09 décembre 2013

Challenge Voisins Voisines continue en 2014 !

Après Kathel (Lettres Exprès) qui a créé le Challenge Voisins Voisines,
et Anne (Des mots et des notes) qui l'a poursuivi jusqu'à fin 2013,
j'ai le plaisir de prendre relais pour 2014.

  voisin_voisine     voisins-voisines-version-curlz

Le but est de lire des romans européens (hors France), de découvrir la littérature contemporaine de nos "voisins et voisines". De l'Islande à la Grèce, de l'Espagne à la Norvège en passant par l'Albanie, l'Ukraine, les Pays-Bas... 

Je garde les mêmes règles pour le challenge que celles créées par Kathel et définies par Anne :

- Nous lisons bien des romans, jeunesse ou adultes ou polars… et rien que des romans.

- Nous considérons que la littérature contemporaine implique des livres publiés à partir de 1960. L’auteur peut être décédé ou non.

- Seuls les traductions participent au challenge, le but étant de mettre ces romans européens à la portée de tous, tout le monde ne peut pas lire en V.O. et il existe d’autres challenges qui permettent de lire en V.O.

Un billet récapitulatif 2014, sur lequel vous pourrez déposer les liens vers vos billets, sera mis en ligne dès le 1e janvier, mais vous pouvez déjà vous inscrire ici, dans les commentaires ! 

logo_voisins_voisines_2014_h300

Pas de challenge sans un logo.
Voici donc un petit nouveau que j'ai conçu à partir d'une photo prise à Dublin (Source)

 

Participants pour 2014 :
Argali - Asphodèle - CaroMleslivres - Clara - Coccinelle - Eimelle - Liliba - L'or rouge - LystigMaïne - Manika - Marjorie - monpetitchapitre - Nadael - Philisine Cave - Sharon - Syannelle - 
Valérie - Virgule - Vues de Budapest - XL -
 Aproposdelivres 

 Bonnes lectures européennes à tous !

 

Posté par aproposdelivres à 06:25 - - Commentaires [100] - Permalien [#]
Tags : , ,


C'est lundi, que lisez-vous ? [151]

68795282_p

 (c) Galleane

C'est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane  

Qu'est-ce que j'ai lu cette semaine ? 

les gosses dent-d-ours,-tome-1---max-4181372 2013-11-17_164113 9782205071436FS 

Les gosses - Valérie Clo 
Dent d'ours - tome 1 : Max - Yann et Alain Henriet (BD)
Comme les doigts de la main - Olivier Adam 
Pico Bogue, Tome 6 : Restons calme (BD)

Qu'est-ce que je lis en ce moment ?

Ainsi résonne l'écho infini des montagnes - Khaled Hosseini (partenariat Belfond)

Que lirai-je cette semaine ?

La pendue de Londres - Didier Decoin
Tony Hogan m'a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman - Kerry Hudson (partenariat Philippe Rey)
Dans le ventre des mères - Marin Ledun (partenariat J'ai Lu)
Au revoir là-haut - Pierre Lemaitre

Bonne semaine et bonnes lectures !

Posté par aproposdelivres à 06:15 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

08 décembre 2013

Pico Bogue, Tome 6 : Restons calme

9782205071436FS Dargaud - novembre 2013 - 48 pages

Présentation éditeur :
Dans Restons calmes, tome 6 des histoires de Pico Bogue, Dominique Roques et Alexis Dormal nous donnent un aperçu de ce que peuvent être des vacances avec Pico et sa petite soeur Ana Ana, enfants terribles de la bande dessinée !

Auteurs : Dominique Roques, mère d'Alexis Dormal, est née en 1948 à Casablanca. Elle a eu deux fils, dont l'un s'est mis à dessiner. Ainsi en 2005, après s'être intéressée aux dessins de son fils, elle écrit des scénarios.

Alexis Dormal, fils de Dominique Roques, né en 1977 à Bruxelles. Plus tard, diplômé d'une école belge de réalisation cinéma/télévision, il part étudier le dessin à l'école Émile Cohl, à Lyon. Maintenant, il dessine et sa maman écrit les bulles...

