29 août 2016

C'est lundi, que lisez-vous ? [271]

93122062

C'est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane

Qu'est-ce que j'ai lu cette semaine ? 

de terre et de mer 112115556 112154307

De terre et de mer - Sophie Van der Linden
Agatha Raisin enquête : Remède de cheval - M.C. Beaton
Un peu plus loin sur la droite - Fred Vargas

Qu'est-ce que je lis en ce moment ?

Charlotte Isabel Hansen - Tore Renberg
Un recteur de l'île de Sein - Henri Queffelec
La suture - Sophie Daull (partenariat Philippe Rey)
L'élégance des veuves - (partenariat Audiolib)

Que lirai-je les semaines prochaines ?

Au bout du chemin - Patricia Hespel
Asa Larsson - Tant que dure ta colère (partenariat Albin Michel)
Sortie de classes - Laurent Torres (partenariat Albin Michel)
Les Derniers Jours de Rabbit Hayes - Anna Mc Partlin 

Bonnes lectures et bonne semaine.

Posté par aproposdelivres à 06:15 - - Commentaires [9] - Permalien [#]


28 août 2016

Un peu plus loin sur la droite - Fred Vargas

Lu en partenariat avec Audiolib

9782356419309-001-X 71iuDDvnEwL 41aOSZS06sL

Audiolib - juin 2016 - 7h32 - Lu par Philippe Allard

Viviane Hamy - mars 1996 - 255 pages

J'ai Lu - octobre 2005 - 256 pages

Quatrième de couverture :
Embusqué sur le banc 102, celui de la Contrescarpe, Kehlweiler, « l’Allemand », avise une drôle de « bricole » blanchâtre égarée sur une grille d’arbre. 
Ce petit bout d’os humain – car il s’agit de cela – l’obsède jusqu’à ce qu’il abandonne ses filatures parisiennes pour rallier Port-Nicolas, un village perdu au bout de la Bretagne.
Et l’attente commence dans la salle enfumée du vieux Café de la Halle. Il écoute, il surveille, de bière en bière, de visage en visage… Et, sans trêve, par les routes humides et les grèves désertes, il fait courir son assistant, Marc Vandoosler, le médiéviste rencontré dans Debout les morts.
Qui tue ?

 

Auteur : Fred Vargas est née en 1957. Médiéviste et titulaire d’un doctorat d’Histoire, elle est chercheur en Histoire et Archéologie au CNRS. La quasi-totalité de son œuvre – les « rompols » comme elle appelle ses textes policiers – est publiée aux Éditions Viviane Hamy. Primés à plusieurs reprises, adaptés au cinéma – Pars vite et reviens tard – et à la télévision, traduits dans plus de 40 langues, ses livres sont des best-sellers en France comme en Allemagne et en Italie.

Lecteur : Né à Bruxelles en 1968, Philippe Allard est comédien, improvisateur et musicien, mais également acteur de doublage (films, documentaires et séries) depuis 1995 : il a entre autres prêté sa voix à la version française de House of Lies (Don Cheadle). Il a déjà enregistré pour Audiolib, entre autres, Le vol des CigognesUne Vérité si délicateTrois mille chevaux vapeur et Ceux qui vont mourir te saluent.

Mon avis : (écouté en août 2016)
Cette relecture en mode audio de ce livre de Fred Vargas m'a beaucoup plu. J'en gardais quelques souvenirs mais je l'ai redécouvert avec grand plaisir. Le héros de ce polar n'est pas comme d'habitude Adamsberg mais 
Louis-Ludwig Kehlweiler, ancien du ministère de l'intérieur, accompagné accompagné de Bufo, son fidèle crapaud... C'est un ami d'Adamsberg qui possède un réseau national d'indicateurs, tout commence avec la découverte d'un petit os humain dans une crotte de chien sur une grille d'arbre à côté du banc 102... Une découverte insignifiante, mais qui obsède Kehlweiler. Comment cet os est arrivé là ? A qui appartient cet os ? Avec l'aide de Marc (spécialiste du Moyen-Age) et Mathias (le préhistorien) déjà rencontrés dans "Debout les morts", l'enquête va mener Louis-Ludwig Kehlweiler entre Paris et la Bretagne...
Les nombreux personnages rencontrés sont hauts en couleurs, l'histoire est prenante et l'intrigue pleines de surprises et de rebondissements. J'ai passé de très bons moments en écoutant cette histoire captivante lu avec beaucoup de talent.

Merci Audrey et Audiolib pour cette relecture très plaisante.

Extrait : (début du livre)
- Et qu'est-ce que tu fous dans le quartier ?

La vieille Marthe aimait discuter le coup. Ce soir, elle n'avait pas eu son compte et elle s'était acharnée sur un mot croisé, au comptoir, avec le patron. Le patron était un brave type mais exaspérant pour les mots croisés.
Il répondait à côté, il ne respectait pas la consigne, il ne s'adaptait pas à la grille. Pourtant il aurait pu servir, il était calé en géographie, ce qui était curieux parce qu'il n'avait jamais quitté Paris, pas plus que Marthe. Coule en Russie en deux lettres verticales, le patron avait proposé "Ienisseï ".
Enfin, c'était mieux que de ne pas parler du tout. Louis Kehlweiler était entré au café vers onze heures. Ça faisait deux mois que Marthe ne l'avait pas vu et il lui avait manqué, en fait. Kehlweiler avait mis une pièce dans le flipper et Marthe regardait les trajets de la grosse boule. Ce jeu de dingue, avec un espace fait exprès pour paumer la boule, avec une pente à remonter au prix d'incessants efforts, et que, sitôt atteinte, on redévalait aussi sec pour se perdre dans l'espace fait exprès, l'avait toujours contrariée. Il lui semblait que cette machine n'avait de cesse, au fond, de donner des leçons de morale, une morale austère, injuste et déprimante. Et si, par emportement légitime, on lui foutait un coup de poing, elle tiltait et on était puni. Et il fallait payer pour ça en plus. On avait bien tenté de lui expliquer que c'était un instrument de plaisir, rien à faire, ça lui rappelait son catéchisme.
- Hein? Qu'est-ce que tu fous dans le quartier ?
- Je suis passé voir, dit Louis. Vincent a remarqué des trucs.
- Des trucs qui valent le coup ?
Louis s'interrompit, il y avait urgence, la boule du flipper filait droit vers le néant. Il la rattrapa d'une fourchette et elle repartit crépiter vers les hauteurs, mollement.
- Tu joues mou, dit Marthe.
- J'ai vu, mais tu parles tout le temps.
- Faut bien. Quand tu fais ton catéchisme, t'entends pas ce qu'on te dit. Tu ne m'as pas répondu. Ça vaut le coup ?
- Ça peut. Faut voir.
- C'est du quoi? Politique, crapuleux, indéterminé ?
- Ne braille pas comme ça, Marthe. Ça te fera des ennuis un jour. Disons que ce serait de l'ultraréac qui se trouve là où on ne l'attendrait pas. Ça m'intrigue.
- Du bon ?
- Oui, Marthe. Du vrai, appellation nationale contrôlée, mis en bouteille au château. Faudrait vérifier, bien sûr.
- Ça se Passe où ? C'est à quel banc ?
- Au banc 102.
Louis sourit et lança une boule. Marthe réfléchit. Elle s'embrouillait, elle perdait la main. Elle confondait le banc 102 avec les bancs 107 et 98. Louis avait trouvé plus simple d'attribuer des numéros aux bancs publics de Paris qui lui servaient d'observatoires. Les bancs intéressants, cela va de soi. C'est vrai que c'était plus commode que de détailler leur situation topographique précise, d'autant que la situation des bancs est généralement confuse. Mais en vingt ans, il y avait eu des changements, des bancs mis à la retraite, et des nouveaux dont il fallait s'occuper. On avait dû numéroter des arbres aussi, quand les bancs manquaient dans des emplacements clefs de la capitale. Il y avait aussi les bancs de passage, pour les petites histoires. À force, on en était au n°137, parce qu'on ne réutilisait jamais un ancien numéro, et ça se mélangeait dans sa tête. Mais Louis interdisait qu'on ait des aide-mémoire.
- Le 102, c'est celui avec le fleuriste derrière? demanda Marthe en fronçant les sourcils.
- Non, ça c'est le 107.
- Merde, dit Marthe. Paye-moi un coup au moins.
- Prends ce que tu veux au bar. Il me reste trois boules à jouer. 
Marthe, elle n'était plus aussi performante. À soixante-dix ans, elle ne pouvait plus rôder comme avant dans la ville, entre deux clients. Et puis elle confondait les bancs. Mais enfin, c'était Marthe. Elle n'apportait plus beaucoup de renseignements mais elle avait d'excellentes intuitions. Son dernier tuyau remontait bien à dix ans. Ça avait foutu une merde salutaire, ce qui était l'essentiel.
- Tu bois trop, ma vieille, dit Louis en tirant le ressort du flipper.
- Surveille ta boule, Ludwig.
Marthe l'appelait Ludwig, et d'autres l'appelaient Louis. Chacun faisait son choix, il avait l'habitude. Ça faisait cinquante ans maintenant que les gens balançaient d'un prénom à l'autre. Il y en avait même qui l'appelaient Louis-Ludwig. Il trouvait ça idiot, personne ne s'appelle Louis-Louis.
- T'as amené Bufo ? demanda Marthe en revenant avec un verre.

 

Déjà lu du même auteur :

Ceux_qui_vont_mourir_te_saluent Ceux qui vont mourir te saluent l_homme_aux_cercles_bleus L'Homme aux cercles bleus

Debout_les_mort Debout les morts Un_peu_plus_loin_sur_la_droite Un peu plus loin sur la droite

sans_feu_ni_lieu Sans feu ni lieu l_homme___l_envers L'Homme à l'envers

Pars_vite_et_reviens_tard Pars vite et reviens tard sous_les_vents_de_neptune  Sous les vents de Neptune

Dans_les_bois__ternels Dans les bois éternels un_lieu_incertain Un lieu incertain

les_quatre_fleuves Les Quatre fleuves (BD) vargas L'Armée furieuse 

temps glacières Temps glacières 

En audio 

94114487 L'homme aux cercles bleus 

pars et reviens tard_CDlivraphone Pars vite et reviens tard

 

Posté par aproposdelivres à 10:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 août 2016

Je veux de la fraîcheur !

1-P1120346

J'y étais la semaine dernière...

La reprise du travail avec des températures aussi fortes, c'est pas humain...
Ce matin (6h45), il faisait 30°C dans mon bureau...
Dehors il fait déjà 24°C, toutes les fenêtres sont ouvertes mais la température met du temps à baisser
(à peine 3°C en une heure)

J'ai mis cette photo comme fond d'écran pour tenter de rafraîchir ma journée !

Posté par aproposdelivres à 07:54 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

24 août 2016

Agatha Raisin enquête : Remède de cheval - M.C. Beaton

Lu en partenariat avec Albin Michel

9782226318312-j Albin Michel - juin 2016 - 270 pages

traduit de l’anglais par Esther Ménévis

Titre original : The Vicious Vet, 1993

Quatrième de couverture :
Après la pluie, le beau temps ! Agatha Raisin est désormais bien installée dans son cottage de Carsely en compagnie de ses deux chats. Cerise sur le pudding, le nouveau vétérinaire du village ne semble pas insensible à ses charmes.

Quand le beau véto succombe à une injection de tranquillisant destinée à un cheval rétif, la police locale conclut à un malencontreux accident. Mais pour Agatha, dont le flair a permis de résoudre l'affaire de La Quiche fatale, il s'agit bien d'un meurtre. à l'étonnement de tous, le séduisant colonel James Lacey partage pour une fois l'avis de son entreprenante voisine. Et nos deux détectives-amateurs se lancent dans une enquête bien plus périlleuse qu'ils ne l'imaginaient...
Agatha Raisin, c'est une Miss Marple d'aujourd'hui. Une quinqua qui n'a pas froid aux yeux, fume comme un pompier et boit sec. Sans scrupule, pugnace, à la fois exaspérante et attendrissante, elle vous fera mourir de rire !

Auteur : Née en 1936 à Glasgow, Marion Chesney alias M.C. Beaton a été libraire et journaliste avant de devenir un des auteurs de best-sellers les plus lus de Grande-Bretagne avec ses deux séries de romans policiers : Hamish MacBeth et surtout Agatha Raisin (plus de 15 millions d’exemplaires vendus dans le monde). 

