la petite boulangerie_ la petite boulangerie

Editions Prisma - janvier 2015 - 528 pages

Pocket - janvier 2016 - 512 pages

traduit de l'anglais par Franicne Sirven, Eve Vila, Etienne Menanteau

Titre original : The little beach street bakery, 2015

Quatrième de couverture :
Quand son mariage et sa petite entreprise font naufrage, Polly quitte Plymouth et trouve refuge dans un petit port tranquille d'une île des Cornouailles. Quoi de mieux qu'un village de quelques âmes battu par les vents pour réfléchir et repartir à zéro ? 

Seule dans une boutique laissée à l'abandon, Polly se consacre à son plaisir favori : préparer du pain. Petit à petit, de rencontres farfelues – avec un bébé macareux blessé, un apiculteur dilettante, des marins gourmands – en petits bonheurs partagés, ce qui n'était qu'un break semble annoncer le début d'une nouvelle vie... 

Auteur : Jenny Colgan est une romancière britannique auteur de nombreuses comédies romantiques, et d'autant de délicieuses recettes de cuisine. 

Mon avis : (lu en juillet 2016)
Voilà un joli roman d'été rafraîchissant, qui fait du bien...
Polly a tout perdu : l'entreprise de communication qu'elle avait avec Chris, son compagnon, a fait faillite, son couple n'existe plus et leur appartement commun va être vendu. Avec le peu de ressources qui lui reste, Polly décide de s'installer à Mount Polbearne, petite île de Cornouaille reliée à la terre ferme par une chaussée submersible. Elle a besoin de calme pour envisager son avenir... Elle sympathise avec une équipe de pêcheurs, avec un jeune macareux blessé et avec un apiculteur américain. Elle a plus de mal avec sa propriétaire qui est aussi la boulangère de l'île, c'est une vieille femme revêche qui fait un pain détestable. A ses moments perdus, Polly adore pétrir du pain, cela la déstresse et lui vide la tête de ses soucis... 
J'ai beaucoup aimé ce livre qui a failli plusieurs fois me faire rater ma station de métro ou ma gare... trop absorbée dans ma lecture ! Les personnages sont attachants, les paysages magnifiques, les sentiments simples et justes... Et en bonus à la fin du livre, quelques recettes de pains à tester... A découvrir !

Extrait : (début du livre)
Des années plus tard, quand elle serait bien vieille, et à des kilomètres de là, Polly aurait du mal à trouver les mots pour expliquer que tel était leur quotidien, à l'époque. Que certains jours, ils pouvaient rejoindre la côte en voiture, et d'autres, ils étaient obligés de prendre le bateau. Parfois même ils se retrouvaient complètement isolés pendant de longues périodes, et personne ne savait vraiment alors combien de temps cela allait durer. Le tableau des marées vous disait à quelle heure la mer allait monter ou se retirer, il n'annonçait pas la météo.

- Mais ça devait être affreux, dirait Judith. De se savoir coupé du monde, comme ça...
Alors, Polly repenserait aux reflets du soleil scintillant à la crête des vagues, quand la mer était haute, aux changements de lumière et aussi à l'eau qui se teintait de rose, de mauve et de violet lorsque le soleil se couchait, à l'ouest. Vous compreniez qu'un autre jour était sur le point de se terminer, sans que vous ayez eu envie d'aller nulle part ailleurs.
- En fait, pas du tout, répondrait-elle. C'était magnifique. Un peu comme se pelotonner sous une doudoune, bien à l'abri. En sécurité, avec tous les autres, sur le Mount. Il fallait s'assurer de tout avoir surélevé, et si l'électricité marchait encore, c'était tant mieux, sinon, eh bien, tu te passais aussi de ça. Tu pouvais voir dans ce cas les flammes des bougies briller derrière toutes les petites fenêtres. C'était chaud et douillet.
- On dirait que ça fait un siècle, au moins...
- Je sais, dirait Polly en souriant. Pourtant, c'était il n'y a pas si longtemps... Pour moi, ça semble hier. Lorsque tu as trouvé l'endroit où ancrer ton coeur, il reste à jamais en toi.
Mais bien sûr, tout cela arriva bien plus tard. Car au début, ce fut affreux.

2014

Polly feuilleta les dépliants glissés dans une pochette à rabats en papier glacé, avec la photo d'un phare en couverture. Une photo magnifique, nota-t-elle, faisant vraiment de son mieux pour voir les choses sous un angle positif.
En fin de compte, ces deux types étaient plutôt aimables. Plus encore qu'ils n'y étaient obligés. Tellement gentils, en réalité, qu'au lieu d'aller mieux, Polly étrangement se sentit encore plus mal. Triste, en fait, plutôt qu'en colère, ou sur la défensive.
Ils avaient pris place dans l'arrière-salle du petit bureau de deux pièces aménagé dans l'ancienne gare. Ce bureau dont Chris et elle étaient si fiers. C'était mignon, coquet, avec une vieille cheminée hors service qui trônait dans ce qui servait autrefois de salle d'attente.

Challenge Voisins, Voisines
voisins voisines 2016
Grande-Bretagne