16 mars 2015

C'est lundi, que lisez-vous ? [212]

91950711

C'est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane  

Qu'est-ce que j'ai lu cette semaine ? 

9782356417251-T book_faces

Trois mille chevaux-vapeur - Antonin Varenne (Prix Audiolib 2015) 
Faces B - François Thomazeau

Qu'est-ce que je lis en ce moment ?

La Bibliothèque des cœurs cabossés de Katarina Bivald (partenariat Denoël) 
Les loups blessés - Christophe Molmy (partenariat La Martinière)
Oona & Salinger - Frédéric Beigbeder (Prix Audiolib 2015) 

Que lirai-je la  semaine prochaine ?

Le voyant - Jérôme Garcin (Babelio - Prix Relay)
Danser les ombres - Laurent Gaudé (Babelio - Prix Relay)
La dernière fugitive de Tracy Chevalier (partenariat Folio)
La Surface de réparation - Alain Gillot (Babelio - Flammarion)

Bonnes lectures et bonne semaine !

Posté par aproposdelivres à 05:45 - Commentaires [13] - Permalien [#]


14 mars 2015

Faces B - François Thomazeau

 babelio_22012015

book_faces Hors collection - octobre 2014 - 240 pages

Quatrième de couverture : 
« Rock around the clock » de Bill Haley, « Strawberry fields forever » des Beatles, « The man who sold the World » de David Bowie, " I feel love" de Donna Summer ou « Ne me quitte pas » de Jacques Brel : autant de titres qui ont bien failli passer à côté de leur destin !
Jugés trop mauvais pour figurer en face A, la place d’honneur réservée aux tubes, parfois écrits à la va-vite sur un coin de table, ils ont été placés en face B pour combler un vide ou ne pas heurter le public par des paroles un peu osées. Ces 180 titres ont pourtant connu un succès tel qu’ils ont éclipsé leur face A.
Diffusés par erreur à la radio, repérés grâce au flair d’un programmateur, ou adoptés par le public en dépit des certitudes des plus grands producteurs, ces titres de face B ont finalement rencontré le succès.
De face B en face B, l’ouvrage nous transporte à travers l’histoire du vinyle. Des Doors à Léo Ferré, de Brigitte Bardot aux Rolling Stones, d’Elvis Presley à Radiohead, l’auteur dresse ici un panorama des tubes qui, en dépit des préjugés, sont entrés dans l’histoire de la musique.
Au fil de ce pavé illustré par les pochettes de ces vinyls de légende, l’auteur nous fait voyager à travers les tubes, côtoyer les stars du rock ou de la chanson française, pousser les portes des plus illustres labels, afin de découvrir comment ces morceaux voués à l’oubli sont devenus des titres incontournables.

Auteur : Amateur de musique, François Thomazeau est aussi journaliste sportif, passionné de rugby, éditeur ou encore auteur de romans policiers. Il est l'auteur de Rugby Nostalgie, sorti en 2007 chez Hors Collection.

Mon avis : (lu en mars 2015)
J'ai reçu assez tardivement ce livre grâce à Masse Critique chez Babelio. C'est plus un livre à feuilleter qu'à lire dans sa continuité. Je n'ai pas une grande culture musicale internationale, et grâce à internet, j'ai pu écouter certains titres que je ne connaissais pas.
Ce livre recense cent quatre-vingt 45 tours ou single (de 1938 à 2011), largement illustré et très documenté. Face B est vraiment intéressant et amusant à découvrir. L'ouvrage au format carré a été très soigné, le lecteur a l'impression de "feuilleter" une collection de 45 tours.

Extrait de quelques-unes de ces 180 "faces B" devenues célèbres, à redécouvrir...:
- Charles Trénet "Douce France"
- Franck Sinatra : "Time after Time"
- Edith Piaf : "L'homme à la moto"
- Ritchie Valence :"La bamba"
- Chuck Berry : "Memphis Tennessee"
- Serge Gainsbourg : "La javanaise"
- Kinks : "I need you"
- The Beatles : "Strawberry fields forever"
- The Rolling Stones : "Ruby Tuesday"
- Léo Ferré : "C'est extra"
- Joe Dassin : "Les Champs-Elysées"
mais aussi Led Zeppelin, Rod Steward, Janis Jopli, Abba, Pink Floyd, Kiss, Queen, The Smiths, Madonna, Prince, U2,...

Merci Babelio et les éditions Hors Collection pour cette découverte passionnante.

