19 mars 2017

Voici venir les rêveurs - Imbolo Mbue

Prix Audiolib 2017

Voici venir les rêveurs

Audiolib - Février 2017 - 11h57 - lu par Julien Chatelet

Belfond - août 2016 - 300 pages

traduit de l'anglais (Cameroun) par Sarah Tardy

Titre original : Behold the dreamers, 

Quatrième de couverture :
L'Amérique, Jende Jonga en a rêvé. Pour lui, pour son épouse Neni et pour leur fils Liomi. Quitter le Cameroun, changer de vie, devenir quelqu'un. Obtenir la Green Card, devenir de vrais Américains. Ce rêve, Jende le touche du doigt en décrochant un job inespéré : chauffeur pour Clark Edwards, riche banquier à la Lehman Brothers.

Au fil des trajets, entre le clandestin de Harlem et le big boss qui partage son temps entre l'Upper East Side et les Hamptons va se nouer une complicité faite de pudeur et de non-dits. Mais nous sommes en 2007, la crise des subprimes vient d'éclater. Jende l'ignore encore : en Amérique, il n'y a guère de place pour les rêveurs...
Américaine d'origine camerounaise, Imbolo Mbue puise dans son expérience pour raconter les destins croisés de deux familles que tout semble opposer.

Auteur : Née en 1982, Imbolo Mbue a quitté Limbé, au Cameroun, en 1998 pour faire ses études aux États-Unis. Elle a grandi en lisant les grands auteurs africains : Chinua Achebe, Ngugi wa Thiong’o, mais c’est chez Toni Morrison et Gabriel García Márquez que sa sensation d’être écartelée entre deux cultures a trouvé un écho. S’inscrivant dans la lignée d’Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie ou du Ravissement des innocents de Taiye Selasi, Voici venir les rêveurs, son premier roman, a fait l’objet d’enchères effrénées auprès des plus grands éditeurs américains. Imbolo Mbue vit à Manhattan. 

Lecteur : De formation théâtrale – il a fréquenté le cours de Jean-Laurent Cochet – Julien Chatelet a incarné le rôle de l’inspecteur Portal dans Les Cordier, juge et flic. Artiste complet, il tourne dans de nombreux courts-métrages, est réalisateur et chanteur de rhythm’n blues.

Mon avis : (écouté en mars 2017)
Ce roman raconte l'histoire d'une famille camerounaise émigrée à New York. Jende Jonga a toujours rêvé de l'Amérique, grâce à son cousin il émigre aux États-Unis avec un visa de tourisme. Jende est un jeune homme courageux et travailleur, il espère avoir une vie meilleure que celle qu'il a au Cameroun. Il commence par travailler dur pour faire venir son épouse Neni et leur fils Liomi. Il rêve d'obtenir la Green Card et devenir de vrais Américains. Il réussit à décrocher un travail inespéré comme chauffeur de Clark Edwards, un riche banquier très influent à la Lehman Brothers. Entre les deux hommes, une relation étonnante se crée, une amitié durable et sincère.Pour Neni, l'Amérique c'est pouvoir faire des études, elle espère devenir un jour pharmacienne, elle espère également le meilleur pour Liomi. Mais la vie n’est pas si facile pour les Noirs en Amérique, d'autant que nous sommes en 2007 et la crise est là...
Voilà un roman profondément humain, réaliste et touchant sur le choc des cultures, sur les difficultés de l'exil et de l'intégration...
Une belle histoire pleine de générosité et d'espoir. 
Une lecture audio vraiment passionnante, vivante et haute en couleurs.

Extrait : (début du livre)
ON NE LUI AVAIT JAMAIS DEMANDÉ de porter un costume pour un entretien d’embauche. Jamais dit d’apporter un curriculum vitae. Une semaine plus tôt, il ne possédait d’ailleurs pas de curriculum, quand il s’était rendu à la bibliothèque à l’angle de la 34e Rue et de Madison Avenue et qu’un bénévole lui en avait rédigé un, détaillant son parcours afin de montrer qu’il était un homme aux grandes qualités : fermier responsable du labourage des terres et de la bonne santé des récoltes ; cantonnier chargé de préserver la beauté et la rutilance de la ville de Limbé ; chargé de vaisselle dans un restaurant de Manhattan, veillant à ce que les clients mangent dans des assiettes sans traces ni microbes ; taximan officiel dans le Bronx, responsable du bon acheminement des passagers.

Il n’avait jamais eu à s’inquiéter de savoir si son profil correspondrait, si son anglais conviendrait, s’il passerait pour un homme suffisamment intelligent. Mais ce jour-là, vêtu de son costume croisé vert à fines rayures, celui-là même qu’il portait quand il avait débarqué aux États-Unis, une pensée l’obsédait : serait-il capable de faire impression sur un homme qu’il n’avait jamais rencontré ? Malgré tous ses efforts, il ne pouvait penser à autre chose qu’aux questions qu’on lui poserait, aux réponses qu’il faudrait donner, à la manière dont il devrait marcher, s’exprimer, s’asseoir, aux moments où il faudrait parler, à ceux où il faudrait écouter et acquiescer, aux choses qu’il faudrait dire ou ne pas dire, à la réponse à donner si on l’interrogeait sur son statut dans le pays. Sa gorge devint sèche. Ses mains, moites. Incapable d’attraper son mouchoir dans le métro bondé qui le conduisait dans le centre de Manhattan, il les essuya sur son pantalon.
« Bonjour, s’il vous plaît, dit-il à l’agent de sécurité en entrant dans le hall du building Lehman Brothers. Mon nom est Jende Jonga. Je suis venu voir M. Edwards. M. Clark Edwards. »
L’agent, bouc et taches de rousseur, lui demanda une pièce d’identité que Jende s’empressa de sortir de son portefeuille marron deux volets. L’homme s’en empara, examina le recto puis le verso, leva les yeux vers lui, les baissa vers son costume, sourit et voulut savoir s’il se présentait en tant qu’agent de change ou quelque chose comme ça.
Jende secoua la tête.
« Non, répondit-il sans sourire en retour. Chauffeur.
— Ah, fit le vigile en lui tendant un passe de visiteur. Eh bien, bonne chance. »
Cette fois, Jende sourit.
« Merci, mon frère. Toute cette chance, je vais vraiment en avoir besoin aujourd’hui. »

 challenge12016br
25/18

Posté par aproposdelivres à 17:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


