15 septembre 2014

C'est lundi, que lisez-vous ? [188]

 68795282_p

 (c) Galleane

C'est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane  

Qu'est-ce que j'ai lu cette semaine et avant ? 

98602965 98488946 de si jolies ruines_

Les gouffres - Antoine Choplin 
L'Enfant des marges - Franck Pavloff
De si jolies Ruines - Jess Walter

Qu'est-ce que je lis en ce moment ?

22/11/63 - Stephen King 
L'Heure indigo - Kristin Harmel (partenariat Denoël) 
Nymphéas noirs - Michel Bussi

Que lirai-je les prochaines semaines ?

Le Tangram magique - Florence Lamy (partenariat Casterman)
Lyuba ou la tête dans les étoiles - Valentine Goby (partenariat Autrement)
Du sang sur la Baltique - Viveca Sten (partenariat Albin Michel)
Le fils - Philip Meyer (partenariat Albin Michel) 

Bonne semaine, bonnes lectures !

Posté par aproposdelivres à 06:35 - - Commentaires [7] - Permalien [#]


13 septembre 2014

Festival America - Vincennes

affiche-edito

Hier, j'ai passé mon après-midi au Festival América 
qui a lieu à Vincennes (94) du 11 au 14 septembre 2014

Le ciel était bleu sur Vincennes, la ville est pavoisé aux couleurs américaines

P1020303_20

Après un petit tour dans le Salon, où j'ai glané quelques marques pages,

P1020380_20

J'ai passée l'après-midi dans la salle des fêtes de la Mairie, autour d'une petite table au premier rang pour 4 Café des Libraires. Animé par Maëtte Chantrel, autour d'un thème, les auteurs sont interrogés par un ou une libraire pour présenter leurs derniers ouvrages.

Au cours de chacune de ces rencontres, un court extrait de chaque livre présenté était lu par les Sorbonne Sonore, étudiants de l'Université Paris Sorbonne (Paris IV) formés par Les Livreurs

Le premier Café des Libraires sur le thème "La vie moderne"
avec
 Margaret AtwoodTao LinÉric Plamondon.

P1020307_20

P1020308_20 

Margaret Atwood (Canada) invitée d'honneur du salon

P1020316_20 P1020313_20

 Éric Plamondon (Canada/Québec)                                Tao Lin (États-Unis)           

madaddam pomme s tapei

Je ne connaissais aucun de ses auteurs et aucun des trois livres ne m'ont fait envie. J'ai apprécié que Margaret Atwood s'exprime en français, ma voisine de table (une vrai fan) m'a conseillé de découvrir son livre "La servante écarlate". 

Le deuxième Café des Libraires sur le thème "Le monde d'avant" avec Rick BassJ.R. Léveillé

P1020329_20

P1020342_20 P1020334_20

Rick Bass (États-Unis)                                 J.R. Léveillé (Canada/Manitoba)

tout la terre qui nous le soleil du lac 1522504-gf

J'ai beaucoup aimé l'intervention de J.R. Léveillé qui est très expressif
au contraire de Rick Bass qui est tout en retenu et peu souriant... 
Je serai curieuse de découvrir le livre de J.R. Léveillé

Le troisième Café des Libraires sur le thème "Communautés"
avec France DaigleTom DruryBoris Fishman

P1020344_20

P1020360_20

France Daigle (Canada/Acadie)

P1020346_20 P1020362_20

Tom Drury (États-Unis)                              Boris Fishman (États-Unis)

pour sur la fin du vandalisme une vie d'emprunt

J'ai bien aimé France Daigle et découvert la langue chiac.
Le livre de Boris Fishman me fait bien envie.

Le quatrième Café des Libraires sur le thème "Vivre de l'art"
avec Jim FergusJake LamarAnthony Phelps
un plateau sans interprète, tous les trois parlent très bien français.

P1020364_20

P1020366_20 P1020368_20

Jim Fergus (États-Unis) et son chien "littéraire" qui ne le quitte jamais.