 

Extrait : 
Je vous parle d'un temps que les adeptes du MP3 ne peuvent pas connaître. Le bon vieux temps où la musique se déclinait en deux faces et où, qu'il le veuille ou non, le consommateur de disques obtenait toujours deux titres pour le prix d'un. La face B, c'était le cadeau bonus, le truc en plus, ce morceau souvent inédit qu'il fallait aller chercher et découvrir de l'autre côté du miroir et qui vous entraînait souvent du côté obscur. Contraints de proposer deux chansons sur les galettes qui s'étaient imposées, face au rouleau, au début du phonographe, certains artistes se moquaient ouvertement de nous en recyclant des fonds de tiroirs, des jam-sessions enregistrées à la va-vite ; le même titre chanté a capella ou au contraire livré dans sa version instrumentale. D'autres y mettaient du coeur et se forçaient à offrir au fan un supplément d'âme et de qualité. Et les plus grands, comme les Beatles ou Elvis, incapables au faîte de leur gloire d'enregistrer de mauvais titres, ne sortaient que des singles avec double face A, que l'on pouvait retourner indéfiniment sans arriver à décider quel titre était le meilleur. Le mouvement perpétuel appliqué à la musique populaire.
La face B est indéfectiblement liée à un format, le 45 tours, et à une époque allant de l'après-guerre jusqu'à l'invention du CD, lorsque ces microsillons assuraient la majeure partie des ventes de musique. La vogue de la face B déclina un peu dès les années 1970, où l'album (ou 33 tours) remplaça le 45 tours dans le coeur des mélomanes. Mais le terme n'a pas disparu, en dépit de l'avènement des formats à une face comme le CD, qui glissait des faces B à la suite des faces A, et malgré la dématérialisation des supports. C'est qu'avec le temps, «face B» est aussi devenu synonyme de pépite, de trésor caché, de morceau que seul l'initié possède ou revendique. Pour les rappeurs, la face B (ou B-side), c'est le refuge de la contestation, du délit d'initié, la zone d'ombre où se retrouvent les vrais experts, les puristes...
Les 180 titres réunis ici ne prétendent pas être les meilleurs versos de 45 tours jamais enregistrés. La qualité a moins primé dans notre choix que l'importance, le succès, ou l'ingéniosité déployée pour contourner la figure imposée du titre à glisser impérativement au dos d'un enregistrement. La plupart sont pourtant des classiques de la musique populaire, des tubes, des titres devenus d'autant plus mythiques qu'ils se sont imposés au grand public en dépit de l'ombre qui leur avait été faite initialement. Pensez que quelques-uns des plus grands titres de l'histoire de la musique populaire du XXe siècle - «Rock around the clock», «Be Bop-a-Lula», «La Bamba», «Amsterdam» - étaient à l'origine relégués à l'arrière-plan ! Ce florilège démontre aussi l'énormité des erreurs commises par les directeurs artistiques et les producteurs, incapables d'identifier un authentique hit. Ne les blâmons pas. Souvent, les artistes eux-mêmes ont fait le mauvais choix. Mais une chanson populaire finit toujours par s'imposer. Voici donc la petite histoire de 180 chansons sans lesquelles la face du rock, de la pop et de la variété aurait été changée.

 

   Challenge Petit Bac 2015 
98438537_o
Musique (2)

 

Posté par aproposdelivres à 21:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

13 mars 2015

Trois mille chevaux-vapeur - Antonin Varenne

LOGOTYPE-2015

9782356417251-T trois mille chevaux

Audiolib - mai 2014 - 19h05 - Lu par Philippe Allard

Albin Michel - avril 2014 - 560 pages

Quatrième de couverture : 
Le sergent Bowman appartient à cette race des héros crépusculaires qui traversent les livres de Conrad, Kipling, Stevenson… Ces soldats perdus qui ont plongé au coeur des ténèbres, massacré, connu l’enfer, couru le monde à la recherche d’une vengeance impossible, d’une improbable rédemption. De la jungle birmane aux bas-fonds de Londres, des rives de l’Irrawaddy à la conquête de l’Ouest, ce roman plein de bruit et de fureur nous mène sans répit au terme d’un voyage envoûtant, magnifique et sombre. Antonin Varenne, l’auteur de Fakirs, renoue avec la lignée disparue des grands écrivains d’aventures et d’action. Une réussite qui marquera.
Philippe Allard prête son souffle à ce roman épique aux multiples péripéties.

Auteur : Après une maîtrise en philosophie, Antonin Varenne devient alpiniste du bâtiment puis charpentier, voyage en Islande, au Mexique… À l’âge de 33 ans, il publie son premier roman Le Fruit de vos entrailles (2006), suivi de Gâteau mexicain (2007). Avec Fakirs (2009), il reçoit le Grand Prix Sang d’encre et le Prix Michel Lebrun (2009). Son dernier roman, Le Mur, le Kabyle et le marin (2011), a reçu le prix des lecteurs Quais du Polar/20 Minutes et le prix du polar francophone.

Lecteur : Né à Bruxelles en 1968, Philippe Allard est comédien et improvisateur. Acteur de théâtre et habitué des scènes belges depuis 1986, il exerce également son métier à la RTBF depuis 2007.

