30 novembre 2008

Lignes de faille - Nancy Huston

lignes_de_faille lignes_de_faille_p

Actes Sud – août 2006 – 487 pages

Actes Sud – novembre 2007 – 488 pages

Prix Femina 2006

Mot de l 'éditeur : Entre un jeune Californien du XXIe siècle et une fillette allemande des années 1940, rien de commun si ce n’est le sang. Pourtant, de l’arrière-grand-mère au petit garçon, chaque génération subit les séismes politiques ou intimes déclenchés par la génération précédente. Porté par la parole d’enfants victimes d’événements qui les dépassent et de choix qui leur échappent – qui les marqueront pourtant toute leur vie –, ce roman se construit à rebours, de fils en père et de fille en mère, comme on suit en remontant le fil de sa mémoire. Quel que soit le dieu vers lequel on se tourne, quelle que soit l’époque où l’on vit, l’homme a toujours le dernier mot, et avec lui la barbarie. C’est contre elle pourtant que s’élève ce roman éblouissant où, avec amour, avec rage, Nancy Huston célèbre la mémoire, la fidélité, la résistance et la musique comme alternatives au mensonge.

Auteur : Née à Calgary (Canada), Nancy Huston vit à Paris. Elle a publié de nombreux romans et essais, parmi lesquels Instruments des ténèbres (1996, prix Goncourt des lycéens et prix du Livre Inter) et L’Empreinte de l’ange (1998, grand prix des lectrices de Elle).

Mon avis : (lu en décembre 2006)

Un roman en quatre parties, quatre voix d'enfants : Sol en 2004 aux Etats-Unis, son père Randall en 1982 en Israël, sa grand-mère Sadie en 1962 au Canada, et son arrière-grand-mère Kristina en 1944 en Allemagne. Chacun ou chacune raconte sa vie, ses angoisses, son monde, sa famille du haut de ses 6 ans et petit à petit se dévoile un secret de famille.

L'originalité réside dans le fait de raconter cette histoire de famille avec le regard d'un enfant de 6 ans. Et... on s'attache à ces enfants et on est impatient de continuer l'histoire.

Extrait :  « Je tiens la main de m'man, sa main est avec moi à New York mais sa tête sillonne encore la planète : sans même nous demander comment on va, elle se met à parler à toute berzingue. Sa voix ne promet rien de bon alors je laisse les mots se produire là-haut, au niveau de la bouche des grandes personnes, pendant que moi je reste près du sol à étudier les milliers de pieds qui courent dans tous les sens. Je pense à ce qui se passerait si une bombe était lâchée sur JFK et que tous ces gens étaient soudain morts ou démembrés en train de patauger dans des flaques de sang. Ma chauve-souris me dit de monter le son des avions bombardiers le plus possible dans ma tête...»

Posté par aproposdelivres à 10:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


26 novembre 2008

Oscar et la dame rose – Eric-Emmanuel Schmitt

oscar_et_la_dame_rose Albin Michel – novembre 2002 – 99 pages

Résumé : Voici les lettres adressées à Dieu par un enfant de dix ans. Elles ont été retrouvées par Mamie Rose, la " dame rose " qui vient lui rendre visite à l'hôpital pour enfants. Elles décrivent douze jours de la vie d'Oscar, douze jours cocasses et poétiques, douze jours pleins de personnages drôles et un très fort lien d'amour, ces douze jours deviendront légende.

Auteur : Éric-Emmanuel Schmitt (né le 28 mars 1960 à Sainte-Foy-lès-Lyon) est un écrivain et dramaturge d'origine française, installé à Bruxelles depuis 2002. Ayant obtenu la naturalisation belge en 2008, il dispose de la double nationalité. Site de l’auteur : http://www.eric-emmanuel-schmitt.com/

Mon avis : 5/5 (lu en 2004 et relu en octobre 2008)

Ce livre est vraiment très émouvant car il aborde le thème de la maladie et la mort d'un enfant. Mais il dégage aussi une leçon de vie, car Oscar va garder sa joie de vivre pleinement jusqu'à la fin. La lucidité de cet enfant de 10 ans et ses propos si justes sont bouleversants.

Ce livre fait pleurer, fait rire, fait réfléchir et apaise.

A lire absolument !

Ce livre peut également être lu par un adolescent, il faut peut-être l'informer du sujet du livre. Mon fils de 13 ans l'a beaucoup aimé.

Extrait :

« Je m'appelle Oscar, j'ai dix ans, j'ai foutu le feu au chat, au chien, à la maison (je crois même que j'ai grillé les poissons rouges) et c'est la première lettre que je t'envoie parce que jusqu'ici, avec mes études, j'avais pas le temps. "
J'aurais pu aussi mettre : "J'aurais pu aussi bien mettre : On m'appelle Crâne d'Oeuf, j'ai l'air d'avoir sept ans, je vis à l'hôpital à cause de mon cancer et je ne t'ai jamais adressé la parole parce que je crois même pas que tu existes. Seulement si j'écris ça, ça la fout mal, tu vas moins t'intéresser à moi. Or j'ai besoin que tu t'intéresses. Çà m'arrangerait même que tu aies le temps de me rendre deux ou trois services »

oscar_et_la_dame_rose_anny_duperey

Au théâtre, Oscar et la dame rose est en tournée avec Anny Duperey dans le rôle de Mamie Rose.