26 février 2017

Manuel à l'usage des femmes de ménage - Lucia Berlin

babelio_1801
Masse Critique Babelio

81pvvrW+JqL Grasset - janvier 2017 - 560 pages

traduit de l'anglais (États-Unis) par Valérie Malfroy

Titre original : Manual for cleaning women, 2015

Quatrième de couverture :
La publication de 
Manuel à l’usage des femmes de ménage révèle un grand auteur et un destin exceptionnel : Lucia Berlin, mariée trois fois, mère de quatre garçons, nous raconte ses multiples vies en quarante-trois épisodes. Élevée dans les camps miniers d’Alaska et du Midwest, elle a été successivement une enfant solitaire au Texas durant la Seconde Guerre mondiale, une jeune fille riche et privilégiée à Santiago du Chili, une artiste bohème vivant dans un loft new-yorkais au milieu des années 50 et une infirmière aux urgences d’Oakland. Avec un délicat mélange d’humour, d’esprit et de mélancolie, Berlin saisit les miracles du quotidien jusque dans les centres de désintoxication du sud-ouest des États-Unis, elle égrène ses conseils avisés et loufoques tirés de ses propres expériences d’enseignante, standardiste, réceptionniste, ou encore femme de ménage.
Dix ans après la mort de l’auteur, la découverte de Manuel à l’usage des femmes de ménage a constitué un événement littéraire majeur aux États-Unis, puis dans le monde entier. Comparée par la critique américaine à Raymond Carver et Alice Munro, Lucia Berlin est un grand écrivain injustement méconnu, un maître de la narration qui se nourrit du réel pour émerveiller son lecteur. 

Auteur : Lucia Berlin (1936-2004) écrivit sporadiquement dans les années 60, 70 et 80. Son œuvre s’inspire de son enfance dans diverses villes minières de l’Ouest américain, de sa jeunesse extravagante à Santiago du Chili, de ses trois mariages ratés, de son addiction à l’alcool, de ses différents petits-boulots effectués pour subvenir aux besoins de ses quatre enfants. Dans les années 90, désormais sobre et libre de consacrer son temps à l’écriture, elle accepte un poste à l’Université Boulder (Colorado) avant d’être rapidement promue professeur. En 2001, sa santé déclinant, elle s’installe au sud de la Californie pour être près de ses fils.
Elle s’éteint en 2004, à Marina del Rey.

Mon avis : (lu en février 2017)
Ce livre est un recueil de 43 nouvelles, témoignage de la vie bien remplie de l'auteure. C'est une vision très originale des États-Unis. L'univers de Lucia Berlin, ce sont les décennies 1950-1970, dans une laverie automatique, à un arrêt de bus, dans un hôpital, dans un parking... L'auteure raconte ses multiples vies de femme de ménage, de secrétaire médicale, de professeure...
Les nouvelles sont réalistes, variées, originales, vivantes...
Je ne m'attendais pas à recevoir un livre de plus de 500 pages, il m'a fallut donc un peu de temps pour le lire, nouvelles après nouvelles et je n'ai pas eu le temps de terminer ce livre.
C'est très bien écrit (bravo à la traductrice qui a su mettre en valeur l'écriture de l'auteure), je regrette un peu le manque de continuité dans toutes ses nouvelles.

Merci Babelio et les éditions Grasset pour cette découverte.

Extrait : (début du livre)
Un grand et vieil Indien en Levi’s délavé et belle ceinture zuni. Longs cheveux blancs, retenus par un bout de ficelle framboise sur la nuque. Ce qui est étrange, c’est que pendant à peu près une année on se trouvait au lavomatic toujours au même moment. Mais pas aux mêmes moments. Par exemple, j’y allais certaines fois le lundi à sept heures du matin ou le vendredi à six heures et demie du soir et il était déjà là.
Mme Armitage, c’était différent, même si elle était vieille aussi. C’était à New York, au San Juan, dans la 15e Rue. Portoricains. Mousse qui déborde par terre. J’étais alors une jeune mère et je lavais les couches le jeudi matin. Elle habitait au-dessus de chez moi, au 4-C. Un jour à la laverie elle m’avait donné une clé en disant que si je ne la voyais plus le jeudi c’est qu’elle serait morte alors aurais-je l’obligeance de venir découvrir son cadavre ? C’est terrible de demander ça à quelqu’un ; en plus, j’étais obligée de faire ma lessive le jeudi, à l’époque.
Elle est morte un lundi et je ne suis jamais retournée au San Juan. C’est le concierge qui l’a trouvée. J’ignore dans quelles circonstances.
Pendant des mois, au Angel’s, l’Indien et moi, on ne s’est pas parlé mais on se tenait côte à côte sur des chaises jumelées en plastique jaune, comme dans les aéroports. Elles glissaient sur le lino déchiré, on en avait mal aux dents.
En général, il sirotait du Jim Beam tout en regardant mes mains. Pas directement, mais dans le miroir en face, au-dessus des lave-linge Speed Queen. Au début, ça m’était égal. Un vieil Indien qui regarde mes mains dans ce miroir sale, entre un jaunissant REPASSAGE 1,50 DOLLAR LA DOUZAINE et des « prières de la sérénité » orange fluo. 
MON DIEU DONNEZ-MOI LA SÉRÉNITÉ DACCEPTER LES CHOSES QUE JE NE PEUX PAS CHANGER. Et puis j’ai commencé à me demander s’il avait un truc spécial avec les mains. C’était énervant, d’être observée en train de fumer ou de se moucher, de feuilleter des magazines vieux de plusieurs années. Lady Bird Johnson descendant les rapides.
Finalement, il m’a surprise à observer mes propres mains. Il en souriait presque de m’avoir pincée. Pour la première fois, nos regards se croisaient dans la glace, sous NE PAS SURCHARGER LES MACHINES.
Il y avait de la panique dans mes yeux. Je les ai sondés avant d’en revenir à mes mains. Affreuses taches de vieillesse, deux cicatrices. Mains pas indiennes, nerveuses, esseulées. J’y voyais des enfants, des hommes et des jardins.

 

Posté par aproposdelivres à 07:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

19 janvier 2017

Borgen : Une femme au pouvoir - Jesper Malmose

JLI5569586 41PzXUrXdDL

Gaïa - octobre 2013 - 480 pages 

Actes Sud - avril 2015 - 524 pages

traduit du danois par Andreas Saint Bonnet

Titre original : Borgen, 2013

Quatrième de couverture : 
Quand Birgitte Nyborg accède au pouvoir, sa vie bascule. Devenue Premier ministre elle fait son entrée à Borgen, « le château », où siège le Parlement danois. Le caractère bien trempé de cette femme épanouie, soutenue par son mari et ses enfants, a fait sa réputation tant auprès de ses adversaires que de son audacieux spin doctor. Saura-t-elle tout mener de front ? Contracter les bonnes alliances ? L'adaptation littéraire de la série culte d'Adam Price.