Mon avis : (écouté en mars 2015)
L'écoute de ce livre me faisait un peu peur (sans doute les 19 heures d'écoute) et j'avais tort... Ce livre est passionnant, c'est à la fois un roman d'aventures, un enquête policière et un grand voyage depuis la Birmanie jusqu'aux États-Unis en passant par Londres...
La quatrième de couverture fait référence à Conrad, Kipling, Stevenson que je connais pas ou très peu, pour ma part cela m'a fait penser aux romans de Jules Verne.
En 1852, en Birmanie, Arthur Bowman est sergent au service de la Compagnie des Indes. Il est choisi pour une mission secrète durant la 2e guerre anglo-birmane. Avec une trentaine d'hommes il doit remonter la rivière Irrawady et arraisonner un navire transportant des armes. L'expédition tourne mal, les hommes sont capturés et torturés pendant plusieurs mois. Seuls dix d'entre eux en sortiront vivants. 
En 1858, à Londres, la ville est écrasée par une canicule et une sécheresse exceptionnelle, nous retrouvons Arthur Bowman dans un piteux état, l'alcool, l'opium et les cauchemars empoisonnent son quotidien. Mais un cadavre mutilé est découvert dans les égouts des bas fonds de Londres, Browman est accusé et celui-ci n'a plus qu'un objectif, trouver le vrai coupable, l'un de ses compagnons rescapés de Birmanie. Le sergent part donc à la recherche des rares survivants dans Londres, ses environs puis vers le Nouveau Monde. Pionniers, indiens, chercheurs d'or... c'est le far west et les grands espaces et l'aventure continue...
En bonus du livre audio, l'entretien avec l'auteur toujours intéressant complète une écoute qui m'a paru facile car l'histoire est si captivante que je n'ai perdu le fil de l'histoire que très rarement. 
Ce livre, que l'on ne lâche pas, est une très belle surprise !

Extrait : (début du livre)
- Rooney ! Putain de fainéant d'Irlandais ! Pallacate ! Rooney se leva du banc, traversa la cour en traînant des pieds et se planta devant le caporal.
- La jument en peut plus, chef. Y a plus un canasson qui tient debout.
- C'est toi qui en peux plus. En selle !
Le dos creusé par la fatigue, la tête à demi enfoncée dans l'abreuvoir, la jument pompait bruyamment des litres d'eau. Rooney saisit le licol, lui sortit la bouche de l'eau et grimaça en mettant le pied à l'étrier. Il avait galopé la moitié de la nuit d'une caserne à l'autre, son cul lui faisait mal, il avait de la terre plein les dents et le nez, le soleil lui chauffait le crâne.
Quinze miles jusqu'au comptoir de Pallacate.
La bête secoua la tête, refusant le mors. Rooney tira sur les rênes, la jument se cabra et il se rattrapa au pommeau pour ne pas tomber. Le caporal se marrait. Rooney cravacha les oreilles de son cheval en criant :
- Yap ! Yap ! Yap !
La jument partit au galop sur le dallage de la cour. Il passa sans ralentir les portes nord du fort Saint-George, fouetta la jument pendant un mile. Les plantations de mûriers défilaient, des champs de coton où travaillaient quelques paysans, penchés sur leurs outils. Tout au long de la piste, des colonnes de cipayes, dans leurs uniformes rouges, trottaient sous le soleil sac au dos et fusil à l'épaule.
Les garnisons convergeaient vers le fort et le port. Les villageois, inquiets, avaient fermé leurs portes et leurs fenêtres pour se protéger de la poussière levée par les bottes. L'armée de Madras était en grande manoeuvre, sur son chemin la campagne s'était vidée.
Lord Dalhousie, gouverneur général des Indes, avait déclaré la guerre au roi des Birmans.
Le général Godwin, arrivé la veille de Bombay avec dix navires, mobilisait tous les régiments.
Douze heures que Rooney portait des plis aux quatre coins de la région.
Pallacate. Encore huit miles. Sa dernière course.
Peut-être qu'il pourrait rester là-bas cette nuit, aller chez le Chinois et se payer une des filles. Elles étaient propres et le gin moins cher qu'à Saint-George. L'idée de passer la nuit au village des tisserands lui donna des ailes, mais pas à la jument, qui soufflait comme une tuberculeuse.
Rooney, les jambes trempées par l'écume, lui envoya une volée de coups. C'était la guerre, on avait le droit de tuer un cheval.
Il dépassa des gamins sur des ânes et des paysans en guenilles, aperçut les premières maisons de Pallacate, enfila sans ralentir la rue principale où des femmes coururent se mettre à l'abri, des enfants accrochés dans le dos.
- Yap ! Yap !
À la sortie du village il tourna à gauche vers les entrepôts du comptoir. Il aurait la boutique du Chinois pour lui tout seul. Et au fort, pareil. Plus personne, plus de corvées à la con pendant des semaines. Pendant que tout le monde partait pour Rangoon, lui resterait à se la couler douce. Le roi de Saint-George !

 Challenge Petit Bac 2015 
98438537_o
Animal (3)

Challenge Trillers et Polars
2014-2015
 
100142514
catégorie "Même pas peur" :  15/25 

Posté par aproposdelivres à 12:04 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Concours : résultats

Affiche 1900x1200px

 

Réponses aux questions :

1) Quel pays est mis à l'honneur cette année au Salon du Livre de Paris ?

salon_du_livre-2

2)  Quelle ville est mise à l'honneur cette année au Salon du Livre de Paris ?

J'aurai du mettre le mot "ville" au pluriel... deux réponses possibles

cracovie_wroclaw

3) Citer une des expositions prévues au Salon du Livre de Paris.

5 réponses possible...

F_278c3ad156510952ab4f5f26a47365ea5480855fe3971

EXPOSITION L'ÉCOLE DES LOISIRS 

F_9c05e2f2354eb641aa2e2e027ee3514554e49c7292b10
70 ANS DE SÉRIE NOIRE AUX ÉDITIONS GALLIMARD

F_c9204d896d3f66a212fcf8eef6dbed1454e4ae4cb3ed0

LES RECETTES DE NORIYUKI HAMADA PHOTOGRAPHIÉES PAR RICHARD HAUGHTON 

F_92d5a50720b52af9764f7c591b0395c454e4ab41a762c
HISTOIRE MONDIALE DE L’ANARCHIE 

F_d9a3165a64d9552d73f6431b8db5015454e4acbf226e5
PETIT MANUEL DU PARFAIT RÉFUGIÉ POLITIQUE

 

Vous étiez 14 à participer au tirage au sort,

tirage_0

 

les heureux gagnants de ce vendredi 13 sont :

 tirage_1

Bravo !

Je transmets ce matin vos coordonnées au Salon du Livre qui se chargera
de vous envoyer directement l'invitation. Bonne réception !

 

Posté par aproposdelivres à 07:12 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

11 mars 2015

Prix Audiolib

LOGOTYPE-2015

Je viens de recevoir les 3 derniers livres audio 
sélectionnés pour le Prix Audiolib 2015 

P1020602

 Déjà lu

 9782356417268-T 9782356418562-T 9782356417145-T 

Constellation - Adrien Bosc 
 Le vieux qui lisait des romans d'amour - Luis Sepulveda (coup de cœur)

Billet à paraître

Trois mille chevaux-vapeur - Antonin Varenne (très belle surprise) 
En finir avec Eddy Bellegueule - Edouard Louis (déjà lu en 2014)

Lecture en cours

Oona & Salinger - Frédéric Beigbeder

 

 

Posté par aproposdelivres à 16:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Concours : 2 Entrées au Salon du Livre de Paris à gagner !

Affiche 1900x1200px

Les règles du concours :

 1) date du concours du 11/03 au 12/03/2014 minuit 
(Attention : c'est court... mais il faut le temps de recevoir les places)

2) Répondre au concours en utilisant le formulaire Contactez l'auteur

3) Ne pas oublier de me donner vos coordonnées nom et adresse pour l'envoi 

4) Un tirage au sort sera effectué le 13/03/2014 sur les bonnes réponses 
pour déterminer les 2 gagnants qui recevront leur gain par la poste.

 

Les questions :

1) Quel pays est mis à l'honneur cette année au Salon du Livre de Paris ?

2)  Quelle ville est mise à l'honneur cette année au Salon du Livre de Paris ?

3) Citer une des expositions prévues au Salon du Livre de Paris.

 

concours terminé

résultats

 

Posté par aproposdelivres à 06:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

09 mars 2015

C'est lundi, que lisez-vous ? [211]

91950711

C'est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane  

Qu'est-ce que j'ai lu cette semaine ? 

 sais-tu pourquoi un hiver à paris 9782356417145-T

Sais-tu pourquoi je saute ? - Naoki Higashida 
Un hiver à Paris - Jean-Philippe Blondel 
Le vieux qui lisait des romans d'amour - Luis Sepulveda (Prix Audiolib 2015)

Qu'est-ce que je lis en ce moment ?

Trois mille chevaux-vapeur - Antonin Varenne (Prix Audiolib 2015)
La Bibliothèque des cœurs cabossés de Katarina Bivald (partenariat Denoël)

Que lirai-je la  semaine prochaine ?

Faces B - François Thomazeau (Babelio - Masse Critique)
Les loups blessés - Christophe Molmy (partenariat La Martinière)
Oona & Salinger - Frédéric Beigbeder (Prix Audiolib 2015) 

Bonnes lectures et bonne semaine !

Posté par aproposdelivres à 06:24 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

08 mars 2015

Le vieux qui lisait des romans d'amour - Luis Sepulveda

 LOGOTYPE-2015

9782356417145-T Luis-Sepulveda-Le-vieux-2_métailié

 couv59274687 21551216 couv36157868

le vieux_points_1997 Luis-Sepulveda-Le-Vieux-qui-lisait-des-romans-d-amour

Audiolib - décembre 2014 - 3h21 - Lu par Feodor Atkine

Editions Métailié - avril 1992 - 130 pages

Points - 1994 - 130 pages

Points - janvier 1997 - 120 pages

Points - janvier 2003 - 120 pages

Editions Métailié - mai 2004 -137 pages

traduit de l’espagnol (Chili) par François Maspero

Titre original : Un viejo que leía novelas de amor, 1992

Quatrième de couverture :
Antonio José Bolivar Proaño est le seul à pouvoir chasser le félin tueur d’hommes. Il connaît la forêt amazonienne, il respecte les animaux qui la peuplent, il a vécu avec les Indiens Shuars et il accepte le duel avec le fauve. Mais Antonio José Bolivar a découvert sur le tard l’antidote au redoutable venin de la vieillesse : il sait lire, et il a une passion pour les romans qui parlent de l’amour, le vrai, celui qui fait souffrir. Partagé entre la chasse et sa passion pour les romans, le vieux nous entraîne dans ce livre plein de charme dont le souvenir ne nous quitte plus.

Auteur : Luis Sepúlveda est né en 1949 au Chili. Emprisonné sous le régime de Pinochet puis exilé, il parcourt l’Amérique latine et fonde de nombreuses troupes théâtrales. Très soucieux d’écologie, il participe à une recherche de l’UNESCO au sujet de l’impact de la colonisation sur les populations amazoniennes et passe un an chez les Indiens Shuars. Depuis 1996, il vit en Espagne. Ses oeuvres sont aujourd’hui des bestsellers mondiaux. Il a publié en 2013 Histoire du chat et de la souris qui devinrent amis et Ingrédients pour une vie de passions formidables.

Lecteur : Difficile de présenter ce comédien talentueux, à la carrière exemplaire et au parcours surprenant. Féodor Atkine a tourné avec les plus grands cinéastes : Woody Allen,Oliver Stone, Raul Ruiz... Théâtre, films et doublages se succèdent (Dr House, Breaking Bad). Ce lecteur passionné a obtenu en 2014 le Coup de coeur de l’Académie Charles Cros pour sa lecture du Quatrième mur.

Mon avis : (écouté en mars 2015)
J'avais déjà fait un billet sur ce livre cet été, dans la rubrique "souvenirs, souvenirs...", c'est un livre que j'ai lu pour la première fois il y a plus de vingt ans et que j'avais beaucoup aimé. 
J'ai passé un moment incroyable (beaucoup trop court) en l'écoutant lu par Féodor Atkine que j'ai également adoré dans Le quatrième mur de Sorj Chalandon. 
L’histoire se passe au fin fond de l’Amazonie, dans le village d'El Idilio. C’est là que vit Antonio José Bolivar, il est arrivé en Amazonie avec l'espoir d'une vie meilleure et un terrain à faire fructifier... Pendant quelques temps, il va vivre avec les Shuars, les indiens locaux, qui vont lui apprendre à se débrouiller dans le milieu hostile de la forêt vierge. Un jour, les indiens l'invitera à quitter la tribu et il s'installera à El Idilio. Il se découvrira alors une passion pour les romans d'amour...
Lorsque l'histoire commence le corps sans vie d'un homme est retrouvé. Les villageois soupçonnent immédiatement les indiens Shuars. Seul le "vieux" est persuadé que le coupable est un félin...
Sepulveda est un vrai conteur et avec cette histoire, il nous parle de l'Amazonie et rend un très bel hommage à la nature.
Féodor Atkine a su rendre vivant ce conte plein d'humanité, de poésie et d'humour. Un vrai bonheur, un vrai coup de coeur !

