24 août 2014

La boîte à musique - Jean-Michel Defromont

0228575_ boitemusique la-boite-a-musique-3236943-250-400

Science et Service - 1984 - 285 pages

Editions Quart Monde - 1989 - 284 pages

Editions Quart Monde - 1998 - 284 pages

Quatrième de couverture :
La vie est dure, rue des Orchidées, mais un jour, une mystérieuse boite à musique vient y glisser ses notes d'espoir... Dès les premières lignes, David nous plonge dans son monde. Avec ses mots à lui, c'est toute une enfance qui se raconte. Ce n'est pas tout à fait un roman : pas une page, pas une phrase qui ne s'enracine dans le vécu des gamins les plus pauvres... Ce n'est pas non plus un documentaire : pas une anecdote, pas un récit qui ne soit traduit en termes de poésie, qui ne soit recréé par le regard de l'amitié.
Ce livre doit son existence au mouvement Tapori. Celui-ci, depuis ses origines rassemble les enfants de tous les milieux, ceux des " rues des Orchidées " comme ceux des beaux quartiers, recueillant jour après jour leurs pensées, leurs joies, leurs peurs, leurs rêves, comme autant de pièces d'un même puzzle.
C'est ce puzzle traversé par un rayon de soleil que l'auteur a reconstitué pour nous car il sait, d'expérience, que la misère n'est pas une histoire ancienne, d'un autre monde : cette histoire, aujourd'hui, des milliers de gosses la vivent, chez nous.
Ce livre est aussi un cri d'espoir qui monte du creux de la misère. Les enfants savent bien que vous l'entendrez.

Auteur : Écrivain. Membre du Mouvement international ATD Quart Monde.

Mon avis : (lu en 1984 et relu en juillet 2014)
David est le narrateur de cette histoire, il a une dizaine d'années et la vie n'est pas facile. Il habite rue des Orchidées, sa famille est pauvre, ce n'est pas facile de manger à sa faim tous les jours. A l'école, ceux de la rue des Orchidées sont montrés du doigts... David est lucide et également en colère, ce n'est pas juste de ne pouvoir faire comme les autres enfants... Il va faire la rencontre de Valérie une jeune fille bénévole qui vient régulièrement lire des histoires à ceux qui veulent dans la rue. Il va recevoir en cadeau une belle boîte à musique qui sera son secret et l'espoir de jours meilleurs. 
Cette histoire écrite il y a plus de 30 ans à partir de l'expérience de l'auteur avec des enfants les plus pauvres dans le mouvement Tapori d'ATD Quart Monde est malheureusement toujours d'actualité. 
David, ses frères et soeurs, ses camarades nous touchent le coeur et nous ouvrent les yeux sur la facilité avec laquelle nous pouvons avoir des préjugés sur les plus pauvres, sur les plus humbles.
Un livre destiné aux adolescents qui doit être lu également par les adultes !


Extrait : (début du livre)
« C’est pas moi !… » 

– Qu’est-ce que t’as fait de la clé ? 
Deux dames interrogeaient mon petit frère sur le trottoir d’en face. La grosse distribuait les gamelles de la mairie pour les vieux qui sont pauvres. L’autre, la vieille, avait l’air toute perdue sans sa clé. 
– Eh ben réponds ! 
Elle était en colère, la grosse. Pierrot ne faisait pas le fier. Des gens s’attroupaient autour de lui, des femmes et des enfants qui allaient au marché. Je me rappelle. C’était un mercredi, vers la fin des vacances. 
- Encore lui !
- Il est pire que son frère, celui-là !
Pierrot baissait les yeux. Moi, je restais caché sous le porche, les poings serrés dans les poches. La vieille dame expliquait :
- Même pas cinq minutes !... Le temps d'acheter mon pain chez Monsieur Jacquet, je reviens : plus de clé !... Même pas cinq minutes !... 
C'est la première fois que je l'oublie sur ma porte, et voilà, j'peux plus rentrer chez moi.

 Challenge Petit Bac 2014
91121022
"Bâtiment" (6)

Souvenirs_souvenirs

 

Posté par aproposdelivres à 06:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


22 août 2014

E comme... Destination États-Unis

 

pl6-planisphere-par-continent_EU

Pas facile de sélectionner seulement quelques livres américains qui m'ont marqué...

 des_souris_et_des_hommes_audio

Des souris et des hommes - John Steinbeck

Un classique que je n'avais jamais lu et que j'ai découvert dans une version audio très réussie. 
Une magnifique histoire d'amitié très émouvante.

 le_premier_qui_pleure 
Le premier qui pleure a perdu - Sherman Alexie 

Ce roman "presque autobiographique" raconte l'histoire de Junior est un jeune Indien Spokane. 
Avec humour et ténacité, il va montrer à tous son courage, sa force et réussir à prendre en main son destin.

L_on 

 Léon – Leon Walter Tillage

 Un témoignage très touchant autour de la ségrégation aux États-Unis dans les années 50.

les_saisons_de_la_nuit

 Les saisons de la nuit - Colum McCann 

 Auteur irlandais qui vit à New-York.
New York, début du XXe siècle : Nathan Walker, 19 ans, participe à la construction du tunnel de la ligne de métro Brooklyn-Manhattan. New York, fin du XXe siècle : Treefrog vit dans les entrailles du métro comme des milliers de sans-abri
En parallèle, nous suivons les deux histoires passionnantes de Nathan et Treefrog.

la_d_esse_des_petites 

 La déesse des petites victoires - Yannick Grannec 

 Auteur française graphiste de métier et passionnée de mathématiques.
C'est l'histoire de la rencontre de deux femmes. Anna Roth, jeune documentaliste, et Adèle, la veuve de Kurt Gödel, mathématicien contemporain et collègue d'Albert Einstein, c'est une traversée historique du XXème siècle très intéressante et passionnante

 

affiche-edito

C'est aussi l'occasion de faire un peu de publicité au Festival América autour des
Littératures et Cultures d'Amérique du Nord
qui aura lieu à Vincennes (94) du 11 au 14 septembre 2014

 

été2014_logo

 

Posté par aproposdelivres à 06:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

20 août 2014

Le vieux qui lisait des romans d'amour - Luis Sepúlveda

Luis-Sepulveda-Le-vieux-2_métailié couv59274687 21551216 couv36157868

le vieux_points_1997 Luis-Sepulveda-Le-Vieux-qui-lisait-des-romans-d-amour

Editions Métailié - avril 1992 - 130 pages

Points - 1994 - 130 pages

Points - janvier 1997 - 120 pages

Points - janvier 2003 - 120 pages

Editions Métailié - mai 2004 -137 pages

traduit de l’espagnol (Chili) par François Maspero

Titre original : Un viejo que leía novelas de amor, 1992

Quatrième de couverture :
Lorsque les habitants d'El Idilio découvrent dans une pirogue le cadavre d'un homme blond assassiné, ils n'hésitent pas à accuser les Indiens de meurtre. Seul Antonio José Bolivar déchiffre dans l'étrange blessure la marque d'un félin. Il a longuement vécu avec les Shuars, connaît, respecte la forêt amazonienne et a une passion pour les romans d'amour. En se lançant à la poursuite du fauve, Antonio José Bolivar nous entraîne dans un conte magique, un hymne aux hommes d'Amazonie dont la survie même est aujourd'hui menacée.

Auteur : Luis Sepúlveda est né au Chili en 1949. Ses best-sellers sont traduits dans le monde entier, Le Vieux qui lisait des romans d’amour, Journal d’un tueur sentimental et Rendez-vous d’amour dans un pays en guerre.

Mon avis : (lu en 1995)
L’histoire se passe au fin fond de l’Amazonie, à El Idilio un village. C’est là qu'habite Antonio José Bolivar, il est arrivé là, il y a des années, un peu par hasard.  Il espérait une vie meilleure et un terrain à faire fructifier... Une utopie en pleine Amazonie puisque la nature a toujours le dessus, malgré tout il est resté à El Idilio. Grâce aux indiens locaux, les Shuars, il va apprendre à se débrouiller dans le milieu hostile de la forêt vierge. 
Lorsque l'histoire commence le corps sans vie d'un homme est retrouvé. Les villageois soupconnent immédiatement les indiens Shuars. Seul le "vieux" est persuadé que le coupable est un félin...
Sepulveda est un vrai conteur et avec l'histoire d'Antonio Jose Bolivar, le vieux qui lisait des romans d'amour, il nous parle de l'Amazonie. Un très bel hommage à la nature, un conte plein d'humanité et de poésie.

12282

En faisant ce billet, j'ai découvert que ce livre avait été adapté au cinéma en Australie par Rolf de Heer en 2001. Intitulé The Old Man Who Read Love Stories, Richard Dreyfuss tient le premier rôle et est accompagné, entre autres, par Timothy Spall et Hugo Weaving. 

Extrait : (début du livre)
Le ciel était une panse d’âne gonflée qui pendait très bas, menaçante, au-dessus des têtes. Le vent tiède et poisseux balayait les feuilles éparses et secouait violemment les bananiers rachitiques qui ornaient la façade de la mairie.
Les quelques habitants d’El Idilio, auxquels s’étaient joints une poignée d’aventuriers venus des environs, attendaient sur le quai leur tour de s’asseoir dans le fauteuil mobile du dentiste, le docteur Rubincondo Loachamín, qui pratiquait une étrange anesthésie verbale pour atténuer les douleurs de ses clients.
— Ça te fait mal ? questionnait-il.
Agrippés aux bras du fauteuil, les patients, en guise de réponse, ouvraient des yeux immenses et transpiraient à grosses gouttes.
Certains tentaient de retirer de leur bouche les mains insolentes du dentiste afin de pouvoir lui répondre par une grossièreté bien sentie, mais ils se heurtaient à ses muscles puissants et à sa voix autoritaire.
— Tiens-toi tranquille, bordel ! Bas les pattes ! Je sais bien que ça te fait mal. Mais à qui la faute, hein ? À moi ? Non : au gouvernement ! Enfonce-toi bien ça dans le crâne. C’est la faute au gouvernement si tu as les dents pourries et si tu as mal. La faute au gouvernement.
Les malheureux n’avaient plus qu’à se résigner en fermant les yeux ou en dodelinant de la tête.
Le docteur Loachamín haïssait le gouvernement. N’importe quel gouvernement. Tous les gouvernements. Fils illégitime d’un émigrant ibérique, il tenait de lui une répulsion profonde pour tout ce qui s’apparentait à l’autorité, mais les raisons exactes de sa haine s’étaient perdues au hasard de ses frasques de jeunesse, et ses diatribes anarchisantes n’étaient plus qu’une sorte de verrue morale qui le rendait sympathique.
Il vociférait contre les gouvernements successifs de la même manière que contre les gringos qui venaient parfois des installations pétrolières du Coca, étrangers impudiques qui photographiaient sans autorisation les bouches ouvertes de ses patients.
À quelques pas de là, l’équipage du Sucre chargeait des régimes de bananes vertes et des sacs de café.
Sur un bout du quai s’amoncelaient les caisses de bière, d’aguardiente « Frontera », de sel, et les bonbonnes de gaz débarquées au lever du jour.
Le Sucre devait appareiller dès que le dentiste aurait terminé de réparer les mâchoires, pour remonter les eaux du Nangaritza, déboucher dans le Zamora et, après quatre jours de lente navigation, rejoindre le port fluvial d’El Dorado.
Le bateau, une vieille caisse flottante mue par la volonté de son chef mécanicien, les efforts des deux costauds qui composaient l’équipage et l’obstination phtisique d’un antique diesel, ne devait pas revenir avant la fin de la saison des pluies dont le ciel en deuil annonçait l’imminence.

Déjà lu du même auteur : 

le_monde_du_bout_du_monde_p Le Monde du bout du monde

Challenge Petit Bac 2014
91121022
"Objet" (9)

Souvenirs_souvenirs

Posté par aproposdelivres à 06:29 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

18 août 2014

D comme... Destination Danemark

 

pl6-planisphere-par-continent_D

 l_art_de_pleurer_en_coeur

L'Art de pleurer en chœur – Erling Jepsen

 Allan, jeune garçon de 11 ans, nous raconte avec naïveté et candeur sa vie quotidienne au sein de sa famille,
à la fin des années 60, dans le sud du Jütland, une région rurale du Danemark. 
 Ce livre oppose des situations cocasses et des situations graves. Allan est très touchant.

 

Bandes dessinées :

L'adaptation des racontards de Jørn Riel en BD est vraiment réussi,
le lecteur découvre les aventures et la vie mouvementée des trappeurs groenlandais dans les années 1950...
C'est dépaysant et plein d'humour... 

