11 janvier 2017

Le parfum de l'hellébore - Cathy Bonidan

en librairie le 12 janvier 2017

Lu en partenariat des Editions de La Martinière

124351_couverture_Hres_0 Editions de La Martinière - janvier 2017 - 304 pages

Quatrième de couverture :
Derrière les grilles du centre psychiatrique Falret, s'épanouissent les hellébores, ces fleurs dont on pensait qu'elles soignaient la folie. Est-ce le secret de Serge, le jardinier taciturne qui veille sur les lieux, pour calmer les crises de Gilles ? Toujours est-il que le petit garçon, autiste de onze ans, s'ouvre au monde en sa présence.
Deux jeunes filles observent leur étrange et tendre manège, loin des grandes leçons des médecins du centre. Anne a dix-huit ans, c'est la nièce du directeur. Fuyant un passé compromettant, elle a coupé tout lien avec ses proches, si ce n'est sa meilleure amie, avec qui elle correspond en cachette.
Elle se lie d'amitié avec Béatrice, malicieuse jeune fille de treize ans, qui toise son anorexie d'un œil moqueur, pensant garder le contrôle des choses.
Mais rien ne va se passer comme prévu.
Dans ce roman lumineux et plein d'espérance, les destins de chacun vont se croiser, entre légèreté et mélancolie. 
La vie réserve heureusement bien des surprises.

Auteur : Cathy Bonidan est institutrice près de Vannes. Le Parfum de l'hellébore est son premier roman.

Mon avis : (lu en janvier 2017)
Septembre 1956, Anne, 18 ans, a été envoyée à Paris pour l'éloigner de son environnement habituel et pour préparer son bac. Elle est accueillie chez son oncle, sa tante et sa cousine. Elle va également travailler dans le centre psychiatrique dirigé par son oncle. 
Dans le centre, Anne sympathise avec Béatrice une jeune malade anorexique âgée de 13 ans. Ensemble, elles observent un jeune garçon âgé de 11 ans, Gilles, surnommé "le débile" et dont le comportement est bizarre. Il ne parle pas, refuse le contact avec les autres... Un jeune autiste. Toutes les deux ont constaté que Gilles n'a aucune crise lorsqu'il est à proximité du nouveau jardinier de l'hôpital, et même qu'il arrive à communiquer avec ce dernier... 
En secret, Anne correspond par lettre avec Lizzie sa meilleure amie étudiante à Bordeaux et elle lui raconte son quotidien 
Béatrice écrit son journal intime, elle y raconte ses journées au centre, ses pensées... En juillet 1957, lorsque cette première partie, constituée en alternance des lettres destinées à Lizzie et des pages du journal de Béatrice, s'achève, le lecteur reste avec beaucoup de d'interrogations.  
La deuxième partie se situe de nos jours, Sophie, 28 ans, est étudiante en psychologie. Elle travaille sur une thèse dont le sujet est : "L'évolution des conditions de vie dans les hôpitaux psychiatriques parisiens de l'après-guerre à la fin des années soixante". Grâce à un ouvrier qui rénove le centre psychiatrique, devenu désaffecté, Sophie récupère des archives sauvées d'un incendie et la voilà enquêtant sur l'histoire de ce centre, le lecteur va peu à peu découvir ce que sont devenus Anne, Béatrice, Gilles et avoir des réponses pour les interrogations de la fin de la première partie...
J'ai beaucoup aimé cette lecture, les personnages sont attachants, émouvants et la construction du livre le rend vraiment palpitant.

Merci Anaïs et les éditions de La Martinière pour cette lecture pleine d'émotion.

Extrait : (début du livre)
È pericoloso sporgersi
Trois mots dans une langue étrangère pour résumer ces dernier mois. Une mise en garde dont elle n'avait pas tenu compte.

Le paysage qui défilait à l'envers lui donnait mal au cœur sans pour autant lui apporter la consolation d'un possible retour en arrière. Au contraire, bercée par le martèlement lancinant des roues sur les rails, elle voyait son enfance s'éloigner irrémédiablement.

Malgré le bruit, elle se surprit à retenir sa respiration. Elle craignait qu'un soupir importun ne vînt perturber la lecture de la femme assise en face d'elle, entraînant le redressement du chignon et le jugement sans appel d'un regard courroucé.

Elle ferma les yeux.

Posté par aproposdelivres à 06:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :