20 mars 2016

Vendredi à Livre Paris (Salon du Livre de Paris)

 invitation_LivreParis-50

P1030066_20

J'ai passée mon vendredi après-midi au Salon du Livre de Paris, depuis mon travail, j'ai pris le tram pour arriver Porte de Versailles, le temps estimé était plus long que prévu, j'ai heureusement réussi à avoir une place assise dès le départ (porte de Vincennes) et c'était pas gagné car même vers 12h45, il y avait beaucoup de monde...
Il y avait moins de vendeurs à la sauvette de billets, grâce au mise en garde ou aux contrôles de sécurité à l'entrée...

P1030074_20

P1030078_20 P1030075_20 P1030080_20
Olivier Bourdeaut   -      Isabelle Bunisset  -   Emmanuel Régniez  

Je suis tout juste arrivée pour la première conférence sur la Scène Littéraire "Premiers romans"

3 auteurs de BD dédicacent leurs livres

P1030083_20 P1030081_20

Nob (auteur de la série Mamette)

P1030082_20 P1030085_20

 Joël Jurion (série Klaw)                                        Cosey          

P1030270_20

 J'ai croisé une "Flânerie littéraire" (càd une conférence itinérante) : "La révolution du poche", 
sur le thème des livres de poche, sur le stand Folio...

P1030088_20 P1030089_20

Puis, c'est le stand des villes invités : Brazzaville et Pointe-Noire (République du Congo)

P1030090_20

P1030197_20 P1030196_20

 Au loin, j'aperçois un phare...
c'est le stand "Phare du Nord - La littérature de la Flandre et des Pays-Bas"

P1030095_20

Cela me donne l'idée de rechercher le stand Bretagne... (à suivre)

Je m'arrête un instant à l'exposition : "La Petite Bédéthèque des Savoirs"

la petite bédéthèque

P1030096_20

 

P1030099_20 P1030100_20

P1030102_20 P1030103_20

 P1030097_20 P1030098_20

Je m'arrête sur les thèmes Les Requins et L'Univers

P1030106_20 P1030107_20

 J'avais reconnu l'auteur scientifique avant de lire son nom... 

P1030108_20 P1030104_20 P1030109_20

 J'ai passé plus vite les autres thèmes...

P1030111_20 P1030113_20 P1030110_20

Puis j'aperçois le stand du Pays invité : la Corée du Sud

corée 

P1030114_20

P1030115_20 

P1030116_20
Mangas et bandes-dessinées

P1030215_20

P1030120_20

P1030214_20
 Un mur de dessins de différents artistes coréens, il était possible d'en choisir à emporter... 

P1030121_20 P1030125_20

 J'ai testé le distributeur d'histoires courtes :

P1030268_50
 3 mn (Noir) et 1 mn (Poésie)
(pour lire ces deux Histoires Courtes avec un zoom lisible, clic droit "Ouvrir l'image dans un nouvelle onglet")

P1030139_20

P1030137_20 P1030138_20
Exposé scientifique sur les dinosaures, je ne fais que passer...

Puis quelques dédicaces...

P1030148_20 P1030164_20
Philippe Conticini                                            Hélène Gaudy

 P1030165_20 P1030168_21
 Stéphane Marie (Silence ça pousse)                        Lassaâd Metoui (calligraphies)

P1030174_20
Yeonmi Park (Nord coréenne qui a fuit son pays à 13 ans avec sa mère)

P1030073_20
Stand Audiolib : Je rencontre Chloé qui s'occupe du Prix Audiolib 2016.

Puis mon oeil est attiré par une certaine effervescence autour d'une personnalité...

P1030176_20

Il s'agit de Jean-Yves Le Drian le Ministre de la Défense et Président de la Région Bretagne,
grâce à lui j'ai fini par trouver le stand des éditeurs bretons...

Plus tard, je croiserai (sans faire de photo) Audrey Azoulay, la Ministre de la Culture,
et Bruno Lemaire

P1030188_20
Aude Samama (Martin Eden)

P1030191_20 P1030195_20
       Mathieu Contis                       et             Tiburce Oger (Black Sands)

P1030198_20 P1030199_20
Bertrand Galic         Antoine Ozanam                           Mademoiselle Caroline        
(arrière plan)                                                                                                 

 P1030207_20
Jean-Luc Fromental et Joëlle Jolivet 

P1030209_20

 James Noël - poète Haïtien (avec la marinière)

P1030210_20

 Teheiura (ancien de Koh-Lanta)

P1030212_20

              Michel Moatti                 Laurent Ladouari

P1030216_20

 J'ai osé discuter quelques minutes avec Jean-Paul Didierlaurent et Agathe Parmentier 

 J'avais noté comme dernière conférence à suivre : "Encrés dans le réel"

Ce n'est pas encore l'heure, mais comme je commence à en avoir "pleins les pattes" à force d'arpenter en longet en large les allées du salon, je décide de profiter de la fin de la conférence précédente

P1030228_20

 P1030220_21 P1030221_20 P1030218_20 P1030222_20

Olivia Rosenthal    -      Mariette Darrigand      -        Camille Laurens         -     Claude Arnaud

Dernière conférence pour moi et derniers instants sur le Salon pour cette année avec :

P1030229_20

 P1030238_20 P1030231_20

Olivier Adam (France)                                  Toine Heijmans (Pays-Bas)

P103024920

Iain Levison (États-Unis)

Une conférence très intéressante avec trois auteurs qui ont besoin de s'inspirer d'évènements réels pour écrire. Olivier Adam a écrit sur le sentiment d'impunité des puissants, Toine Heijmans a écrit sur les migrants au Pays-Bas et leur intégration, Iain Levison dénonce la constante surveillance du citoyen à travers internet, les téléphones... et le fait que le citoyen l'ignore ou l'oublie. Toine Heijmans est également journaliste, il a évoqué (en français) la différence entre l'écriture du journaliste et celle du romancier. Iain Levison a dénoncé la sainte règle de l'objectivité du journaliste aux États-Unis qui fait que l'on donne le même poids aux informations données par un scientifique (qui connaît le sujet) et son contradicteur qui n'y connaît rien... Toine Heijmans a expliqué qu'en Europe l'objectivité du journaliste était différente et moins absurde.