Eric-Emmanuel Schmitt réalise son deuxième film, Oscar et la dame rose, adapté du récit éponyme.
Début de tournage : octobre 2008 en Belgique et fin de tournage prévu au Canada en janvier 2009.
Michèle Laroque interprètera La dame rose, Max Von Sydow le docteur Dusseldorf...

Posté par aproposdelivres à 19:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

Johnny Chien méchant - Emmanuel Dongala

Johnny_Chien_M_chant Le Serpent à plume – mars 2005 – 360 pages

Présentation de l'éditeur
Dans le chaos d'une guerre civile avec déplacements massifs de populations, colonnes de réfugiés sur les routes et le lot habituel d'accompagnateurs plus ou moins bienveillants (organisations humanitaires, journalistes, coopérants qu'il faut évacuer, etc.), deux adolescents racontent ce qu'ils vivent. L'un, un jeune garçon (Johnny, qui prendra plusieurs noms de guerre dont celui de Chien méchant) est membre d'une milice. Il tue, viole, pille et assume crânement (et avec naïveté) comme d'autres enfants-soldats le rôle de bourreau, ne comprenant pas que lui aussi est une victime, même dans des situations cocasses. L'autre est une jeune fille (Laokole), qui se sait victime mais regarde les choses avec lucidité, avec distance et même une certaine philosophie malgré tout ce qu'elle vit.
Le récit est conduit à deux voix, comme une fugue où les deux "héros" racontent les mêmes événements, chacun avec son regard, vivent parfois les mêmes événements dans un même espace physique, sans se croiser, s'éloignent, se rapprochent, se suivent et se poursuivent, jusqu'à la scène finale de la confrontation où ils se retrouvent enfin face à face.

Quatrième de couverture
Congo, en ce moment même. Johnny, seize ans, vêtu de son treillis et de son tee-shirt incrusté de bris de verre, armé jusqu'aux dents, habité par le chien méchant qu'il veut devenir, vole, viole, pille et abat tout ce qui croise sa route. Laokolé, seize' ans, poussant sa mère aux jambes fracturées dans une brouetté branlante, tâchant de s'inventer l'avenir radieux que sa scolarité brillante lui promettait, s'efforce de fuir sa ville livrée aux milices d'enfants soldats. Sous les fenêtres des ambassades, des ONG, du Haut Commissariat pour les réfugiés, et sous les yeux des télévisions occidentales, des adolescents abreuvés d'imageries hollywoodiennes et d'information travestie jouent à la guerre : les milices combattent des ennemis baptisés « Tchétchènes », les chefs de guerre, très à cheval sur leurs codes d'honneur, se font appeler « Rambo » ou « Giap » et s'entretuent pour un poste de radio, une corbeille de fruits ou une parole de travers.
Dans ce roman, qui met en scène des adolescents à l'enfance abrégée, Dongala montre avec force comment, dans une Afrique ravagée par des guerres absurdes, un peuple tente malgré tout de survivre et de sauvegarder sa part d'humanité.


Auteur : Emmanuel DONGALA est né en 1941, de père congolais et de mère centrafricaine. Il passe son enfance et son adolescence en république populaire du Congo, puis fait ses études aux Etats-Unis et en France,Il est aujourd’hui professeur de chimie à Simon’s Rock College, dans le Massachusetts, et professeur de littérature africaine francophone à Bard College, dans l’Etat de New York.

Mon avis : 4/5 (lu en mai 2008)

J'ai vu hier qu'un film sortait aujourd'hui « Johnny Mad Dog », à propos d'enfants soldats et je me suis rappelé de ce livre que j'ai lu en mai 2008.

Dans ce livre les récits de Johnny et Laokolé s'alternent. Ils ont tous les deux 16 ans. C'est leur regard à chacun sur la même guerre. Le premier Johnny est un enfant soldat, il se décrit comme « l'intello » du groupe (il a été jusqu'au CM1 avec un niveau de CM2 !), il confond la vraie guerre et les films d'action américains, il viole, il pille, il tue sans peur et sans sentiment, il obéit, il cherche à se faire craindre et avoir l'air d'un chef cruel. Laokolé est une enfant sage et victime de la guerre, elle tente de fuir son village en poussant sa mère handicapée dans une brouette. Elle est sensible, intelligente, elle lutte pour sa survie. On voit également le regard occidental sur une tragédie lointaine. Les réactions des humanitaires, des journalistes sur une zone de conflits.

Ce livre est celui des enfants vieillis trop rapidement par des guerres absurdes. Ce livre est dérangeant : la violence, le réalisme des descriptions, l'absurdité des situations... Mais on est aussi profondément touché par la regard qu'a Laokolé sur les évènements, sur la société et sur l' Afrique. On découvre, à travers elle, une jeunesse africaine responsable, ambitieuse et dynamique.

A lire pour mieux connaître l'histoire contemporaine des conflits Africains.

Extraits :

Johnny : « “Ta gueule!”, ai-je crié à la maman. Et pan! j’ai tiré dans la nuque du gamin agenouillé. La mère affolée s’est précipitée sur le corps de son enfant, mais Petit Piment a “rafalé” avant qu’elle n’atteigne son but. Elle s’est effondrée la tête la première. Bon, on avait déjà perdu assez de temps et il fallait avancer. Nous avons décidé de tuer tous les hommes. De toutes façons ils étaient mayi-dogos. Magnanime, j’ai laissé la vie sauve aux femmes et je leur ai demandé de quitter immédiatement le quartier pour se diriger vers les zones que nous avions déjà conquises. Je sais, ma bonté me perdra un jour. »

...

Laokolé : « Notre pays de merde venait encore une fois de plus de tuer un de ses enfants. J’ai sangloté sans retenue, avec de violents soubresauts et des hoquets sonores, maintenant que les miliciens avaient disparu là-bas, dans la poussière du chemin. Maman a essayé de me calmer et de me consoler, mais j'ai continué à pleurer. Je ne sais pas si je pleurais mon amie ou cet enfant que je ne connaissais pas. Je pense que je pleurais les deux. Quel est ce pays qui tuait de sang-froid ses enfants ? Comment peut-on tuer la meilleure amie de quelqu'un ? Vraiment les gens sont méchant, ils n’ont pas de coeur. »

...

Johnny : « Mais comme j'étais intellectuel je savais ce qu’était l’ONU, ouais j'avais entendu parler de cette organisation et de ses soldats. Ces derniers étaient neutres, ils ne faisaient pas la guerre, ils maintenaient la paix. Mais quand ça chauffait et que leur vie était menacée ou si tout simplement ils croyaient qu’elle était en danger, ils fuyaient et vous laissaient tout seuls dans votre merde. »

...

Laokolé : « L’humanité est tombée bien bas. De toute façon, il fallait être bien naïve pour croire que le monde était bon, que le monde était beau. Je m'en voulais de n'avoir pas encore appris, malgré tout ce que j'avais traversé, que la confiance c’est bien mais que c’était mieux d’attacher sa brouette comme un caravanier attache son chameau dans le désert bien que sachant qu’il n'y a personne d’autre que lui à mille lieues à la ronde .»

Johny_Mad_Dog

Johnny Mad Dog film de Jean-Stéphane Sauvaire sortie le 26 novembre 2008, il a reçu le Prix de l'Espoir du jury Un Certain Regard au Festival de Cannes 2008.

Posté par aproposdelivres à 18:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 novembre 2008

Cannibale – Didier Daeninckx

Cannibale cannibale_folio

Cannibale_Daeninckx

Gallimard – 1998 – 96 pages

Folio - février 2000 - 107 pages

Magnard - juillet 2001 - 140 pages

Résumé : Cent onze Kanak sont envoyés à Paris pour représenter la Nouvelle Calédonie lors de l'Exposition coloniale de 1931. Exhibés comme des animaux au jardin d'Acclimatation, ils doivent jouer les " cannibales " dans un enclos pour divertir les visiteurs. Quelques jours avant l'inauguration officielle, empoisonnés ou victimes d'une nourriture inadaptée, tous les crocodiles du marigot meurent d'un coup. Une solution est négociée par les organisateurs afin de remédier à la catastrophe. Le cirque Höffner de Francfort-sur-le-Main, qui souhaite renouveler l'intérêt du public, veut bien prêter les siens, mais en échange d'autant de Canaques. Qu'à cela ne tienne ! Les « cannibales » seront expédiés.

Inspiré par ce fait authentique, le récit déroule l'intrigue sur fond du Paris des années trente - ses mentalités, l'univers étrange de l'Exposition -tout en mettant en perspective les révoltes qui devaient avoir lieu un demi-siècle plus tard en Nouvelle-Calédonie.

Auteur : Didier Daeninckx, né en 1949 à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) est un écrivain français, auteur de romans noirs, de nouvelles et d'essais. Issu d'une famille modeste, Didier Daeninckx prend résolument le parti d'orienter son œuvre vers une critique sociale et politique au travers de laquelle il aborde certains dossiers du moment (la politique des charters, le révisionnisme, etc.) et d'autres d'un passé parfois oublié (le massacre des Algériens à Paris le 17 octobre 1961). Cette enquête historique le conduit parfois à quitter le domaine policier pour un réalisme social que souligne la sobriété de son style.

Mon avis : 4/5 (lu en février 2006)

Ce livre est court et juste. L'auteur a imaginé une fiction autour d'un fait historique réel mais oublié. On prend conscience de ce qu'était le colonialisme dans les années 30.