La_vierge_froide_et_autres le_roi_oscar_x 2014-01-03_100703 

La Vierge froide et autres racontars 
Le Roi Oscar et autres racontars 
Un petit détour et autres racontars 

 

été2014_logo

Posté par aproposdelivres à 06:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

16 août 2014

C comme... Destination Canada

 

pl6-planisphere-par-continent_C

 lignes_de_faille

 Lignes de faille - Nancy Huston

 L'histoire de quatre générations de 2004 à 1944. Chacun ou chacune raconte sa vie, ses angoisses, son monde,
sa famille du haut de ses 6 ans et petit à petit se dévoile un secret de famille.

 

un_si_cle_de_novembre_p 
Un siècle de novembre – Walter D. Wetherell

 Charles Marden est canadien, en novembre 1918, il apprend la mort de son fils parti sur le front. 
Il va donc entreprendre un long périble depuis l'Ile de Vancouvert jusqu'aux champs de bataille des Flandres 
pour aller sur les lieux où est mort son fils. Cette histoire sombre comme les ciels de novembre, 
nous évoque avec beaucoup de sensibilité l'horreur de la guerre en particulier pour les survivants.

 

Magasin général  – Régis Loisel et Jean-Louis Tripp

le_magasin_g_n_ral_Marie le_magasin_g_n_ral_Serge le_magasin_g_n_ral_les_hommes le_magasin_g_n_ral_confession
 
magasin_general5 magasin_general_6 magasin_g_n_ral magasin_g_n_ral_7

  tome 1 à 4 de la série ici 
tome 5 : Montréal 
tome 6 : Ernest Latulippe 
tome 7 : Charleston  
tome 8 : Les femmes

Dans la campagne québécoise des années 20, un petit village, Notre-Dame-des-Lacs, 
des personnages attachants et savoureux. Au gré des saisons, le lecteur découvre la vie du village.

 

 

sous_les_vents_de_neptune  
Sous les vents de Neptune - Fred Vargas 

 C'est l'un de mes préférés de la série. Dans le cadre d'un programme d'échange, Adamsberg part avec
toute son équipe au Québec. Et Adamsberg se retrouve malgré lui au coeur de l'enquête...

 

louise 
Louise – Didier Decoin

Cette histoire ne se situe pas exactement au Canada mais dans la région... à Saint-Pierre et Miquelon. 
C'est une belle rencontre entre trois femmes, Joanne, Denise et Manon, et Louise, une oie des neiges.
Un livre plein de fantaisie et de poésie. 

 

été2014_logo

Posté par aproposdelivres à 06:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


15 août 2014

Comme une petite ressemblance aout

 91061693

Nouveau rendez-vous d'été avec Canel

 Rouge et blanc

2013-11-03_113556 2013-11-03_111949

2013-11-03_111054 secret d'été

 Transats bleu et blanc

2013-11-03_111837 couv74098879  2013-11-11_141803 2013-11-01_090938  

Du homard dans l'assiette...

 2013-11-01_092333 41pJvr+H4dL 2013-11-01_092359 

 Phares 

2013-10-30_233646  2013-10-31_065148

 2013-11-01_143429 88348475_o

2013-11-02_205251 2013-11-03_185856

Camping ?

2013-10-31_170944 les_chaussures_italiennes 

caravane2 caravane

Cabines de plage

les_jardins_du_vent  2013-11-01_224450  

 

Un peu de correspondance...

le-cercle-litteraire-des-amateurs-d-epluchures-de-patates 9782714454157 

2013-11-11_141837 2013-11-11_141906

Le billet de Canel

  Mes autres billets Comme Une Petite Ressemblance : 

billet n°1billet n°2billet n°3billet n°4billet n°5billet n°6
billet n°7billet n°8billet n°9billet n°10billet n°11, billet n°12

 

Posté par aproposdelivres à 06:30 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

14 août 2014

Le bracelet de vermeil - Serge Dalens

sig_003_1945 sdp_bracelet_de_vermeil_1947_sdp_185 sig_003_45b fbrac-bracelet-vermeil-1958-signe-de-piste-dalens-prince-eric-pierre-jou sig_003_1963 sig_003_70a sig_003_70b

sdp_bracelet_de_vermeil_1971 sdp_bracelet_de_vermeil_1976 258_SdP_1989 860989394 363_Fleurus_1996 

Alsatia - 1945 -

Alsatia - 1945 -

Alsatia - 1945 -

Signe de Piste - 1958 -

Alsatia - 1963 - 215 pages

Signe de Piste - 1970 (BD)

