24 juin 2015

L'été des pas perdus - Rachel Hausfater

Lu en partenariat avec les éditions Flammarion

 

l'été des pas perdus Flammarion - mai 2015 - 114 pages

Quatrième de couverture :
Madeleine a un grand-père dont elle est très proche. Mais depuis quelque temps, il change, il oublie les choses ; pour lui, passé et présent se confondent. Le temps d'un été, Madeleine et lui vont cheminer ensemble.

Auteur : Rachel Hausfater, née en 1955, est un auteur français pour la jeunesse. Elle a publié 24 ouvrages, surtout des romans et quelques albums.

Mon avis : (lu en juin 2015)
Madeleine est confiée à son grand-père pour les vacances, pendant que ses parents partent en couple de leur côté. Madeleine est assez complice avec son grand-père mais depuis quelques temps celui-ci est bizarre, il est plus distrait, il mélange le passé et le présent...
Ce livre évoque les débuts de la maladie d'Alzheimer à travers le regard d'un enfant. Le grand-père de Madeleine la confond avec sa soeur qui portait le même prénom, il décide de partir en Normandie sur les traces de son enfance. Enfant, il a été témoin du Débarquement.
Un livre facile à lire malgré un sujet difficile. La relation petite-fille, grand-père est touchante. Vu son jeune âge, la façon dont Madeleine protège son aïeul est assez peu crédible.
J'ai passé un bon moment en compagnie de Madeleine.

Merci Brigitte et les éditions Flammarion pour ce partenariat.

Autre avis : Canel

 

 

 

Posté par aproposdelivres à 14:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


22 juin 2015

C'est lundi, que lisez-vous ? [221]

Ces dernières semaines, occupée par le travail même le week-end, j'ai beaucoup de mal à rédiger
mes billets. Heureusement, j'arrive à me préserver du temps pour lire !

91950711

C'est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane  

Qu'est-ce que j'ai lu cette semaine ? 

L'été des pas perdus - Rachel Hausfater (Partenariat Flammarion)

Les nuits de la Saint-Jean - Viveca Sten (Partenariat Albin Michel)

Les Héritiers de la mine - Jocelyne Saucier (Partenariat Denoël)

Qu'est-ce que je lis en ce moment ?

Temps glacières - Fred Vargas

Que lirai-je la semaine prochaine ?

Cette nuit, je l'ai vue - Drago Jancar

Bonnes lectures et bonne semaine !

Posté par aproposdelivres à 06:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

14 juin 2015

Les oubliés du dimanche - Valérie Perrin

Lu en partenariat avec les éditions Albin Michel

les oubliés du dimanche Albin Michel - avril 2015 - 384 pages

Quatrième de couverture : 
Justine, vingt et un ans, aime les personnes âgées comme d’autres les contes. Hélène, presque cinq fois son âge, a toujours rêvé d’apprendre à lire. Ces deux femmes se parlent, s’écoutent, se révèlent l’une à l’autre jusqu’au jour où un mystérieux « corbeau » sème le trouble dans la maison de retraite qui abrite leurs confidences et dévoile un terrible secret. Parce qu’on ne sait jamais rien de ceux que l’on connaît.
À la fois drôle et mélancolique, Les oubliés du dimanche est un roman d’amours passées, présentes, inavouées… éblouissantes.

Auteur : Photographe et scénariste, Valérie Perrin travaille avec Claude Lelouch. Les oubliés du dimanche est son premier roman. 

Mon avis : (lu en juin 2015)
Justine est aide-soignante dans une maison de retraite, Les Hortensias. Depuis toute petite, elle vit avec son cousin Jules chez leurs grands-parents. Ses parents et ceux de Jules sont morts dans un accident de voiture il y a environ quinze ans. 
A la maison de retraite, Justine aime écouter les histoires et les souvenirs des pensionnaires. Elle s'est particulièrement attachée à Hélène, "la dame de la plage" qui lui raconte visite après visite l'histoire de sa vie. Justine passe des heures auprès d'elle à l'écouter et à écrire son récit sur un cahier bleu.
Il y a également dans cette maison de retraite un « corbeau » qui appelle les familles des oubliés du dimanche, ceux qui n'ont jamais de visites, en leur annonçant la mort de leur proche. Les familles arrivent donc rapidement aux Hortensias pour découvrir le "mort" en pleine forme ravi d'avoir une visite...
J'ai beaucoup aimé cette lecture passionnante et émouvante qui met en scène des personnages attachants, cachant quelques secrets que le lecteur découvre au fil du livre. 
Un premier roman très réussi.

Merci Arthur et les éditions  Albin Michel pour ce livre coup de coeur.

Extrait : 

Posté par aproposdelivres à 09:13 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

10 juin 2015

Un amour exemplaire - Daniel Pennac et Florence Cestac

un amour exemplaire Dargaud - avril 2015 - 64 pages

Quatrième de couverture :
Quand il était gosse, Daniel Pennac passait ses vacances à La Colle-sur-Loup, sur la Côte d'Azur. Soleil, figuiers et grande treille sous laquelle on joue à la pétanque. C'est là qu'avec son frère Bernard il fait la rencontre de Jean et Germaine : lui, grand chauve façon héron ; elle, maigre, rose et rieuse. Toujours de bonne humeur, ils intriguent avec leur joie de vivre. Pas d'enfants, pas de boulot, Jean et Germaine vivent un amour sans intermédiaire, un amour sédentaire, un amour exemplaire !

Auteurs : Daniel Pennac est né, en 1944, au Maroc, à Casablanca, dans une famille de militaires. Il a passé son enfance au gré de garnisons en Afrique et en Asie du Sud-Est, avant d'obtenir, à Nice, une maîtrise de lettres et d'opter pour l'enseignement. Professeur de français, il est autant connu pour ses romans pour adultes que pour enfants. 
Florence Cestac est un grand nom de la bande dessinée franco-belge. Fondatrice des éditions Futuropolis en 1975 et créatrice du personnage d'Harry Mickson, elle collabore également aux débuts de magazines cultes, tels que ‘Pilote', ‘L'Écho des savanes' ou encore ‘Charlie Mensuel', et travaille avec de nombreux auteurs et scénaristes.

Mon avis : (lu en juin 2015)
Lorsque Daniel Pennac était enfant, il passait ses vacances sur la Côte d'Azur et il a fait la rencontre de Jean et Germaine, un vieux couple, drôlement assorti qui vivait d'amour et de rien d'autre : "Sans travail, sans enfant pour les séparer". Ils vivaient d'un amour exemplaire. Daniel est curieux et aux cours de ses différentes vacances il va découvrir qui sont vraiment Jean et Germaine.
Des années plus tard, Daniel Pennac demande à Florence Cestac d'illustrer ses souvenirs d'enfance au côté de Germaine et Jean. Ces souvenirs sont plein de surprises, d'humour et de tendresse.
Je ne suis pas fan du dessin de Florence Cestac, mais en lisant cette BD, on entend parfaitement Daniel Pennac raconter cette belle histoire à travers les bulles et on oublie le dessin...

Extrait :

un-amour-exemplaire-daniel-pennac-florence-cestac-dargaud-5 

un-amour-exemplaire-daniel-pennac-florence-cestac-dargaud-9

un-amour-exemplaire-daniel-pennac-florence-cestac-dargaud-10

 

 

Posté par aproposdelivres à 09:35 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

09 juin 2015

Sélection des 5 finalistes Prix Audiolib 2015

 

Prix-Audiolib-Votez_850x425_V2
(
classés dans l'ordre alphabétique du nom de l'auteur)

 

Je ne peux qu'être ravie puisque ce sont également les 5 premiers de ma sélection

 

9782356417145-T 9782356417251-T  9782356418470-T 9782356417268-T 9782356418562-T

1 - Le vieux qui lisait des romans d'amour - Luis Sepulveda 

2 - Trois mille chevaux-vapeur - Antonin Varenne

3 - Yeruldelgger - Ian Manook

4 - En finir avec Eddy Bellegueule - Edouard Louis

5 - Constellation - Adrien Bosc

 

Vous êtes invités à choisir votre favori 
et à voter pour celui que vous préférez  ! 


(en cliquant sur le logo)

 

Posté par aproposdelivres à 15:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


07 juin 2015

L'île du Point Némo - Jean-Marie Blas de Roblès

LOGOTYPE-2015

9782356418609-T liledupointnemo-l-572097

Audiolib - mars 2015 - 12h36 - Lu par Thibault de Montalembert

Zulma - août 2014 - 460 pages

Quatrième  de couverture :
Martial Canterel, richissime opiomane, se laisse interrompre dans sa reconstitution de la fameuse bataille de Gaugamèles par son vieil ami Holmes (John Shylock). Un fabuleux diamant, l’Anankè, a été dérobé à Lady MacRae. Voilà donc Holmes et l’aristocratique dandy embarqués dans la poursuite du dangereux criminel. Par une mise en abyme jubilatoire, cette poursuite vient s’entrecroiser avec les aléas d’une fabrique de cigares du Périgord où, comme aux Caraïbes, se perpétue la tradition de la lecture, à voix haute, des aventures de Jean Valjean ou de Monte-Cristo. Mais la fabrique est bientôt reprise par le fondateur de B@bil Books, une usine de liseuses électroniques…

Cette folle équipée romanesque est aussi une réflexion sur l’art littéraire, doublée d’une critique radicale de la gouvernance anonyme qui nous aliène jusque dans nos bonheurs les plus intimes.
Jean-Marie Blas de Roblès a obtenu en 2008 le prix Médicis pour Là où les tigres sont chez eux.

Auteur : Né en 1954 à Sidi-Bel-Abès, Jean-Marie Blas de Roblès est notamment l’auteur du monumental Là où les tigres sont chez eux (Prix du Roman Fnac, Prix Giono et Prix Médicis 2008).

Lecteur : Formé à l’école de comédiens du Théâtre des Amandiers de Nanterre,Thibault de Montalembert joue au cinéma et au théâtre sous la directionde metteurs en scène prestigieux : Costa-Gavras, Desplechin, Wargnier, Bonello…Très grand lecteur, il a enregistré pour Audiolib : Le voyage dans le passé,trois nouvelles de Boris Vian, Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants(Grand Prix du livre audio « La Plume de Paon » 2012), Karoo et La Véritésur l’affaire Harry Quebert, Prix Audiolib 2013. 

Mon avis : (écouté en mai 2015)
Ce livre est très difficile à résumer, c'est une folle aventure autour du monde, un mélange d'Agatha Christie, de Jules Vernes, de Conan Doyle... Un mélange de roman d'aventure, de roman policier avec quelques touches de fantastiques...
Martial Canterel, un dandy, et son majordome, Lady MacRae, une comtesse écossaise, et John Shylock Holmes, un détective, partent à la recherche d'un diamant volé, cela commence par un voyage plein d'embûches dans le Transsibérien... il y aura également un voyage en dirigeable... Il y a beaucoup de références à des évènements historiques, à la littérature et aux sciences.
Malheureusement, je n'ai pas réussi à entrer dans l'esprit de ce livre, et j'ai fini par être embrouillée dans les différentes histoires. En lecture audio, il est difficile de feuilleter le début du livre pour revenir sur certains passages que l'on aurait pu oublier. 
Et pris par le temps (date à laquelle il fallait rendre le classement pour le Prix Audiolib), je n'ai écouté que la moitié du livre... je ne pense pas que je terminerai le livre ces jours prochains.

Extrait : (début du livre)
Le Tigre à droite, désormais invisible, à gauche les hauteurs pelées des monts Gordiens ; entre les deux, la plaine ressemblait à un désert fourmillant de carabes à reflets d’or. C’était à Gaugamèles, moins de trois ans après la cent douzième Olympiade. Darius avait aligné quelque deux cent mille fantassins et trente mille cavaliers : Indiens auxiliaires, troupes de Bactriane conduites par leurs satrapes respectifs, Scythes d’Asie, tous archers à cheval alliés des Perses, Ariens, Parthes et Phrataphernes, Mèdes, Arméniens, mercenaires grecs, sans oublier ceux d’Hircanie, de Suse, de Babylone ; Mazaios commandait aux soldats de la Syrie, Oromobatès à ceux des bords de la mer Rouge. On comptait aussi quinze éléphants et deux cents chars à faux pour lesquels le Roi des Rois avait fait dépierrer l’emplacement prévu pour la bataille.

