L-amie-prodigieuse 51kZz08VixL

Gallimard - octobre 2014 - 

Folio - janvier 2016 - 448 pages

traduit de l'italien par Elsa damien

Titre original : L'Amica Geniale, 2011

Quatrième de couverture :
«Je ne suis pas nostalgique de notre enfance : elle était pleine de violence. C’était la vie, un point c’est tout : et nous grandissions avec l'obligation de la rendre difficile aux autres avant que les autres ne nous la rendent difficile.» Elena et Lila vivent dans un quartier pauvre de Naples à la fin des années cinquante. Bien qu’elles soient douées pour les études, ce n’est pas la voie qui leur est promise. Lila abandonne l’école pour travailler dans l’échoppe de cordonnier de son père. Elena, soutenue par son institutrice, ira au collège puis au lycée. Les chemins des deux amies se croisent et s’éloignent, avec pour toile de fond une Naples sombre, en ébullition. Formidable voyage dans l’Italie du boom économique, L’amie prodigieuse est le portrait de deux héroïnes inoubliables qu’Elena Ferrante traque avec passion et tendresse.

Auteur : Elena Ferrante est l'auteur de plusieurs romans parmi lesquels L'amour harcelant , Les jours de mon abandon et Poupée volée . Tous sont publiés chez Gallimard. L'auteur a été finaliste du prix Strega pour le quatrième volet de la série L'amie prodigieuse.

Mon avis : (lu en juillet 2017)
C'est un livre que j'avais dans ma LAL depuis pas mal de temps... Les grandes vacances ont été l'occasion de me plonger dedans !
Elena est la narratrice et elle prend la plume pour nous raconter son amitié avec Lila. Dans ce tome, elle nous raconte de son enfance jusqu'au mariage de son amie. Le lecteur est plongé au coeur des années 50 dans un quartier pauvre de la banlieue napolitaine. 
Elena et Lila sont deux petites filles très différentes, Elena est sage et posée, Lila est intrépide, déterminée, petite mais fougueuse. 
Elles se sont connues toutes les deux sur les bancs de l'école, douées pour les études et ayant soif d'apprendre, elles entrent en compétitions et donnent le meilleur d'elles-même. Mais cela ne va pas durer car seuls les parents d'Elena accepteront que leur fille poursuive des études. Lila doit abandonner rapidement l'école pour travailler avec son père et son frére dans leur petite échoppe de cordonnier.
Mais les deux amies vont continuer à se voir, à s'entraider, à se disputer et à grandir ensemble car une force indéfectible unissent Elena et Lila.
C'est un roman d'apprentissage, sombre et réaliste dans Naples et l'Italie.
Ces personnages sont attachants et je pense lire un jour la suite de cette histoire (prévue en 4 tomes).

Extrait : (début du livre)
Ce matin Rino m’a téléphoné, j’ai cru qu’il voulait encore de l’argent et me suis préparée à le lui refuser. Mais le motif de son appel était tout autre : sa mère avait disparu.
« Depuis combien de temps ?
— Quinze jours.
— Et c’est maintenant que tu m’appelles ? »
Mon ton a dû lui paraître hostile ; pourtant je n’étais ni en colère ni indignée, juste un tantinet sarcastique. Il a tenté de répliquer mais n’a pu émettre qu’une réponse confuse, gênée, moitié en dialecte et moitié en italien. Il s’était mis dans la tête, m’a-t-il expliqué, que sa mère était en vadrouille quelque part dans Naples, comme d’habitude.
« Même la nuit ?
— Tu sais comment elle est.
— D’accord, mais quinze jours d’absence, tu trouves ça normal ?
— Ben oui. Ça fait longtemps que tu ne l’as pas vue, c’est encore pire : elle n’a jamais sommeil, elle va et vient, elle fait tout ce qui lui passe par la tête. »
Il avait quand même fini par s’inquiéter. Il avait interrogé tout le monde, fait le tour des hôpitaux et s’était même adressé à la police. Rien, sa mère n’était nulle part. Quel bon fils ! Un gros bonhomme sur la quarantaine, qui n’avait jamais travaillé de sa vie et n’avait fait que trafiquer et gaspiller. J’ai imaginé avec quelle diligence il avait dû faire ses recherches : aucune. Il n’avait pas de cervelle, et rien ne lui tenait à cœur hormis sa propre personne.
« Elle ne serait pas chez toi ? » m’a-t-il soudain demandé.
Sa mère ? Ici à Turin ? Il connaissait bien la situation, et ne parlait que pour parler. Lui oui, c’était un voyageur, et il était venu chez moi une dizaine de fois, sans y être invité d’ailleurs. Sa mère, qu’au contraire j’aurais accueillie avec plaisir, n’était jamais sortie de Naples de toute sa vie. Je lui ai répondu :
« Elle n’est pas chez moi, non.
— Tu es sûre ?
— Rino, s’il te plaît : je te dis qu’elle n’est pas là.
— Mais alors elle est où ? »
Il s’est mis à pleurer : je l’ai laissé mettre en scène son désespoir, avec des sanglots qui commençaient par être feints avant de devenir réels. Quand il a terminé je lui ai conseillé :
« S’il te plaît, comporte-toi comme elle le voudrait, pour une fois : ne la cherche pas.
— Mais qu’est-ce que tu racontes ?
— Tu m’as entendue. C’est inutile. Apprends à vivre tout seul, et ce n’est pas la peine de me chercher non plus. »
J’ai raccroché.

 Challenge Voisins Voisines 
voisins_voisines2017
Italie