Signe de Piste - 1970 (BD)

Safari Signe de Piste - 1971

Safari Signe de Piste - 1976 - 215 pages

Nouveau Signe de Piste - 1989

France Loisirs - 1985 - 215 pages

Fleurus - 1996

Illustrations de Pierre Joubert

Quatrième de couverture : 
« Nous méritons toutes nos rencontres... » a écrit François Mauriac. Faut-il croire qu'Eric et Christian ont « mérité » leur extraordinaire aventure ? Rien ne semblait cependant destiner le jeune Prince des Neiges et le fils du chirurgien parisien à se rencontrer. Rien, si ce n'est ce bracelet qu'Eric porte au poignet, signe d'un terrible secret, vieux de cinq siècles, et rappel d'une mission dramatique.
Eric devra choisir : entre le devoir et l'amitié, aucun compromis n'est possible.

Auteur : Serge Dalens, nom de plume d'Yves de Verdilhac, né en 1910 à Albertville en Savoie, est un écrivain français. Magistrat de profession, il est surtout connu pour ses nombreux romans, pour la plupart destinés à la jeunesse et de directeur de la collection « Signe de piste » (1954). L'auteur a également utilisé les pseudonymes de François Thervay et de Mik Fondal, collectif avec Jean-Louis Foncine (Pierre Lamoureux). Il est décédé en 1998.

Mon avis : (lu et relu depuis la fin des années 70)
Ce livre est le premier livre "Signe de Piste" que j'ai lu alors que j'étais moi-même Jeannette ou Guide... C'est aussi le premier volume de la série du Prince Eric paru pour la première fois en 1937, Le bracelet de vermeil a connu un extraordinaire succès, consacré par un tirage de plus d'un million d'exemplaires ! 
Été 1936, Christian s'apprête à partir en camp scout en Alsace avec sa Troupe dans la Patrouille du Loup. Il va faire la connaissance d'Eric, scout invité pour le camp. C'est un jeune garçon timide qui porte un bracelet de vermeil avec une étrange inscription. Christian se liera très vite d’amitié avec ce nouveau scout assez mystérieux. Il découvrira que ce dernier n'est pas n'importe qui... mais un prince nordique qui a une mission venue du passé à accomplir... 

Eric va devoir faire un choix difficile entre le devoir et l'amitié.
Un roman d'aventure qui m'a fait rêvé durant mes années de scoutisme.
Les illustrations de Pierre Joubert contribuent certainement aussi pour une part au succès de cette série.

Extrait : (page 15) 
L’aîné s’appelait Louis. Le second, Philippe. Le troisième, Christian. Vingt-deux, quinze et treize ans. Scouts. Heureux de l’être.
— La vie est belle, dit Philippe.
— Oui, fit Christian.
— Chantons, ajouta Louis.
Les rires volèrent avec le vent, qui recueillit la chanson.
Une horloge tinta, sept fois. La voiture s’arrêta.
— À demain, Philippe.
— À demain.
Luxembourg, quai d’Orsay, avenue des Ternes.
— Bonsoir, Christian !
— Bonsoir, Chef !

Louis rentre à son tour. Prêt pour le départ du lendemain : le camp d’été !
Quelle joie de quitter Paris, d’emmener les scouts respirer l’air frais des Vosges !
D’emblée, la Cour d’Honneur avait accepté l’invitation de Mme de Lienville, une grande amie de la Troupe : on visiterait l’Alsace en établissant le quartier général du camp au château qu’elle y possédait. À la demande de son chef, on emmenait même un scout venu d’on ne sait trop où.
— Demain…, songea Louis.
Il atteignit un album, celui de l’année passée, et les souvenirs s’exhalèrent d’entre les pages. Pour la centième fois, les images s’animèrent. Ici, c’était Philippe roulant dans la neige, là, Christian plus ébouriffé que jamais, avec ses grands yeux noirs et ses cheveux de jais.
Partout la joie de vivre et le bonheur d’être amis.
Un appel interrompit sa rêverie.
— Louis, le téléphone !
— Qui donc à cette heure… ?
— Un scout.
— Bon, j’y vais. Allo ?
— Allo, ici Christian d’Ancourt. C’est toi, Chef ? Écoute, il faut absolument que tu passes demain à la maison. Tu sais que papa est un peu nerveux depuis quelques jours. Ce soir, il ne veut plus me laisser partir pour Birkenwald.
— Pourquoi ?
— Je ne sais pas, j’ai eu beau insister, supplier, dire que tu comptais absolument sur moi, rappeler notre sortie de cet après-midi, rien n’y a fait. Alors, il faut que tu viennes. Dis, Louis, tu veux bien ?
— Oui, c’est promis. Mais enfin, ton père t’a bien donné une raison ! On ne prend pas une décision comme celle-là sans motifs. Tu n’as pas fait de sottises au moins ?
— Non, je t’assure, je n’y comprends rien…
— Alors, à demain. Dors quand même sur tes deux oreilles, petit frère !… En voilà une autre, maintenant ! Le docteur d’Ancourt n’agit certainement pas à la légère. Christian est trop franc pour m’avoir caché quelque chose. Qu’a-t-il bien pu arriver ?

Christian ne pouvait cependant lui en dire davantage. Rentrant chez lui, il avait trouvé son père plus sombre encore que les jours précédents. Et comme, pour le dérider, il amenait la conversation sur son prochain départ :
— Non, Christian, lui avait-il répondu, tu n’iras pas au camp, tu ne peux y aller.
Pas d’explications.
— … Tu comprendras cela plus tard, avait seulement ajouté M. d’Ancourt, pense, mon petit, que nous avons de sérieuses raisons, ta maman et moi, pour agir de la sorte.
C’est alors que Christian avait eu recours à son Chef.
Maintenant, il s’efforçait au calme, mais ses yeux brillants s’attardaient sur son sac inachevé, fixant douloureusement les derniers objets épars sur le tapis.
Le perpétuel sourire illuminant son visage, ne comptait plus que pour mémoire, et la mèche brune, cachant généralement un œil, pendait lamentablement.
Il se heurtait à un obstacle inconnu, le laissant désemparé, lui qui avait l’habitude d’abattre de haute lutte les difficultés rencontrées.
Il avait le goût des réalisations pratiques et immédiates, un esprit d’aventure poussé à l’extrême, une imagination débordante.
Dire que Christian ne rêvait que plaies et bosses, serait passer la mesure, mais il est certain que son plus gros sacrifice, lors de son entrée à la Troupe, avait été de ne plus se colleter comme un chiffonnier avec ses camarades de classe.
Pas trop grand et bien carré d’épaules, il arborait un air de douceur qui détonnait étrangement sur tout ce qu’il y avait de viril en lui. Avec cela, très racé, et des façons de prince. Il avait une telle manière de prêter sa bicyclette ou d’offrir un caramel à celui qu’il venait de rosser, qu’on ne pouvait s’empêcher de l’aimer.
Il voulait bien se battre, mais détestait faire de la peine. On se sentait heureux, rien qu’à voir son sourire et à l’entendre chanter.
Pour l’instant, il ne parvenait pas à comprendre la brusque décision de ses parents, et mettait son dernier espoir dans l’arrivée du Chef.
Ignorant le vrai motif de l’attitude de son père, il ne pouvait se douter qu’un événement imprévu allait modifier la situation au point de rendre presque inutile l’intervention du Scoutmestre.

 Challenge Petit Bac 2014
91121022
"Matière" (7)

Souvenirs_souvenirs

Posté par aproposdelivres à 06:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12 août 2014

B comme... Destination Brésil

 

pl6-planisphere-par-continent_B

Le Brésil est un pays qui a été à la fête (plus ou moins) de mi-juin à mi-juillet avec le Mondial de Football...

 mon_bel_oranger allons_r_veiller_le_soleil_1992

Mon bel oranger - José Mauro de Vasconcelos

Allons réveiller le soleil - José Mauro de Vasconcelos 

 J'ai découvert le Brésil avec "Mon bel oranger" lorsque j'étais encore en primaire.
C'est un livre autobiographique qui raconte l'enfance de Zézé, un enfant brésilien, âgé de six ans,
pauvre, élevé dans la rue et qui a comme confident un oranger qu'il a nommé Minguinho.
Avec "Allons réveiller le soleil" raconte le passage de l'enfance vers l'adolescence de Zézé.

 

alchimiste 

L'Alchimiste – Paulo Coelho 

 C'est avec ce livre que j'ai découvert Paulo Coelho, "l'Alchimiste" est sans doute le livre le plus connu
de cet auteur brésilien. Un conte philosophique, une quête initiatique...