Extrait : (début du livre)
Le ciel était une panse d’âne gonflée qui pendait très bas, menaçante, au-dessus des têtes. Le vent tiède et poisseux balayait les feuilles éparses et secouait violemment les bananiers rachitiques qui ornaient la façade de la mairie.
Les quelques habitants d’El Idilio, auxquels s’étaient joints une poignée d’aventuriers venus des environs, attendaient sur le quai leur tour de s’asseoir dans le fauteuil mobile du dentiste, le docteur Rubincondo Loachamín, qui pratiquait une étrange anesthésie verbale pour atténuer les douleurs de ses clients.
— Ça te fait mal ? questionnait-il.
Agrippés aux bras du fauteuil, les patients, en guise de réponse, ouvraient des yeux immenses et transpiraient à grosses gouttes.
Certains tentaient de retirer de leur bouche les mains insolentes du dentiste afin de pouvoir lui répondre par une grossièreté bien sentie, mais ils se heurtaient à ses muscles puissants et à sa voix autoritaire.
— Tiens-toi tranquille, bordel ! Bas les pattes ! Je sais bien que ça te fait mal. Mais à qui la faute, hein ? À moi ? Non : au gouvernement ! Enfonce-toi bien ça dans le crâne. C’est la faute au gouvernement si tu as les dents pourries et si tu as mal. La faute au gouvernement.
Les malheureux n’avaient plus qu’à se résigner en fermant les yeux ou en dodelinant de la tête.
Le docteur Loachamín haïssait le gouvernement. N’importe quel gouvernement. Tous les gouvernements. Fils illégitime d’un émigrant ibérique, il tenait de lui une répulsion profonde pour tout ce qui s’apparentait à l’autorité, mais les raisons exactes de sa haine s’étaient perdues au hasard de ses frasques de jeunesse, et ses diatribes anarchisantes n’étaient plus qu’une sorte de verrue morale qui le rendait sympathique.
Il vociférait contre les gouvernements successifs de la même manière que contre les gringos qui venaient parfois des installations pétrolières du Coca, étrangers impudiques qui photographiaient sans autorisation les bouches ouvertes de ses patients.
À quelques pas de là, l’équipage du Sucre chargeait des régimes de bananes vertes et des sacs de café.
Sur un bout du quai s’amoncelaient les caisses de bière, d’aguardiente « Frontera », de sel, et les bonbonnes de gaz débarquées au lever du jour.
Le Sucre devait appareiller dès que le dentiste aurait terminé de réparer les mâchoires, pour remonter les eaux du Nangaritza, déboucher dans le Zamora et, après quatre jours de lente navigation, rejoindre le port fluvial d’El Dorado.
Le bateau, une vieille caisse flottante mue par la volonté de son chef mécanicien, les efforts des deux costauds qui composaient l’équipage et l’obstination phtisique d’un antique diesel, ne devait pas revenir avant la fin de la saison des pluies dont le ciel en deuil annonçait l’imminence.

Déjà lu du même auteur : 

le_monde_du_bout_du_monde_p Le Monde du bout du monde 97555469 Le vieux qui lisait des romans d'amour

Challenge Petit Bac 2015 
98438537_o
Objet (3)

 

 

 

 

Posté par aproposdelivres à 10:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 mars 2015

Un hiver à Paris - Jean-Philippe Blondel

un hiver à paris Buchet Chastel - janvier 2015 - 288 pages

Quatrième de couverture :
Jeune provincial, le narrateur débarque à la capitale pour faire ses années de classe préparatoire. Il va découvrir une solitude nouvelle et un univers où la compétition est impitoyable. Un jour, un élève moins résistant que lui craque en plein cours, sort en insultant le prof et enjambe la balustrade. On retrouve dans 
"Un hiver à Paris" tout ce qui fait le charme des romans de Jean-Philippe Blondel : la complexité des relations ; un effondrement, suivi d'une remontée mais à quel prix ; l'attirance pour la mort et pour la vie ; la confusion des sentiments ; le succès gagné sur un malentendu ; le plaisir derrière la douleur ; l'amertume derrière la joie. Sont présents les trois lieux qui guident la vie de l'auteur : Troyes, Paris, les Landes. Dans la lignée de "Et rester vivant", il y a chez le personnage-auteur-narrateur la même rage pure, la même sauvagerie - pour rester toujours debout sous des allures presque dilettantes.

Auteur : Professeur d'anglais à Troyes, Jean-Philippe Blondel publie romans pour adultes et pour adolescents Le Baby-sitter, G229 (prix Virgin - Version femina), Et rester vivant et 06H41 ont rencontré un réel succès.

Mon avis : (lu en mars 2015)
Dans ce livre, Jean-Philippe Blondel raconte comment un jeune provincial, Victor, venu à Paris pour faire ses années de classe préparatoire va être confronté au suicide d'un camarade du lycée.
Le narrateur a découvert la solitude de l'étudiant arrivant de sa province et ne connaissant pas les "codes" de Paris. Il découvre le fossée qu'il y a entre sa vie et celle de ses camarades parisiens. Durant sa première année, il décide de se plonger dans le travail et de résister aux pressions de l'extérieur, de ne pas se décourager par les mauvaises notes ou les humiliations de certains professeurs. En début de seconde année, Victor a pris l'habitude de fumer une cigarette avec Mathieu un élève de première année venant lui aussi de province et qui avait du mal à s'adapter à la capitale. Ils n'auront pas beaucoup l'occasion d'échanger ou de sympathiser car le 14 octobre, durant un cours, Mathieu craque, il insulte le professeur et se jette dans le vide. 
Victor est choqué, pour les professeurs et ses camarades, il n'est plus "transparent", il est devenu l'ami de Mathieu. Le père de ce dernier va vouloir créer un lien avec lui pour essayer de comprendre le geste de son fils. Sa deuxième année de prépa va être bouleversée.
Le sujet du livre est grave, Jean-Philippe Blondel a su le traiter avec beaucoup de pudeur et de subtilité. Il laisse percevoir toute l'empathie qu'il a pour ses personnages. Dans les interviews qu'il a fait lors de la "promo" du livre, il n'a pas caché que cette histoire était en partie autobiographique.

Extrait : (début du livre)
Nous sommes revenus de vacances en fin d’après-midi. Huit heures de route depuis Capbreton. Il y avait eu beaucoup de circulation. La troisième semaine d’août se terminait. Encore quelques jours et la routine reprendrait : la rentrée, la réunion de début d’année, la découverte des emplois du temps, les listes des classes. Cette année-là, ma fille aînée arrivait dans le lycée où j’enseigne depuis plus de vingt ans. Je me pré- parais à la croiser dans les couloirs. J’avais demandé à ne pas l’avoir dans ma classe – je n’avais pas envie de mêler ma vie privée à ma vie professionnelle. Il faisait bon. Le soleil était encore resplendissant, mais il n’avait plus la dureté dont il avait fait preuve dans la première quinzaine du mois. Les soirées fraîchissaient. 
La ville dans laquelle j’avais toujours habité, à l’exception des deux années d’études que j’avais passées à Paris, reprenait vie. Les rues piétonnes étaient bondées. Une fois les affaires rangées et le linge trié, j’ai jeté un coup d’œil à mes e-mails. Rien d’important dans les quelque deux cents messages reçus pendant mes quinze jours d’absence. En éteignant l’ordinateur, je me suis rendu compte que nous n’avions pas relevé le courrier. Ce geste anodin, qui avait ponctué mes journées pendant des lustres, était devenu presque inutile. Les factures étaient électroniques, les événements marquants aussi. L’essentiel s’était dématérialisé. Dans la boîte, au milieu des publicités pour la rentrée, deux ou trois cartes postales d’amis dont j’avais déjà des nouvelles par les réseaux sociaux, une invitation pour un salon littéraire que je n’allais pas honorer parce qu’il se déroulait trop loin de chez moi, et une autre lettre, comme il m’arrive d’en recevoir, adressée à ma maison d’édition qui l’avait fait suivre. Je ne l’ai pas ouverte tout de suite, je savais qu’il me fallait du temps pour parcourir ces lignes-là, tout en réfléchissant à une réponse à la fois chaleureuse et distante qui découragerait l’expé- diteur de se lancer dans une correspondance échevelée sans le vexer. C’était un art dans lequel certains de mes collègues écrivains étaient experts mais que je n’avais jamais bien manié. Il était un peu plus de vingt-deux heures quand j’ai trouvé le temps de la lire. Je n’étais pas aussi concentré que je le souhaitais. J’errais encore mentalement sur les plages des Landes que je venais de quitter et dont j’avais, les années passant, de plus en plus de mal à me séparer, au point que nous envisagions sérieusement, ma femme et moi, de demander notre mutation dans le Sud-Ouest pour y finir nos carrières respectives. J’ai tout de suite remarqué l’écriture un peu tremblée – mais aux lettres parfaitement formées – et les espaces entre les lignes. Une personne âgée. J’en étais sûr. L’ensemble tenait sur deux feuillets. L’adresse m’a fait sursauter. À une heure à peine du lieu de vacances que je venais de quitter. Le nom d’un village – Biscarrosse-Plage – a déclenché en moi un maelström d’images, se succédant à une telle rapidité que je n’en retenais que les couleurs, l’orangé du sable, le blanc de l’écume et le vert pâle des volets d’une maison. Le nom, surtout, au-dessus de l’adresse. Je ne parvenais pas à entamer ma lecture tant ce nom-là, aujourd’hui encore, me remuait. Je me suis assis à la table de la cuisine. J’ai posé les mains bien à plat sur le bois, j’ai inspiré et expiré longuement, comme avant de plonger sous une vague particulièrement menaçante. Voilà longtemps que j’aime l’océan – mais je n’ai jamais réussi à l’amadouer vraiment. Au moment de m’y jeter, il me reste encore une appréhension. Et si la lame me renversait ? Et si je ne recouvrais plus mon souffle ? Dans la cuisine, les mains à plat sur la table, j’étais dans le même état.
Cher auteur,
J’ai fini hier soir la lecture de votre dernier livre et j’ai eu envie, finalement, de vous écrire. J’espère que vous ne m’en voudrez pas trop. Je ne sais pas si vous vous souvenez de moi – pourtant, je m’aperçois en écrivant ces mots que je crois que si, au fond. J’en suis même persuadé. Nous nous sommes rencontrés brièvement il y a bien longtemps. Quelques années avant l’époque que vous décrivez dans votre livre, en fait. Je m’appelle Patrick Lestaing.
Je ne suis pas allé plus loin. J’ai regardé fixement mon reflet dans la vitre de la cuisine. Je m’attendais à ce que mon regard s’embue. Mais non. Je souriais. Je me suis vu sourire. Nous attaquions la deuxième décennie du XXIe siècle. J’étais en vie. Patrick Lestaing aussi. Et il se souvenait de moi. Nous sommes beaucoup plus résistants que nous ne le croyons.

 Challenge Petit Bac 2015 
98438537_o
Géographie (2)

Déjà lu du même auteur :

Déjà lu du même auteur :

juke_box Juke Box  au_rebond Au rebond

le_baby_sitter  Le Baby-sitter G229 G229  blog Blog

5317 Et rester vivant replay (Re)play  brise_glace Brise glace

acc_s_direct___la_plage Accès direct à la plage 6h41 06H41

double jeu Double jeu 

Posté par aproposdelivres à 21:28 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

04 mars 2015

Sais-tu pourquoi je saute ? - Naoki Higashida

sais-tu pourquoi Editions des Arènes - septembre 2014 - 172 pages

traduit de l'anglais par Daniel Roche 

Titre original : The reason I jump, 2007

Quatrième de couverture :
Pour la première fois, un enfant atteint d’autisme sévère nous raconte l’autisme de l’intérieur. Il répond aux questions que les parents se posent : Pourquoi fuis-tu le contact visuel ? Est-il vrai que tu détestes qu’on te touche ? Pourquoi répètes-tu la même question sans arrêt ? Pourquoi sautes-tu en tapant des mains ?, etc. David Mitchell, l’un des meilleurs écrivains anglais de sa génération et père d’un enfant autiste, a découvert ce texte qui fut pour lui une révélation, une sorte de « Scaphandre et le Papillon » de l’autisme : « J’ai eu l’impression, pour la première fois, que notre fils nous racontait ce qui se passait dans sa tête. » Il a décidé de le traduire du japonais avec sa femme KA Yoshida : « Ce livre est bien plus qu’une somme d’informations, il apporte la preuve qu’il y a, emprisonné à l’intérieur du corps autistique, apparemment impuissant, un esprit aussi curieux, subtil et complexe que le vôtre, le mien, celui de n’importe qui. » 

Auteur : Naoki a appris à communiquer grâce à une grille alphabétique. Il a écrit ce livre à 13 ans et l’a d’abord publié via Internet. Il a aujourd’hui 22 ans et communique toujours grâce à son clavier. Il vit à Kimitsu et tient un blog. 

Mon avis : (lu en février 2015)
Sous forme de questions - réponses, Naoki, un autiste de 13 ans, témoigne. Il cherche à expliquer les comportements bizarre des autistes. Vu de l'intérieur, il donne son ressenti et rend plus compréhensible les réactions des autistes.
Un livre très intéressant et instructif pour mieux comprendre le monde de l'autisme. C'est un témoignage et il faut le prendre comme cela, tout ce qui est raconté ne concerne pas tous les autistes mais ce regard est très touchant même si le récit est parfois assez factuel. Naoki nous explique ses difficultés à faire fonctionner à la fois sa pensée et son corps. Il a des difficultés à contrôler les mouvements de son corps qu'il semble souvent faire malgré lui. A treize ans, il a une étonnante maturité sur son handicap.

Extrait : 
Quand j'étais petit, je ne savais même pas que j'étais un enfant handicapé. Comment l'ai-je découvert? Parce que des gens me l'ont dit : j'étais différent des autres, c'était ça mon problème. C'est vrai, j'avais beaucoup de mal à agir comme quelqu'un de normal et même maintenant je n'arrive pas à "avoir" une vraie conversation. Pour lire des livres à haute voix ou pour chanter, je n'ai pas de problème, mais quand j'essaie de parler avec quelqu'un, mes mots... je ne kes trouve plus. D'accord, j'arrive parfois parfois à répondre quelque chose, mais souvent c'est le contraire de ce que je voulais dire ! Quand on me demande de faire ceci ou cela, je ne réagis jamais comme il faut, et quand je m'énerve je finis par m'enfuir. Du coup, même une activité banale comme le shopping peut devenir vraiment compliquée si je me lance tout seul.
Alors pourquoi est-ce que je n'arrive pas à faire toutes ces choses ? Les jours où ça ne va pas, quand je me sens frustré, malheureux ou découragé, je m'imagine un monde où il n'y aurait que des autistes. Où l'autisme serait considéré comme un genre de personnalité parmi d'autres. La vie serait tellement plus simple et plus heureuse pour nous ! C'est vrai que nous causons parfois beaucoup de problèmes aux gens normaux, et que ces moments-là sont vraiment durs à vivre. Mais ce qu'on voudrait, nous, au fond, c'est croire à un avenir meilleur.

  Challenge Petit Bac 2015 
98438537_o
Pronom personnel sujet (3)

 Challenge 6% Rentrée Littéraire 2014 
challengerl2014_150
36/36

Posté par aproposdelivres à 18:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,