P1020371_20 P1020378_20

Jake Lamar (États-Unis)                                    Anthony Phelps (Haïti)

chrysis postérité des fleurs nomade

Jim Fergus est le seul auteur que je connaissais de ces 4 plateaux.
Anthony Phelps qui a connu les prisons haïtiennes du temps de Duvalier est très touchant.
Jack Lamar m'a donné envie de découvrir son livre.

Voilà une après-midi bien remplie qui m'a permis de découvrir de nouveaux auteurs.

 

Posté par aproposdelivres à 18:04 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

De si jolies Ruines - Jess Walter

Lu dans le cadre du Prix du Roman Fnac 2014

PRF-jury-08-2014-186

DeSiJoliesRuines Fleuve éditions - août 2014 - 456 pages

traduit de l'anglais (États-Unis) par Jean Esch

Titre original : Beautiful Ruins, 2012

Quatrième de couverture :
Avril 1962, Dee Moray arrive par bateau dans le minuscule village de Porto Vergogna (le port de la honte), une douzaine de maisons accrochées à flanc de falaises et une petite pension de famille dont vient d’hériter le jeune Pasquale Tursi, bien décidé à en faire le lieu de villégiature préféré des stars américaines. Peu importe que le village ne soit accessible ni par la route ni par le rail, que sa plage fasse la taille d’un mouchoir de poche et que ses projets de terrain de tennis ressemblent à un doux rêve. En fait, personne ne descend jamais dans cet hôtel perdu, l'Adequate View, à part quelques clients égarés. Et chaque année, pendant une quinzaine de jours, un vétéran de la Seconde Guerre mondiale, un américain névrosé et alcoolique aux velléités d’écrivain.

Dee Moray a décroché un petit rôle dans la grosse production rassemblant Liz Taylor et Richard Burton, Cléopâtre. Elle était à Rome quand on lui a diagnostiqué un cancer, la production l'a alors envoyé se reposer dans cet hôtel. Bientôt, Richard Burton et un autre type de la production débarquent eux aussi...
De nos jours, à Hollywood, une jeune assistante de production, Claire Silver, se débat pour quitter son job auprès du producteur Michael Dean, une momie qui a connu son heure de gloire, et son compagnon du moment, inconditionnel des boîtes de strip-tease. Et puis il y a Shane Weeler, persuadé d’avoir le pitch du siècle qui part pour Hollywood tenter de vendre son idée, Pat, le chanteur-compositeur complètement paumé…
Tous ces êtres ont des rêves auxquels ils se cramponnent, et bien qu'ils viennent d'horizons différents, leurs destins vont se croiser, même si certains l'ignorent encore...

Auteur : Jess Walter est l’auteur de six romans, dont Citizen Vince, lauréat du Prix Edgar Allan Poe du meilleur roman en 2005, The Zero, finaliste du National Book Award 2006 et La Vie financière des poètes, paru chez 10/18 en 2011. Il a également collaboré à plusieurs journaux et magazines parmi lesquels The New York Times, The Washington Post, The Los Angeles Times ou The Boston Globe. Il vit en famille à Spokane, dans l’État de Washington.

Mon avis : (lu en juillet 2014)
C'est le dernier livre que j'ai lu pour la sélection du Prix du Roman Fnac 2014. Depuis les vacances sont passées et faire un billet à partir de mes quelques notes n'est pas si facile... J'avoue avoir un peu oublieé cette lecture.
Ce livre nous raconte plusieurs histoires qui vont se rejoindre dans les derniers chapitres. 
En 1962, Dee Moray, une jeune actrice arrive dans un petit village côtier italien. Elle semble victime d'une maladie mystérieuse. Le propriétaire de l'hôtel, Pasquale rêve de transformer sa ville en une station balnéaire. Il tombe amoureux de Dee et veut l'aider. Il va lentement apprendre ses secrets et pourquoi elle a été envoyée à son village. 
Dans le présent, nous somme à Hollywood, Michael Deane est un producteur de films devenu has-been, Claire est son assistante. Pasquale, qui est maintenant un vieil homme, rend visite au producteur il voudrait savoir ce qui s'est passé à l'actrice.
J'ai bien aimé les descriptions des lieux autour de Porto Vergogna situé proche de Cinque Terre en Italie et le personnage de Pasquale. Ce n'est pas toujours facile de passer de l'une histoire à l'autre, d'une époque à l'autre.