Mon avis : (lu en août 2016)
J'ai retrouvé avec plaisir cette nouvelle héroïne qu'est Agatha Raisin... Cette dernière hésite toujours à quitter le village pour retourner à Londres... Elle n'est pas indifférente au charme de James Lacey, son voisin, mais ce dernier n'est pas dans les même dispositions...
Agatha a eu une proposition d'un ancien confrère pour se relancer dans les affaires, elle part donc quelques jours à Londres, mais elle va vite comprendre que la proposition est malhonnête et rapidement, la voilà de retour à Carsely avec un deuxième chat... C'est l'occasion de rencontrer le nouveau vétérinaire qui tourne la tête à toutes les dames du village... Celui-ci invite Agatha à un dîner et lorsqu'il se montre un peu trop empressé à conclure, notre héroïne s'enfuit... Et le lendemain, le vétérinaire est retrouvé mort, une seringue enfoncée en plein coeur. Les enquêteurs (professionnels) concluent rapidement à un accident, mais Agatha Raisin n'est pas convaincue, elle décide donc de mener sa propre enquête et, à son grand plaisir, James Lacey va la seconder...
J'aime beaucoup l'atmosphère du petit village de Carsely et ses habitants. L'intrigue policière est peut-être moins poussée que dans le premier tome mais cette épisode nous permet de mieux connaître Agatha . Elle devient de plus en plus sympathique, impulsive et gaffeuse, elle cherche à améliorer sa relation avec les autres. Elle se retrouve souvent au coeur de situations cocasses ou délicates...
Cette série comporte déjà 27 épisodes en Grande-Bretagne... Cela nous promet donc de nombreuses futures lectures, la sortie des deux prochains épisodes semblent être prévue pour novembre 2016.

Merci Aurore et les éditions Albin Michel pour cette suite toujours aussi amusante.

Extrait : 

Challenge Voisins, Voisines
voisins voisines 2016
Grande-Bretagne
Déjà lu du même auteur :

111279972 Agathe Raisin enquête : La quiche fatale

Posté par aproposdelivres à 09:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 août 2016

De terre et de mer - Sophie Van der Linden

Lu en partenariat avec Babelio et les éditions Buchet Chastel

de terre et de mer Buchet Chastel - août 2016 - 144 pages

Quatrième de couverture : 
Au début du siècle dernier, Henri, un jeune artiste, parvient sur l’île de B. après un long voyage.
Venu rendre visite à la femme qui s’est détournée de lui, il y séjournera vingt-quatre heures, le temps pour lui de déambuler dans ce paysage envoûtant, et d’y faire des rencontres singulières.
Jusqu’à la chute finale, le lecteur chemine à la suite du héros dans cette atmosphère vibrante, rendue par une écriture impressionniste aux multiples résonances.

De terre et de mer est le troisième roman de Sophie Van der Linden. Après La Fabrique du monde, L’Incertitude de l’aube, l’auteur confirme encore son talent et dépeint avec acuité l’expression des sensations et des sentiments.

Auteur : Née en 1973, Sophie Van der Linden vit à Conflans-Sainte-Honorine. Elle a publié des ouvrages de référence sur la littérature pour la jeunesse, dont elle est spécialiste. Elle a déjà publié deux romans (La Fabrique du monde et L'Incertitude de l'aube)

Mon avis : (lu en août 2016)
Début du vingtième siècle, Henri, jeune artiste peintre, arrive sur l’île de B. pour rendre visite à Youna, la jeune femme qu'il aime et qui ne répond plus à ses lettres. Il a entrepris ce long voyage pour avoir une explication. Sur l'île, la jeune femme s'est installée dans la maison de sa grand-tante et a repris son activité d'herboriste. Elle a conquis son indépendance et la liberté et rien ne l'empêchera de la garder. Econduit, Henri devra passer la nuit dehors et avant de reprendre le bateau du retour, il fera quelques rencontres...
Dans ce livre, tous nos sens sont en éveil, à travers l'œil du peintre, la description de cette petit île est pleine de couleurs et de nuances comme sur un tableau, les odeurs de la végétation, de la mer, les bruits de la nuit... 
La couverture du livre est superbe, c'est un tableau de Jean-Baptiste Corot qui illustre parfaitement l'atmosphère de ce court roman. Voilà une jolie balade pleine de poésie de 24 heures sur cette petite île avec des rencontres improbables, amusantes ou marquantes et surtout une conclusion magnifique. J'ai beaucoup aimé !

Merci à Babelio et aux éditions Buchet Chastel pour cette très belle découverte

Extrait : (début du livre)
Les nuages n’étaient plus ici ceux, charnus et lourds, de la campagne de Paris. Mobiles, gracieux et diffus, ils semblaient, comme lui, attirés par la mer, pourtant encore lointaine. Depuis que son train avait quitté la halte Bel-Air sur ce dernier embranchement progressant vers le nord, Henri scrutait le paysage et guettait l’irruption de l’aplat bleu qui signalerait aussi bien l’arrivée imminente du train à sa destination que le début d’un autre voyage, celui pour l’île de B.

Enfin, ce n’était pas un voyage, tout juste une traversée. Et courte encore, une demiheure sans doute. Mais Henri n’avait jamais que peu vogué.
Son regard s’accrochait à la cime des arbres, s’attardait sur les mamelons, piquait  dans les vallons, s’envolait dans les masses d’air frais que ce temps encore un peu instable ne manquait pas d’insuffler au calme paisible d’un ciel estival.

Le train parvint à R. sans qu’Henri eût aperçu la moindre perspective marine. Rien de bleu ne perça à l’horizon de ce diorama désarticulé qu’est le paysage fuyant sous l’oeil du voyageur ferroviaire.
De la gare, il gagna le port en traversant la ville. Débouchant d’une rue sombre et humide, comme le sont toutes les rues de cette cité granitique, encombrée par les charrettes à chevaux convoyant la production
maraîchère de l’arrière-pays, il vit enfin la mer, sans pouvoir cependant s’attarder à sa contemplation tant il était soucieux d’attraper le dernier sloup qui le déposerait sur l’île à une heure raisonnable pour rendre
visite.
Une fois le point d’embarcation repéré, il rejoignit une courte file de passagers. Lorsque vint son tour, Henri, dans la fatigue de son long voyage, dans l’encombrement de son bagage et de son bouquet de fleurs acheté à la hâte lors d’une correspondance, dans son impatience et, surtout, dans son trouble inexplicable, causé par le carillon de l’église sonnant quatre heures, posa un pied sur l’embarcation somme toute légère d’un mouvement qu’il aurait voulu leste mais qui, dans ce désordre, y imprima un bruit sourd et une franche oscillation. Les passagers ayant déjà pris place à bord durent se cramponner subitement pour ne point perdre l’équilibre. S’ils ne prononcèrent mot, ces îliens, pour la plupart, en eurent toutefois en réserve pour cet étranger sans usage ni manière.
De l’air ! Cet air-là ! Comme il m’a manqué en vérité. Henri oublia l’incident lorsqu’il put enfin lever le nez, humer les ressacs iodés de l’eau du port claquant le quai, et se tourner vers le large s’offrant maintenant à son regard. Il avait vécu son enfance et le début de sa jeunesse sur la côte.
Pourtant, ses origines paysannes l’avaient toujours maintenu éloigné de la navigation. La mer n’en demeurait pas moins pour lui une source de joie et d’apaisement.

Déjà lu du même auteur :

 9782283026472-5ae6f La fabrique du monde

 

challenge12016br
1/18

 

Posté par aproposdelivres à 11:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,


C'est lundi, que lisez-vous ? [270]

93122062

C'est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane

Qu'est-ce que j'ai lu pendant les vacances ? 

 

L'adoption - Qinaya - Zidrou et Monin
Les délices de Tokyo - Durian Sukegawa
Rosalie Blum - Camille Jourdy

Qu'est-ce que je lis en ce moment ?

Agathe Raisin enquête : Remède de cheval - M.C. Beaton (partenariat Albin Michel)
Un peu plus loin sur la droite - Fred Vargas (partenariat Audiolib)
De terre et de mer - Sophie Van der Linden (partenariat Babelio - Buchet Chastel)

Que lirai-je les semaines prochaines ?

Les Derniers Jours de Rabbit Hayes - Anna Mc Partlin 
Au bout du chemin - Patricia Hespel
Pour l'amour d'une île - Armelle Guilcher

Bonnes lectures et bonne semaine.

Posté par aproposdelivres à 10:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 août 2016

L'adoption - Qinaya - Zidrou et Monin

l'adoption Bamboo - mai 2016 - 70 pages

Quatrième de couverture :
Lorsque Qinaya, une orpheline péruvienne de 4 ans, est adoptée par une famille française, c'est la vie de tous qui est chamboulée. Les parents essaient de lui faire oublier le drame qu'elle a vécu, Lynette se découvre un caractère de mamie gâteau et les amis du couple apprivoisent doucement cette petite qui s'adapte à sa nouvelle vie. Mais pour Gabriel, ce sera bien plus compliqué : il lui faudra apprendre à devenir grand-père, lui qui n'a jamais pris le temps d'être père. Des premiers contacts distants aux moments partagés, Gabriel et Qinaya vont peu à peu nouer des liens que même le vieux bourru était loin d'imaginer.

Auteurs : Zidrou (Benoît Drousie) est né en 1962 à Bruxelles. D'abord instituteur, il se lance au début des années 1990 dans l'écriture de livres et de chansons pour enfants. En 1991, il rencontre le dessinateur Godi avec qui il crée L'Elève Ducobu. Sa carrière de scénariste de bande dessinée est lancée ! Il signe de nombreuses séries pour enfants et adolescents, des Crannibales à Tamara, de Scott Zombi à Sac à Puces, assure la reprise de La Ribambelle. Il est également l'auteur des plus réalistes, mais non moins sensibles, La Peau de l'ours, Lydie, Folies Bergères, La Mondaine, Les 3 Fruits. En 2015, Zidrou revient en force avec trois nouveaux albums : en août Le Bouffon avec Francis Porcel, en septembre, une nouvelle série familiale, Les Beaux Etés avec Jordi et en octobre, en duo avec P. Berthet, un polar dans les régions reculées de l'Australie, "Crime qui est le tien". Pour 2016, l'auteur continue d'écrire les souvenirs de vacances de la famille Faldéraut dans "Les Beaux Étés" et proclame la fin de Venise dans "Marina". 

Arno Monin, dessinateur. Habite à Nantes. Après avoir passé un bac littéraire puis une année à la fac en histoire de l'art, Arno Monin intègre une école d'arts appliqués qui proposait la formation dessin animation bande dessinée. En cours de formation, un projet bd commence à le démanger. Il s'y consacre alors à plein temps afin de le présenter à des éditeurs, jusqu'à la bonne rencontre avec Bamboo Édition... L'Envolée sauvage est son premier album.

Mon avis : (lu en juillet 2016)
Voilà une très joli Bande Dessinée. C'est le tome 1 d'une histoire qui aura 2 tomes.
Quinaya est une petite fille péruvienne de 4 ans, elle a été adoptée par une famille française et vient d'arriver dans ce nouveau pays. Tout le monde l'accueille au mieux sauf un... Gabriel, le grand-père, qui va mettre un peu plus de temps à "adopter" cette petite-fille du bout du monde... 
Une histoire pleine de tendresse, émouvante avec des personnages savoureux et attachant et un dessin agréable et coloré, le lecteur passe du rire au larmes... A découvrir sans hésiter !
La conclusion de ce premier tome, nous serre le cœur et évidemment j'attends la sortie du tome 2 !

Extrait :

1933_P1 1933_P2

1933_P3 1933_P4

1933_P5 1933_P6

1933_P7 1933_P8

1933_P9 1933_P10

Déjà lu des mêmes auteur ou dessinateur :

108883254 Les beaux étés - 1 - Cap au Sud ! 

111573241  Les beaux étés - 2 - La Calanque

le_beau_voyage Le beau voyage 

Cycle I : envoleesauvage01_  envoleesauvage02_
L'envolée sauvage : La Dame blanche 
L'envolée sauvage : Les Autours des palombes

Cycle II : l_envol_e_sauvage3 2013_10_06_140809 
L'envolée sauvage : Le Lapin d'Alice 
L'envolée sauvage : La Boîte aux souvenirs

