31 mars 2015

Joseph - Marie-Hélène Lafon

 LOGOTYPE-2015

9782356419323-T (1) joseph

Audiolib - mars 2015 - 3h - Lu par Marie-Christine Barrault

Buchet Chastel - août 2014 - 144 pages

Quatrième de couverture : 
Joseph est ouvrier agricole, dans une ferme du Cantal. Mais ce nouveau roman de Marie-Hélène Lafon n’est en rien un « roman paysan » nostalgique, nourri de « couleur locale » : la ferme où il vit n’ignore ni les ordinateurs ni les congélateurs.
Et le dimanche, au bistrot du village, quand il a un peu trop bu, les phrases de Joseph miment celles des animateurs populaires de la télévision. La virtuosité de Joseph est ailleurs : justement dans la position qu’a son héros d’intermédiaire entre deux mondes, deux rythmes – celui, immuable, de la « terre » dont il a la charge, des jours, des saisons, et celui d’une modernité qui bouscule les modes de vie. Mais peut-on impunément « rester, en regardeur, au bord » d’une faille qui s’élargit ?
Il fallait tout le très grand talent de Marie-Christine Barrault pour rendre les ambiguïtés de ce roman subtil, qui se refuse à la fois aux nostalgies passéistes et aux engouements de la modernité brutale.

Auteur : Marie-Hélène Lafon est née en 1962 à Aurillac. Professeur agrégée de grammaire, elle enseigne dans un collège à Paris. Le Soir du Chien, son premier roman, paru en 2001, a reçu le prix Renaudot des Lycéens. Depuis, elle a publié sept romans et deux recueils de nouvelles.

Lecteur : En quarante ans d’une brillante carrière au théâtre, au cinéma et à la télévision,Marie-Christine Barrault a combiné tous les genres, de la comédie au drame.C’est d’abord le cinéma qui la fait connaître avec Ma nuit chez Maud de Rohmer.Au théâtre, elle incarne les héroïnes de Tchékov, Claudel ou Duras et latélévision fait d’elle une inoubliable Marie Curie. Elle a brillé sur scène avecL’Allée du Roi de Françoise Chandernagor, ou Opening Night de John Cromwell. 

Mon avis : (écouté en mars 2015)
Avant de recevoir ce livre audio, j'ai eu l'occasion de lire ce livre sous forme papier. Et j'ai eu du mal à apprécier cette lecture : Que les phrases sont longues et ce style n'est vraiment pas à mon goût, le livre comporte peu de pages mais ce style assez vieillot alourdi le propos et sous forme papier, j'ai trouvé que ce livre n'en finissait pas.

J'ai donc été agréablement surprise par la version audio lu par Marie-Christine Barrault que j'ai trouvé plus agréable à écouter qu'à lire. Joseph est un ouvrier agricole âgé de presque soixante ans, c'est un taiseux, un solitaire. Il a trouvé un équilibre et une sérénité dans le quotidien immuable de la ferme où il vit et travaille pour un patron et une patronne. Il a une mémoire infaillible et revient sur les souvenirs de sa vie qui a eu quelques hauts et bas. Joseph est assez attachant.

En bonus, il y a un entretien avec l'auteur et un chapitre lu par l'auteur. Ella dit son admiration pour Flaubert et comment elle a eu eu envie de se mettre à écrire. 

Autre avis : Un autre endroit

Extrait : (début du livre)
Les mains de Joseph sont posées à plat sur ses cuisses. Elles ont l’air d’avoir une vie propre et sont parcourues de menus tressaillements. Elles sont rondes et courtes, des mains presque jeunes comme d’enfance et cependant sans âge. Les ongles carrés sont coupés au ras de la chair, on voit leur épaisseur, on voit que c’est net, Joseph entretient ses mains, elles lui servent pour son travail, il fait le nécessaire. Les poignets sont solides, larges, on devine leur envers très blanc, charnu, onctueux et légèrement bombé. La peau est lisse, sans poil, et les veines saillent sous elle. Joseph tourne le dos à la télévision. Ses pieds sont immobiles et parallèles dans les pantoufles à carreaux verts et bleu marine achetées au Casino chez la Cécile ; ces pantoufles sont solides et ne s’usent presque pas, leur place est sur l’étagère à droite de la porte du débarras. La patronne appelle comme ça la petite pièce voûtée qui sépare la laiterie de la cuisine ; elle préfère que les hommes passent par là au lieu d’entrer directement par la véranda, c’est commode ça évite de trop salir surtout s’il fait mauvais ou quand ils remontent de l’étable avec les bottes. Cette patronne ne va pas à l’étable, elle s’occupe du fromage, tient sa maison et dit que dans une ferme il faut dresser les hommes pour qu’ils respectent le travail des femmes. Au moment des repas les pantoufles de Joseph glissent sur le carrelage luisant et marron ; Joseph ne laisse pas de traces et ne fait pas de bruit. Il s’applique aussi pour ne pas sentir, il a appris en vieillissant ; dans sa jeunesse, on faisait moins attention à ces choses. Il ne se lave pas dans la salle de bains des patrons qui donne sur le couloir du bas ; on n’en a pas parlé quand il est entré dans cette ferme mais il a compris qu’il devrait utiliser le lavabo du débarras ou celui de l’étable, qu’il préfère parce qu’il sait à quel moment il sera tranquille pour la grande toilette alors que dans le débarras, on dit aussi l’arrière-cave, il aurait toujours peur de se retrouver en slip, en chaussettes, ou en maillot, ou même pire, devant la patronne, le patron, ou le fils qui traversent et ne frappent pas avant d’entrer puisqu’ils sont chez eux. Le chien reste avec lui quand il fait la grande toilette, à côté du lavabo mais un peu à l’écart pour ne pas être éclaboussé et toujours du côté des sacs de farine contre lesquels il appuie son arrière-train ; le chien se repose et suit les gestes de Joseph, il penche la tête à droite à gauche, il a l’air perplexe et ses oreilles douces frémissent inexplicablement, parfois on dirait qu’il rit et se moque des humains qui ont besoin de toutes ces fantaisies. Ce chien s’appelle Raymond, il est déjà vieux, il a au moins douze ans ; au début Joseph était gêné d’utiliser pour un chien le prénom de son père qui est mort depuis presque trente-six ans mais quand même ; ensuite il a pensé que ce prénom était parfait pour un chien comme celui-là, un chien blanc et noir au pelage luisant et souple, surtout entre les pattes de devant, sur le poitrail, un chien qui est toujours au bon endroit au bon moment quand on a besoin de lui ; il rassemble les bêtes sans aboyer et sans mordre, même les jeunes, même par temps d’orage, et même les cochons ; il apparaît il se montre il fait sa ronde et trotte menu et décrit une courbe, plus ou moins à distance et au large du troupeau selon la configuration du terrain, le nombre des animaux, leur état d’énervement, leur degré de dispersion dans le pré ou l’enclos ; ce chien sait aussi gober proprement les œufs, un œuf par jour ni plus ni moins, et cacher la coquille percée d’un petit trou dans le tas de paille derrière la porte de la grange. Un chien comme celui-là il faudrait qu’il ne meure pas, jamais, il serait presque mieux qu’une personne.

 Challenge Petit Bac 2015 
98438537_o
Prénom (4)

Challenge 7% Rentrée Littéraire 2014 
challengerl2014_150
38/42

Déjà lu du même auteur :

les_pays  Les pays 

Posté par aproposdelivres à 20:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,