Mon avis : (lu en décembre 2013)
Dans le cinquième album, nous l'avions quitté Pico et Ana Ana furieux d'être abandonnés par leur parents pendant une semaine de vacances. Dans ce sixième épisode des aventures de Pico Bogue, nous retrouvons Pico, Ana Ana et Antoine, leur oncle, dans la voiture en direction de la mer et des vacances... sans les parents ! Comme prévu, les enfants vont réussir à passer de bonnes vacances, en embobinant bien leur oncle, les bêtises petites et grosses sont de la partie et bien sûr les nombreux mots d'enfants... Des vacances inoubliables !
En ce début d'hiver, accompagner Pico et Ana Ana au bord de la mer, cela donne le sourire !

Extrait :

PlancheA_199449

Verso_199449

Déjà lu des même auteurs : 

picobogue  Pico Bogue tome 1 : La vie et moi

pico_bogue_T2  Pico Bogue tome 2 : Situations critiques

pico_bogue_T3 Pico Bogue tome 3 : Question d'équilibre

5468  Pico Bogue, Tome 4 : Pico love 

9782205068153_150 Pico Bogue, Tome 5 : Légère contrariété

Posté par aproposdelivres à 11:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 décembre 2013

Comme les doigts de la main - Olivier Adam

2013-11-17_164113 Ecole des Loisirs - mars 2005 - 125 pages

Quatrième de couverture :
Chloé a une hanche qui se bloque à cause d'un petit bout

d'os mort. Antoine a un doigt retourné, plié en deux pendant un cours de tennis. Les voilà qui partagent la même chambre d'hôpital, un soir d'hiver, avant leurs opérations respectives. Leurs regards se croisent, s'attrapent, se reconnaissent. Très vite, ils se découvrent un autre point commun. Ils sont tous deux orphelins de père, et un peu morts depuis, à l'intérieur. Il neige sur le fleuve. La nuit est éclairée par des cracheurs de feu. Antoine a envie d'entraîner Chloé. Chloé a envie de se laisser entraîner par Antoine. Ce qu'ils vont partager, cette nuit-là, c'est bien plus qu'une chambre d'hôpital, bien plus que des souvenirs de blessures, bien plus que la peur du lendemain.

Auteur : Olivier Adam est né en 1974. Après avoir grandi en banlieue et vécu à Paris, il s'est installé à Saint-Malo. Il a publié Je vais bien, ne t'en fais pas (2000) et Passer l'hiver (Goncourt de la nouvelle 2004), Falaises, A l'abri de rien (prix France Télévisions 2007 et prix Jean-Amila-Meckert 2008), Des Vents contraires (Prix RTL/Lire 2009), Le Cœur régulier (2010), Les lisières (2012).

Mon avis : (lu en décembre 2013)
Antoine et Chloé font connaissance un soir dans une chambre d’hôpital. Ils vont passer la nuit à faire connaissance, à se confier leurs angoisses, leurs envies... Ils ont un point commun, tous deux sont orphelins de père. Ils vont partager une nuit inoubliable. Le lendemain, au réveil, ils sont séparés sans avoir pu se donner leurs coordonnées. Chloé était déjà partie au bloc lorsqu'Antoine se réveille.
Le lecteur découvre cette histoire à travers le récit alterné, un chapitre sur deux, d'Antoine et Chloé. L'un et l'autre ont repris leur vie quotidienne, ils ne peuvent pas oublier cette nuit spéciale et l'un et l'autre vont tous faire pour se retrouver.
Une très jolie histoire pleine d'émotion.

Extrait : (début du livre)
Depuis cette nuit à l'hôpital, je ne peux pas voir une fille dans la rue, un peu plus loin devant moi, avec des cheveux noirs qui tombent jusqu'au milieu du dos, sans presser le pas, sentir dans ma poitrine et dans mes tempes le coeur qui bat, accélérer encore, me porter à sa hauteur, la dévisager et être déçu à en pleurer, déçu à m'en bouffer les dents.
Et pourtant. Je ne l'ai connue que le temps d'une nuit.
Une nuit et pas plus.
Une nuit et elle me manque à en crever. Et elle me manque comme manque l'air pour respirer.
Une nuit et maintenant, je vis comme un poisson hors de l'eau. J'ouvre grand la bouche mais j'étouffe.
Thomas dit que j'en rajoute. Que je la connais à peine. Que je me complais là-dedans parce que ça m'évite de regarder la vie en face, de la prendre en main et pourquoi pas de vraiment la vivre.
Il a peut-être raison. Mais je ne vois pas ce que ça change.
- Si ça se trouve, tu ne la reverras jamais, dit-il. Ou bien tu la croiseras dans dix ans, amoureuse folle d'un surfeur et mère de huit enfants. Tu vas pas vivre toute ta vie dans le souvenir d'une nuit.