On est horrifié par la façon dont est traitée les Canaques : en premier lieu, dans cette Exposition Coloniale ils sont exposés dans des cages comme des bêtes dans un zoo sous prétexte d'exotisme... mais le pire c'est de vouloir faire un échange avec un cirque de Canaques contre des crocodiles ! Heureusement dans le roman, l'auteur imagine l'évasion des Canaques dans Paris et dans le métro véritable jungle urbaine... Ce livre est vraiment à lire pour mieux connaître ce fait réel.

Extrait : 

— Ah, c’est enfin vous, Grimaut ! Cela fait bien deux heures que je vous ai fait demander... Que se passe-t-il avec les crocodiles ? J’ai fait le tour du parc ce matin, avant de venir au bureau, je n’en ai pas vu un seul dans le marigot...
Grimaut commence à transpirer. Il baisse les yeux.
— On a eu un gros problème dans la nuit, monsieur le haut-commissaire... Personne ne comprend ce qui a bien pu se passer...
— Cessez donc de parler par énigme ! Où sont nos crocodiles ?
— Ils sont tous morts d’un coup... On pense que leur nourriture n’était pas adaptée... Á moins qu’on ait voulu les empoisonner...
L’administrateur reste un instant sans voix, puis il se met à hurler.
Grimaut déglutit douloureusement.
— Morts ! Tous morts ! C’est une plaisanterie... Qu’est-ce qu’on leur a donné à manger ? De la choucroute, du cassoulet ? Vous vous rendez compte de la situation, Grimaut ? Il nous a fallu trois mois pour les faire venir des Caraïbes... Trois mois ! Qu’est-ce que je vais raconter au président et au maréchal, demain, devant le marigot désert ? Qu’on cultive des nénuphars ? Ils vont les chercher, leurs crocodiles, et il faudra bien trouver une solution... J’espère que vous avez commencé à y réfléchir...
L’adjoint a sorti un mouchoir de sa poche. Il se tamponne le front.
— Tout devrait rentrer dans l’ordre au cours des prochaines heures, monsieur le haut-commissaire... J’aurai une centaine de bêtes en remplacement, pour la cérémonie d’ouverture. Des crocodiles, des caïmans, des alligators... Ils arrivent à la gare de l’Est, par le train de nuit...
— Gare de l’Est ! Et ils viennent d’où ?
Grimaut esquisse un sourire.
— D’Allemagne...
— Des sauriens teutons ! On aura tout vu... Et vous les avez attrapés comment vos crocodiles, Grimaut, si ça n’est pas indiscret ?
L’adjoint se balance d’un pied sur l’autre.
— Au téléphone, tout simplement. Ils viennent de la ménagerie du cirque Höffner, de Francfort-sur-le-Main. C’était leur attraction principale, depuis deux ans, mais les gens se sont lassés. Ils cherchaient à les remplacer pour renouveler l’intérêt du public, et ma proposition ne pouvait pas mieux tomber...
Albert Pontevigne fronce les sourcils.
— Une proposition ? J’ai bien entendu... J’espère que vous ne vous êtes pas trop engagé, Grimaut.
— Je ne pense pas... En échange, je leur ai promis de leur prêter une trentaine de Canaques. Ils nous les rendront en septembre, à la fin de leur tournée.

Posté par aproposdelivres à 14:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

L'élégance du hérisson – Muriel Barbery

L__l_gance_du_h_risson  l__l_gance_du_h_risson_p

Gallimard – août 2006 – 368 pages

Folio - juin 2009 - 413 pages

Prix des Libraires 2007.

Résumé : L’immeuble où se déroule l’action de ce roman, rue de Grenelle à Paris, semble bien ordinaire : une vie d’immeuble tranquille, animée par de petits différends de copropriété ou de voisinage. Les occupants offrent une palette humaine représentative de l’espèce dans le moins bon comme dans le pire.
Deux d’entre eux, pourtant, n’ont rien de banal. Ce sont les deux narratrices, qui prennent alternativement la parole pour donner de l’immeuble 7 rue de Grenelle et du vaste monde qui l’entoure une vision inattendue. La première est la concierge, Renée, douée d’une intelligence redoutablement acérée et d’une érudition encyclopédique (qu’elle s’efforce de dissimuler afin de ne pas froisser ses administrés, persuadés qu’en ce monde chacun doit se tenir à sa place). L’autre narratrice, Paloma, douze ans, est une gamine surdouée affligée d’une famille qui ne la mérite pas. D’une maturité effrayante, Paloma nous livre ses pensées les plus intimes et les plus stupéfiantes. Elle se donne encore quelques mois pour faire le tour de la question existentielle, après quoi elle envisage des changements radicaux.
Mais l’arrivée dans l’immeuble d’un nouveau copropriétaire, un riche Japonais d’un certain âge, Monsieur Ozu, qui porte sur tout et sur tout le monde un regard d’une intelligence aiguë, va bouleverser la donne…
Muriel Barbery use des armes de la satire, mais chacun des habitants de l’immeuble pèse son poids de chair et de contradictions grâce à mille détails concrets qui nourrissent ce roman pétillant et espiègle.