Auteur : Jesper Malmose est scénariste. Il est l’auteur de séries TV danoises à succès. En outre, il a écrit et traduit des pièces de théâtre et des comédies musicales. Pour l’adaptation littéraire de Borgen, il a travaillé en étroite collaboration avec l’auteur de la série, Adam Price. Borgen, Une femme prend le pouvoir est l’adaptation de la saison 1. 

Mon avis : (lu en janvier 2017)
Quelques semaines après avoir enfin regardé et adoré la série danoise Borgen, j'ai découvert ce livre qui est l'adaptation littéraire de la série télé (en général, c'est l'inverse), dont l'auteur, Jesper Malmose, est scénariste de métier (mais pas celui de Borgen).
C'est original et j'ai beaucoup aimé me replonger dans la saison 1 de la série. En effet, ce livre reprend la saison 1 de Borgen (à priori les saisons 2 et 3 n'existent pas en livre...). 
Borgen est une série danoise qui raconte la démocratie au Danemark en mettant en scène Birgitte Nyborg, une centriste intègre, qui va devenir Première ministre. Mariée et mère de famille de deux enfants de 7 et 12 ans, elle va devoir concilier son rôle de Premier ministre, de maman et d'épouse. On suit avec intérêt les intrigues politiciennes, sans oublier les interventions de la presse et l'on découvre également le rôle de spin-doctor (conseiller en communication et marketing politique). 
J'ai trouvé très intéressant de voir de l'intérieur comment fonctionne la politique, mais aussi de découvrir la vie quotidienne au Danemark. Beaucoup de sujets important sont abordés comme les droits de l'Homme, l'égalité homme femme, la corruption... En particulier, le chapitre concernant la place du Groenland dans le Royaume de Danemark m'a beaucoup intéressé.
Pour ceux qui connaissent la série, c'est l'occasion de se replonger dans la saison 1.

Pour ceux qui ne connaissent pas cette série, c'est l'occasion de la découvrir et d'avoir envie de la regarder. 

Extrait : (début du livre)
Samedi 25.09.2010

« Maman, ça fait quoi un Premier ministre ?»
Magnus tournait sa cuillère dans la bouillie d'avoine, très concentré. Il était un peu plus de 8 heures, et la famille était installée autour du petit déjeuner. A la télévision en arrière-plan, un panel composé d'un humoriste, d'un coach et d'un participant à l'émission de télé-réalité Paradise Hôtel débattaient des élections qui approchaient.
« Oui, bonne question, ça fait quoi, un Premier ministre... » Birgitte tendit la main vers une deuxième viennoiserie tout en hurlant : « Laura, on a commencé ! » Un instant plus tard, Laura fit son apparition dans la cuisine familiale, encore ensommeillée. Elle se laissa lourdement tomber sur sa chaise, devant la table du petit déjeuner.
« Bonjour, beauté, bien dormi ? » Phillip sourit tendrement à sa fille, qui s'empara du paquet de Corn Flakes. Du haut de ses douze ans, Laura n'avait pas encore atteint l'adolescence, mais ça n'allait pas tarder. Son besoin de sommeil croissant n'en était pas le seul témoin. Elle lança un regard accusateur à sa mère : « Pourquoi on doit se lever aussi tôt ? On est samedi. »
Birgitte s'efforça de ne pas s'irriter contre Laura qui s'était levée du mauvais pied. « Parce qu'il est important que nous prenions le petit déjeuner ensemble. C'est ce que font les familles normales, répondit-elle d'un ton pédagogique.
- Mais... on n'a jamais été une famille normale. »
Ça, Birgitte n'avait plus qu'à l'encaisser. Phillip lui lança un regard en étouffant un rire. Avant qu'elle n'ait eu le temps de dire quoi que ce soit, Magnus répéta sa question.
« Mais, maman, ça fait quoi, un Premier ministre ? »
Birgitte chercha un instant une réponse compréhensible pour un enfant de six ans. Laura la devança. « Le Premier ministre est le chef du gouvernement et représente l'État à l'étranger, en tant que leader politique du pays. »
Birgitte sourit, surprise. « Tiens, j'en connais une qui a écouté en cours ! » Laura soupira. « On a eu une semaine thématique. »
Avec sa cuillère, Magnus faisait toujours des huit dans son assiette. « Alors c'est lui qui décide tout ?
- Qui a dit que le Premier ministre était nécessairement un homme ?» répondit Birgitte, récoltant au passage un petit sourire de Phillip.
« Alors, tu vas être Premier ministre ? » demanda le garçon en regardant sa mère droit dans les yeux. Birgitte se leva et ébouriffa les cheveux de son fils. « Non, Magnus. Je ne vais pas être Premier ministre. Eh, c'est pas aujourd'hui que tu vas à l'anniversaire de Villads ? » Magnus acquiesça.
« Je l'emmène et j'irai le chercher », annonça Phillip. Birgitte hésita un instant. « Si tu l'emmènes, j'irai le chercher. »
Phillip haussa les sourcils. « Tu es en campagne, non ?
- Écoute, j'ai une interview sur TV1 ce matin, et après j'ai un face-à-face au lycée de Lundtofte, avec un de ces péquenots du parti de la Liberté, comme dirait avec son tact habituel mon cher spin doctor. Mais ce sera terminé au plus tard à 15 heures, j'irai donc le chercher. Ça marche ? »
Phillip hocha la tête avec reconnaissance. « Ça marche. »

 Challenge Voisins Voisines 
voisins_voisines2017
Danemark

Posté par aproposdelivres à 09:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

08 novembre 2016

Mon petit bled au Canada - Zarqa Nawaz

Lu en partenariat avec les éditions Denoël

product_9782207124949_195x320 Denoël - octobre 2016 - 304 pages

traduit de l'anglais (Canada) par Isabelle D. Taudière

Titre original : Laughing All The Way To The Mosque, 2014

Quatrième de couverture : 
Zarqa Nawaz n’a que six ans quand ses parents, musulmans pakistanais aisés, s’installent au Canada. Le choc culturel est rude pour la fillette, qui doit affronter les préjugés de ses camarades autant que le conservatisme religieux de ses pairs… Jeune femme, elle a tôt fait de s’autoproclamer sultane de la dérision, et elle nous plonge dès les premières pages de ce roman tendre et hilarant dans la peau de cette enfant impertinente et lucide. Des mésaventures scolaires de la petite Zarqa à l’amour vache qui la lie à son flegmatique mari en passant par l’éducation de ses enfants, tout est délicieusement absurde, réaliste et d’une infinie tendresse dans ce récit d’une famille éternellement confrontée à sa différence culturelle et religieuse… et le résultat est savoureux, politiquement incorrect et salutaire.