Déjà lu du même auteur :

a_l_abris_de_rien_p A l'abri de rien    falaises Falaises  
 Des_vents_contrairesDes vents contraires  je_vais_bien_ne_t_en_fait_pas_p Je vais bien, ne t'en fais pas
 le_coeur_r_gulier  Un cœur régulier    kyoto_limited_Express  Kyoto Limited Express  

a_l_ouest_p  A l'ouest  les_lisi_res Les lisières

 Challenge Petit BAC 2013

petit_bac_2013
"Partie du corps"

Posté par aproposdelivres à 17:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


04 décembre 2013

Dent d'ours - tome 1 : Max - Yann et Alain Henriet

dent-d-ours,-tome-1---max-4181372 Dupuis - mai 2013 - 56 pages

Présentation éditeur :
Quand Max est mis aux arrêts pour trahison, sa vie bascule. Pilote dans l'US Air Force, Max dit "le Polak" a émigré aux États-Unis pour fuir la persécution nazie en Europe. Né en Haute-Silésie, de famille juive polonaise, Max s'est engagé dans l'armée américaine, où il sert sur une base aérienne du Pacifique. Pris pour un autre, il est soupçonné d'être un espion nazi, victime de sa ressemblance avec l'Allemand Werner Königsberg, né comme lui en Haute-Silésie, et qu'il a effectivement connu quand il était enfant, lorsqu'il rêvait d'aviation avec lui et la petite Hanna.
Un récit de guerre et d'aviation, à la croisée du drame psychologique, de l'aventure réaliste et de l'histoire d'espionnage.

Auteurs : Yann Lepennetier, dit Balac ou Yann, est un auteur de BD. 
Après ses débuts dans la publicité et l’architecture, ce Marseillais s’est lancé dans la bande dessinée en 1974 en dessinant pour Spirou à Bruxelles où il habite désormais. 
Remercié par le journal pour dessins irrévérencieux, il avait noué des liens forts de franche camaraderie avec Conrad avec qui il a notamment réalisé les Innommables en 1980 et lancé la Tigresse blanche en 2005. 
Ses premiers scénarios l’avaient conduit dans l’univers de Franquin avec le Marsupilami en 1989 et de Gosciny avec Lucky Luke sans oublier son one-shot sur une aventure de de Spirou.
Il écrit depuis pour de nombreux dessinateurs comme Berthet (Pin Up, Yoni, les exploits de Poison Ivy), Simon Léturgie (Spoon White), Félix Meynet (les Eternels) avec ou encore Herval (Tiffany), René Hausman (Les Trois cheveux blancs, Le Prince des écureuils), Yslaire (Sambre), Joël Parnotte (Le Sang des Porphyre).
Sa production est très diversifiée, avec des séries humoristiques, voire la reprise de classique (Le Marsupilami, avec Batem, Lucky Luke, avec Morris, Kid Lucky avec Conrad (sous le pseudonyme commun Pearce) et Jean Léturgie). 
Sa série Narvalo dessinée par Erik Juszezak devrait voit son épilogue en 2008 avec un second tome en plus de 54 planches. Le Sang des Porphyres est prévu en 4 albums dont 2 sont parus. Son actualité est par nature riche. En 2008 il a sorti le 2ème tome de Tiffany et le 3ème des exploits de Poison Ivy.

