26 décembre 2014

Challenge Petit Bac 2015

98438537_o

Durant le mois de décembre, je me suis ré-inscrite au Challenge Petit BAC pour 2015 organisé par Enna,
il s'agit de lire des romans ayant dans leurs titres un mot correspondant aux différentes rubriques
du "Petit BAC". Au moins 1 livre pour chacune des rubriques.
Cette année, il y a de nouvelles rubriques...

 Voici ma liste : 
avec quelques livres déjà dans ma PAL perso ou empruntés à la Bibliothèque...

 Prénom :
(fille ou garçon ou surnom)

 9782505061632_1_75 Charly-9-couv 101938617 (1) 9782356419323-T (1) tom l'éclair 9782226317148g 105626639107640216

 Les vieux fourneaux tome 2 : Bonny and Pierrot - Wilfrid Lupano et Paul Cauuet (1) 
Charly
9 - Richard Guérineau d'après Jean Teulé (2) 
Oona et Salinger - Frédéric Beigbeder (3) 
Joseph - Marie-Hélène Lafon (4) 
Comment Thomas Leclerc 10 ans 3 mois et 4 jours est devenu Tom l'Eclair et a sauvé le monde... - Paul Vacca (5) 
Les nuits de la Saint-Jean - Viveca Sten
Camille, mon envolée - Sophie Daull (7) 
Paul en appartement - Michel Rabagliati (8)

Lieu  :
(réel ou imaginaire, ville, pays, continent, ou lieu géographique naturel)

CVT_Qui-es-tu-Alaska-_5671 un hiver à paris 103232781 105501958 le pays où 107399654 104440838

Qui es-tu Alaska ? - John Green (1) 
Un hiver à Paris - Jean-Philippe Blondel (2) 
Un Océan D'amour - Lupano et Panaccione (3) 
Les nuits de Reykjavik - Arnaldur Indridason (4) 
Le pays où l'on arrive jamais - André Dhôtel (5) 
Berezina - Sylvain Tesson (6) 
L'île du Point Némo - Jean-Marie Blas de Roblès (7)



Animal : (réel ou imaginaire)

l'effet papillon six fourmis blanches 9782356417251-T 102910076 (1) 105621445 106267352 106786777 

 L'effet papillon - Jussi Adler Olsen (1) 
Six fourmis blanches - Sandrine Collette (2) 
Trois mille chevaux-vapeur - Antonin Varenne (3) 
Les loups blessés - Christophe Molmy (4)
Dent d'ours - tome 3 - Werner - Yann et Henriet (5)
Les Crocodiles - Thomas Mathieu (6) 
Mamette, Tome 6 : Les papillons - Nob (7)

  Objet :

un parfum d'herbe coupée n'entre pas dans mon ame 9782356417145-T 102696527 (1) 105626630 107590612 123 foulard

Un parfum d'herbe coupée - Nicolas Delesalle (1) 
N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures - Paola Pigani (2) 
Le vieux qui lisait des romans d'amour - Luis Sepulveda (3) 
La Bibliothèque des cœurs cabossés - Katarina Bivald (4) 
Le Secret de la manufacture de chaussettes inusables - Annie Barrows (5) 
Le Papyrus de César - Jean-Yves Ferri, Didier Conrad (6) 
1, 2, 3... foulard - Eric Sanvoisin (7)



Couleur :

la couleur du lait l'apache aux yeux mamette,-tome-2---l-age-d-or-96242-250-400 mamette_4 105500966 noir septembre 9782226318176m

La Couleur du lait - Nell Leyshon (1) 
L'Apache aux yeux bleus - Christel Mouchard (2) 
Mamette, Tome 4 : Entre ciel et terre - Nob (3)
Mamette, Tome 2 : L'âge d'or - Nob (4) 
Les amandes vertes, Lettres de Palestine - Anaële et Delphine Hermans (5) 
Noir Septembre - Inger Wolf (6)
La piste noire - Åsa Larsson (7)

Pronom personnel sujet :

si j'étais un rêve 9782756035505_1_75 nous sommes tous des exceptions sais-tu pourquoi la meilleure d'entre nous on ne voyait Et tu es revenu

 Si j'étais un rêve... - Charlotte Bousquet (1) 
Ce n'est pas toi que j'attendais - Fabien Toulmé (2) 
Nous sommes tous des exceptions - Ahmed Dramé (3)
Sais-tu pourquoi je saute ? - Naoki Higashida (4)
La meilleure d'entre nous - Sarah Vaughan (5)
On ne voyait que le bonheur - Grégoire Delacourt (6) 
Et tu n'es pas revenu - Marceline Loridan-Ivens (7)

Titre en un seul mot :

book_261 9782356418562-T 9782356418470-T refuges  106019627 105625583 afghanes-191225-250-400 107462735

Acquanera - Valentina D'Urbano (1) 
Constellation - Adrien Bosc (2) 
Yeruldelgger - Ian Manook (3) 
Refuges - Annelise Heurtier (4) 
Checkpoint - Jean-Christophe Rufin (5) 
Macadam - Jean-Paul Didierlaurent (6) 
Afghanes - Suzanne Fisher Staples (7)
Carthage - Joyce Carol Oates (8)

Taille : 
(tout ce qui désigne une taille, grandeur, grosseur ou mots associés)

101573522 avenue des geants 103406830 104254447 parsons

Le Grand désordre - Alzheimer, ma mère et moi - Sarah Leavitt (1)
L'avenue des Géants - Marc Dugain (2) 
La Surface de réparation - Alain Gillot (3) 
Les petits vieux d'Helsinki - Minna Lindgren(4) 
Des garçons bien élevés - Tony Parsons (5)
Le strict maximum - Charlie Poppins
20 pieds sous terre - Charlotte Erlih

Musique :

henry k larsen book_faces 103195593 si j'étais un rêve 9782330048204 9782356419347-T si c'est un homme 107105931

Le journal malgré lui de Henry K. Larsen - Susin Nielsen (1) 
Faces B - François Thomazeau (2)
Danser les ombres - Laurent Gaudé (3) 
Si j'étais un rêve... - Charlotte Bousquet (4) 
La coloc - Jean-Philippe Blondel (5) 
La vérité et autres mensonges - Sascha Arango (6) 
Si c'est un homme - Primo Levi (7)
A la poursuite de ma vie - John Corey Wharey (8)

Mort :

 product_9782207116210_195x320 la guerre d'hiver 9782356417268-T millenium4_ac 107410005 r_1870 (1) les-vieux-fourneaux-tome-3-celui-qui-part

Lettres mortes - Robert Allison (1)
La Guerre d'hiver - Philip Teir (2) 
En finir avec Eddy Bellegueule - Edouard Louis (3)
Millenium 4 - Ce qui ne me tue pas - David Lagercrantz (4) 
Les amis du Paradis - Caroline Vermalle (5) 
Un bonheur si fragile - tome 2 : Le drame - Michel David (6)
Les vieux fourneaux - tome 3 : Celui qui part (7)

Bonus : Gros mot

106019616

Tout foutre en l'air - Antoine Dole (1)

 

Récapitulatifs :

Challenge Petit BAC 2014 (9 lignes) 
Challenge Petit BAC 2013 (9 lignes)
Challenge Petit BAC 2012 (5 lignes)
Challenge Petit BAC 2011 (3 lignes)

Posté par aproposdelivres à 21:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


25 décembre 2014

Joyeux Noël

Paix, Amour, Fraternité et Santé !

Noel

C'est Noël tous les jours

C'est Noël chaque fois qu'on essuie une larme dans les yeux d'un enfant
C'est Noël chaque fois qu'on dépose les armes et chaque fois qu'on s'entend
C'est Noël chaque fois qu'on arrête une guerre et qu'on ouvre les mains
C'est Noël chaque fois qu'on force la misère à reculer plus loin

C'est Noël sur la terre chaque jour
Car Noël, mon frère, c'est l'Amour

C'est Noël quand nos coeurs oubliant les offenses sont vraiment fraternels
C'est Noël quand enfin se lève l'espérance d'un amour plus réel
C'est Noël quand soudain se taisent les mensonges faisant place au bonheur 
Et qu'au fond de nos vies, la souffrance qui ronge trouve un peu de douceur

C'est Noël sur la terre chaque jour.
Car Noël, ô mon frère, c'est l'Amour

C'est Noël dans les yeux du pauvre qu'on visite sur son lit d'hôpital
 C'est Noël dans le coeur de tous ceux qu'on invite pour un bonheur normal
C'est Noël dans les mains de celui qui partage aujourd'hui notre pain
C'est Noël quand le gueux oublie tous les outrages et ne sent plus sa faim

 C'est Noël sur la terre chaque jour
Car Noël, mon frère, c'est l'Amour

 


"C'est Noël tous les jours" de l'Ensemble Vocal l'Alliance

 

Posté par aproposdelivres à 06:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

23 décembre 2014

Ces instants-là - Herbjørg Wassmo

Blog_LogoRentreeLitteraire2014_03

CVT_Ces-instants-la_6533 Gaïa - septembre 2014 - 399 pages

traduit du norvégien par Céline Romand-Monnier

Titre original : Disse øyeblikk, 2013

Quatrième de couverture :
Elle grandit dans le nord de la Norvège, entre une mère insaisissable mais présente, une petite soeur qu’elle protège, un père qu’elle méprise avant de le haïr. Elle n’est pas coupable du mal qu’il lui fait. 

Puis elle aime le rock, la danse, les mains de l’apprenti électricien. Elle surnage face à la honte, part à la ville étudier. Son père est loin, c’est bien, mais son jeune fils aussi est loin. 
Elle lit, et brave son silence dans l’écriture. Elle se marie, publie, devient écrivain. Se bat pour sa liberté et son droit à vivre comme elle le souhaite. 
Avec pudeur et sans fard, Herbjørg Wassmo raconte ce qui fait une vie, en la présence majestueuse du Grand Nord.

Auteur : Herbjørg Wassmo est née en 1942, dans le nord de la Norvège. Ses romans et nouvelles sont empreints de l'atmosphère de ces régions septentrionales. Auteur d’une œuvre considérable. Tous ses romans sont disponibles en français. Traduite en de nombreuses langues, elle connaît un succès populaire exceptionnel. Elle est, en Scandinavie, l’écrivain mondial le plus lu, et Dina a pris place aux côtés des grandes héroïnes de la littérature.

Mon avis : (lu en décembre 2014)
J'avais choisi comme premier choix pour participer aux Matchs de la Rentrée Littéraire de Priceminister, le livre de David Vann Goat Mountain, malheureusement il était en rupture de stock. J'ai donc choisi celui-ci car j'aime les auteurs venus du froid et que j'avais déjà lu un livre de cette auteur.
Une lecture magnifique mais exigeante. Entre roman et autobiographie, la narratrice passe en revue sa vie depuis l'adolescence jusqu'à environ ses cinquante ans.
Elle déteste son père, elle veut protéger sa soeur, elle refuse de devenir comme sa mère, soumise à son mari. Elle voudrait prendre sa vie en main, et vivre pour elle. Parfois, elle culpabilise vis à vis de ses enfants, de les laisser à sa mère ou son mari pour faire des études d'institutrice puis de littérature. Elle rêve de liberté et c'est en écrivant qu'elle arrive à se libérer du quotidien, à se sentir libre. 
Les paysages qui l'entoure ont une grande importance dans l'atmosphère que dégage cette histoire. C'est la Norvège, rude, au climat froid mais magnifique.
Au début, la lecture est un peu difficile car les personnages n'ont pas d'identité, de nom ou de prénom ils sont nommés la mère, le père, le mari, le fils, la fille, elle... Une fois le lecteur plongé dans l'histoire, il s'habitue et est captivé par cette superbe écriture. 
Au fil du livre, les morceaux de vie de la narratrice se dévoilent puis s'assemblent comme pour un puzzle. Je me suis beaucoup attachée à "elle" en découvrant ses souffrances, ses faiblesses, ses interrogations.

Merci Olivier et PriceMinister pour ce partenariat.

 

Autres avis :  Cuné, Clara, Kathel

Extrait : (début du livre)
Elle s'adosse à un mur et se laisse toucher. Sa peau se hérisse sous les mains d'un autre. Elle forme de minuscules obstacles et cherche à se protéger. Dans sa tête, une radio lui dit : Écoute. Sens ! Ceci est maintenant. Il faut que tu sentes comment c'est. Ne t'arrête pas au fait qu'il y a un goéland sur le toit. Il s'agrippe au faîte en poussant des cris.
Elle renverse la tête en arrière et ferme les yeux pour être seule. Ce n'est pas le garçon qui l'effraie, mais ce sentiment de ne pas avoir d'échappatoire. Elle l'entend parler, mais ne saisit pas ses propos. Il se rend compte qu'elle reste là les bras ballants. Et laisse tomber ses mains.
- C'est bon, t'inquiète pas, dit-il en la relâchant.
Le goéland crie. Elle est la même qu'avant. Reste juste immobile afin de pouvoir redevenir distincte à elle-même. Sans quoi elle ne sera pas visible aux autres.

Les autres sont ceux qui rient. Murmurent. Se tiennent groupés. Ceux qui savent tout ce qu'elle ignore. Par exemple pourquoi le garçon de l'été dernier ne la contacte pas. Ceux qui ont peut-être vu qu'elle tremble quand elle doit réciter quelque chose sur l'estrade. Les déclinaisons allemandes. Les prépositions. Et au tableau, les longues séries d'équations non résolues. Ceux qui savent que sa peau se rétracte, transpire. Pour ensuite se dessécher. Se mettre à sentir.
Certains collectent des preuves. Examinent. Rédigent des attestations. Des certificats de bonnes vie et moeurs. Traitent des demandes d'admission à l'école. D'autres sont assis derrière le rideau de la cuisine et savent à son sujet tout ce sur quoi elle n'a pas encore eu le temps de réfléchir. Ils sont contents ou en colère, mais jamais vides. Ils ont le droit de juger. Y compris de ce qu'ils ne savent pas, mais croient deviner.

Son père est encore debout, il est assis dans la cuisine, avec son rictus. Elle n'entre pas, mais referme la porte sans rien dire et sans aller chercher la tartine qu'il lui faut. Se contente de boire au robinet au-dessus du lavabo de la salle de bains. La porte est munie d'une bonne clef en fer que tournait naguère l'auteur. Il règne une odeur de linge de toilette humide et de vieille vapeur. La baignoire peinte en rouge avec ses pieds pattes de lion et son réservoir en cuivre gagné par le vert-de-gris ont l'air étranger. Il y a de la cendre froide sur la plaque sous le poêle.
Autrefois, l'auteur était dans cette baignoire, songe-t-elle. L'auteur avait aussi un corps. Ça fait drôle d'y penser. A présent, l'ensemble est propriété de la commune. Mais l'auteur est mort. Il n'est que honte et trahison de la patrie. Son père paie un loyer pour qu'ils puissent habiter ici. Son père est n'importe où dans les pièces. La nuit aussi.

Déjà lu du même auteur :

cent_ans Cent ans

 Challenge Voisins Voisines 2014
logo_voisins_voisines_2014_h300
Norvège

Challenge 5% Rentrée Littéraire 2014 
challengerl2014_150
26/30

Posté par aproposdelivres à 16:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

22 décembre 2014

C'est lundi, que lisez-vous ? [202]

91950711

C'est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane  

Qu'est-ce que j'ai lu cette semaine ? 

447461jumeaux1 100898440 guide du mauvais père_t2 le tirailleur
Le grand cahier - Agota Kristof 
Le magasin des suicides - Jean Teulé 
Le Guide du mauvais père tome 2 - Guy Delisle (BD)
Le Tirailleur - Alain Bujak et Piero Macola (BD)

Qu'est-ce que je lis en ce moment ?

Ces instants-là - Herbjørg Wassmo (Les Matchs de la Rentrée Littéraire 2014)

Que lirai-je la  semaine prochaine ?

Sous les couvertures - Bertrand Guillot 
Un parfum d'herbe coupée - Nicolas Delesalle (partenariat Préludes)
Lettres mortes de Robert Allison (partenariat Denoël)
Un homme effacé - Alexandre Postel (partenariat Folio)

Bonne semaine, bonnes lectures et bonnes fêtes !

Posté par aproposdelivres à 06:15 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

21 décembre 2014

Le Tirailleur - Alain Bujak et Piero Macola

le tirailleur Futuropolis - mai 2014 - 120 pages

Quatrième de couverture : 
Entre 2008 et 2009, Alain Bujak a été amené à vivre dans un foyer social à Dreux, afin de photographier des travailleurs immigrés maintenant à la retraite. C’est ici qu’il fait la connaissance d’Abdesslem. Son reportage terminé, il a voulu le revoir. Il a passé des heures avec lui, à l’interroger sur sa vie. Des entretiens chaleureux qui revivent aujourd’hui sous la forme d’une bande dessinée témoignage. Car la vie d’Abdesslem, c’est la vie des nombreux tirailleurs marocains enrôlés très jeunes dans l’armée française pour combattre l’Allemagne en 1940. Fait prisonnier durant la drôle de guerre, Abdesslem sera renvoyé au Maroc en 1942, pour participer à l’hiver 1944 à la libération de l’Italie. Avec pour récompense, une non reconnaissance de la nation et des pensions militaires largement inférieures à celles des anciens combattants français. Il fallait beaucoup de talent pour mettre en image cette histoire à la fois extraordinaire et banale, celle d’un homme trop souvent invisible à nos yeux, et qui pourtant est un rouage essentiel de notre société. À n’en pas douter, Bujak et Macola ont ce talent. Le récit dessiné est complété d’un reportage photographique d’Alain Bujak au Maroc, où il a retrouvé Abdesslem et sa famille aujourd’hui après que ce dernier ait renoncé à sa pension pour vivre avec les siens.

Auteur : Alain Bujak, né en juillet 1965. Tireur noir et blanc. Après un passage par l’Établissement de Cinéma et de Photographie des Armées, et par la galerie Caméra Obscura, il rejoint l’atelier Demi-Teinte (Paris) où il tire en argentique les images de photographes de mode ou de reportage. Photographe. Travaille régulièrement pour des entreprises et des collectivités, en collaboration avec des agences de communication, ou en direct. Aime passer du temps avec les gens. L’écoute et l’investigation sont un préalable immuable. Après, il peut écrire et photographier des histoires simples, sans grands décors, ni exotisme. Donner au quotidien de chacun sa richesse. Des rencontres pour faire des livres et des expositions.

Mon avis : (lu en décembre 2014)
J'ai emprunté complètement par hasard cette bande dessinée à la Bibliothèque. Elle raconte l'histoire vraie d'Abdesslem, un Marocain qui "par curiosité" a été enrôlé de force par l'armée française en 1939 pour aller se battre contre les Allemands. Il avait environ 17 ans, il travaillait pour l'exploitation familiale comme simple berger. Malgré lui, il se retrouve engager dans une guerre étrangère à sa vie, à son pays... 
En 2008, le journaliste Alain Bujak rencontre Abdesslem dans un foyer pour travailleur immigré. S'il veut toucher l'intégralité de sa petite retraite de l'armée française, il est obligé de séjourner en France au moins 9 mois. Il laisse donc sa famille au Maroc et vit seul à Dreux. Alain et Abdesslem sympathisent et ce dernier lui raconte son histoire. Celle des nombreux tirailleurs venus de nos colonies, enrôlés de force et vite oubliés par la France après la guerre.
Ce témoignage est très fort, les souvenirs sont parfois imprécis mais tellement vrais. 
En conclusion, la bande dessinée est complétée par un reportage photographique d’Alain Bujak au Maroc. Il a retrouvé Abdesslem et sa famille. Ce dernier a renoncé à sa pension pour vivre en permanence avec les siens.

Extrait : 

Prepub-LeTirailleur-pl1 Prepub-LeTirailleur-pl2

Prepub-LeTirailleur-pl3 Prepub-LeTirailleur-pl4

Prepub-LeTirailleur-pl5 Prepub-LeTirailleur-pl6

Prepub-LeTirailleur-pl7 Prepub-LeTirailleur-pl8

Prepub-LeTirailleur-pl9 Prepub-LeTirailleur-pl10

 

Prepub-LeTirailleur-pl11 Prepub-LeTirailleur-pl12

Posté par aproposdelivres à 09:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


19 décembre 2014

Comme une petite ressemblance 16

 

91061693

Une nouvelle compilation de couvertures  avec Canel

dos à dos

1410578-gf 9782356416841-G 

corde

 510RlIfr8PL 2013-10-31_171238 

poupée vaudou

2013-10-31_212904 2013-10-31_212516 

des pas sur la neige

4095269782749133362 smilla_et_l_amour_de_la_neige_pts

 Tableau noir

la peau les savants_p

forêt

 arbre2 arbre

Une route, une valise

valise2 valise1

 fenêtre blanche

maison rouge_2 maison rouge

brasse coulée

 zFke9Ve 2013-11-01_185352

boule de neige

esprit d'hiver 2013-10-31_073303x200

 coquillage

vL42vnT 43941140_p

grande roue

100216796 berlinoise

  Le billet de Canel

  Mes autres billets Comme Une Petite Ressemblance : 

billet n°1billet n°2billet n°3billet n°4 (spécial Noël)billet n°5billet n°6
billet n°7billet n°8billet n°9billet n°10billet n°11billet n°12billet n°13 
billet n°14, billet n°15

Posté par aproposdelivres à 06:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

18 décembre 2014

Le Guide du mauvais père tome 2 - Guy Delisle

guide du mauvais père_t2 Delcourt - janvier 2014 - 192 pages

Quatrième de couverture :
S’acharner sur son fils pour remporter une partie de jeu vidéo. Redoubler de mauvaise foi envers sa fille de 7 ans après avoir perdu à cache-cache. Pire, inventer une histoire de tueur psychopate à la tombée de la nuit… Guy Delisle, un mauvais père ? Non, un auteur de bande dessinée qui sait puiser l’imagination là où elle se trouve, avec un sens aigu de l’observation et une bonne dose d’autodérision.

Auteur : Né en 1966, Guy Delisle est un auteur de bande dessinée québécois. Après des études d'animation au Sheridan College de Oakville (Ontario), il travaille dans différents studios à travers le monde, Canada, Allemagne, France, Chine, Corée du Nord, Réunion, Jérusalem. Ses expériences de superviseur d'animation en Asie fourniront ainsi matière à deux albums autobiographiques, Shenzhen en 2001 et Pyongyang en 2003. Paru en 2007, Chroniques birmanes relate un séjour d'une année qu'il effectue à Rangoon où il suit son épouse, expatriée de Médecins sans frontières. Quatre ans plus tard paraît Chroniques de Jérusalem qui relate l'année 2008-2009 passée par la famille en Israël, et qui lui vaut le Prix du Meilleur Album au festival d'Angoulême en 2012. Il a en particulier vécu en direct l'Opération plomb durci à Gaza en décembre 2008.

Mon avis :  (lu en décembre 2014)
Je préfère Guy Delisle lorsqu'il raconte ses voyages à Jérusalem, Pyongyang... Ces anecdoctes de père indigne sont cependant assez amusantes. Côté dessin, le service est "minimum", comme le montre l'extrait ci-dessous, avec un dessin et du copier-coller pour les autres cases, seul le texte est modifié... Lorsque l'on a des enfants, Guy Delisle a toute notre sympathie car beaucoup de situations nous sont familières... Il y a même un tome 3 qui doit sortir en janvier 2015. 

Extrait : 

gmp_t2_1 gmp_t2_2

gmp_t2_3 gmp_t2_4

gmp_t2_5  gmp_t2_6

gmp_t2_7 gmp_t2_8

gmp_t2_9

 

Déjà lu du même auteur : 

chroniques_de_J_rusalem Chroniques de Jérusalem shenzhen  Shenzhen pyongyang Pyongyang 

le_guide_du_mauvais_p_re Le Guide du Mauvais Père tome 1 chroniques_birmanes Chroniques Birmanes 

louis au ski Louis au ski

Posté par aproposdelivres à 11:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

17 décembre 2014

Le magasin des suicides - Jean Teulé

9782356411105-T magasindessuicides le magasin des suicides_leconte 733936

Audiolib - janvier 2009 - 3h30 - Lu par Thierry Freret

Julliard - décembre 2006 - 157 pages

Pocket - mars 2008 - 157 pages

Quatrième de couverture :
Imaginez un magasin où l’on vend depuis dix générations tous les matériels et ingrédients possibles pour se suicider. Cette petite entreprise familiale prospère grâce au marché lucratif de la tristesse et du désespoir jusqu’au jour abominable où se répand un virus inattendu : la joie de vivre.
Thierry Fréret, sans jamais tomber dans le sentencieux, donne toute sa dimension à ce récit philosophique mâtiné d’humour noir.

Auteur : Jean Teulé est l'auteur de treize romans. Parmi les plus notables, Je, François Villon a reçu le Prix du récit biographique ; Le Magasin des suicides a été traduit en dix-neuf langues et récemment adapté en animation. Darling a été adapté au cinéma avec Marina Foïs et Guillaume Canet dans les rôles principaux ; Le Montespan, prix Maison de la presse et grand prix Palatine du roman historique, a été élu parmi les vingt meilleurs livres de l'année 2008 par le magazine Le Point. La totalité de son œuvre romanesque est publiée aux Éditions Julliard.

Lecteur : Thierry Fréret est journaliste à Europe 1 depuis 1987. Ce père de famille nombreuse a aussi été l'un des chroniqueurs de l'émission " Les Maternelles" sur France 5 de 2000 à 2005. Cinéphile, il est aussi passionné par théâtre et la littérature.

Mon avis : (écouté en décembre 2014)
C'est une relecture car j'ai découvert ce livre de Jean Teulé avant d'avoir mon blog. 
Dans un futur indéfinissable, tout est sombre et morose. La famille Tuvache a un commerce un peu particulier au cœur de la cité des Religions Oubliées. Un commerce très prospère où l'on trouve de tout pour se donner la mort, corde, poisons, armes... Mishima et Lucrèce, les parents, tiennent à merveille ce commerce sinistre entourés de leurs trois enfants.
L'aîné, Vincent, est un anorexique et migraineux, la sœur, Marylin, dépressive. Le petit dernier, Alan, est le mouton noir de la famille... Il est toujours souriant, optimiste et transpire la joie de vivre... Ce n'est pas vraiment pas une bonne publicité pour "Le Magasin des Suicides"...
Une histoire originale et décalée pleine d'humour noir.
C'était la quatrième fois que je découvrais cette histoire ayant lu l'adaptation en BD et vu le film d'animation réalisé par Patrice Leconte en 2012. C'est donc bien moins surprenant que la première lecture...

20104611 le_mag10  

Ce livre a été adapté au cinéma en film d'animation réalisé par Patrice Leconte en 2012.

Ce livre a été adapté en BD.

le_magasin_des_suicides Le magasin des suicides : D'après le roman de Jean Teulé - Domitille Collardey et Olivier Ka 

Extrait : (début du livre)
C'est un petit magasin où n'entre jamais un rayon rose et gai. Son unique fenêtre, à gauche de la porte d'entrée, est masquée par des cônes en papier, des boîtes en carton empilées. Une ardoise pend à la crémone.

Accrochés au plafond, des tubes au néon éclairent une dame âgée qui s'approche d'un bébé dans un landau gris :
- Oh, il sourit !
Une autre femme plus jeune - la commerçante -, assise près de la fenêtre et face à la caisse enregis­treuse où elle fait ses comptes, s'insurge :
- Comment ça, mon fils sourit ? Mais non, il ne sourit pas. Ce doit être un pli de bouche. Pourquoi il sourirait ?
Puis elle reprend ses calculs pendant que la cliente âgée contourne la voiture d'enfant à la capote rele­vée. Sa canne lui donne l'allure et le pas maladroits. De ses yeux mortels - obscurs et plaintifs - à travers le voile de sa cataracte, elle insiste : 
- On dirait pourtant qu'il sourit.
- Ça m'étonnerait, personne n'a jamais souri dans la famille Tuvache ! revendique la mère du nouveau-né en se penchant par-dessus le comptoir pour vérifier.
Elle relève la tête, tend son cou d'oiseau et appelle :
- Mishima ! Viens voir !
Une trappe au sol s'ouvre comme une bouche et apparaît, telle une langue, un crâne dégarni :
- Quoi ? Que se passe-t-il ?
Mishima Tuvache sort de la cave avec, entre les bras, un sac de ciment qu'il dépose sur le carrelage tandis que sa femme lui raconte :
- La cliente prétend qu'Alan sourit.
- Qu'est-ce que tu dis, Lucrèce ?... Époussetant un peu de poudre de ciment sur ses manches, il s'approche à son tour du nourrisson qu'il contemple longuement d'un air dubitatif avant de diagnostiquer :
- Il a sûrement la colique. Ça leur dessine des plis de lèvres comme ça..., explique-t-il en remuant ses mains à l'horizontale, l'une par-dessus l'autre devant son visage. On peut parfois confondre avec des sourires mais ça n'en est pas. Ce sont des grimaces.
Puis il glisse ses doigts sous la capote du landau et prend l'aïeule à témoin :
- Regardez. Si je pousse les commissures de ses lèvres vers le menton, il ne sourit pas. Il fait la gueule comme son frère et sa soeur dès qu'ils sont nés.
La cliente demande :
- Relâchez.
Le commerçant s'exécute. La cliente s'exclame :
- Ah ! vous voyez bien qu'il sourit.
Mishima Tuvache se redresse, bombe le torse et s'agace :
- Qu'est-ce que vous vouliez, vous ? !
- Une corde pour me pendre.
- C'est haut de plafond, là où vous habitez ? Vous ne savez pas ? Tenez, prenez ça : deux mètres devraient suffire, continue-t-il en sortant d'un rayon­nage un lien de chanvre. Le noeud coulant est déjà fait ! Vous n'aurez plus qu'à glisser votre tête dedans...
Tout en payant, la dame se tourne vers le landau :
- Ça met du baume au coeur de voir un enfant qui sourit.
- Oui, oui, c'est ça ! râle Mishima. Allez, rentrez chez vous. Vous avez mieux à faire, maintenant, là-bas.

  Challenge Petit Bac 2014
91121022
"Bâtiment" (9) 

Posté par aproposdelivres à 06:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16 décembre 2014

Le grand cahier - Agota Kristof

 Lu dans le cadre du Challenge
 
"Écoutons un livre"
_coutons_un_livre

447461jumeaux1 le grand cahier_ le grand cahier_1988 grand-cahier Agota-Kristof-Le-Grand-Cahier_points le grand cahier

Livraphone - février 2003 - 3h20 - Lu par Éric Herson Macarel

Seuil - février 1986 - 190 pages

Points - février 1988

Points - 

Points - octobre 2010 - 168 pages

Points - mars 2014 - 167 pages

Quatrième de couverture : 
Dans un pays ravagé par la guerre, deux enfants (des jumeaux) abandonnés à eux-mêmes font seuls l'apprentissage de la vie, de l'écriture et de la cruauté. Premier roman d'une émigrée hongroise installée en Suisse, Le Grand Cahier est également le premier volet d'une trilogie qui comprend La Preuve et Le Troisième Mensonge. L'œuvre d'Agota Kristof est aujourd'hui traduite dans une quinzaine de pays.

Auteur : Née en Hongrie en 1935, Agota Kristof est l'auteur de "La Trilogie des jumeaux" (Le Grand Cahier, La Preuve et Le Troisième mensonge), traduite dans plus de vingt pays et disponible en Points. Le Grand Cahier a été récompensé par le prix du Livre européen.

Lecteur : Éric Herson-Macarel est un acteur français, né en 1964. Il joue régulièrement au théâtre et au cinéma. Actif dans le doublage, il est entre autres la voix française de Robert Carlyle, de Daniel Craig, de Mark Strong et de Willem Dafoe.

Mon avis : (écouté en décembre 2014)
En préparant ce billet, j'ai réalisé que Julie (Pimousse4783) m'avait offert le livre papier lors du Swap Les Vertes Années organisé par Valérie il y a 3 ans... 

Dans la Grande Ville, c'est la guerre. Pour protéger ses jumeaux Lucas et Klaus, une femme les confie à leur grand-mère à la campagne. Cette dernière est une vieille femme méchante, sale et avare, elle les accepte chez elle juste parce qu'ils font partie de la famille. Les deux enfants sont donc livrés à eux-mêmes, ils doivent apprendre à surmonter le froid, la faim et les cruautés quotidiennes dans ce pays dévasté.
Les deux enfants ont l'idée rédiger avec la plus grande objectivité possible leurs découvertes et leurs apprentissages dans un « Grand Cahier ».
Ce livre est donc ce « Grand Cahier ». Cela donne un récit froid et factuel, les enfants sont à la fois monstrueux et fascinants, ils se sont éduqués par eux-même, ayant la morale qu'ils se sont inventés. Un livre qui ne laisse pas indifférent.

C'est un livre qui s'écoute facilement car les chapitres sont courts et les phrases aussi.

Ce livre est le premier d'une trilogie que je poursuivrai sans hésiter.

le grand cahier_film

Une adaptation cinématographique de ce livre a été réalisé en 2013 par le réalisateur hongrois János Szász, le film est sortie en mars 2014 en France.

Extrait : (page 32)
Voici comment se passe une leçon de composition :
Nous sommes assis à la table de la cuisine avec nos feuilles quadrillées, nos crayons, et le grand cahier. Nous sommes seuls.
L’un de nous dit:
- Le titre de ta composition est : "L’arrivée chez Grand-mère"
L’autre dit :
- Le titre de ta composition est "Nos travaux".
Nous nous mettons à écrire. Nous avons deux heures pour traiter le sujet et deux feuilles de papier à notre disposition.
Au bout de deux heures, nous échangeons nos feuilles, chacun de nous corrige les fautes d’orthographes de l’autre à l’aide du dictionnaire et, en bas de page, écrit : "Bien" ou "Pas bien". Si c’est "Pas bien", nous jetons la composition dans le feu et nous essayons de traiter le même sujet à la leçon suivante. Si c’est "Bien", nous pouvons recopier la composition dans le Grand Cahier.
Pour décider si c’est "Bien" ou "Pas bien", nous avons une règle très simple : la composition doit être vraie. Nous devons décrire ce qui est, ce que nous voyons, ce que nous entendons, ce que nous faisons..
Par exemple, il est interdit d’écrire : "Grand-mère ressemble à une sorcière"; mais il est permis d’écrire "Les gens appellent Grand-mère la Sorcière".
Il est interdit d’écrire : "La Petite Ville est belle", car la Petite Ville peut être belle pour nous et laide pour quelqu’un d’autre.
De même, si nous écrivons : "L’ordonnance est gentil", cela n’est pas une vérité, parce que l’ordonnance est peut-être capable de méchancetés que nous ignorons. Nous écrirons donc simplement "L’ordonnance nous donne des couvertures".
Nous écrirons : "Nous mangeons beaucoup de noix"; et non pas "Nous aimons les noix", car le mot "aimer" n’est pas un mot sûr, il manque de précision et d’objectivité. "Aimer les noix" et "aimer notre mère", cela ne peut pas vouloir dire la même chose. La première formule désigne un goût agréable dans la bouche, et la deuxième un sentiment.
Les mots qui définissent les sentiments sont très vagues, il vaut mieux éviter leur emploi et s’en tenir à la description des objets, des êtres humains et de soi-même, c’est à dire la description fidèle des faits.

Challenge Voisins Voisines 2014
logo_voisins_voisines_2014_h300
Hongrie

 Challenge Petit Bac 2014
91121022
"Objet" (12) 

logo_challenge_obj_pal_swap
Objectif PAL Swap 

Posté par aproposdelivres à 06:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

15 décembre 2014

C'est lundi, que lisez-vous ? [201]

91950711

C'est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane  

Qu'est-ce que j'ai lu cette semaine ? 

9782356416100-G insensee_insuline will&will
La Princesse des glaces - Camilla Läckberg 
Insensée insuline - Emmanuelle Dupinoat 
Will & Will - John Green et David Levithan

Qu'est-ce que je lis en ce moment ?

Ces instants-là - Herbjørg Wassmo (Les Matchs de la Rentrée Littéraire 2014)

Que lirai-je la  semaine prochaine ?

Sous les couvertures - Bertrand Guillot 
Un parfum d'herbe coupée - Nicolas Delesalle (partenariat Préludes)
Lettres mortes de Robert Allison (partenariat Denoël)

Bonne semaine, bonnes lectures !

Posté par aproposdelivres à 06:34 - - Commentaires [8] - Permalien [#]