Auteur : Née en 1968 à Liverpool, Zarqa Nawaz est une journaliste et réalisatrice britannico-canadienne d'origine pakistanaise.

Mon avis : (lu en octobre 2016)
J'ai beaucoup aimé cette lecture qui utilise un ton léger pour aborder des thèmes plus profond. Zarqa Nawaz vient d'une famille d'origine pakistanaise, sa famille est arrivée au Canada alors qu'elle avait six ans. Elle a donc été élevée avec cette double culture, à l'école elle découvre les habitudes canadiennes et la liberté et chez elle, les coutumes sont musulmanes et plus conservatrices... Zarqa est tour à tour naïve, révoltée, critique, elle pose pleins de questions, elle refuse à se plier aux exigences de sa communauté sans comprendre le pourquoi du comment, elle exige souvent de connaître la référence exacte de telle ou telle obligation ou interdiction. Gaffeuse mais au caractère bien trempé, elle bouscule les convictions des uns et des autres mais reste toujours fidèle à ses convictions religieuses.

Dans ce livre, elle raconte chronologiquement des instants de sa vie de son enfance à maintenant où elle mène de front sa vie de mère de famille de 4 enfants et sa carrière de journaliste et réalisatrice. Ils illustrent ce choc des cultures avec humour, ironie et autodérision.
C'est au cours de ma lecture et vers la fin du livre que j'ai découvert que Zarqa est la créatrice de la série "La Petite Mosquée dans la prairie" (Little Mosque on the Prairie).
Voilà un roman autobiographique intelligent et drôle pour aller au delà des préjugés.

Merci Chloé et les éditions Denoël pour cette lecture instructive mais également pleine d'humour.

Extrait : (début du livre)
À sept ans, j’ai approché un petit garçon dans la cour d’école. C’était un petit rondouillard aux cheveux noirs ondulés, assis tout seul sur les balançoires, une grosse sucette dans le bec.
« Dis-moi, Davy, tu crois en Dieu ? »
Il m’a regardée d’un drôle d’air et a haussé les épaules.
« Parce que tu sais, c’est très important de croire en Dieu. »
Il comprit tout de suite qu’il avait affaire à une fondamentaliste enragée.
« Si tu me pousses tout le temps que je veux sur la balançoire, je veux bien croire en Dieu. » 
Mes récrés virèrent au cauchemar. J’avais les bras tout engourdis. Mais que n’aurais-je fait pour sauver l’âme de Davy ?
Je fus d’ailleurs bien récompensée de ma B.A. car, quelque temps plus tard, j’étais invitée à son goûter d’anniversaire. J’étais aux anges. En prenant place autour de la table bien garnie, j’avais l’eau à la bouche. Mais j’avais à peine commencé à vider les plats, que la maman de Davy m’arrêta :
« Non, ne mange pas ça !
— Mais c’est drôlement bon, protestai-je en continuant de m’empiffrer.
— C’est du jambon, expliqua-t-elle en fronçant les sourcils. Tu es musulmane, n’est-ce pas ? »
J’engloutis une dernière tranche aussi vite que ma conscience coupable me le permit. C’était si savoureux que j’aurais cru manger un bout de paradis. Je regardai tristement s’éloigner le plateau de charcuteries. Ma petite mine implorante n’y fit rien.
Quand ma mère vint me chercher, notre hôtesse se crut obligée de lui raconter l’incident. 

« Je pensais qu’elle était assez grande pour reconnaître du porc… »
Ma mère regarda sa gloutonne de fille et soupira.
« Nous l’envoyons aux cours d’instruction religieuse à la mosquée, mais je ne sais pas trop ce qu’elle en retient. »
J’étais un peu vexée. J’avais tout de même compris qu’il fallait croire en Dieu. Et comment aurais-je pu faire le rapport entre les grandes images de jolis cochons roses barrés d’un immense X noir et ces délicieuses tranches de charcuterie sur une assiette ?
Davy me considéra d’un œil nouveau :
« Alors tu vas aller en enfer ?
— Bien sûr que non, voyons ! s’indigna sa mère. Elle a fait une erreur, mais, comme nous l’apprenons à l’église, Dieu sait pardonner.
— Parce que Davy va à l’église ?
— Naturellement. Nous sommes catholiques, tu sais. Et il est même enfant de chœur. »
Dès lors, je continuais à pousser Davy sur la balançoire parce que je m’y étais engagée, même si c’était pour de mauvaises raisons. Mais je décidai d’être plus attentive pendant les heures d’éducation religieuse. Dieu avait sans doute voulu me donner une leçon : m’occuper d’abord de mon âme, et apprendre à repérer les innombrables périls qui la guettaient en permanence. La religion était décidément une affaire bien compliquée.

 challenge12016br
14/18

 

Posté par aproposdelivres à 06:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 octobre 2016

Je m'appelle Leon - Kit de Waal

logo_rentreelitteraire

81X5O6v7AnL Kero - août 2016 - 352 pages

traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Isabelle Chapman

Titre original : My name is Leon, 2016

Quatrième de couverture : 
Leon, 9 ans, est un garçon courageux. Quand un jour sa mère n'arrive plus à se lever le matin, il s'occupe de son demi-frère Jake. Quand l'assistante sociale emmène les deux garçons chez Maureen au gros ventre et aux bras de boxeur, c'est lui qui sait de quoi le bébé a besoin. Mais quand on lui enlève son frère et qu'on lui dit que chez ses nouveaux parents il n'y a pas de place pour un grand garçon à la peau sombre, c'en est trop.
Heureusement Leon rencontre Tufty, qui est grand et fort, qui fait du vélo comme lui et qui, dans son jardin, lui apprend comment prendre soin d'une petite plante fragile. Mais Leon n'oublie pas sa promesse de retrouver Jake et de réunir les siens comme avant. Le jour où il entend une conversation qui ne lui était pas destinée, il décide de passer à l'action...
Émouvant, dramatique mais aussi jubilatoire, Je m'appelle Leon évoque de façon éloquente la force de l'amour, le lien indéchirable entre frères, et ce qui, en fin de compte, fait une famille.

Auteur : Kit de Waal est née à Birmingham, d'une mère irlandaise et d'un père antillais. Elle a travaillé pendant quinze ans dans le domaine du droit, dont plusieurs années comme magistrat, et s'est beaucoup impliquée dans le domaine de l'adoption et du placement d'enfant. Elle a par ailleurs crée une bourse d'études pour promouvoir de jeunes auteurs de milieu modeste. Ses nouvelles ont été récompensées par plusieurs prix. Je m'appelle Leon est son premier roman.

Mon avis : (lu en octobre 2016)
Leon est un enfant métis de neuf ans, il vient d'avoir un demi frère, Jack. Ce dernier est blanc avec de grands yeux bleus. Tous deux vivent avec leur maman Carol, mais celle-ci est dépressive et très vite Leon est obligé de s'occuper lui-même, tant bien que mal, de son petit frère... Un lien très fort se crée donc entre les deux frères. Mais cette situation ne peut pas durer et les services sociaux prennent en main la situation et Leon et Jake sont placés en famille d’accueil chez Maureen. Cette dernière est formidable, dès le début elle comprend l'immense lien qui unit les deux frères, et lorsque les services sociaux voudront séparer les frères pour offrir Jake à l'adoption, Maureen fera tout son possible pour rassurer Leon et l'aider à supporter ce déchirement... 
Leon n'aura que cesse de retrouver Jake et sa maman pour se retrouver en famille. 
Leon est un petit garçon bouleversant et extrêmement attachant. Leon est un petit garçon courageux, il est victime des décisions des adultes, de sa mère démissionnaire, des services sociaux qui sacrifient la fratrie au profit de Jake... Mais Leon saura s'adapter et rebondir grâce aux rencontres de personnes bienveillantes et aimantes qui vont l'aider à supporter cette vie si injuste pour un petit garçon, Tina, Maureen, Sylvia, Tufty...
C'est une histoire triste mais malgré tout, ce très beau roman est plein de tendresse, d’amour et d’espoir.

Merci PriceMinister et les éditions Kero pour ce livre reçu dans le cadre des Matchs de la Rentrée Littéraire.

Extrait : (début du livre)
Personne n'a besoin de dire à Leon qu'il vit un moment important. La maternité est devenue silencieuse, comme si rien d'autre n'existait plus. L'infirmière lui demande de se laver les mains puis de s'asseoir le dos droit.
- Attention, dit-elle. Il est fragile.
Mais Leon le sait déjà. L'infirmière lui pose le nouveau-né dans les bras, son petit visage face au sien de manière qu'ils puissent se regarder.
- Tu as un petit frère maintenant. Tu vas pouvoir t'occuper de lui. Tu as quel âge ? Dix ans ?
- Presque neuf, répond la maman de Leon en se tournant vers eux. Huit ans et neuf mois. Presque.
La maman de Leon raconte à Tina l'accouchement, le temps que ça a pris et à quel point elle a eu mal.
- Eh bien, dit l'infirmière en arrangeant la couverture du bébé, tu es grand et fort pour ton âge. Un vrai petit homme.
Elle tapote la tête de Leon et lui caresse la joue d'un doigt.
- Il est beau, tu trouves pas ? Vous êtes beaux tous les deux.
Elle sourit. Leon la trouve gentille : il peut compter sur elle pour bien s'occuper du bébé quand il n'est pas là. Le bébé a les doigts les plus petits qu'il ait jamais vus. Quand il a les yeux fermés, il ressemble à une poupée. Il a une touffe de cheveux blancs très doux sur le sommet du crâne et sa bouche n'arrête pas de s'ouvrir et de se fermer. A travers les petits trous de sa couverture, le bébé chauffe le ventre et les cuisses de Leon. Tout d'un coup, il se met à se tortiller.
- J'espère que tu fais un beau rêve, bébé, chuchote Leon.
Au bout d'un moment, Leon a mal au bras. Pile quand cela devient trop pénible, l'infirmière revient, prend le bébé et veut le donner à la maman de Leon.
- C'est bientôt l'heure de la tétée.
Mais la maman de Leon a son sac à main sur les genoux.
- Ça peut attendre une minute ? Désolée, j'allais au fumoir.

challenge12016br
10/18

 Challenge Voisins, Voisines
voisins voisines 2016
Angleterre

Posté par aproposdelivres à 09:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


14 octobre 2016

Sens dessus dessous - Milena Agus

51lcGK7lWhL Liana Levi - avril 2016 - 160 pages

traduit de l'italien par Marianne Faurobert

Titre original : Sottosopra, 2012

Quatrième de couverture :
Mr. Johnson, le monsieur du dessus, a toujours les lacets défaits et des vestes trouées. Pourtant, c'est un violoniste célèbre qui vit dans le plus bel appartement de l'immeuble, avec vue sur la mer. Anna, la voisine du dessous, partage un petit entresol obscur avec sa fille, taille ses robes dans de vieilles nappes et fait des ménages. Pourtant, elle cache dans ses tiroirs des dessous coquins et des rêves inavoués. Ces deux-là, plus tout jeunes, débordants de désirs inassouvis, étaient faits pour se rencontrer. Dans les escaliers, où montent et descendent des voisins occupés par une farouche quête du bonheur, se tricotent à tous les étages situations rocambolesques, amours compliquées, jalousies absurdes. Mais n'est-ce pas là la clef de voûte de toute vie ? Observatrice indiscrète, pourfendeuse de la normalité, Milena Agus fait la chronique de ce microcosme dans lequel souffle un vent délicieusement frondeur.

Auteur : Milena Agus enthousiasme le public français en 2007 avec Mal de pierres. Le succès se propage en Italie et lui confère la notoriété dans les 26 pays où elle est aujourd'hui traduite. Au fil des textes, elle poursuit sa route d'écrivain, singulière et libre. De ses romans elle dit : "C'est ainsi que je vois la vie, misérable et merveilleuse..." Elle vit à Cagliari, en Sardaigne, où elle est née.

Mon avis : (lu en octobre 2016)
Alice est étudiante, elle vit dans un appartement 
donnant sur la mer et le port de Calgari. Elle observe et échange avec ses voisins qui vont et viennent. A l'étage du dessus vit Monsieur Johnson, un grand violoniste, il vit seul depuis peu car sa femme est partie. 
A l'étage du dessous habite Anna, une dame au cœur malade, et sa fille Natasha. Elle use sa santé en enchaînant les ménages chez les bourgeois dans toute la ville. Lorsqu'elle apprend que Monsieur Johnson cherche une gouvernante pour s'occuper de lui, Anna n'hésite pas un instant pour accepter le travail. Elle est déjà fascinée par le grand appartement de son voisin et de sa vue éblouissante sur la mer et le port...
Alice est la narratrice de cette histoire qui met en scènes tous ces personnages un peu farfelus, d'âges et d'origines sociales différentes...
Elle évoque le présent mais également le passé de chacun, ensemble ils forment comme une petite famille et l'ambiance de cet immeuble évolue comme dans une pièce de théâtre tragi-comique... C'est léger et touchant, j'ai passé un bon moment de lecture.
Extrait : (début du livre)
Avant de connaître la dame du dessous et le monsieur du dessus, la vieillesse ne m’intéressait pas. Vieux, mes parents n’ont pas eu le temps de le devenir, mon père s’est tué bien trop tôt et ma mère est retombée en enfance. Je ne vois jamais mes grands-parents, et c’est une jeune femme qui prend soin de ma mère.
Quoi qu’il en soit, il est clair qu’aucun vieux n’aurait pu exciter mon imagination. Aucun, excepté la dame du dessous et le monsieur du dessus. Désormais, la vieillesse ne m’apparaît plus comme une ombre mais comme un éclat de lumière, le dernier, peut-être.
Il y a quelque temps, Mr. Johnson, le monsieur du dessus, a frappé à ma porte, vêtu avec sobriété et élégance comme un gentleman, sauf que l’ourlet de son pantalon était décousu, ses lacets défaits et ses chaussettes dépareillées.
« J’habite à l’étage du dessus, m’a-t-il dit. Je suis votre voisin.
– Je le sais. Difficile de ne pas se croiser, dans cet immeuble. »
Il avait un service à me demander : est-ce que je voulais bien arroser ses fleurs, parce qu’il partait jouer du violon sur un bateau de croisière, et que sa femme, qui y tenait beaucoup, surtout aux roses et aux pois rouges, serait désolée de les retrouver desséchées, si elle rentrait.
« Ça n’existe pas, les pois rouges, Mr. Johnson, ce sont sans doute des baies. »
Il y a quelques jours, de retour de croisière, il est passé me remercier, car roses et pois étaient en grande forme, mais là n’était pas le but de sa visite. Avec embarras, il m’a demandé si, parmi mes amies étudiantes, il y en avait une qui saurait faire la gouvernante. Elle serait en échange logée et nourrie, car sa femme était partie, peut-être pour toujours, et qu’il lui fallait quelqu’un pour tenir sa maison, pas simplement une bonne. Il me voyait toujours avec un tas de livres, alors il était sûr de pouvoir me faire confiance.

 

Déjà lu du même auteur : 

 

Posté par aproposdelivres à 16:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

02 octobre 2016

Jeux de vilains - Iben Mondrup

Lu en partenariat avec Denoël

B26709 Denoël - août 2016 - 336 pages

traduit du danois par Caroline Berg

Titre original : Godhavn, 2014

Quatrième de couverture : 
Godhavn est une petite ville sur l’île de Disko, située à l’ouest du Groenland. C’est là que s’est installée une famille danoise avec trois enfants qui, chacun à leur manière, tentent de trouver leur place dans cette petite communauté du bout du monde, où cohabitent trappeurs, pêcheurs et chiens de traîneaux faméliques. L’environnement hostile et le climat particulièrement rude ne facilitent pas leur intégration. Il y a Bjørk la fille cadette, capricieuse, égoïste et solitaire, Knut le garçon vulnérable et sensible, et leur grande sœur Hilde, la prunelle des yeux de leur père. Celle-ci tombe amoureuse de Johannes, un garçon de l’île, sauvage et imprévisible. Johannes se lie d’amitié avec la famille, et se retrouve au cœur d’événements violents et inattendus. 
Iben Mondrup se penche sur la vie secrète des enfants, dont elle dévoile avec poésie, force et émotion les secrets les mieux gardés et les désirs les plus inavouables.

Auteur : Née en 1969 à Copenhague, elle a vécu une partie de son enfance au Groenland. Auteur et artiste, "Jeux de vilains" est son troisième roman.

Mon avis : (lu en septembre 2016)
Histoire dépaysante par les lieux, puisqu'elle se situe sur une île au Groenland. Le climat est rude, l'isolement est parfois dur à supporter, les paysages sont sauvages mais superbes.
Le lecteur va suivre la vie d'une fratrie de trois enfants, deux filles et un garçon, leur quotidien, leurs réflexions, leur place dans cette famille où ils sont souvent livrés à eux-même. Tour à tour nous suivons chacun des trois enfants, Bjørk, Knut et Hilde. 

Bjørk est la plus jeune, elle a 7 ans, elle n'a pas sa langue dans sa poche, c'est une boule d'énergie qui observe tout autour d'elle, elle espionne sa grande sœur, elle écoute les cancans, elle a même parfois des idées morbides...   
Knut, le garçon, a 12 ans, c'est un sensible, il fuit la bagarre, on le sent mal dans sa peau. Il est proche de sa petite soeur qu'il aime tendrement, il a du mal à trouver sa place aussi bien dans sa famille que dans cette communauté.
Hilde, l'aînée, a 15 ans, c'est une jeune fille qui n'a peur de rien, elle aime aller à la chasse avec son père dont elle est la préférée. Elle est en pleine crise d'adolescence, c'est le temps des premiers émois, des premiers amours. 
C'est une lecture prenante, parfois dérangeante car l'atmosphère de cette histoire est sombre, pesante pressentant un drame...
La conclusion est un peu décevante car elle arrive brutalement et est peu explicite...

Merci Chloé et les éditions Denoël pour cette découverte dépaysante.

