15 mars 2016

Après Sara - Amanda Coe

Lu en partenariat avec les éditions Denoël

Après Sara Denoël – février 2016 – 320 pages

traduit de l'anglais par Claire-Marie Clévy

Titre original : Getting Colder, 2014

Quatrième de couverture :
Années 1980. Patrick, jeune dramaturge charismatique et ambitieux, enfant terrible du théâtre, tombe follement amoureux de Sara. Mais Sara est déjà mariée. Elle abandonne mari et enfants pour vivre pleinement son destin de muse. Image parfaite du couple rêvé, alliant beauté et talent, Sara et Patrick deviennent les chouchous du public. 

Trente-cinq ans plus tard, Patrick vit seul après la mort brutale de Sara. Il ne lui reste que son whisky, son carnet de notes et une rage toujours intacte contre le monde entier. Louise et Nigel, les enfants de Sara, désormais adultes, cherchent à comprendre qui était leur mère et pourquoi elle a choisi de les abandonner. Sara, malgré son absence, va réunir ces trois personnes. Chacun à leur manière, ils devront apprendre à faire leur deuil et à se reconstruire malgré les blessures qui ne guériront jamais, les questions restées sans réponse et la perte d’un être que personne ne pourra jamais remplacer. 
Après Sara est un roman dérangeant, à l’humour féroce, terriblement juste sur le chagrin, l’égoïsme et la persistance des blessures anciennes.

Auteur : Amanda Coe est scénariste. Elle a remporté un BAFTA en 2013 pour son adaptation de Room at the Top de John Braine pour BBC 4. Après Sara est son second roman chez Denoël après Qui a peur du noir ? (2013). Il fait partie de la sélection pour le Encore Award.

Mon avis : (lu en mars 2016)
J'ai été attiré par la beauté de la couverture du livre et la quatrième de couverture a suscité ma curiosité... Mais la lecture n'a pas été à la hauteur des promesses.
C'est une histoire de famille, Sara vient de mourir, ses enfants Nigel et Louise découvrent la maison où vivait leur mère avec Patrick. Trente-cinq ans plus tôt, Sara avait quitté son mari et ses deux enfants par amour pour Patrick, un écrivain talentueux et prometteur. Nigel et Louise sont devenus adultes et parents, ils ont beaucoup d'interrogation sur cette mère qui les a abandonné, ils voudraient comprendre ce que Patrick pouvait avoir de plus.
Patrick est devenu un vieux monsieur désagréable et alcoolique, la maison est dans un désordre et une saleté innommable...
Le récit passe du passé au présent, j'ai eu du mal à m'attacher à l'un des trois personnages principaux, heureusement il y a un quatrième personnage, Mia, une jeune étudiante, venue faire un mémoire sur l'oeuvre de Patrick, suite à un échange de correspondances avec Sara. Malgré la mort de Sara, Mia va rester auprès de Patrick pour s'occuper de lui et mettre de l'ordre dans la maison.
J'ai lu ce livre sans difficulté, mais j'ai été déçue par l'ensemble, sans compter que l'histoire s'achève dans le flou...

Merci et les éditions Denoël pour ce partenariat.

Autre avis : Sylire 

Extrait : (début du livre)
Il n’y avait plus personne pour l’appeler Nidge. Ça avait été sa première pensée cohérente quand la voisine de Patrick avait téléphoné pour lui annoncer que leur mère était morte. En voyant Louise descendre du train le matin des obsèques, Nigel s’aperçut qu’elle aussi pouvait l’appeler Nidge, même si elle avait tendance à ne pas l’appeler du tout. Employer le surnom de son enfance était un petit pouvoir que Louise ne se savait pas capable d’exercer, et le fait qu’elle ne le sache pas ne fit qu’augmenter l’irritation de Nigel à la vue du manteau pelucheux et du décolleté mal avisé de sa sœur. Il y eut tout de suite bien pire, cependant, avec l’apparition inattendue de l’enfant qui sortit du wagon à sa suite pour l’aider à décharger un sac de voyage à roulettes sur le quai. Emmaillotée dans une doudoune qui accentuait son imposante corpulence — copie miniature de celle de sa mère —, elle avait beaucoup changé depuis la dernière fois que Nigel l’avait vue, quand elle devait avoir sept ans.
« J’étais obligée de l’emmener, dit Louise. Elle est malade, et je n’ai trouvé personne pour s’en occuper. On ne peut pas compter sur notre Jamie, hein, Hol ? »
Nigel laissa libre cours à la toux qu’il avait réprimée toute la matinée; le taux de pollen dans l’air devait battre des records. Holly. Sophie s’en serait souvenue tout de suite; c’était elle qui s’occupait des anniversaires et de Noël. Comme à plusieurs reprises depuis son arrivée en Cornouailles, Nigel se prit à regretter d’avoir décidé si rapidement que sa femme resterait à la maison avec les enfants pendant qu’il gérerait les obsèques de sa mère en solitaire. Holly. Il la salua d’un hochement de tête et s’intima l’ordre d’arrêter de tousser; l’envie le démangeait en permanence, et une fois que les muqueuses étaient enflammées, se retenir devenait une torture. Sa nièce lui rendit un morne salut en reniflant, heureusement trop apathique pour partager ses microbes. Elle avait un teint blafard et des yeux rouges assez rebutants: résultat de sa maladie, sûrement. Sa pré- sence à la cérémonie ne devrait pas poser problème, pensa Nigel. Il ne s’attendait pas spécialement à ce qu’il y ait foule au crématorium. Mais c’était tout de même exaspérant, cette habitude qu’avait Louise de le prendre par surprise.
« C’est bien de ta part de nous avoir tenus au courant », dit-elle pendant qu’il les emmenait du hall d’entrée de la gare à la voiture des pompes funèbres garée dehors. « Tu l’as vu ?
— On s’est parlé au téléphone. À propos de l’organisation de la journée. »
C’était l’idée de Nigel, de commencer par aller chercher Louise à la gare pour qu’ils affrontent leur beau-père ensemble. Évidemment, Patrick avait été trop bouleversé par la mort de leur mère pour se charger des coups de fil, ne serait-ce que du premier. La tâche était revenue à une voisine, Jenny, le genre de femme d’âge mûr efficace et pleine de bonne volonté qu’on exploitait sans vergogne. Patrick ne comptait pas s’en priver, mais la formation en droit de Nigel en faisait la personne la mieux placée pour gérer la suite des opérations, si son statut de fils n’avait pas suffi. Il était mieux placé que Louise, en tout cas, c’était certain. Après l’annonce initiale de Jenny, il s’était occupé des appels nécessaires et de tous les arrangements ultérieurs. Ça lui tombait dessus à une période chargée au travail, mais il avait fait des listes et s’y était attaqué petit à petit, comme toujours, malgré une sciatique qui lui envoyait une violente décharge électrique dans la jambe chaque fois qu’il s’asseyait. Dans les jours qui avaient suivi le décès de sa mère, Nigel avait passé plus d’un coup de fil avec des aiguilles d’acupuncture plantées dans le corps, telle une miniature de saint médiéval supplicié. Elles avaient fonctionné quand même, malgré les mises en garde de l’ostéopathe — si c’étaient bien les aiguilles qui avaient fait passer la douleur, plutôt que les fortes doses d’anti-inflammatoires que Nigel avait ingérées en secret au mépris des remèdes alternatifs disposés par Sophie sur sa table de nuit. En tout cas, il n’y avait que le rhume des foins qui l’accablait aujourd’hui. 

logo_PetitBAC2016
Prénom (4)

Challenge Voisins, Voisines
voisins voisines 2016
Angleterre

Posté par aproposdelivres à 07:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,