02 décembre 2011

Le Montespan – Jean Teulé et Philippe Bertrand

le_montespan_BD Delcourt – février 2010 – 111 pages

Quatrième de couverture :
Au temps du Roi-Soleil, avoir sa femme dans le lit du monarque était pour les nobles une source de privilèges inépuisable. Le jour où Louis XIV jeta son dévolu sur Madame de Montespan, chacun, à Versailles, félicita le mari. C'était mal connaître Louis-Henri de Pardaillan, marquis de Montespan. Dès qu'il eut connaissance de son infortune, il orna son carrosse de cornes gigantesques et, insensible aux menaces ou tentatives d'assassinat, il poursuivit de sa haine l'homme le plus puissant de la planète pour tenter de récupérer sa femme. Un roman en images qui nous plonge dans l'envers du Grand Siècle.

Auteurs : Né à Saint-Lô dans la Manche en 1953, Jean Teulé  est un romancier et auteur de bande dessinée français, qui a également pratiqué le cinéma et la télévision.

Né en 1949 à Orléans, Philippe Bertrand suit des études de graphisme, puis travaille pour plusieurs journaux, Charlie Mensuel, L'Idiot international, Partisans, Zinc et Pilote.
Il mène plusieurs vies, d'auteur-dessinateur de bande dessinée, comme avec la série érotique Linda aime l'art qu'il crée en 1983 dans Pilote, d'écrivain et dessinateur pour enfants, d'illustrateur, avec des auteurs comme Tonino Benacquista et Frédéric Beigbeder, et d'auteur de contes érotiques.
Philippe Bertrand crée aussi les Bugmonsters, un jeu d'aventures en réseau pour enfants de 8 à 12 ans (sur CD-Rom), réalise des décors de théâtre et dessine pour le quotidien Le Monde.
En février 2010 sort sa dernière œuvre, Le Montespan, adaptation en bande dessinée du livre de Jean Teulé sur le marquis de Montespan.
Il meurt le 16 mai 2010, emporté par un cancer foudroyant.

Mon avis : (lu en novembre 2011)
C'est l'histoire de Louis Henri de Montespan, qui épousa le 18 janvier 1663 la splendide Françoise de Rochechouart. Or celle-ci devint quatre ans plus tard « La Montespan », la favorite de Louis XIV. Le Montespan refuse « cet honneur » et toute sa vie il va tout faire pour récupérer sa femme. Il crée le scandale à la Cour en faisant repeindre son carrosse en noir et en l'ornant de ramures de cerf, pour porter au su de tous sa qualité de cocu...
Je suis un peu déçue par cette adaptation en Bande Dessinée du roman de Jean Teulé. On retrouve le ton du roman mais avec moins de force, les personnages ont perdu leur caractère. Le dessin des personnages est un peu  simpliste, mais j'aime beaucoup les couleurs choisies, cela rend les dessins très agréables à regarder.
Si on a déjà lu le roman original de Jean Teulé, lire la BD nous le remémore, si on commence par lire la BD, cela donne envie de lire le roman qui est beaucoup plus riche et complet...

Extrait :

 montespan_p4 montespan_6

Montespan_p41 montespan_p84

le_montespan_p Le Montespan - Jean Teulé

Posté par aproposdelivres à 08:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,


20 novembre 2011

Joséphine, intégrale – Pénélope Bagieu

josephine_l_integrale_penelope_bagieu_9782350132389 

Jean-Claude Gawsewitch – novembre 2010 – 270 pages

josephine_1_2_3
Joséphine - Jean-Claude Gawsewitch – septembre 2008 – 64 pages
Joséphine, même pas mal - Jean-Claude Gawsewitch – septembre 2009 – 64 pages
Joséphine change de camp - Jean-Claude Gawsewitch – septembre 2010 – 96 pages

Quatrième de couverture :
Les aventures de Joséphine, l'héroïne déjantée de Pénélope Bagieu, enfin réunies en un volume !

Auteur : Pénélope Bagieu a 25 ans et travaille comme illustratrice pour la publicité, la presse et l'édition.
Tous les prétextes sont bons pour raconter tous les jours, en dessin, sa vie tout à fait fascinante sur le blog de son double virtuel, Pénélope Jolicoeur, qui réunit quotidiennement 30 000 visiteurs environ : www.penelope-jolicoeur.com.

Mon avis : (lu en novembre 2011)
Ce livre regroupe les trois tomes des aventures de Joséphine. Tome 1 : Joséphine, tome 2 : Joséphine même pas mal, tome 3 : Joséphine change de camp.
Joséphine est une Bridget Jones version française. Elle a la trentaine, pas encore mariée, sans enfant mais avec son chat Bradpitt ! Elle aimerait bien trouver le prince charmant...
Pénélope Bagieu dessine avec beaucoup d'humour la vie compliquée de Joséphine au boulot, avec les copines, en famille et avec ses amoureux. 
Le dessin est simple, expressif, les couleurs pleines de vitalité, le ton est plutôt "girly". Je me suis bien amusée à découvrir les aventures de Joséphine si irrésistible et attachante. C'est rafraîchissant !

Extrait :

extrait_1 extrait_2
extrait_3 extrait_4
extrait_5 extrait_3_1
extrait_3_2 extrait_3_3
extrait_3_4 extrait_3_5

Posté par aproposdelivres à 13:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 novembre 2011

Le Chat du Rabbin - tome 4 : Le Paradis terrestre - Joann Sfar

le_chat_du_rabbin4 Dargaud – septembre 2005 – 52 pages

Quatrième de couverture :
Parce qu’il pleuvait à Paris, le chat du rabbin revient vers le soleil du Maghreb et accompagne le Malka des Lions tout au long de sa marche au travers du désert..
Il s’en va retrouver sa belle mais avant cela il use de ses talents de dompteur, protège les enfants de l’attaque d’un lion, récite des contes et légendes et séduit les femmes.
Le voyage est savoureux, riche en rencontres et ponctué des histoires racontées par le Malka en échange de quelques pièces.

Auteur : Né à Nice en 1971. Créateur du célèbre 'Chat du rabbin', Joann Sfar s'impose comme une figure majeure, hétéroclite et prolifique de la bande dessinée française. C'est avec L'Association et le magazine Lapin qu'il fait ses débuts. Ses talents de scénariste et d'illustrateur l'amèneront à travailler plus tard pour différents éditeurs comme Delcourt ou Dargaud. Porté par la volonté de 'faire quelque chose de bizarre ', le dessinateur au trait tremblant s'associe avec Pierre Dubois pour donner vie à 'Petrus Barbygère', une épopée dans laquelle se côtoient elfes et pirates. Un univers d'inspiration fantastique que l'auteur déploie dans plusieurs de ses travaux parmi lesquels 'Troll' ou 'Donjon', une parodie de l'heroïc fantasy coécrite avec son ami Lewis Trondheim. Titulaire d'une maîtrise de philosophie, il illustre au début des années 2000 le 'Banquet' de Platon et 'Candide' de Voltaire puis adapte en bande dessinée 'Le Petit Prince' de Saint-Exupéry en 2008. Il se lance dans le cinéma un an plus tard en réalisant le film 'Gainsbourg, vie héroïque', pour lequel il reçoit le César du Meilleur premier film et qui permet à son acteur principal, Eric Elmosnino, de repartir avec le trophée de Meilleur acteur.
Il poursuit son aventure dans le monde du septième art en transposant sur grand écran son 'Chat du rabbin'. Lauréat du prix Goscinny en 1998 pour 'La Fille du professeur', créé avec Emmanuel Guibert, Joann Sfar accumule les succès et les récompenses.

Mon avis : (lu en octobre 2011)
Le Rabbin est quasiment absent de cet épisode. Le Chat est de retour en Algérie, aux environs d'Oran. Il va passer quelques jours avec le Malka des lions, véritable légende vivante. Il est accompagné par son lion mais aussi par un serpent. En apparence, le Malka est un grand conteur, un héros et un grand séducteur. Le Chat va vite découvrir que derrière le Grand Malka se cache un vieil homme qui doute. Le Chat se pose beaucoup de questions sur Dieu, sur la vieillesse, la mort, la sagesse et la tolérance... Toujours aussi savoureux, à la fois profond et amusant.

Extrait :

le_chat_du_rabbin4_1
le_chat_du_rabbin4_2
le_chat_du_rabbin4_3
le_chat_du_rabbin4_4
le_chat_du_rabbin4_5

Déjà lu du même auteur :

le_chat_du_rabbin_tome1  Le Chat du Rabbin : 1. La Bar-Mitsva

le_chat_du_rabbin_tome2 Le Chat du Rabbin : 2. Le Malka des Lions – Joann Sfar

 

Posté par aproposdelivres à 06:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 novembre 2011

Le Chat du Rabbin - tome 3 : L'Exode - Joann Sfar

le_chat_du_rabbin3_ Dargaud – octobre 2003 – 48 pages

Quatrième de couverture : 
Ça y est, la fille du Rabbin se marie. Inutile de dire que le Rabbin n’est pas très content à l’idée de la voir partir ; quant au chat, n’en parlons pas, il comprend vite qu’il devra faire une croix sur les caresses et les confidences. Du coup, pour se venger, les deux compères décident d’accompagner la belle et son mari pendant leur voyage de noces à Paris.

Auteur : Né à Nice en 1971. Créateur du célèbre 'Chat du rabbin', Joann Sfar s'impose comme une figure majeure, hétéroclite et prolifique de la bande dessinée française. C'est avec L'Association et le magazine Lapin qu'il fait ses débuts. Ses talents de scénariste et d'illustrateur l'amèneront à travailler plus tard pour différents éditeurs comme Delcourt ou Dargaud. Porté par la volonté de 'faire quelque chose de bizarre ', le dessinateur au trait tremblant s'associe avec Pierre Dubois pour donner vie à 'Petrus Barbygère', une épopée dans laquelle se côtoient elfes et pirates. Un univers d'inspiration fantastique que l'auteur déploie dans plusieurs de ses travaux parmi lesquels 'Troll' ou 'Donjon', une parodie de l'heroïc fantasy coécrite avec son ami Lewis Trondheim. Titulaire d'une maîtrise de philosophie, il illustre au début des années 2000 le 'Banquet' de Platon et 'Candide' de Voltaire puis adapte en bande dessinée 'Le Petit Prince' de Saint-Exupéry en 2008. Il se lance dans le cinéma un an plus tard en réalisant le film 'Gainsbourg, vie héroïque', pour lequel il reçoit le César du Meilleur premier film et qui permet à son acteur principal, Eric Elmosnino, de repartir avec le trophée de Meilleur acteur.
Il poursuit son aventure dans le monde du septième art en transposant sur grand écran son 'Chat du rabbin'. Lauréat du prix Goscinny en 1998 pour 'La Fille du professeur', créé avec Emmanuel Guibert, Joann Sfar accumule les succès et les récompenses.

Mon avis : (lu en octobre 2011)
J'ai beaucoup aimé cet épisode.
Zlabya a épousé le jeune homme. Le Chat se sent abandonné. Zlabya et son mari partent en voyage de noces à Paris pour rencontrer sa belle-famille. Le Rabbin et son Chat ont décidé de les accompagner. C'est le dépaysement... Le Rabbin a du mal à s'habituer à la pluie, au froid, à la ville. A Paris, les juifs sont bizarres, le Rabbin va même entrer dans une église et transgresser les règles du Shabbat... Le Chat va faire la rencontre d'un chien abandonné et ensemble une amitié va naître.
Joann Sfar nous raconte une histoire où se confrontent à la fois profondeur, légèreté, ironie et tendresse.

Extrait :

le_chat_du_rabbin3_1
le_chat_du_rabbin3_2
le_chat_du_rabbin3_3

Déjà lu du même auteur :

le_chat_du_rabbin_tome1  Le Chat du Rabbin : 1. La Bar-Mitsva

le_chat_du_rabbin_tome2 Le Chat du Rabbin : 2. Le Malka des Lions – Joann Sfar

 

Posté par aproposdelivres à 08:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 octobre 2011

Le combat ordinaire : tome 2 – Les quantités négligeables - Manu Larcenet

le_combat_ordinaire_2 Dargaud – mai 2004 – 54 pages

Prix Tournesol en 2005
Prix du Jury Œcuménique de la Bande Dessinée en 2005

Quatrième de couverture :
C'est l'histoire d'un photographe convalescent, d'un génie médiocre, d'un cargo qui sombre et du cheval de Zorro. 

Auteur : Né le 6 mai 1969 à Issy-les-Moulineaux, après s'être lancé dans la BD à l'âge de dix ans, Manu Larcenet étudie le graphisme au lycée de Sèvres et obtient un BTS d'expression visuelle option 'images de communication' à l'Ecole des arts appliqués. Parallèlement, il multiplie les concerts avec un groupe punk fondé avec des amis de collège. Il fait son service militaire en 1991 et connaît alors le bataillon disciplinaire. A son retour, il emménage avec des amis musiciens et poursuit la scène et le graphisme : ses premiers dessins sont publiés dans des fanzines de rock et de bande dessinée. Il commence en 1994 une collaboration d'abord discrète avec le magazine Fluide glacial ; son premier récit, 'L' Expert-comptable de la jungle', est bientôt suivi de 'Soyons fous', 'La Loi des séries' et 'Bill Baroud espion'. Spirou, Dupuis, Glénat et Les Rêveurs de runes, une maison d'édition qu'il a fondée avec Nicolas Lebedel, publient depuis ses albums. Les improbables créatures ou les petits bonhommes ordinaires qui peuplent ses dessins font son succès. Il reçoit en 2003 le prix Jacques Lob, puis le prix du meilleur album à Angoulême en 2004 pour 'Le Combat ordinaire'. Mêlant autobiographie et réflexion, à l'instar de son 'Retour à la terre', cette série apparaît comme celle de la maturité. Changement de ton qui ne l'empêche pas, à l'occasion, de revenir, en 2006, à ses premières amours avec l'album 'Chez Francisque', scénarisé par Yan Lindingre. Artiste protéiforme, alternant séries potaches et récits plus profonds, Manu Larcenet compte désormais parmi les auteurs incontournables de la bande dessinée.

Mon avis : (relu en août 2011)
Cet album est plus sombre que le premier, Marco a repris goût à la photographie, il décide de travailler à une exposition photos et choisi de mettre à l'honneur des hommes et femmes qui sont considérés par beaucoup comme des « quantités négligeables ». Ils font partie de l'atelier 22 du chantier naval, où son père a travaillé toute sa vie. Leur vie est difficile, leur avenir est menacé.
Sa relation avec Émilie évolue et l'aide à grandir, à murir. Avec ce projet, Marco va voir régulièrement ses parents et discuter avec eux.
Dans cet épisode, Manu Larcenet fait avec beaucoup de pudeur un constat de la condition humaine, il ne juge pas, mais soulève de multiples interrogations.
Les personnages sont de plus en plus attachants et au fil des pages le lecteur passe par beaucoup d'émotions différentes : le rire, le sérieux, le profond et même parfois quelques larmes...
Un album incontournable !
Et je vais très rapidement poursuivre ma relecture avec les tomes 3 et 4.

Merci à Canel qui m'a donné envie de relire cette série.

Extrait :

le_combat_ordinaire_2_1 le_combat_ordinaire_2_2

 


le_combat_ordinaire_2_3 le_combat_ordinaire_2_4

 


le_combat_ordinaire_2_5

 

 

Déjà lu du même auteur :

RetourALaTerreLe1a_21012005 le_retour___la_terre_2 RetourALaTerreLe3_11012005 RetourALaTerreLe4_31082006 le_retour___la_terre_5 
Le retour à la terre

blast Blast : 1 - Grasse carcasse 
 blast2  Blast : 2 - L'Apocalypse selon saint Jacky
le_combat_ordinaire_1 Le combat ordinaire : tome 1

Posté par aproposdelivres à 07:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


13 octobre 2011

Le combat ordinaire : tome 1 – Manu Larcenet

le_combat_ordinaire_1 Dargaud – mars 2003 – 54 pages

Prix du meilleur album Angoulême 2004

Quatrième de couverture :
C’est l’histoire d’un photographe fatigué, d’une fille patiente, d’horreurs banales et d’un chat pénible.

Auteur : Né le 6 mai 1969 à Issy-les-Moulineaux, après s'être lancé dans la BD à l'âge de dix ans, Manu Larcenet étudie le graphisme au lycée de Sèvres et obtient un BTS d'expression visuelle option 'images de communication' à l'Ecole des arts appliqués. Parallèlement, il multiplie les concerts avec un groupe punk fondé avec des amis de collège. Il fait son service militaire en 1991 et connaît alors le bataillon disciplinaire. A son retour, il emménage avec des amis musiciens et poursuit la scène et le graphisme : ses premiers dessins sont publiés dans des fanzines de rock et de bande dessinée. Il commence en 1994 une collaboration d'abord discrète avec le magazine Fluide glacial ; son premier récit, 'L' Expert-comptable de la jungle', est bientôt suivi de 'Soyons fous', 'La Loi des séries' et 'Bill Baroud espion'. Spirou, Dupuis, Glénat et Les Rêveurs de runes, une maison d'édition qu'il a fondée avec Nicolas Lebedel, publient depuis ses albums. Les improbables créatures ou les petits bonhommes ordinaires qui peuplent ses dessins font son succès. Il reçoit en 2003 le prix Jacques Lob, puis le prix du meilleur album à Angoulême en 2004 pour 'Le Combat ordinaire'. Mêlant autobiographie et réflexion, à l'instar de son 'Retour à la terre', cette série apparaît comme celle de la maturité. Changement de ton qui ne l'empêche pas, à l'occasion, de revenir, en 2006, à ses premières amours avec l'album 'Chez Francisque', scénarisé par Yan Lindingre. Artiste protéiforme, alternant séries potaches et récits plus profonds, Manu Larcenet compte désormais parmi les auteurs incontournables de la bande dessinée.

Mon avis : (relu en août 2011)
Encore une bande dessinée et une lecture d'été... En fait, c'est une relecture que j'ai faite avec plaisir.

C’est une histoire simple, le combat ordinaire d’un trentenaire en proie à ses angoisses, ses questionnements, ses joies, ses tristesses. Marco est un photographe de presse, il en a assez de photographier la guerre et ses horreurs. Il décide de quitter donc la ville pour s’installer à la campagne avec son chat, son ordinateur et ses appareils photos. Là, il se pose, il trouve le calme. Par l’intermédiaire de son chat Adolf au caractère très affirmé, Marco va faire la connaissance d’Emilie charmante vétérinaire. Il noue une relation amicale avec son vieux voisin. Peu à peu avec la nature, Marco oublie ses crises d’angoisse, il s’ouvre aux autres au monde.

C’est à la fois touchant et drôle, une bande dessinée incontournable.

Extrait :

le_combat_ordinaire_1_1 le_combat_ordinaire_1_2


le_combat_ordinaire_1_3 le_combat_ordinaire_1_4 


le_combat_ordinaire_1_5

 

Déjà lu du même auteur :

RetourALaTerreLe1a_21012005 le_retour___la_terre_2 RetourALaTerreLe3_11012005 RetourALaTerreLe4_31082006 le_retour___la_terre_5 
Le retour à la terre

blast Blast : 1 - Grasse carcasse 
 blast2  Blast : 2 - L'Apocalypse selon saint Jacky

Posté par aproposdelivres à 07:43 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

11 octobre 2011

Le Chat du Rabbin : 2. Le Malka des Lions – Joann Sfar

le_chat_du_rabbin_tome2 Dargaud – octobre 2003 – 48 pages 

Présentation éditeur :
Notre gentil Rabbin est convoqué par les autorités françaises pour faire une dictée. En effet, afin de mieux coloniser les juifs d’Algérie, les autorités françaises exigeaient que chaque Rabbin sache parler et écrire le français. Malgré l’aide du chat, le Rabbin va échouer et sera remplacé par un jeune français portant beau le costume. A la grande consternation du chat, la jeune Zlabya va tomber amoureuse de ce jeune Rabbin occidentalisé. Quant au Malka des lions, c’est le cousin du Rabbin, dresseur de fauves et grand aventurier. Drôle, émouvant, intelligent, beau et délicieusement ironique, ce deuxième tome du Chat du Rabbin est une vraie réussite.

Auteur : Né à Nice en 1971. Créateur du célèbre 'Chat du rabbin', Joann Sfar s'impose comme une figure majeure, hétéroclite et prolifique de la bande dessinée française. C'est avec L'Association et le magazine Lapin qu'il fait ses débuts. Ses talents de scénariste et d'illustrateur l'amèneront à travailler plus tard pour différents éditeurs comme Delcourt ou Dargaud. Porté par la volonté de 'faire quelque chose de bizarre ', le dessinateur au trait tremblant s'associe avec Pierre Dubois pour donner vie à 'Petrus Barbygère', une épopée dans laquelle se côtoient elfes et pirates. Un univers d'inspiration fantastique que l'auteur déploie dans plusieurs de ses travaux parmi lesquels 'Troll' ou 'Donjon', une parodie de l'heroïc fantasy coécrite avec son ami Lewis Trondheim. Titulaire d'une maîtrise de philosophie, il illustre au début des années 2000 le 'Banquet' de Platon et 'Candide' de Voltaire puis adapte en bande dessinée 'Le Petit Prince' de Saint-Exupéry en 2008. Il se lance dans le cinéma un an plus tard en réalisant le film 'Gainsbourg, vie héroïque', pour lequel il reçoit le César du Meilleur premier film et qui permet à son acteur principal, Eric Elmosnino, de repartir avec le trophée de Meilleur acteur.
Il poursuit son aventure dans le monde du septième art en transposant sur grand écran son 'Chat du rabbin'. Lauréat du prix Goscinny en 1998 pour 'La Fille du professeur', créé avec Emmanuel Guibert, Joann Sfar accumule les succès et les récompenses.

Mon avis : (lu en août 2011)
Encore une lecture faite cet été et pas encore chroniquée… Comme je viens de prendre à la bibliothèque les tomes 3 et 4 du Chat du Rabbin, il est grand temps de parler du tome 2 !
Un matin, le rabbin reçoit deux lettres. « Une des lettres vient de Paris. L’autre est tellement abîmée qu’on dirait qu’elle a traversé le désert. » remarque le Chat. Ce dernier est très curieux de savoir ce que ces lettres contiennent. Le rabbin prend son temps et veut lire tranquillement les missives…
La lettre de Paris vient du consistoire israélite de France, celui-ci exige que le Rabbin fasse une dictée en français pour être Rabbin officiel. Pas si simple pour quelqu’un qui fait la prière en hébreu à des Juifs qui parlent arabe… L’autre lettre vient du Malka des lions, c’est le cousin du Rabbin, dresseur de fauves et grand aventurier. Zlabya la fille du Rabbin tombe amoureuse.
Le Chat n’a plus la parole comme dans le tome 1, mais il est encore capable de communiquer avec d'autres animaux. Cela donne lieu à quelques scènes cocasses et pleines d’humour.
Ce Chat érudit et curieux est si attachant que je ne tarderais pas à lire la suite de ses aventures.

Extrait :

le_chat_du_rabbin_tome2_extrait1 le_chat_du_rabbin_tome2_extrait2
le_chat_du_rabbin_tome2_extrait3

Déjà lu du même auteur :

le_chat_du_rabbin_tome1  Le Chat du Rabbin : 1. La Bar-Mitsva

Posté par aproposdelivres à 09:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 octobre 2011

Henri Désiré Landru – Chabouté

landru Vents d'Ouest – septembre 2006 – 137 pages

Quatrième de couverture :
L'histoire vraie du premier tueur en série français En 1922, Henri Désiré Landru est reconnu coupable de l'assassinat de 10 femmes et d'un homme. De la fumée nauséabonde se dégageait de la cheminée de sa villa de Gambais... On y a récupéré une cuisinière dont les tuyaux avaient beaucoup servi... Malgré deux ans d'instruction acharnée, personne ne réussit à faire reconnaître ses crimes à Landru... Il n'avoua rien. Aucun cadavre ne fut retrouvé... Christophe Chabouté revisite cette période obscure de l'Histoire qui a défrayé la chronique, et où s'enchevêtrent le fait divers macabre et les séquelles d'une guerre atroce. 144 pages d'un suspense haletant...

Auteur : Né en 1967, d’origine alsacienne, Christophe Chabouté suit les cours des Beaux-Arts d’Angoulême, puis de Strasbourg. Vents d’Ouest publie ses premières planches en 1993 dans "les Récits", un album collectif sur Arthur Rimbaud. Mais il faut attendre 1998 pour que ce graphiste free-lance se fasse un nom dans la bande dessinée en publiant coup sur coup "Sorcières" aux Editions du Téméraire et "Quelques jours d’été" aux Editions Paquet. Deux albums remarqués et primés, le premier au Festival d’Illzach, le second à Angoulême où Christophe Chabouté décroche l’Alph’Art Coup de Coeur. Avec "Zoé" paru en 1999, Chabouté prouve que son talent a atteint sa pleine maturité, ce qu’il démontre avec encore plus d’évidence dans "Pleine Lune". "Tout seul"(2008), "Terres Neuvas"(2009).

Mon avis : (lu en août 2011)
Landru est un criminel que l'on connaît tous, mais dans cette bande dessinée en noir et blanc, Chabouté réinterprète de façon très personnelle l'affaire Landru. Il mélange le fait divers historique et son imagination...
Le récit de Chabouté commence en novembre 1921, Henri Désiré Landru comparaît devant le tribunal. Il est accusé d'avoir volé les économies de femmes puis de les avoir ensuite assassiné. Les preuves sont accablantes et pourtant Landru n'a jamais avoué ses crimes...
L'album se lit très vite, le dessin est très expressif, souvent il se passe de texte. L'auteur s'est beaucoup documenté sur l'époque et sur ce fait divers, il nous propose une hypothèse différente mais peut-être plausible... Comme on s'en doute, c'est une histoire noire.

 

Extrait :

HenriDesireLandru_img1 landru__extrait2

landru_pl65

Déjà lu du même auteur :

tout_seul Tout Seul  Terres_neuvas Terres Neuvas  

construireunfeu Construire un feu

quelques_jours_d_ete  Quelques jours d'été / Un îlot de bonheur

Posté par aproposdelivres à 07:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

04 octobre 2011

Polina - Bastien Vives

polina Casterman (KSTR) – mars 2011 – 210 pages

Quatrième de couverture :
" Il faut être souple si vous voulez espérer un jour devenir danseuse. Si vous n'êtes pas souple à 6 ans, vous le serez encore moins à 16 ans. La souplesse et la grâce ne s'apprennent pas. C'est un don. Suivante... "

Auteur : Né en 1984, Bastien Vivès, fraîchement dipômé de l’école des Gobelins, débute son parcours professionnel en mettant sur pied, avec quelques camarades de sa génération, un atelier de bandes dessinées en plein Paris.
On le connaît aussi sur le web sous le nom de Bastien Chanmax. il y dessine POUNGI, le Manchot rappeur amateur de gros seins…
Bastien Vivès est l’auteur de Elle(s), paru au printemps 2007, et plus récemment de Hollywood Jan, Le goût du chlore, Dans mes yeux sous le label KSTR.

Mon avis : (lu en septembre 2011)
Très joli histoire autour de la danse. Tout commence avec la première audition de danse de Polina, à l’âge de dix ans, puis nous suivons son apprentissage et la progression de sa carrière. L’auteur nous décrit les rapports entre le maître et l’élève.
Le dessin est en noir et blanc, il est très expressif et réaliste. Même sans connaître le milieu de la danse, cette bande dessinée se lit facilement. Polina est vraiment très attachante.

Extrait :

polina_p9 polina_p10
polina11 polina12 

polina_p107

Déjà lu du même auteur :
le_gout_du_chlore Le goût du chlore dans_mes_yeux Dans mes yeux

 

 Lu dans le cadre du Challenge Petit BAC
logo_challenge_Petit_BAC
"Prénom"

Posté par aproposdelivres à 06:40 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

25 septembre 2011

Les Mauvaises gens – Étienne Davodeau

les_mauvaises_gens Delcourt – août 2005 – 183 pages

Prix du Meilleur Scénario et Prix Public du Meilleur Album au Festival d’Angoulême 2006

Présentation de l’éditeur :
Les Mauges. Une région rurale, catholique et ouvrière de l'ouest français. Les années 50. Quittant l'école au seuil de l'adolescence, des centaines de jeunes gens découvrent l'usine et ses pénibles conditions de travail. Avec l'église, elle semble être l'horizon indépassable de leur quotidien. Sur ces terres longtemps considérées comme rétives aux changements, certains d'entre eux se lancent pourtant dans l'action militante. Pourquoi ? Comment ? De l'immédiat après-guerre à l'accession de la gauche au pouvoir en 1981, Les Mauvaises Gens raconte ce désir d'émancipation collective, ses difficultés, ses limites et ses espoirs. C'est à travers l'expérience de ses propres parents et de leurs amis militants qu'Etienne Davodeau dresse ce portrait passionnant du monde ouvrier et de ses combats. Au fil de ces pages, c'est non seulement l'histoire de toute une région qui se dessine, mais aussi celle d'une France en pleine mutation.

Auteur  : Étienne Davodeau, 42 ans, vit en Anjou.
En 1985, après des études d'arts plastiques à Rennes, et la création du studio BD Psurde, il publie chez Dargaud la trilogie « Les Amis de Saltiel », puis Le Constat. Puis, chez Delcourt, Quelques Jours avec un menteur, Le Réflexe de survie, et trois polars : La Gloire d'Albert, Anticyclone et Ceux qui t'aiment.
En 2001 il réalise Rural !, véritable reportage, où il confirme son choix peu fréquent en bande dessinée d'inscrire le monde réel au cœur de son travail.
Il s'intéresse aussi à la bande dessinée pour enfants (il scénarise « Les Aventures de Max & Zoé », dessin de Joub, 5 titres parus). Il réalise, avec David Prudhomme au dessin, l'adaptation en bande dessinée de l'unique et méconnu roman de Georges Brassens, La Tour des miracles.
Après avoir publié dans la collection Aire Libre de chez Dupuis Chute de vélo (Prix des libraires spécialisés 2005), il revient au reportage-documentaire avec Les Mauvaises Gens, qui reçoit le Grand prix 2005 de la critique, le Prix France Info, puis à Angoulême le Prix du Scénario et le Prix du Public. Enfin, avec Kris, il met en images dans Un homme est mort les manifestations ouvrières à Brest en 1950, l'assassinat d un militant par les forces de l'ordre, et le destin fabuleux du film que le cinéaste René Vautier avait tourné en ces circonstances.
Novembre 2008 : Parution du premier tome de Lulu, femme nue chez Futuropolis.

Mon avis : (lu en septembre 2011)
Dans cette bande dessinée, Étienne Davodeau raconte l'histoire militante de ses parents Marie Jo et Maurice de l'après-guerre à l'élection de François Mitterand.
Cela se passe dans la région des Mauges, une région rurale proche d'Angers, une région très catholique. Très vite après l'école, Marie-Jo entre à l'usine pour un travail pénible et monotone. Maurice commencera chez un artisan local avant de rejoindre l'usine. Ils vont se rencontrer à la JOC (Jeunesses Ouvrières Catholiques). Ils découvrent le militantisme, ils ont leur mot à dire et vont peu à peu se libérer de la tutelle du patron tout puissant et de celle de l'Église. Maurice va quitter l'usine pour devenir professeur dans un lycée technique. Après leur mariage et avec leurs deux enfants, ils continuent à se battre pour de meilleures conditions de travail. Petit, Etienne se souvient des nombreuses réunions qui se tiennent chez eux le soir dans la cuisine. Il est question de solidarité, de fraternité.
Ce livre est comme un livre d'Histoire, Étienne Davodeau nous raconte une époque à travers sa propre histoire. Il décrit avec beaucoup de précision et d'humanité la naissance de cette vie militante à la JOC, puis l'adhésion aux syndicats et enfin aux partis politique. Le livre se termine avec la soirée du 10 mai 1981. C'est passionnant.

Extrait :

 les_mauvaises_gens_extrait1  les_mauvaises_gens_extrait2
les_mauvaises_gens_extrait3  les_mauvaises_gens_extrait4
les_mauvaises_gens_extrait5

Déjà lu du même auteur :

lulu_femme_nue_tome1  Lulu Femme Nue : 1er livre lulu_femme_nue_tome2 Lulu Femme Nue : 2ème livre
rural Rural ! Chronique d'une collision politique
chute_de_velo Chute de vélo  un_homme_est_mort Un homme est mort

Posté par aproposdelivres à 09:58 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,