Né le 15 février 1973, Alain Henriet nourrit dès son plus jeune âge ses appétits bédéphiles dans les Stranges qu'il achetait en occasion sur les marchés, mais également dans Mickey Magazine, puis dans diverses séries de chez Dupuis. Il s'inscrit à l'académie des beaux-arts de Liège. Ses premières publications arriveront à cette époque, il participera à l'aventure du magazine ''Brazil'' dans les trois numéros existants. 
À la même époque, toujours à l'académie de Liège, Alain gagne un concours de BD organisé par le journal de Spirou (deux planches publiées dans le numéro 3044), il se retrouve à jongler dans sa dernière année d’études entre la rédaction du journal (où il était en stage) et l'école. De là naîtront ses premières planches dans le journal de Spirou. 
En 1998, Alain est engagé à la rédaction de Spirou magazine comme correcteur et maquettiste. Il y travaille toujours, mais uniquement le mardi. C'est lors d'un festival qu'il rencontre Olivier Vatine. Celui-ci préfère la première version d'Une pizza à l'oeil à leur projet de S.F. Le soir même, ils décident de relancer la machine du tueur aux péripéties humoristiques. De là suivra la trilogie "John Doe "aux éditions Delcourt. La série finie, les protagonistes décident de prendre chacun leur envol. 
À cette même époque, Olivier Vatine cherchait un dessinateur pour la série "Golden Cup". Fort de leur collaboration sur John Doe, celui-ci propose la série à Alain. De là suivra la collaboration avec le scénariste Daniel Pecqueur et, par la suite, la rencontre avec Manchu (grand spécialiste de science fiction) pour les designs très réalistes des véhicules. 
Alain signera également avec les éditions Dupuis pour un album : "Pandora Box".
Aujourd'hui, il collabore avec Yann pour la série" Dent d'Ours" aux éditions Dupuis. 

Mon avis : (lu en décembre 2013)
J'ai ouvert cette Bande Dessinée car je trouvais superbe le dessin de la couverture et j'ai été plongée dans une histoire d'amour et d'espionnage. Tout commence dans les années trente en Silésie, Max, Werner et Hanna sont trois amis inséparables qui rêvent d'aviation. Mais nous sommes à la veille de la Seconde Guerre Mondiale, le nazisme est en train de monter dans cette région allemande. Max est juif d'origine polonaise, Hanna et Werner sont d'origines allemandes. Max va quitter la Silésie pour se réfugier aux Etats-Unis avec sa famille, Werner et Hanna vont être enrôlés dans les jeunesses hitlériennes pour réaliser leur grand rêve de piloter des avions.
Ce premier tome est un mélange de flash back et de présent. Il s'attache au personnage de Max que nous retrouvons comme pilote dans l'US Air Force.

Les dessins et les couleurs sont magnifiques. Pour les connaisseurs, les avions sont très bien dessinés et reprennent d'authentiques modèles de l'époque.
Une bande dessinée très agréable à lire et maintenant j'attends la suite de l'histoire avec le prochain album !

 

 Extrait : (début du livre)

9782800157221_p_5  9782800157221_p_4 9782800157221_p_6 dent-d-ours,-tome-1---max-4370022 

 Challenge Petit BAC 2013

petit_bac_2013
"Partie du corps"

 

 

Posté par aproposdelivres à 09:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 décembre 2013

Les gosses - Valérie Clo

les gosses Buchet Chastel - avril 2013 - 176 pages

Quatrième de couverture : 
« Je fais souvent le même rêve, enfin plutôt le même cauchemar. Mes enfants se transforment, ils ont des bras et des jambes immenses qui traversent l'appartement et sortent par les fenêtres. Ils prennent de plus en plus d'espace. Je suis obligée d'enlever toutes les portes. Je les regarde se développer ainsi, impuissante, et j'ai peur qu'ils m'écrasent. »

Une mère, la quarantaine, divorcée, légèrement dépassée. Et ses trois gosses : deux ados et une petite fille. Situations désopilantes, moments de crise et fous rires. Le portrait sans fard d’une famille du XXIe siècle.

Auteur : Valérie Clo vit en région parisienne et travaille dans l'audiovisuel. Elle a publié Plein soleil.

Mon avis : (lu en décembre 2013)
La narratrice est une femme de 42 ans, divorcée qui élève ses trois enfants : un ado de dix-huit ans qui a raté son bac et qui a décidé de travailler plutôt que reprendre des études, une ado de seize ans toujours à la mode et critique et la petite dernière âgée de neuf ans obscédée par le bio et l'écologie... Cette mère de famille nous raconte son quotidien, les exigences de ses enfants, ses réflexions sur le temps qui passe, ses échanges avec son ex-mari, sa mère intruisive...
Ce livre se lit facilement et rapidement. Cette famille est plutôt caricaturale : l'ado avachi sur le canapé, qui vide le frigo, la mère qui fait honte à sa grande fille... Cette famille n'a aucun prénom : "ma fille, la grande", "mon fils", "la petite"
Quelques situations m'ont fait sourire, cela fait relativiser avec ce qui se passe réellement chez soi. La fin du livre est un peu brutale, comme s'il fallait attendre une suite ?

 

Extrait : (début du livre)
Depuis quelques mois, je ne sais pas ce que j’ai, je n’arrête pas de regarder les femmes qui ont passé la cinquantaine. Je fais une sorte de tri mental entre celles qui sont encore séduisantes et les autres, celles qui sont passées de l’autre côté, qui en quelque sorte ont déjà renoncé. Quand j’en vois une qui a du charme, je ne la quitte plus des yeux, j’essaie de comprendre comment elle fait. Est-ce parce qu’elle s’entretient ou est-ce ce qui émane d’elle qui la rend aussi belle ? J’ai envie d’aller l’embrasser, lui demander quel est son secret, lui dire à quel point elle me fait du bien. Qu’elle continue comme ça, elle est un espoir pour toutes les femmes. Elle donne envie de vieillir. Est-ce que je peux la prendre en photo ?

Il m’arrive aussi de plus en plus souvent de vieillir les gens. Je regarde quelqu’un et je lui donne plus qu’il n’a en réalité. Pas plus tard qu’hier, j’ai donné cinquante-cinq ans à une femme qui témoignait à la télé. Son âge s’est affi ché en bas de l’écran : quarante-deux ans. Le mien. J’ai couru me regarder dans la salle de bains. Je me suis dit que ça y était, je ne me rendais plus compte de mon âge. Ma mère soutient qu’il arrive un moment dans la vie où on ne se voit plus tel que l’on est. On a une image de soi, le plus souvent jeune bien sûr, qui s’est imprimée dans notre mémoire et qui ne correspond plus à notre âge dans la réalité. Eh ben ça y est, je suis en plein là-dedans.
Au mois de juin dernier, mon fils a raté son bac. Pour la rentrée, il a pris une grande décision : réfléchir au sens qu’il veut donner
à sa vie. En attendant de trouver, il a décidé de faire des petits boulots pour se confronter au monde du travail et savoir s’il veut
poursuivre ses études après. Son père, mon ex-mari, lui a rigolé au nez et lui a dit qu’il ne lui donnait pas trois mois avant de se réinscrire en terminale pour repasser son bac. Qu’il allait vite se rendre compte de l’importance des études pour faire un vrai métier. Mon fi ls lui a signalé que si avoir un vrai métier, c’était de se faire exploiter comme lui à longueur d’année, pour ensuite être viré comme un con à cinquante ans, ça ne lui donnait pas envie. Il préférait encore profiter de la vie.

Challenge Petit BAC 2013
petit_bac_2013
"Gros mot"

Posté par aproposdelivres à 07:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

02 décembre 2013

C'est lundi, que lisez-vous ? [150]

68795282_p

 (c) Galleane

C'est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane  

Qu'est-ce que j'ai lu cette semaine ? 

91768788 91738612 90944409 90620842_p

La cité des jarres - Arnaldur Indridason 
Les faibles et les forts - Judith Perrignon 
La mécanique du bonheur - David Bergen 
Smilla et l'amour de la neige - Peter Høeg

Qu'est-ce que je lis en ce moment ?

Les gosses - Valérie Clo

Que lirai-je cette semaine ?

La pendue de Londres - Didier Decoin
Ainsi résonne l'écho infini des montagnes - Khaled Hosseini (partenariat Belfond)
Tony Hogan m'a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman - Kerry Hudson (partenariat Philippe Rey)
Dans le ventre des mères - Marin Ledun (partenariat J'ai Lu)
Au revoir là-haut - Pierre Lemaitre

Bonne semaine et bonnes lectures !

Posté par aproposdelivres à 06:21 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

01 décembre 2013

Smilla et l'amour de la neige - Peter Høeg

 Lu dans le cadre du Challenge Un mot, des titres...
un_mot_des_titres

Le mot : AMOUR

smilla_et_l_amour_de_la_neige_seuil smilla_et_l_amour_de_la_neige_fl smilla smilla_et_l_amour_de_la_neige_points smilla_et_l_amour_de_la_neige_pts

Seuil - 1995

France Loisirs - 1996 

Points - octobre 1996 - 520 pages

traduit du danois par Alain Gnaedig et Martine Selvadjian

Titre original : Frøken Smillas fornemmelse for sne, 1992

Quatrième de couverture :
Smilla connaît la neige. Groenlandaise, expatriée au Danemark, elle garde de son enfance une perception aiguë et un amour incommensurable pour les paysages immaculés. Quand le petit Esajas se tue en tombant du toit d'un immeuble, elle ne croit pas à un accident. Smilla sait lire les empreintes de la neige: ce ne sont pas celles d'un enfant qui jouait, mais celle d'une proie qui cherchait à s'enfuir...

