25 janvier 2017

La loi des Sames - Lars Pettersson

Lu en partenariat avec Folio

61t3RLKbniL 41mqGKBbFKL

Folio - novembre 2016 - 528 pages

Gallimard - septembre 2014 - 448 pages

traduit du suédois par Anne Karila

Titre original : Kautokeino, en blodig kniv, 2012

Quatrième de couverture :
En Laponie norvégienne, les Sames, peuple autochtone, continuent à vivre de l’élevage des rennes et selon des traditions ancestrales. Certains restent, d’autres partent, comme Anna, qui mène son existence en Suède, où elle a été nommée substitut du procureur. Son cousin Nils, lui, est resté, et il vient d’être accusé de viol. Devoir de famille, c’est Anna qui est chargée de trouver un arrangement avec la plaignante. Elle retourne alors chez les Sames, dans ces contrées reculées qui n’évoquent pour elle que de vieux souvenirs d’enfance. Là, entre les menaces qu’elle subit et les vérités qu’on lui cache, la jeune femme comprend vite que cette affaire de viol n’est que la partie émergée d’une enquête qu’elle va devoir mener. Même si, à la lumière des aurores boréales, la nature somptueuse et meurtrière semble parfois imposer sa loi aux hommes.

Auteur : Lars Pettersson a travaillé pour la télévision suédoise pendant de nombreuses années, en tant que réalisateur et scénariste. C'est d'ailleurs un tournage qui lui a fait découvrir, dans les années 1990, la région de Kautokeino. Il y passe depuis tous ses hivers.

Mon avis : (lu en janvier 2017)
Ce roman policier est bien plus qu'un simple polar, il donne au lecteur de connaître les Sames ou Samis, un peuple autochtone qui couvre la zone du nord de la Suède, de la Norvège et de la Finlande ainsi que la péninsule de Kola en Russie. 
Anna vit en Suède, elle est substitut du procureur, elle est d'origine Same par sa mère. Anna a été appelée par sa grand-mère Same pour défendre un de ses jeune cousins accusé de viol. Elle ne peut pas refuser cela à sa famille qu'elle n'a pas revue depuis son enfance. Elle part pour Kautokeino en Norvège, dans le Grand Nord en pensant régler le problème en une semaine, mais rien n'est simple et son séjour va se prolonger... Il n'est pas facile de mener cette enquête, de concilier les obligations de la justice norvégienne avec les traditions familiales ancestrales... La communauté Sames vit dans des conditions extrêmes, elle a ses propres lois, ses non-dits, sa fierté. En plus, le souvenir de la mère d'Anna plane sur son séjour... Je n'oublie pas la nature rude et magnifique de cette région du Finnmark, elle fait vraiment partie prenante de ce thriller.
J'ai beaucoup aimé ce roman policier, qui m'a fait découvrir ce peuple de Laponie norvégienne, les Sames. Ce peuple d'éleveurs de rennes laissé en marge de la société norvégienne.

Merci les éditions  Folio pour cette belle invitation au voyage dans le Grand Nord.

Extrait : (début du livre)
Le joïk(1). Une force étonnante, d’affirmation et de libération. Railleur, sarcastique, ironiquement provocant.
Il n’avait encore jamais pensé à cela. Jamais ressenti cet aspect ludique. Cette légèreté. Jamais saisi ces intonations comme cette nuit-là.
Quand cela ne ressemblait pas à des braillements d’ivrogne, c’étaient le plus souvent des numéros maladroits, arrangés pour les touristes. Des petits vieux et des petites vieilles en kolt 2 de fête, qui psalmodiaient d’interminables descriptions de nature et de leurs petits-enfants tout en louchant nerveusement vers le public.
Ici, au pub, le joïk cherchait son chemin à travers la fumée, se mêlant aux échos de la musique disco dans l’autre partie de l’établissement, il papillotait tels les reflets fugaces de la boule à facettes qui tournoyait au plafond. De brèves petites lueurs de vie et de clarté, perdues dans un flot sonore tel qu’une tronçonneuse en marche serait passée inaperçue. Tout à coup, le joïk devenait pour lui l’expression d’une joie.
Un sentiment de communauté et quelque chose comme la confirmation répétée d’une solidarité. Il n’avait jamais éprouvé cela auparavant. Jamais aussi nettement.
Dans la discothèque, quelqu’un fit tomber un plateau avec des verres. Une voix éméchée interpella une personne qui n’écoutait pas. Quelque part dans la salle, une chaise fut renversée, une table qu’on poussait racla le sol irrégulier.
Il prit son verre et traversa le pub jusqu’à la fenêtre. Ignora les chuchotements derrière son dos, laissa les gens murmurer et le montrer du doigt. Il s’en foutait, c’était fini maintenant. Terminé. Il n’avait pas la force de saluer ou de chercher des connaissances.
La pompe à bière ne fonctionnait pas. Il ne sortait du robinet chuintant que de la mousse blanche. C’était bientôt l’heure de la fermeture. Tous criaient leurs commandes à la serveuse en sueur, devant laquelle s’alignait une batterie de verres à moitié remplis de mousse.
Elle essayait désespérément d’obtenir pour chacun un demi-litre de bière sans faux col. À bout de nerf, elle appela le vigile qui tenta de se frayer un chemin à travers le local enfumé, une clé à molette à la main. 
Derrière les vitres étroites, le vent de nord-est, qui avait balayé tout le plateau du Finnmark, arrivait par rafales en soulevant des tourbillons d’une neige fraîche qui s’accumulait en congères contre la façade de l’hôtel et l’entrée du pub.
Une voiture dérapa dans la neige fondue et ses phares projetèrent leur faisceau de lumière sur un couple debout, appuyé à un container. L’homme portait un pantalon de peau et le kolt caractéristique de Kautokeino, orné de bandes colorées, avec un col haut et beaucoup d’or à la ceinture. La femme était vêtue d’un simple blouson en cuir, de bottines et d’une jupe très courte. Ses cheveux blonds volaient au vent.
Dans le bref éclat des phares, on aurait dit que l’homme pleurait. La femme avait froid et essayait de l’entraîner à l’abri du vent, derrière le container. Une Volvo Amazon blanche, datant sans doute de la fin des années soixante, fit un demi-tour au frein à main sur le parking. Lui aussi en avait possédé une semblable un jour.
Celle-là avait des drapeaux norvégiens sur le pare-chocs avant. Ils revenaient peut-être d’un mariage. Ou d’un anniversaire. La femme à la jupe courte fit un signe au conducteur. Ensemble, ils aidèrent l’homme au kolt de Kautokeino à s’asseoir sur la banquette arrière. La femme monta à côté de lui. La voiture rejoignit la nationale en patinant sur la neige.

(1) Le joïk (prononcer « yoïk »), chant traditionnel du peuple same.

Challenge Voisins Voisines 
voisins_voisines2017
Suède

Posté par aproposdelivres à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,