15 octobre 2013

La reine des pommes - Chester Himes

 Lu dans le cadre du Challenge Un mot, des titres...
un_mot_des_titres

Le mot : REINE

la_reine_des_pommes la_reine_des_pommes_foliox couv21217104 la_reine_des_pommes_folio87 la_reine_des_pommes_folio la_reine_des_pommes_folio2

Gallimard - 1958 - 249 pages

Folio - 1984 - 

Folio - juin 1987 -

Folio - mai 1999 - 281 pages

traduit par Minnie Danzas

Titre original : The Five Cornered Square, 1958

Quatrième de couverture : 
Jackson est le gars le plus candide d'Harlem, pour ne pas dire demeuré. Et dans le coin, il y a un tas de dégourdis qui commencent par lui étouffer son pognon. Sa petite amie, Imabelle, une fille superbe à la peau couleur de banane, l'entube comme c'est pas permis. Enfin, son frère, qui est bonne sœur dans le civil, cherche aussi à le posséder. Seulement Jackson, lui, c'est un bon chrétien. Y a que la foi qui sauve et il a tout à fait raison de croire aux miracles.

Auteur : Chester Himes est né en 1909 dans le Missouri. Il fait, parallèlement à ses études, le barman, le garçon d'hôtel. Il fréquente assez vite les proxénètes, revend de l'alcool, tient une table de jeu et se fait arrêter lors d'un cambriolage pour avoir braqué un couple de particuliers. Arrivé en prison à 19 ans et sorti à 26, il y a découvert la lecture et devenu un fervent admirateur de Dashiell Hammett. De là son envie de témoigner dans le même style âpre, direct et sans concession de ce qu'il connaissait le mieux, à savoir la dure réalité de la vie des noirs américains. Ce n'est que 30 ans plus tard, en dépit du succès de S'il braille, lâchez-le !, qu'il viendra au roman policier. La reine des pommes voit le jour en moins d'un mois. Ed Cercueil et Fossoyeur, personnages mythiques, sont nés ! Himes est mort en Espagne, à Alicante, le 12 novembre 1984.

Mon avis : (lu en septembre 2013)
J'ai choisi de lire ce livre pour le Challenge Un mot, des titres... avec le mot REINE et en même temps pour ma participation au Mois Américain. Je ne connaissais ni l'auteur ni ce roman policier américain. En me documentant, j'ai appris que c'était le premier roman policier de Chester Himes et que ce titre est devenu un classique du polar.
L'histoire se situe à Harlem dans les années 50. L'auteur met en scène une belle galerie de personnages haut en couleurs. Le premier, c'est Jackson (dit la reine des pommes), il est employé dans les pompes funèbres, c'est quelqu'un de très gentil, trop naïf et fou amoureux de sa belle Imabelle. Il est la victime d'une arnaque grossière : Slim, Jodie et Hankles lui promettent de transformer ses billets de dix dollars en billets de cent... Lors de l'opération, un faux policier débarque et les filous prennent la fuite avec les économies de Jackson. Ce dernier pour se refaire va "emprunter" de l'argent chez son employeur... 

Autre personnage loufoque, Goldy le frère jumeau de Jackson, c'est son opposé, héroïnomane, très débrouillard, il fait l'aumône dans le déguisement de soeur Gabrielle. Il y a également John Fossoyeur et Ed Cercueil un duo d'inspecteurs noirs incorruptibles mais néanmoins violents.
Un roman noir, mêlant des situations drôles et d'autres violentes, les dialogues ont des accents d'Audiard, l'intrigue est pleines de péripéties...

Ce roman de Chester Himes a fait l'objet d'une adaptation cinématographique réalisée en 1991 par Bill Duke, avec notamment Forest Whitaker. 

lrgpic39

En 1979, Georges Wolinski a  également fait une adaptation en bande dessinée du texte de l'auteur. 

reinedezspommescouv

Extrait : (début du livre)
Hank comptait l'argent empilé devant lui. Le gros paquet. Cent cinquante billets tout neufs de dix dollars. Il dévisagea Jackson d'un oeil jaune et froid. 
Tu m'en donnes quinze piles, c'est bien d'accord ? 
Il tenait à mettre les choses au point. Les affaires sont les affaires. 
C'était un individu de petite taille, soigné de sa personne, brun de peau, le teint brouillé, le cheveu rare et aplati. Très "homme d'affaire".
- Exact, répondit Jackson. Quinze cents dollars.
Très "homme d'affaires", lui aussi.
Jackson était un petit personnage gros et noir, aux gencives violettes et aux dents d'un blanc nacré, faites pour le rire. Mais Jackson ne riait pas. Le moment était trop solennel pour s'abandonner à la bonne humeur. Jackson n'avait que vingt-huit ans d'âge, mais, conscient de la gravité de la situation, il semblait avoir vieilli de dix bonnes années.
- Tu veux que je te produise quinze raides, c'est bien ça ? insista Hank.
- C'est ça, répondit Jackson. Quinze mille dollars.
Il aurait voulu donner à sa voix une intonation joviale, mais il avait trop peur. Il sentait sourdre la sueur dans ses courts cheveux crêpelés. Sa face ronde et noire luisait comme une boule de billard.
- Et tu me payes le dix du cent - quinze piles - d'accord ?
- D'accord. Je t'allonge quinze cents dollars pour la peine.
- Et moi, mon fade, il est de cinq pour cent, intervint Jodie. Autrement dit, sept cent cinquante dollars. Ça marche ?

mois_am_ricain
Le Mois Américain

 50__tats
44/50 : Arkansas
enfance de Chester Himes

 Challenge Petit BAC 2013
petit_bac_2013
"Aliment/Boisson"

Challenge Trillers et Polars
 88054471_o
catégorie "Même pas peur" :  7/25

 

Posté par aproposdelivres à 06:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,


14 octobre 2013

En un monde parfait - Laura Kasischke

Lecture Commune 
lecture_commune

"Un livre de Laura Kasischke"

un_monde_si_parfait_ un_monde_si_parfait

Christian Bourgois Editeur - octobre 2010 - 331 pages

Livre de Poche - octobre 2011 - 352 pages

traduit de l'anglais (États-Unis) par Eric Chédaille

Titre original : In a perfect world, 2009

Quatrième de couverture : 
Jiselle, la trentaine et toujours célibataire, croit vivre un véritable conte de fées lorsque Mark Dorn, un superbe pilote, veuf et père de trois enfants, la demande en mariage. Sa proposition paraît tellement inespérée qu'elle accepte aussitôt, abandonnant sa vie d'hôtesse de l'air pour celle, plus paisible croit-elle, de femme au foyer. C'est compter sans les absences répétées de Mark, les perpétuelles récriminations des enfants et la mystérieuse épidémie qui frappe les États-Unis, leur donnant des allures de pays en guerre. L'existence de Jiselle prend alors un tour dramatique...

Auteur : Laura Kasischke a étudié à l'Université du Michigan, elle a gagné de nombreux prix littéraires pour ses ouvrages de poésie ainsi que le Hopwood Awards ; elle a également reçu la Bourse MacDowell. Ses romans La Vie devant ses yeux et A suspicious river ont été adaptés au cinéma. Elle vit dans le Michigan, et enseigne l'art du roman au collège de Ann Arbor.  

Mon avis : (lu en octobre 2013)
Cela commence comme un conte de fée, Jiselle, la trentaine, est hôtesse de l'air, elle rencontre le beau Mark pilote de ligne qui rapidement la demande en mariage. Jiselle est sur son petit nuage malgré la mise en garde de certains de ses proches. En effet, Mark est veuf et père de trois enfants, deux adolescentes et un garçon d'une dizaine d'années, ce mariage ne serait-il pas une vraie solution pour se passer de gouvernante... 

Effectivement, après son mariage, Jiselle accepte de laisse tomber son travail pour devenir « mère au foyer » et s'occuper des enfants de son conjoint. L'accueil des enfants est plutôt mitigé et surtout son pilote de mari est rarement présent à la maison bien occupé par son métier de pilote.
En parallèle de cela, l'Amérique est décimée par un virus de grippe mortelle, le pays est mis en quarantaine par le reste du monde. Face à l'adversité, Jiselle prend la responsabilité de la maison et fait tout son possible pour survivre aux éléments extérieurs hostiles qui apparaissent peu à peu.
Ce livre se lit assez facilement, les évènements extérieurs progressent lentement mais sûrement et cela devient de plus en plus surréaliste...
Je regrette cependant que la fin soit une non fin... l'auteur nous laisse gentiment en plan... à nous lecteur de l'imaginer selon notre humeur soit optimiste, soit pessimiste, soit...

Merci Valérie qui m'a été offert ce livre  lors du Swap Violet organisé par Valérie

Extrait : (début du livre)
Si vous LISEZ ceci, vous MOURREZ !
Jiselle reposa le journal intime sur le canapé, là où elle l'avait trouvé, et sortit avec l'arrosoir. Il faisait déjà trente degrés, mais une brise matinale soufflait de l'ouest, apportant avec elle les senteurs du ravin. Elle s'en emplit les poumons, puis s'agenouilla pour regarder sous les pierres qui séparaient le jardin de la pelouse. 

Cela faisait un mois qu'elle était épouse et belle-mère.
Là, dans un coin d'ombre, se pressait un cercle de violettes, bleu pâle et mauves. Menues, tendres, soyeuses, papillotantes. Si elles étaient douées de la parole, se dit Jiselle, elles glousseraient de rire.
Elle les avait remarquées quelques jours plus tôt en passant le râteau. Cette tache de couleur au milieu des feuilles mortes délavées et autres débris de l'été avait accroché son regard, et elle s'était accroupie pour les compter (vingt-trois, vingt-quatre, vingt-cinq) avant de les recouvrir.
Ces violettes avaient réussi à traverser canicule et sécheresse. L'été le plus chaud et le plus sec depuis un siècle. Est-ce qu'elles ne méritaient pas des égards particuliers ? Si le bon Dieu ne les leur témoignait pas, il lui revenait à elle de s'en charger.
Dès lors, sortant chaque jour avec son arrosoir, Jiselle était invariablement surprise de trouver toujours en vie ces petites fleurs nichées dans leur ombreuse fissure.

Déjà lu du même auteur : 

les_revenants Les revenants 

mois_am_ricain 
Le Mois Américain : "Un livre de Laura Kasischke"

50__tats
43/50 :  Michigan

   Challenge Petit BAC 2013
petit_bac_2013
"Aliment/Boisson"

logo_challenge_obj_pal_swap
Année 2013 : 6/29

Posté par aproposdelivres à 06:19 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

C'est lundi, que lisez-vous ? [143]

 BANNIR
(c) Galleane

C'est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane  

Qu'est-ce que j'ai lu cette semaine ? 

des_souris_et_des_hommes_audio 2013_10_06_140809 le_myst_rieux_Mr_Kidder la_lettre_a_helga sorj_chalandon_le_quatrieme_mur

Des souris et des hommes - John Steinbeck 
L'envolée sauvage : La Boîte aux souvenirs – Galandon et Monin (BD)
Le mystérieux Mr Kidder - Joyce Carol Oates 
La Lettre de Helga - Bergsveinn Birgisson 
Le quatrième mur - Sorj Chalandon 

Qu'est-ce que je lis en ce moment ?

Dalva - Jim Harrison

Que lirai-je cette semaine ?

Le Démon des brumes - Luc Blanvillain (partenariat)
Des livres pour le Challenge du Mois Américain
Double jeu - Jean-Philippe Blondel
Kinderzimmer - Valentine Goby

Bonne semaine et bonnes lectures !

Posté par aproposdelivres à 06:15 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

13 octobre 2013

Le quatrième mur - Sorj Chalandon

sorj_chalandon_le_quatrieme_mur Grasset - août 2013 - 327 pages

Quatrième de couverture :  
« L'idée de Sam était belle et folle : monter l'Antigone de Jean Anouilh à Beyrouth. Voler deux heures à la guerre, en prélevant dans chaque camp un fils ou une fille pour en faire des acteurs. Puis rassembler ces ennemis sur une scène de fortune, entre cour détruite et jardin saccagé.
Samuel était grec. Juif, aussi. Mon frère en quelque sorte. Un jour, il m'a demandé de participer à cette trêve poétique. Il me l'a fait promettre, à moi, petit théâtreux de patronnage. Et je lui ai dit oui. Je suis allé à Beyrouth le 10 février 1982, main tendue à la paix. Avant que la guerre ne m'offre brutalement la sienne... »

Auteur : Sorj Chalandon, né en 1952, a été longtemps journaliste à Libération avant de rejoindre Le Canard Enchaîné. Ses reportages sur l’Irlande du Nord et le procès Klaus Barbie lui ont valu le Prix Albert-Londres en 1988. Il a publié, chez Grasset, Le Petit Bonzi (2005), Une promesse (2006, prix Médicis), Mon Traître(2008), La Légende de nos pères (2009), Retour à Killybegs (2011, Grand Prix du Roman de l'Académie Française).

Mon avis : (lu en octobre 2013)
Voilà encore un livre coup de poing de Sorj Chalandon et pour moi un coup de coeur !
Ses deux livres précédents nous plongeaient dans la guerre d'Irlande, celui-ci nous envoie dans un Liban ensanglanté, en 1982, l'année des terribles massacres de Sabra et Chatila.
Georges, le narrateur, est français, c'est à la fac qu'il rencontre pour la première fois Sam, réfugié grec, d'origine juive. Sam est en train de raconter à tout un amphi l’histoire de son combat contre la dictature des colonels. Georges et Sam vont devenir de vrais amis, presque des frères. Après la fac, ils vont se perdre de vue.
Dix ans plus tard, Georges est marié et jeune papa d'une petite Louise, Sam est tombé malade. Sur son lit d’hôpital, il demande à Georges de prendre sa suite pour le projet de sa vie, un projet fou : monter la pièce d'Anouilh à Beyrouth en pleine Guerre du Liban. Il a imaginé faire interpréter tous les rôles par ceux qui s’opposent sur le champ de bataille : Créon serait chrétien, Antigone serait palestinienne, Hémon serait Druze, il y aurait également les Chiites, les Chaldéens... Il rêve de de réunir le temps d'une trêve théatrale de deux heures des acteurs que la guerre a rendu ennemis. Georges accepte cette mission et il va quitter le confort de son foyer, sa femme et sa petite fille pour aller à Beyrouth.
Sur scène, le quatrième mur, c’est le mur invisible qu'il y a entre les acteurs et les spectateurs, c'est aussi la frontière entre la fiction et la réalité. Tout au long du livre, Sorj Chalandon s'interroge sur la paix et la guerre, sur les horreurs des massacres et l'espoir des hommes.
Ancien grand reporter Sorj Chalandon a su traduire avec beaucoup de justesse l'horreur de la guerre mais également évoquer l'amitié, l'espoir avec beaucoup de douceur. Ce livre est bouleversant, percutant.

J'ai trouvé la première partie du livre, lorsque Georges raconte ses années facs et sa rencontre avec Sam, un peu lente à mon goût mais la suite est tellement prenante et passionnante qu'il ne faut surtout pas s'arrêter à cette première impression. 

Autre avis : Tiphanie

Note :  ♥♥♥♥♥

Extrait : (début du livre)

Tripoli, nord du Liban. 

Jeudi 27 octobre 1983. 

Je suis tombé. Je me suis relevé. Je suis entré dans le garage, titubant entre les gravats. Les flammes, la fumée, la poussière, je recrachais le plâtre qui me brûlait la gorge. J'ai fermé les yeux, les mains sur les oreilles. J'ai heurté un muret, glissé sur des câbles. La moitié du plafond avait été arrachée par l'explosion. Le ciment en feu frappait tout autour avec un bruit de claques. Derrière une carcasse de voiture, un trou. Une crevasse de guerre, un bitume ouvert en pétales jusqu'à son coeur de sable. Je me suis jeté dans les éclats comme on trébuche, corps chiffon, le ventre en décombres. Je tremblais. Jamais je n'avais tremblé comme ça. Ma jambe droite voulait s'enfuir, me quitter, une sauterelle apeurée dans les herbes d'été. Je l'ai plaquée à deux mains sur le sol. Elle saignait, ma jambe folle. Je n'avais rien senti. Je croyais que la blessure et le blessé ne faisaient qu'un. Qu'au moment de l'impact, la douleur hurlait son message. Mais c'est le sang qui m'a annoncé la mauvaise nouvelle. Ni le choc ni le mal, seulement mon jus poisseux. Mon pantalon était déchiré. Il fumait. Ma jambe élançait comme une rage de dent. Ma chemise était collée de sueur. J'avais pris mon sac, mais laissé ma veste dans la voiture de Marwan, mes papiers, mon argent, tout ce qui me restait. Je ne pensais pas qu'un char d'assaut pouvait ouvrir le feu sur un taxi.
- Sors de là, Georges !
Nous roulions le long de la côte. Le soleil se levait derrière les collines. Juste après le virage, un tank syrien couleur sable, embusqué, immense. Il nous barrait la route. Mon Druze a juré. Il a freiné brusquement. Je dormais. J'ai sursauté. Il a paniqué, fait marche arrière sur le talus qui surplombait la mer. La carapace s'est réveillée. Presque rien, un souffle. Le métal du canon qui pivote.
- Mets-toi à couvert, putain!
J'ai plongé la main vers la banquette arrière, pris mon sac, cherché ma veste, mon passeport, sans quitter la mort des yeux. Et puis j'ai renoncé. La gueule d'acier nous faisait face. Vacarme dans ma tête.
- Il ne va pas tirer !
Il ne peut pas tirer sur un taxi! Un losange rouge et un rond jaune étaient peints sur la tourelle. Figures familières de tableau d'écolier. Et aussi trois chiffres arabes au pochoir blanc. Marwan traversait la route, courbé en deux. Il marchait vers l'abri, un garage fracassé. Les murs étaient criblés d'éclats, noirs de suie. J'ai ouvert ma portière, couru bouche ouverte vers la ruine béante. 
- Quand les obus tombent, ouvre la bouche, m'avait dit mon ami la première fois. Si tu ne décompresses pas, tes tympans explosent.
Lorsque je suis entré dans le garage, il ressortait en courant.
- J'ai laissé les clefs sur le tableau de bord ! Les clefs ?
La phrase était absurde. Le canon nous suivait. Moi qui entrais, lui qui sortait. Il hésitait entre nos épouvantes. Le coup est parti alors que je posais le pied sur l'ombre. Je suis tombé comme on meurt, sur le ventre, front écrasé, nuque plaquée au sol par une gifle de feu. Dedans et dehors, les pieds sur le talus, les mains sur le ciment. Mon corps était sidéré. Une lumière poudrée déchirait le béton. Je me suis relevé. La fumée lourde, la poussière grise. Je suffoquais. J'avais du sable en gorge, la lèvre ouverte, mes cheveux fumaient. J'étais aveugle. Des paillettes argent lacéraient mes paupières. L'obus avait frappé, il n'avait pas encore parlé. La foudre après l'éclair, un acier déchiré. Odeur de poudre, d'huile chaude, de métal brûlé. Je me suis jeté dans la fosse au moment du fracas. Mon ventre entier est remonté dans ma gorge. J'ai vomi. Un flot de bile et des morceaux de moi. J'ai hurlé ma peur. Poings fermés, oreilles sanglantes, recouvert par la terre salée et l'ombre grasse. Le blindé faisait mouvement. Il grinçait vers le garage. Je ne le voyais pas, j'entendais sa force. Le canon hésitait. Droite, gauche, mécanique enrouée. L'étui d'obus avait été éjecté. Choc du métal creux en écho sur la route. Silence.
- C'est un T55 soviétique, un vieux pépère.
J'ai sursauté. Voix de rocaille, mauvais anglais. Un homme âgé était couché sur le dos, dans le trou, à côté de moi dans la pénombre. Je ne l'avais pas remarqué.
- Baisse la tête, il va remettre ça.
Keffieh, barbe blanche, cigarette entre deux doigts, il fumait. Malgré le char, le danger, la fin de notre monde, il fumait bouche entrouverte, laissant le nuage paisible errer sur ses lèvres.
- C'est confortable ?
Il a désigné mon ventre d'un geste. J'écrasais son arme, crosse contre ma cuisse et chargeur enfoncé dans mon torse. Je m'étais jeté sur un fusil d'assaut pour échapper à un obus. Je n'ai pas bougé. Il a hoché la tête en souriant. Dehors, le blindé s'est mis en mouvement. Hurlement de moteur malmené.
- Il recule, a soufflé le vieil homme.
L'ombre du tank avait laissé place à la lumière de l'aube et aux herbes calcinées. Il reculait encore. J'ai attendu le rire des mouettes pour respirer. Je me suis soulevé. Sur un coude, bouche ouverte. J'ai cherché Marwan dans le tumulte, puis dans le silence. J'ai espéré que mon ami revienne, agitant ses clefs de voiture au-dessus de sa tête en riant. Chantant qu'il était fou d'être retourné à son taxi. Fou surtout de m'avoir suivi dans cette histoire idiote. Il allait me prendre dans ses bras de frère, en bénissant le ciel de nous avoir épargnés. J'ai espéré longtemps. Dehors, des hommes tiraient à l'arme légère. Des cris, des ordres, un vacarme guerrier. Une longue rafale de mitrailleuse. J'ai roulé sur le côté. Ma jambe saignait par giclées brutales. Le Palestinien a enlevé ma ceinture sans précaution et m'a fait un garrot à hauteur de la cuisse. J'étais couché sur le dos. La douleur s'invitait à coups de masse. Il a installé une couverture sous ma tête, me levant légèrement contre le rebord du trou.
Alors j'ai vu Marwan. Ses jambes dépassaient, en travers de la route. Il était retombé sur le dos, vêtements arrachés par l'explosion, sanglant et nu.
Le char toussait toujours, plus haut. La plainte du vent était revenue. Le souffle de la mer. Le vieux Palestinien s'est retourné sur le flanc, coude à terre et la joue dans la main. Il m'a observé. J'ai secoué la tête. Non, je ne pleurais pas. Je n'avais plus de larmes. Il m'a dit qu'il fallait en garder un peu pour la vie. Que j'avais droit à la peur, à la colère, à la tristesse.
Je me suis assis lourdement. J'ai repoussé son arme du pied. Il s'est rapproché. Lui et moi, dans le trou. Accroché à sa boutonnière de poche, un insigne émaillé du Fatah. Il a pris mon menton délicatement, je me suis laissé faire. Il a tourné mon visage vers la lumière du jour. Et puis il s'est penché. Sous sa moustache usée, il avait les lèvres ouvertes. J'ai cru qu'il allait m'embrasser. Il m'a observé. Il cherchait quelque chose de moi. Il est devenu grave.
- Tu as croisé la mort, mais tu n'as pas tué, a murmuré le vieil homme.
Je crois qu'il était soulagé. Il a allumé une cigarette, s'est assis sur ses talons. Puis il s'est tu, regardant la lumière fragile du dehors. Et je n'ai pas osé lui dire qu'il se trompait.

  Challenge Petit BAC 2013
petit_bac_2013
"Chiffre/Nombre"

Challenge 2% Rentrée Littéraire 2013
logorl2013
12/12

 

Déjà lu du même auteur :

 

Retour___Killybegs  Retour à Killybegs  mon_traitre_p Mon traître 

le_petit_bonzi_p Le petit Bonzi  la_l_gende_de_nos_p_res_p La légende de nos pères 

 

Posté par aproposdelivres à 06:35 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 octobre 2013

La Lettre de Helga - Bergsveinn Birgisson

la_lettre_a_helga

Zulma - août 2013 - 144 pages

traduit de l’islandais par Catherine Eyjólfsson

Titre original : Svar við bréfi Helgu, 2010

Quatrième de couverture :
« Mon neveu Marteinn est venu me chercher à la maison de retraite. Je vais passer le plus clair de l’été dans une chambre avec vue plongeante sur la ferme que vous habitiez jadis, Hallgrímur et toi. » Ainsi commence la réponse – combien tardive – de Bjarni Gíslason de Kolkustadir à sa chère Helga, la seule femme qu’il aima, aussi brièvement qu’ardemment, d’un amour impossible.
Et c’est tout un monde qui se ravive : entre son élevage de moutons, les pêches solitaires, et sa charge de contrôleur du fourrage, on découvre l’âpre existence qui fut la sienne tout au long d’un monologue saisissant de vigueur. Car Bjarni Gíslason de Kolkustadir est un homme simple, taillé dans la lave, pétri de poésie et d'attention émerveillée à la nature sauvage.
Ce beau et puissant roman se lit d’une traite, tant on est troublé par l’étrange confession amoureuse d’un éleveur de brebis islandais, d’un homme qui s’est lui-même spolié de l’amour de sa vie.

Auteur : Bergsveinn Birgisson est né en 1971. Titulaire d’un doctorat en littérature médiévale scandinave, il porte la mémoire des histoires que lui racontait son grand-père, lui-même fermier et pêcheur dans le nord-ouest de l’Islande. Immense succès dans les pays scandinaves ainsi qu’en Allemagne, la Lettre à Helgaest enfin traduit en français.

Mon avis : (lu en octobre 2013)
Bjarni Gíslason a aimée Helga à la folie. Elle vivait dans une ferme voisine avec son mari Hallgrimur et leurs deux enfants. Lui était marié avec Unnur, qui ne pouvait pas avoir d'enfant. Durant une année, ils se sont vus en secret et se sont aimés passionnement.
Cette lettre est la dernière confession d'un vieux fermier islandais à la femme qu'il a aimé mais pour laquelle il n'a pas su quitter sa vie tranquille de fermier... A travers cette lettre, il revient sur sa longue vie, il avoue sa lâcheté de n'avoir pas su quitter sa femme pour suivre Helga et il explique pourquoi. Bjarni est un homme sincère et attachant, aimant sa terre, ses animaux, appréciant le souffle du vent, les odeurs de la ferme, du foin... Mêlant humour, autodérision, poésie, douceur et passion il nous raconte son quotidien de fermier, ses sensations et les souvenirs de ses rencontres secrètes avec Helga... C'est une jolie lecture pleine de sensibilité et d'émotion.

Extrait : (début du livre)

À Kolkustadir, le 29 août 1997
Chère Helga,
Certains meurent de causes extérieures. D’autres meurent parce que la mort depuis longtemps soudée à leurs veines travaille en eux, de l’intérieur. Tous meurent. Chacun à sa façon. Certains tombent parterre au milieu d’une phrase. D’autres s’en vont paisiblement dans un songe. Est-ce que le rêve s’éteint alors, comme l’écran à la fin du film? Ou est-ce que le rêve change simplement d’aspect, acquérant une autreclartéet des couleurs nouvelles ? Et celui qui rêve, s’en aperçoit-il tant soit peu ?
Ma chère Unnur est morte. Elle est morte en rêvant, une nuit où il n’y avait personne. Bénie soit sa mémoire.
Pour ma part, la carcasse tient encore le coup, à part la raideur des épaules et des genoux. La vieillesse fait son œuvre. Il y a, bien sûr, des moments où l’on regardeses pantoufles en pensant qu’un jourelles serontencorelà, tandis qu’on n’y sera plus pour les enfiler. Mais quand ce jour viendra, qu’il soit le bienvenu, comme dit le psaume. C’est comme ça, ma Belle ! Bien assez de vie a coulé dans ma poitrine. Et j’ai eu l’occasion d’y goûter – à la vie.
Ah, je suis devenu un vieillard impossible qui prend plaisir à raviver de vieilles plaies. Mais on a tous une porte de sortie. Et nous aspirons tous à lâcher notre moi intérieur au grand air. Mon issue de secours à moi, c’est la vieille porte de la bergerie de feu mon père, celle que le soleil traverse par les fentes, en longs et fins rayons entre ses planches disjointes. Si la vie est quelque part, ce doit être dans les fentes. Et ma porte à moi est désormais tellement faussée, branlante et déglinguée qu’elle ne sépare plus vraiment l’intérieur de l’extérieur. Devrais-je mettre au crédit du charpentier ce travail bâclé ? Car toutes ces lézardes, ces interstices, laissent passer le soleil et la vie.
Bientôt, ma Belle, j’embarquerai pour le long voyage qui nous attend tous. Et c’est bien connu que l’on essaie d’alléger son fardeau avant de se mettre en route pour une telle expédition. Assurément, j’arrive après la soupe en t’écrivant cette lettre maintenant que nous sommes tous plus ou moins morts ou séniles, mais je m’en vais la griffonner quand même. Si tu vois cela d’un mauvais œil, tu n’auras qu’à jeter ce gribouillis. Mes paroles partent d’un bon sentiment. Je ne t’ai jamais voulu que du bien, tu le sais, ma chère Helga.

Challenge Voisins, voisines

 voisins_voisines_2013
Islande

 Challenge 2% Rentrée Littéraire 2013
logorl2013
11/12

Lu dans le cadre du  Défi Scandinavie blanche
dc3a9fi_scandinavie_blanche
Islande 

Challenge Cap au Nord 
cap_au_nord

 Challenge le nez dans les livres
challenge_le_nez_dans_les_livres

La Reine des Lectrices : 13/6

 Challenge Petit BAC 2013
petit_bac_2013
"Objet"

Posté par aproposdelivres à 06:36 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


10 octobre 2013

Qu'est-ce que je faisais le 10/10 à 10h10 ?

rdv_enna

Je participe au rendez-vous d'Enna du 10/10 à 10h10...

 Comme beaucoup d'entre nous, j'étais au travail... 

J'aurais pu faire presque la même photo que le 4/4... devant mes deux écrans...

P1010011_20

depuis, mon fond d'écran a un peu changé... mon bureau n'est pas mieux rangé !

P1010422

ou alors faire la photo de mes deux claviers...

 

Finalement, j'ai décidé de prendre en photo la vue que j'ai de ma fenêtre...

P1010425

Un hôpital, un peu de verdure... et le ciel, à 10h10, il était gris avec un soupçon de bleu !

 

Posté par aproposdelivres à 21:38 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

Le mystérieux Mr Kidder - Joyce Carol Oates

 Lecture Commune 
lecture_commune

"Un livre de Joyce Carol Oates"

le_myst_rieux_Mr_Kidder

Philippe Rey - mars 2013 - 235 pages

traduit de l'anglais (États-Unis) par Claude Seban

Titre original : A Fair Maiden, 2009

Quatrième de couverture :
Lolita postmoderne, Katya Spivak oscille entre la naïveté de ses seize ans et le cynisme d'une gamine élevée à la dure. Et, quand le vieux et distingué Mr Kidder l'aborde courtoisement, alors qu'elle a le nez collé à une vitrine de dessous sexy, elle réagit avec la méfiance polie qui convient. Pourtant, au fil des jours et de leurs rencontres, la jeune fille au pair en mal d'affection se laisse séduire par le charme et la générosité désintéressée que déploie à son égard cette sorte de grand-père de substitution.

Mais, derrière sa richesse, ses manières impeccables, ses talents artistiques, sa grande maison vide, ses tableaux bizarres, sa gouvernante et son chauffeur discrets, qui est le mystérieux Mr Kidder ? 
Joyce Carol Oates, on le sait, excelle à faire cheminer ses prétendus contes de fées - et ses lecteurs - sur des sentiers incertains frangés d'une sourde terreur. Elle nous en donne ici une fois de plus la preuve avec, au bout du malaise, la récompense d'un épilogue déconcertant...

Auteur :  Joyce Carol Oates est née en 1938 à l'ouest du lac Erié. Son père travaillait pour la General Motors. Elle passe une enfance solitaire face à sa soeur autiste et découvre, lorsqu'elle s'installe à Detroit au début des années 60, la violence des conflits sociaux et raciaux. Membre de l'Académie américaine des arts et des lettres depuis 2008, professeur de littérature anglaise à Princeton. Titulaire de multiples et prestigieuses récompenses littéraires (elle figure depuis des années sur la courte liste des Nobélisables), Joyce Carol Oates figure depuis longtemps au premier rang des écrivains contemporains. Elle a reçu le prix Femina étranger en 2005 pour Les Chutes.

Mon avis : (lu en septembre 2013)
Avec la première phrase "Cela commença innocemment. Alors que Katya Spivak avait seize ans et Marcus Kidder, soixante huit.", le ton du livre est donné... Ce livre est l'histoire de la relation étrange qui se noue entre Katya Spivak et Marcus Kidder.

Katya a seize ans, elle vient d'un milieu très modeste avec une famille absente. Pour l'été, elle a été embauchée dans une ville balnéaire loin de chez elle, comme nounou de deux petits enfants d'une famille bourgeoise. Une après-midi, alors qu’elle contemple la vitrine d’un magasin de lingerie, un vieil homme distingué lui glisse à l’oreille : "Et que choisiriez-vous, s’il vous était accordé un souhait ? ". Elle est surprise et gênée mais lui répond malgré tout poliment. Elle est à la fois méfiante et attendrie qu'on puisse lui porter une réelle attention.
Marcus est un homme cultivé, artiste et riche. Comme l'indique le titre du livre Marcus est mystérieux, il ne se dévoile pas beaucoup et c'est très tardivement qu'il expliquera ce qui l'attire chez Katya. Le lecteur émet peu à peu certaines hypothèses qui s'avèreront vraies ou fausses... Katya et Marcus sont très différents non seulement au niveau de l'âge mais également au niveau social et éducatif. Même méfiante, Katya est malgré tout attirée par cet homme qui pourrait être son grand père.
Tout au long du livre et jusqu'aux toutes dernières pages, Joyce Carol Oates maintient un suspense et une certaine tension. Tout au long du livre le lecteur se pose des questions sur ces deux personnages. Pourquoi Monsieur Kidder a-t-il abordé Katya ? Qu'attend il d'elle ? Pourquoi Katya est-elle attirée par Monsieur Kidder ?
La conclusion est à la fois surprenante et dérangeante... Une très belle découverte.

Extrait : (début  du livre)
Cela commença innocemment. Alors que Katya Spivak avait seize ans et Marcus Kidder, soixante-huit.
À Bayhead Harbor, New Jersey, dans la chaleur épaisse d'une fin de matinée, promenant dans son landau le bébé de dix mois des Engelhardt et tenant par la main Tricia, leur fille de trois ans, elle passait devant les boutiques prestigieuses et féeriques d'Océan Avenue - Bridai Shoppe, Bootery, Wicker House, Ralph Lauren, Lily Pulitzer, Bijoux Crowne, Place Setting, Pandora's Gift Box, Lingerie fine Prim Rose Lane - quand, alors qu'elle s'arrêtait pour admirer la vitrine de Prim Rose Lane, une voix résonna soudain à son oreille : «Et que choisiriez-vous, s'il vous était accordé un souhait ?»
Ce qui la frappa fut l'expression désuète : accorder un souhait. Comme dans un conte de fées.
À seize ans, elle était trop vieille pour croire aux contes de fées ; elle croyait en revanche à ce que pouvait promettre une voix masculine cordiale parlant de souhait.
Le sourire aux lèvres, elle se retourna. À Bayhead Harbor, commencer par un sourire était généralement une bonne idée. Car il était possible qu'elle connaisse cette personne, qui l'avait suivie, marchant à son allure à la limite de son champ de vision, et ne la dépassant pas comme les autres piétons quand elle s'attardait devant une vitrine. À Bayhead Harbor, où tout le monde était si aimable, il était naturel de se tourner en souriant même vers un inconnu, et elle fut un peu déçue de découvrir que cet inconnu était un vieux monsieur distingué aux cheveux blancs, vêtu d'une veste sport en seersucker couleur de melon mûr, d'une chemise et d'un pantalon en velours d'un blanc immaculé, et chaussé de mocassins de bateau, également blancs. Il avait des yeux d'un bleu de glace, fripés aux commissures par des années de sourire. À la façon d'un personnage romantique des vieilles comédies musicales de Hollywood - Fred Astaire ? Gene Kelly ? - il s'appuyait sur une canne d'ébène sculptée.
«Eh bien ! J'attends, ma chère. Quel est votre souhait ?»
La vitrine de Prim Rose Lane présentait des articles si soyeux et si intimes qu'il semblait très étrange que n'importe qui puisse les regarder, et plus perturbant encore d'être surpris à le faire. Katya y avait contemplé un caraco et une culotte de dentelle rouge - en soie, sexy, ridiculement chers - portés par un mannequin blond à la minceur élégante et au beau visage inexpressif, mais ce fut une chemise de nuit de mousseline blanche à parements de satin, de style victorien, présentée sur un mannequin aux cheveux nattés, qu'elle désigna. «Ça, dit-elle.
- Ah ! Votre goût est impeccable. Mais ne regardiez-vous pas autre chose ? Comme je vous le disais, ma chère, le choix vous appartient.»
Ma chère. Katya eut un rire hésitant. Personne ne parlait comme cela ; à la télé, dans les films, peut-être. Ma chère se voulait à la fois désuet et comique. Vous êtes si jeune, et je suis si vieux. Si je le reconnais par une plaisanterie, marquerai-je des points ?

mois_am_ricain 
Le Mois Américain :  "Un livre de Joyce Carol Oates"

50__tats
43/50 :  Wisconsin
diplômée de l'université de Wisconsin-Madison

Challenge Trillers et Polars
 88054471_o
catégorie "Même pas peur" :  6/25

 

Déjà lu du même auteur :

nous__tions_les_Mulvaney Nous étions les Mulvaney  fille_noire__fille_blanche Fille noire, fille blanche 

petite soeur, mon amour Petite sœur, mon amour mudwoman  Mudwoman

 

Posté par aproposdelivres à 06:09 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

09 octobre 2013

L'envolée sauvage : La Boîte aux souvenirs – Galandon et Monin

2013_10_06_140809 Bamboo – juin 2013 – 48 pages

Quatrième ce couverture :
Placées chez Berthe, une vieille guérisseuse engagée dans la résistance, Ada et Luçja, devenues Camille et Alice, vont une fois de plus être obligées de fuir pour survivre. Elles croient trouver la paix en zone libre dans une colonie d'enfants juifs protégés par le docteur Zimmerman. Malheureusement, en cet hiver 1942, les blindés nazis traversent la ligne de démarcation...

Auteurs : Laurent GALANDON, scénariste. Habite en Ardèche. Après des études en photographie, il exerce ce métier pendant quelques années avant de diriger un cinéma d'Art et d'essai. Les rencontres avec des cinéastes, des réalisateurs ou des comédiens attisent son envie d'écrire. En 2002, il quitte l'Ile de France pour la Drôme/Ardèche. Il participe pendant quelques mois à l'AtelierBD.com avant de présenter ses premières histoires aux éditeurs. Bamboo l'accueille dans son giron avec L'Envolée sauvage et provoque la rencontre avec Arno Monin. D'autres projets sont nés chez Bamboo, dont Gemelos, dans la collection Grand Angle (sortie du tome 2 en janvier 2008).

Arno MONIN, dessinateur. Habite à Nantes. Après avoir passé un bac littéraire puis une année à la fac en histoire de l'art, Arno Monin intègre une école d'arts appliqués qui proposait la formation dessin animation bande dessinée. En cours de formation, un projet bd commence à le démanger. Il s'y consacre alors à plein temps afin de le présenter à des éditeurs, jusqu'à la bonne rencontre avec Bamboo Édition... L'Envolée sauvage est son premier album.

Mon avis : (lu en octobre 2013)
Ce quatrième tome de la série est le deuxième et la fin du deuxième cycle. Nous retrouvons Ada et Luçja, qui dénoncées, ont été obligées de quitter Berthe, la vieille guérisseuse résistante. Elles réussissent à passer en zone libre et sont recueillies par le couple Zilbermann qui tiennent une institution d'enfants. Mais les blindés allemands vont franchir la ligne de démarcation et fini la zone libre... Les Zilbermann vont être arrêtés et les enfants vont réussir à fuir et à se cacher dans la forêt. Gabor, le cuisinier gitan va les aider et les conduire en Suisse... 
Ada et Lucja sont très attachantes et courageuses. Ada invente des histoires pour les plus jeunes, elle fait parti des grands du groupe. 
Les dessins sont d'une grande douceur et pourtant il est question de sujets difficiles, de torture, de guerre, de camps. Le côté historique est également bien traité, le récit se passe de 1942 à 1945 après la Libération.

Extrait : début du livre

album_page_large_19865

Déjà lu des mêmes auteurs :

Cycle I : envoleesauvage01_  envoleesauvage02_
L'envolée sauvage : La Dame blanche 
L'envolée sauvage : Les Autours des palombes

Cycle II : l_envol_e_sauvage3 
L'envolée sauvage : Le Lapin d'Alice

 Challenge Petit BAC 2013
petit_bac_2013
"Objet"

Posté par aproposdelivres à 06:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 octobre 2013

Des souris et des hommes - John Steinbeck

des_souris_et_des_hommes_audio Des_souris_et_des_hommes_gallimard des_souris_et_des_hommes_ldp1949 des_souris_et_des_hommes_folio1972 des_souris_et_des_hommes_folio2 des_souris_et_des_hommes_folio1988 des_souris_et_des_hommes_folioplus des_souris_et_des_hommes_FL2010 des_souris_et_des_hommes_folio2011

Gallimard - juin 2004 - 3h20 - Lu par Lorant Deutsch, Bernard-Pierre Donnadieu, Jacques Gamblin, Jean-Yves Berteloot, Nathalie Bienaimé, Loïc Houdré, Roger Jacquet, Jean-Claude Leguay, Pascal N'Zonzi, Christophe Reymond et Michel Robin

Gallimard - avril 1939 - 224 pages

Livre de Poche - 1949 - 192 pages

Folio - février 1972 - 192 pages

Folio - janvier 1988 -

Folioplus - juin 2005 - 

France Loisirs - 2010 - 

Folio - novembre 2011 - 174 pages

traduit de l'anglais (États-Unis) par Maurice-Edgar Coindreau

Titre original : Of Mice and Men, 1937

Quatrième de couverture :
En Californie, pendant la Grande Crise, Lennie et George vont de ferme en ferme. Ils louent leurs bras en attendant le jour où ils auront leur ferme à eux, avec un petit bout de luzerne pour élever des lapins. Lennie, malgré sa taille de colosse, n'a pas plus de malice qu'un enfant de six ans ; George veille sur lui, le protège du monde qui n'est pas tendre aux innocents. Le soir, ils se racontent leur rêve, celui de la maison et des lapins. Mais allez savoir pourquoi, les rêves de certains finissent toujours en cauchemars.

Auteur : D'origine irlandaise et allemande, John Steinbeck est né en 1902 à Salinas, petite ville de Californie. Ses premiers livres eurent peu de succès, le quatrième, Tortilla Flat, paru en 1935, le met en vedette du jour au lendemain. Prix Nobel de littérature en 1962, il est mort à New York en 1968.

Mon avis : (écouté en septembre 2013)
Voilà un classique de la littérature américaine, que je regrette de ne pas avoir lu plus tôt... Cette courte histoire est un magnifique conte sur l'amitié et l'acceptation de la différence. En Californie du début du XXe siècle, George Milton et Lennie Small sont deux amis qui errent sur les routes en travaillant comme journaliers de ranch en ranch. Ils partagent depuis toujours le même rêve : posséder un jour une petite exploitation, pour y vivre « comme des rentiers » et y élever des lapins.
George et Lennie sont des personnages bouleversants et très attachants. Lennie a un esprit d'enfant dans un corps d'homme doté d'une force qu'il ne contrôle pas. Georges est plus menu, il est intelligent et il a du coeur, il est toujours là pour veiller sur Lennie.
La beauté de l'histoire, c'est la justesse des mots que Steinbeck utilise. Avec beaucoup de simplicité, il plante le décor, les personnages et l'essentiel de l'intrigue, le lecteur est invité à imaginer et à ressentir l'ensemble de l'histoire. Avec la version audio, c'est encore plus vrai d'autant que pour ces 3h20 de lecture, plus de dix lecteurs comédiens ont prêté leur voix. 
Un vrai coup de coeur qui me donne envie de lire d'autres livres de Steinbeck comme Les Raisins de la colère...

Les adaptations de cette oeuvre sont nombreuses :

ofmiceandmen1939p1  des_souris_et_des_hommes_affiche_1939

Films : 1939 : Des souris et des hommes de Lewis Milestone

des_souris_et_des_hommes_film

1992 : Des souris et des hommes de Gary Sinise

Téléfilms :

1971 : Des souris et des hommes de Paul Blouin

1981 : Des souris et des hommes de Reza Badiyi

Bande dessinée :  Souris_et_des_hommes_BD

2009, en noir et blanc : Des souris et des hommes  de Pierre-Alain Bertola (scénario et dessin)

 Autres avis : Sandrine

Note :  ♥♥♥♥♥

 

mois_am_ricain 
Le Mois Américain

 

50__tats
44/50 :  Californie

 

Challenge Petit BAC 2013
petit_bac_2013
"Animaux"

Déjà lu du même auteur : 

lune_noire_p1 Lune noire

 

Posté par aproposdelivres à 06:21 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

07 octobre 2013

C'est lundi, que lisez-vous ? [142]

 BANNIR
(c) Galleane

C'est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane  

Qu'est-ce que j'ai lu cette semaine ? 

volt mudwomanle_premier_qui_pleure 2013_09_22_172750 

Volt - Alan Heathcock 
Mudwoman - Joyce Carol Oates 
Le premier qui pleure a perdu - Sherman Alexie 
de Gaulle à la plage - Jean-Yves Ferri 

Qu'est-ce que je lis en ce moment ?

Le quatrième mur - Sorj Chalandon

Que lirai-je cette semaine ?

Le Démon des brumes - Luc Blanvillain (partenariat)
Des livres pour le Challenge du Mois Américain
Double jeu - Jean-Philippe Blondel
Kinderzimmer - Valentine Goby

Bonne semaine et bonnes lectures !

Posté par aproposdelivres à 06:28 - - Commentaires [13] - Permalien [#]