"Quand on a l'habitude de la neige, on ne laisse pas de telles empreintes."

Auteur : Peter Høeg a grandi, fait ses études et vécu à Coppenhague jusqu'en 1984. Après une période incertaine durant laquelle il fut entre autres globe-trotter, marin, professeur de sport et danseur, il publie en 1988 son premier roman : L'histoire des rêves danois.
Il a connu la célébrité avec son roman Smilla et l'amour de la neige (1992), qui lui a valu le prix Clé de verre. 
On lui doit aussi "La Petite Fille silencieuse" (2007), "Les Enfants des cornacs" en (2011).

Mon avis : (lu en novembre 2013)
A Copenhague, peu avant Noël, le petit Esajas, un garçon groenlandais de six ans, se tue en tombant du toit d'un immeuble. La police conclut à un accident. Mais Smilla Jaspersen n'est pas de cet avis. Elle connaît l'enfant. Et, surtout, Smilla est métisse danoise et groenlandaise, depuis son enfance à Thulé, elle "connaît" la neige. Elle décide donc de mener sa propre enquête. Dans une ambiance glaciale, et des paysages blancs, l'intrigue va nous mener à travers le Groenland jusqu'à son extrême nord.
L'enquête est passionnante, Smilla est un personnage complexe mais très attachant. Elle cherche son identité à travers ses origines inuit et scandinave, ses deux cultures.
C'est à la fois un thriller, un roman d'anticipation, un roman d'amour et un roman d'aventure... Une très belle découverte.

 smilla_portrait_w193h257

Le livre a été adapté au cinéma et réalisé par Bille August en 1997 avec dans les rôles principaux : Julia Ormond, Gabriel Byrne, Richard Harris et Vanessa Redgrave.

Merci à Natiora qui m'a offert ce livre l'année dernière pour le Swap Nordique - édition de Noël.

Extrait : (début du livre)
Il gèle, un extraordinaire -18° ; il neige et, dans la langue qui n'est plus la mienne, cette neige est qanik - de gros cristaux planent presque en apesanteur, s'amoncellent sur le sol et le recouvrent d'une couche de gelée blanche et poudreuse.
L'obscurité de décembre s'élève de la tombe, elle semble aussi illimitée que le ciel au-dessus de nous. Dans cette obscurité, nos visages ne sont plus que des disques faiblement éclairés mais, même ainsi, je note la réprobation du pasteur et du bedeau devant mes bas résille noirs et devant les gémissements de Juliane accentués depuis que les effets du disulfirame, pris tôt ce matin, se sont dissipés. Elle est presque dégrisée pour affronter le chagrin. Ils considèrent que nous ne respectons ni le temps ni les tragiques circonstances. La vérité, c'est que les bas comme les cachets sont, chacun dans leur genre, un hommage au froid et à Esajas.

Challenge Petit BAC 2013
petit_bac_2013
"Météo"

Challenge Trillers et Polars
 88054471_o
catégorie "Même pas peur" :  14/25

 Challenge Voisins, voisines

voisins_voisines_2013
Danemark

  Défi Scandinavie noire 2012

dc3a9fi_scandinavie_noire
Danemark

Challenge Cap au Nord
cap_au_nord

logo_challenge_obj_pal_swap
Année 2013 

challenge_ma_premi_re_lecture_dun_auteur
Ma 1ère lecture
d'un auteur : 9/13

Posté par aproposdelivres à 08:41 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