Extrait : (début du livre)
Elle ferme la porte derrière elle. « Voilà on est seuls, annonce-t-elle, plus besoin de parler tout bas. »
Elle s’adresse au garçon qui est avec elle dans la pièce. Il ne tient pas en place. Il a l’air de vouloir s’enfuir et pourtant il se glisse sous la couette.
« Tu as les yeux fermés ? » demande-t-elle au garçon dans le lit. Avant qu’il ait eu le temps de répondre, elle s’assied à côté de lui, elle le pousse, elle lui grimpe dessus. Puis elle écarte les cuisses, se laisse tomber en avant. Elle saisit les coins de l’édredon et le referme, bien serré autour du visage du garçon. « Tu es mon prisonnier », déclare-t-elle.
Il secoue la tête pour se débarrasser du duvet.
« Pourquoi tu ne dis rien ? lui reproche-t-elle. Tu ne vois pas que je suis en train de t’étouffer ? » Elle est agacée et souffle par le nez, comme un chien.
« Parce que », répond-il. Brusquement, il se retourne et la renverse. « Parce que, contrairement à toi, je n’ai pas besoin de parler sans arrêt.
Elle a l’air déçue. Maintenant ils sont tous deux debout au milieu de la pièce. « Alors tu n’as qu’à t’en aller, dit-elle, puisque tu ne m’aimes pas.

— Chut », murmure-t-il, posant un doigt sur ses lèvres.
Elle attrape la couette sur le lit. Elle la soulève et la secoue, faisant à moitié tomber la housse à fleurs qui la protège. « C’est bon, il n’y a personne », le rassure-t-elle.
Il lui arrache la couette des mains et finit de retirer la housse qu’il laisse tomber par terre.
« Fais-nous une tente. » Elle se recouche sur le lit.
Il soulève la couette dans toute sa largeur et la laisse retomber sur le corps allongé.
Elle a disparu. Elle n’est plus qu’une vague silhouette qui gigote sous la couverture. Soudain un vêtement tombe au pied du lit.
Maintenant, c’est lui qui respire fort, les yeux rivés sur la forme sous la couverture.
« Allez, viens. » Le corps sous le duvet se trémousse avec impatience.
Il détache le bouton de son pantalon, ses doigts cherchent la fermeture Éclair. Mais il change d’avis, se reboutonne et retire seulement son pull-over.
Il vient se coucher à côté d’elle sous le duvet, elle pouffe de rire. Puis sa voix se fait dure à nouveau. « Pourquoi es-tu toujours habillé ? » Elle soulève la couverture et bondit sur lui.
Puis elle lui martèle le torse à coups de poing et lui griffe sauvagement les bras. « Je veux que tu te déshabilles, hurle-t-elle, je le veux, je le veux, je le veux. Mais d’abord, embrasse-moi sur la joue, je te l’ordonne… non, embrasse-moi dans le cou. »

Elle ferme les yeux, bascule la tête en arrière, lui présente sa gorge. Ses cheveux sont électriques, collés à ses joues.
Il pose les mains autour de son cou.
« Non, pas comme ça », dit-elle.
Il serre plus fort.

 Challenge Voisins, Voisines
voisins voisines 2016
Danemark

challenge12016br
6/18

Posté par aproposdelivres à 20:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 septembre 2016

Charlotte Isabel Hansen - Tore Renberg

charlotte isabel hansen_b charlotte isabel hansen

Mercure de France - mars 2011 - 384 pages

Livre de poche - février 2012 - 408 pages

traduit du norvégien par Carine Bruy

Titre original : Charlotte Isabel Hansen, 2008

Quatrième de couverture : 
Jarle Klepp, vingt-quatre ans, mène la vie insouciante d'un étudiant. Il a une exubérante maîtresse et beaucoup de compagnons de beuverie chaque fin de semaine. Et voilà qu'à la suite d'un test ADN, il se découvre père d'une fille de sept ans, conçue lors d'une soirée, déjà très arrosée, à son lycée quand il avait seize ans. Une catastrophe arrivant rarement seule, la mère, dont il se souvient à peine, lui envoie Charlotte Isabel pour une semaine, afin que celle-ci fasse enfin la connaissance de son papa. Ce qui va se passer alors est le sujet de ce roman aussi drôle qu'émouvant, où une gamine de sept ans va amener pas mal d'adultes à grandir enfin.

Auteur : Tore Renberg, né en 1972, est un des auteurs les plus populaires de Norvège, où ses romans ont tous été couronnés par des prix. 

Mon avis : (lu en août 2016)
J'ai emprunté par hasard ce livre à la bibliothèque sur la table "à emporter pour les vacances" et parce que l'auteur était norvégien (pour le Challenge Voisins Voisines...).
Jarle Kleep est un insouciant étudiant de 24 ans, il travaille à une thèse sur Proust, il passe du bon temps avec sa maîtresse ou n'hésite pas à passer ses fins de semaines à boire avec les copains... Mais un jour, il reçoit une lettre officielle l'obligeant à se soumettre à un test de paternité. Il apprend alors qu'il est le père d'une fillette de 7 ans, suite à une nuit avec une fille de son lycée lors d'une soirée bien arrosée lorsqu'il avait 16 ans... Et voilà que la petite Charlotte Isabel va venir passer une semaine avec lui pour faire connaissance... Une rencontre inoubliable pour l'un et l'autre.
Mon avis est mitigé, j'ai trouvé l'idée de départ amusante et originale, Jarle et surtout Charlotte Isabel sont très attachants. Mais je n'ai pas trouvé cette lecture aussi facile qu'un livre d'été... J'ai trouvé également pas mal de longueurs qui nuisent à l'intérêt du livre. 

Extrait : (début du livre)
Quand il franchit la double porte verte de son immeuble, ce samedi 6 septembre 1997, Jarle Klepp ignorait ce que ce jour représentait pour le monde. La lumière lui parvenait fragmentée à travers les frondaisons des arbres du parc Nygård, l'air vif piquait autant que la menthe glaciale, présage que l'été, fatigué de briller, devait céder la place à l'automne. Jarle remonta la fermeture éclair du blouson noir qui lui arrivait à la taille et secoua lentement la tête.
«Bon Dieu, marmonna-t-il à voix basse. Est-ce possible ?»
Il passa une main sur son crâne rasé de frais.
«Bon Dieu, marmonna-t-il à nouveau. Est-ce vraiment possible ?»
Il palpa son vêtement, découvrit un paquet de Marlboro à moitié froissé dans sa poche intérieure, extirpa un briquet de son jean noir et le tint à contre-jour.
Perchés sur la palissade sombre de l'autre côté de la rue, quatre petits oiseaux l'observaient.
Jarle se figea.
De la taille d'une balle de tennis, ils avaient des yeux dénués d'expression et, comme la plupart des volatiles, leurs pattes ressemblaient à des vers. Ils n'émettaient aucun son et ils ne s'envolèrent pas. Ils étaient juste posés, silencieux, aussi immobiles et irréels que des soldats de plomb.
Jarle resta planté là, la bouche sèche et les idées confuses. Il n'avait pas dormi plus de trois heures, après avoir bu toute la nuit, lors d'une fête de soutenance qui s'était achevée par un dernier verre chez Robert Göteborg, le professeur de littérature, et, quand celui-ci s'était écroulé ivre mort sur la table de cuisine, lui avait fini entre les cuisses café au lait d'Herdis Snartemo.
Il se détacha de la vue des oiseaux perchés dans une fixité stoïque et fouilla nerveusement les alentours du regard.

 Challenge Voisins, Voisines
voisins voisines 2016
Norvège

Posté par aproposdelivres à 15:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

12 août 2016

Les délices de Tokyo - Durian Sukegawa

51PaQSeh3kL Albin Michel - février 2016 - 240 pages

Quatrième de couverture : " Ecouter la voix des haricots " : tel est le secret de Tokue, une vieille dame aux doigts mystérieusement déformés, pour réussir le an, la pâte de haricots rouges dont sont fourrés les dorayaki, des pâtisseries japonaises. Sentarô, qui a accepté d'embaucher Tokue dans son échoppe, voit sa clientèle doubler du jour au lendemain, conquise par ses talents de pâtissière. Mais la vieille dame cache un secret moins avouable et disparaît comme elle était apparue, laissant Sentarô interpréter à sa façon la leçon qu'elle lui a fait partager. Magnifiquement adapté à l'écran par la cinéaste Naomi Kawase, le roman de Durian Sukegawa est une ode à la cuisine et à la vie. Poignant, poétique, sensuel : un régal.

Auteur : Né à Tokyo en 1962, Durian Sukegawa est poète, écrivain et clown, diplômé de philosophie et de l'Ecole de pâtisserie du Japon. Après une carrière de scénariste, il fonde en 1990 la Société des poètes qui hurlent, dont les performances alliant lecture de poèmes et musique punk défraient la chronique. De 1995 à 2000, il anime sur les ondes d'une radio nationale une émission nocturne plébiscitée par les collégiens et les lycéens. Il est l'auteur de nombreux romans et essais. Les délices de Tokyo est son premier livre traduit en français.

Mon avis : (lu en juillet 2016)
Une histoire pleine de charme et de sensibilité. 
Tout commence autour d'une histoire de pâtisserie, Sentarô est un vendeur de dorayaki (une pâtisserie japonaise) dans une petite échoppe. Un jour, Tokue, une vieille dame de 70 ans, demande à travailler pour Sentarô même avec un faible salaire. Tout d'abord, ce dernier refuse, mais lorsqu'elle lui fait goûter le an (pâte de haricots rouge qui sert à fourrer les dorayaki) qu'elle a préparé, il l'apprécie tellement qu'il accepte sa présence et son aide. La clientèle va vite augmenter et Sentarô va beaucoup apprendre...
Puis tout comme Sentarô, le lecteur va découvrir que Tokue cache un autre secret... Je n’en dirai pas plus pour laisser le plaisir de découvrir ce livre plein de poésie, une lecture délicieuse aussi surprenante, que touchante... Coup de coeur !

007270 540500

Ce livre a été adapté au cinéma par la cinéaste japonaise Naomi Kawase en 2016. Et bien sûr, j'ai très envie de le découvrir prochainement.

Extrait :

Posté par aproposdelivres à 06:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

22 juillet 2016

Une année particulière - Thomas Montasser

une année particulière Presses de Cité - mars 2016 - 176 pages

traduit de l'allemand par Leïla Pellissier

Titre original : Ein ganz besonderes Jahr, 2014

Quatrième de couverture :
" Ma nièce Valérie doit s'occuper de tout. " 
Se retrouver un beau matin avec une librairie sur les bras, Valérie ne s'y attendait pas. Pour elle qui se destinait à une brillante carrière de consultante internationale en économie, quel cadeau empoisonné ! 
La jeune femme va pourtant se laisser prendre au jeu et, indépendamment des comptes de la boutique au bord de la faillite, découvrir la littérature. Kafka, Dickens, Calvino, Pessoa... Une tasse de thé à ses côtés, elle dévore avec joie tout ce qui lui tombe sous la main. 
Texte après texte, échange après échange avec les clients peu banals du magasin, Valérie commence à prendre goût à sa nouvelle vie, mais c'est un roman singulier intitulé Une année particulière et la rencontre d'un charmant inconnu qui l'aideront à écrire le chapitre décisif de son existence... 
Une touche d'humour et de fantaisie, de la sensibilité et, surtout, une foule de livres, qu'on aurait presque envie de ranger du côté des personnages. S'il est des romans qui donnent envie de lire et d'aller fureter dans les rayons des librairies, c'est bien celui-ci.

Auteur : Auparavant journaliste et chef d'une petite troupe de théâtre, l'Allemand Thomas Montasser est aujourd'hui agent littéraire et écrivain –Une année particulière est son premier roman traduit. Il vit à Munich.

Mon avis : (lu en juillet 2016)
J'ai pris par hasard ce livre à la Bibliothèque, une histoire autour d'une librairie est toujours attirante... 
Valérie se voit confier la gestion d'une librairie par sa tante, celle-ci ayant disparu mystérieusement. Valérie se destinait à avoir une brillante carrière de consultante internationale et pourtant elle accepte de s'occuper de cette librairie. Cette dernière est désuète et peu achalandée, mais peu importe, Valérie va peu à peu l'explorer et s'y installer. Elle commence par tenter d'en faire l'inventaire. Elle n'hésite pas à faire quelques pauses pour ouvrir un livre qui l'intrigue et à s'installer confortablement dans un fauteuil pour le dévorer, en compagnie d'une tasse de thé.
Quelques clients vont pousser la porte et il y aura de belles rencontre autour des livres et de la lecture.
Ce métier de libraire, va être pour Valérie, comme une pause dans sa vie, un moment de réflexion sur son avenir... 
J'ai bien aimé l'ambiance de cette librairie, j'aurai eu envie d'y entrer et d'y déguster un thé fait dans le vieux samovar...
Un bémol sur la conclusion de l'histoire...
En fin du livre, il y a une longue liste des livres évoqués dans l'histoire : Flaubert, Kafka, Balzac, Dostoïevski, Calvino, Morgenstern, Maupassant, Camus, Jane Austen, Twain... mais également des auteurs allemands peu connus.

Extrait :

 

Challenge Voisins, Voisines
voisins voisines 2016
Allemagne

Posté par aproposdelivres à 05:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :