04 février 2017

Le Voyage de Phoenix - Jung

le voyage de phoenix Soleil - octobre 2015 - 320 pages

Quatrième de couverture :
3 destins s'entrecroisent : Jennifer, fille d'un soldat américain passé en Corée du Nord. Fille d'un père absent, communiste et traître, l'Amérique la rejette. Elle consacre sa vie à un orphelinat de Séoul. Aron adopte un petit garçon et s'attache tant à lui qu'il délaisse sa fille ; il s'enfonce dans la dépression lorsque son fils tombe gravement malade. Doug, le meilleur ami d'Aron, est militaire et orphelin depuis longtemps. C'est lui qui a poussé Aron à adopter. Il se sent responsable de ce qui se passe.

Auteur : Sik Jun Jung est né le 2 décembre 1965 à Séoul, en Corée. Adopté par une famille belge en 1971, il prend pour nom d'adoption Jung Henin. Il suit des études d'Humanités Classiques (latin et mathématiques) à l'Athénée Royal de Rixensart, avant de fréquenter un an, en 1985, l'atelier Saint-Luc de Bruxelles. Il étudie ensuite à l'académie des Beaux-Arts de Bruxelles, en section Illustration. Parallèlement, il fait un bref passage dans le dessin animé, à la Cambre. C'est en 1987 que sa carrière prend un tournant décisif, puisqu'il rencontre Marc Michetz, qui le présente au magazine Spirou. Cela lui permet d'illustrer quelques courts récits dans Spirou et Tintin. Il travaille alors quelques mois dans l'atelier d'Yslaire et de Darasse, et illustre aussi les couvertures du Belgian Business Magazine. En 1991, Jung publie le premier des quatre tomes de Yasuda, chez Hélyode-Lefranc. La finalité de ses dessins est pour lui de faire transparaître des émotions, des sentiments, avec des personnages bien présents, vivants. En 1997, en collaboration avec Martin Ryelandt, il réalise La Jeune Fille et le Vent, aux éditions Delcourt. L'univers asiatique de cette série d'heroïc-fantasy est un retour à ses origines coréennes, et le fantastique lui permet de renforcer le côté évocateur de son dessin, notamment pour le héros : le Vent. Il signe avec Kwaïdan son premier scénario, une nouvelle série qui frappe par la beauté des couleurs directes et la poésie subtile et raffinée qui émane de ce conte nippon.

Mon avis : (lu en janvier 2017)
Dans cette BD, le lecteur suit plusieurs personnages qui vont se croiser. Il y a Jennifer, la fille d'un soldat américain qui est passé en Corée du Nord. Son père a toujours été absent et considéré comme un traître. Elle quitte donc les Etats-Unis pour aller à Séoul et se consacrer à un orphelinat. Il y a Aron, avec sa femme Helen, sur l'idée de Doug, militaire et le meilleur ami d'Aron, ils ont adopté Kim, un petit garçon venant de l'orphelinat de Jennifer. Malheureusement, Kim tombe gravement malade. 
Il y a enfin, un jeune Coréen du Nord qui cherche à s’échapper du camp où il est enfermé depuis dix-sept ans et à regagner la Corée du Sud...
Il est donc question de beaucoup de sujets chers à l'auteur dans cette bande dessinée, l’adoption, le déracinement, la famille, les Corées... 
Toutes ses histoires sont passionnantes, les personnages principaux sont attachants et les dessins sont magnifiques. 
J'ai cependant un bémol sur l'articulation des différentes histoires... 

Extrait :

jung_P1 1787_P2

1787_P3 1787_P4

1787_P5  1787_P6

1787_P7 1787_P8

1787_P9 1787_P10

Déjà lu du même auteur :

couleur_de_peau_miel_tome1 Couleur de peau : miel, tome 1 CouleurDePeauMiel2 Couleur de peau : miel, tome 2 

tome_3_couv_couleur_peau_miel Couleur de peau : miel, tome 3

Posté par aproposdelivres à 16:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


23 novembre 2016

L'anniversaire de Kim Jong-Il - Aurélien Ducoudray et Mélanie Allag

9daf23794fa2260bcb6815b234785c92 Delcourt - août 2016 - 128 pages

Quatrième de couverture : 
"Je suis un jeune de la Corée libérée.
La vie me tient à coeur.
L'espoir en un avenir radieux aussi.
Cependant, ma vie, mon espoir, mon bonheur valent moins que la patrie."

Auteurs : Aurélien Ducoudray est né en 1973 à Chateauroux et vit dans un petit village de l’Indre. Photographe de presse, journaliste presse écrite et TV, on lui doit de nombreux documentaires. Après Championzé et La Faute aux chinois, il sort Clichés de Bosnie chez Futuropolis. Ce dernier ouvrage connaît un beau succès. En 2014, il signe son premier ouvrage chez Grand Angle, Amère russie. 
Mélanie Allag est illustratrice. En sortant de l’école des Beaux-arts d’Angoulême, Mélanie Allag a fait ses premiers pas dans la presse jeunesse. Illustrer des thèmes imposés ou concevoir des pages jeux pour les magazines jeunesse lui a permis de varier les projets et d’acquérir l’expérience pour proposer aujourd’hui des réponses graphiques plus personnelles. Les crayons de couleur sont ses outils de prédilection. Elle vit et travaille à Nantes

Mon avis : (lu en octobre 2016)
Jun Sang est un petit garçon de Corée du Nord. Il est né le 16 février comme son cher dirigeant Kim Jong-Il, il y a toujours une grande fête ce jour là, pas exactement à son honneur... mais à celui de Kim Jong-Il. C'est à travers le regard naïf de Jun Sang que le lecteur découvre ce régime qui n'est que propagande et embrigadement. Pour lui, la Corée du Nord est un pays fantastique, son dirigeant est merveilleux, il veille sur tout son peuple, les protège des ennemis que sont la Corée du Sud et ses « chiens » d'américains... Mais un jour la famille de Jun Sang tente de passer la frontière et Jun Sang découvre progressivement l'effrayante réalité des camps destinés aux opposants ou à ceux qui on voulu fuir le pays. Un récit bouleversant servi par le dessin semblant enfantin ou naïf, au début de l'album il est coloré et en rondeur, puis il devient de plus en plus gris et sombre.
Une BD documentaire à faire découvrir !

Extrait :

challenge12016br
17/18

Posté par aproposdelivres à 15:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 avril 2013

Pyongyang - Guy Delisle

pyongyang L'Association - novembre 2002 - 152 pages

Présentation éditeur :
Après Shenzen, Guy Delisle a poursuivi son travail nomade d'animateur à Pyong yang, capitale de la Corée du Nord. Si ses sentiments vis-à-vis d'un pays totalement étranger se retrouvent d'un livre à l'autre, "Pyong Yang" présente en outre l'intérêt de donner des informations sur la vie quotidienne d'un des pays les plus secrets et les plus fermés du monde.

Auteur : Né en 1966, Guy Delisle est un auteur de bande dessinée québécois. Après des études d'animation au Sheridan College de Oakville (Ontario), il travaille dans différents studios à travers le monde, Canada, Allemagne, France, Chine, Corée du Nord,Réunion, Jérusalem. Ses expériences de superviseur d'animation en Asie fourniront ainsi matière à deux albums autobiographiques, Shenzhen en 2001 et Pyongyang en 2003. Paru en 2007, Chroniques birmanes relate un séjour d'une année qu'il effectue à Rangoon où il suit son épouse, expatriée de Médecins sans frontières. Quatre ans plus tard paraîtChroniques de Jérusalem qui relate l'année 2008-2009 passée par la famille en Israël, et qui lui vaut le Prix du Meilleur Album au festival d'Angoulême en 2012. Il a en particulier vécu en direct l'Opération plomb durci à Gaza en décembre 2008.
 
Mon avis : (lu en avril 2013)
Après avoir découvert, Jérusalem puis Sgenzhen à travers les yeux de Guy Delisle, j'avais hâte de découvrir Pyongyang la capitale de la Corée du Nord, un endroit du monde les plus difficiles à pénétrer. C'est encore dans le cadre de son travail que Guy Delisle est envoyé deux mois à Pyongyang pour superviser la sous traitance d'une série de dessins animés. Il raconte avec humour son séjour, son quotidien et ses réflexions personnelles. 
Même préparé à ce voyage, Guy Delisle est souvent surpris par ce ce pays si différent au niveau culturel, politique, social... Il souligne également les contradictions du pays. 
Les étrangers ne peuvent pas se déplacer sans un interprète ou un guide, ils sont logés dans des hôtels réservés aux étrangers, ils ne sont jamais vraiment libres de leurs mouvements, et ne peuvent visiter que ce que l'on veut bien leur montrer comme les bâtiments et les constructions à la gloire du régime (la statue de Kim Il-Sung, le métro de Pyongyang, l'Arc de triomphe, le Musée de l'Occupation Impériale...)
Il raconte également la ferveur omniprésente quasi-religieuse et obligatoire des Coréens vis à vis de Kim Il-Sung, le « père de la nation », et son fils Kim Jong-Il. Tout Coréen porte le badge de l’un et/ou l’autre des deux communistes. Les Coréens travaillent 6 jours sur 7 et le septième jour est un jour de volontariat offert au régime (pour repeindre un pont, entretenir les espaces verts...).
La propagande et le « lavage de cerveau » est flagrante en particulier lorsque Guy Delisle s'étonne auprès de son guide de l'absence d'handicapés à Pyongyang, et celui-ci lui répond avec une sincérité confondante qu'il n'y en a pas en Corée du Nord car les enfants de « race coréenne » naissent toujours sans déficience physique, forts et intelligents...
Guy Delisle dénonce également la délocalisation en Asie des métiers des films d'animation et les difficultés rencontrées.
Un témoignage personnel sur Pyongyang très instructive et d'actualité même s'il date de dix ans...

Extrait : (début du livre)

py_page_01 py_page_02

py_page_03 py_page_04

py_page_05 py_page_06

py_page_07

 

Déjà lu du même auteur : 

chroniques_de_J_rusalem Chroniques de Jérusalem shenzhen  Shenzhen

 Challenge Petit BAC 2013
petit_bac_2013
"Géographie"

 

Posté par aproposdelivres à 07:56 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,