Auteur : Muriel Barbery est née en 1969. L'élégance du hérisson est son deuxième roman. Le précédent, Une gourmandise, est traduit en douze langues.

Mon avis : 5/5 (lu en janvier 2007)

On est touché et on s'attache aux personnages : Renée (54 ans), une vrai concierge vieille, laide, grassouillette et bougonne. Elle exerce ses fonction depuis plus de vingt ans dans un immeuble bourgeois de la rue de Grenelle. Elle entretient son image disgracieuse, mais en réalité elle dissimule une insoupçonnable connaissance en philosophie et littérature. Il y a aussi Paloma (12 ans) surdouée qui est en rébellion contre son milieu, elle a des idées suicidaires.Toutes deux sont des solitaires et l'arrivée d'un nouveau locataire dans l'immeuble va les réunir toute les deux.

J'ai beaucoup aimé ce livre et après cette lecture on se sent moins bête. Ce livre nous fait réfléchir sur les à priori que nous avons. Un roman qui nous montre que les apparences sont trompeuses et que le beau peut se cacher partout. Il y a de nombreux moments où j'ai bien rit, mais aussi d'autres où j'ai pleuré.

J'ai vraiment passé un formidable moment de lecture avec ce livre.

le_h_risson

Une adaptation du livre a été réalisée par Mona Achache avec Josiane Balasko, Garance Le Guillermic, Togo Igawa. Le film est sortie le 3 juillet 2009

Posté par aproposdelivres à 11:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


22 novembre 2008

Les accommodements raisonnables – Jean-Paul Dubois

les_accommodements_raisonnables les_accommodements_raisonnables_p

Editions de l'Olivier - août 2008 - 260 pages Pas de 4ème de couverture…

Points – septembre 2009 – 275 pages

Présentation de l’éditeur :
Jean-Paul Dubois retrouve le souffle romanesque d’ Une Vie française dans ce livre qui devrait enthousiasmer ses fans. Aucun des « fondamentaux » ne manque à l’appel : Toulouse, un anti-héros (Paul Stern) et son épouse (Anna), un père encombrant, l’actuel président de la République, l’Amérique, les bateaux, les petits-enfants, etc. Cette fois, Jean-Paul Dubois nous conduit à Hollywood. Paul doit y réécrire le scénario d’un film dont il est l’auteur, pour le compte d’un producteur qui prétend en tirer un remake. En réalité, Paul est parti pour oublier la maladie de sa femme, en dépression profonde, le remariage scandaleux de son père et, de manière plus générale, son échec personnel. Embauché par la Paramount, il découvre un autre univers où le sexe, l’argent, la drogue, la célébrité, mais aussi le désespoir occupent une place centrale. Et puis, il rencontre Selma Chantz, employée comme lui par la Paramount. Et sa vie bascule. Car Selma est le double parfait d’Anna, avec trente ans de moins…Une femme fascinante et dangereuse. Après un détour par le comique ( Monsieur Tanner) et l’inquiétante étrangeté ( Hommes entre eux ), Jean-Paul Dubois a écrit le grand roman que nous attendions. Tragique et drôle, jetant sur son époque un regard lucide, ce livre de la maturité garde néanmoins le charme des héros de Jean-Paul Dubois, éternels adolescents écartelés entre leur amour de la vie et leur sens aigu de la culpabilité.

L'Auteur :
Jean-Paul Dubois est né en 1950 à Toulouse où il vit actuellement. Journaliste, puis grand reporter en 1984 pour Le Nouvel Observateur, il examine au scalpel les États-Unis et livre des chroniques qui seront publiées en deux volumes aux Éditions de l'Olivier : L'Amérique m'inquiète (1996) et Jusque-là tout allait bien en Amérique (2002). Écrivain, Jean-Paul Dubois a publié de nombreux romans, Je pense à autre chose, Si ce livre pouvait me rapprocher de toi, etc. Il a obtenu le prix France Télévisions pour Kennedy et moi (Le Seuil, 1996) et le prix Femina et le prix du roman Fnac pour Une Vie française. 

Mon avis : (lu en octobre 2008)

Le titre est un peu mystérieux : Les accommodements raisonnables

L'accommodement raisonnable est une notion juridique canadienne issue de la jurisprudence associée au monde du travail. Elle désigne l'assouplissement d'une norme afin de contrer la discrimination que peut créer cette norme et que subit une personne, dans le but de respecter le droit à l'égalité du citoyen (source Wikipédia)

Le livre se lit facilement. Les personnages sont bien décrits mais le sujet est assez déprimant : les échecs, les renoncements, la dépression, la fuite…

Il y a cependant de l’humour : Cela commence par la cérémonie de crémation de l’oncle, le tapis roulant qui emmène le cercueil tombe en panne…

A chaque fois qu’il prend des nouvelles auprès de son père sur ce qu’il se passe chez lui, ce dernier lui donne des nouvelles de la campagne des élections présidentielles de 2007…

La partie aux Etats-Unis m’a paru un peu longue.

