20 octobre 2017

Tangvald - Olivier Kemeid

 Lu en partenariat avec Babelio et Gaïa

unnamed

tangvald Gaïa - août 2017 - 224 pages

Quatrième de couverture :
Peter Tangvald vogua sur tous les océans du globe. Profondément inadapté à la société et au monde du travail, il refuse une vie de week-ends et s’exile sur les mers, bâtit de ses mains son voilier en bois, vit en maillot de bain. Il épouse et épuise sept femmes, dont deux meurent en mer. 

Tangvald était originaire de Norvège, et apprit à naviguer presque par hasard. S’il fait plusieurs fois le tour du monde, sans équipement radio et à la voile, c’est sans souci de performance ni des grandes découvertes. C’est en revanche riche en moments épiques. 
Il devient ici le personnage d’un roman picaresque : en 1986, dans les eaux troubles de la baie de Boquerón à Porto Rico, Tangvald croise celui qui recomposera son destin hors normes. Fasciné par cette vie tragique et rocambolesque, Olivier Kemeid s’invite avec fièvre dans la légende. 
Tangvald, ou une vie fantasmée.

Auteur : Olivier Kemeid est québécois, auteur de théâtre et metteur en scène. Il est le directeur artistique du Théâtre de Quat'Sous à Montréal. Plusieurs de ses pièces ont été publiées, par Lansman (Belgique) et Leméac (Canada). De père égyptien émigré au Canada, il a lui-même beaucoup navigué. Sa rencontre avec Tangvald père et fils fut un moment charnière dans son existence, et décisif pour l’écrivain: il porte cette histoire depuis plus de 20 ans. 
Tangvald est son premier roman.

Mon avis : (lu en octobre 2017)
L'auteur a eu envie d'écrire ce livre depuis très longtemps. En effet, Olivier Kemeid avait 11 ans lorsqu'il a rencontré pour la première fois Peter Tangvald et son fils, Thomas alors âgé de 10 ans. 
Parce qu'il était un enfant fragile surprotégé par sa mère et que son père apprend qu'on lui prescrit des pilules, ce dernier le confit à un instructeur pour faire de son fils un marin. Le défi sera relevé car Peter se découvre une vrai passion pour la navigation.
Et le voilà parti pour naviguer toute sa vie autour du monde, à l'ancienne, c'est-à-dire sans moteur, ni appareils de communication, il ne compte que sur lui-même, il expérimente... Il va construire lui-même deux voiliers, il aura eu huit femmes et trois enfants, il se sera confronté aux pires tempêtes, à des ouragans, à des pirates mais il restera un aventurier des mers atypique et haut en couleur.
J'ai mis un peu de temps à entrer dans le livre, le début de ses aventures avec ses nombreuses conquêtes féminines souvent choisies pour leur talent de cuisinière m'a un peu dérangé et énervé. Mais au fil de son périple autour du monde, je me suis attachée au personnage, laissant ses travers machistes et préférant son côté aventurier des mers, recherchant les grands espaces et les vastes étendues sans humains.
J'ai finalement apprécié ce grand voyage.

Merci Babelio et les éditions Gaïa pour cette lecture dépaysante et pleines d'embruns !

Extrait : (début du livre)
C’est dans les eaux troubles de la baie de Boquerón à Porto Rico que j’ai croisé la seule fois de ma vie Peter Tangvald, un jour du mois d’avril 1986, à la date précise curieusement oubliée, moi qui du haut de mes onze ans couchais méticuleusement et en détail toutes mes journées sur les pages de mon journal de bord, premier de mes écrits non académiques. Le premier que je vis fut son fils, Thomas Tangvald, godillant d’une main – l’autre, bien nonchalante, enfouie au fond d’une poche trouée d’un short en jean effiloché –, glissant sans faire de bruit sur les eaux, fendant la petite écume qui parfois se présentait à l’étrave de sa barque tout en bois qu’il avait fabriquée de ses mains avec son père, venant vers nous la courte chevelure blonde au vent dont les pointes bouclaient au soleil, le torse hâlé, lisse, à peine recouvert d’un duvet, les bras et les jambes dotés de muscles longs, ceux des coureurs de fond, les yeux bleu clair emplis des sept mers du globe, le sourire nacré, il avait à peu près mon âge, mais j’étais un enfant et lui avait entamé sa vie adulte depuis longtemps. De cela il n’en retirait aucune supériorité, or à dix ans il devait être l’un des rares habitants de cette terre à être né en mer, à avoir bouclé le tour du monde maintes et maintes fois et dans tous les sens, à échapper aux balles de pirates au large des Philippines et à tenter désormais de sauver son père, maintenant un vieil homme, mais toujours debout, la main à la barre d’une coque à fière allure du nom de L’Artémis de Pythéas. Thomas Tangvald, c’est à toi, après tout, que s’adresse ce livre, une fois de plus je t’harnache à ce qui risque de nous engloutir et qui t’a fait sombrer aujourd’hui. Thomas reprenant le flambeau de son père, refusant toute concession à la terre solide, prônant la fuite perpétuelle sur les grandes plaines liquides de ce monde, à la fois à la recherche de je ne sais quoi le savait-il lui-même et en quittance éternelle, gitan des mers ou issu, pour reprendre cette drôle d’expression policée « des gens du voyage », mais sur les eaux, c’est à toi également que je vais me consacrer, à ton histoire que je connais si peu, à ce bref échange que nous avons eu il y a trente ans, je t’avais donné un cadeau, en fait mes parents m’avaient gentiment conseillé de te faire cette offrande, et je m’étais départi avec douleur d’un livre dont vous êtes le héros, cette collection de livres d’aventures fantastiques aux paragraphes numérotés, qui conviaient le lecteur à emprunter des voies de narration diverses selon ses choix, mais aussi à lancer des dés – le destin sous forme de cube – afin de combattre mauvais esprits et autres créatures horribles sorties des tréfonds d’un bestiaire redoutable, voici un livre en écho à ce livre autrefois donné, cette fois c’est un livre dont tu es le héros, c’est aussi le livre d’un livre, celui de ton père, récit haletant de vos pérégrinations, de vos folles utopies qui m’ont tant fait rêver, de vos tragédies aussi. La fatalité ne vous aura pas épargnés ; qu’importe, toi et ton père restez parmi les êtres les plus libres que j’ai connus. Cette liberté a un prix et, à ce titre, on ne peut pas dire qu’elle vous ait octroyé de rabais.

Posté par aproposdelivres à 21:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,