27 octobre 2013

Dans le silence du vent - Louise Erdrich

9782226249746g Albin Michel - août 2013 - 480 pages

traduit de l'américain par Isabelle Reinharez

Titre original : The round house, 2012

Quatrième de couverture : 
Récompensé par la plus prestigieuse distinction littéraire américaine, le National Book Award, élu meilleur livre de l’année par les libraires américains, le nouveau roman de Louise Erdrich explore avec une remarquable intelligence la notion de justice à travers la voix d’un adolescent indien de treize ans. Après le viol brutal de sa mère, Joe va devoir admettre que leur vie ne sera plus jamais comme avant. Il n’aura d’autre choix que de mener sa propre enquête. Elle marquera pour lui la fin de l’innocence.

Auteur : Ojibwe par sa mère, germano-américaine par son père, Louise Erdrich a grandi sur une réserve indienne du Dakota du Nord. Considérée comme l'un des plus importants écrivains américains contemporains, elle bâtit, livre après livre, une oeuvre forte et singulière, couronnée de nombreux prix dont le National Book Critics Award pour Love medecine ou les National Book Award et American booksellers Award pour son nouveau roman Dans le silence du vent (élu un des 10 meilleurs livres de l'année 2012 par l'ensemble de la presse américaine).

Mon avis : (lu en octobre 2013)
Le narrateur du roman, Joe est un jeune indien de 13 ans, il vit avec ses parents dans une réserve du Dakota du Nord. Son père, Bazil est juge au tribunal tribal, sa mère, Géraldine est spécialiste des appartenances tribales. L'histoire commence par un drame, Géraldine n’est pas rentrée à la maison, lorsque Joe et Bazil la retrouvent, elle est en état de choc : elle a été violée et a échappé à son agresseur qui voulait la tuer. A partir de ce jour, elle s'enferme dans sa chambre, ne parle plus, elle est plongée dans une dépression. La police va faire son enquête pour retrouver le coupable. Bazil va utiliser tous les moyens dont il dispose pour punir l'agresseur mais les lois américaines et les lois indiennes s'appliquent inégalement. Le coupable étant blanc et l'agression ayant eu lieu sur la réserve, il est très difficile de le poursuivre...
Cette injustice pousse Joe avec l'aide de ses meilleurs amis Cappy, Zack et Angus de mener sa propre enquête
L'histoire se passe dans une réserve, le lecteur suit l'évolution de l'enquête de la police, des recherches des jeunes garçons tout en découvrant la vie quotidienne de la réserve où se mêle mode de vie américaine et les traditions indiennes. La famille est importante, elle soutient Joe et ses parents dans le malheur. Les personnages sont attachants comme le grand-père Mooshum qui raconte des légendes indiennes dans son sommeil, ou la tante Sonia dont la poitrine fascine Joe...
L'auteur traite dans ce livres des sujets graves autour de la condition indienne mais également relatent des épisodes plus humoristiques de la vie dans la réserve en particulier lorsque les quatre adolescents se retrouvent ensemble.

J'ai découvert les problèmes juridiques que subissent les amérindiens, en particulier les viols impunis de femmes indiennes par des agresseurs blancs. Dans la postface, l'auteur explique même qu'au cours de sa vie, une indienne sur trois sera violée. 
Joe est très sympathique et attachant, il est touché par le drame que vit sa mère, depuis il ne la reconnait plus. Il est en pleine adolescence et son amitié indéfectible qu'il partage avec ses amis est formidable. Ce crime ne peut pas rester impuni ! 

Note :  ♥♥♥♥ 

Extrait : (début du livre)
1988
Des petits arbres avaient attaqué les fondations de notre maison. Ce n'étaient que de jeunes plants piqués d'une ou deux feuilles raides et saines. Les tiges avaient tout de même réussi à s'insinuer dans de menues fissures parcourant les bardeaux bruns qui recouvraient les parpaings. Elles avaient poussé dans le mur invisible et il était difficile de les extirper. Mon père a essuyé la paume de sa main en se la passant sur le front et a maudit leur résistance.
Je me servais d'un vieil arrache-pissenlit rouillé au manche plein d'échardes ; mon père maniait un long et fin tisonnier en fer qui devait faire plus de mal que de bien. Comme il piquait à l'aveuglette là où il supposait que des racines avaient pu pénétrer, à coup sûr il ouvrait dans le mortier des trous bien pratiques pour les jeunes plants de l'année à venir.
Chaque fois que je réussissais à dégager un tout petit arbre, je le posais à côté de moi tel un trophée sur l'étroit trottoir qui entourait la maison. Il y avait des pousses de frêne, d'orme, d'érable, de négondo, même un catalpa de bonne taille, que mon père a mis dans un vieux seau de crème glacée en pensant qu'il trouverait peut-être un endroit où le replanter. Pour moi c'était un miracle que les arbrisseaux aient survécu à un hiver passé dans le Dakota du Nord. Ils avaient peut-être eu de l'eau, mais bien peu de lumière et seulement quelques miettes de terre. Pourtant chaque graine était parvenue à plonger profondément l'ardillon d'une racine et à projeter une vrille exploratrice vers l'extérieur.
Mon père s'est mis debout, en étirant son dos douloureux. Ça suffit, a-t-il dit, lui qui d'habitude était un perfectionniste.
Mais je n'avais pas envie de m'arrêter, et quand il est entré dans la maison pour téléphoner à ma mère, partie à son bureau chercher un dossier, j'ai continué à tirer sur les petites racines cachées. Il n'est pas ressorti et j'ai pensé qu'il avait dû s'allonger pour faire la sieste, ce qui maintenant lui arrivait de temps à autre. On aurait pu imaginer qu'à ce moment-là, un garçon de treize ans avait mieux à faire, je me serais arrêté, mais bien au contraire. Alors que l'après-midi s'écoulait et que tout sur la réserve était gagné par le calme et le silence, il m'a paru de plus en plus nécessaire que chacun de ces envahisseurs soit tiré de là jusqu'à l'extrême bout de sa racine, où se concentrait toute la croissance vitale. Et il me semblait tout aussi nécessaire de faire un boulot méticuleux, comparé à tant de mes tâches mal terminées.
Aujourd'hui encore, je m'étonne de la vigueur de ma concentration. Je glissais les dents de mon outil le plus près possible le long de la pousse. Chaque petit arbre exigeait une stratégie propre. Il était presque impossible de ne pas le briser avant que ses racines puissent être retirées intactes de leur cachette tenace.
J'ai fini par abandonner, je suis entré en catimini dans la maison et me suis glissé dans le bureau de mon père. J'ai ris l'ouvrage de droit que mon père appelait La Bible. Le Manuel de droit fédéral indien de Félix S. Cohen. Mon père l'avait reçu des mains de son père ; la reliure rouille était éraflée, le long dos craquelé, et chacune des pages comportait des commentaires manuscrits. Je tentais de me familiariser avec la langue désuète et les perpétuelles notes de bas de page. Mon père, ou mon grand-père, avait mis un point d'exclamation p. 38, à côté de l'affaire en italiques qui m'avait naturellement intéressé, moi aussi : États-Unis contre 43 gallons de whisky. Je suppose que, comme moi, l'un d'eux avait trouvé ce titre ridicule. Malgré tout j'analysais l'idée, introduite dans d'autres affaires et confortée par celle-ci, que nos accords conclus avec le gouvernement étaient semblables à des traités conclus avec des nations étrangères. Que la grandeur et la puissance dont parlait Mooshum, mon grand-père, n'avaient pas entièrement disparu, car elles étaient, du moins dans une certaine mesure que je voulais connaître, encore protégées par la loi.

Déjà lu du même auteur :

la_chorale_des_maitres_bouchers_p La Chorale des maîtres bouchers la_mal_diction_des_colombes La malédiction des colombes

omakayas Omakayas love_medecine_p Love Medecine la_d_capotable_rouge La décapotable rouge 

le_jeu_des_ombres Le jeu des ombres 

mois_am_ricain 
Le Mois Américain :  "Un livre de Louise Erdrich"

50__tats

45/50 :  Dakota du Nord

   Challenge Petit BAC 2013

petit_bac_2013
"Météo"

Challenge 3% Rentrée Littéraire 2013
logorl2013
13/12

Posté par aproposdelivres à 13:41 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


25 octobre 2013

La lune était noire - Michael Connelly

LIV436M poster_53430 la_lune_etait_noire_85093 la_lune_etait_noire_points la_lune_etait_noire_calmann_l_vy la_lune_etait_noire_ldp

Livraphone - juin 2007 - 10h09 - Lu par Marie-Christine Letort

Seuil - avril 2000 - 376 pages

Points - mai 2001 - 464 pages

Points - octobre 2003 - 464 pages

Calmann-Lévy - mars 2012 - 384 pages

Livre de Poche - janvier 2012 - 480 pages

traduit de l'américain par Robert Pépin

Titre original : Void moon, 1999

Quatrième de couverture :
Contrainte de passer à l'action pour protéger le secret qui la déchire, Cassie Black, une ancienne détenue maintenant en liberté conditionnelle  décide de cambrioler la suite d'un grand flambeur du casino Cleopatra, à Las Vegas. Caméras de surveillance partout, gardes armés, coffres forts blindés, etc., la sécurité sans faille- et dirigée par un certain Kerch, individu particulièrement sadique et retors dans sa façon de penser. S'attaquer à lui c'est courir à la mort, mais c'est le risque que doit prendre Cassie si elle veut réussir. Et ce n'est rien en comparaison de ce qui se passe lorsqu'on comprend que l'enjeu est mille fois plus énorme que ce à quoi on s'attendait au début de l'affaire. Car bien sûr dans l'énorme partie qui se joue, toutes les cartes sont biaisées.

Auteur : Né à Philadelphie, Pennsylvanie le 21 juillet 1956, c'est en lisant les romans de Raymond Chandler que Michael Connelly décide de se consacrer à l'écriture. Il étudie alors la technique de l'écriture et le journalisme à l'université de Floride où enseigne le romancier Harry Crews. Le diplôme obtenu, il se lance dans le journalisme et écrit pour les journaux Fort Lauderdale et Daytona Beach. Il s'intéresse tout particulièrement au crime et couvre 'la guerre de la drogue', période pendant laquelle la Floride connut une vague de violence inattendue. En 1986, une enquête sur les rescapés d'un crash d'avion lui vaut d'être cité pour le prix Pulitzer et de travailler pour le prestigieux Los Angeles Times. Il publie son premier roman 'Les Egouts de Los Angeles' en 1992 dont le héros tourmenté, l'inspecteur Harry Bosch, deviendra un héros récurrent dans son oeuvre. On le retrouvera entre autres dans 'L' Envol des anges' et 'Lumière morte'. Récompensé dans de nombreux pays, Connelly puise son inspiration de son expérience de journaliste, de faits divers et de sa fascination pour le rapport ambivalent de l'homme face au crime et à la justice. Après 'Los Angeles River' en 2004 et 'Deuil interdit' en 2005, il offre au public une nouvelle enquête de Bosch dans 'Echo Park' en 2007. Véritables best-sellers, les romans de Michael Connelly font de lui l'un des maîtres incontestés du roman noir. Il vit en Floride avec sa femme et sa fille.

Lecteur : Après des études de lettres, Marie-Christine Letort entre au Conservatoire National d’Art Dramatique de Rennes, puis à l’Ecole Florent en classe libre. Au théâtre, elle a joué dans Le retour au désert de Bernard-Marie Koltès mis en scène par Jean de Pange, Les enfants d’Edward Bond mis en scène par Jean-Pierre Garnier et dernièrement dans Zoo de Vercors mis en scène par Jean-Paul Tribout.
Marie-Christine Letort travaille régulièrement avec Jean-Luc Revol (Molière, Marivaux, D. Parker, Botho Strauss,…).
Au cinéma, Marie-Christine Letort a tourné sous la direction de Philippe Faucon et à la télévision, sous la direction de Christiane Le Hérissey , Gérard Vergez… Richard III est sa première collaboration avec Philippe Calvario.

Mon avis : (écouté en octobre 2013)
Je ne suis pas une habituée de cet auteur et j'ai plutôt bien aimé cette lecture audio.
Cassie Black a trente ans et un passé douloureux. Cambrioleuse, elle a fait plusieurs années de prison à cause d'un contrat qui a mal tourné. Cassie a réussi à obtenir une remise de peine et une liberté surveillée. Elle a bien décidé à se tenir à carreau et ne pas replonger mais un événement imprévu va l'obliger à participer à un dernier coup pour gagner beaucoup d'argent... Elle doit pénétrer dans une suite du casino Cleopatra, à Las Vegas malgré la présence de nombreuses caméras de surveillance, de gardes armés, de coffres forts blindés.
Le lecteur suit l'histoire du côté du cambrioleur avec tous les détails techniques pour préparer le coup, les problèmes qui vont arriver lors de l'exécution du coup et Cassie se retrouve au cœur d'une machination. Elle va devoir faire face à une course poursuite meurtrière contre un détective privé pas très net... 
Le dénouement est assez inattendu.
Le roman a été écrit comme un feuilleton télévisé, avec des chapitres courts et haletants. L'écoute est plutôt agréable et facile même si pour maintenir du suspens, l'auteur passe d'une scène à l'autre à chaque chapitre...

Note :  ♥♥♥

Déjà lu du même auteur : 

le_verdict_de_plomb Le verdict du plomb le_po_te Le poète 

 

mois_am_ricain 
Le Mois Américain 

50__tats
45/50 :  Nevada

Challenge Trillers et Polars

 88054471_o
catégorie "Même pas peur" :  10/25

   Challenge Petit BAC 2013
petit_bac_2013
"Géographie"

Posté par aproposdelivres à 07:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 octobre 2013

Sur ma peau - Gillian Flynn

Lecture Commune 
lecture_commune

"Un livre de Gillian Flynn"

sur_ma_peau sur_ma_peau_p1sur_ma_peau_p sur_ma_peau_fl

Calmann-Lévy - avril 2007 - 285 pages

Livre de Poche - février 2008 - 381 pages

France Loisir - 2008 - 

traduit de l'anglais par Christine Barbaste

Titre original : Sharp objects, 2006

Quatrième de couverture :
La ville de Wind Gap dans le Missouri est sous le choc : une petite fille a disparu. Déjà l'été dernier, une enfant avait été enlevée. On l'avait retrouvée peu après, étranglée, les dents arrachées... La jeune journaliste Camille Preaker est envoyée sur les lieux pour couvrir l'affaire. Elle a grandi à Wind Gap et elle sera la mieux placée pour enquêter, selon le directeur de son journal.

Mais pour Camille, retourner sur les lieux de son enfance, c'est réveiller des souvenirs douloureux.
Adolescente, incapable de faire face à la folie de sa mère et traumatisée par la mort inexpliquée de sa sœur cadette, Camille a gravé sur sa peau les souffrances qu'elle n'a pu exprimer. Son corps n'est qu'un entrelacs de cicatrices...
Le cadavre de l'enfant disparue est bientôt retrouvé et, très vite, les soupçons de la police se portent sur le frère d'une des fillettes. II semble le coupable idéal, mais Camille a des doutes.
Hantée par la tragédie de son enfance, elle comprend très vite qu'elle devra pourtant trouver la force de l'affronter si elle veut découvrir la vérité...

Auteur : Gillian Flynn est née à Kansas City. Après Sur ma peau et Les Lieux sombresLes Apparences est son troisième roman.

Mon avis : (lu en octobre 2013)
Camille Preak est une jeune journaliste d'un petit quotidien à Chicago. Elle a quitté Wind Gap, sa ville natale depuis une dizaine d'année sans jamais y revenir. Mais pour couvrir le meurtre et la disparition de deux fillettes, Frank Curry, son rédacteur en chef, l'envoie à Wind Gap persuadé qu'étant originaire du lieu elle sera la mieux à même de rendre compte de l'évolution de l'enquête. Camille est alors obligée de renouer avec sa famille. Peu à peu le lecteur comprend que Camille est fragile et que ce retour en famille lui fait revivre un passé douloureux. La journaliste va enquêter et chercher à comprendre qui est l'auteur de ces horribles crimes, en parallèle la jeune femme va être confrontée aux souvenirs de son enfance et devoir affronter des fantômes de son passé.

Ce livre est un roman très noir avec une intrigue policière qui passe au second plan. En effet, Gillian Flynn s'est surtout intéressée à la petite ville de Wind Gap, ses habitants et à la famille assez singulière de la narratrice et héroïne de l'histoire. 
L'enquête est vraiment très bien construite, en tant que lecteur on se pose de nombreuses questions, on fait de multiples suppositions, on pense avoir compris et pas du tout, nous allons de surprises en surprises. J'ai retrouvé dans ce livre le talent découvert dans Les lieux sombres. Une belle surprise.

Extrait : (début du livre)
Je portais un pull neuf, d'un rouge agressif, hideux. On avait beau être le 12 mai, le thermomètre avait chuté sous la barre des dix degrés et après quatre jours à grelotter en petite chemise, plutôt que de fouiller dans mes cartons de fringues d'hiver, j'étais allée acheter de quoi me couvrir dans un magasin qui faisait des promos. Le printemps à Chicago.
J'étais dans mon box tendu de toile de jute, devant l'ordinateur, le regard rivé sur l'écran. Mon papier du jour traitait d'un cas aussi sordide que banal. On avait retrouvé dans le South Side quatre mômes, âgés de deux à six ans, enfermés dans une chambre avec deux ou trois sandwiches au thon et un quart de lait. Cela faisait trois jours qu'ils étaient parqués là, à s'agiter sur la moquette comme des poules en cage, au milieu de la nourriture et des excréments. Leur mère s'en était allée tirer sur une pipe, et les avait tout bonnement oubliés. Ce sont des choses qui arrivent. Pas de brûlures de cigarette, ni d'os brisés. Juste une étourderie, irrattrapable. J'avais vu la mère après son arrestation : Tammy Davis, une femme de vingt-deux ans, blonde et grasse, avec une grosse pastille de fard rose sur chaque joue. Je l'imaginais sans peine affalée sur un canapé déglingué, en train d'arrondir les lèvres sur la pipe, d'inhaler une bouffée âcre. Ensuite, tout ce mettait à flotter dans sa tête : oubliés les mômes, loin derrière ; elle revoyait ses années collège, où elle était la plus jolie - une ado de treize ans qui mettait du gloss et mâchait des chewing-gums à la cannelle avant d'embrasser ses prétendants.

 

Déjà lu du même auteur : 

les_lieux_sombres Les lieux sombres les_apparences Les apparences

 

mois_am_ricain 
Le Mois Américain :  "Un livre de Gillian Flynn"

50__tats
45/50 :  Missouri

Challenge Trillers et Polars

 88054471_o
catégorie "Même pas peur" :  9/25

   Challenge Petit BAC 2013
petit_bac_2013
"Partie du corps"

Posté par aproposdelivres à 06:38 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

22 octobre 2013

Le bruit et la fureur - William Faulkner

Lecture Commune 
lecture_commune

"Un livre de William Faulkner"

faulkner_59 Le_bruit_et_la_fureur_de_William_Faulkner faulkner_78 2013_09_21_221032

Livre de Poche - 1959 - 

Folio - juillet 1972 - 384 pages

Folio - 1978 - 378 pages

traduit de l'américain par Maurice-Edgar Coindreau

Titre original : The sound and the fury, 1972

Quatrième de couverture : 
« oui je le hais je mourrais pour lui je suis déjà morte pour lui je meurs pour lui encore et encore chaque fois que cela se produit...
pauvre Quentin
elle se renversa en arrière appuyée sur ses bras les mains nouées autour des genoux
tu n'as jamais fait cela n'est-ce pas
fait quoi
ce que j'ai fait
si si bien des fois avec bien des femmes
puis je me suis mis à pleurer sa main me toucha de nouveau et je pleurais contre sa blouse humide elle était étendue sur le dos et par-delà ma tête elle regardait le ciel je pouvais voir un cercle blanc sous ses prunelles et j'ouvris mon couteau. »

Auteur : William Faulkner est né en 1897 dans l'Etat du Mississipi. Il appartient à une vieille famille aristocratique ruinée par la guerre de Sécession.
Après avoir essayé d'exercer différents métiers, après avoir vécu à New-York et à Paris, il revient habiter dans son pays natal et s'installe à Oxford, Mississippi. Il partage alors son temps entre la littérature et la gestion de ses terres.
William Faulkner a reçu le prix Nobel en 1949. Il est mort en juillet 1962.
Il est probablement l'écrivain américain qui a eu le plus d'influence sur la littérature contemporaine, et en France, en particulier, il a été découvert et commenté par André Malraux, Jean-Paul Sartre, Claude Edmonde-Magny et bien d'autres écrivains. 

Mon avis : (lu en octobre 2013)
Suite au Challenge « Le mois américain », ce livre m'a été offert l'année dernière par Titine à l'occasion d'un concours. Ce « mois américain » 2013 était l'occasion rêvée de le sortir de ma PAL...
J'ai été un déstabilisée par ce livre... Tout d'abord, j'ai commencé à le lire sans lire la préface et au bout de trente pages... je n'y comprenais rien... Je suis alors allée sur la blogosphère pour avoir quelques informations et j'ai compris que cette lecture se méritait et j'ai donc lu la préface qui m'a donnée de nombreux éléments pour me donner le courage de me plonger dans ce livre exigent et pour mieux comprendre cette lecture.

En voici une synthèse :
C'est l'histoire dramatique d'une famille blanche du Sud américain juste avant le crash boursier de 1929 : les Compson avec Jason, le père, pasteur, sa femme Caroline, leurs enfants, trois fils et une fille : Quentin, Candace (nommée Caddy), Jason et Maury. Maury est handicapé mental, il a été renommé Benjamin (ou Benjy) pour ne pas faire de tort à son oncle Maury (le frère de Caroline). Ils ont à leur service une famille de domestiques noirs, avec Roskus, le père, Dilsey, la mère et leurs garçons, T.P. et Versh et une fille, Frony. Pour en terminer avec les présentations, à l'âge adulte, Caddy a eu un fille qu'elle a nommé Quentin et Frony un fils nommé Luster.

Le livre est divisé en quatre parties : Dans la première, c'est Benjamin le narrateur, ce qui explique la difficulté de comprendre le début de l'histoire, l'esprit de Benjamin est désordonné et il mélange dans sa narration des évènements du présent (en 1928, il a alors trente-trois ans) et du passé (environ trente ans plus tôt) et il passe de l'un à l'autre comme du coq à l'âne...
Quentin fils est le narrateur de la deuxième partie, elle se situe en 1910 alors qu'il est étudiant à Havard. La narration n'est pas tellement plus claire...
Jason fils est le narrateur de la troisième partie qui se passe également en 1928. Il mêle également les évènements du présent avec ceux du passé.
La quatrième partie met en avant Dilsey, la vieille domestique noire spectatrice de la chute de la famille.

J'ai été laborieusement jusqu'au bout de cette lecture... Et je n'ai malheureusement pas su apprécier ce livre. La difficulté de lecture a primé sur le plaisir... J'ai raté le rendez-vous...

40049

En 1959, le réalisateur américain Martin Ritt a adapté le livre Le Bruit et la fureur (The Sound and the Fury) avec Yul Brynner, Joanne Woodward, Margaret Leighton. 

Extrait : (page 129)
Le tram s'approcha, s'arrêta. Le carillon sonnait toujours la demie. J'y montai et il repartit effaçant la demie. Non : moins le quart. Ça ne fera jamais que dix minutes, du reste. Quitter Harvard le rêve de ta mère vendu le pré de Benjy pour qu'ai-je fait pour mériter des enfants pareils Benjamin était un châtiment suffisant et elle maintenant sans la moindre considération pour moi sa propre mère j'ai souffert pour elle rêvé fait des plans des sacrifices je suis descendue dans la vallée et malgré cela jamais depuis le jour où elle ouvrit les yeux elle n'a pensé à moi autrement que par égoïsme parfois je la regarde et me demande si elle est bien vraiment ma fille sauf Jason lui ne m'a jamais causé une minute de chagrin depuis que je l'ai tenu dans mes bras je savais alors qu'il serait ma joie et mon salut je pensais que Benjamin était un châtiment suffisant pour les péchés que j'ai pu commettre je croyais c'était un châtiment pour avoir mis de côté mon orgueil et épousé un homme qui se croyait supérieur à moi je ne me plains pas je l'aimais plus que tout au monde à cause de cela par devoir bien que Jason me tînt au cœur cependant mais je vois maintenant que je n'ai pas assez souffert je vois maintenant qu'il me faut payer pour vos péchés aussi bien que pour les miens qu'avez-vous donc commis quels péchés votre riche et puissante famille a-t-elle donc déversés sur ma tête mais vous les soutiendrez toujours vous avez toujours trouvé des excuses pour ceux de votre sang il n'y a que Jason qui puisse mal faire parce qu'il est plus Bascomb que Compson tandis que votre propre fille ma petite fille ma petite enfant ne vaut elle ne vaut pas ça quand j'étais jeune j'étais malheureuse je n'étais qu'une Bascomb on me disait qu'il n'y a pas de milieu qu'une femme est une lady ou ne l'est pas mais je n'aurais jamais pu penser quand je la tenais dans mes bras qu'une de mes filles pourrait jamais se laisser aller à vous ne savez donc pas que je n'ai qu'à la regarder dans les yeux pour savoir 

mois_am_ricain 
Le Mois Américain : "Un livre de William Faulkner"

50__tats
45/50 :  Missouri

   Challenge Petit BAC 2013
petit_bac_2013
"Sentiment"

 

Posté par aproposdelivres à 06:23 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

16 octobre 2013

Piège nuptial / Cul de sac - Douglas Kennedy

Lu dans le cadre du Challenge
 "Ecoutons un livre"

_coutons_un_livre

piege_nuptial_audio cul_de_sac Cul_de_sac_gallimard Cul_de_sac_piment Cul_de_sac_folio pi_ge_nuptial_belfond pi_ge_nuptial_p2 pi_ge_nuptial_p

Audiolib - janvier 2009 - lu par Tony Joudrier

Gallimard - janvier 1997 - 261 pages

Folio - 2006 - 292 pages

Editions France Loisirs - 2007 - 270 pages

traduit de l'américain par Catherine Cheval

Belfond - novembre 2008 - 272 pages

Pocket - janvier 2010 - 250 pages

Pocket - 2013 - 250 pages

traduit de l'américain par Bernard Cohen

Titre original : The Dead Heart, 1994

Quatrième de couverture :
Fasciné par une carte d’Australie, Nick, un journaliste américain, décide de tout plaquer pour atterrir à Darwin.
Une nuit fatale, un accident avec un kangourou et sa rencontre avec la jeune et robuste Angie vont le mener au cœur du bush, au milieu de nulle part, au sein d’un clan d’allumés coupés du monde.
Pris au piège, Nick va devoir user de tous les moyens possibles pour échapper à ceux qui l’ont adopté à son corps très défendant. En jeu : sa survie, tant physique que mentale…

Auteur : Douglas Kennedy est né à Manhattan le 1er janvier 1955. Ancien auteur de théâtre, il devient journaliste free-lance. Auteur de deux récits de voyage, Au pays de Dieu (2004) et Au-delà des pyramides (2010), Douglas Kennedy s'est imposé avec, entre autres, L'homme qui voulait vivre sa vie (1998, réédition en 2010), La Poursuite du bonheur (2001), Les Charmes discrets de la vie conjugale (2005), La Femme du Ve (2007), Piège nuptial (2008) et Quitter le monde (2009). Divorcé et père de deux adolescents, Douglas Kennedy vit entre Londres, Paris, Berlin et les États-Unis. Il est aujourd’hui un des auteurs favoris des Français, avec plus de 2 millions d’exemplaires vendus pour l’ensemble de ses titres, dont plusieurs sont en cours d‘adaptation cinématographique.

Lecteur : Tony Joudrier : Ce comédien de théâtre complet, formé chez Daniel Mesguich et Jean-Laurent Cochet, est également auteur de théâtre et narrateur de pièces radiophoniques. Il prête sa voix à de nombreuses séries télévisées et au cinéma.

Mon avis : (écouté en septembre 2013)
Ce titre est le premier roman de Douglas Kennedy. Nick est un journaliste américain, un jour il achète une vieille carte routière de l'Australie dans une librairie de Boston, il décide alors sur un coup de tête de partir là-bas et de traverser le pays. A son arrivée à Darwin, Nick achète un vieux minibus Volkswagen et part sur les routes de l'outback australien. Il ne sait pas encore que son périple australien va virer au cauchemar... Cela commence par sa rencontre en pleine nuit avec un kangourou... puis il rencontre dans une station-service la blonde Angie. Celle-ci va le piéger et l'emmener dans sa communauté un peu spécial de Wollanup... Nick va devoir se surpasser pour trouver le moyen de se sortir de ce piège impossible...

Douglas Kennedy nous immerge dans l'Australie profonde, avec de longues et belles descriptions des paysages, de l'atmosphère moite et étouffante, dans la version audio il y même une musique d'un didgeridoo pour ponctuer les débuts de chapitres...
J'ai eu un peu de mal à entrer dans le début de l'histoire, car au début de son voyage, Nick est plus souvent dans les bars que sur la route... J'ai quand même bien apprécié la scène de la rencontre de nuit de Nick avec un kangourou...
C'est vraiment à partir de l'arrivée de Nick à Wollanup, que j’ai été happée par l’histoire, curieuse de savoir comment notre malheureux "héros" allait pouvoir se sortir de ce guêpier... Cette histoire est assez peu crédible mais vraiment très originale, l'écriture est très imagée et j'ai beaucoup aimé le lecteur, qui a su parfaitement pour restituer l'atmosphère du livre passant de scènes hilarantes à d'autres vraiment cauchemardesques... Une vraie découverte !

welcome_to_woop_woop_ver2

 

Le film Bienvenue à Woop Woop, réalisé par Stephan Elliott en 1997 est une adaptation du livre.

 

Déjà lu du même auteur :

l_homme_qui_voulait_audio L'homme qui voulait vivre sa vie combien Combien ? 

  Challenge Petit BAC 2013
petit_bac_2013
"Partie du corps"

mois_am_ricain 
Le Mois Américain

50__tats
44/50 : New-York 

Challenge Trillers et Polars
 88054471_o
catégorie "Même pas peur" :  8/25

 d_fi_du_1er_roman 
Défi 1er roman

Posté par aproposdelivres à 06:44 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,


15 octobre 2013

La reine des pommes - Chester Himes

 Lu dans le cadre du Challenge Un mot, des titres...
un_mot_des_titres

Le mot : REINE

la_reine_des_pommes la_reine_des_pommes_foliox couv21217104 la_reine_des_pommes_folio87 la_reine_des_pommes_folio la_reine_des_pommes_folio2

Gallimard - 1958 - 249 pages

Folio - 1984 - 

Folio - juin 1987 -

Folio - mai 1999 - 281 pages

traduit par Minnie Danzas

Titre original : The Five Cornered Square, 1958

Quatrième de couverture : 
Jackson est le gars le plus candide d'Harlem, pour ne pas dire demeuré. Et dans le coin, il y a un tas de dégourdis qui commencent par lui étouffer son pognon. Sa petite amie, Imabelle, une fille superbe à la peau couleur de banane, l'entube comme c'est pas permis. Enfin, son frère, qui est bonne sœur dans le civil, cherche aussi à le posséder. Seulement Jackson, lui, c'est un bon chrétien. Y a que la foi qui sauve et il a tout à fait raison de croire aux miracles.

Auteur : Chester Himes est né en 1909 dans le Missouri. Il fait, parallèlement à ses études, le barman, le garçon d'hôtel. Il fréquente assez vite les proxénètes, revend de l'alcool, tient une table de jeu et se fait arrêter lors d'un cambriolage pour avoir braqué un couple de particuliers. Arrivé en prison à 19 ans et sorti à 26, il y a découvert la lecture et devenu un fervent admirateur de Dashiell Hammett. De là son envie de témoigner dans le même style âpre, direct et sans concession de ce qu'il connaissait le mieux, à savoir la dure réalité de la vie des noirs américains. Ce n'est que 30 ans plus tard, en dépit du succès de S'il braille, lâchez-le !, qu'il viendra au roman policier. La reine des pommes voit le jour en moins d'un mois. Ed Cercueil et Fossoyeur, personnages mythiques, sont nés ! Himes est mort en Espagne, à Alicante, le 12 novembre 1984.

Mon avis : (lu en septembre 2013)
J'ai choisi de lire ce livre pour le Challenge Un mot, des titres... avec le mot REINE et en même temps pour ma participation au Mois Américain. Je ne connaissais ni l'auteur ni ce roman policier américain. En me documentant, j'ai appris que c'était le premier roman policier de Chester Himes et que ce titre est devenu un classique du polar.
L'histoire se situe à Harlem dans les années 50. L'auteur met en scène une belle galerie de personnages haut en couleurs. Le premier, c'est Jackson (dit la reine des pommes), il est employé dans les pompes funèbres, c'est quelqu'un de très gentil, trop naïf et fou amoureux de sa belle Imabelle. Il est la victime d'une arnaque grossière : Slim, Jodie et Hankles lui promettent de transformer ses billets de dix dollars en billets de cent... Lors de l'opération, un faux policier débarque et les filous prennent la fuite avec les économies de Jackson. Ce dernier pour se refaire va "emprunter" de l'argent chez son employeur... 

Autre personnage loufoque, Goldy le frère jumeau de Jackson, c'est son opposé, héroïnomane, très débrouillard, il fait l'aumône dans le déguisement de soeur Gabrielle. Il y a également John Fossoyeur et Ed Cercueil un duo d'inspecteurs noirs incorruptibles mais néanmoins violents.
Un roman noir, mêlant des situations drôles et d'autres violentes, les dialogues ont des accents d'Audiard, l'intrigue est pleines de péripéties...

Ce roman de Chester Himes a fait l'objet d'une adaptation cinématographique réalisée en 1991 par Bill Duke, avec notamment Forest Whitaker. 

lrgpic39

En 1979, Georges Wolinski a  également fait une adaptation en bande dessinée du texte de l'auteur. 

reinedezspommescouv

Extrait : (début du livre)
Hank comptait l'argent empilé devant lui. Le gros paquet. Cent cinquante billets tout neufs de dix dollars. Il dévisagea Jackson d'un oeil jaune et froid. 
Tu m'en donnes quinze piles, c'est bien d'accord ? 
Il tenait à mettre les choses au point. Les affaires sont les affaires. 
C'était un individu de petite taille, soigné de sa personne, brun de peau, le teint brouillé, le cheveu rare et aplati. Très "homme d'affaire".
- Exact, répondit Jackson. Quinze cents dollars.
Très "homme d'affaires", lui aussi.
Jackson était un petit personnage gros et noir, aux gencives violettes et aux dents d'un blanc nacré, faites pour le rire. Mais Jackson ne riait pas. Le moment était trop solennel pour s'abandonner à la bonne humeur. Jackson n'avait que vingt-huit ans d'âge, mais, conscient de la gravité de la situation, il semblait avoir vieilli de dix bonnes années.
- Tu veux que je te produise quinze raides, c'est bien ça ? insista Hank.
- C'est ça, répondit Jackson. Quinze mille dollars.
Il aurait voulu donner à sa voix une intonation joviale, mais il avait trop peur. Il sentait sourdre la sueur dans ses courts cheveux crêpelés. Sa face ronde et noire luisait comme une boule de billard.
- Et tu me payes le dix du cent - quinze piles - d'accord ?
- D'accord. Je t'allonge quinze cents dollars pour la peine.
- Et moi, mon fade, il est de cinq pour cent, intervint Jodie. Autrement dit, sept cent cinquante dollars. Ça marche ?

mois_am_ricain
Le Mois Américain

 50__tats
44/50 : Arkansas
enfance de Chester Himes

 Challenge Petit BAC 2013
petit_bac_2013
"Aliment/Boisson"

Challenge Trillers et Polars
 88054471_o
catégorie "Même pas peur" :  7/25

 

Posté par aproposdelivres à 06:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

14 octobre 2013

En un monde parfait - Laura Kasischke

Lecture Commune 
lecture_commune

"Un livre de Laura Kasischke"

un_monde_si_parfait_ un_monde_si_parfait

Christian Bourgois Editeur - octobre 2010 - 331 pages

Livre de Poche - octobre 2011 - 352 pages

traduit de l'anglais (États-Unis) par Eric Chédaille

Titre original : In a perfect world, 2009

Quatrième de couverture : 
Jiselle, la trentaine et toujours célibataire, croit vivre un véritable conte de fées lorsque Mark Dorn, un superbe pilote, veuf et père de trois enfants, la demande en mariage. Sa proposition paraît tellement inespérée qu'elle accepte aussitôt, abandonnant sa vie d'hôtesse de l'air pour celle, plus paisible croit-elle, de femme au foyer. C'est compter sans les absences répétées de Mark, les perpétuelles récriminations des enfants et la mystérieuse épidémie qui frappe les États-Unis, leur donnant des allures de pays en guerre. L'existence de Jiselle prend alors un tour dramatique...

Auteur : Laura Kasischke a étudié à l'Université du Michigan, elle a gagné de nombreux prix littéraires pour ses ouvrages de poésie ainsi que le Hopwood Awards ; elle a également reçu la Bourse MacDowell. Ses romans La Vie devant ses yeux et A suspicious river ont été adaptés au cinéma. Elle vit dans le Michigan, et enseigne l'art du roman au collège de Ann Arbor.  

Mon avis : (lu en octobre 2013)
Cela commence comme un conte de fée, Jiselle, la trentaine, est hôtesse de l'air, elle rencontre le beau Mark pilote de ligne qui rapidement la demande en mariage. Jiselle est sur son petit nuage malgré la mise en garde de certains de ses proches. En effet, Mark est veuf et père de trois enfants, deux adolescentes et un garçon d'une dizaine d'années, ce mariage ne serait-il pas une vraie solution pour se passer de gouvernante... 

Effectivement, après son mariage, Jiselle accepte de laisse tomber son travail pour devenir « mère au foyer » et s'occuper des enfants de son conjoint. L'accueil des enfants est plutôt mitigé et surtout son pilote de mari est rarement présent à la maison bien occupé par son métier de pilote.
En parallèle de cela, l'Amérique est décimée par un virus de grippe mortelle, le pays est mis en quarantaine par le reste du monde. Face à l'adversité, Jiselle prend la responsabilité de la maison et fait tout son possible pour survivre aux éléments extérieurs hostiles qui apparaissent peu à peu.
Ce livre se lit assez facilement, les évènements extérieurs progressent lentement mais sûrement et cela devient de plus en plus surréaliste...
Je regrette cependant que la fin soit une non fin... l'auteur nous laisse gentiment en plan... à nous lecteur de l'imaginer selon notre humeur soit optimiste, soit pessimiste, soit...

Merci Valérie qui m'a été offert ce livre  lors du Swap Violet organisé par Valérie

Extrait : (début du livre)
Si vous LISEZ ceci, vous MOURREZ !
Jiselle reposa le journal intime sur le canapé, là où elle l'avait trouvé, et sortit avec l'arrosoir. Il faisait déjà trente degrés, mais une brise matinale soufflait de l'ouest, apportant avec elle les senteurs du ravin. Elle s'en emplit les poumons, puis s'agenouilla pour regarder sous les pierres qui séparaient le jardin de la pelouse. 

Cela faisait un mois qu'elle était épouse et belle-mère.
Là, dans un coin d'ombre, se pressait un cercle de violettes, bleu pâle et mauves. Menues, tendres, soyeuses, papillotantes. Si elles étaient douées de la parole, se dit Jiselle, elles glousseraient de rire.
Elle les avait remarquées quelques jours plus tôt en passant le râteau. Cette tache de couleur au milieu des feuilles mortes délavées et autres débris de l'été avait accroché son regard, et elle s'était accroupie pour les compter (vingt-trois, vingt-quatre, vingt-cinq) avant de les recouvrir.
Ces violettes avaient réussi à traverser canicule et sécheresse. L'été le plus chaud et le plus sec depuis un siècle. Est-ce qu'elles ne méritaient pas des égards particuliers ? Si le bon Dieu ne les leur témoignait pas, il lui revenait à elle de s'en charger.
Dès lors, sortant chaque jour avec son arrosoir, Jiselle était invariablement surprise de trouver toujours en vie ces petites fleurs nichées dans leur ombreuse fissure.

Déjà lu du même auteur : 

les_revenants Les revenants 

mois_am_ricain 
Le Mois Américain : "Un livre de Laura Kasischke"

50__tats
43/50 :  Michigan

   Challenge Petit BAC 2013
petit_bac_2013
"Aliment/Boisson"

logo_challenge_obj_pal_swap
Année 2013 : 6/29

Posté par aproposdelivres à 06:19 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

10 octobre 2013

Le mystérieux Mr Kidder - Joyce Carol Oates

 Lecture Commune 
lecture_commune

"Un livre de Joyce Carol Oates"

le_myst_rieux_Mr_Kidder

Philippe Rey - mars 2013 - 235 pages

traduit de l'anglais (États-Unis) par Claude Seban

Titre original : A Fair Maiden, 2009

Quatrième de couverture :
Lolita postmoderne, Katya Spivak oscille entre la naïveté de ses seize ans et le cynisme d'une gamine élevée à la dure. Et, quand le vieux et distingué Mr Kidder l'aborde courtoisement, alors qu'elle a le nez collé à une vitrine de dessous sexy, elle réagit avec la méfiance polie qui convient. Pourtant, au fil des jours et de leurs rencontres, la jeune fille au pair en mal d'affection se laisse séduire par le charme et la générosité désintéressée que déploie à son égard cette sorte de grand-père de substitution.

Mais, derrière sa richesse, ses manières impeccables, ses talents artistiques, sa grande maison vide, ses tableaux bizarres, sa gouvernante et son chauffeur discrets, qui est le mystérieux Mr Kidder ? 
Joyce Carol Oates, on le sait, excelle à faire cheminer ses prétendus contes de fées - et ses lecteurs - sur des sentiers incertains frangés d'une sourde terreur. Elle nous en donne ici une fois de plus la preuve avec, au bout du malaise, la récompense d'un épilogue déconcertant...

Auteur :  Joyce Carol Oates est née en 1938 à l'ouest du lac Erié. Son père travaillait pour la General Motors. Elle passe une enfance solitaire face à sa soeur autiste et découvre, lorsqu'elle s'installe à Detroit au début des années 60, la violence des conflits sociaux et raciaux. Membre de l'Académie américaine des arts et des lettres depuis 2008, professeur de littérature anglaise à Princeton. Titulaire de multiples et prestigieuses récompenses littéraires (elle figure depuis des années sur la courte liste des Nobélisables), Joyce Carol Oates figure depuis longtemps au premier rang des écrivains contemporains. Elle a reçu le prix Femina étranger en 2005 pour Les Chutes.

Mon avis : (lu en septembre 2013)
Avec la première phrase "Cela commença innocemment. Alors que Katya Spivak avait seize ans et Marcus Kidder, soixante huit.", le ton du livre est donné... Ce livre est l'histoire de la relation étrange qui se noue entre Katya Spivak et Marcus Kidder.

Katya a seize ans, elle vient d'un milieu très modeste avec une famille absente. Pour l'été, elle a été embauchée dans une ville balnéaire loin de chez elle, comme nounou de deux petits enfants d'une famille bourgeoise. Une après-midi, alors qu’elle contemple la vitrine d’un magasin de lingerie, un vieil homme distingué lui glisse à l’oreille : "Et que choisiriez-vous, s’il vous était accordé un souhait ? ". Elle est surprise et gênée mais lui répond malgré tout poliment. Elle est à la fois méfiante et attendrie qu'on puisse lui porter une réelle attention.
Marcus est un homme cultivé, artiste et riche. Comme l'indique le titre du livre Marcus est mystérieux, il ne se dévoile pas beaucoup et c'est très tardivement qu'il expliquera ce qui l'attire chez Katya. Le lecteur émet peu à peu certaines hypothèses qui s'avèreront vraies ou fausses... Katya et Marcus sont très différents non seulement au niveau de l'âge mais également au niveau social et éducatif. Même méfiante, Katya est malgré tout attirée par cet homme qui pourrait être son grand père.
Tout au long du livre et jusqu'aux toutes dernières pages, Joyce Carol Oates maintient un suspense et une certaine tension. Tout au long du livre le lecteur se pose des questions sur ces deux personnages. Pourquoi Monsieur Kidder a-t-il abordé Katya ? Qu'attend il d'elle ? Pourquoi Katya est-elle attirée par Monsieur Kidder ?
La conclusion est à la fois surprenante et dérangeante... Une très belle découverte.

Extrait : (début  du livre)
Cela commença innocemment. Alors que Katya Spivak avait seize ans et Marcus Kidder, soixante-huit.
À Bayhead Harbor, New Jersey, dans la chaleur épaisse d'une fin de matinée, promenant dans son landau le bébé de dix mois des Engelhardt et tenant par la main Tricia, leur fille de trois ans, elle passait devant les boutiques prestigieuses et féeriques d'Océan Avenue - Bridai Shoppe, Bootery, Wicker House, Ralph Lauren, Lily Pulitzer, Bijoux Crowne, Place Setting, Pandora's Gift Box, Lingerie fine Prim Rose Lane - quand, alors qu'elle s'arrêtait pour admirer la vitrine de Prim Rose Lane, une voix résonna soudain à son oreille : «Et que choisiriez-vous, s'il vous était accordé un souhait ?»
Ce qui la frappa fut l'expression désuète : accorder un souhait. Comme dans un conte de fées.
À seize ans, elle était trop vieille pour croire aux contes de fées ; elle croyait en revanche à ce que pouvait promettre une voix masculine cordiale parlant de souhait.
Le sourire aux lèvres, elle se retourna. À Bayhead Harbor, commencer par un sourire était généralement une bonne idée. Car il était possible qu'elle connaisse cette personne, qui l'avait suivie, marchant à son allure à la limite de son champ de vision, et ne la dépassant pas comme les autres piétons quand elle s'attardait devant une vitrine. À Bayhead Harbor, où tout le monde était si aimable, il était naturel de se tourner en souriant même vers un inconnu, et elle fut un peu déçue de découvrir que cet inconnu était un vieux monsieur distingué aux cheveux blancs, vêtu d'une veste sport en seersucker couleur de melon mûr, d'une chemise et d'un pantalon en velours d'un blanc immaculé, et chaussé de mocassins de bateau, également blancs. Il avait des yeux d'un bleu de glace, fripés aux commissures par des années de sourire. À la façon d'un personnage romantique des vieilles comédies musicales de Hollywood - Fred Astaire ? Gene Kelly ? - il s'appuyait sur une canne d'ébène sculptée.
«Eh bien ! J'attends, ma chère. Quel est votre souhait ?»
La vitrine de Prim Rose Lane présentait des articles si soyeux et si intimes qu'il semblait très étrange que n'importe qui puisse les regarder, et plus perturbant encore d'être surpris à le faire. Katya y avait contemplé un caraco et une culotte de dentelle rouge - en soie, sexy, ridiculement chers - portés par un mannequin blond à la minceur élégante et au beau visage inexpressif, mais ce fut une chemise de nuit de mousseline blanche à parements de satin, de style victorien, présentée sur un mannequin aux cheveux nattés, qu'elle désigna. «Ça, dit-elle.
- Ah ! Votre goût est impeccable. Mais ne regardiez-vous pas autre chose ? Comme je vous le disais, ma chère, le choix vous appartient.»
Ma chère. Katya eut un rire hésitant. Personne ne parlait comme cela ; à la télé, dans les films, peut-être. Ma chère se voulait à la fois désuet et comique. Vous êtes si jeune, et je suis si vieux. Si je le reconnais par une plaisanterie, marquerai-je des points ?

mois_am_ricain 
Le Mois Américain :  "Un livre de Joyce Carol Oates"

50__tats
43/50 :  Wisconsin
diplômée de l'université de Wisconsin-Madison

Challenge Trillers et Polars
 88054471_o
catégorie "Même pas peur" :  6/25

 

Déjà lu du même auteur :

nous__tions_les_Mulvaney Nous étions les Mulvaney  fille_noire__fille_blanche Fille noire, fille blanche 

petite soeur, mon amour Petite sœur, mon amour mudwoman  Mudwoman

 

Posté par aproposdelivres à 06:09 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

08 octobre 2013

Des souris et des hommes - John Steinbeck

des_souris_et_des_hommes_audio Des_souris_et_des_hommes_gallimard des_souris_et_des_hommes_ldp1949 des_souris_et_des_hommes_folio1972 des_souris_et_des_hommes_folio2 des_souris_et_des_hommes_folio1988 des_souris_et_des_hommes_folioplus des_souris_et_des_hommes_FL2010 des_souris_et_des_hommes_folio2011

Gallimard - juin 2004 - 3h20 - Lu par Lorant Deutsch, Bernard-Pierre Donnadieu, Jacques Gamblin, Jean-Yves Berteloot, Nathalie Bienaimé, Loïc Houdré, Roger Jacquet, Jean-Claude Leguay, Pascal N'Zonzi, Christophe Reymond et Michel Robin

Gallimard - avril 1939 - 224 pages

Livre de Poche - 1949 - 192 pages

Folio - février 1972 - 192 pages

Folio - janvier 1988 -

Folioplus - juin 2005 - 

France Loisirs - 2010 - 

Folio - novembre 2011 - 174 pages

traduit de l'anglais (États-Unis) par Maurice-Edgar Coindreau

Titre original : Of Mice and Men, 1937

Quatrième de couverture :
En Californie, pendant la Grande Crise, Lennie et George vont de ferme en ferme. Ils louent leurs bras en attendant le jour où ils auront leur ferme à eux, avec un petit bout de luzerne pour élever des lapins. Lennie, malgré sa taille de colosse, n'a pas plus de malice qu'un enfant de six ans ; George veille sur lui, le protège du monde qui n'est pas tendre aux innocents. Le soir, ils se racontent leur rêve, celui de la maison et des lapins. Mais allez savoir pourquoi, les rêves de certains finissent toujours en cauchemars.

Auteur : D'origine irlandaise et allemande, John Steinbeck est né en 1902 à Salinas, petite ville de Californie. Ses premiers livres eurent peu de succès, le quatrième, Tortilla Flat, paru en 1935, le met en vedette du jour au lendemain. Prix Nobel de littérature en 1962, il est mort à New York en 1968.

Mon avis : (écouté en septembre 2013)
Voilà un classique de la littérature américaine, que je regrette de ne pas avoir lu plus tôt... Cette courte histoire est un magnifique conte sur l'amitié et l'acceptation de la différence. En Californie du début du XXe siècle, George Milton et Lennie Small sont deux amis qui errent sur les routes en travaillant comme journaliers de ranch en ranch. Ils partagent depuis toujours le même rêve : posséder un jour une petite exploitation, pour y vivre « comme des rentiers » et y élever des lapins.
George et Lennie sont des personnages bouleversants et très attachants. Lennie a un esprit d'enfant dans un corps d'homme doté d'une force qu'il ne contrôle pas. Georges est plus menu, il est intelligent et il a du coeur, il est toujours là pour veiller sur Lennie.
La beauté de l'histoire, c'est la justesse des mots que Steinbeck utilise. Avec beaucoup de simplicité, il plante le décor, les personnages et l'essentiel de l'intrigue, le lecteur est invité à imaginer et à ressentir l'ensemble de l'histoire. Avec la version audio, c'est encore plus vrai d'autant que pour ces 3h20 de lecture, plus de dix lecteurs comédiens ont prêté leur voix. 
Un vrai coup de coeur qui me donne envie de lire d'autres livres de Steinbeck comme Les Raisins de la colère...

Les adaptations de cette oeuvre sont nombreuses :

ofmiceandmen1939p1  des_souris_et_des_hommes_affiche_1939

Films : 1939 : Des souris et des hommes de Lewis Milestone

des_souris_et_des_hommes_film

1992 : Des souris et des hommes de Gary Sinise

Téléfilms :

1971 : Des souris et des hommes de Paul Blouin

1981 : Des souris et des hommes de Reza Badiyi

Bande dessinée :  Souris_et_des_hommes_BD

2009, en noir et blanc : Des souris et des hommes  de Pierre-Alain Bertola (scénario et dessin)

 Autres avis : Sandrine

Note :  ♥♥♥♥♥

 

mois_am_ricain 
Le Mois Américain

 

50__tats
44/50 :  Californie

 

Challenge Petit BAC 2013
petit_bac_2013
"Animaux"

Déjà lu du même auteur : 

lune_noire_p1 Lune noire

 

Posté par aproposdelivres à 06:21 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

04 octobre 2013

Le premier qui pleure a perdu - Sherman Alexie

le_premier_qui_pleure

Albin Michel - septembre 2008 - 288 pages

traduit de l'anglais (américain) par Valérie Le Plouhinec

Illustations de Ellen Forney

Titre original : The absolutely true diary of a part-time indian, 2007

National Book Award 2007

Quatrième de couverture : 
"Vous savez ce qui arrive aux gogols sur la réserve ? On se fait tabasser. Au moins une fois par mois. Eh ouais, je fais partie du Club du Coquard du Mois..."
Le garçon qui parle ainsi est Junior, un Indien Spokane. Né tout cassé tout tordu, il accumule les handicaps : myope, maigre et premier de la classe. En vrai, Junior est drôle et assez lucide pour savoir qu'il n'aura aucun avenir s'il reste avec les siens. Il décide alors d'aller à l'école des Blancs, voir ailleurs s'il y est. Admis au prestigieux lycée de Reardan, Junior quitte la réserve. Comme il est né. En éternel optimiste.
Best-seller aux USA, ce roman " presque autobiographique " parle de mille choses sans tabou et avec un humour ravageur : l'amour, l'amitié, l'exclusion, la faim et surtout l'espoir.

Auteur : Sherman Alexie est né en 1966 à Wellpinit sur la réserve des Indiens Spokanes, dans l'État de Washington. Ce jeune auteur a déjà publié une dizaine d'ouvrages dont trois romans, Indian BluesIndian KillerFlight et plusieurs recueils de nouvelles - dont La Vie aux trousses et Phoenix Arizona, adapté avec succès au cinéma par Chris Eyre et Sherman Alexie. Il est d'ores et déjà le lauréat d'une douzaine de prix dont le National Book Award Jeunesse pour Le premier qui pleure a perdu. Sherman Alexie vit aujourd'hui à Seattle. 

Mon avis : (lu en octobre 2013)
Junior est un jeune Indien Spokane, il est né et a toujours vécu dans une Réserve. Il n'a pas la vie facile car depuis sa naissance il cumule les handicaps, il est né avec une drôle de tête, une mâchoire déformée et des yeux de travioles. Il est depuis toujours le souffre-douleur de ses camarades, on se moque de lui, on lui donne des coups de poings. Seul Rowdy est son seul ami, il le protège depuis sa petite enfance. Sinon, Junior se réfugie dans la lecture et le dessin. Mais à 14 ans, lorsqu'il fait son entrée au lycée et lorsqu'on lui donne un livre de géométrie portant le nom de sa mère, donc vieux de plus de trente ans, il prend conscience de la pauvreté de la Tribu et décide de ne pas se laisser faire. Il demande à intègrer le prestigieux lycée de Reardan, un lycée de Blancs, situé à trente-cinq kilomètres de sa maison. Avec humour et ténacité, il va montrer à tous son courage, sa force et réussir à prendre en main son destin.

Ce livre se lit très facilement, Junior nous raconte avec beaucoup d'humour et d'autodérision son combat quotidien, dans la réserve, on le traite de "pomme" : rouge à l'extérieur et blanc à l'intérieur... il est vraiment très touchant. On comprend également un peu mieux la vie des Indiens dans une Réserve, la pauvreté, les dégâts de l'alcool... Ce livre est édité dans une collection jeunesse, mais il est également intéressant pour les adultes...

Un grand Merci à Canel qui m'a offert ce livre à l'occasion du Swap Nouvel An 2013 organisé par Hérisson.

Autres avis : Canel, Saxaoul

Note : ♥♥♥♥♥

Extrait : (début du livre)
Je suis né avec de l’eau sur la tête.

Bon d’accord, ce n’est pas tout à fait vrai. En fait, je suis né avec trop de liquide céphalo-rachidien à l’intérieur du crâne. Mais « liquide céphalo-rachidien », c’est tout simplement le terme savant qu’emploient les médecins pour parler d’huile de cervelle. Et l’huile de cervelle fonctionne dans les lobes comme l’huile de moteur dans une voiture. Elle fait tourner l’ensemble rapidement et sans accroc. Mais moi, bizarre comme je suis, je suis né avec trop d’huile dans le crâne, elle est devenue pâteuse, vaseuse, gluante, et tout ce qu’elle a fait c’est embourber le mécanisme. Le moteur qui me permettait de penser, de respirer et de vivre a ralenti et s’est enlisé.
Mon cerveau se noyait dans l’huile.
Mais cela donne à toute l’histoire un petit air rigolo et farfelu, un peu comme si mon cerveau était une frite géante, donc il me semble plus sérieux, plus poétique et plus juste de dire : « Je suis né avec de l’eau sur la tête. »
Bon, d’accord, vous allez me dire que ce n’est pas très sérieux non plus comme manière d’en parler. C’est peut-être vrai que toute l’histoire est rigolote et farfelue.
Mais à votre avis, est-ce que ma mère, mon père, ma grande sœur,mes cousins, mes oncles et mes tantes ont trouvé ça drôle quand les médecins ont ouvert mon petit crâne et aspiré toute cette eau en trop avec un minuscule aspirateur ?
Je n’avais que six mois et normalement j’aurais dû y rester pendant l’opération. Et même si, d’une manière ou d’une autre, je survivais au mini-aspi, en principe mon cerveau devait être gravement endommagé par le processus, et moi, je devais rester un légume toute ma vie.
Visiblement j’ai survécu à l’opération, sinon je n’écrirais pas ceci. Mais j’ai toutes sortes de problèmes physiques qui résultent directement des dégâts dans mon cerveau.
Tout d’abord, je me suis retrouvé avec quarante-deux dents.
Un être humain typique en a trente-deux, vu ? Moi, quarantedeux.
Dix de plus que d’habitude.
Dix de plus que la normale.
Dix dents au-delà de l’humain.
En poussant, mes dents ont pris tellement de place que je pouvais à peine fermer la bouche. Je suis allé au Service indien de la Santé pour m’en faire arracher afin de pouvoir manger normalement, et non comme un vautour baveux. Mais le Service indien de la Santé ne remboursait les gros travaux dentaires qu’une fois par an, donc j’ai dû me faire arracher mes dix dents en trop le même jour.
Et en plus, notre dentiste blanc croyait que les Indiens sentaient deux fois moins la douleur que les Blancs, donc il nous donnait moitié moins de Novocaïne.
Un beau salopard, hein ?
Le Service indien de la Santé remboursait aussi les lunettes une fois par an et ne proposait qu’un modèle : des grosses en plastique noir, moches comme tout. Mon cerveau bousillé me rendait myope d’un œil et presbyte de l’autre, donc mes lunettes moches étaient tout de traviole, puisque j’avais les yeux de traviole. J’ai des migraines parce que mes yeux sont carrément ennemis, vous voyez, comme s’ils avaient été mariés mais ne pouvaient plus se blairer. Et j’ai commencé à porter des lunettes à trois ans, si bien que quand je me baladais sur la réserve, j’avais l’air d’un pépé indien de trois ans.
Ah oui, et aussi, j’étais maigre. Si je me mettais de profil, je disparaissais. Mais mes mains et mes pieds étaient gigantesques. En CE2, je chaussais du 46 ! Avec mes grands pieds et mon corps de crayon, j’avais l’air d’un L majuscule quand je marchais dans la rue. 
Et j’avais un crâne énorme.
C’était quelque chose à voir.

mois_am_ricain 
Le Mois Américain

50__tats
44/50 :  Washington

Challenge Petit BAC 2013
petit_bac_2013
"Chiffre/Nombre"

challenge_ma_premi_re_lecture_dun_auteur
Ma 1ère lecture
d'un auteur : 8/13

logo_challenge_obj_pal_swap
Année 2013 : 5/29

 

Posté par aproposdelivres à 06:37 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,