Je ne peux pas dire que j’ai aimé ce livre… mais n’ayant pas lu une vie française, je me suis empressée de le lire et cela m’a beaucoup plu.

Extrait : "Mon père avait basculé le premier, Anna ensuite, et moi enfin. Nous étions partis chacun dans des directions lointaines ou opposées, aveuglés par diverses formes de nos vies. L'origine de cette étrange épidémie rôdait quelque part en nous-mêmes. Les accommodements raisonnables que nous avions tacitement conclus nous mettaient pour un temps à l'abri d'un nouveau séisme, mais le mal était toujours là, tapi en chacun de nous, derrière chaque porte, prêt à resurgir."

Posté par aproposdelivres à 15:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

19 novembre 2008

A l’abri de rien – Olivier Adam

a_l_abri_de_rien  a_l_abris_de_rien_p

Edition de l’Olivier – août 2007 - 219 pages

Points - août 2008 - 218 pages

Prix France-Télévisions 2007

Résumé : Marie se sent perdue. Son mari, ses enfants sont le dernier fil qui la relie à la vie. Ce fragile équilibre est bouleversé le jour où elle rencontre les « kosovars », ces réfugiés dont nul ne se soucie et qui errent, abandonnés, aux confins de la ville. Négligeant sa famille, Marie décide de leur porter secours. Et de tout leur donner : nourriture, vêtements, temps, argent, elle ne garde rien pour elle. Entraînée par une force irrésistible, elle s’expose à tous les dangers, y compris celui d’y laisser sa peau.

Avec ce roman, Olivier Adam nous rappelle que la violence qui frappe les plus faibles est l’affaire de chacun. Et trace le portrait inoubliable d’une femme dépassée par la force de ses sentiments.

Auteur : Né à Draveil le 12 juillet 1974, romancier de renom, Olivier Adam connaît un succès populaire et critique indéniable qui le place parmi les écrivains les plus connus de sa génération. Ancien étudiant en gestion des entreprises culturelles, il participe à la création du festival littéraire 'Les Correspondances de Manosque' et travaille comme directeur de collection aux éditions du Rouergue. C'est son premier roman paru en 2000, 'Je vais bien, ne t'en fais pas' qui lui permet d'accéder à la notoriété. Lauréat du prix Goncourt de la nouvelle en 2004 pour 'Passer l'hiver', l'auteur poursuit néanmoins dans la veine romanesque avec 'Falaises' ou 'A l'abri de rien'. Influencé par les écrivains américains contemporains, Adam aborde aussi bien des thèmes sociaux et politiques, comme la question des sans-papiers, que des aspects plus psychologiques et sentimentaux. Le travail de scénariste qu'il effectue pour l'adaptation de son premier livre lui permet d'ajouter une nouvelle corde à son arc, cette fois encore avec le succès à la clé.

Mon avis : (lu en décembre 2007)

Avant de lire ce livre, j’avais vu un téléfilm « Maman est folle » de Jean-Pierre Améris tiré de ce livre avec Isabelle Carré dans le rôle de Marie. Ce téléfilm m’avait beaucoup touchée et j’ai lu avec plaisir le livre d’Olivier Adam.

Il se dégage une grande sensibilité de ce livre, on partage avec Marie ses humeurs, ses sentiments, sa tristesse, sa fragilité, son humanité. Elle fuit la routine de sa vie quotidienne avec son mari, ses enfants, sa maison, elle est dans un état dépressif et le hasard lui fait rencontrer un réfugié de Sangatte.

Elle va essayer de donner du sens à sa vie en apprenant à les connaître et en essayant de les aider.

Ce livre est bouleversant ! On s’attache aux différents personnages et le scénario nous fait réfléchir aux problèmes des réfugiés qui vivent dans des conditions inhumaines.

Maman_est_folle__Isabelle_Carr_

Téléfilm "Maman est folle" Diffusé le 22/11/07 sur France 3

Posté par aproposdelivres à 17:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

18 novembre 2008

Une vie française - Jean-Paul DUBOIS

une_vie_francaise Edition de l'Olivier – août 2004 – 357 pages

Prix Fémina 2004

Prix du Roman Fnac 2004

4ème de couverture : Petit-fils de berger pyrénéen, fils d'une correctrice de presse et d'un concessionnaire Simca à Toulouse, Paul Blick est d'abord un enfant de la Ve République. L'histoire de sa vie se confond avec celle d'une France qui crut à de Gaulle après 58 et à Pompidou après 68, s'offrit à Giscard avant de porter Mitterrand au pouvoir, pour se jeter finalement dans les bras de Chirac. Et Paul, dans tout ça ? Après avoir découvert, comme il se doit, les joies de la différence dans le lit d'une petite Anglaise, il fait de vagues études, devient journaliste sportif et épouse Anna, la fille de son patron. Brillante chef d'entreprise, adepte d'Adam Smith et de la croissance à deux chiffres, celle-ci lui abandonne le terrain domestique. Devenu papa poule, Paul n'en mène pas moins une vie érotique aussi intense que secrète et se passionne pour les arbres, qu'il sait photographier comme personne. Une vraie série noire - krach boursier, faillite, accident mortel, folie - se chargera d'apporter à cette comédie française un dénouement digne d'une tragédie antique. Jardinier mélancolique, Paul Blick prend discrètement congé, entre son petit-fils bien-aimé et sa fille schizophrène.

Si l'on retrouve ici la plupart des " fondamentaux " de Jean-Paul Dubois - dentistes sadiques, femmes dominatrices, mésalliances et trahisons conjugales, sans parler des indispensables tondeuses à gazon -, on y découvre une construction romanesque dont l'ampleur tranche avec le laconisme de ses autres livres. Cet admirateur de Philip Roth et de John Updike est de retour avec ce roman dont le souffle n'a rien à envier aux grandes sagas familiales, dans une traversée du siècle menée au pas de charge.

Auteur : Jean-Paul Dubois est né en 1950 à Toulouse, où il vit actuellement. Auteur de nombreux romans (Je pense à autre chose, Si ce livre pouvait me rapprocher de toi) et de récits de voyage (L'Amérique m'inquiète), il a obtenu le prix France Télévision pour Kennedy et Moi (Seuil, 1996). Il est journaliste-reporter au Nouvel Observateur.

Mon avis : (lu en novembre 2008)
J'ai bien aimé ce livre. C'est une vie « ordinaire » française de 1958 à 2002. Au début de l'histoire Paul est un petit garçon de 8 ans, on le suit dans sa vie quotidienne d'enfant, d'adolescent et d'adulte, on l'accompagne dans des évènements familiaux et en filigrane les évènements politiques, les évolutions de la société nous sont rappelés par petites touches. Le style est simple avec de l'humour. Le découpage des chapitres est original : par mandat présidentiel de la 5ème République.

Posté par aproposdelivres à 20:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 novembre 2008

Le théorème du perroquet – Denis Guedj

th_or_me_du_perroquet guedj_le_theoreme_

Seuil – septembre 1998 – 528 pages

Points - août 2000 - 654 pages

Résumé : Pierre Ruche, un vieux libraire de Montmartre, reçoit une lettre d’Amazonie ; elle provient de son ami Edgar Grosrouvre, disparu depuis, qui lui lègue la totalité de sa bibliothèque consacrée aux… mathématiques ! Pierre Ruche va devoir se remettre à étudier pour classer ce trésor et surtout, il va lui falloir élucider la mort énigmatique d’Edgar. Accompagné de ses compagnons, une femme, trois enfants et d’un perroquet amnésique, il se lance dans un voyage à travers l’histoire des mathématiques tout en menant l’enquête… Humour et suspense garantis.

Auteur : Denis Guedj est à la fois écrivain, mathématicien, professeur d'histoire et d'épistémologie des sciences (à Paris VIII) et aussi scénariste de cinéma. Il est l'auteur de nombreux romans sur le thème des mathématiques. Denis Guedj avec Le Théorème du perroquet fait découvrir au néophyte l'univers des mathématiques sous la forme d'un roman policier.

Mon avis : (lu en 1999)

Un roman policier sur fond de mathématiques. A travers l'amitié de Pierre Ruche et de son mystérieux ami du bout du monde, on voyage au travers du temps et de l'espace, on partage la vie des plus grands génies de nos vieilles civilisations.

Ce livre est palpitant et on essaye également de résoudre les problèmes mathématiques au fil de la lecture.

C’est un livre idéal pour aborder l’histoire des mathématiques sans s’en apercevoir ! Pas besoin d'être fort en mathématiques pour adorer ce livre !

Posté par aproposdelivres à 17:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

15 novembre 2008

Les déferlantes - Claudie Gallay

les_d_ferlantes les_d_ferlantes_p

Editions du Rouergue – février 2008 – 524 pages

J'ai lu - mai 2010 - 538 pages

4ème de couverture : La Hague... Ici on dit que le vent est parfois tellement fort qu'il arrache les ailes des papillons. Sur ce bout du monde en pointe du Cotentin vit une poignée d'hommes. C'est sur cette terre âpre que la narratrice est venue se réfugier depuis l'automne. Employée par le Centre ornithologique, elle arpente les landes, observe les falaises et leurs oiseaux migrateurs. La première fois qu'elle voit Lambert, c'est un jour de grande tempête. Sur la plage dévastée, la vieille Nan, que tout le monde craint et dit à moitié folle, croit reconnaître en lui le visage d'un certain Michel. D'autres, au village, ont pour lui des regards étranges. Comme Lili, au comptoir de son bar, ou son père, l'ancien gardien de phare. Une photo disparaît, de vieux jouets réapparaissent. L'histoire de Lambert intrigue la narratrice et l'homme l'attire. En veut-il à la mer ou bien aux hommes ? Dans les lamentations obsédantes du vent, chacun semble avoir quelque chose à taire.

Dans ce livre dense en personnages et en rebondissements, Claudie Gallay nous convainc une nouvelle fois de la singularité de son univers romanesque. Les déferlantes est son cinquième roman publié dans la collection La brune, après l'excellent accueil de ses deux derniers, Seule Venise et Dans l'or du temps.

Auteur : Né en 1961 dans l'Isère, Claudie Gallay exerce le métier d'institutrice avant de publier son premier roman, 'L'Office des vivants', en 2001. 'Seule Venise', qui sort en 2005, obtient le prix du Livre CE 38, décerné par les lecteurs des comités d'entreprise. Pour 'Dans l'or du temps', elle déplace la trame du roman vers le nord, en Normandie. Elle campe dans la région avec 'Les Déferlantes' qui paraît en 2008 et dont l'histoire se déroule à La Hague. Plume en main, Claudie Gallay ne lâche pas pour autant l'enseignement et continue son métier d'institutrice à raison de deux jours par semaine.

Mon avis : (livre lu en août 2008)

C'est mon coup de coeur de l'été !

J'ai été attiré par la couverture du livre et son phare.

J'ai commencé ce livre à mon retour d'un séjour de quelques jours dans le Nord – Cotentin et j'ai été emporté par ce livre. J'ai adoré le rendu de l'atmosphère des lieux : la nature sauvage et rude de la Pointe de la Hague, la mer, le vent, les tempêtes... Les personnages sont attachants, les émotions sont simples, les sentiments complexes. Tout au long du livre, on découvre que des secrets sont nombreux au village. L'histoire est captivante, elle va petit à petit se dénouer et on est pas déçu par la fin. Le livre fait plus de 500 pages mais je ne les ai pas vu passer tellement j'ai eu de plaisir à le savourer !

J'ai eu l'occasion depuis de rencontrer Claudie Gallay au Salon du Livre de Paris 2009 !

Les premières page du livre :
La première fois que j'ai vu Lambert, c'était le jour de la grande tempête. Le ciel était noir, très bas, ça cognait déjà fort au large.
Il était arrivé un peu après moi et il s'était assis en terrasse, une table en plein vent. Avec le soleil en face, il grimaçait, on aurait dit qu'il pleurait.
Je l'ai regardé, pas parce qu'il avait choisi la plus mauvaise table, ni pour cette grimace sur le visage. Je l'ai regardé parce qu'il fumait comme toi, les yeux dans le vague, en frottant son pouce sur ses lèvres. Des lèvres sèches, peut-être plus sèches que les tiennes.
J'ai pensé qu'il était journaliste, une tempête d'équinoxe, ça pouvait faire quelques bonnes photos. Derrière la digue, le vent creusait les vagues, boutait les courants, ceux du Raz Blanchard, des fleuves noirs venus de très loin, des mers plus au nord ou des tréfonds de l'Atlantique.
Morgane est sortie de l'auberge. Elle a vu Lambert.
- Vous n'êtes pas d'ici, elle a dit en lui demandant ce qu'il voulait.
Elle avait le ton maussade des jours où elle devait servir des clients quand le temps était mauvais.
- Vous êtes là pour la tempête ? Il a fait non avec la tête.
- Alors c'est pour Prévert ? Tout le monde vient là pour Prévert...
- Je cherche un lit pour la nuit, il a fini par dire. Elle a haussé les épaules.
- On fait pas hôtel.
- Je peux trouver ça où ?
- Il y en a un au village, en face de l'église... ou alors à la Rogue. À l'intérieur des terres. Mon patron a une amie, une Irlandaise, elle tient une pension... Vous voulez son numéro ?
Il a hoché la tête.
- Et manger, c'est possible ?
- C'est trois heures...
- Et alors !
- À trois heures, c'est jambon-beurre.
Elle a montré le ciel, la barre de nuages qui avançait. Le soleil filtrait un peu par en dessous. Dix minutes encore et il ferait nuit.
- Ça va être le déluge ! elle a dit.
- Le déluge n'empêche rien. Six huîtres avec un verre de vin ?
Morgane a souri. Lambert était plutôt beau gosse. Elle a eu envie de lui tenir tête.
- En terrasse, on sert seulement les boissons.
Je buvais un café noir à deux tables derrière lui. Il n'y avait pas d'autres clients. Même à l'intérieur, c'était vide.
Des petites plantes au feuillage gris prenaient racine dans les fissures des pierres. Avec le vent, elles semblaient ramper.
Morgane a soupiré.
- Faut que je demande au patron.
Elle s'est arrêtée à ma table, ses ongles rouges pianotant sur le rebord de bois.

Posté par aproposdelivres à 17:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :