11 mars 2016

La fille du train - Paula Hawkins

108532429

9782367620480-001-G la fille du quai

Audiolib - novembre 2015 - Lu par Valérie Marchant, Joséphine de Renesse et Julie Basecqz

Sonatine - mai 2015 - 378 pages

traduit de l'anglais par Corinne Daniellot

Titre original : The Girl on the Train, 2015

Quatrième de couverture :
Mieux qu’un thriller exceptionnel, un piège paranoïaque et jubilatoire.
Écoutez-le, vous comprendrez pourquoi.
Rachel prend le train deux fois par jour pour aller à Londres. Chaque jour, elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Elle a même donné un nom à ses occupants, qu’elle voit derrière la vitre : Jason et Jess.
Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe et la quitte. Jusqu’à ce matin où Rachel voit un autre homme que Jason à la fenêtre. Jess tromperait-elle son mari ? Quelques jours plus tard, elle découvre la photo de Jess dans les journaux : de son vrai nom Megan Hipwell, la jeune femme a mystérieusement disparu…
Avec ce thriller psychologique exceptionnel, Paula Hawkins fait figure de révélation de l’année.

Auteur : Paula Hawkins a vécu au Zimbabwe, en France et en Belgique. Journaliste à Londres, La Fille du train est son premier roman.

Lecteurs : Sortie de l’Institut des Arts de Diffusion de Louvain-la-Neuve, Valérie Marchant est une comédienne de théâtre et de télévision. On a pu la voir dans des mises en scène L’Odyssée d’Homère, L’Écume des jours de Boris Vian, ou encore Hygiène de l’assassin d’Amélie Nothomb. Elle effectue également des lectures publiques.
Comédienne de théâtre, Joséphine de Renesse a joué notamment dans Les 39 Marches, Molière 2010. Elle prête sa voix pour des doublages francophones de films et dedessins animés.
Julie Basecqz exerce depuis 15 ans au théâtre, aucinéma et dans le doublage en tant que comédienne et directrice de plateau. Elle a obtenu en 2000 le premier prix du Conservatoire de Bruxelles.

Mon avis : (écouté en février 2016)
Tous les jours de la semaine, Rachel prend le train, assise toujours à la même place, elle observe une petite maison et le couple qui y vit. Elle imagine leur vie de couple idéal, mais un jour elle voit la femme en compagnie d'un autre homme... 
Quelques jours plus tard, la femme, Megan Hipwell, est portée disparue...
Rachel décide de s'intéresser à cette disparition, de rencontrer le mari, de témoigner...
Mais Rachel n'est pas un témoin fiable, elle est alcoolique, elle a perdu son travail et elle habitait autrefois dans la même rue que Megan... Son ex-mari, Tom, y habite toujours avec Anna, sa nouvelle femme, et leur bébé.
Prenant moi-même le train tous les matins et soirs pour aller travailler, j’avais très envie de lire ce livre... Il est vrai que de mon côté, je suis plus souvent le nez dans un livre qu’en train d’observer les maisons et leurs occupants que je croise...
J’ai eu un peu de mal au début à entrer dans l'histoire... je ne m'y retrouvais pas dans l'alternance du récit entre les trois narratrices (Rachel, Megan puis Anna). Puis j'ai été accroché par l'intrigue et je n'ai plus lâché le livre...
La construction du livre avec ses 3 narratrices est très efficace, il donne un vrai rythme au roman et multiplie les interrogations.
Les personnages de Rachel, Megan et Anna sont très intéressants, ils se dévoilent peu à peu.
Je regrette quelques longueurs et quelques répétitions inévitables avec le système des différents points de vues.
J'ai cependant passé un bon moment de lecture audio avec de très bonnes lectrices !

Autres avis : Estelle, SylireSandrineMeuraie

 

Extrait : (début du livre)
Vendredi 5 juillet 2013

Matin
Une pile de vêtements repose au bord de la voie ferrée. Un tissu bleu clair – une chemise, j’imagine – entortillé dans quelque chose d’un blanc sale. Ce sont probablement des vieux habits à jeter échappés d’un paquet balancé dans le petit bois miteux un peu plus haut, près de la berge. Peut-être que ce sont des ouvriers qui travaillent sur cette partie des rails qui les ont laissés là, ce ne serait pas la première fois. Peut-être que c’est autre chose. Ma mère répétait à l’envi que j’avais une imagination débordante. Tom aussi me le disait. Je ne peux pas m’en empêcher : dès que j’aperçois des haillons abandonnés, un T-shirt sale ou une chaussure isolée, je pense à l’autre chaussure et aux pieds qu’elles enveloppaient.
Un crissement strident puis le train s’ébranle et repart. La petite pile de vêtements disparaît de ma vue et nous roulons pesamment vers Londres, à la vitesse d’un joggeur bien entraîné. Quelqu’un dans le siège derrière le mien, irrité, pousse un soupir impuissant ; la lenteur du 8 h 04 qui va d’Ashbury à la gare d'Euston est capable de faire perdre patience au banlieusard le plus désabusé. En théorie, le voyage dure cinquante-quatre minutes. En pratique, c’est une autre histoire : cette portion de la voie de chemin de fer est une antiquité décrépie en perpétuel chantier, émaillée de feux de signalisation défectueux. 
Au ralenti, le train passe en cahotant près d’entrepôts, de châteaux d’eau, de ponts et de cabanons, de modestes demeures victoriennes qui tournent fermement le dos aux rails.
La tête appuyée contre la vitre du train, je regarde défiler ces maisons, comme un travelling au cinéma. J’ai une perspective unique sur elles ; même leurs habitants ne doivent jamais les voir sous cet angle. Deux fois par jour, je bénéficie d’une fenêtre sur d’autres vies, l’espace d’un instant. Il y a quelque chose de réconfortant à observer des inconnus à l’abri, chez eux.
Un téléphone sonne, une chansonnette incongrue, trop enjouée pour ce trajet. La personne met du temps à répondre et la sonnerie retentit longuement dans l’atmosphère. Autour de moi, mes compagnons de voyage remuent sur leur siège, froissent leur journal et pianotent sur leur clavier d’ordinateur. Le train fait une embardée et penche dans le virage avant de ralentir en approchant du feu rouge. J’essaie de ne pas lever les yeux, de me concentrer sur le quotidien gratuit qu’on m’a tendu alors que j’entrais dans la gare, mais les mots se brouillent devant moi et rien ne parvient à capter mon attention. Dans ma tête, je vois toujours cette petite pile de vêtements au bord des rails, abandonnée.

Soir
Mon gin tonic en canette frémit quand je le porte à mes lèvres pour en prendre une gorgée, fraîche et acidulée : le goût de mes toutes premières vacances avec Tom, dans un village de pêcheurs sur la côte basque, en 2005. Le matin, on nageait les sept cents mètres qui nous séparaient d’une petite île pour aller faire l’amour sur des plages secrètes ; l’après-midi, on s’asseyait au bar et on buvait des gin tonics amers, très alcoolisés, en regardant des nuées de footballeurs du dimanche faire des parties à vingt-cinq contre vingt-cinq sur le sable mouillé.
Je prends une autre gorgée, puis une troisième ; la canette est déjà à moitié vide mais ce n’est pas grave, j’en ai trois autres dans le sac en plastique à mes pieds. C’est vendredi, alors je n’ai pas à culpabiliser de boire dans le train. Super, c’est le week-end. En route pour l’aventure. 
D’ailleurs, à en croire la météo, ça va être un très beau week-end. Un soleil radieux dans un ciel sans nuages. Avant, on aurait peut-être pris la voiture jusqu’à la forêt de Corly avec un pique-nique et des journaux, et on aurait passé l’après-midi allongés sur une couverture à boire du vin, la peau tachetée par les rayons du soleil s’insinuant entre les feuilles des arbres. On aurait pu organiser un barbecue dans le jardin avec des amis, ou aller au Rose, sur les tables à l’extérieur, laisser la chaleur nous rougir le visage au fil des heures, on serait rentrés à pied en zigzaguant, bras dessus, bras dessous, avant de s’endormir sur le canapé.
Un soleil radieux dans un ciel sans nuages, personne à voir, rien à faire. Vivre comme je le fais, c’est plus difficile l’été, avec ces journées si longues, si peu d’obscurité où se dissimuler, alors que les gens sortent se promener, leur bonheur est si évident que c’en est presque agressif. C’est épuisant, et c’est à vous culpabiliser de ne pas vous y mettre, vous aussi.
Le week-end s’étire devant moi, quarante-huit longues heures à occuper. Je porte de nouveau la canette à mes lèvres, mais elle est déjà vide.

Challenge Voisins, Voisines
voisins voisines 2016
Angleterre

Posté par aproposdelivres à 08:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,