 

Posté par aproposdelivres à 06:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 août 2016

Les délices de Tokyo - Durian Sukegawa

51PaQSeh3kL Albin Michel - février 2016 - 240 pages

Quatrième de couverture : " Ecouter la voix des haricots " : tel est le secret de Tokue, une vieille dame aux doigts mystérieusement déformés, pour réussir le an, la pâte de haricots rouges dont sont fourrés les dorayaki, des pâtisseries japonaises. Sentarô, qui a accepté d'embaucher Tokue dans son échoppe, voit sa clientèle doubler du jour au lendemain, conquise par ses talents de pâtissière. Mais la vieille dame cache un secret moins avouable et disparaît comme elle était apparue, laissant Sentarô interpréter à sa façon la leçon qu'elle lui a fait partager. Magnifiquement adapté à l'écran par la cinéaste Naomi Kawase, le roman de Durian Sukegawa est une ode à la cuisine et à la vie. Poignant, poétique, sensuel : un régal.

Auteur : Né à Tokyo en 1962, Durian Sukegawa est poète, écrivain et clown, diplômé de philosophie et de l'Ecole de pâtisserie du Japon. Après une carrière de scénariste, il fonde en 1990 la Société des poètes qui hurlent, dont les performances alliant lecture de poèmes et musique punk défraient la chronique. De 1995 à 2000, il anime sur les ondes d'une radio nationale une émission nocturne plébiscitée par les collégiens et les lycéens. Il est l'auteur de nombreux romans et essais. Les délices de Tokyo est son premier livre traduit en français.

Mon avis : (lu en juillet 2016)
Une histoire pleine de charme et de sensibilité. 
Tout commence autour d'une histoire de pâtisserie, Sentarô est un vendeur de dorayaki (une pâtisserie japonaise) dans une petite échoppe. Un jour, Tokue, une vieille dame de 70 ans, demande à travailler pour Sentarô même avec un faible salaire. Tout d'abord, ce dernier refuse, mais lorsqu'elle lui fait goûter le an (pâte de haricots rouge qui sert à fourrer les dorayaki) qu'elle a préparé, il l'apprécie tellement qu'il accepte sa présence et son aide. La clientèle va vite augmenter et Sentarô va beaucoup apprendre...
Puis tout comme Sentarô, le lecteur va découvrir que Tokue cache un autre secret... Je n’en dirai pas plus pour laisser le plaisir de découvrir ce livre plein de poésie, une lecture délicieuse aussi surprenante, que touchante... Coup de coeur !

007270 540500

Ce livre a été adapté au cinéma par la cinéaste japonaise Naomi Kawase en 2016. Et bien sûr, j'ai très envie de le découvrir prochainement.

Extrait :

Posté par aproposdelivres à 06:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

05 août 2016

Rosalie Blum - Camille Jourdy

rosalie_blum

une impression de déjà vu Haut les mains peaux de lapins au hasard Baltazar

Actes Sud - février 2016 - 384 pages

Actes Sud - novembre 2007 - 128 pages

Actes Sud - jui 2008 - 128 pages

Actes Sud - mai 2009 - 150 pages

Prix RTL 2009

Prix révélation festival d’Angoulême 2010

Quatrième de couverture :
L'intégrale de la trilogie de Camille Jourdy, à l'occasion de la sortie au cinéma du film éponyme réalisé par Julien Rappeneau.

Une petite ville de province pour un singulier trio composé de Rosalie, Aude et Vincent.
Une rencontre inattendue pour ces personnages dont les modes de vie sont bien différents. Derrière l'intrigue, le portrait psychologique de trois solitaires un peu dépressifs : Vincent qui envisage après trente ans de couper le cordon ombilical, Rosalie Blum qui ne cesse de noyer un passé noir et douloureux dans le whisky et Aude qui se laisse aller aux hasards de la vie. Cette rencontre les aidera-t-elle à vaincre leurs démons ?
Camille Jourdy suit ses héros pour lesquels elle ne cache pas son ironique tendresse.

Auteur : Camille Jourdy a grandi dans le Jura, à Dole. Elle écrit et illustre son premier livre, Une araignée, des tagliatelles et au lit, tu parles d'une vie ! (Drozophile/Quiquandquoi, 2004), alors qu'elle est encore étudiante à l'Ecole des beaux-arts d'Epinal. Elle rejoint ensuite l'Ecole des arts décoratifs de Strasbourg. Après son diplôme, en 2005, elle s'installe à Lyon, où elle vit aujourd'hui.

Mon avis : (lu en juillet 2016)
C'est grâce à la sortie du film, que j'ai eu envie de découvrir cette BD.
Vincent est un homme âgé de 30 ans, célibataire et solitaire, il mène une vie routinière et sans relief entre son salon de coiffure et sa mère qui habite l'appartement au-dessus du sien. Cette dernière est assez intruisive dans la vie de son fils chéri et est assez farfelue. 
Un jour, il croise Rosalie qu'il semble connaître. Intrigué par cette femme, il se met à la suivre et il entre clandestinement dans la vie de cette femme... 
Rosalie finit par s'apercevoir qu’elle est suivie dans la rue, par un jeune homme. Elle s'interroge sur son mystérieux suiveur et sur ses intentions. Elle fait donc appelle à sa nièce Aude pour qu'elle prenne le suiveur en filature... 
Aude a 19 ans, sans emploi, elle vit en colocation avec un artiste raté, hypocondriaque. Avec l'aide de ses deux copines, Aude va s'improviser détective et toutes les trois enquêter sur Vincent et...
Je vous laisse découvrir la conclusion de cette histoire pleine de poésie et de fantaisie autour de trois personnages solitaires et mal dans leur peau mais très attachants.
Une très belle découverte !

film rosalie_blum

Cette bande-dessinée a été adaptée, en 2016, dans un film réalisé par Julien Rappeneau avec Noémie Lvovsky, Kyan Khojandi et Alice Isaaz. Et j'ai très envie de le découvrir prochainement...

Extrait : 

PlancheA_273976 PlancheA_71355

AlbrosalieBlum2_25062008_205259 RosalieBlum_03_PL_87848

 

Posté par aproposdelivres à 06:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

01 août 2016

Bilan "mi-temps" Challenge Voisins Voisines 2016

Après 7 mois, voilà un petit bilan chiffré du

Challenge Voisins Voisines 2016

voisins voisines 2016

Nous sommes 8 participants actifs

Nous avons lu ensemble 72 livres (dont 70 différents)

 

Le livre le plus lu : 

La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert - Joël Dicker  (Suisse)
par 2 lecteurs (Orzech, Yoshi73)

L'intérêt de l'enfant - Ian Mc Evan (Angleterre)
par 2 lecteurs (Manika, Orzech) 

 

 Auteurs les plus lus :

Amélie Nothomb (Belgique) : 3 livres

Audur Ava Olafsdottir (Islande) : 3 livres

 

Spécialistes...

Aproposdelivres :
Suède : 7 livres
Royaume Uni : 6 livres
(4 Angleterre+ 1 Ecosse + 1 Irlande du Nord)

Manika :
Belgique : 6 livres

Sharon :
Italie : 4 livres

 

Grands lecteurs :

Aproposdelivres : 17 livres 
Manika : 16 livres 
Orzech : 10 livres

Sharon : 9 livres 
Claudia : 6 livres
Céline : 6 livres
Yoshi73 : 5 livres
Une ribambelle : 3 livres

 

Nombre de pays visité : 17 pays
Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, Irlande, Islande, Italie, 
Norvège, Pologne, Royaume-Uni (Angleterre, Ecosse, Irlande du Nord), Russie, Serbie, Suède, Suisse

Voisins_voisines_aout2016

 

Pays gagnants :

Angleterre (Royaume-Uni) : 16
Italie : 12
Suède : 9

 

Grands voyageurs :

Manika : 8 pays
 Aproposdelivres : 7 pays
Sharon : 6 pays
 

Challenge Voisins Voisines 2016 - Billet récapitulatif 
(pour y laisser vos liens)

 

Bilan chiffré du 22/07/2016

J'ai peut-être oublié de noter une ou plusieurs de vos lectures... 
N'hésitez pas à me signaler mes erreurs, elles seront rectifiées ultérieurement  !

 

Posté par aproposdelivres à 06:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :