18 mai 2015

C'est lundi, que lisez-vous ? [218]

91950711

C'est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane  

Qu'est-ce que j'ai lu cette semaine ? 

refuges 9782356417268-T

Refuges - Annelise Heurtier 
En finir avec Eddy Bellegueule - Edouard Louis

Qu'est-ce que je lis en ce moment ?

La vérité et autres mensonges - Sascha Arango (Prix Audiolib 2015)

Que lirai-je la semaine prochaine ?

La Baronne Blixen (Babelio - Prix Relay)
Moi, Surunen, libérateur des peuples opprimés (Denoël)
L'été des pas perdus - Rachel Hausfater (Flammarion)
L'île du Point Némo - Jean-Marie Blas de Roblès (Prix Audiolib 2015)

Bonnes lectures et bonne semaine !

Posté par aproposdelivres à 06:32 - - Commentaires [9] - Permalien [#]


16 mai 2015

En finir avec Eddy Bellegueule - Edouard Louis (Prix Audiolib)

LOGOTYPE-2015

9782356417268-T en finir avec eddy 

Audiolib - mai 2014 - 4h42 - lu par Philippe Calvario

Seuil - janvier 2014 - 220 pages

Quatrième de couverture : 
« Je suis parti en courant, tout à coup. Juste le temps d'entendre ma mère dire Qu'est-ce qui fait le débile là ? Je ne voulais pas rester à leur côté, je refusais de partager ce moment avec eux. J'étais déjà loin, je n'appartenais plus à leur monde désormais, la lettre le disait. Je suis allé dans les champs et j'ai marché une bonne partie de la nuit, la fraîcheur du Nord, les chemins de terre, l'odeur de colza, très forte à ce moment de l'année. Toute la nuit fut consacrée à l'élaboration de ma nouvelle vie loin d'ici. »
En vérité, l'insurrection contre mes parents, contre la pauvreté, contre ma classe sociale, son racisme, sa violence, ses habitudes, n'a été que seconde. Car avant de m'insurger contre le monde de mon enfance, c'est le monde de mon enfance qui s'est insurgé contre moi. Très vite j'ai été pour ma famille et les autres une source de honte, et même de dégoût. Je n'ai pas eu d'autre choix que de prendre la fuite. Ce livre est une tentative pour comprendre.
L’interprétation de Philippe Calvario, d’une impeccable justesse, rend dramatiquement présent le douloureux cheminement, entre violences et humiliations, d’un jeune garçon confronté à sa « différence ».

Auteur : Édouard Louis a 22 ans. Il est étudiant en philosophie et en sociologie à l’École Normale Supérieure. En finir avec Eddy Bellegueule est son premier roman. Il a déjà publié aux PUF les actes d’un colloque sur Bourdieu et participé à la réalisation d’un documentaire sur Foucault pour Arte.

Lecteur : Philippe Calvario, né en 1973, est un comédien et metteur en scène français.

Mon avis : (écouté en juin 2014)
J'ai découvert ce livre sous forme papier en février 2014, quelques mois plus tard, je le redécouvrais sous sa forme audio. Pour le Prix Audiolib 2015, je ne l'ai que partiellement réécouté pour pouvoir l'inclure dans le classement des 10 livres audio. 
J'ai bien sûr réécouté l'entretien avec l'auteur, j'aime toujours beaucoup ce bonus offert dans de nombreux livres Audiolib. Cela complète bien la découverte d'une oeuvre et/ou d'un auteur.

Ce n'est pas facile de s'appeler Eddy Bellegueule et d'avoir une attitude efféminée lorsque l'on vient d'un milieu ouvrier et pauvre de Picardie. Eddy ne comprend pas pourquoi il est le vilain petit canard, il est l'aîné d'une famille de quatre enfants, son père est depuis longtemps au chômage après s'être abîmé le dos en travaillant à l'usine, sa mère est aide à domicile. Dès sa petite enfance sa différence est suspecte, dans son village et son milieu, on n'aime pas les "pédés"... Il fera tout pour se faire accepter par les siens et devenir un "vrai homme", c'est à dire jouer au football, sortir avec les filles... En vain, c'est au lycée en quittant les siens qu'il va pouvoir commencer à devenir lui-même et pas celui que les siens voulaient qu'il soit. 
Dans la version imprimée, les passages en langage "familier" sont mis en italique par rapport au passage plus littéraire. Dans la version audio, le lecteur ne peut pas rendre cette différentiation, c'est à l'auditeur de faire la part des choses en fonction du vocabulaire employé.
La force des mots est décuplée dans la version audio et même si je découvrais ce texte pour la seconde fois, la violence des mots m'a frappée tout autant que la première fois. Certains passages deviennent dérangeants car la souffrance d'Eddy est si forte que j'en avais les larmes aux yeux.

Extrait : (début du livre)
De mon enfance je n’ai aucun souvenir heureux. Je ne veux pas dire que jamais, durant ces années, je n’ai éprouvé de sentiment de bonheur ou de joie. Simplement la souffrance est totalitaire : tout ce qui n’entre pas dans son système, elle le fait disparaître. Dans le couloir sont apparus deux garçons, le premier, grand, aux cheveux roux, et l’autre, petit, au dos voûté. Le grand aux cheveux roux a craché Prends ça dans ta gueule. Le crachat s’est écoulé lentement sur mon visage, jaune et épais, comme ces glaires sonores qui obstruent la gorge des personnes âgées ou des gens malades, à l’odeur forte et nauséabonde. Les rires aigus, stridents, des deux garçons Regarde il en a plein la gueule ce fils de pute. Il s’écoule de mon œil jusqu’à mes lèvres, jusqu’à entrer dans ma bouche. Je n’ose pas l’essuyer. Je pourrais le faire, il suffirait d’un revers de manche. Il suffirait d’une fraction de seconde, d’un geste minuscule pour que le crachat n’entre pas en contact avec mes lèvres,mais je ne le fais pas, de peur qu’ils se sentent offensés, de peur qu’ils s’énervent encore un peu plus.

Je n’imaginais pas qu’ils le feraient. La violence ne m’était pourtant pas étrangère, loin delà. J’avais depuis toujours, aussi loin que remontent mes souvenirs, vu mon père ivre se battre à la sortie du café contre d’autres hommes ivres, leur casser le nez ou les dents. Des hommes qui avaient regardé ma mère avec trop d’insistance et mon père, sous l’emprise de l’alcool, qui fulminait Tu te prends pour qui à regarder ma femme comme ça sale bâtard. Ma mère qui essayait de le calmer Calme-toi chéri, calme-toi mais dont les protestations étaient ignorées. Les copains de mon père, qui à un moment finissaient forcément par intervenir, c’était la règle, c’était ça aussi être un vrai ami, un bon copain, se jeter dans la bataille pour séparer mon père et l’autre, la victime de sa saoulerie au visage désormais couvert de plaies. Je voyais mon père, lorsqu’un de nos chats mettait au monde des petits, glisser les chatons tout juste nés dans un sac plastique de supermarché et claquer le sac contre une bordure de béton jusqu’à ce que le sac se remplisse de sang et que les miaulements cessent. Je l’avais vu égorger des cochons dans le jardin, boire le sang encore chaud qu’il extrayait pour en faire du boudin (le sang sur ses lèvres, son menton, son tee shirt) C’est ça qu’est le meilleur, c’est le sang quand ilvient juste de sortir de la bête qui crève. Les cris du cochon agonisant quand mon père sectionnait sa trachée artère étaient audibles dans tout le village.

J’avais dix ans. J’étais nouveau au collège. Quand ils sont apparus dans le couloir je ne les connaissais pas. J’ignorais jusqu’à leur prénom, ce qui n’était pas fréquent dans ce petit établissement scolaire d’à peine deux cents élèves où tout le monde apprenait vite à se connaître. Leur démarche était lente, ils étaient souriants, ils ne dégageaient aucune agressivité, si bien que j’ai d’abord pensé qu’ils venaient faire connaissance. Mais pourquoi les grands venaient ils me parler à moi qui étais nouveau ? La cour de récréation fonctionnait de la même manière que le reste du monde : les grands ne côtoyaient pas les petits. Ma mère le disait en parlant des ouvriers Nous les petits on intéresse personne, surtout pas les grands bourges.

Dans le couloir ils m’ont demandé qui j’étais, si c’était bien moi Bellegueule, celui dont tout le monde parlait. Ils m’ont posé cette question que je me suis répétée ensuite, inlassablement,des mois, des années, C’est toi le pédé ? En la prononçant ils l’avaient inscrite en moi pour toujours tel un stigmate, ces marques que les Grecs gravaient au fer rouge ou au couteau sur le corps des individus déviants, dangereux pour la communauté. L’impossibilité de m’en défaire. C’est la surprise qui m’a traversé, quand bien même ce n’était pas la première fois que l’on me disait une chose pareille. On ne s’habitue jamais à l’injure.

Challenge Petit Bac 2015 
98438537_o
Mort (3)

Posté par aproposdelivres à 06:17 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

13 mai 2015

Refuges - Annelise Heurtier

Lu en partenariat avec les éditions Casterman

refuges Casterman - avril 2015 - 240 pages

Quatrième de couverture : 
Mila, une jeune italienne, revient sur l'île paradisiaque de son enfance, espérant y dissiper le mal-être qui l'assaille depuis un drame familial.
Très vite, d'autres voix se mêlent à la sienne. Huit voix venues de l'autre côté de la Méditerranée qui crient leur détresse, leur rage et la force de leurs espérances.

Auteur : Annelise Heurtier est née en 1979. Parallèlement à un début de carrière éloignée du milieu des lettres (une prépa HEC suivie d'une école de commerce la conduisent à travailler dans le marketing et le management), elle commence à écrire des textes à destination de la jeunesse. Son premier roman est rapidement publié aux éditions du Rouergue. Aujourd'hui, Annelise Heurtier habite à Tahiti où elle vit avec son compagnon et ses deux enfants. 

Mon avis : (lu en mai 2015)
Voilà un livre destiné aux adolescents à lire et à faire lire également aux adultes. Un livre proche de l'actualité même si, comme le précise l'auteur dans une note en fin de livre, l'histoire se situe en 2006.
Mila est une jeune italienne de 17 ans qui revient dans l'île de son enfance. Une île pleine de bons souvenirs, à la suite d'un drame familial, elle et ses parents sont de retour après six ans d'absence. Ils mettent beaucoup d'espoir dans ce séjour dans cette île de Lampedusa qui est surnommée aussi « l’île du Salut »... Les épisodes des vacances de Mila sont entrecoupés par huit histoires à huit voix de jeunes Erythréens, ils ont fuit un pays où ils ont enduré des souffrances et risqué la mort, après des séjours plus ou moins longs dans des camps de réfugiés, ils espèrent tous atteindre l'autre côté de la Méditerranée et avoir droit à une vie meilleure.
Voilà un roman très fort, autour des immigrés clandestins qui risquent leur vie pour rejoindre l'Europe et espérer vivre en liberté.
J'ai aimé parcourir l'île de Lampedusa et découvrir la réalité de la vie de ses émigrés clandestins venus d'Erythrée. Après cette lecture, je n'entendrai plus de la même façon les reportages sur les drames de l'immigration au large de Lampedusa. 

Note : ♥♥♥♥♥

Autres avis : Mirontaine, Canel

Extrait : (début du livre)
Mila abandonna son sac àdos sur le lit. La chambre n'était pas éclairée que par les rais de lumière filtrant à travers les persiennes ajourées et, à part le refrain étouffé des vagues se brisant sur les falaises, aucun bruit ne venait bousculer la pénombre.
Cela faisait si longtemps qu'elle n'était pas revenue sur l'île.
Six ans. Il fallait savourer ce moment.
Mila prolongea l'attente en ondulant ses doigts à travers l'un des sillons clairs pailletés de poussière. Les minuscules particules en suspension s'affolèrent, comme une colonie de fourmis chahutée par un gamin curieux.
Elle inspira profondément et, d'un coup sec, ouvrit en grand les persiennes.
L'éclat platiné de la mi-journée s'engouffra brutalement. Mila plissa les yeux et détourna la tête.
Une fois habituée à la luminosité, elle se mit à détailler les lieux, presque avidement.  

 Challenge Petit Bac 2015 
98438537_o
Titre : 1 mot (4)

Posté par aproposdelivres à 07:08 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

11 mai 2015

C'est lundi, que lisez-vous ? [218]

91950711

C'est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane  

Qu'est-ce que j'ai lu cette semaine ? 

un parfum d'herbe coupée 9782330048204 on ne voyait

Un parfum d'herbe coupée - Nicolas Delesalle 
La coloc - Jean-Philippe Blondel 
On ne voyait que le bonheur - Grégoire Delacourt

Qu'est-ce que je lis en ce moment ?

Les petits vieux d'Helsinki - Minna Lindgren (Calmann-Lévy)
La vérité et autres mensonges - Sascha Arango (Prix Audiolib 2015)

Que lirai-je la semaine prochaine ?

La Baronne Blixen (Babelio - Prix Relay)
Moi, Surunen, libérateur des peuples opprimés (Denoël)
L'été des pas perdus - Rachel Hausfater (Flammarion)
L'île du Point Némo - Jean-Marie Blas de Roblès (Prix Audiolib 2015)

Bonnes lectures et bonne semaine !

Posté par aproposdelivres à 06:43 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

09 mai 2015

On ne voyait que le bonheur - Grégoire Delacourt

LOGOTYPE-2015

9782356417855-T on ne voyait

Audiolib - octobre 2014 - 6h53 - lu par Grégori Baquet et Georgia Scalliet

JC Lattès - août 2014 - 360 pages

Quatrième de couverture :
Antoine, la quarantaine, est expert en assurances. Depuis longtemps, trop longtemps, il estime, indemnise la vie des autres. Une nuit, il s’intéresse à la valeur de la sienne et nous entraîne au coeur de notre humanité. Du nord de la France à la côte ouest du Mexique, On ne voyait que le bonheur offre aussi une plongée dans le monde de l’adolescence, pays de tous les dangers et de toutes les promesses.
Après le succès mondial de La Liste de mes envies et de La première chose qu’on regarde, Grégoire Delacourt signe un roman bouleversant sur la violence de nos vies et la force du pardon.

Auteur : Publicitaire et écrivain, Grégoire Delacourt est né en 1960 à Valenciennes. Son premier roman, L’Écrivain de la famille, a été couronné par cinq prix littéraires. La Liste de mes envies, publié en 2012, a fait l’objet d’une adaptation cinématographique en 2014 par Didier Le Pêcheur, avec Mathilde Seigner et Marc Lavoine.

Lecteurs : À la fois acteur de télévision, de cinéma et chanteur, Grégori Baquet, fils d’une chorégraphe russe et de l’acteur et violoncelliste Maurice Baquet, est avant tout un homme de théâtre. Il a joué aux côtés de Jean Marais, Bernadette Lafont, Rufus…Nommé pour le Molière de la Révélation en 2004, c’est finalement en 2014 qu’il obtient cette distinction, pour son interprétation du monologue de Wajdi Mouawad, Un obus dans le coeur. Parrain de l’association « Tous en scène », il organise des concerts dont les bénéfices sont versés à des associations humanitaires. 
Née en 1986 d’une mère américaine et d’un père franco-belge, Georgia Scalliet grandit en France et s’intéresse très tôt au théâtre. Successivement élève du Grenier de Bourgogne, de la Phillips Exeter Academy (États-Unis), de la Royal Academy of Dramatic Art (Londres), de l’Institut des arts de diffusion (Bruxelles), et enfin de l’ENSATT (Lyon), elle devient en 2009 pensionnaire de la Comédie Française. Elle a reçu le Molière 2011 du jeune talent féminin pour son interprétation d’Irina dans Les Trois Soeurs de Tchekhov, mis en scène par Alain Françon. 

Mon avis : (écouté en avril et mai 2015)
Antoine est expert en assurances et connaît bien le prix de tout... Il fait le triste bilan de sa vie : dès son enfance, sa famille a été bouleversée à la mort d'Anne, l'une de ses soeurs, sa mère est partie, Anna, son autre soeur ne parlait plus qu'avec un mot sur deux. Tout deux ont été élevés par leur père. Adulte, Antoine s'est marié avec Nathalie et ils ont eu deux enfants Joséphine et Léon. Mais Nathalie a trompé Antoine et Antoine a "pété les plomb"...
J'ai abandonné cette lecture avant la fin, le roman est décousu, les titres des chapitres sont une accumulation de chiffres qui évoquent la valeur des choses dans la première partie, des dates dans la troisième partie et ? dans la deuxième partie. Il est difficile alors de ce repérer en écoutant le livre... 
Je n'ai pas eu de sympathie pour aucun des personnages à part peut-être pour le petit footballeur mexicain qui apparaît dans la deuxième partie... Je me suis ennuyée et le ton assez monocorde du lecteur masculin n'a pas arrangé mon impression.
La troisième partie est le journal de Joséphine et le style adolescent que veut donner l'auteur n'est pas vraiment crédible et le ton de la lectrice trop artificielle, insupportable à écouter... 
Contrairement à ce que peut évoquer le titre, cette histoire est très sombre : il est question de malheurs, d'absence d'amour, de solitude... Même après avoir écouté l'entretien avec l'auteur, je n'ai pas envie (au moins actuellement) de terminer la lecture (sous forme papier) de ce roman.

Extrait : (début du livre)
Une vie, et j’étais bien placé pour le savoir, vaut entre trente et quarante mille euros.
Une vie ; le col enfin à dix centimètres, le souffle court, la naissance, le sang, les larmes, la joie, la douleur, le premier bain, les premières dents, les premiers pas ; les mots nouveaux, la chute de vélo, l’appareil dentaire, la peur du tétanos, les blagues, les cousins, les vacances, l’allergie aux poils de chats, les caprices, les sucreries, les caries, les mensonges déjà, les regards en coin, les rires, les émerveillements, la scarlatine, le corps dégingandé qui pousse de travers, les oreilles longtemps trop grandes, la mue, les érections, les potes, les filles, le tire-comédon, les trahisons, le bien qu’on fait, l’envie de changer le monde, de tuer les cons, tous les cons, les gueules de bois, la mousse à raser, les chagrins d’amour, l’amour, l’envie de mourir, le bac, la fac, Radiguet, les Stones, le rock, le trichlo, la curiosité, le premier boulot, la première paye, la bringue pour fêter ça, les fiançailles, les épousailles, la première tromperie, l’amour à nouveau, le besoin d’amour, la douceur qu’on suscite, l’opium de la petite tendresse, les souvenirs déjà, le temps qui file plus vite soudain, la tache sur le poumon droit, la douleur en urinant le matin, les caresses nouvelles, la peau, le grain de la peau, le grain de beauté suspect, les tremblements, les économies, la chaleur qu’on cherche, les projets pour après, quand ils seront grands, quand on sera à nouveau deux, les voyages, les océans bleus, les blood and sand au bar d’un hôtel au nom imprononçable, au Mexique ou ailleurs, un sourire, des draps frais, des parfums de propre, des retrouvailles, un sexe bien dur, de la pierre ; une vie.
Entre trente et quarante mille euros si vous vous faites écraser.
Vingt, vingt-cinq mille si vous êtes un enfant.
Un peu plus de cent mille si vous êtes dans un avion qui vous écrabouille avec deux cent vingt-sept autres vies.
Combien valurent les nôtres ?

Challenge Petit Bac 2015 
98438537_o
Pronom personnel (6)

Challenge 7% Rentrée Littéraire 2014 
challengerl2014_150
40/42

Posté par aproposdelivres à 20:56 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,


07 mai 2015

La coloc - Jean-Philippe Blondel

 9782330048204 Actes Sud junior - mars 2015 - 145 pages

Quatrième de couverture :
"Bon, la première chose que nous avons faite, quand nos parents ont tourné les talons, c'est de hurler - de joie, de soulagement. Nous étions tous les trois tendus - nous n'étions pas sûrs qu'ils iraient jusqu'au bout, nous étions convaincus qu'à un moment ou à un autre, ils allaient dire non, ce n'est pas possible, retourne à l'internat, reprends le bus, c'est une idée stupide, la colocation, à seize ans." Quitter le cocon familial pour vivre en colocation : le rêve pour tout lycéen ! Pourtant, rien n'aurait pu a priori rapprocher Romain, Rémi et Maxime. Mais ce nouveau quotidien va bousculer leurs certitudes et les pousser à créer un improbable et détonnant trio...

Auteur : Professeur d'anglais à Troyes, Jean-Philippe Blondel publie romans pour adultes et pour adolescents Le Baby-sitter, G229 (prix Virgin - Version femina), Et rester vivant et 06H41 ont rencontré un réel succès.

Mon avis : (lu en mai 2015)
Romain a 16 ans, après le décès de sa grand-mère, ses parents héritent d'un appartement. Celui-ci se trouve à côté du lycée et lorsque ses parents parlent de le vendre ou le louer Romain a l'idée de s'y installer en colocation... Il ne serait plus obligé de faire matin et soir le long trajet entre le domicile familial et le lycée... Après avoir convaincu les parents, il va falloir trouver deux co-locataires : il y aura Rémi, un geek, solitaire qui vient du même village que Romain mais avec lequel il n'a pas vraiment d'atome crochu et Maxime le garçon le plus populaire du lycée.
Romain va passer une année pleine de surprises, d'amitiés, de chagrin, de joie... Une année inoubliable qui l'aura fait grandir.
J'ai passé un très bon moment en lisant cette histoire actuelle, pleine d'humour et d'émotion. Ces trois colocataires sont attachants.
A lire pour des adolescents comme pour des adultes. 