J'avais déjà envie de lire le livre d'Olivier Adam, 
Toine Heijmans m'a donné envie de découvrir le sien.

 P1030251_20

La sortie est proche des stands Radio-France, Guillaume Galienne enregistre son émission 
"Ça peut pas faire de mal"

Et je vais laisser les derniers mots aux Vieux Fourneaux...

P1030225_20

 (toutes les photos peuvent être agrandies, en cliquant dessus)

 

Posté par aproposdelivres à 09:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,


18 mars 2016

Ne tirez-pas sur l'oiseau moqueur - Harper Lee

 108532429

9782367620367-001-T ne_tirez_pas_sur_l_oiseau_moqueur_ ne_tirez_pas_sur_l_oiseau_moqueur_p

Audiolib - octobre 2015 - 11h35 - Lu par Cachou Kirsch

Editions de Fallois – janvier 2005 – 345 pages

LGF - août 2006 – 447 pages

Titre original : To Kill a Mockingbird, 1960

Quatrième de couverture :
Dans une petite ville d’Alabama, à l’époque de la Grande Dépression, Atticus

Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Avocat intègre et rigoureux, il est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche. Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 – au coeur de la lutte pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis –, connut un tel succès.
Mais comment ce roman est-il devenu un livre culte dans le monde entier ? C’est que, tout en situant son sujet en Alabama dans les années 1930, Harper Lee a écrit un roman universel sur l’enfance. Racontée par Scout avec beaucoup de drôlerie, cette histoire tient du conte, de la court story américaine et du roman initiatique. Couronné par le prix Pulitzer en 1961, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur s’est vendu à plus de 40 millions d’exemplaires dans le monde entier.

Auteur : Harper Lee est née en 1926 à Monroeville, dans l’Alabama. Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, qui sera resté pendant plus d’un demi-siècle son unique roman, a été couronné par le prix Pulitzer et s’est vendu à ce jour à près de 40millions d’exemplaires à travers le monde. En 2015, après plus d’un demi-siècle de silence, Harper Lee publie son deuxième roman, Va et poste une sentinelle (Grasset), où l’on retrouve Scout Finch, vingt ans plus tard.

Lecteur : Comédienne et musicienne bruxelloise, sociologue deformation, Cachou Kirsch jongle depuis 2003, avec unplaisir non dissimulé, entre grosses productions théâtraleset « petits » projets passionnants, entre la vivacité dujeune public et les studios d’enregistrement (livres audio,annonces non-commerciales, habillages de chaînes...). En2007, elle a été nommée comme Espoir féminin aux Prixdu Théâtre belge.Comédienne bruxelloise et sociologue de formation, Cachou Kirsch joue depuis 2003, sur les planches comme à l'écran... Elle est également chargée de production du Festival Esperanzah!, ainsi que musicienne. En 2007, elle a été nominée en tant qu'Espoir féminin aux Prix du Théâtre belge.

Mon avis : (relu en mars 2016)
J'avais déjà lu ce célèbre roman américain Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur et j'ai adoré cette relecture audio.
Scout, fillette de 9 ans, nous raconte trois années de son enfance. Elle vit dans les années 30, dans une petite ville de l'Alabama avec son frère Jem, âgé de 13 ans, leur père Atticus avocat juste et intègre les élève seul avec l'aide de Calpurnia, la cuisinière noire. 
La première partie est assez légère, Scout raconte son quotidien, ses jeux avec Jem et Dill, les voisins, sa relation respectueuse avec Atticus. Un père qui sait donner des valeurs à ses enfants mais qui leur laisse également une certaine liberté. 
La deuxième partie, est plus sérieuse, Atticus a accepté de défendre un homme noire accusé du viol d'une jeune femme blanche. Dans cette petite ville du Sud des États-Unis, où règnent intolérance et racisme, Atticus et sa famille va être confronté aux insultes et aux menaces des membres de la communauté. 
J'ai vraiment adoré cette relecture audio, même si la première partie m'a paru plus longue que dans mes souvenirs. Cette partie a toute son importance pour planter le décor et pour la conclusion de cette histoire.

Autres avis : Enna, Sylire

Extrait : (début du livre)
Mon frère Jem allait sur ses treize ans quand il se fit une vilaine fracture au coude mais, aussitôt sa blessure cicatrisée et apaisées ses craintes de ne jamais pouvoir jouer au football, il ne s’en préoccupa plus guère. Son bras gauche en resta un peu plus court que le droit ; quand il se tenait debout ou qu’il marchait, le dos de sa main formait un angle droit avec son corps, le pouce parallèle à la cuisse. Cependant, il s’en moquait, du moment qu’il pouvait faire une passe et renvoyer un ballon.
Bien des années plus tard, il nous arriva de discuter des événements qui avaient conduit à cet accident. Je maintenais que les Ewell en étaient entièrement responsables, mais Jem, de quatre ans mon aîné, prétendait que tout avait commencé avant, l’été où Dill se joignit à nous et nous mit en tête l’idée de faire sortir Boo Radley.
À quoi je répondais que s’il tenait à remonter aux origines de l’événement, tout avait vraiment commencé avec le général Andrew Jackson. Si celui-ci n’avait pas croqué les Creeks dans leurs criques, Simon Finch n’aurait jamais remonté l’Alabama et, dans ce cas, où serions-nous donc ? Beaucoup trop grands pour régler ce différend à coups de poing, nous consultions Atticus, et notre père disait que nous avions tous les deux raison.
En bons sudistes, certains membres de notre famille déploraient de ne compter d’ancêtre officiel dans aucun des deux camps de la bataille d’Hastings. Nous devions nous rabattre sur Simon Finch, apothicaire de Cornouailles, trappeur à ses heures, dont la piété n’avait d’égale que l’avarice. Irrité par les persécutions qu’en Angleterre leurs frères plus libéraux faisaient subir à ceux qui se nommaient « méthodistes », dont lui-même se réclamait, Simon traversa l’Atlantique en direction de Philadelphie, pour continuer ensuite sur la Jamaïque puis remonter vers Mobile et, de là, jusqu’à St Stephens. Respectueux des critiques de John Wesley contre le flot de paroles suscitées par le commerce, il fit fortune en tant que médecin, finissant, néanmoins, par céder à la tentation de ne plus travailler pour la gloire de Dieu mais pour l’accumulation d’or et de coûteux équipages. Ayant aussi oublié les préceptes de son maître sur la possession de biens humains, il acheta trois esclaves et, avec leur aide, créa une propriété sur les rives de l’Alabama, à quelque soixante kilomètres en amont de St Stephens. Il ne remit les pieds qu’une fois dans cette ville, pour y trouver une femme, avec laquelle il fonda une lignée où le nombre des filles prédominait nettement. Il atteignit un âge canonique et mourut riche.
De père en fils, les hommes de la famille habitèrent la propriété, Finch’s Landing, et vécurent de la culture du coton. De dimensions modestes comparée aux petits empires qui l’entouraient, la plantation se suffisait pourtant à elle-même en produisant tous les ingrédients nécessaires à une vie autonome, à l’exception de la glace, de la farine de blé et des coupons de tissus, apportés par des péniches remontant de Mobile.

logo_PetitBAC2016
Animal (3)

Posté par aproposdelivres à 10:29 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 mars 2016

Après Sara - Amanda Coe

Lu en partenariat avec les éditions Denoël

Après Sara Denoël – février 2016 – 320 pages

traduit de l'anglais par Claire-Marie Clévy

Titre original : Getting Colder, 2014

Quatrième de couverture :
Années 1980. Patrick, jeune dramaturge charismatique et ambitieux, enfant terrible du théâtre, tombe follement amoureux de Sara. Mais Sara est déjà mariée. Elle abandonne mari et enfants pour vivre pleinement son destin de muse. Image parfaite du couple rêvé, alliant beauté et talent, Sara et Patrick deviennent les chouchous du public. 

Trente-cinq ans plus tard, Patrick vit seul après la mort brutale de Sara. Il ne lui reste que son whisky, son carnet de notes et une rage toujours intacte contre le monde entier. Louise et Nigel, les enfants de Sara, désormais adultes, cherchent à comprendre qui était leur mère et pourquoi elle a choisi de les abandonner. Sara, malgré son absence, va réunir ces trois personnes. Chacun à leur manière, ils devront apprendre à faire leur deuil et à se reconstruire malgré les blessures qui ne guériront jamais, les questions restées sans réponse et la perte d’un être que personne ne pourra jamais remplacer. 
Après Sara est un roman dérangeant, à l’humour féroce, terriblement juste sur le chagrin, l’égoïsme et la persistance des blessures anciennes.

Auteur : Amanda Coe est scénariste. Elle a remporté un BAFTA en 2013 pour son adaptation de Room at the Top de John Braine pour BBC 4. Après Sara est son second roman chez Denoël après Qui a peur du noir ? (2013). Il fait partie de la sélection pour le Encore Award.

Mon avis : (lu en mars 2016)
J'ai été attiré par la beauté de la couverture du livre et la quatrième de couverture a suscité ma curiosité... Mais la lecture n'a pas été à la hauteur des promesses.
C'est une histoire de famille, Sara vient de mourir, ses enfants Nigel et Louise découvrent la maison où vivait leur mère avec Patrick. Trente-cinq ans plus tôt, Sara avait quitté son mari et ses deux enfants par amour pour Patrick, un écrivain talentueux et prometteur. Nigel et Louise sont devenus adultes et parents, ils ont beaucoup d'interrogation sur cette mère qui les a abandonné, ils voudraient comprendre ce que Patrick pouvait avoir de plus.
Patrick est devenu un vieux monsieur désagréable et alcoolique, la maison est dans un désordre et une saleté innommable...
Le récit passe du passé au présent, j'ai eu du mal à m'attacher à l'un des trois personnages principaux, heureusement il y a un quatrième personnage, Mia, une jeune étudiante, venue faire un mémoire sur l'oeuvre de Patrick, suite à un échange de correspondances avec Sara. Malgré la mort de Sara, Mia va rester auprès de Patrick pour s'occuper de lui et mettre de l'ordre dans la maison.
J'ai lu ce livre sans difficulté, mais j'ai été déçue par l'ensemble, sans compter que l'histoire s'achève dans le flou...

Merci et les éditions Denoël pour ce partenariat.

Autre avis : Sylire 

Extrait : (début du livre)
Il n’y avait plus personne pour l’appeler Nidge. Ça avait été sa première pensée cohérente quand la voisine de Patrick avait téléphoné pour lui annoncer que leur mère était morte. En voyant Louise descendre du train le matin des obsèques, Nigel s’aperçut qu’elle aussi pouvait l’appeler Nidge, même si elle avait tendance à ne pas l’appeler du tout. Employer le surnom de son enfance était un petit pouvoir que Louise ne se savait pas capable d’exercer, et le fait qu’elle ne le sache pas ne fit qu’augmenter l’irritation de Nigel à la vue du manteau pelucheux et du décolleté mal avisé de sa sœur. Il y eut tout de suite bien pire, cependant, avec l’apparition inattendue de l’enfant qui sortit du wagon à sa suite pour l’aider à décharger un sac de voyage à roulettes sur le quai. Emmaillotée dans une doudoune qui accentuait son imposante corpulence — copie miniature de celle de sa mère —, elle avait beaucoup changé depuis la dernière fois que Nigel l’avait vue, quand elle devait avoir sept ans.
« J’étais obligée de l’emmener, dit Louise. Elle est malade, et je n’ai trouvé personne pour s’en occuper. On ne peut pas compter sur notre Jamie, hein, Hol ? »
Nigel laissa libre cours à la toux qu’il avait réprimée toute la matinée; le taux de pollen dans l’air devait battre des records. Holly. Sophie s’en serait souvenue tout de suite; c’était elle qui s’occupait des anniversaires et de Noël. Comme à plusieurs reprises depuis son arrivée en Cornouailles, Nigel se prit à regretter d’avoir décidé si rapidement que sa femme resterait à la maison avec les enfants pendant qu’il gérerait les obsèques de sa mère en solitaire. Holly. Il la salua d’un hochement de tête et s’intima l’ordre d’arrêter de tousser; l’envie le démangeait en permanence, et une fois que les muqueuses étaient enflammées, se retenir devenait une torture. Sa nièce lui rendit un morne salut en reniflant, heureusement trop apathique pour partager ses microbes. Elle avait un teint blafard et des yeux rouges assez rebutants: résultat de sa maladie, sûrement. Sa pré- sence à la cérémonie ne devrait pas poser problème, pensa Nigel. Il ne s’attendait pas spécialement à ce qu’il y ait foule au crématorium. Mais c’était tout de même exaspérant, cette habitude qu’avait Louise de le prendre par surprise.
« C’est bien de ta part de nous avoir tenus au courant », dit-elle pendant qu’il les emmenait du hall d’entrée de la gare à la voiture des pompes funèbres garée dehors. « Tu l’as vu ?
— On s’est parlé au téléphone. À propos de l’organisation de la journée. »
C’était l’idée de Nigel, de commencer par aller chercher Louise à la gare pour qu’ils affrontent leur beau-père ensemble. Évidemment, Patrick avait été trop bouleversé par la mort de leur mère pour se charger des coups de fil, ne serait-ce que du premier. La tâche était revenue à une voisine, Jenny, le genre de femme d’âge mûr efficace et pleine de bonne volonté qu’on exploitait sans vergogne. Patrick ne comptait pas s’en priver, mais la formation en droit de Nigel en faisait la personne la mieux placée pour gérer la suite des opérations, si son statut de fils n’avait pas suffi. Il était mieux placé que Louise, en tout cas, c’était certain. Après l’annonce initiale de Jenny, il s’était occupé des appels nécessaires et de tous les arrangements ultérieurs. Ça lui tombait dessus à une période chargée au travail, mais il avait fait des listes et s’y était attaqué petit à petit, comme toujours, malgré une sciatique qui lui envoyait une violente décharge électrique dans la jambe chaque fois qu’il s’asseyait. Dans les jours qui avaient suivi le décès de sa mère, Nigel avait passé plus d’un coup de fil avec des aiguilles d’acupuncture plantées dans le corps, telle une miniature de saint médiéval supplicié. Elles avaient fonctionné quand même, malgré les mises en garde de l’ostéopathe — si c’étaient bien les aiguilles qui avaient fait passer la douleur, plutôt que les fortes doses d’anti-inflammatoires que Nigel avait ingérées en secret au mépris des remèdes alternatifs disposés par Sophie sur sa table de nuit. En tout cas, il n’y avait que le rhume des foins qui l’accablait aujourd’hui. 

logo_PetitBAC2016
Prénom (4)

Challenge Voisins, Voisines
voisins voisines 2016
Angleterre

Posté par aproposdelivres à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 mars 2016

C'est lundi, que lisez-vous ? [252]

93122062

C'est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane

Qu'est-ce que j'ai lu la semaine dernière ? 

109482952 108883254 9782367620480-001-G

La fille quelques heures avant l'impact - Hubert Ben Kemoun 
Des beaux étés - 1 - Cap au Sud ! - Zidrou et Jordi Lafebre 
La fille du train - Paula Hawkins

Qu'est-ce que je lis en ce moment ?

Après Sara - Amanda Coe (partenariat Denoël)
Ne tirez-pas sur l'oiseau moqueur - Harper Lee (Prix Audiolib 2016)

Que lirai-je la semaine prochaine ?

Les guerres de Lisa - Anne-Cathrine Riebnitzsky (partenariat Gaïa)
Le ravissement des innocents - Taiye Selasi (partenariat Folio)
On regrettera plus tard - Agnès Ledig (partenariat Albin Michel)
Arrête ton cinéma - Sylvie Testud
Le piano oriental - Zeina Abirached (Festival BD PriceMinister)

Bonne semaine et bonnes lectures !

Posté par aproposdelivres à 06:44 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

13 mars 2016

Rencontre blogueurs Festival Rue des Livres

108920344_o

Comme prévu, j'étais à Rennes pour le Festival Rue des Livres et
surtout la traditionnelle rencontre des blogueurs de l'ouest...
Départ très tôt d'Ile de France pour Paris et prendre le TGV, 10h30 je suis à Rennes.
11h, je retrouve Gambadou, notre chauffeur pour aller jusqu'au Festival,
puis Sylire, Yvon et Nicole qui arrive de l'Ouest...

rennes-rue-des-livres-trace-son-chemin
(c) Ouest-France

11h20, nous arrivons au salon où sont déjà là Sandrine, Enna, GéraldineCanel et Mr Canel

P1030049_20

12h : avec Canel et Mr Canel, nous allons écouter une rencontre avec Ian Manook, auteur de Yeruldelgger et Les temps sauvages. Il nous a raconté comment il avait commencé à écrire
un roman policier, de son choix de la Mongolie comme cadre de ses histoires...

12h45 : Antigone et Yaneck ont rejoint le groupe et nous partons déjeuner tous ensemble,
un moment d'échanges très sympa autour de sujets multiples, et pas seulement les lectures !

P1030059_20

14h15 : Les gourmands restent prendre un dessert, les autres préfèrent repartir pour ne pas rater
la rencontre avec Sorj Chalandon autour de son livre Profession du père , un livre en grande partie autobiographique. 
C'est toujours intéressant d'entendre un auteur parler de son livre, et moi qui avait été dérangée par cette histoire, j'ai un peu mieux compris ce que l'auteur avait voulu raconter et ce qu'il avait vécu dans son enfance. 

Puis, nous nous sommes retrouvés pour une photo de groupe...

4f395f84-9ec2-4e4c-97c2-c38b83d1c58d
(c) Enna

puis une deuxième, car quelques absents de la première photo nous ont rejoints...

7967e0d0-ef7e-46e3-a0c3-ea04cc71703e 
(c) Enna

Quelques petits tours dans le salon où j'ai découvert que Persepolis de Marjane Satrapi avait
maintenant une version en breton, pour Tintin, ce sont des versions en Gallo qui étaient exposé...
J'ai aperçu Elise Tielrooy, Catherine Laborde...

Nous avons terminé par un pot à la buvette, papotages, avant de repartir à la gare prendre le TGV du retour...

P1030062_20
Souvenirs du Festival Rue des Livres 2016 :
les deux marque-pages, un livre d'aquarelles du GR34 (voir blog de l'auteur)

Merci à Gambadou pour l'organisation, et les navettes à la gare.
Merci Canel pour les livres échangés et les nombreux marque-pages collectés.
Merci Enna pour les photos de groupe
Merci à tous pour cette journée bien sympathique et riche en échanges.

 12801262_1137967136233939_6823591039610716424_n

Autres billets sur la journée : GambadouSandrine, Antigone, Canel

Posté par aproposdelivres à 21:19 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,


12 mars 2016

Festival Rue des Livres - Rennes

Festival_rue_des_livres_2016

Petite escapade pour la journée à Rennes...
au festival RUE DES LIVRES

J'y retrouverai GambadouCanelEnnaSandrineSylire, Yvon...

 Chouette retrouvailles en perspective !

Posté par aproposdelivres à 05:23 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

11 mars 2016

La fille du train - Paula Hawkins

108532429

9782367620480-001-G la fille du quai

Audiolib - novembre 2015 - Lu par Valérie Marchant, Joséphine de Renesse et Julie Basecqz

Sonatine - mai 2015 - 378 pages

traduit de l'anglais par Corinne Daniellot

Titre original : The Girl on the Train, 2015

Quatrième de couverture :
Mieux qu’un thriller exceptionnel, un piège paranoïaque et jubilatoire.
Écoutez-le, vous comprendrez pourquoi.
Rachel prend le train deux fois par jour pour aller à Londres. Chaque jour, elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Elle a même donné un nom à ses occupants, qu’elle voit derrière la vitre : Jason et Jess.
Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe et la quitte. Jusqu’à ce matin où Rachel voit un autre homme que Jason à la fenêtre. Jess tromperait-elle son mari ? Quelques jours plus tard, elle découvre la photo de Jess dans les journaux : de son vrai nom Megan Hipwell, la jeune femme a mystérieusement disparu…
Avec ce thriller psychologique exceptionnel, Paula Hawkins fait figure de révélation de l’année.

Auteur : Paula Hawkins a vécu au Zimbabwe, en France et en Belgique. Journaliste à Londres, La Fille du train est son premier roman.

Lecteurs : Sortie de l’Institut des Arts de Diffusion de Louvain-la-Neuve, Valérie Marchant est une comédienne de théâtre et de télévision. On a pu la voir dans des mises en scène L’Odyssée d’Homère, L’Écume des jours de Boris Vian, ou encore Hygiène de l’assassin d’Amélie Nothomb. Elle effectue également des lectures publiques.
Comédienne de théâtre, Joséphine de Renesse a joué notamment dans Les 39 Marches, Molière 2010. Elle prête sa voix pour des doublages francophones de films et dedessins animés.
Julie Basecqz exerce depuis 15 ans au théâtre, aucinéma et dans le doublage en tant que comédienne et directrice de plateau. Elle a obtenu en 2000 le premier prix du Conservatoire de Bruxelles.

Mon avis : (écouté en février 2016)
Tous les jours de la semaine, Rachel prend le train, assise toujours à la même place, elle observe une petite maison et le couple qui y vit. Elle imagine leur vie de couple idéal, mais un jour elle voit la femme en compagnie d'un autre homme... 
Quelques jours plus tard, la femme, Megan Hipwell, est portée disparue...
Rachel décide de s'intéresser à cette disparition, de rencontrer le mari, de témoigner...
Mais Rachel n'est pas un témoin fiable, elle est alcoolique, elle a perdu son travail et elle habitait autrefois dans la même rue que Megan... Son ex-mari, Tom, y habite toujours avec Anna, sa nouvelle femme, et leur bébé.
Prenant moi-même le train tous les matins et soirs pour aller travailler, j’avais très envie de lire ce livre... Il est vrai que de mon côté, je suis plus souvent le nez dans un livre qu’en train d’observer les maisons et leurs occupants que je croise...
J’ai eu un peu de mal au début à entrer dans l'histoire... je ne m'y retrouvais pas dans l'alternance du récit entre les trois narratrices (Rachel, Megan puis Anna). Puis j'ai été accroché par l'intrigue et je n'ai plus lâché le livre...
La construction du livre avec ses 3 narratrices est très efficace, il donne un vrai rythme au roman et multiplie les interrogations.
Les personnages de Rachel, Megan et Anna sont très intéressants, ils se dévoilent peu à peu.
Je regrette quelques longueurs et quelques répétitions inévitables avec le système des différents points de vues.
J'ai cependant passé un bon moment de lecture audio avec de très bonnes lectrices !

Autres avis : Estelle, SylireSandrineMeuraie

 

Extrait : (début du livre)
Vendredi 5 juillet 2013

Matin
Une pile de vêtements repose au bord de la voie ferrée. Un tissu bleu clair – une chemise, j’imagine – entortillé dans quelque chose d’un blanc sale. Ce sont probablement des vieux habits à jeter échappés d’un paquet balancé dans le petit bois miteux un peu plus haut, près de la berge. Peut-être que ce sont des ouvriers qui travaillent sur cette partie des rails qui les ont laissés là, ce ne serait pas la première fois. Peut-être que c’est autre chose. Ma mère répétait à l’envi que j’avais une imagination débordante. Tom aussi me le disait. Je ne peux pas m’en empêcher : dès que j’aperçois des haillons abandonnés, un T-shirt sale ou une chaussure isolée, je pense à l’autre chaussure et aux pieds qu’elles enveloppaient.
Un crissement strident puis le train s’ébranle et repart. La petite pile de vêtements disparaît de ma vue et nous roulons pesamment vers Londres, à la vitesse d’un joggeur bien entraîné. Quelqu’un dans le siège derrière le mien, irrité, pousse un soupir impuissant ; la lenteur du 8 h 04 qui va d’Ashbury à la gare d'Euston est capable de faire perdre patience au banlieusard le plus désabusé. En théorie, le voyage dure cinquante-quatre minutes. En pratique, c’est une autre histoire : cette portion de la voie de chemin de fer est une antiquité décrépie en perpétuel chantier, émaillée de feux de signalisation défectueux. 
Au ralenti, le train passe en cahotant près d’entrepôts, de châteaux d’eau, de ponts et de cabanons, de modestes demeures victoriennes qui tournent fermement le dos aux rails.
La tête appuyée contre la vitre du train, je regarde défiler ces maisons, comme un travelling au cinéma. J’ai une perspective unique sur elles ; même leurs habitants ne doivent jamais les voir sous cet angle. Deux fois par jour, je bénéficie d’une fenêtre sur d’autres vies, l’espace d’un instant. Il y a quelque chose de réconfortant à observer des inconnus à l’abri, chez eux.
Un téléphone sonne, une chansonnette incongrue, trop enjouée pour ce trajet. La personne met du temps à répondre et la sonnerie retentit longuement dans l’atmosphère. Autour de moi, mes compagnons de voyage remuent sur leur siège, froissent leur journal et pianotent sur leur clavier d’ordinateur. Le train fait une embardée et penche dans le virage avant de ralentir en approchant du feu rouge. J’essaie de ne pas lever les yeux, de me concentrer sur le quotidien gratuit qu’on m’a tendu alors que j’entrais dans la gare, mais les mots se brouillent devant moi et rien ne parvient à capter mon attention. Dans ma tête, je vois toujours cette petite pile de vêtements au bord des rails, abandonnée.

Soir
Mon gin tonic en canette frémit quand je le porte à mes lèvres pour en prendre une gorgée, fraîche et acidulée : le goût de mes toutes premières vacances avec Tom, dans un village de pêcheurs sur la côte basque, en 2005. Le matin, on nageait les sept cents mètres qui nous séparaient d’une petite île pour aller faire l’amour sur des plages secrètes ; l’après-midi, on s’asseyait au bar et on buvait des gin tonics amers, très alcoolisés, en regardant des nuées de footballeurs du dimanche faire des parties à vingt-cinq contre vingt-cinq sur le sable mouillé.
Je prends une autre gorgée, puis une troisième ; la canette est déjà à moitié vide mais ce n’est pas grave, j’en ai trois autres dans le sac en plastique à mes pieds. C’est vendredi, alors je n’ai pas à culpabiliser de boire dans le train. Super, c’est le week-end. En route pour l’aventure. 
D’ailleurs, à en croire la météo, ça va être un très beau week-end. Un soleil radieux dans un ciel sans nuages. Avant, on aurait peut-être pris la voiture jusqu’à la forêt de Corly avec un pique-nique et des journaux, et on aurait passé l’après-midi allongés sur une couverture à boire du vin, la peau tachetée par les rayons du soleil s’insinuant entre les feuilles des arbres. On aurait pu organiser un barbecue dans le jardin avec des amis, ou aller au Rose, sur les tables à l’extérieur, laisser la chaleur nous rougir le visage au fil des heures, on serait rentrés à pied en zigzaguant, bras dessus, bras dessous, avant de s’endormir sur le canapé.
Un soleil radieux dans un ciel sans nuages, personne à voir, rien à faire. Vivre comme je le fais, c’est plus difficile l’été, avec ces journées si longues, si peu d’obscurité où se dissimuler, alors que les gens sortent se promener, leur bonheur est si évident que c’en est presque agressif. C’est épuisant, et c’est à vous culpabiliser de ne pas vous y mettre, vous aussi.
Le week-end s’étire devant moi, quarante-huit longues heures à occuper. Je porte de nouveau la canette à mes lèvres, mais elle est déjà vide.

Challenge Voisins, Voisines
voisins voisines 2016
Angleterre

Posté par aproposdelivres à 08:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

09 mars 2016

Des beaux étés - 1 - Cap au Sud ! - Zidrou et Jordi Lafebre

yTnogpc1GKDH8biCGDj7PrB8dOlhF2l3-couv-1200 Dargaud - septembre 2015 - 56 pages

Quatrième de couverture :
Août 1973. Zidrou et Lafebre nous font une place dans la 4L rouge Esterel de la famille Faldérault : entre les parents et les 4 enfants, nous voici en route vers le Midi pour de "beaux étés" ! Chaque année, les mêmes rituels : Pierre, le père, rend ses planches de B.D. en retard, les chansons de vacances, l'étape pique-nique... Un mois pour oublier le quotidien, le couple qui bat de l'aile, Tante Lili malade. Des souvenirs à engranger qui font que la vie est plus belle, des moments précieux pour se rappeler l'essentiel. Cap au sud !

Auteurs : Zidrou (Benoît Drousie) est né en 1962 à Bruxelles. D'abord instituteur, il se lance au début des années 1990 dans l'écriture de livres et de chansons pour enfants. En 1991, il rencontre le dessinateur Godi avec qui il crée L'Elève Ducobu. Sa carrière de scénariste de bande dessinée est lancée ! Il signe de nombreuses séries pour enfants et adolescents, des Crannibales à Tamara, de Scott Zombi à Sac à Puces, assure la reprise de La Ribambelle. Il est également l'auteur des plus réalistes, mais non moins sensibles, La Peau de l'ours, Lydie, Folies Bergères, La Mondaine, Les 3 Fruits. En 2015, Zidrou revient en force avec trois nouveaux albums : en août Le Bouffon avec Francis Porcel, en septembre, une nouvelle série familiale, Les Beaux Etés avec Jordi et en octobre, en duo avec P. Berthet, un polar dans les régions reculées de l'Australie, "Crime qui est le tien". Pour 2016, l'auteur continue d'écrire les souvenirs de vacances de la famille Faldéraut dans "Les Beaux Étés" et proclame la fin de Venise dans "Marina".

Jordi Lafebre est né en 1979 à Barcelone, où il étudie la bande dessinée et les beaux-arts avant d'effectuer ses premiers pas de dessinateur en 2001. Il est publié dans plusieurs magazines espagnols, notamment dans la revue pour la jeunesse Mister K, dans laquelle il signe El munda de judy(« le monde de Judy») en collaboration avec le scénariste Toni Front. Sa rencontre avec Zidrou est décisive: après quelques dessins dans l'hebdomadaire Spirou, il participe à un ouvrage collectif écrit par le scénariste de Ducobu, La vieille dame qui n'avait jamais joué au tennis et autres nouvelles qui font du bien, puis en 2010, il cosigne avec lui un album remarqué, Lydie. En 2014, toujours avec Zidrou, il sort La Mondaine, et continue sur sa lancée, en 2015, avec une nouvelle série Les Beaux Étés qui sortira en septembre. En 2016, le tome 2 des Beaux Étés sortira en juin 2016.

Mon avis : (lu en février 2016)
Eté 1973, comme d'habitude, la famille est sur le point de partir pour les vacances d'été de la Belgique vers le Sud de la France. Les bagages sont bouclés depuis quelques jours, mais le père, dessinateur de BD, doit rendre plusieurs planches à son éditeur avant de pouvoir partir... Dès la livraison faite, les parents et les quatre enfants s'engouffrent dans la 4L rouge et les vacances peuvent enfin commencer ! 
Les rires et les chamailleries des enfants cachent les soucis de la famille... Le couple est en crise, mais le temps d'un dernier été tous ensemble, ils ont choisi, pour le moment, de taire la séparation à leurs enfants. Un décès familiale va interrompre les vacances pour un retour forcé en Belgique...
J'ai bien aimé ce récit de souvenirs de vacances, c
'est vivant, avec des éclats de rires, mais également une pointe de nostalgie. Les 4 enfants sont attachants : Julie, Nicole, Louis et Paulette la petite dernière...
Cette BD est le tome 1 d'une série que j'ai très envie de continuer à découvrir ! J'attends la suite...

Extrait :

yTnogpc1GKDH8biCGDj7PrB8dOlhF2l3-page3-1200 yTnogpc1GKDH8biCGDj7PrB8dOlhF2l3-page4-1200

yTnogpc1GKDH8biCGDj7PrB8dOlhF2l3-page5-1200 yTnogpc1GKDH8biCGDj7PrB8dOlhF2l3-page6-1200

yTnogpc1GKDH8biCGDj7PrB8dOlhF2l3-page7-1200

Challenge 6%
rl2015
31/36

Posté par aproposdelivres à 15:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 mars 2016

La fille quelques heures avant l'impact - Hubert Ben Kemoun

Lu en partenariat avec les éditions Flammarion jeunesse

9782081373822 Flammarion jeunesse – février 2016 – 250 pages

Quatrième de couverture : 
Ce soir. Tous ou presque ont prévu d'assister au concert du groupe de Marion. Mais tous n'iront pas pour les mêmes raisons. Certains sont venus avec joie et envie, d'autres avec rage et dégoût. Ici des comptes vont se régler, des vies basculer en quelques instants. Celle d'Annabelle tout particulièrement. Dans le noir, la tension monte. Annabelle veut croire que l'espoir va l'emporter mais la haine peut triompher...

Auteur : D'abord auteur dramatique, Hubert Ben Kemoun devient dès 1992 un auteur prolifique de la littérature jeunesse. Chez Flammarion Jeunesse il a notamment publié La fille seule dans le vestiaire des garçons dans la collection " Emotions ", Blues en noir, La gazelle dans la collection " Tribal ". Il vit à Nantes.

Mon avis : (lu en mars 2016)
Beaucoup de tension et de colère dans cette histoire d'adolescents en fin de collège. Tout commence dans un cours de français où les tensions entre les élèves sont insupportables pour Isabelle, la jeune professeur, et pour les élèves... La violence, le racisme s'expriment quotidiennement dans cette classe. Trois élèves sont réprimandés et doivent quitter le cours. Dominé par la colère, l'un d'entre eux ne pense que vengeance et la voiture de la professeur en fera les frais... Ce n'est là que le début de cette violence annoncée...
C'est intéressant de découvrir les personnages, les faits de cet après-midi et cette soirée depuis différents points de vue, en effet le narrateur n'est pas toujours le même, cela commence par Isabelle, la jeune professeur, puis Annabelle, collégienne de 15 ans, "la fille". Cet dernière a osé dire aux trois perturbateurs de la classe que leurs attitudes fatiguaient la classe et que la majorité d'entre eux souhaitait préparer plus sereinement le Brevet. 
En dehors de la classe, la vie amoureuse d'Isabelle est compliquée, il semblerait que Quentin, son amoureux, s'éloigne d'elle...
Annabelle a une maman dépressive depuis que son père est en prison, elle regrette d'avoir choisi Sébastien comme petit ami, ce garçon ne lui correspond pas...
Le récit est entrecoupé par des voix qui évoquent un accident, un drame, une mort certaine... Pour le lecteur, c'est assez vague mais tout s'éclairera  à la conclusion de l'histoire...
Beaucoup de rythme, de réalisme dans ces tranches de vie d'adolescents écorchés vifs qui expriment leur colère et mal-être essentiellement dans la violence et l'agressivité... Heureusement, pour certains, il y a quelques lueurs d'espoir dans ce monde de brutes...

Merci à Brigitte et les éditions Flammarion jeunesse pour ce partenariat

Autre avis : Canel

Extrait : 
Isabelle Etcheverry arpente l'allée centrale de sa salle de cours. La B29 : un numéro d'avion de guerre, mais cet après-midi, le bombardier prend plutôt des allures de planeur perdu au gré des vents.
- Comprenez-moi bien, ce personnage n'a pas seulement soif de connaissance, il a surtout soif d'amour !
Le bouquin de Radiguet entre les mains, tel un prêtre avec son bréviaire, la jeune prof de français harangue depuis le début du cours pour essayer d'intéresser ses troisièmes. elle rame un maximum dans la somnolence de cette fin de journée, à contre-courant d'un fleuve de fatigue et d'ennui.
Les intéresser ? Les réveiller lui suffirait.
Les livres sont ouverts sur les tables, mais certainement pas à la bonne page pour tout le monde. Isabelle a remarqué depuis un moment le catalogue de tatouages et de piercings que Marina planque sur ses genoux, à côté de son inséparable copine Solène. Elle n'a rien dit. Au fond, ces deux-là suivent peut-être plus attentivement que d'autres, tout en s'interrogeant sur le dessin qu'elles vont choisir avant d'aller négocier avec leurs parents. Tiennent la corde une fée clochette en bas résille pour Marina et un disque de yin et yang pour sa camarade. Non loin, Fatoumata s'amuse avec son stylo à écrire sur le bras de sa voisine Annabelle.
- Soif d'amour ! répète Isabelle pour tester l'attention de ses élèves.
- Moi aussi, j'menverrais bien une bière ! Une blonde ! lance Momo depuis le fond de la classe.
- Et moi, j'm'enverrais bien ta soeur, même si tout le monde sait que c'est pas une vraie blonde ! réplique une voix qui peut être celle de Fabien ou celle de Thierry, qui semblait somnoler à un postillon de la fenêtre.
- C'est ça, ouais... Par contre, tout le monde sait ce qu'elle est vraiment, ta mère. Là, y a pas de lézard ! dégaine Momo en direction du coin de la classe d'où est partie l'invective.
- On se calme, s'il vous plaît ! fait Etcheverry en se retournant brusquement et sans se rendre compte que la bretelle de sa robe d'été en imprimé bleu est descendue de son épaule constellée de taches de rousseur.
- Tu sais ce qu'elle te dit, ma mère, pauvre naze ?
C'était donc Fabien. Plus de doute.
- Ben ouais, bien sûr que je le sais... Elle me donne ses tarifs, comme à tous le monde ! lui réplique aussitôt Momo, assez fier des rires qu'il récolte aussitôt.
- Taisez-vous, Mokhtar !
- C'est ça, et la tienne elle fait cadeau ! Elle, c'est sûr, c'est parce qu'elle adore ça qu'elle s'allonge !
- Ça suffit vous deux !

Posté par aproposdelivres à 06:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 mars 2016

C'est lundi, que lisez-vous ? [251]

93122062

C'est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane

Qu'est-ce que j'ai lu la semaine dernière ? 

(Pas de publication pour cause de vacances...)

La fille du train - Paula Hawkins (Prix Audiolib 2016)
La fille quelques heures avant l'impact - Hubert Ben Kemoun (partenariat Flammarion jeunesse)
Paul à Québec - Michel Rabagliati

Qu'est-ce que je lis en ce moment ?

Après Sara - Amanda Coe (partenariat Denoël)
Ne tirez-pas sur l'oiseau moqueur - Harper Lee (Prix Audiolib 2016)

Que lirai-je la semaine prochaine ?

Les guerres de Lisa - Anne-Cathrine Riebnitzsky (partenariat Gaïa)
Le ravissement des innocents - Taiye Selasi (partenariat Folio)
On regrettera plus tard - Agnès Ledig (partenariat Albin Michel)
Arrête ton cinéma - Sylvie Testud

Bonne semaine et bonnes lectures !

Posté par aproposdelivres à 06:33 - - Commentaires [11] - Permalien [#]