 

Challenge 2% Rentrée Littéraire 2014 
challengerl2014_150
8/12

img_0839-2 
Le mois américain

 Challenge Petit Bac 2014 
91121022
"Bâtiment" (7)

 

Posté par aproposdelivres à 08:43 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

11 septembre 2014

L'Enfant des marges - Franck Pavloff

Lu en partenariat avec Albin Michel

9782226258328g Albin Michel - août 2014 - 240 pages

Quatrième de couverture : 
Dans une Barcelone étourdie par la crise, vibrante de toute l’énergie d’une jeunesse qui refuse le monde tel qu’il est, un homme part à la recherche de son petit-fils adolescent. Lui-même a tout quitté : sa solitude, la paix et l’oubli qu’il croyait avoir trouvés au fin fond des Cévennes. Et voici que dans la capitale catalane bruyante et révoltée, où plane l’ombre des combattants de 36, c’est sa propre histoire qu’il rencontre et dont il peut enfin se libérer.
L’œuvre exigeante de Franck Pavloff, habitée par l’exil et la quête, révèle ici une dimension inédite. Un récit intime et singulier, qui parle d’errance et de renaissance, une émouvante ode à la vie.

Auteur : Franck Pavloff se définit comme un « écrivain de l'ailleurs », qui rend compte des exils intérieurs ou géographiques que les guerres, les drames, la corruption, le cynisme et l'intolérance ont engendrés. Psychologue Expert, il a fait des droits des enfants un combat. Il a également passé plus de quinze ans à faire aboutir des projets de développement communautaire à travers l'Afrique et l'Asie. 
Il a publié Menace sur la ville (1998), Haute est la tour (2003), Le Pont de Ran Mositar (2005), récompensé par le Prix France Télévision, La chapelle des apparences (2007), Le Grand Exil (2009), pour lequel il a obtenu le Prix Littéraire des Grands Espaces, etL'Homme à la carrure d'ours (2012), lauréat du Prix Lettres frontière.
Matin brun, sa fable grinçante publiée au départ chez un éditeur de poésie a connu un immense succès (2 millions d'exemplaires). Elle est traduite dans 25 pays (dont l'Inde, la Russie et le Japon). La dernière traduction vient de paraître, elle est chinoise.

Mon avis : (lu en septembre 2014)
J'ai trouvé ce livre dans ma boîte aux lettres à mon retour de vacances, j'avais oublié l'avoir demandé en partenariat... 
Ioan est un ancien reporter, photographe de guerre qui s'est réfugié seul dans un coin perdu des Cévennes. Son plus proche voisin, Justin vieil éleveur de chèvres, est à une demi-heure de marche sur un sentier.
Un jour, Ioan reçoit un coup de téléphone, Valentin, son petit-fils est parti à Barcelone et il ne donne plus aucun signe de vie. Ioan va quitter sa retraite pour partir à la recherche de ce petit-fils qu'il n'a pas revu depuis de nombreuses années...
C'est une lecture très agréable qui nous fait découvrir le Barcelone invisible, celle des sans-abris, des artistes, des manifestants. Ioan va faire de nombreuses rencontres et au fil des jours, il va se libérer des démons qui le hante. 
Je ne connais pas Barcelone mais ce livre me donne vraiment envie de découvrir cette ville pleine de surprises. 

Merci et les éditions  Albin Michel pour cette touchante découverte.

Extrait : 

  Challenge Petit Bac 2014
91121022
"Cercle familiale" (9)

Posté par aproposdelivres à 06:11 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 septembre 2014

Film : Les Recettes Du Bonheur - Lasse Hallström

Date de sortie : 10 septembre 2014

320290

Réalisé par : Lasse Hallström

Acteurs : Helen MirrenOm PuriManish Dayal, Charlotte Le Bon

Titre original : The Hundred-Foot Journey2014

Durée : 2h02 

Adaptation du roman de Richard C. Morais - Le Voyage de Cent pas

Synopsis : Hassan Kadam a un don inné pour la cuisine : il possède ce que l’on pourrait appeler « le goût absolu »… Après avoir quitté leur Inde natale, Hassan et sa famille, sous la conduite du père, s’installent dans le sud de la France, dans le paisible petit village de Saint-Antonin-Noble-Val. C’est l’endroit idéal pour vivre, et ils projettent bientôt d’y ouvrir un restaurant indien, la Maison Mumbai. Mais lorsque Madame Mallory, propriétaire hautaine et chef du célèbre restaurant étoilé au Michelin Le Saule Pleureur, entend parler du projet de la famille Kadam, c’est le début d’une guerre sans pitié. La cuisine indienne affronte la haute gastronomie française. Jusqu’à ce que la passion d’Hassan pour la grande cuisine française – et pour la charmante sous-chef Marguerite – se combine à son don pour orchestrer un festival de saveurs associant magnifiquement les deux cultures culinaires. Le charmant village baigne désormais dans des parfums débordants de vie que même l’inflexible Madame Mallory ne peut ignorer. Cette femme qui était autrefois la rivale d’Hassan finira par reconnaître son talent et le prendre sous son aile…

Mon avis : (vu le 8 septembre 2014)
Lorsque l'on m'a proposé de voir ce film en avant-première, je n'ai pas hésité. Je ne connais pas le roman de Richard C. Morais, mais comme j'aime ce qui touche à la cuisine, cela ne pouvait que me faire envie. C'est une jolie histoire d'amour sur fond de rivalités culinaires. 

Hassan est né dans une famille de restaurateurs indiens. Il a grandit dans les senteurs du curry et des épices et a été initié à la cuisine par sa mère. A la suite d'évènements violents et douloureux, la famille a du quitter l'Inde et émigrer en Europe. Et le hasard a voulu que leur voiture (assez improbable) tombe en panne dans un petit village du Sud Ouest de la France, Saint-Antonin-Noble-Val. C'est là qu'Hassan, son père, ses frères et soeurs vont créer un restaurant indien, le Maison Mumbaï. Mais dans ce village, il y a aussi un restaurant gastronomique dans la tradition française, étoilé au Michelin, dont la patronne est Madame Mallory et où travaille la jolie Marguerite. Cette dernière ne tient pas à cette concurrence exotique et c'est le début d'une vraie guerre des restaurants...
Malgré quelques clichés typiquement américains sur la France, j'ai bien aimé ce film très bien rythmé, le décalage entre ces deux mondes si différents génère des quiproquos et des répliques pleines d'humour.
Autour de cette histoire assez simple il est question du goût, de l'apprentissage de la cuisine, du partage, de la tolérance, de l'intégration...
Le casting est très réussi, Helen Mirren en Madame Mallory est formidable, au début sèche et hautaine, son caractère évolue en bien tout au long du film. Om Puri, le père d'Hassan, est sûr du talent de son fils, il sera un adversaire entêté et malin parfaitement à la hauteur des enjeux.
J'ai été agréablement surprise par Charlotte Le Bon que je ne connaissais que dans son rôle de Miss Météo à Canal +. 
Manish Dayal est très convaincant dans le rôle du jeune cuisinier talentueux.
Les paysages du film sont vraiment superbes, ainsi que les scènes de cuisine qui donnent l'eau à la bouche...
Cette soirée au cinéma m'a donnée envie de découvrir le livre de Richard C. Morais - Le Voyage de Cent pas.

J'ai vu le film en VO, au début c'est assez bizarre de voir Michel Blanc (le maire de Saint-Antonin-Noble-Val) et Charlotte Le Bon parler anglais...

Un grand merci à Ludovic et Way to Blue pour l'invitation à la projection de ce film vraiment savoureux. 