Extrait : ici 

Déjà lu du même auteur :

juke_box Juke Box  au_rebond Au rebond

le_baby_sitter  Le Baby-sitter G229 G229  blog Blog

5317 Et rester vivant replay (Re)play  brise_glace Brise glace

acc_s_direct___la_plage Accès direct à la plage 6h41 06H41

double jeu Double jeu un hiver à paris Un hiver à Paris

Challenge Petit Bac 2015 
98438537_o
Musique (4)

Posté par aproposdelivres à 20:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

05 mai 2015

Un parfum d'herbe coupée - Nicolas Delesalle

logo_prix_relay

un parfum d'herbe coupée Préludes - janvier 2015 - 288 pages

Prix des lecteurs du livre numérique 2013

Quatrième de couverture :
« Le jour où mon père a débarqué avec son sourire conquérant et la GTS, j'ai fait la gueule. Mais j'ai ravalé ma grimace comme on cache à ses parents l'odeur de sa première clope. J'ai dit ouais, j'ai dit super, la mort dans l'âme, même si j'avais compris que la GTS pour la GTX, c'était déjà le sixième grand renoncement, après la petite souris, les cloches de Pâques, le père Noël, Mathilde, la plus jolie fille de la maternelle, et ma carrière de footballeur professionnel. » 
Par petites touches qui sont autant d'instantanés de vie, Kolia convoque les figures, les mots, les paysages qui ont compté : la route des vacances, les filles, Totor le paysan aux cèpes et la maison de famille, des livres, quelques sauterelles, Raspoutine le berger allemand... Des petits riens qui seront tout.
Un premier roman remarquable, plein d'émotion, d'humour, de poésie, de profondeur, où la petite musique singulière de l'enfance ouvre sur une partition universelle. Un parfum inoubliable...

Auteur : Nicolas Delesalle est grand reporter à TéléramaUn parfum d’herbe coupée est son premier livre.

Mon avis : (lu en janvier 2015)
Comme j'ai déjà lu ce livre en janvier dernier et que je me suis engagée à lire les livres du Prix Relay des Voyageurs, je reprends dans ce billet, une grande partie de mon billet de janvier.
La lecture de la quatrième de couverture m'a donné envie de découvrir ce livre. Une version courte de ce livre a d'abord eu une vie en livre numérique et même obtenu Prix des lecteurs du livre numérique 2013.
Kolia, le narrateur, nous raconte des moments de l'enfance qui évoquent également chez le lecteur ses propres souvenirs. L'auteur étant né en 1972, il évoque certains souvenirs des années 70 et 80.
Il raconte son dernier échange avec son grand-père, le jour de l’enterrement de sa grand-mère.

Il se souvient de ces professeurs, de celle qui l'a collé tous les mercredi de son année de quatrième pour insolence... mais qui lui a également appris à apprécier les livres et la lecture. De sa professeur de russe qui ne voulait pas le favoriser. 
Il nous confie sa jeune vocation d'astronaute et ses expériences de lancer de fusée avec comme "cobayes" vivants, des sauterelles du jardin. 
Il évoque aussi son premier baiser, ses premiers émois amoureux et comment il descendait de sa chambre la nuit en cachette pour regarder à la télévision le film du premier samedi du mois sur Canal+
Ce livre m'a fait penser à Philippe Delerm et son livre "La Première Gorgée de bière et autres plaisirs minuscules"... 

Les chapitres sont émouvants, plein d'humour, touchants, plein de tendresse ou d'espièglerie... 
Une découverte très plaisante au parfum d'enfance.

Mon fils (20 ans) avait entendu parler de ce livre bien avant moi et lorsqu'il a su que je l'avais reçu en avant-première, il me l'a emprunté et il l'a dévoré et beaucoup aimé. Depuis janvier, il a eu l'occasion d'échanger avec l'auteur par twitter et de le rencontrer en février. Et j'ai donc eu droit à une jolie dédicace...

P1020605_x

Merci à Babelio et le Prix Relay des Voyageurs Lecteurs pour ce partenariat.

Extrait : (début du livre)
Au plafond, un ventilateur antédiluvien tournait au ralenti et découpait de grosses tranches d'air tiède qui me tombaient sur le visage.

J'étais seul dans le salon avec mon grand-père. Il dormait sur le canapé en cuir élimé. On venait d'enterrer ma grand-mère, une petite ortie brune d'origine sicilienne qui souriait tout le temps.
Les gens déambulaient sans but précis dans le jardin et la maison de mes grands-parents où flottait un parfum particulier, un mélange d'ennui, de soupe aux poireaux et de mélancolie.
Les invités rejouaient la chorégraphie sempiternelle de ces « fêtes » qui parachèvent les enterrements. Chacun faisait ce qu'il pouvait de ses pieds, de ses mains et de ses mots.
La famille se retrouvait malgré elle, penaude, désemparée, entre les petits fours, les grands silences, le vin, le café, les larmes et les sourires compatissants. On s'écoutait. On prenait le pouls du temps qui passe trop vite. Pourquoi ne se voit-on pas plus souvent ?
Les amis proches naviguaient entre les écueils. Les phrases étaient courtes. Chaque geste, chaque mot pouvait briser une molécule d'air qui en brisait une autre qui en brisait une autre et ainsi de suite, une réaction en chaîne au bout de laquelle une molécule d'eau salée pouvait finir par couler sur la joue de celui qu'on essayait de consoler.
Ma grand-mère venait de mourir de vieillesse, comme on dit. C'est-à-dire que quelque chose avait lâché quelque part. On ne savait pas trop quoi. On ne voulait plus trop savoir pourquoi. Il fallait juste l'accepter. L'accident, le cancer et toutes les saloperies du monde déclenchent la révolte, la rage puis la résignation, tiercé perdant dans l'ordre. La mort de vieillesse, on doit l'accepter d'un tenant, au comptant, toutes taxes comprises. C'est la vie.
Mon grand-père dormait de tout son long dans le canapé, allongé sur le dos, les mains croisées sur le ventre, dans la même position que ma grand-mère, dans son cercueil, sous la dalle fraîchement scellée. 
Sa respiration était lente. Il avait oublié d'ôter ses lunettes. Il avait tout oublié. Il avait oublié qu'il avait été chimiste. Spécialiste des teintures. Il avait oublié qu'il était un peu belge, un peu irlandais, un peu du Nord, un peu de Normandie, un peu barré. Il avait oublié qu'il avait vécu toute sa vie d'adulte en Argentine et au Chili, où mon père était né. Il avait oublié qu'il parlait espagnol couramment, mais avec un accent à débiter des bûches. Il avait oublié qu'il avait passé sa retraite à colorer des morceaux de coton avec lesquels il recomposait des toiles, des photographies, avant de les emprisonner sous une plaque de verre. Il accrochait ses œuvres au mur. Il y en avait partout.
Au-dessus du canapé où il ronflait, une reproduction cotonneuse du Déjeuner sur l'herbe de Manet égayait le mur couvert d'un papier peint jaune qui fut joyeux un jour mais que les années avaient rendu maussade. Je n'ai jamais été sensible à l'art de mon grand-père, mais il est le seul peintre sur coton que je connaisse, alors va pour le Déjeuner sur l'herbe tout en ouate et respect Papito.
J'ai très peu de souvenirs de mes grands-parents. J'étais le dernier des petits-enfants et quand j'ai atteint l'âge de les comprendre et de les écouter, l'un comme l'autre n'avaient plus l'envie ou la force de parler. Ne restent en mémoire que des risettes, de la tendresse et deux, trois détails qui ne feraient pas un paragraphe dans une biographie.

Posté par aproposdelivres à 06:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

04 mai 2015

C'est lundi, que lisez-vous ? [217]

91950711

C'est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane  

Qu'est-ce que j'ai lu cette semaine ? 

le syndrome du pire la meilleure d'entre nous

Le Syndrome du pire - Christoffer Carlsson 
La meilleure d'entre nous - Sarah Vaughan

Qu'est-ce que je lis en ce moment ?

Refuges - Anne-Lise Heurtier (Casterman)
On ne voyait que le bonheur - Grégoire Delacourt (Prix Audiolib 2015)
La vérité et autres mensonges - Sascha Arango (Prix Audiolib 2015)

Que lirai-je la semaine prochaine ?

La Baronne Blixen (Babelio - Prix Relay)
Les petits vieux d'Helsinki - Minna Lindgren (Calmann-Lévy)
Moi, Surunen, libérateur des peuples opprimés (Denoël)
L'été des pas perdus - Rachel Hausfater (Flammarion)
L'île du Point Némo - Jean-Marie Blas de Roblès (Prix Audiolib 2015)

Bonnes lectures et bonne semaine !

Posté par aproposdelivres à 06:19 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

03 mai 2015

La meilleure d'entre nous - Sarah Vaughan

Lu en partenariat avec Préludes - Livre de Poche

la meilleure d'entre nous Préludes - avril 2015 - 480 pages

traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Alice Delarbre

Titre original : The art of baking blind, 2014

Quatrième de couverture :
Angleterre, de nos jours. Le concours pour élire la nouvelle Kathleen Eaden a commencé ! Cinq candidats sont en lice, réunis par une passion commune. Mais la confection d’un cheesecake ou d’un paris-brest ne suffit pas toujours à faire oublier les blessures et les peines. Jenny, la cinquantaine tout en rondeurs, délaissée par son mari ; Vicki, qui aspire à plus qu’à élever son petit Alfie ; Claire, la jeune caissière mère célibataire qui ne rêve même plus d’une autre vie ; Karen, dont l’apparente perfection dissimule bien des secrets ; sans oublier Mike, veuf en pleine thérapie culinaire… Au cours d’une compétition aussi gourmande qu’échevelée, tous apprendront que l’art de la vie est au moins aussi difficile que celui de la pâtisserie. Généreux et inspirant, bourré d’émotion et d’humour, un premier roman à dévorer d’une seule traite, peuplé de personnages irrésistibles. Une déclaration d’amour à toutes les saveurs de la vie !

Auteur : Après des études d'anglais à Oxford, Sarah Vaughan s'est consacrée au journalisme. Elle a travaillé pendant onze ans au Guardian avant de publier La Meilleure d'entre nous, son premier roman. Elle vit près de Cambridge avec son époux et leurs deux jeunes enfants.

Mon avis : (lu en avril de 2015)
Cinq passionnés de pâtisserie participent au concours organisé par la chaîne de magasins Eaden pour élire la nouvelle Kathleen Eaden. Cette dernière avait révolutionné la discipline et publié, en 1966, le livre L'art de la pâtisserie. Le lecteur va découvrir l'histoire et Kathleen Eaden et en parallèle suivre le concours de pâtisserie. Les cinq candidats Jenny, Vicki, Claire, Karen et Mike ont des profils très différents. 
Dans un très bon esprit, les candidats, au lieu de s'affronter, vont plutôt s'épauler, se soutenir et chacun évoluer non seulement dans l'art de la pâtisserie mais surtout dans leur vie personnelle.
J'ai beaucoup aimé cette histoire le concours est passionnant et appétissant, les personnages très attachants. L'histoire de Kathleen Eaden est émouvante et la construction du livre est pleine de suspens.
Un seul regret pour ce livre, c'est l'absence en fin du livre de toutes les recettes évoquées... 

Merci à Préludes - Livre de Poche pour ce partenariat.

Extrait : (début du livre)
Imaginez la maison de vos rêves : le pavillon d'un garde-chasse ou une immense ferme pleine de recoins, aux murs festonnés de glycine, aux briques chauffées par le soleil. Passez au jardin : des abeilles enivrées par le nectar des roses trémières, l'air moiré par l'été. Un pommier bruisse et laisse tomberquelques fruits précoces.
Maintenant représentez-vous la même bâtisse en pain d'épices, les flancs légèrement dorés, le glaçage à la royale qui ourle le toit ponctué de bonbons. Plantez des sucres d'orge dans les parterres de fleurs, arrosez de vermicelles, pavez de pastilles en chocolat. Reculez et admirez cette merveilleuse miniature. La maison de vos rêves est aussi un en-cas dont vous ne ferez qu'une bouchée !

Kathleen Eaden pose son stylo et se mordille la lèvre inférieure, mécontente. Ce n'est pas ce qu'elle voulait écrire.
Elle place sa création par terre et s'allonge devant à plat ventre, sa jupe en tweed remontée sur ses longues jambes écartées comme une petite fille. Le magnifique tapis d'Axminster lui procure du réconfort. Relevant sa taille fine, elle enfonce ses hanches un peu plus profondément dans l'épaisse laine douillette.
En appui sur les coudes, elle observe son oeuvre et hume les parfums de Noël: gingembre, cannelle, mélasse raffinée, sucre muscovado. Des zestes d'orange. Un soupçon de girofle. Les tuiles du toit sont saupoudrées de sucre et si elle tend le bras, elle pourra, très délicatement, redresser le heurtoir en forme de coeur qui a glissé sur le glaçage encore mou. Voilà qui est mieux. Grâce à son petit geste précis, le coeur se retrouve au bon endroit, maintenu en place par le mélange d'eau et de sucre.

Challenge Voisins Voisines 2015
voisins voisines 2015
Grande-Bretagne

Challenge Petit Bac 2015 
98438537_o
Pronom personnel (5)

Posté par aproposdelivres à 09:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 avril 2015

Le Syndrome du pire - Christoffer Carlsson

 Lu en partenariat avec Babelio et les éditions Ombres noires

le syndrome du pire Ombres noires - mars 2015 - 352 pages

traduit du suédois par Carine Bruy

Titre original : Den Osynlige Mannen Från Salem, 2013

Quatrième de couverture :
Stockholm, fin de l'été 2013. Une jeune droguée, Rebecca Salomonsson, est abattue dans un foyer pour femmes. Trois étages plus haut, dans son appartement, Leo Junker est réveillé par les lumières des voitures de police. Flic, il travaille aux affaires internes, la division la plus mal vue, celle des "rats" qui enquêtent sur leurs collègues. Suspendu depuis "L'affaire Gotland", au cours de laquelle il a commis une erreur qui a coûté la vie à un policier, rongé par la culpabilité, Leo s'étiole dans son nouveau job. Alcool, errances nocturnes, sa vie ressemble à un lent naufrage. Mais, dans le meurtre Salomonsson un indice le frappe particulièrement, qui fait ressurgir à sa mémoire des personnages troubles de son adolescence: Julia et John Grimberg. De plus, des messages énigmatiques arrivent à son portable. Et pourquoi a-t-il le sentiment diffus d'être suivi? Quand la réalité se délite, à quoi peut-on s'attendre, sinon au pire? 
Déjà traduit dans plus de 16 pays, Le Syndrome du pire a été élu roman policier de l'année par l'Académie des auteurs de roman policier suédois. Ce prix a déjà récompensé de grands noms du polar tels que Stieg Larsson, Henning Mankell, Johan Theorin ou Åke Edwardson.

Auteur : Christoffer Carlsson est né en 1986. Titulaire d'un doctorat en criminologie, il enseigne cette discipline. En 2012, l'European Society of Criminology lui a décerné le Young Criminologist Award pour son travail de recherche sur la rédemption des anciens criminels. 
Le Syndrome du pire a été élu roman policier de l'année par l'Académie des auteurs de romans policiers suédois.

Mon avis : (lu en avril 2015)
Leo Junker fait partie de la police, il est acuellement suspendu après "L'affaire Gotland" qui s'est terminé en fiasco. Depuis, il déprime et se réfugie dans l'alcool et les nuits blanches. Et voilà qu'une jeune droguée est assassinée dans le foyer pour femmes situé au 1er étage de l'immeuble de Leo Junker. Réveillé par les lumières des gyrophares, il ne peut pas s'empêcher d'aller voir la scène de crime et des souvenirs de son enfance ressurgissent...

Dans ce roman policier, le lecteur va découvrir l'enquête présente mais également les souvenirs d'enfance de Leo et les errances présentes de Leo.
La construction de ce roman policier suédois est originale mais je n'ai pas été captivée par ce livre, Leo Junker est attachant, mais je devais en attendre trop à cause de la phrase présente sur la couverture  « Élu roman policier de l’année en Suède »...

Merci Babelio et les éditions Ombres noires pour ce partenariat.

Extrait : (début du livre)
À mon réveil, il fait noir et j’ai la certitude que quelque chose est arrivé. Du coin de l’œil, je vois un flash. De l’autre côté de la rue, la façade du bâtiment est frappée par des lumières bleues aveuglantes. Je me coule hors de mon lit, gagne la kitchenette, bois un verre d’eau et glisse un comprimé de Serax sur ma langue. J’ai rêvé de Viktor et de Sam.
Le verre vide à la main, je me dirige vers le balcon et ouvre la porte-fenêtre. Le vent, chaud mais humide, me fait frissonner et je découvre l’attroupement en contrebas. Une ambulance et deux voitures de police sont garées devant l’entrée. Un agent tend un ruban bleu et blanc entre deux réverbères. Je perçois des voix étouffées, le crachotement d’une radio de police et le clignotement silencieux des gyrophares. Et au-delà, la rumeur d’un million d’habitants, le son d’une capitale provisoirement assoupie.

Je retourne à l’intérieur, enfile un jean, boutonne une chemise et passe la main dans mes cheveux. Sur le palier : un ventilateur qui tourne quelque part derrière le mur, le frou-frou discret de vêtements, une voix basse qui marmonne. Quelqu’un a pressé le bouton d’appel de l’antique ascenseur et la cabine amorce sa descente dans un grincement métallique, qui fait vibrer toute la cage.
— On ne peut pas mettre cette saloperie d’ascenseur hors-service ? siffle quelqu’un.
La cabine couvre le bruit de mes pas tandis que je descends l’escalier qui s’enroule autour de la petite cage. Je m’arrête au deuxième étage et attends. Sous mes pieds, au premier, quelque chose s’est produit. Et ce n’est pas la première fois.
Il y a plusieurs années, une association caritative, aidée par la donation d’une personne qui ne savait plus quoi faire de son argent, a acheté le vaste appartement du premier étage. Le groupe a transformé les lieux en un centre d’hébergement pour les marginaux et l’a baptisé Chapmansgården. Ils sont inspectés au moins une fois par semaine, en règle générale par des bureaucrates blasés envoyés par les services sociaux, mais souvent aussi par la police. Le centre est géré par une ancienne assistante sociale, Matilda ou Martina, je ne me souviens plus de son nom. Elle est âgée, mais inspire davantage le respect que la plupart des officiers de police.
En jetant un coup d’œil par-dessus la rampe, je constate que la porte en bois du centre est ouverte. Les lumières y sont allumées. La voix agacée d’un homme est tempérée par celle, plus douce, d’une femme. La cabine passe devant moi, elle me dissimule aux regards tandis que je la suis jusqu’au premier étage. Les deux agents en faction se figent en m’apercevant. Ils sont jeunes, bien plus jeunes que moi. L’ascenseur s’immobilise au rez-de-chaussée et soudain, tout devient très silencieux.
— Fais attention où tu marches, dit la femme à son collègue.
— Installe le périmètre, répond-il en lui tendant le rouleau de ruban bleu et blanc, ce qui lui vaut un regard noir.
— Toi, tu t’en charges, moi, je m’occupe du type.
Elle a retiré sa casquette et la tient à la main. Ses cheveux sont relevés en queue-de-cheval et on dirait qu’elle a subi un lifting. L’homme a une mâchoire carrée et un regard doux. J’ai le sentiment qu’ils sont tous les deux secoués parce qu’ils n’arrêtent pas de consulter leur montre. Sur les épaulettes de leur uniforme, il n’y a qu’une seule couronne dorée, pas de galons. De simples gardiens de la paix donc.
Il se dirige vers la cage d’escalier avec le ruban. Je m’efforce de sourire à la femme.
— Écoutez, dit-elle, il s’est passé quelque chose et j’aimerais que vous ne quittiez pas le bâtiment.
— Je ne sors pas.
— Que faites-vous ici alors ?
Je tourne les yeux vers la large fenêtre du palier, qui donne sur l’immeuble d’en face. Il est encore baigné de lumière bleue.
— Je me suis réveillé.
— Vous avez été réveillé par les gyrophares ?
J’acquiesce, sans vraiment savoir ce qu’elle pense. Elle paraît surprise. Je détecte une odeur âcre et ce n’est qu’à cet instant que je remarque à quel point elle est pâle et que ses yeux sont injectés de sang. Elle vient de vomir.
Elle incline la tête très légèrement, presque imperceptiblement, et fronce les sourcils.
— Nous sommes-nous déjà rencontrés ?
— Je ne pense pas.
— En êtes-vous sûr ?
— Je suis policier, je tente, mais… non, je ne pense pas que nous nous soyons déjà rencontrés.

 

Challenge Voisins Voisines 2015
voisins voisines 2015
Suède

 

Challenge Trillers et Polars
2014-2015
 
100142514
catégorie "Même pas peur" :  18/25 

Challenge Petit Bac 2015 
98438537_o
Mort (3)

Posté par aproposdelivres à 08:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,