 

th_or_me_du_perroquet 

Le théorème du perroquet – Denis Guedj

 Ce livre écrit par un français, Denis Guedj m'évoque également le Brésil où plus généralement l'Amazonie...
Un roman policier sur fond de mathématiques. Une intrigue palpitante qui nous fait voyager au travers du temps
et de l'espace, le lecteur partage la vie des plus grands génies de nos vieilles civilisations...

 

été2014_logo

Posté par aproposdelivres à 06:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 août 2014

A comme... Destination Afrique du Sud

 pl6-planisphere-par-continent_AS

L'Afrique du Sud a été dans l'actualité, avec la mort de Nelson Mandela le 5 décembre dernier...

 92063259

 Pleure, ô pays bien-aimé – Alan Paton 

Un roman bouleversant écrit en 1947 par un sud africain blanc. 
Il décrit et dénonce la réalité brutale et injuste de l'apartheid.

 

 L__glise_des_pas_perdus

 L'église des pas perdus - Rosamund Hadden

 C'est l'histoire de l'amitié entre 2 femmes, une blanche et une noire,
en Afrique du Sud. Un récit poignant très bien écrit.

 

 zulu

Zulu – Caryl Férey 

 Un polar écrit par un françaisqui nous dresse un portrait de l'Afrique du Sud sombre et violent après l'apartheid. 
Avec une intrigue policière très bien construite, l’auteur dénonce le nouvel « apartheid social »
dont sont victimes les plus pauvres et les plus faibles. 

été2014_logo

Posté par aproposdelivres à 06:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 août 2014

La Cité de la joie – Dominique Lapierre

La_cite_de_la_joie_RL_1985 la_cit__de_la_joie_ldp 2013_07_31_093818 La_cite_de_la_joie_RL_1992 La_cite_de_la_joie___pocket La_cite_de_la_joie___pocket2000

Robert Laffont – janvier 1985 - 501 pages

Livre de Poche – mai 1987 - 602 pages

France Loisirs – janvier 1992 – 544 pages

Robert Laffont – septembre 1992 -

Pocket – décembre 1999 - 639 pages

Pocket – septembre 2000 – 639 pages

Quatrième de couverture : 
40 millions de lecteurs.
31 éditions internationales.
170 000 lettres de lecteurs enthousiastes.
Une superproduction cinématographique.
Une presse mondiale unanime.

LA CITÉ DE LA JOIE est un chant de fraternité et d'amour adressé au peuple le plus déshérité de la planète, en même temps qu'un reportage déchirant, un document unique sur la capacité des hommes à triompher de la souffrance, de la misère et du malheur. 

Auteur : Né en 1931, journaliste grand reporter à Paris Match il est aussi écrivain. Il a écrit plusieurs best-sellers internationaux avec Larry Collins.
En 1981, il rencontre Mère Térésa. C'est après cette rencontre qu'il écrira en 1985 : La cité de la joie. Ouvrage traduit en 30 langues qui sera porté à l'écran en 1992.
A son retour en France il fonde l'association "Action pour les enfants des lépreux de Calcutta" dont le but est de soutenir financièrement l'oeuvre de : James Stevens. Il continue ses actions humanitaires en 1997-1998-1999 par le lancement de 3 bâteaux dispensaire pour soigner les habitants de 57 îles du Golfe du Bengale, au large du Delta du Gange et du Brahmapoutre. En 2000/2001 il lance et inaugure : une clinique à Bhopal. 

Mon avis : 
C'est un livre que j'ai lu et relu de nombreuses fois. La Cité de la Joie, c'est le nom d'un bidonville de Calcutta et à travers l'histoire de différents personnages, le lecteur est plongé dans un monde extraordinaire.
C'est un livre qui m'a beaucoup marqué, il est incroyable de voir tant de joie et de sourires, d'humanité, de solidarité, d'amour et de fraternité dans un bidonville où le quotidien n'est que misère, saleté, pauvreté et difficulté...
Un livre bouleversant et une formidable leçon de vie. 

la-cite-de-la-joie_pics_500

En 1992, le livre a été adapté au cinéma par Roland Joffé avec avec Patrick Swayze. Je n'ai pas retrouvé dans le film tout ce que la lecture du livre avait pu me faire ressentir... 

 

Souvenirs_souvenirs

 

 

 

Posté par aproposdelivres à 06:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,