16 septembre 2017

Les Beaux Étés - tome 3 - Mam'zelle Estérel

81YXkBP+4OL Dargaud - juin 2017 - 56 pages

Quatrième de couverture : 
1992, les années ont passé, le jeune couple est maintenant à la retraite, la petite Pépète est devenue une jeune fille et la 4L est à vendre... L'occasion de se remémorer l'année 1962, leurs toutes premières vacances à son bord en compagnie... des beaux-parents. Les vacances avec Yvette-la-parfaite et Gros-Papy seront plus gastronomiques que bucoliques... en direction de Saint-Étienne !

Auteurs : Zidrou (Benoît Drousie) est né en 1962 à Bruxelles. D'abord instituteur, il se lance au début des années 1990 dans l'écriture de livres et de chansons pour enfants. En 1991, il rencontre le dessinateur Godi avec qui il crée L'Elève Ducobu. Sa carrière de scénariste de bande dessinée est lancée ! Il signe de nombreuses séries pour enfants et adolescents, des Crannibales à Tamara, de Scott Zombi à Sac à Puces, assure la reprise de La Ribambelle. Il est également l'auteur des plus réalistes, mais non moins sensibles, La Peau de l'ours, Lydie, Folies Bergères, La Mondaine, Les 3 Fruits. En 2015, Zidrou revient en force avec trois nouveaux albums : en août Le Bouffon avec Francis Porcel, en septembre, une nouvelle série familiale, Les Beaux Etés avec Jordi et en octobre, en duo avec P. Berthet, un polar dans les régions reculées de l'Australie, "Crime qui est le tien". Pour 2016, l'auteur continue d'écrire les souvenirs de vacances de la famille Faldéraut dans "Les Beaux Étés" et proclame la fin de Venise dans "Marina".

Jordi Lafebre est né en 1979 à Barcelone, où il étudie la bande dessinée et les beaux-arts avant d'effectuer ses premiers pas de dessinateur en 2001. Il est publié dans plusieurs magazines espagnols, notamment dans la revue pour la jeunesse Mister K, dans laquelle il signe El munda de judy(« le monde de Judy») en collaboration avec le scénariste Toni Front. Sa rencontre avec Zidrou est décisive: après quelques dessins dans l'hebdomadaire Spirou, il participe à un ouvrage collectif écrit par le scénariste de Ducobu, La vieille dame qui n'avait jamais joué au tennis et autres nouvelles qui font du bien, puis en 2010, il cosigne avec lui un album remarqué, Lydie. En 2014, toujours avec Zidrou, il sort La Mondaine, et continue sur sa lancée, en 2015, avec une nouvelle série Les Beaux Étés qui sortira en septembre. En 2016, le tome 2 des Beaux Étés sortira en juin 2016.

Mon avis : (lu en septembre 2017)
Quelle plaisir de retrouver la famille Faldérault, cela commence en 1992, lorsque la Renault 4L est mise en vente. C'est l'occasion de se souvenir de l'été 1962, de leurs premières vacances avec la 4L offerte par le père de Mado et qui a été baptisée Mam’zelle Estérel en référence à sa couleur... Comme d'habitude, le départ est reporté de quelques jours car il y a des planches à rendre avant le départ... Mado et Pierre partent avec leurs deux enfants, Julie et le bébé Nicole, mais également avec Yvette et Henry les parents de Mado... Henry ou Gros Papy est adorable et facile à vivre, tout le contraire de Mamyvette qui veut tout planifier. Mado et Pierre rêvaient d'aller passer des vacances à la mer, Yvette a décidé que ce serait à Saint-Etienne
Un album à la hauteur des deux premiers, plein d'humour et de nostalgie... Un quatrième épisode est prévu à propos de l'été 1980... Je l'attends donc pour l'été prochain !

Extrait : 

beauxetesT3_P01 beauxetesT3_P02

rZbBl8D3QSTuDmaOQd98FH93i6tIThsA-page5-1200rZbBl8D3QSTuDmaOQd98FH93i6tIThsA-page6-1200

rZbBl8D3QSTuDmaOQd98FH93i6tIThsA-page7-1200rZbBl8D3QSTuDmaOQd98FH93i6tIThsA-page8-1200

Déjà lu du même auteur :

108883254 Les beaux étés - 1 - Cap au Sud ! le_beau_voyage Le beau voyage  

111573241  Les beaux étés - 2 - La Calanque 111624074 L'adoption

112551368 Pendant que le roi de Prusse faisait la guerre, qui donc lui reprisait ses chaussettes ?

Posté par aproposdelivres à 17:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


24 août 2017

Ça aussi, ça passera - Milena Busquets

Lu en partenariat avec Folio

710a7+dpL8L (1) A14911

Folio - avril 2017 - 187 pages

Gallimard - mai 2015 - 192 pages

traduit de l'espagnol par Robert Amutio

Titre original : También esto pasarà, 2015 

Quatrième de couverture :
Après la mort de sa mère, Blanca quitte Barcelone pour s’installer dans la maison de vacances familiale de Cadaqués. Sous le soleil de la Méditerranée, elle cherche l’apaisement. Une troupe disparate et invraisemblable l’accompagne : ses deux ex-maris, ses fils, ses amies Sofía et Elisa, son amant Santi et, bien entendu, sa mère, intellectuelle libre et exigeante. Blanca l’a tant aimée et tant détestée. Elle lui écrit mentalement une lettre et lui dit avec ses mots tendres, drôles et poignants, que face à la mort elle choisit la légèreté, l’été, la vie.

Auteur : Née en 1972 à Barcelone, ancienne élève du lycée français de Barcelone, Milena Busquets a travaillé pendant de nombreuses années chez Editorial Lumen, fondé par sa famille au début des années 1960. Après avoir créé sa propre maison d'édition, écrit un premier roman, travaillé pour un magazine people et comme attachée de presse pour une marque de mode, elle est aujourd'hui journaliste et traductrice de l'anglais et du français.

Mon avis : (lu en juillet 2017)
La mère de Blanca est morte depuis peu, et pour affronter son deuil elle décide de partir en vacances à Cadaquès dans la maison de son enfance. Pour ne pas être seule avec sa douleur, elle invite également à l'accompagner ses enfants, ses deux ex-maris, ses deux amies Sofia et Elisa et Sadi, son amant, n'est pas loin, en vacances avec sa famille. Dans ce livre, Blanca s'adresse souvent à sa mère, elle revient sur leurs souvenirs communs... Pour parvenir à surmonter le chagrin de la perte de sa mère, Blanca se réfugie dans la légèreté et la frivolité... Le lecteur découvre tour à tour le quotidien d'une bande d'amis et famille en vacances au bord de la mer en été et les pensées graves et profondes de Blanca durant son deuil. 
Un livre qui se lit facilement, mais qui ne m'a pas vraiment intéressé... Je ne me suis pas attachée au personnage de Blanca dont la frivolité m'a dérangée... L'invitation à la plage que suggérait la couverture du livre n'a pas été à la hauteur de mes espérances. 

Merci Folio pour ce partenariat.

Extrait : (début du livre)
Je ne sais pour quelle étrange raison, je n’ai jamais pensé que j’aurais un jour quarante ans. À vingt ans, je m’imaginais dix ans plus tard, vivant avec l’amour de ma vie et quelques enfants. Et je me voyais à soixante ans, faisant des tartes aux pommes pour mes petits enfants, moi qui ne sais même pas faire un œuf au plat, mais j’aurais appris entre-temps. Et à quatre-vingts ans, en vieille croulante, sifflant du whisky avec mes copines. Mais jamais je ne me suis imaginée âgée de quarante ans, ou même de cinquante. Et pourtant, me voilà. J’enterre ma mère et, en plus, j’ai quarante ans. Je ne sais pas très bien comment je suis arrivée jusqu’ici, ni jusqu’à ce village, qui, d’un coup, me fiche une envie horrible de vomir. Je crois que jamais de ma vie je n’ai été si mal habillée. De retour chez moi, je jetterai au feu tous les vêtements que je porte aujourd’hui, ils sont imbibés de fatigue et de tristesse, il n’y a plus rien à en faire. Presque tous mes amis sont venus, et quelques uns des siens aussi, et des personnes qui n’ont jamais été amies de qui que ce soit. Il y a beaucoup de gens, et il y a des gens qui ne sont pas là. Vers la fin, la maladie qui l’a sauvagement jetée à bas de son trône et a détruit sans pitié son royaume l’a rendue très chiante avec nous tous et, bien sûr, le jour de l’enterrement, ça se paie. D’une part, toi, la morte, tu les as pas mal emmerdés, et, d’autre part, moi, la fille, je ne leur plais pas trop. C’est ta faute, maman, bien sûr. Peu à peu, sans t’en apercevoir, tu as fait reposer sur mes épaules toute la responsabilité de ton bonheur qui chaque jour diminuait. Et cela me pesait, me pesait tellement. Même quand je me trouvais loin, même lorsque j’ai commencé à comprendre et à accepter ce qui se passait, même quand je me suis écartée un peu de toi en voyant que, si je ne le faisais pas, tu ne serais pas la seule à mourir sous tes décombres. Mais je crois que tu m’aimais, ni beaucoup ni peu, tu m’aimais un point c’est tout. J’ai toujours pensé que ceux qui disent « je t’aime beaucoup » ne vous aiment en fait qu’un peu, ou alors qu’ils ajoutent « beaucoup », qui dans ce cas signifie « un peu », par timidité ou par peur de la force du « je t’aime » qui est la seule manière de dire « je t’aime ». Ce « beaucoup » transforme « je t’aime » en un spectacle tous publics, alors qu’en réalité il ne l’est presque jamais. « Je t’aime », les mots magiques qui peuvent vous transformer en chien, dieu, cinglé, ombre. En plus, beaucoup de tes amis étaient des progressistes, des « gauchos », je crois que maintenant on ne les appelle plus comme ça ou alors c’est qu’il n’y en a plus. Ils ne croyaient pas en Dieu, ni en une vie après la mort. Je me souviens du temps où c’était la mode de ne pas croire en Dieu. Aujourd’hui, si vous dites que vous ne croyez pas en Dieu, ni en Vishnou, ni en la terre-mère, ni en la réincarnation, ni en l’esprit de je ne sais quoi, ni en rien, on vous regarde d’un air apitoyé et on vous dit  : « On voit bien que tu n’as pas atteint l’illumination. » Alors ils ont dû penser : « Je vais plutôt rester chez moi, assis sur le canapé, avec une bouteille de vin, à lui rendre mon hommage personnel, beaucoup plus transcendant que celui de la montagne avec ses connards d’enfants. Après tout, les enterrements sont juste une convention sociale de plus. » Ou quelque chose de ce genre. Parce que j’imagine qu’ils t’ont pardonné, s’il y avait quoi que ce soit à pardonner, et qu’ils t’avaient aimée.

 Challenge Voisins Voisines 
voisins_voisines2017
Espagne

Posté par aproposdelivres à 06:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

03 novembre 2016

Pendant que le roi de Prusse faisait la guerre, qui donc lui reprisait ses chaussettes ? - Zidrou et Roger

pendant-que-le-roi-de-prusse-faisait-la-guerre-qui-donc-lui-reprisait-ses-chaussettes-tome-1-pendant-que-le-roi-de-prusse-faisait-la-guerre-qui-donc-lui-reprisait-ses-chaussettes-one-shot Dargaud - septembre 2013 - 54 pages

Quatrième de couverture : 
Un duo inédit pour un album plein d'humanité et de tendresse : Zidrou et Roger, le dessinateur de Jazz Maynard, signent le one-shot Pendant que le Roi de Prusse faisait la guerre, qui donc lui reprisait ses chaussettes ? Eh bien, c'est sa maman ! Madame Hubeau, elle, s'occupe seule de son grand enfant de 40 ans, Michel, handicapé. Un quotidien certes difficile, mais joyeux et qu'elle assume avec courage et générosité. Un magnifique hommage à toutes ces personnes admirables qui se battent dans l'ombre.

Auteurs : Zidrou (Benoît Drousie) est né en 1962 à Bruxelles. D'abord instituteur, il se lance au début des années 1990 dans l'écriture de livres et de chansons pour enfants. En 1991, il rencontre le dessinateur Godi avec qui il crée L'Elève Ducobu. Sa carrière de scénariste de bande dessinée est lancée ! Il signe de nombreuses séries pour enfants et adolescents, des Crannibales à Tamara, de Scott Zombi à Sac à Puces, assure la reprise de La Ribambelle. Il est également l'auteur des plus réalistes, mais non moins sensibles, La Peau de l'ours, Lydie, Folies Bergères, La Mondaine, Les 3 Fruits. En 2015, Zidrou revient en force avec trois nouveaux albums : en août Le Bouffon avec Francis Porcel, en septembre, une nouvelle série familiale, Les Beaux Etés avec Jordi et en octobre, en duo avec P. Berthet, un polar dans les régions reculées de l'Australie, "Crime qui est le tien". Pour 2016, l'auteur continue d'écrire les souvenirs de vacances de la famille Faldéraut dans "Les Beaux Étés" et proclame la fin de Venise dans "Marina".
Roger Ibanez Ugena a étudié la B.D. à l'école Joso. En 1993, il réalise plusieurs courtes BD humoristiques (sc. A. GARCIA) pour le fanzine "GN" et, en 1994, il gagne le premier concours manga des éditions Norma qui publient dans leur revue manga "Otaku" plusieurs de ses histoires courtes (sc. R. GONZALEZ). Pour les éditions Cameleon, il dessine dans le périodque "Sukube" (sc. N. PERIS) et produit "Hiromi" (sc. A. GARCIA). De 1999 à 2001, il signe 14 BD (sc. RAULE) dans le magazine "Penthouse Comix" des éditions El Jueves. Sous le pseudonyme de Nono, il réalise en outre des BD pour divers magazines érotiques américanis dont "Sizzle" (NBM). En 2002 et 2003, avec RAULE aux scénarios, il publie "Hole'n'Virgin", "Amores muertos" et "Cabos sueltos" aux éditions Amaniaco. Présentée au salon de la BD de Barcelone, cette dernière réalisation séduit le scénariste J.D. MORVAN qui la soumet à DARGAUD. De là naît au festival d'Angoulême 2004, le projet du triptyque "Jazz Maynard".

Mon avis : (lu en septembre 2016)
Tout commence dans un train, Catherine voyage seule vers la mer. Elle s'est accordée une journée de liberté, de repos et pourtant elle ne peut s'empêcher d'appeler chez elle pour savoir si tout va bien. Elle n'arrive pas à rester loin de son fils.

A soixante-douze ans, Catherine s'occupe quotidiennement et inconditionnellement de son fils, Michel, ce dernier a quarante-trois ans, c'est un colosse avec l'âme d'un enfant, il est handicapé. Il a ses petites habitudes et ses rituels, il est très gourmand, Puissance 4 est son jeu favori, il regarde chaque jour la même émission à la télévision... L'abnégation et la bienveillance de cette mère est admirable et touchante.
Voilà un album tout en simplicité, authentique, pleins d'humanité, d'amour, de tendresse et de joie de vivre. Grâce à sa maman si dévouée, Michel a une vie simple et belle pour lui.
Une très belle découverte avec comme seule interrogation : le titre de cette bande dessinée...
Je n'ai pas compris le pourquoi du titre de cette BD... Etait-ce pour se distinguer avec un très très long titre ? Si quelqu'un a une explication, je suis preneuse...

Extrait :

dGRyKiENJYa8VPkKWegSEB6cDcUL9f5c-titre-1200 dGRyKiENJYa8VPkKWegSEB6cDcUL9f5c-page2-1200

dGRyKiENJYa8VPkKWegSEB6cDcUL9f5c-page3-1200 dGRyKiENJYa8VPkKWegSEB6cDcUL9f5c-page4-1200

dGRyKiENJYa8VPkKWegSEB6cDcUL9f5c-page5-1200 

 

Posté par aproposdelivres à 06:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 juillet 2016

Les beaux étés - 2 - La Calanque - Zidrou et Jordi Lafebre

les beaux étés Dargaud - juin 2016 - 56 pages

Quatrième de couverture :
Dans ce deuxième tome des Beaux Étés, Zidrou et Lafebre remontent le temps : les Faldérault et leur 4L rouge ont quatre ans de moins. 1969, cap au Sud ! Le Sud, certes, mais le voyage sur les petites routes a aussi toute son importance : le dernier café avec Pépé Buelo avant le départ, le champagne pour les 100 000 km de Mam'zelle Estérel, les pauses pipi, les pique-niques, le camping... avant de rejoindre les calanques paradisiaques de la Méditerranée ! Des moments précieux pour lesquels il est bon de prendre son temps...

Auteurs : Zidrou (Benoît Drousie) est né en 1962 à Bruxelles. D'abord instituteur, il se lance au début des années 1990 dans l'écriture de livres et de chansons pour enfants. En 1991, il rencontre le dessinateur Godi avec qui il crée L'Elève Ducobu. Sa carrière de scénariste de bande dessinée est lancée ! Il signe de nombreuses séries pour enfants et adolescents, des Crannibales à Tamara, de Scott Zombi à Sac à Puces, assure la reprise de La Ribambelle. Il est également l'auteur des plus réalistes, mais non moins sensibles, La Peau de l'ours, Lydie, Folies Bergères, La Mondaine, Les 3 Fruits. En 2015, Zidrou revient en force avec trois nouveaux albums : en août Le Bouffon avec Francis Porcel, en septembre, une nouvelle série familiale, Les Beaux Etés avec Jordi et en octobre, en duo avec P. Berthet, un polar dans les régions reculées de l'Australie, "Crime qui est le tien". Pour 2016, l'auteur continue d'écrire les souvenirs de vacances de la famille Faldéraut dans "Les Beaux Étés" et proclame la fin de Venise dans "Marina".

Jordi Lafebre est né en 1979 à Barcelone, où il étudie la bande dessinée et les beaux-arts avant d'effectuer ses premiers pas de dessinateur en 2001. Il est publié dans plusieurs magazines espagnols, notamment dans la revue pour la jeunesse Mister K, dans laquelle il signe El munda de judy(« le monde de Judy») en collaboration avec le scénariste Toni Front. Sa rencontre avec Zidrou est décisive: après quelques dessins dans l'hebdomadaire Spirou, il participe à un ouvrage collectif écrit par le scénariste de Ducobu, La vieille dame qui n'avait jamais joué au tennis et autres nouvelles qui font du bien, puis en 2010, il cosigne avec lui un album remarqué, Lydie. En 2014, toujours avec Zidrou, il sort La Mondaine, et continue sur sa lancée, en 2015, avec une nouvelle série Les Beaux Étés qui sortira en septembre. En 2016, le tome 2 des Beaux Étés sortira en juin 2016.

Mon avis : (lu en juillet 2016)
Voilà le deuxième tome de la série Les Beaux Étés, et après l'année 1973 dans le tome 1, les auteurs nous font remonter le temps pour l'année 1969. La famille Faldérault attend avec impatience que Pierre, le père, termine ses dernières planches de BD pour partir dans le sud à bord de leur Renault 4L rouge. Mado, la mère, a tout préparé pour le grand départ, les trois enfants, Julie, Nicole et Louis sont impatients... C'est l'époque de l'insouciance, la petite famille prend le temps de descendre en direction de la Méditerranée, ils vont rencontrer un autostoppeur hippie, se retrouveront à camper par erreur dans le potager d'un gentil couple qui leur conseillera un petit coin de paradis à découvrir dans les Calanques... Le soleil, la mer, la plage, la sieste, du bon temps en famille... Des vacances inoubliables, c'est savoureux, plein d'optimisme, de joie de vivre et de bonheur simple !

Extrait : (début du livre)

UGpXQOzjgzpG94GyxLdRodUCZ0JNaLXv-page3-1200 UGpXQOzjgzpG94GyxLdRodUCZ0JNaLXv-page4-1200

UGpXQOzjgzpG94GyxLdRodUCZ0JNaLXv-page5-1200 UGpXQOzjgzpG94GyxLdRodUCZ0JNaLXv-page6-1200

UGpXQOzjgzpG94GyxLdRodUCZ0JNaLXv-page7-1200

Déjà lu du même auteur :

108883254 Les beaux étés - 1 - Cap au Sud ! 

le_beau_voyage Le beau voyage

Posté par aproposdelivres à 08:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 juillet 2016

Un reportage de Hubert Paris, envoyé spécial T1 : Clandestino - Aurel

1447_couv Glénat - mars 2014 - 72 pages

Quatrième de couverture :
Hubert Paris, journaliste au magazine américain Struggle, se rend en Algérie dans le cadre d un reportage sur les migrants clandestins à travers le monde. Faussement flegmatique, se laissant porter par ses rencontres et ses découvertes, il découvre les accords internationaux, les fonctionnaires peu respectueux de leur rôle social, le recrutement de main d'oeuvre clandestine et bon marché. Il rencontre également les « harragas », candidats à la traversée et suit leur périple afin de témoigner de leur histoire.

Habitué des enquêtes satiriques, le dessinateur de presse Aurel nous montre une autre facette de son talent avec cette fiction politique et sociale basée sur des faits réels issus de plusieurs reportages qu'il a effectué aux côtés de journalistes tel que Pierre Daum du Monde Diplomatique. Une plongée sans concession dans les dessous de l'immigration clandestine racontée à hauteur d'homme...

Auteur : Né en 1980, Aurel a grandi dans le sud de la France. Après des études de biochimie, il se consacre à partir de 2003 au dessin de presse. Publié dans un premier temps dans des journaux montpelliérains, il franchit rapidement le pas vers la presse nationale. Aurel est aujourd'hui dessinateur et reporter pour le journal Le Monde, l'hebdomadaire Politis et le site "Yahoo, Actualités! mais aussi L'Express, Jazz Magazine, L'Infirmière Magazine ou CQFD. Chez Drugstore, il a signé avec le journaliste Renaud Dély les albums Sarkozy et ses femmes, Sarkozy et les riches et Hollande et ses 2 femmes. Il a aussi publié C'est dur d'être de gauche en 2012. Aurel est passionné de musique, il lie dès qu'il le peut cette passion avec le dessin. Réside à Montpellier.

Mon avis : (lu en juillet 2016)
Cette bande dessinée est avant tout un reportage graphique qui aborde le sujet de l’immigration clandestine des Africains vers l'Europe. L'auteur s'est inspiré de faits réels et de vrais reportages journalistiques.
Hubert Paris est un journaliste freelance français qui part enquêter en Algérie sur les migrants clandestins. Il va rencontrer deux « harragas », jeunes algériens prêts à risquer leur vie pour rejoindre « l’eldorado » européen. L'un veut se cacher dans un camion et passer la Méditerranée par le ferry, l'autre embarquera sur un bateau de fortune avec 15 autres passagers.
Le journaliste va se rendre en Espagne pour suivre leur périple et savoir s'ils ont réussi. Il va découvrir que ceux qui ont réussi la traversée de la Méditerranée deviennent de la main-d’œuvre bon marché pour les exploitants d'immenses serres deplantations du sud de l’Espagne. Esclaves modernes, logés dans des bidonvilles ou  « chabolas » où règnent corruption et prostitution, ces jeunes Africains se retrouvent prisonniers.
Une bande-dessinée à teneur politique et sociale très intéressante et instructive à découvrir.

Extrait : (début du livre)

1447_P1 1447_P2

1447_P3 1447_P4

1447_P5 1447_P6

1447_P7 1447_P8

1447_P9 1447_P10

Posté par aproposdelivres à 08:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


09 mars 2016

Des beaux étés - 1 - Cap au Sud ! - Zidrou et Jordi Lafebre

yTnogpc1GKDH8biCGDj7PrB8dOlhF2l3-couv-1200 Dargaud - septembre 2015 - 56 pages

Quatrième de couverture :
Août 1973. Zidrou et Lafebre nous font une place dans la 4L rouge Esterel de la famille Faldérault : entre les parents et les 4 enfants, nous voici en route vers le Midi pour de "beaux étés" ! Chaque année, les mêmes rituels : Pierre, le père, rend ses planches de B.D. en retard, les chansons de vacances, l'étape pique-nique... Un mois pour oublier le quotidien, le couple qui bat de l'aile, Tante Lili malade. Des souvenirs à engranger qui font que la vie est plus belle, des moments précieux pour se rappeler l'essentiel. Cap au sud !

Auteurs : Zidrou (Benoît Drousie) est né en 1962 à Bruxelles. D'abord instituteur, il se lance au début des années 1990 dans l'écriture de livres et de chansons pour enfants. En 1991, il rencontre le dessinateur Godi avec qui il crée L'Elève Ducobu. Sa carrière de scénariste de bande dessinée est lancée ! Il signe de nombreuses séries pour enfants et adolescents, des Crannibales à Tamara, de Scott Zombi à Sac à Puces, assure la reprise de La Ribambelle. Il est également l'auteur des plus réalistes, mais non moins sensibles, La Peau de l'ours, Lydie, Folies Bergères, La Mondaine, Les 3 Fruits. En 2015, Zidrou revient en force avec trois nouveaux albums : en août Le Bouffon avec Francis Porcel, en septembre, une nouvelle série familiale, Les Beaux Etés avec Jordi et en octobre, en duo avec P. Berthet, un polar dans les régions reculées de l'Australie, "Crime qui est le tien". Pour 2016, l'auteur continue d'écrire les souvenirs de vacances de la famille Faldéraut dans "Les Beaux Étés" et proclame la fin de Venise dans "Marina".

Jordi Lafebre est né en 1979 à Barcelone, où il étudie la bande dessinée et les beaux-arts avant d'effectuer ses premiers pas de dessinateur en 2001. Il est publié dans plusieurs magazines espagnols, notamment dans la revue pour la jeunesse Mister K, dans laquelle il signe El munda de judy(« le monde de Judy») en collaboration avec le scénariste Toni Front. Sa rencontre avec Zidrou est décisive: après quelques dessins dans l'hebdomadaire Spirou, il participe à un ouvrage collectif écrit par le scénariste de Ducobu, La vieille dame qui n'avait jamais joué au tennis et autres nouvelles qui font du bien, puis en 2010, il cosigne avec lui un album remarqué, Lydie. En 2014, toujours avec Zidrou, il sort La Mondaine, et continue sur sa lancée, en 2015, avec une nouvelle série Les Beaux Étés qui sortira en septembre. En 2016, le tome 2 des Beaux Étés sortira en juin 2016.

Mon avis : (lu en février 2016)
Eté 1973, comme d'habitude, la famille est sur le point de partir pour les vacances d'été de la Belgique vers le Sud de la France. Les bagages sont bouclés depuis quelques jours, mais le père, dessinateur de BD, doit rendre plusieurs planches à son éditeur avant de pouvoir partir... Dès la livraison faite, les parents et les quatre enfants s'engouffrent dans la 4L rouge et les vacances peuvent enfin commencer ! 
Les rires et les chamailleries des enfants cachent les soucis de la famille... Le couple est en crise, mais le temps d'un dernier été tous ensemble, ils ont choisi, pour le moment, de taire la séparation à leurs enfants. Un décès familiale va interrompre les vacances pour un retour forcé en Belgique...
J'ai bien aimé ce récit de souvenirs de vacances, c
'est vivant, avec des éclats de rires, mais également une pointe de nostalgie. Les 4 enfants sont attachants : Julie, Nicole, Louis et Paulette la petite dernière...
Cette BD est le tome 1 d'une série que j'ai très envie de continuer à découvrir ! J'attends la suite...

Extrait :

yTnogpc1GKDH8biCGDj7PrB8dOlhF2l3-page3-1200 yTnogpc1GKDH8biCGDj7PrB8dOlhF2l3-page4-1200

yTnogpc1GKDH8biCGDj7PrB8dOlhF2l3-page5-1200 yTnogpc1GKDH8biCGDj7PrB8dOlhF2l3-page6-1200

yTnogpc1GKDH8biCGDj7PrB8dOlhF2l3-page7-1200

Challenge 6%
rl2015
31/36

Posté par aproposdelivres à 15:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 octobre 2015

Millenium - tome 6 - Sylvain Runberg, Stieg Larsson et Man

9782800163574_1_75 Dupuis - septembre 2015 - 64 pages

Quatrième de couverture : 
Niedermann toujours en cavale, Lisbeth qui s'apprête à faire des révélations lors de son procès... les membres de la "section" s'affolent et cherchent à liquider les gêneurs, au premier rang desquels Mikael Blomkvist. Le troisième roman de Stieg Larsson, La reine dans le palais des courants d'air, trouve ici sa conclusion et met en lumière comme jamais Lisbeth, l'héroïne lanceuse d'alerte et libertaire.

Auteurs : Stieg Larsson, né en 1954, journaliste auquel on doit des essais sur l'économie et des reportages en Afrique, était le rédacteur en chef d'Expo, revue suédoise observatoire des manifestations ordinaires du fascisme. Il est décédé brutalement, en 2004, d'une crise cardiaque, juste après avoir remis à son éditeur les trois tomes de la trilogie Millénium.
Né en 1971 à Tournai d'une mère Belge et d'un père Français, ayant grandi dans le sud de la France, c'est en compagnie des Astérix, Batman et autres Spirou que Sylvain Runberg étanche sa soif de bulles, le tout entrecoupé de récits historiques et de romans divers, manière de titiller son imaginaire en devenir. Il passe son bac d'Arts Plastiques dans le Vaucluse avant d'obtenir une Maîtrise d'Histoire contemporaine à la faculté d'Aix en Provence, années étudiantes ponctuées de nombreux voyages en Europe et d'organisation de soirées musicales, du rock indépendant à la musique électronique. Sylvain Runberg évolue ensuite plusieurs années en librairie avant de rejoindre le monde de l'édition. Il déménage alors à Paris pour rejoindre les Humanoïdes Associés. Mais un fâcheux accident l'immobilise plusieurs mois durant l'année 2001. Il s'essaye alors à l'écriture durant sa convalescence et s'aperçoit que ça lui plait plus que de raison et décide de continuer. En 2004, Sylvain sort son premier album, « Astrid » avec Karim Friha. Suivent ensuite des projets aux univers variés : les « Colocataires » avec Christopher, série inspirée par ses années étudiantes aixoises, « Hammerfall », avec Boris Talijancic, saga médiévale fantastique ayant pour cadre la Scandinavie du VIIIe siècle et la série de science fiction « Orbital », réalisée avec Serge Pellé. 

Man (Manolo Carot) a vu le jour à Mollet del Vallès, dans la province de Barcelone, en 1976. Il commenca par réaliser des illustrations pour des jeux de rôles tels qu'Aquelarre et pour les couvertures de la revue spécialisée Lider, dont il fut également le directeur artistique. Man publia ses premières pages de B.D. chez La Cúpula, dans la revue érotique Kiss Comic. Durant plus de 6 ans, il publia des histoires comme "Universitarias", "Huesos y tornillos", recompilées par la suite en tomes et éditées aux États-Unis, en Allemagne et aux Pays-Bas. Chez le même éditeur, et avec son ami scénariste Hernan Migoya, il publia deux séries, "El hombre con miedo" et "Kung fu Kiyo". Épinglons les deux tomes d'Ari, "la salvadora del Universo", également réalisés avec Hernan mais publiés cette fois par Glénat Espagne. Man a collaboré à l'édition espagnole de la revue Playboy et a illustré des textes et des des ouvrages pédagogiques, des story-boards, des bandes dessinées pour la presse et des couvertures pour différentes revues d'actualité. Il est également professeur de bande dessinée durant ses loisirs. 

Mon avis : (lu en octobre 2015)
C'est le dernier tome de cette série de BD, adaptation très réussie et fidèle des 3 tomes de Millenium écrits par Stieg Larsson. 
Le dessin du personnage de Lisbeth est très réussie et dans cet épisode, où elle tient la vedette, lors de son procès, sa première apparition dans le tribunal est très réussie et inoubliable... Après des épisodes sombres et haletants, la conclusion épargne Mickaël et Lisbeth que l'on regrette de quitter. 
Pour ma part, cette série m'a été très pratique pour me rappeler de l'intégralité de l'intrigue de Millenium avant de découvrir le numéro 4 écrit par David Lagercrantz.

Extrait : 

9782800163574_p_3 9782800163574_p_4

9782800163574_p_5

Déjà lu dans la même série :

88596558_p Millenium - tome 1 106030485 Millenium - tome 2

millenium3 Millenium - tome 3  millenium4 Millenium - tome 4 

millenium_5_1_75 Millenium - tome 5

Challenge 2%
rl2015
12/12

Posté par aproposdelivres à 21:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

21 octobre 2015

Millenium - tome 5 - Sylvain Runberg, Stieg Larsson et Homs

millenium_5_1_75 Dupuis - mars 2015 - 64 pages

Quatrième de couverture :
Lisbeth s'était évadée de la maison où la retenait son père, le sinistre Zala, chef de gang régnant sur la traite des blanches en Suède. Père et fille, bien que tous deux grièvement blessés dans l'affrontement, n'ont pas fini d'en découdre, tandis que Niedermann, le terrifiant colosse, laisse des cadavres dans le sillage de sa cavale. Lisbeth, la hackeuse solitaire, va devoir accepter l'aide des rares personnes en Suède qui la croient innocente : Mikael Blomkvist ou Plague. Mais en cherchant à lever le voile sur le passé de cet homme auquel elle doit tous les tourments de son enfance, elle va provoquer la réactivation de la « Section », une cellule secrète de la Säpo (le contre-espionnage suédois) dont les sinistres secrets dormaient avec Zala.

Auteurs : Stieg Larsson, né en 1954, journaliste auquel on doit des essais sur l'économie et des reportages en Afrique, était le rédacteur en chef d'Expo, revue suédoise observatoire des manifestations ordinaires du fascisme. Il est décédé brutalement, en 2004, d'une crise cardiaque, juste après avoir remis à son éditeur les trois tomes de la trilogie Millénium.
Né en 1971 à Tournai d'une mère Belge et d'un père Français, ayant grandi dans le sud de la France, c'est en compagnie des Astérix, Batman et autres Spirou que Sylvain Runberg étanche sa soif de bulles, le tout entrecoupé de récits historiques et de romans divers, manière de titiller son imaginaire en devenir. Il passe son bac d'Arts Plastiques dans le Vaucluse avant d'obtenir une Maîtrise d'Histoire contemporaine à la faculté d'Aix en Provence, années étudiantes ponctuées de nombreux voyages en Europe et d'organisation de soirées musicales, du rock indépendant à la musique électronique. Sylvain Runberg évolue ensuite plusieurs années en librairie avant de rejoindre le monde de l'édition. Il déménage alors à Paris pour rejoindre les Humanoïdes Associés. Mais un fâcheux accident l'immobilise plusieurs mois durant l'année 2001. Il s'essaye alors à l'écriture durant sa convalescence et s'aperçoit que ça lui plait plus que de raison et décide de continuer. En 2004, Sylvain sort son premier album, « Astrid » avec Karim Friha. Suivent ensuite des projets aux univers variés : les « Colocataires » avec Christopher, série inspirée par ses années étudiantes aixoises, « Hammerfall », avec Boris Talijancic, saga médiévale fantastique ayant pour cadre la Scandinavie du VIIIe siècle et la série de science fiction « Orbital », réalisée avec Serge Pellé. 

Né en 1975 en Espagne, José Homs se revoit tout petit entouré de crayons et de papiers. Une vocation précoce : raconter des histoires en dessinant. Il passe par l'école Joso de Barcelone, ou il fait de grandes rencontres mais suit peu de cours. Il gagne très vite sa vie grâce au dessin : publicité, presse, design, graffiti... Sa carrière l'amène ensuite à devenir pendant deux ans le dessinateur de "Red Sonja". Mais les cadences et les contraintes du marché américain le laisse frustré. À la naissance de sa fille, il décide de chercher une collaboration qui corresponde mieux à ses inclinations premières... Il travaille aujourd'hui, ravi, sur "L'Angelus", une histoire de Frank Giroud.

 

Mon avis : (lu en septembre 2015)
Voilà enfin l'adaptation du troisième tome de Millenium, "La reine dans le palais des courants d'air". Dans ce tome 5, j'ai retrouvé avec plaisir de dessin de Homs. L'intrigue s'accélère, le format BD donne au récit beaucoup de rythme et de dynamisme. Dans l'épisode précédent, nous avions laissé Lisbeth en mauvaise posture et il va lui falloir toute son énergie pour pouvoir se remettre de son affrontement  avec Zala, heureusement elle pourra compter sur ses amis fidèles comme Mikael Blomkvist, Plague, Dragan Armanskij, son ancien patron et son ancien tuteur pour la soutenir... L'adaptation BD est toujours fidèle à l'original et j'ai eu la chance de pouvoir lire le dernier tome, à la suite de celui-ci, mon billet reste à écrire et sera sans doute publié dans quelques jours.

Extrait :

9782800163222_p_3 9782800163222_p_4

9782800163222_p_5

Déjà lu dans la même série :

88596558_p Millenium - tome 1 106030485 Millenium - tome 2

millenium3 Millenium - tome 3  millenium4 Millenium - tome 4

 

Posté par aproposdelivres à 08:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

03 octobre 2015

Millenium - tome 4 - Sylvain Runberg, Stieg Larsson et Man

millenium4 Dupuis - octobre 2014 - 64 pages

Quatrième de couverture : 
Les pistes que suivent, chacun de leur côté, Lisbeth Salander et Mikael Blomkvist se rejoignent peu à peu pour n'en faire plus qu'une, sur les traces de l'énigmatique et dangereux Zala. Chef de gang à la tête d'un réseau de trafic de prostituées, il n'est autre que le père de Lisbeth, dont on continue de découvrir le douloureux passé. Recherchée par la police pour des meurtres qu'elle n'a pas commis, elle traque le moindre indice susceptible de localiser cet homme, source de tous les malheurs de sa famille, jusqu'à le débusquer dans son QG. Pendant ce temps, convaincu de l'innocence de Lisbeth, Mikael enquête de son côté malgré la désapprobation grandissante d'Erika et de sa rédaction. Et ce qu'il commence à discerner, au fur et à mesure de ses investigations, lui fait petit à petit comprendre l'ampleur insoupçonnée de l'affaire qu'il est en train de mettre au jour. Une affaire explosive qui implique directement les services secrets suédois.

Auteurs : Stieg Larsson, né en 1954, journaliste auquel on doit des essais sur l'économie et des reportages en Afrique, était le rédacteur en chef d'Expo, revue suédoise observatoire des manifestations ordinaires du fascisme. Il est décédé brutalement, en 2004, d'une crise cardiaque, juste après avoir remis à son éditeur les trois tomes de la trilogie Millénium.
Né en 1971 à Tournai d'une mère Belge et d'un père Français, ayant grandi dans le sud de la France, c'est en compagnie des Astérix, Batman et autres Spirou que Sylvain Runberg étanche sa soif de bulles, le tout entrecoupé de récits historiques et de romans divers, manière de titiller son imaginaire en devenir. Il passe son bac d'Arts Plastiques dans le Vaucluse avant d'obtenir une Maîtrise d'Histoire contemporaine à la faculté d'Aix en Provence, années étudiantes ponctuées de nombreux voyages en Europe et d'organisation de soirées musicales, du rock indépendant à la musique électronique. Sylvain Runberg évolue ensuite plusieurs années en librairie avant de rejoindre le monde de l'édition. Il déménage alors à Paris pour rejoindre les Humanoïdes Associés. Mais un fâcheux accident l'immobilise plusieurs mois durant l'année 2001. Il s'essaye alors à l'écriture durant sa convalescence et s'aperçoit que ça lui plait plus que de raison et décide de continuer. En 2004, Sylvain sort son premier album, « Astrid » avec Karim Friha. Suivent ensuite des projets aux univers variés : les « Colocataires » avec Christopher, série inspirée par ses années étudiantes aixoises, « Hammerfall », avec Boris Talijancic, saga médiévale fantastique ayant pour cadre la Scandinavie du VIIIe siècle et la série de science fiction « Orbital », réalisée avec Serge Pellé. 
Man (Manolo Carot) a vu le jour à Mollet del Vallès, dans la province de Barcelone, en 1976. Il commenca par réaliser des illustrations pour des jeux de rôles tels qu'Aquelarre et pour les couvertures de la revue spécialisée Lider, dont il fut également le directeur artistique. Man publia ses premières pages de B.D. chez La Cúpula, dans la revue érotique Kiss Comic. Durant plus de 6 ans, il publia des histoires comme "Universitarias", "Huesos y tornillos", recompilées par la suite en tomes et éditées aux États-Unis, en Allemagne et aux Pays-Bas. Chez le même éditeur, et avec son ami scénariste Hernan Migoya, il publia deux séries, "El hombre con miedo" et "Kung fu Kiyo". Épinglons les deux tomes d'Ari, "la salvadora del Universo", également réalisés avec Hernan mais publiés cette fois par Glénat Espagne. Man a collaboré à l'édition espagnole de la revue Playboy et a illustré des textes et des des ouvrages pédagogiques, des story-boards, des bandes dessinées pour la presse et des couvertures pour différentes revues d'actualité. Il est également professeur de bande dessinée durant ses loisirs.

Mon avis : (lu en septembre 2015)
Ce tome 4, correspond à la fin de l'épisode de "La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette", j'ai apprécié de pouvoir lire ce tome dans la continuité du tome 3, car nous avions laissé Lisbeth en mauvaise posture... Dans cet épisode, Mikael Blomkvist tenter de retrouver Lisbeth Salander. En parallèle, ils mènent l'enquête sur le même homme, le mystérieux et surtout dangereux Zala... Suspense et surprises sont toujours au rendez-vous dans cette histoire sombre que j'ai plaisir à redécouvrir sous la forme de bandes dessinées.
J'attends avec impatience de lire les deux derniers tomes (le tome 6 a été publié seulement il y a quelques jours...) de cette BD car "
La reine dans le palais des courants d'air" est la conclusion de l'épisode "La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette"... A suivre...

Extrait : 

9782800156613_p_3 9782800156613_p_4

9782800156613_p_5

Posté par aproposdelivres à 13:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 septembre 2015

Millenium - tome 3 - Sylvain Runberg, Stieg Larsson et Man

millenium3 Dupuis - mars 2014 - 64 pages

Quatrième de couverture : 
La saga "Millénium" continue ! Ce premier volet de l'adaptation de "La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette" se recentre sur le passé de Lisbeth Salander, dont l'histoire personnelle se recompose tel un puzzle, tandis que Mikael Blomkvist se lance, pour le compte de "Millénium", dans une nouvelle enquête sur le trafic d'êtres humains en Europe de l'Est et du Nord. Après un début d'idylle, leurs routes se sont séparées, mais pas pour longtemps. Le passé de Lisbeth ressurgit en faisant étrangement écho à l'enquête que mène Blomkvist et dont les ramifications vont le mener au coeur de l'histoire sombre et occultée de la Suède contemporaine.

Auteurs : Stieg Larsson, né en 1954, journaliste auquel on doit des essais sur l'économie et des reportages en Afrique, était le rédacteur en chef d'Expo, revue suédoise observatoire des manifestations ordinaires du fascisme. Il est décédé brutalement, en 2004, d'une crise cardiaque, juste après avoir remis à son éditeur les trois tomes de la trilogie Millénium.
Né en 1971 à Tournai d'une mère Belge et d'un père Français, ayant grandi dans le sud de la France, c'est en compagnie des Astérix, Batman et autres Spirou que Sylvain Runberg étanche sa soif de bulles, le tout entrecoupé de récits historiques et de romans divers, manière de titiller son imaginaire en devenir. Il passe son bac d'Arts Plastiques dans le Vaucluse avant d'obtenir une Maîtrise d'Histoire contemporaine à la faculté d'Aix en Provence, années étudiantes ponctuées de nombreux voyages en Europe et d'organisation de soirées musicales, du rock indépendant à la musique électronique. Sylvain Runberg évolue ensuite plusieurs années en librairie avant de rejoindre le monde de l'édition. Il déménage alors à Paris pour rejoindre les Humanoïdes Associés. Mais un fâcheux accident l'immobilise plusieurs mois durant l'année 2001. Il s'essaye alors à l'écriture durant sa convalescence et s'aperçoit que ça lui plait plus que de raison et décide de continuer. En 2004, Sylvain sort son premier album, « Astrid » avec Karim Friha. Suivent ensuite des projets aux univers variés : les « Colocataires » avec Christopher, série inspirée par ses années étudiantes aixoises, « Hammerfall », avec Boris Talijancic, saga médiévale fantastique ayant pour cadre la Scandinavie du VIIIe siècle et la série de science fiction « Orbital », réalisée avec Serge Pellé. 
Man (Manolo Carot) a vu le jour à Mollet del Vallès, dans la province de Barcelone, en 1976. Il commenca par réaliser des illustrations pour des jeux de rôles tels qu'Aquelarre et pour les couvertures de la revue spécialisée Lider, dont il fut également le directeur artistique. Man publia ses premières pages de B.D. chez La Cúpula, dans la revue érotique Kiss Comic. Durant plus de 6 ans, il publia des histoires comme "Universitarias", "Huesos y tornillos", recompilées par la suite en tomes et éditées aux États-Unis, en Allemagne et aux Pays-Bas. Chez le même éditeur, et avec son ami scénariste Hernan Migoya, il publia deux séries, "El hombre con miedo" et "Kung fu Kiyo". Épinglons les deux tomes d'Ari, "la salvadora del Universo", également réalisés avec Hernan mais publiés cette fois par Glénat Espagne. Man a collaboré à l'édition espagnole de la revue Playboy et a illustré des textes et des des ouvrages pédagogiques, des story-boards, des bandes dessinées pour la presse et des couvertures pour différentes revues d'actualité. Il est également professeur de bande dessinée durant ses loisirs.

Mon avis : (lu en septembre 2015)
Dans ce tome 3, le dessinateur (Man) a changé, cela ne se voit pas au premier coup d'oeil car la couverture reste dessinée par le dessinateur précédent (Homs)... seul le nom indiqué sur la couverture le signale. Je préférais le dessin de Homs. 

Ce tome correspond à la première partie de l'adaptation de "La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette", le lecteur découvre un peu du passé de Lisbeth. Un couple de journalistes qui enquêtaient sur un réseau de prostitution de filles de l'Est est sauvagement assassiné et tout désigne Lisbeth comme la coupable idéale... Mikael Blomkvist est convaincu du contraire, il va tout faire pour le démontrer. L'ambiance et la noirceur de l'histoire est parfaitement rendue. L'adaptation est fidèle à l'original : Millenium reste ce fabuleux polar sombre et unique !

Extrait : 

9782800156606_p_2 9782800156606_p_3

9782800156606_p_4 9782800156606_p_5

Posté par aproposdelivres à 06:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,