29 novembre 2013

La mécanique du bonheur - David Bergen

Lu en partenariat avec les éditions Albin Michel

la_m_canique_du_bonheur Albin Michel - octobre 2013 - 304 pages

traduit de l’anglais (Canada) par Hélène Fournier

Titre original : The Matter with Morris, 2010

Quatrième de couverture : 
Quand Morris Schutt, un journaliste important, passe en revue l’année qui vient de s’écouler, il ne peut que constater que tout autour de lui n’est que désastre, à commencer par sa famille.
Son fils a été tué en Afghanistan, sa femme psychiatre de renom s’éloigne de plus en plus, sa fille a l’air d’avoir une liaison avec un de ses professeurs et son journal l’a mis en congé pour une durée indéterminée.
Suite à l’une de ses chroniques, il entretient une correspondance avec la femme d’un fermier du Minnesota qui a, elle aussi, perdu un fils en Afghanistan.
Morris Schutt veut retrouver le goût de la vie et du bonheur. Quoi de plus naturel que d’interroger les grands philosophes en quête de vérité : Cicéron, Platon, Socrate ? Ou peut-être vaut-il mieux chercher le bonheur sur un site de rencontre ? Mais le bonheur est-il si facile à atteindre ?
Avec le charme et l’intelligence qui lui sont propres, La mécanique du bonheur est une dissection brillante de la vie d’un homme, à un moment critique, et de celle de sa famille, qui refuse de le laisser tomber.
David Bergen nous éblouit par son écriture, sa sensibilité et son humour ironique. Avec ce nouveau roman, il prouve une fois encore qu’il est un formidable connaisseur de la complexité humaine.

Auteur : Salué comme l'un des meilleurs écrivains canadiens contemporains, David Bergen a déjà publié quatre romans : Une année dans la vie de Johnny Fehr (2000), Juste avant l'aube (2002), Un passé envahi d'ombres (2007) et Loin du monde (2010). Son oeuvre a été récompensée par le Giller Prize, le Margaret Laurence Award et le Carol Shields Book Award.
Il vit à Winnipeg, dans la province du Manitoba.

Mon avis : (lu en novembre 2013)
Morris Schutt est chroniqueur pour la presse, chaque semaine il écrit un billet d'humeur apprécié des lecteurs. Mais le jour où il apprend que son fils a été tué en Afghanistan, tout s'écroule autour de lui... Sa femme le quitte, le journal le met en congé car il met trop de lui dans ses billets d'humeur, sa fille aînée lui refuse de voir son petit fils... 
J'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire, sans doute le côté « tout va mal » qui n'est pas très attirant. Mais peu à peu, lorsque l'on voit  Morris se débattre pour continuer à vivre, pour se sortir du chagrin qui engloutit tout, le voir culpabiliser vis à vis du départ de son fils pour l'Afghanistan, il devient touchant et attachant. 

Merci Claire et les éditions Albin Michel pour m'avoir permis de découvrir ce livre.

Autres avis : Mr Canel, Clara

Extrait : (début du livre)
Morris Schutt, cinquante et un an, était un journaliste estimé et lu par beaucoup, responsable d'une chronique hebdomadaire dans laquelle il décrivait la vie d'un homme de cinquante et un ans qui roulait en Jaguar, était marié à une psychiatre, jouait au basket pour s'amuser, avait une passion pour les romanciers juifs, souffrait légèrement d'acouphènes, faisait l'amour une ou deux fois par semaine suivant la quantité de vin que sa femme et lui buvaient, et s'occupait de sa mère, une hypocondriaque à la limite de la narcolepsie. Il y avait un fils aussi, qui venait d'avoir vingt ans et qui teignait les cheveux de sa mère toutes les six semaines. C'était un garçon doux et fainéant. Il avait essayé l'université, n'avait pas aimé, avait laissé tomber. Il jouait au poker en ligne. Il fumait trop d'herbe. On craignait qu'il deale, même s'il y avait pire que vendre de la dope - aborder des femmes âgées et leur voler leur sac à main, par exemple, ou avoir des rapports sexuels avec des animaux. Morris rêvait de vérité, de beau et de bien dans sa chronique, et même s'il ne pouvait pas en être sûr, il pensait que l'espoir nous sauve. Les lecteurs répondaient par des commentaires optimistes. Ils appréciaient le regard désabusé de Morris sur le monde, son scepticisme sardonique, son « honnêteté carrée », son déni affiché de l'espace privé et l'apparente ouverture d'esprit de sa famille. Comme c'est la cas avec la plupart des chroniqueurs, les lecteurs croyaient que, Morris écrivant à la première personne, la vie qu'il dépeignait était la sienne.

 Challenge Petit BAC 2013
petit_bac_2013
"Sentiment"

 Challenge 4% Rentrée Littéraire 2013
logorl2013
23/24

 

Posté par aproposdelivres à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,