Bande Annonce : 

Posté par aproposdelivres à 10:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


Comme une petite ressemblance septembre

 

91061693

 Nouveau rendez-vous avec Canel

le vol quand

 C'est la rentrée !

 a_copier_100_fois  2013-11-01_140733 

2013-11-02_153500 2013-11-03_110825 comédie romantique

2013-11-01_213026 vivement-lavenir-205x300 

muchachas (1) la_t_te___Toto 

2013-10-31_083022 2013-11-03_181324 

2013-10-30_230328 la petite fille

Bientôt l'automne

pomme1 pomme2

 2013-10-31_200105 John Irving couv45935952 

2013-11-01_145727 2013-11-01_145855

2013-11-01_14462317196_858846

 

Le billet de Canel

  Mes autres billets Comme Une Petite Ressemblance : 

billet n°1billet n°2billet n°3billet n°4billet n°5billet n°6
billet n°7billet n°8billet n°9billet n°10billet n°11billet n°12, billet n°13

Posté par aproposdelivres à 06:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

09 septembre 2014

Les gouffres - Antoine Choplin

les gouffres La Fosse aux ours - février 2014 - 131 pages

Quatrième de couverture :
Au coeur de paysages singuliers qui pourront évoquer les revers sombres de l'Histoire, des hommes, solitaires ou réunis en une clique fragile, entreprennent un périple. Aux processus guidant leur épopée, il est ici porté une attention particulière. Tous déploient un arsenal de ruses pour approcher, voire atteindre, leur objectif.
Le ressort de ces progressions emprunte avant tout à des forces d'humanité, de simple et lumineuse intelligence, de fraternité pure. Des quêtes minuscules, comme autant de fables espérant chacune de cette capacité inouïe de l'homme à se maintenir debout, le regard tendu sans relâche vers un nouvel horizon.

Auteur : Né en 1962, Antoine Choplin vit près de Grenoble, où il partage son temps entre l’écriture et l’action culturelle. Il est directeur de « Scènes obliques », dont la vocation est d’organiser des spectacles vivants dans les lieux inattendus, des sites de montagne. Il est aussi l’animateur depuis 1996 du Festival de l’Arpenteur (Isère), qui chaque mois de juillet programme des rencontres inhabituelles entre des créateurs (notamment des écrivains) et le public. Il s’est fait connaître en 2003 lors de la publication de son roman, Radeau, (2003), qui a connu un vrai succès populaire (Prix des librairies « Initiales », Prix du Conseil Général du Rhône). Parmi ses derniers titres : Léger Fracas du Monde (2005), L’impasse (2006), Cairns (2007), et de Apnées (2009), Cour Nord (2010), Le héron de Guernica (2011), La nuit tombée (2012).

Mon avis : (lu en août 2014)
Lorsque j'ai emprunté ce livre à la Bibliothèque avant de partir en vacances, je pensais que c'était un roman et non un recueil de quatre nouvelles. 
« Les Gouffres » : Milton et Prez, deux hommes sans domicile fixe, traversent une villes et des rues désertes, ils doivent franchir des gouffres qui s'ouvrent devant leurs pas. Autour d'eux il n'y a que ruines et désolation et obstinément ils veulent atteindre le canal.
« Le cours des choses » : Wagram travaille dans un lieu mécanique, aseptisé, il a comme fonction :« éviter que le cours des choses ne s'arrête ». En secret, il surveille la croissance d'une graine qu'il a planté dans un pot sur son rebord de fenêtre. 
« La Conjecture d’Olga » : Trois hommes prisonniers dans un camp se soutiennent moralement et physiquement. L’un d'entre eux, très fatigué, griffonne sans arrêt dans un petit carnet, il fait cela pour Olga...
« L’Automatophone » : Dans une ville déserte, de nuit, un homme et son automatophone, genre d’orgue de barbarie imposant, tente de se déplacer à la lumière des réverbères...
Il se dégage dans les quatre nouvelles une atmosphère post-apocalyptique, des personnages seuls ou très liés face à un environnement hostile ou sombre.
J'ai bien aimé la première et surtout la troisième nouvelles, les deux autres m'ont moins parlée. L'écriture d'Antoine Choplin est simple, poétique, pleine d'humanité.
Mes livres préférés de cet auteur restent Le héron de Guernica et La nuit tombée.

Autres avis : JérômeLeiloona et Noukette

Extrait : (début du livre)
Ça se passera un matin et on sera surpris toi et moi que ça se passe ce matin-là plutôt qu'un autre. Le jour sera pas entièrement levé mais le grand voile sombre posé sur les choses commencera à se dissiper. J'aurais décidé ça tout seul que c'est pour ce jour-là et pas pour un autre. Je te regarderai un bon moment avec ma décision dans la tête, enroulé dans ta couverture, encore endormi, avant de prononcer un mot. Mais peut-être que toi, comme un vieux chien, t'auras senti tout ça parce que c'est sûr que pour ce qui est du flair t'es vraiment un champion ; tu l'auras senti et pourtant tu resteras immobile, en attendant que je dise quelque chose. Moi, je commencerai à sortir mes bras de sous la couverture et à les croiser derrière la tête comme un gars qui envisage sereinement l'avenir. Et après un petit moment, je tendrai la main vers toi et je te tapoterai du côté de l'épaule.
Hé, Milton.

D'abord tu bougeras pas, tu resteras sur le flanc tourné vers le mur mais tu parles que t'auras ouvert les yeux d'un coup.
Milton, hé, Milton.
Au bout d'un moment, tu me demanderas ce qui se passe.
Tu veux savoir ce qui se passe, Milton ?
Tu répondras pas et tu continueras à me tourner le dos avec les yeux écarquillés.
Hier soir, tu l'as bien vérifié ton sac au moins ?
Oui, comme tous les soirs, je l'ai bien vérifié.
Et quand tu diras ça, ta voix commencera à trembler et juste après tu te retourneras d'un coup vers moi et on se regardera un bon moment en silence.
Tu sais pourquoi je te demande ça, au sujet de ton sac, hein Milton que tu le sais ?
Tu me répondras que t'as comme une idée sur la question. Et tu te relèveras un peu, en t'appuyant sur ton coude. Je me relèverai moi aussi, je m'assiérai en repoussant la couverture et ça fera voler un petit nuage de poussière.
On va partir, Milton. J'ai décidé ça, qu'on allait partir. C'est pour aujourd'hui.
Tu regarderas vers ton sac, puis vers moi, puis vers ton sac, puis encore vers moi.
T'as bien réfléchi Prez avant de décider !
Si j'ai réfléchi. On peut pas plus réfléchir à cette question que je l'ai fait, ça, t'as ma parole.
Tu plisseras le front.
Ben oui, c'est pour aujourd'hui, Milton.

T'auras pas l'air si content que ça et je t'en ferai la remarque.

Déjà lu du même auteur :

le_h_ron_de_guernica Le héron de Guernica 5600 La nuit tombée 

cour_nord Cour Nord choplin_radeau Radeau

 

Posté par aproposdelivres à 06:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

08 septembre 2014

C'est lundi, que lisez-vous ? [187]

91950711

 (c) Galleane

C'est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane  

Qu'est-ce que j'ai lu cette semaine et avant ? 

98435330 97780819 9844906198435481 Trois_jours_en_ete-248x335 98572839

Les fils de rien, les princes, les humiliés - Stéphane Guibourgé 
Le monde de Charlie - Stephen Chbosky 
Pétronille - Amélie Nothomb 
Son of a gun - Justin St. Germain 
Trois jours en été - Bastien Quignon (BD) 
Le Planqué des huttes - Léo Lapointe

Qu'est-ce que je lis en ce moment ?

22/11/63 - Stephen King 
L'enfant des marges - Franck Pavloff (partenariat Albin Michel)

Que lirai-je les prochaines semaines ?

L'Heure indigo - Kristin Harmel (partenariat Denoël)
Le Tangram magique - Florence Lamy (partenariat Casterman)
Lyuba ou la tête dans les étoiles - Valentine Goby (partenariat Autrement)
Du sang sur la Baltique - Viveca Sten (partenariat Albin Michel)

Bonne semaine, bonnes lectures !

Posté par aproposdelivres à 06:16 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

07 septembre 2014

Le Planqué des huttes - Léo Lapointe

Lu en partenariat avec Pôle nord éditions 

les planqués Pôle nord éditions - juin 2014 - 520 pages

Quatrième de couverture : 
Au printemps 1917, un contingent de travailleurs chinois arrive à Nolette, petit village picard à quelques kilomètres de la baie de Somme. Ils ont été recrutés dans leur pays par l’armée britannique pour travailler à l’arrière du front. C’est une main-d’œuvre docile, taillable et corvéable à merci, que découvrent les paysans picards. Parmi eux la famille Coulon, dont l’un des membres est au bagne pour un crime qu’il n’a pas commis. Pour les Coulon, surveillés par la police, comme pour les Chinois, esclaves des Anglais, la guerre aura des conséquences dramatiques.

Auteur : Léo Lapointe est le nom de plume d'un expert international en affaires sociales. 
Après un doctorat consacré aux questions de politique sociale et de problématique de l’emploi, il partage sa vie entre Côte picarde, Belgique et des missions à l’étranger, notamment le Mexique, l’Algérie, le Chili et le Liban. 
Fortement engagé, c’est dans des associations à caractère social qu’il fait ses premières armes en tant qu’écrivain public. Défense des chômeurs, des immigrés, des réfugiés, des sans-logis…
Ses premiers écrits sont autobiographiques et auto-justificatifs, une façon de se défendre contre les choses désagréables qui arrivent en temps de crise. 
C’est par la suite que l’auteur se tourne vers la fiction, et plus particulièrement le polar, dont les cinq premiers ont été édités par Ravet-Anceau à Lille. 
Son premier roman édité en 2005, Le Vagabond de la Baie de Somme, est toujours présent dans les rayons après avoir largement dépassé le cap des 10 000 exemplaires vendus. Il réside en Belgique. 

Mon avis : (lu en août 2014)
Ce livre est très bien documenté sur les faits historiques autour de la Première Guerre Mondiale, en particulier dans la région d'Abbeville. En fin du livre, il y a même en annexes de la documentation sur la présence de ce camp de travailleurs chinois à Noyelles-sur-Mer et la bibliographie du livre.
Le premier tiers de ce livre est consacré à installer l’ambiance, les lieux et les personnages de cette histoire : la famille Coulon-Boulogne, Gustave, Victoire et leurs enfants Julien, Rémi, France et Jeanne. Il y a également l'oncle Emile (le frère de Victoire) qui a des idées anarchistes, il est dans le colimateur de la police. Il faut attendre plus de la moitié du livre avant l’arrivée des chinois. Ils ont été recrutés par les anglais, pour travailler sur l’arrière front.
J'ai trouvé ce livre un peu long à lire même si l'intrigue est intéressante, il s'agit plus de suivre les péripéties de la famille Coulon-Boulogne depuis la fin du XIXème siècle jusqu'à la fin de la Guerre 14-18. L'épisode de la présence des travailleurs Chinois à proximité de la ferme des Coulon est assez anecdotique par rapport à l'étiquette "anarchiste" qui leurs a été donnée à cause de l'oncle. Les personnages de cette famille sont attachants, on voit grandir Julien qui passe du statut d’enfant à celui de soldat, il devient un homme qui ne recule pas pour ses idées, il est humain. Gustave, le père, porte sa famille à bout de bras, il espère toujours qu'il y aura des jours meilleurs. Victoire et ses filles sont des femmes fortes, elles veulent garder la tête haute. Rémi est mon préféré, c'est le petit frère qui prend le rôle de pilier de la maison après le départ de Julien au front et lorsque la fatigue affaiblira Gustave.

Merci Gilles et Pôle nord éditions pour ce partenariat.

Extrait : (début du livre)
C'était le printemps, mais ce printemps de 1903 était aussi lent à venir que le nouveau siècle avait été à naître.
Rémi ne pouvait avoir le moindre souvenir de ce passage qui avait tant énervé les adultes. A son arrivée au monde, le vingtième siècle venait de commencer, alors le bonheur viendrait, immanquablement.
Son grand frère Julien se rappelait au contraire parfaitement ce mois de janvier trois ans plus tôt. L'instituteur avait tracé à la craie la date magique sur le tableau noir : lundi 1er janvier 1900. Puis il s'était lancé dans un discours mémorable sur la France éternelle et meurtrie. Meurtrie ? Il ne la voyait pas comme cela, Julien, sa France n'allait guère plus loin qu'Abbeville. Et puis l'année suivante, 1901, serait celle de ses dix ans. Cet évènement était autrement considérable que la modernité des machines à venir annoncée par monsieur l'instituteur. Julien savait depuis qu'il était tout petit qu'il était classe 11. Il connaissait la signification : dans dix ans, la conscription. Une vie d'homme qui commencerait.
Petit frère n'avait donc guère plus de quelques mois au passage du siècle. Emmailloté jour et nuit il ne quittait les bras de sa mère que pour ceux de ses deux grandes sœurs. Aujourd'hui, trois ans plus tard, tout était différent. Depuis qu'il a appris à marcher, très tôt, il n'avait plus lâché son grand frère. Il passait la journée collé à ses basques, pataugeant avec lui dans la cour de ferme à nourrir les animaux et nettoyer l'écurie, ramassant les œufs, trottinant le soir sur ses talons vers la grande prairie herbue à l'ombre de la forêt pour ramener les trois vaches du maigre troupeau familial.  

Challenge Trillers et Polars
2014-2015
 
88055176_o
catégorie "Même pas peur" :  3/25

 Challenge Petit Bac 2014
91121022
"Bâtiment" (6)

Posté par aproposdelivres à 10:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 septembre 2014

Trois jours en été - Bastien Quignon

Trois_jours_en_ete-248x335 Actes Sud - juin 2010 - 93 pages

Présentation de l'éditeur :
C'est l'été pour Alban, 15 ans, et Gaël, 11 ans. Les deux garçons sont à la campagne, pour ainsi dire livrés à eux-mêmes, dans une lumière vibrante. En permanence, l'aîné entraîne le cadet, teste, non sans perversité, ses limites, le met à l’épreuve, le brime. Jusqu'où Gaël sera-t-il prêt à aller pour complaire à Alban et préserver leur amitié ? 

Avec beaucoup de sensibilité, par petites touches, Bastien Quignon dévide le fil d’un récit volontairement léger, qui s’organise autour de lieux et de motifs tels qu’une casquette, un balcon, une piscine, une cabane, un coq. Servie par un dessin au crayon d’une grande sensualité, une chronique émouvante d’un âge parfois cruel, dans laquelle chacun pourra retrouver des échos de sa propre adolescence.

Auteur : Bastien Quignon est né en 1986 en région parisienne. Après avoir beaucoup déménagé dans son enfance, à l’âge de 10 ans il accompagne sa famille dans un périple de six mois en Asie du sud-est (Thaïlande, Indonésie, Malaisie). Il a passé un bac littéraire au lycée de Dreux, puis a suivi quatre années d’enseignement de la bande dessinée à l’Académie des Beaux-Arts de Tournai, en Belgique, dont il est diplômé. Trois jours en été est son premier livre.

Mon avis : (lu en août 2014)
Voilà une BD prise au hasard à la bibliothèque avant les vacances. Comme le titre l'annonce cela rencontre quelques d'été où deux jeunes garçons trompent leur ennui. Gaël a 11 ans, son ami Alban est plus âgé, il entraîne son cadet dans des expériences qui repoussent les limites... Alban, avec une perversité certaine, n'hésite pas à persécuter son camarade. Gaël ne sait que faire, doit-il tout accepter pour garder l'amitié de son aîné ? Une histoire assez dérangeante sur la relation entre deux jeunes adolescents.
Un dessin assez original au crayon noir sur du papier tramé.

 

Extrait : 

3jours-383jours-40 (1)

3jours-41

 Challenge Petit Bac 2014
91121022
"Moment/Temps" (12)

 

Posté par aproposdelivres à 06:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,