les gens dans l'enveloppe JC Lattès - septembre 2015 - 370 pages

Quatrième de couverture :
En juin 2012, j’ai acheté sur Internet un lot de 250 photographies d’une famille dont je ne savais rien. Les photos me sont arrivées dans une grosse enveloppe blanche quelques jours plus tard. Dans l’enveloppe, il y avait des gens à la banalité familière, bouleversante. Je n’imaginais alors pas l’aventure qu’elle me ferait vivre.
J’allais inventer la vie de ces gens puis je partirais à leur recherche. Un soir, j’ai montré l’enveloppe à mon meilleur ami, Alex Beaupain. Il a dit : « On pourrait aussi en faire des chansons. » L’idée semblait folle.
Le livre contient un roman, un album photo, le journal de bord de mon enquête et un disque, interprété par Alex, Camelia Jordana, Clotilde Hesme et Françoise Fabian. Les gens de l’enveloppe ont prêté leur voix à deux reprises de chansons qui ont marqué leur vie.
Les gens dans l’enveloppe est ainsi un objet littéraire moderne et singulier. Faisant œuvre de vies ordinaires, il interroge le rapport entre le romancier et ses personnages. Il est surtout l’histoire d’une rencontre, entre eux et moi.

Auteur : Isabelle Monnin est l’auteur des Vies extraordinaires d’Eugène, de Second tour ou les bons sentiments et de Daffodil Silver.

Mon avis : (lu en décembre 2015)
J'étais très curieuse de découvrir ce livre quand j'ai eu l'occasion d'entendre l'auteur raconter son concept. Pour quelques euros, Isabelle Monin a acheté uu lot de 250 photos de famille de gens qu'elle ne connaissait pas. A partir de ces photos, elle a cherché à imaginer l'histoire de la vie de ces gens : des femmes, une petite fille et quelques hommes.
Isabelle Monin est également journaliste donc après l'écriture de son roman (1ère partie du livre), elle ne peut s'empêcher d'enquêter pour rechercher les "vrais gens" des photos. 
J'ai trouvé plutôt sympatique cette lecture, j'ai surtout aimé la partie enquête du livre. J'ai trouvé la partie roman assez plate, l'histoire n'est pas originale, même si la petite fille Laurence est touchante. Sa mère est absente, elle vit avec son père et sa grand-mère.
La partie enquête dévoile une histoire de famille bien plus palpitante et dont le personnage central n'est pas celui qu'Isabelle Monin a choisi... Les "vrais gens" sont beaucoup plus émouvants et la rencontre entre Isabelle Monin et cette famille est bouleversante de simplicité et de gentillesse.
En bonus, il y a un disque d'Alex Beaupain inspiré par la démarche d'Isabelle Monin. J'ai failli oublier de l'écouter car j'ai lu le livre pendant les vacances dans une maison sans chaîne hi-fi. C'est donc une heure avant d'aller rendre le livre à la Bibliothèque que j'ai découvert ce CD, très sympa et agréable à écouter : des chansons originales interprétées par Alex, Camelia Jordana, Clotilde Hesme et Françoise Fabian et deux reprises avec la participation des gens de l'enveloppe.
Autres avis : Cuné, GeorgeSandrine

Extrait : (début du livre)

1978
Depuis qu'elle est partie je mange à sa place. ça s'est fait comme ça, je me mets en face de lui et j'essaye de ne pas voir comme il est triste. Ce que je préfère, c'est étudier la nappe. Je cherche les traces que ses couverts ont laissées - elle jouait souvent avec sa fourchette, elle enfonçait les dents dans la toile cirée, ça creusait des petites rigoles, on aurait dit des autoroutes, et j'inventais des voitures en mie de pain. Je me mets au ras de la table pour bien l'examiner. Si j'avais un microscope, je verrais mieux. Je vais commander ça à Noël, tiens, un microscope.
Il guette sur mon visage des souvenirs d'elle, je le sais, cette manière de me regarder qu'il a maintenant. Avant, je veux dire quand elle était là, ils ne me regardaient pas tellement, je veux dire ils ne faisaient pas tellement l'action de me regarder. S'ils me voyaient ils me voyaient mais la plupart du temps j'étais plutôt invisible, un peu comme une pierre ou un arbre qui est là mais qu'on ne remarque pas, ce n'était pas comme aujourd'hui, ce silence et ses yeux posés qui me gênent alors je mets mes cheveux devant mes yeux et il râle qu'on ne me voit plus. Parfois ça l'énerve trop il les écarte d'un coup avec ses gros doigts et je sors un regard d'orpheline, exprès.
J'étais invisible mais j'avais le pouvoir magique de tout voir, même la transparence des gens je la voyais et ils ne le savaient pas.

C'est la coupe du monde de football. postée tout près de la télé, je la cherche dans les tribunes, c'est un grand travail tellement il y a de gens. Il faudrait pouvoir photographier toutes les images et les regarder à la loupe. Avec ma méthode, du coin en haut à gauche au coin en bas à droite, à toute vitesse et sans s'arrêter d'être concentrée, je pense que je ne la raterai pas. Pour l'instant je ne l'ai pas vue.
Je ne peux pas croire qu'elle est allée là-bas juste pour le foot. Elle n'aime pas tellement ça, toujours elle s'énerve quand papa met les matchs. Moi je chante Allez les bleus allez les bleus avec les garçons à l'école mais si doucement qu'ils ne m'entendent pas. J'aime bien Michel Platini, je trouve qu'il ressemble à papa. Hier il a mis un but contre l'Argentine. Mon père a crié Allez, on y croit ! Il était plus de minuit pour nous mais à peine sept heures pour elle.

logo_PetitBAC2016
Objet (1)

 Challenge 5%
rl2015
25/30