrag et par l'humanité de Charles Leslie. J'ai savouré avec beaucoup de plaisir cette lecture au long de mes trajets quotidiens de cette semaine de reprise... Pour la fin du livre, je me suis isolée du bruit du train (conversations bruyantes et téléphones...) avec comme musique dans les oreilles le CD de Sting « If on a Winter's Night », et j'ai beaucoup apprécié ce moment !

J'avais également suivi le conseil d'Yspaddaden et après lu une cinquantaine de pages du livre je suis allée lire l'article de Wikipedia sur le Massacre de Glencoe pour compléter le contexte historique expliqué en postface du livre (page 391)

Extrait : (début du livre)

Édimbourg
18 février 1692

Jane,
Je ne me souviens d’aucun hiver qui fût aussi cruel ou me mît à si rude épreuve. Tempêtes de neige et gel sévissent depuis des semaines. Un féroce vent du nord s’infiltre dans ma chambre et tourmente la bougie à la lumière de laquelle j’écris. Par deux fois, elle s’est éteinte. Ce qui va m’obliger à être concis.
J’ai reçu des nouvelles aussi détestables que le temps.
Édimbourg grelotte et tousse, mais chuchote aussi. Au long des venelles comme sur ses marchés, on parle tout bas de traîtrise et d'une tuerie advenues dans la rude contrée des Highlands. La mort y est souvent violente, mais j'entends dire que les morts en question présentent une particularité méprisable. C'est un véritable massacre, semble-t-il, qu'à subi un clan. Ses hôtes ont trahi sa confiance et tué les gens dans leur lit.
A soi seul, un tel forfait serait abominable. Mais ce n'est pas tout.
Jane, on murmure qu'il a été commis par des soldats.
Mieux que quiconque, tu connais ma façon de penser. Tu connais mes sentiments, et si la chose est vraie – si ce sont des soldats qui ont versé ce sang –, alors ce doit être sur l'ordre du roi (ou l'Orange, l'appellerai-je, le prétendu roi, car il n'est pas le mien).
Il faut que je me rende dans cette vallée. Elle est sauvage et reculée, dit-on, et la neige en rendra sans doute l'accès difficile, mais c'est mon devoir. Il me faut découvrir ce que je pourrai et le communiquer, mon amour, car si Guillaume est l'instigateur de ce crime cela peut amener sa perte, et notre succès. Tout ce que je souhaite, tu le sais, c'est rétablir le vrai roi sur son trône.
Prie pour mon entreprise. Demande au Seigneur d'en favoriser l'issue. Prie pour la sauvegarde de tous nos frères en cette cause, car sa défense nous fait courir de grands risques. Et pourrais-tu aussi prier pour un temps plus clément ? Cette neige me donne la toux.
La bougie coule. Je suis contraint de terminer cette lettre, faute de quoi j'écrirai bientôt à la seule lumière du feu qui ne suffit pas pour mes yeux.
Avec l'amour de Dieu et le mien,

Charles

(page 17)
Quand ils viendront me chercher, je penserai à l'extrémité de la corniche du nord, car c'est là que j'ai été le plus heureuse, avec le ciel et le vent, et les collines toutes sombres de mousse ou de l'ombre d'un nuage les survolant. Je reverrai ce moment où un coin de montagne s'éclaire soudain, comme si ce rocher avait été choisi entre tous les autres par le soleil, marqué par ses rayons. Il va briller, puis s'assombrir à nouveau. Je serai là cheveux au vent puis rentrerai chez moi. J'aurai en moi ce rocher éclairé par le soleil. Je le garderai en sécurité.
Ou bien je penserai à ma course dans la neige. Il n'y avait pas de lune mais je voyais l'étoile du matin, on dit que c'est l'étoile du diable mais c'est aussi celle de l'amour. Elle luisait cette nuit-là, elle luisait très fort. Et moi je courais au-dessous en me répètant que tout aille bien que tout aille bien. Puis j'ai vu les terres en bas qui étaient tellement paisibles, tellement blanches et immobiles et endormies que j'ai pensé que l'étoile avait peut-être entendu, alors tout allait bien, la mort n'approchait pas. C'était une nuit de beauté, à ce moment. La plus grande beauté que j'avais vue de toute ma vie. Ma courte vie. 

 

Déjà lu du même auteur :

La_fille_de_l_Irlandais La fille de l'Irlandais Avis_de_temp_te Avis de tempête 

Lu dans le cadre du Challenge Voisins, voisines
voisin_voisine
Grande-Bretagne

Livre 40/42 pour le Challenge du 6% littéraire
1pourcent2010

Posté par aproposdelivres à 08:04 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 avril 2011

La Terre fredonne en si bémol – Mari Strachan

Lu en partenariat avec Blog-O-Book et Éditions NiL

la_terre_fredonne_en_si_b_mol Éditions NiL – mars 2011 – 378 pages

traduit de l'anglais par Aline Azoulay-Pacvon

Présentation éditeur :
Âgée d'une dizaine d'années, Gwenni Morgan grandit dans un petit village du pays de Galles. Friande de romans policiers, elle se pose beaucoup de questions sur sa famille et la petite communauté au sein de laquelle elle évolue. Face aux énigmes et aux secrets du monde adulte, elle décide un jour de lancer son enquête, comme les détectives de ses livres préférés. Où est donc passé Ifan Evans, ce berger au visage tout rouge dont elle s'est toujours méfiée ? Pourquoi son épouse, la douce Mme Evans, semble-t-elle si mystérieuse et si troublée depuis quelque temps ? Et que veulent dire ses filles, la petite Catrin et sa sœur Angharad, lorsqu'elles répètent que leur père est parti avec un gros chien noir ? Lorsque le corps d'Ifan Evans est retrouvé, flottant dans le réservoir d'eau, c'est toute la petite communauté qui est soudain en émoi. S'agit-il d'un drame passionnel ou d'un crime commis par Guto, l'idiot du village ? Les langues commencent à se délier. Alwenna, la meilleure amie de Gwenni, bien " trop délurée " aux yeux de tous, semble disposer d'informations cruciales au sujet de sa grand-mère. A travers le regard fantaisiste d'une enfant un peu précoce, Mari Strachan nous montre combien il est difficile de construire son histoire dans un monde où tout se sait mais rien ne se dit. Lorsque la vérité éclate enfin au grand jour, les secrets de famille brisent l'harmonie apparente du petit village paisible de l'après-guerre. Mais Gwenni a compris depuis longtemps qu'il faut sortir des sentiers battus pour créer la carte géographique de sa propre vie... Le soir, portée par le murmure de la Terre, Gwenni s'envole de son lit pour parcourir la campagne, et alors certaines réponses se dessinent.

Auteur : Mari Strachan a toujours été entourée de livres. Elle a été bibliothécaire dans des écoles privées, publiques, des institutions et même des prisons. Elle a également été lectrice, traductrice et éditrice. Elle vit avec son mari la moitié du temps dans une petite maison perchée sur les collines de Ceredigion, à l'ouest du pays de Galles, et l'autre moitié sur une étroite péniche amarrée à un canal de Londres, où elle a écrit une bonne partie de son premier livre, La Terre fredonne en si bémol.

 

Mon avis : (lu en avril 2011)
Gwenni Morgan est une petite fille de douze ans et demi pleine de vie et très attachante. C'est la narratrice de ce livre, elle bouillonne d'idées, de fantaisie au grand dam de sa mère qui la gronde très souvent. Elle vit dans un petit village du Pays de Galles vers la fin des années 50. Elle adore lire et se passionne pour les romans policiers. La nuit, elle vole au dessus de la ville et de la campagne mais personne ne veut la croire.

Lorsque le berger Ifan Evans disparaît, elle décide de faire elle-même son enquête. Aidée de son amie Alwenna qui est au courant de tous les commérages du village, elle commence par interroger les membres de la communauté sans grand résultat car c'est uniquement la colère de sa mère qu'elle va obtenir. Elle va donc se contenter d'écouter les conversations des adultes... Et elle va découvrir certains secrets de famille qui va bouleverser sa vie.
Gwenni est un personnage très attachant, son imagination débordante, ses questions et remarques naïves et souvent innocentes exaspèrent sa mère, heureusement elle a le soutien de son père. Le récit qu'elle fait de sa vie est plein d'humour. L'auteure brosse également des portraits réalistes et sans concession de cette petite communauté galloise, et elle nous offre aussi beaucoup de belles descriptions pleines de poésie.
J'ai vraiment beaucoup aimé ce livre qui m'a renvoyé vers mes souvenirs de petit fille...

Un grand Merci à Blog-O-Book et aux éditions Nil pour cette très belle découverte.

Extrait : (début du livre)
Chaque nuit, je vole pendant mon sommeil. Quand j'étais petite, je pouvais voler éveillée, mais plus maintenant ; même si je m'entraîne sans arrêt. Et, après ce que j'ai vu hier soir, j'ai encore plus envie de voler éveillée. Ma' dit toujours : Vouloir n'est pas pouvoir. C'est bien vrai ?
La nuit dernière a débuté comme les autres nuits. Je suis montée dans ma chambre et je me suis changée sous les couvertures pour me cacher du regard de Buddy Holly. J'ai étalé mon ruban rose à pois au milieu du matelas pour le séparer en deux comme toujours, Bethan m'a lancé : J'ai pas envie de dormir de ton côté pourri de toute façon. Mais à peine commençait-elle à ronfler que son bras s'est abattu en travers de mon visage. Je l'ai pincée et elle a envoyé sa jambe sur mon ventre.
Après, j'ai eu du mal à m'endormir. Quand j'ai enfin réussi, j'ai abandonné tout le lit à Bethan et je suis montée en flèche vers le ciel, portée par l'air du soir, aussi léger et chaud qu'un duvet. J'ai tendu l'oreille vers la ville endormie, en bas, et écouté son souffle délicat, rhh, pfff, rhh, pfff. Et tout autour de moi, la terre chantait.
J'ai observé un moment le fatras des maisons, cramponnées à leurs rues comme si elles craignaient de rouler bouler jusqu'à la mer. Mais hier, comme chaque soir, aucune d'elles n'a relâché sa vigilance, je n'ai eu personne à sauver. Je me suis éloignée, j'ai pris de la hauteur pour esquiver le Dragon rouge qui battait contre son mât au-dessus de la demeure du gardien du château. Je suis redescendue, j'ai survolé la mairie et la plage en rase-mottes, puis filé vers la mer, où l'air forme toujours une croûte sur mes lèvres – comme si j'avais léché un de ces petits sachets de sel que l'on trouve dans les paquets chips.
La mer respire, elle aussi. Sa poitrine se soulève tant à chaque inspiration que j'ai peur que le Léviathan de la Bible jaillisse de ses profondeurs et m'asperge d'écume. Des baleines, des marsouins, des sirènes et des tritons, des marins morts, des poissons, des crabes, des petites crevettes : la mer est pleine d'yeux qui m'observent. Je ne vole jamais loin de la rive. Si ma ville était une carte, « Ici vivent les monstres » serait marqué à l'encre d'or sur la baie.
Comme chaque nuit, j'ai tourné le dos à la mer pour suivre la route qui serpente au-delà du bassin de baptême et du réservoir d'eau, puis grimper les collines qui dominent la ville. En passant au-dessus du bassin, j'ai vu un homme qui flottait à la surface de l'eau, les bras écartés. La lune se noyait dans ses yeux. C'était la première fois que ça m'arrivait, et j'ai eu si peur que je me suis écrasée sur le lit, en plein sur Bethan. Comme je n'arrivais pas à la repousser de son côté du matelas, je me suis levée de bonne heure pour m'entraîner à voler éveillée.

Lu dans le cadre du Challenge Voisins, voisines
voisin_voisine
Grande-Bretagne

Posté par aproposdelivres à 09:42 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 avril 2011

Haute fidélité – Nick Hornby

 

 haute_fidelit_  haute_fidelit__1999 haute_fidelit__2004
haute_fidelit__2006 haute_fidelit__10_18

Plon – mai 1998 – 252 pages

10/18 – mars 1999 – 252 pages

10/18 – mai 2004 – 252 pages

10/18 – mai 2006 – 315 pages

10/18 – mai 2010 – 315 pages

traduit de l'anglais par Gilles Lergen

Quatrième de couverture :
"Un roman hilarant, voilà l'événement ! [...] II y a de quoi faire dans cette histoire destinée aux individus coincés et mal coincés entre la trentaine et tout ce qui suit. Rob, bientôt trente-six ans, est mal en point : "Qu'ai-je fait de ma vie ?" se demande ce sempiternel adolescent qui craint de vieillir (même bien), au lendemain d'une rupture, en contemplant les bacs de son magasin de disques pop paumé dans une ruelle de Londres. [...] Pour notre plus grand plaisir, Rob, qui se demande in fine s'il ne serait pas un nul, décide d'entamer la falaise. II récapitule ses amours, depuis le premier, à douze ans, qui dura trois fois deux heures, jusqu'au dernier, une nuit correcte avec une chanteuse américaine, et dresse un inventaire hilarant de ses états d'âme. [...] Tous ceux qui considèrent comme vertige nécessaire le fait de savoir à un moment donné faire durer une relation monogame, se délecteront à la lecture de ce roman post-mélancolique qui célèbre les vertus du rire." Catherine Argand, Lire

Auteur : Nick Hornby est né en 1957. Il est devenu un auteur culte outre-Manche avec ses romans : Haute fidélité, A propos d'un gamin, La Bonté : mode d'emploi, Vous descendez ? (finaliste pour le Whitbread Award), Slam et Juliet, Naked. Il a également écrit des ouvrages de non-fiction, Carton jaune, qui obtient le William Hill Sports Book of the Year Award, et 31 songs, finaliste pour le National book Critics Circle Award. En 1999, Nick Hornby s'est vu remettre l'E.M. Forster Award de l'Académie américaine des Arts et Lettres et remporte en 2002 le W.H. Smith Award For Fiction. Il a signé récemment le scénario du film Une Education, réalisé par Lone Sherfig et nominé aux Oscars. Nick Hornby vit et travaille à Highbury, au nord de Londres.

Mon avis : (lu en avril 2011)
Rob Gordon tient une boutique de disques vinyls pour des amateurs d'albums rares des années soixante et soixante-dix. Toute sa vie est dédiée à la musique, elle l'aide a affronter le quotidien et elle donne du sens à son existence. Laura, sa dernière compagne, vient de le quitter. Rob se met donc à faire le bilan de sa vie, il veut comprendre pourquoi il n'arrive pas à construire quelque chose de durable avec une femme...
Rob aime faire des Top 5 musicaux ou autres... Aussi le livre commence par la liste des cinq ruptures inoubliables de Rob. Après sa rupture avec Laura, il va chercher à contacter ses ex pour comprendre ses échecs sentimentaux...
Au début, j'ai eu un peu de mal à rentrer dans cette histoire car dans ce livre la musique à une grande importance, et malheureusement pour moi ma culture musicale des années soixante et soixante-dix est totalement nulle... Ainsi les discussions entre Rob et ses deux employés à la boutique Championship Vinyl avec beaucoup de références musicales étaient pour moi plutôt obscures. J'ai donc commencé à voir le film tiré du livre et même si je n'étais pas sensible à la musique, cela m'a aidé à comprendre l'ambiance de l'histoire et j'ai mieux apprécié la fin de l'histoire de Rob et Laura. (Et j'ai terminé de regarder le film après avoir fini de lire le livre).

 

high_fidelity_film2 High_Fidelity_film

Le Film : Une adaptation de ce livre a été réalisée au cinéma en 2000 par Stephen Frears avec John Cusack, Iben Hjejle, Todd Louiso, Jack Black, Lisa Bonet.
Le film est fidèle au roman sauf que l'action du livre se situe à Londres, alors que dans le film, elle a pour cadre Chicago.
Pour en savoir plus sur le film voir l'article de wikipedia, qui est très complet et qui, par exemple, recense les très nombreux morceaux de musique présents dans le film.

Extrait : (page 35)
Laura part à la première heure lundi matin, avec un panier et un sac de voyage. Ça remet les idées en place de voir le peu de choses qu'elle emporte, cette femme qui aime tant ses affaires, ses théières, ses livres, ses gravures et la petite sculpture qu'elle a achetée en Inde. Je regarde le sac et je me dis : Bon Dieu, elle veut me quitter à ce point !

On s'embrasse devant la porte, elle pleure un peu.
« Je sais pas très bien ce que je fais, dit-elle.
- Je m'en rends bien compte, dis-je à moitié en plaisantant. Tu es pas obligée de partir tout de suite. Tu peux rester autant que tu veux.
- Merci. Mais on a fait le plus dur. Je ferais mieux de...
- Alors reste au moins jusqu'à demain. »
Mais elle fait juste la grimace et tend la main vers la poignée.
Ce n'est pas ce qu'on appelle une sortie élégante. Elle n'a pas une main libre, essaie d'ouvrir la porte quand même, n'y arrive pas, alors je l'aide, mais je la gêne, il faut que je sorte sur le palier pour la laisser passer, elle doit laisser la porte ouverte parce que je n'ai pas la clé, je dois me précipiter derrière elle pour attraper la porte avant qu'elle se referme. Et c'est tout.

J'ai le regret de dire qu'une sensation exaltante, de liberté et d'excitation nerveuse à la fois, pénètre en moi par les orteils et me submerge comme une grande vague. J'ai déjà ressenti ça, et je sais que ça ne signifie pas grand-chose – bizarrement, ça ne signifie pas que je vais être au sommet du bonheur pendant plusieurs semaines, par exemple. Mais je sais que j'ai intérêt à en profiter, à en jouir tant que ça dure.
Voilà comment je célèbre mon retour au royaume du Célibataire : je m'assieds dans mon fauteuil, celui qui ne va jamais me quitter, et j'arrache des brins de laine de son bras ; j'allume une cigarette, bien qu'il soit encore très tôt et que je n'en aie aucune envie, simplement parce que j'ai maintenant le droit de fumer dans cet appart quand je veux, sans attendre mon tour ; je me demande si j'ai déjà rencontré la prochaine femme avec qui je vais coucher, ou s'il s'agira d'une inconnue ; je me demande à quoi elle ressemble, si on va le faire ici ou chez elle, et à quoi ça ressemblera chez elle ; je décide de faire peindre le logo des disques Chess sur le mur du salon. (Il y avait un magasin à Camden qui les avait tous – Chess, Stax, Motown, Trojan – décalqués sur le mur de brique derrière l'entrée, et c'était très chouette. Peut-être que je pourrais dénicher le type qui a fait le boulot et lui demander de la refaire en petit ici.) Je me sens mal. Ça va bien. Je vais travailler.

Lu dans le cadre du Nick Hornby's Challenge
Nick_Hornby_s_challenge

Lu dans le cadre du Challenge Voisins, voisines
voisin_voisine
Grande-Bretagne

Déjà lu du même auteur :

Slam Slam juliet__naked Juliet, Naked

Posté par aproposdelivres à 11:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

07 avril 2011

Meurtres en soutane – P.D. James

Lu en partenariat avec Blog-O-Book et le Livre de Poche

meurtres_en_soutane meurtres_en_soutane_2003 meurtres_en_soutane_2011

Fayard – mai 2001 – 454 pages

Livre de Poche – mars 2003 – 507 pages

Livre de Poche – août 2010 – 507 pages

Présentation éditeur :
St Anselm, un collège de théologie fondé au xixe siècle et situé sur un promontoire isolé et venteux de la côte sud-est de l'Angleterre, accueille une vingtaine d'étudiants qui se destinent à la prêtrise anglicane. Lorsque l'un d'eux, Ronald Treeves, est découvert mort au pied d'une falaise, enseveli sous une coulée de sable, son richissime père adoptif, Sir Alred Treeves, demande à New Scotland Yard de réexaminer le verdict de « mort accidentelle » énoncé à l'issue de l'enquête. Le commandant Dalgliesh, qui a lui-même fréquenté le collège au cours de son enfance, accepte de venir passer un week-end sur les lieux pour ce qu'il croit devoir n'être qu'une vérification de routine. En réalité, il va se trouver confronté à l'une des plus sordides affaires de sa carrière. Car d'autres visiteurs sont attendus ce même week-end au collège, et tous n'en ressortiront pas vivants.
P.D. James a trouvé avec ce petit collège de théologie un cadre idéal pour un roman policier, un monde presque clos où fermentent les passions. Outre les quatre ecclésiastiques qui dirigent l'établissement et assurent les principaux cours, outre la vingtaine d'étudiants et l'infirmière Margaret Munroe, il y a Gregory, le professeur de grec excentrique, Emma, la très belle professeur de poésie, Eric, le factotum qui élève des cochons et qui reçoit tous les quinze jours dans son cottage sa demi-soeur incestueuse... Tout est en place pour tisser une intrigue complexe dont les lectrices et lecteurs suivront les entrelacs avec une délicieuse angoisse.

Auteur : Née à Oxford en 1920, Phyllis Dorothy James a exercé diverses fonctions à la section criminelle du ministère anglais de l’Intérieur jusqu’en 1979. Mélange d’understatement britannique et de sadisme, d’analyse sociale et d’humour, ses romans lui ont valu les prix les plus prestigieux, dont, en France, le Grand Prix de Littérature policière, en 1988. Anoblie par la reine en 1990, elle est l’auteur de nombreux romans policiers, d’un roman de science-fiction et d’un « fragment d'autobiographie » (Il serait temps d'être sérieuse...). Derniers ouvrages parus : La Salle des meurtres (2004), Le Phare (2006), Une mort esthétique (2009).

Mon avis : (lu en avril 2011)
J’ai lu avec beaucoup de plaisir ce roman policier d’un style classique, avec une ambiance très « british » comme je l’aime beaucoup. Saint Anselm est un collège de théologie sur la côte du Suffolk. L’endroit est isolé proche de la mer et battue par les vents venant du large. Un élève est retrouvé mort au bas de la falaise. S’agit-il d’un accident ? D’un suicide ?
Quelques jours plus tard, la vieille dame qui a découvert le corps meurt d’une crise cardiaque.
Le père de l’élève n’étant pas satisfait des conclusions de l’enquête, Dalglish, qui connaît ce monastère y ayant passé des vacances lorsqu'il était adolescent, est envoyé sur les lieux.
Le collège de St Anselm est menacé de fermeture.
Le lecteur suit le cours de l'enquête en même temps que les inspecteurs. C'est un huis clos, avec une ambiance pesante, un enchaînement d'évènements, de meurtres et une enquête passionnante avec son lot de rebondissements. Les descriptions précises du cadre sauvage de bord de mer avec des falaises et où règne la tempête m'ont fait rêver. L'écriture est très agréable, et on lit facilement ce livre sans vouloir le lâcher avant la conclusion. J'ai vraiment beaucoup aimé cette lecture.

Un Grand Merci à Blog-O-Book et au Livre de Poche pour m’avoir permis de découvrir ce livre.

logo_bob_partenariat

Déjà lu du même auteur : une_mort_esth_tique Une mort esthétique

Lu dans le cadre du Challenge Voisins, voisines
voisin_voisine
Grande-Bretagne

Lu dans le cadre du Challenge Petit BAC
logo_challenge_Petit_BAC
"Objet"

Posté par aproposdelivres à 06:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,