Alexandre dormait.
Sur ses ordres, l’armée macédonienne – quarante mille hommes de pied, et à peine sept mille chevaux – s’était déployée sur un front oblique. La phalange au centre, protégée sur ses flancs par les hypaspistes de Nicanor, les bataillons de Perdiccas, ceux de Méléagre, la cavalerie thessalienne de Parménion sur l’aile gauche, celle de Philotas à l’autre extrémité. Le soleil déjà haut faisait luire casques et cuirasses, les boucliers aveuglaient.
Alexandre dormait toujours. Ses compagnons eurent le plus grand mal à le réveiller, mais lorsqu’il fut debout, il enfourcha Bucéphale et rejoignit l’aile droite, à la tête des cavaliers macédoniens.
Darius, au centre de son infanterie d’élite – dix mille Immortels dont on savait que pas un seul ne mourrait au cours du combat sans être aussitôt remplacé – signifia l’ordre de l’attaque. Il fit donner le gros de sa cavalerie sur l’aile gauche d’Alexandre et lança les chars pour enfoncer la phalange centrale. Le roi de Macédoine ne parut pas s’en préoccuper. Il emmena ses cavaliers vers la droite, comme s’il voulait contourner le front de ce côté, provoquant en miroir le même déplacement de la cavalerie adverse, mais avec pour effet de la disjoindre du reste des troupes et d’étirer le front. Tandis que Parménion subissait l’assaut des Perses, les phalangistes se préparaient au choc. Lorsque les chars ne furent plus qu’à une cinquantaine de mètres, cette haie d’hommes hérissée de piques s’ouvrit en plusieurs couloirs. Dans le même temps, les trompettes sonnèrent, et tous les fantassins se mirent à frapper du glaive le fer de leur bouclier. Cet incroyable vacarme effraya les chevaux des attelages, certains refusèrent, entraînant la culbute des chars, les autres s’engouffrèrent d’instinct dans les allées ménagées par les soldats. En se refermant sur eux, la phalange les avalait ; elle les digéra ensuite à coups de sarisses. Il faut pourtant avouer, dira Diodore, que quelques chariots, échappés à cette défense, firent de terribles dégâts dans les endroits où ils tombèrent. Les tranchants des faux et des autres ferrements attachés aux roues étaient affilés au point qu’ils portaient la mort sous des formes très différentes, enlevant aux uns le bras accompagné du bouclier qu’il portait, coupant à d’autres la tête si subitement, que posée à terre elle beuglait encore. Plusieurs infortunés furent tranchés par le milieu et moururent avant que d’avoir senti le coup.

Challenge 7% Rentrée Littéraire 2014 
challengerl2014_150
41/42

 

Posté par aproposdelivres à 18:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

01 juin 2015

C'est lundi, que lisez-vous ? [220]

91950711

C'est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane  

Qu'est-ce que j'ai lu cette semaine ? 

104254447 9782356419347-T 104313869 104318806

Les petits vieux d'Helsinki - Minna Lindgren 
La vérité et autres mensonges - Sascha Arango 
Moi, Surunen, libérateur des peuples opprimés - Arto Paasilinna 
Baronne Blixen - Dominique de Saint Pern

Qu'est-ce que je lis en ce moment ?

Les oubliés du dimanche - Valérie Perrin (Partenariat Albin Michel)

Que lirai-je la semaine prochaine ?

L'été des pas perdus - Rachel Hausfater (Flammarion)
Les nuits de la Saint-Jean - Viveca Sten (Partenariat Albin Michel)
Temps glacières - Fred Vargas

Bonnes lectures et bonne semaine !

Posté par aproposdelivres à 07:33 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

30 mai 2015

Mon classement des dix livres Audiolib

Après l'écoute des 10 livres audio sélectionnés depuis mi-février,
il est l'heure de donner son classement. 
Voici le mien :

1

9782356417145-T

Le vieux qui lisait des romans d'amour - Luis Sepulveda 

2

9782356417251-T

Trois mille chevaux-vapeur - Antonin Varenne

3

9782356418470-T

Yeruldelgger - Ian Manook

4

 9782356417268-T

En finir avec Eddy Bellegueule - Edouard Louis

5

9782356418562-T 

Constellation - Adrien Bosc

 

6

9782356419347-T

La vérité et autres mensonges - Sascha Arango

7

9782356419323-T (1)

Joseph - Marie-Hélène Lafon 

8

9782356418609-T

L'île du Point Némo - Jean-Marie Blas de Roblès

9

101938617

Oona et Salinger - Frédéric Beigbeder 

10

on ne voyait

On ne voyait que le bonheur - Grégoire Delacourt

 

Quelques autres classements : SandrineEnnaSylire, EstellecalimSaxaoulBladelorSophie VicimLaure

 

Prochaine étape : 8 JUIN 2015


Pour découvrir la Sélection Finale des Blogueurs de 5 Audiolib

Vous pourrez alors voter pour votre préféré !

Posté par aproposdelivres à 13:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

27 mai 2015

Baronne Blixen - Dominique de Saint Pern

logo_prix_relay

9782234076365-X Stock - janvier 2015 - 432 pages

Quatrième de couverture : 
Karen Blixen, roman. La baronne a eu en effet la vie la plus romanesque qui puisse être. On serait tenté de dire : les vies. Chasseresse africaine au Kenya, hôtesse mondaine dans sa demeure maritime de Rungstedlund au Danemark, conteuse au profil acéré d’oiseau de proie, amoureuse et amante, de Denys Finch Hatton à sa dernière passion nordique, Thorkild BjØrnvig, un poète de trente ans son cadet ! Écrivain et démiurge, mondialement célébrée et lue.
Comment chanter sa singularité, sa liberté, son souverain mépris des codes et des convenances ? Dans ce roman vrai, de l’Afrique au Danemark, de New York à Londres, c’est toute une folle époque qui revit ici en couleurs et en cinémascope : Dominique de Saint Pern ressuscite la femme courageuse et la diablesse, mais aussi l’âme de cet âge d’or où l’on savait aimer, écrire et mourir en beauté.

Auteur : Dominique de Saint Pern est journaliste et collabore à M Le magazine du Monde. Elle est l’auteur de L’Extravagante Dorothy Parker (1994), Les Amants du soleil noir (2005) et Pour l’amour d’un guerrier (2007).

Mon avis : (lu en mai 2015)
Karen Blixen, ce nom m'évoque en premier lieu le film Out of Africa. Puis j'ai découvert l'auteur danoise avec La ferme africaine et Le festin de Babette (également merveilleusement adapté au cinéma). 
Avec Clara Svendsen, comme narratrice, l'auteur revient sur la vie de Karen Blixen de 1914 avec son arrivée à Nairobi, jusqu'à 1931 et son retour au Danemark. A partir de 1943, Clara Svendsen a été la dame de compagnie de Karen pendant plus de vingt ans puis son exécutrice littéraire. 
Tout commence par la rencontre de Clara avec Meryl Streep en Afrique. Toutes deux reviennent sur les lieux où Karen Blixen a vécu en Afrique. 
Cette biographie romancée de Karen Blixen est passionnante et bien documentée. Elle se lit facilement et fait voyager dans le temps, en Afrique... J'ai beaucoup aimé.
Cette lecture m'a également donnée envie de revoir le film Out Africa... 

Extrait : (début du livre)
Je savais quels seraient mes premiers mots.
"Taxi, conduisez-moi à la vieille gare, nous nous y arrêterons un instant, puis vous prendrez la Railway road et me déposer à l'hôtel Norfolk."
J'entrerai dans Nairobi par le chemin que Karen Blixen a emprunté la toute première fois, en 1914. Je dormirai dans l'hôtel où elle a passé sa première nuit africaine. J'ai accepté l'invitation de la production du film et, depuis, j'ai refait cent fois ce trajet imaginaire jusqu'à "l'hôtel des lords". 
J'arrivais un peu fatiguée par le long vol depuis Copenhague, ça ne m'empêchera pas de suivre la route de terre battue que, soixante-dix ans plus tôt, Karen et Bror Blixen tout juste mariés découvraient, bringuebalés dans une carriole tirée par des mulets. Bror et Karen au seuil de leur existence. Les Blixen, maîtres des hautes terres avec, sous leurs pieds, l'Afrique pour terrain de jeux. Deux adorables fous, encore essouflés d'avoir échappé à un danger terrifiant : la vie sous linceul qui les menaçait en Scandinavie. Je ferme les yeux. Karen ne sait où poser le regard. Sur les parures de plumes ? Sur les peaux nues luisantes ? Les couleurs l'étourdissent. Trop exubérantes. Le grouillement fébrile des rues, aussi. Puis, l'émotion incontrôlable. La voilà foudroyée. Grisée des arômes violents, amalgames de sueur, de fumées âcres, de crottin de cheval. Elle n'a connu que les senteurs fraîches des forêts danoises et les tons d'aquarelle des jardins nordiques.

 

Avec ce livre s'achève la sélection du Prix Relay des Voyageurs.
Dès aujourd'hui, il est possible de voter pour votre livre préféré ICI

 

Posté par aproposdelivres à 21:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 mai 2015

Moi, Surunen, libérateur des peuples opprimés - Arto Paasilinna

Lu en partenariat avec les éditions Denoël

91GAsf1e0-L Denoël - avril 2015 - 332 pages

traduit du finnois par Anne Colin du Terrail

Titre original : Vapahtaja Surunen, 1986

Quatrième de couverture :
Le très distingué professeur Surunen, membre finlandais d’Amnesty International, las de se contenter de signer des pétitions, décide de prendre les choses en main. Il s’en va personnellement délivrer les prisonniers politiques qu’il parraine en Macabraguay, petit pays d'Amérique centrale dirigé par un dictateur fasciste sanguinaire. Après le succès de l’évasion de cinq d’entre eux, et non sans avoir goûté à la torture des geôles locales, Surunen accompagne l’un de ses protégés jusqu’au paradis communiste, un pays d’Europe de l’Est baptisé la Vachardoslavie. Là, il découvre le triste sort d’une poignée de dissidents enfermés dans un asile psychiatrique, et s’emploie à les libérer à leur tour. 

Revisitant à sa façon Tintin au pays des Soviets, Paasilinna renvoie dos à dos les dictatures de tous bords avec une ironie mordante et un sens du burlesque accompli.

Auteur : Arto Paasilinna est né en Laponie finlandaise en 1942. Successivement bûcheron, ouvrier agricole, journaliste et poète, il est l’auteur d’une trentaine de romans, pour la plupart traduits en français qui ont toujours rencontré un vif succès critique et public.

Mon avis : (lu en mai 2015)
Voilà une histoire de Paasilinna écrite en 1986 et seulement traduite en 2015 en France. Surunen est un universitaire, philologue et membre d'Amnesty International. Signer des pétitions ou parrainer des opprimés à distance ne le satisfait pas. Dans la première partie du livre, Surunen décide donc de se rendre en Amérique Centrale au Macabraguay pour libérer un prisonnier politique avec lequel il correspond. Voilà donc Surunen parti pour une aventure pleine de dangers, de surprises et de rencontres...
Dans une deuxième partie du livre, Surunen se rend en Vachardoslavie, un pays d'Europe de l'Est pour libérer des dissidents...
C'est un livre plutôt réussi d'Arto Paasilinna avec ses côtés loufoques, décalés et rocambolesques... L'auteur s'attaque aux régimes dictatoriaux avec Surunen, un sauveur, sans peur, parfois inconscient mais que rien n'arrête !

Merci Célia et les éditions Denoël pour cette lecture pleine d'inattendue.

 

Extrait : (début du livre)
Nous sommes un soir d'hiver. Les rues de la grande ville sont désertes, seule une tractopelle solitaire déblaie les trottoirs de la neige fraîchement tombée. Par les fenêtres des immeubles, les téléviseurs couleurs des salles de séjour projettent sur le noir du ciel leurs lumières changeantes.
Sur une table brûle une bougie. Dans son chaleureux halo, deux silhouettes, celles d'un homme et d'une femme. Ils sont penchés l'un vers l'autre, se tiennent la main et se regardent dans les yeux. La femme a une magnifique chevelure rousse et paraît très belle dans cette douce lumière. Elle a peut-être la trentaine. L'homme est un peu plus âgé. Il semble ému, grave, et dans son regard s'attarde une lueur inquiète.
A côté de la bougie, deux verres et une bouteille de vin, du bordeaux, capiteux mais fin, ainsi qu'un plateau de fromages dont l'arôme subtil se marie à merveille à la chaleur du vin. Le couple a l'air cultivé. Tous deux ont les yeux humides. Ils parlent d'une voix mesurée, teintée de tristesse. A première vue, la scène paraît infiniment romantique.
La femme conte l'histoire de son grand-père, Juho Immo-nen, qui fut, au début du siècle, régisseur du domaine de Hauho et s'enrôla dans la garde blanche dès 1917. Quand la guerre civile éclata, une horde de rouges investit le manoir, dont les propriétaires avaient heureusement eu le temps de fuir. Ils pillèrent le magasin à viande, incendièrent le fenil et le sauna et criblèrent de trous de baïonnette les précieux tableaux du salon bleu. Quand Juho Immonen s'interposa pour défendre les biens de son maître, il se fit rosser et, à demi mort, attacher sur un traîneau. On le conduisit au bord du lac voisin où on le pendit par les pieds à un bouleau jusqu'à ce qu'il en perde la parole. Pour finir, un des assaillants lui transperça le ventre d'un coup de baïonnette. On fit rouler son corps sur le lac gelé, jusqu'à une ouverture d'eau libre où on le jeta. Au printemps, à la débâcle des glaces, le cadavre fut trouvé à la sortie du lac, retenu par le barrage.
Tel est le terrible récit de sa petite fille. Elle l'a entendu maintes et maintes fois dans son enfance. Une fois adulte et installée à Helsinki, elle a adhéré à la section finlandaise d'Amnesty International, car elle veut que plus personne ne meure comme son grand-père sous la torture.
L'homme presse sa main dans la sienne. Lui aussi a des souvenirs qui le ramènent en pensée à la lointaine guerre civile de 1918. Son grand-père Ananias Surunen, tailleur de son état, se battait alors sur le front de Vilppula. Faits prisonniers aux dernières heures du conflit, lui et ses camarades furent emmenés à Raahe et enfermés avec sept cents autres rebelles rouges dans les locaux de l'École de commerce bourgeoise. Au fil du printemps, cent soixante-dix d'entre eux moururent : cent soixante-deux de faim et de maladie, sept sous les balles d'un peloton d'exécution et un enterré vivant. Ce dernier, pour se protéger du froid, s'était introduit à la morgue dans une caisse en bois vide utilisée pour convoyer les corps jusqu'à la fosse commune.

Déjà lu du même auteur :

le_lievre_de_Vatanen  Le lièvre de Vatanen  prisonnier_paradis Prisonniers du paradis

la_cavale_du_g_om_tre La cavale du géomètre  un_homme_heureux Un homme heureux  

la_douce_empoisonneuse_2 La douce empoisonneuse Petits_suicides_entre_amis_2 Petits suicides entre amis 

le_meunier_hurlant Le meunier hurlant le_bestial_serviteur Le bestial serviteur du pasteur Huuskonen

le_cantique_de_l_apocalypse Le Cantique de l'apocalypse joyeuse   sang_chaud__nerfs_d_acier Sang chaud, nerfs d'acier

les_dix_femmes_de_l_ing_nieur Les dix femmes de l'industriel Rauno Rämekorpi 

le_potagerdes_malfaiteurs_p Le potager des malfaiteurs ayant échappé à la pendaison

 

Challenge Voisins Voisines 2015
voisins voisines 2015
Finlande

Posté par aproposdelivres à 21:13 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,