31 décembre 2014

L'année 2014 en chiffres...

Mes lectures au cours de l'année 2014

Nombre de lectures assez proche entre 2014 (194) et 2013 (200)

stat_2013_2014

*  *  *

Par genre

Sans contestation, les romans sont au 1er rang, les BD au 2ème rang et les polars au 3ème rang

stat_genres

avec 26 lectures audio (soit 13 %)

*  *  *

Par sexe de l'auteur

stat_auteur

Il y a 2/3 d'auteurs masculin pour 1/3 d'auteures féminines.
Pour les romans, c'est équilibré avec un peu plus d'auteurs féminines
et c'est même supérieur pour les lectures jeunesses.
Pour les polars et surtout les BD, c'est toujours très déséquilibré !

 

 *  *  *

Par nationalité de l'auteur

Roman pour adultes

stat_roman

Presque 2/3 de romans français, puis 1/5 de romans européens

Polar, roman noir, thriller 

 stat_polar

Pour les polars, l'Europe est la grande gagnante suivie de la France

 

Tous genres confondus, j'ai lu des livres de 21 nationalités différentes dont 13 en Europe...
Après la France(127), les grands gagnants sont les USA (16) et la Suède (9)

*  *  *

En moyenne 329 visiteurs par jour, le maximum étant de 819, le 29 mai 2014 ! 
Le livre du jour (que j'ai caractérisé comme un coup commercial) a attiré les foules...

Merci à tous pour vos visites et vos commentaires.

A l'Année Prochaine !

Posté par aproposdelivres à 15:32 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


29 décembre 2014

C'est lundi, que lisez-vous ? [203]

91950711

C'est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane  

Qu'est-ce que j'ai lu cette semaine ? 

100377466 un homme effacé Couv_210981

Ces instants-là - Herbjørg Wassmo 
Un homme effacé - Alexandre Postel 
Les vieux fourneaux tome 1 - Wilfrid Lupano et Paul Cauuet

Qu'est-ce que je lis en ce moment ?

Un parfum d'herbe coupée - Nicolas Delesalle (partenariat Préludes)

Que lirai-je la  semaine prochaine ?

Sous les couvertures - Bertrand Guillot 
Lettres mortes de Robert Allison (partenariat Denoël)
Qui es-tu Alaska - John Green
Acquanera - Valentina D'Urbano (partenariat Philippe Rey)
La guerre d'hiver - Philip Teir (partenariat Albin Michel)

Bonnes lectures et bonne année 2015 !

Posté par aproposdelivres à 06:31 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

28 décembre 2014

Les vieux fourneaux tome 1 - Wilfrid Lupano et Paul Cauuet

Couv_210981 Dargaud - avril 2014 - 56 pages

Quatrième de couverture : 
Pierrot, Mimile et Antoine, trois septuagénaires, amis d'enfance, ont bien compris que vieillir est le seul moyen connu de ne pas mourir. Quitte à traîner encore un peu ici-bas, ils sont bien déterminés à le faire avec style : un oeil tourné vers un passé qui fout le camp, l'autre qui scrute un avenir de plus en plus incertain, un pied dans la tombe et la main sur le coeur. Une comédie sociale aux parfums de lutte des classes et de choc des générations, qui commence sur les chapeaux de roues par un road-movie vers la Toscane, au cours duquel Antoine va tenter de montrer qu'il n'y a pas d'âge pour commettre un crime passionnel.

Auteurs : Paul Cauuet est né le 11 juin 1980 à Toulouse. Dès l'enfance, le dessin est une véritable passion pour lui, grâce à l'encouragement et aux conseils de sa famille, ainsi qu'à la plongée dans la bande dessinée, d'abord avec Tintin, Astérix, puis avec Blake et Mortimer, Jeremiah, L'Incal ... Le dessin ayant toujours accompagné sa scolarité, il prolonge sa passion dans ses études d'Arts Appliqués à l'Université Toulouse Le Mirail. C'est durant cette période qu'il rencontre Guillaume Clavery, scénariste. Leur premier projet de BD est publié en 2003 aux Editions Delcourt : « Aster » une série en 4 tomes, mêlant aventure, quête initiatique, paysages oniriques et mythologie orientale. En 2010, il collabore avec le scénariste Wilfrid Lupano, qu'il connaît depuis quelques temps déjà, pour « L'Honneur des Tzarom » aux Editions Delcourt, une série en 2 tomes, une comédie spatiale narrant les aventures loufoques et déjantées d'une famille de gitans du futur. Humour débridé, action rocambolesque, décors fantastiques et aliens en tout genre font de cette série une véritable récréation à grand spectacle. La fusion improbable entre l'univers de Georges Lucas et l'ambiance des films d'Emir Kusturica. Depuis 2012, il travaille au sein de l'atelier « La Mine », à Toulouse. A la fois, atelier de travail et lieu associatif qui propose des cours et stages de BD, ateliers de modèles vivants, et autres rencontres mêlant les différents acteurs du monde du 9ème art de la Ville Rose et de sa région. En 2014, Paul Cauuet et Wilfrid Lupano se retrouvent pour une nouvelle série « Les Vieux Fourneaux » éditée aux Editions Dargaud. C'est une comédie sociale aux parfums de lutte des classes et de choc des générations qui met en scène trois septuagénaires, amis d'enfance, bien décidés à profiter du peu de temps qu'il leur reste. C'est une histoire qui mêle humour, tendresse, nostalgie, sujets de société (travail, écologie, politique,...) et une certaine vision du monde actuel.
Wilfrid Lupano est né à Nantes en 1971, mais c'est à Pau qu'il passe la plus grande partie de son enfance. Une enfance entourée des BD de ses parents, même si c'est surtout à une pratique assidue du jeu de rôle qu'il doit son imaginaire débridé et son goût pour l'écriture. Plus tard, il travaille dans les bars pour financer ses études – un peu de philo et une licence d'anglais –, il y rencontre deux futurs amis et associés, Roland Pignault et Fred Campoy. Ensemble, ils réalisent un western humoristique, Little Big Joe (Delcourt), dont le premier tome paraît en 2001. Il récidive avec Virginie Augustin et Alim le tanneur, un récit fantastique en quatre tomes, qu'il termine en 2009. Entre-temps, sa carrière est lancée, et il enchaîne les titres : L'assassin qu'elle mérite, L'Homme qui n'aimait pas les armes à feu, Le Singe de Hartlepool, Azimut... En 2014, Wilfrid Lupano obtient le Fauve du meilleur polar avec Ma Révérence.

Mon avis : (lu en décembre 2014)
Pierrot, Mimile et Antoine, trois amis d'enfance se retrouvent à l'enterrement de Lucette, la femme d'Antoine. Le lendemain des obsèques, Antoine découvre chez le notaire une lettre écrite par Lucette qui lui révèle un lourd secret. Furieux, Antoine part en Toscane. Pierre et Mimile, comprennent qu'Antoine risque de faire une grosse bêtise et ils décident de partir à sa poursuite, avec Sophie, la petite fille d’Antoine, enceinte de 7 mois, qui a repris la suite de sa grand-mère avec son théâtre itinérant du Loup en Slip...
L'histoire est rythmée, pleine d'humour, les trois "vieux fourneaux" sont insupportables, impertinents et attachants. Pierrot ancien syndicaliste n'a jamais lâché les combats. Ils sont tous les trois restés jeunes dans leur tête...
La présence de Sophie génère des conflits de générations car parfois elle n'en peut plus de ces vieux : "Vous êtes inconséquents, rétrogrades, bigots, vous votez à droite, vous avez sacrifié la planète, affamé le tiers-monde !
En quatre-vingts ans, vous avez fait disparaître la quasi-totalité des espèces vivantes, vous avez épuisé les ressources, bouffé tous les poissons ! Il y a cinquante milliards de poulet élevés en batterie chaque année dans le monde, et les gens crèvent de faim !
Historiquement, vous... VOUS ÊTES LA PIRE GENERATION DE L'HISTOIRE DE L'HUMANITE !
Et un malheur n'arrivant jamais seul, vous vivez HYPER vieux !"
C'est une belle histoire d’amitié, sur fond de lutte des classes, les dialogues sont savouruex, le road trip est pleins de rebondissements et l'album s'achève sur une trouvaille de Sophie qui donne envie de se procurer le tome 2 !

Autres avis : JérômeNouketteYaneck, Canel

Extrait : (début du livre)

1454_P1 1454_P2

1454_P3 1454_P4

1454_P5 1454_P6

1454_P7 1454_P8

 

 

Posté par aproposdelivres à 11:35 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

27 décembre 2014

Un homme effacé - Alexandre Postel

Lu en partenariat avec les éditions Folio

un homme effacé

Gallimard - janvier 2013 - 256 pages

Folio - octobre 2014 - 274 pages

Prix Goncourt du premier roman 2013

Quatrième de couverture :
« Quoi qu’il arrive, il faut vous faire à l’idée que vous ne ressortirez pas blanchi du tribunal. C’est une illusion de croire ça. On ne ressort pas blanchi d’un procès comme celui-ci. Soit on en ressort sali, soit on n’en ressort pas du tout. » Damien North est un professeur de philosophie dans une université cossue. Sa vie bascule le jour où il est accusé de détention d’images illicites, mettant en scène des enfants. L’inculpé a beau se savoir innocent, un terrible engrenage commence tout juste à se mettre en marche… Alexandre Postel décrit avec acuité la farce des conventions sociales, les masques affables sous lesquels se cachent le pouvoir, la jalousie ou le désir de nuire - et les dérives inquiétantes d’une société fascinée par les images.
Auteur : Alexandre Postel est né en 1982. Il enseigne la littérature française à Paris. Un homme effacé a reçu le prix Goncourt du premier roman 2013 et le prix Landerneau découverte 2013.

Mon avis : (lu en décembre 2014)
Damien North est un jeune enseignant de philosophie à l'université, veuf et célibataire, il est plutôt solitaire et discret. Un jour, il est accusé d'avoir téléchargé des fichiers pédopornographiques. C'est impossible, il n'a rien fait et voilà la machine judiciaire qui se met en route implacablement. Devenu un coupable malgré lui, Damien North est lâché par ses proches, son avocat lui conseille de plaider coupable pour obtenir la clémence du juge. Mais toutes les preuves sont vraiment contre et lui et le cauchemar continue pour lui. L'histoire est construite comme un suspens avec ses rebondissements, et l'angoisse de l'innocent accusé à tort. Quand et comment cela va-t-il s'arrêter ?

Merci Anna et les éditions Folio pour la découverte de cette histoire qui fait froid dans le dos.

Extrait : (début du livre)
Quelques heures avant que l’épouvante et la honte ne s’abattent sur sa vie, Damien North téléphonait au service informatique de la faculté, ce qui le mettait toujours mal à l’aise. Sa gêne ne résultait ni de ses relations avec tel ou tel informaticien, ni du dédain que professaient à l’encontre de la technologie la plupart de ses collègues, mais d’une impression troublante : l’impression d’être confronté aux émissaires d’une entité immatérielle et omnipotente, en d’autres termes à des anges, mais des anges d’un genre nouveau, ni radieux ni virevoltants, des anges qui au contraire se terraient, moroses et tout de noir vêtus, dans des sous-sols sentant la pizza froide et le renfermé — les anges d’un Dieu d’échec et de refus.
Son incompétence le poussant à solliciter plus souvent qu’un autre le service informatique, North avait en outre acquis, d’appel en appel, la certitude d’être toujours un peu plus connu de ces anges équivoques, repéré, montré du doigt, au point de devenir un de ces habitués dont on raconte en s’esclaffant la dernière gaffe, un importun qu’on écoute, le sourire aux lèvres, en clignant de l’œil pour attirer l’attention des collègues. Cette intuition n’était étayée d’aucune preuve, mais North était enclin à percevoir les choses ainsi car il était timide et par conséquent susceptible : d’imaginer que chacun de ses appels faisait les choux gras du service informatique le mortifiait. De là son inconfort lorsqu’il se résolut enfin, aux alentours de dix heures du matin, à s’emparer du téléphone.
Il s’était aperçu du problème dès le réveil. Espérant que la situation s’arrangerait d’elle-même, il avait repoussé aussi longtemps que possible le coup de fil et s’était plongé dans la lecture d’un recueil d’articles sur Descartes et l’Optique. Mais maintenant il était temps de partir pour le campus et rien n’avait changé. Assis dans un angle du salon, son ordinateur portable sur les genoux, North composa le numéro du service.
Il y eut plusieurs sonneries. Ils le faisaient exprès, North en était persuadé, pour dissuader les plaisantins ; pour le dissuader ? Il tourna la tête vers la baie vitrée. Le jardin sortait de sa nuit. La gelée qui blanchissait la pelouse aux premières heures du jour avait disparu. La lumière de février, éblouissante et pâle, frappait le mur d’enceinte. Tout au fond, les rameaux dénudés du mûrier-platane se détachaient avec une netteté hérissée sur le ciel bleu. Il faudrait les tailler, bientôt.
— Oui ?
Les anges ne s’encombrent pas de formalités.
— Bonjour, je suis bien au service informatique ?
— Je vous écoute.
Une voix distante, en désaccord avec les mots qu’elle articulait, la voix d’un homme en train de faire autre chose. North distinguait à l’arrière-plan un cliquetis continu de clavier. Il prononça les quelques mots qu’il avait préparés :
— Je vous appelle parce que j’ai un petit problème. Mon ordinateur est sur le réseau de la faculté et... je n’arrive pas à me connecter. Quand je tape mon mot de passe, il y a un écran qui me dit : accès refusé.
— Accès refusé ?
Le cliquetis du clavier s’était interrompu. North, enhardi, risqua une hypothèse :
— Je me demandais si par hasard vous étiez en train d’effectuer une opération de maintenance.
L’ange répondit par une autre question :  — Vous avez essayé de booter votre BIOS ?
— Pardon... vous dites ?
Un soupir.
— La séquence boot du BIOS, vous savez l’activer ?
— Rappelez-moi comment faire...
Le combiné du téléphone coincé entre l’épaule et l’oreille, il suivit les instructions de l’ange jusqu’au point où, la manœuvre accomplie, il ne restait plus qu’à attendre le redémarrage du système. Il y en aurait pour une petite minute, assurait l’ange : pas assez longtemps pour justifier une interruption de la communication (« je vous rappelle quand ça y est »), trop pour que le silence ne devînt pas gênant. De l’autre côté, le clavier cliquetait de nouveau, par intermittence. North crut aussi entendre un bruit répété de déglutition. L’ange devait boire son café matinal — un café au lait, supposait North, agrémenté de cannelle ou de caramel, de ceux qu’on vous sert dans des gobelets gros comme le duodénum. L’ange avait une voix à aimer ce genre de choses : une voix fade et crémeuse.
Enfin il put entrer son mot de passe.
— Toujours pareil. Accès refusé.

Posté par aproposdelivres à 12:27 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,


26 décembre 2014

Challenge Petit Bac 2015

98438537_o

Durant le mois de décembre, je me suis ré-inscrite au Challenge Petit BAC pour 2015 organisé par Enna,
il s'agit de lire des romans ayant dans leurs titres un mot correspondant aux différentes rubriques
du "Petit BAC". Au moins 1 livre pour chacune des rubriques.
Cette année, il y a de nouvelles rubriques...

 Voici ma liste : 
avec quelques livres déjà dans ma PAL perso ou empruntés à la Bibliothèque...

 Prénom :
(fille ou garçon ou surnom)

 9782505061632_1_75 Charly-9-couv 101938617 (1) 9782356419323-T (1) tom l'éclair 9782226317148g 105626639107640216

 Les vieux fourneaux tome 2 : Bonny and Pierrot - Wilfrid Lupano et Paul Cauuet (1) 
Charly
9 - Richard Guérineau d'après Jean Teulé (2) 
Oona et Salinger - Frédéric Beigbeder (3) 
Joseph - Marie-Hélène Lafon (4) 
Comment Thomas Leclerc 10 ans 3 mois et 4 jours est devenu Tom l'Eclair et a sauvé le monde... - Paul Vacca (5) 
Les nuits de la Saint-Jean - Viveca Sten
Camille, mon envolée - Sophie Daull (7) 
Paul en appartement - Michel Rabagliati (8)

Lieu  :
(réel ou imaginaire, ville, pays, continent, ou lieu géographique naturel)

CVT_Qui-es-tu-Alaska-_5671 un hiver à paris 103232781 105501958 le pays où 107399654 104440838

Qui es-tu Alaska ? - John Green (1) 
Un hiver à Paris - Jean-Philippe Blondel (2) 
Un Océan D'amour - Lupano et Panaccione (3) 
Les nuits de Reykjavik - Arnaldur Indridason (4) 
Le pays où l'on arrive jamais - André Dhôtel (5) 
Berezina - Sylvain Tesson (6) 
L'île du Point Némo - Jean-Marie Blas de Roblès (7)



Animal : (réel ou imaginaire)

l'effet papillon six fourmis blanches 9782356417251-T 102910076 (1) 105621445 106267352 106786777 

 L'effet papillon - Jussi Adler Olsen (1) 
Six fourmis blanches - Sandrine Collette (2) 
Trois mille chevaux-vapeur - Antonin Varenne (3) 
Les loups blessés - Christophe Molmy (4)
Dent d'ours - tome 3 - Werner - Yann et Henriet (5)
Les Crocodiles - Thomas Mathieu (6) 
Mamette, Tome 6 : Les papillons - Nob (7)

  Objet :

un parfum d'herbe coupée n'entre pas dans mon ame 9782356417145-T 102696527 (1) 105626630 107590612 123 foulard

Un parfum d'herbe coupée - Nicolas Delesalle (1) 
N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures - Paola Pigani (2) 
Le vieux qui lisait des romans d'amour - Luis Sepulveda (3) 
La Bibliothèque des cœurs cabossés - Katarina Bivald (4) 
Le Secret de la manufacture de chaussettes inusables - Annie Barrows (5) 
Le Papyrus de César - Jean-Yves Ferri, Didier Conrad (6) 
1, 2, 3... foulard - Eric Sanvoisin (7)



Couleur :

la couleur du lait l'apache aux yeux mamette,-tome-2---l-age-d-or-96242-250-400 mamette_4 105500966 noir septembre 9782226318176m

La Couleur du lait - Nell Leyshon (1) 
L'Apache aux yeux bleus - Christel Mouchard (2) 
Mamette, Tome 4 : Entre ciel et terre - Nob (3)
Mamette, Tome 2 : L'âge d'or - Nob (4) 
Les amandes vertes, Lettres de Palestine - Anaële et Delphine Hermans (5) 
Noir Septembre - Inger Wolf (6)
La piste noire - Åsa Larsson (7)

Pronom personnel sujet :

si j'étais un rêve 9782756035505_1_75 nous sommes tous des exceptions sais-tu pourquoi la meilleure d'entre nous on ne voyait Et tu es revenu

 Si j'étais un rêve... - Charlotte Bousquet (1) 
Ce n'est pas toi que j'attendais - Fabien Toulmé (2) 
Nous sommes tous des exceptions - Ahmed Dramé (3)
Sais-tu pourquoi je saute ? - Naoki Higashida (4)
La meilleure d'entre nous - Sarah Vaughan (5)
On ne voyait que le bonheur - Grégoire Delacourt (6) 
Et tu n'es pas revenu - Marceline Loridan-Ivens (7)

Titre en un seul mot :

book_261 9782356418562-T 9782356418470-T refuges  106019627 105625583 afghanes-191225-250-400 107462735

Acquanera - Valentina D'Urbano (1) 
Constellation - Adrien Bosc (2) 
Yeruldelgger - Ian Manook (3) 
Refuges - Annelise Heurtier (4) 
Checkpoint - Jean-Christophe Rufin (5) 
Macadam - Jean-Paul Didierlaurent (6) 
Afghanes - Suzanne Fisher Staples (7)
Carthage - Joyce Carol Oates (8)

Taille : 
(tout ce qui désigne une taille, grandeur, grosseur ou mots associés)

101573522 avenue des geants 103406830 104254447 parsons

Le Grand désordre - Alzheimer, ma mère et moi - Sarah Leavitt (1)
L'avenue des Géants - Marc Dugain (2) 
La Surface de réparation - Alain Gillot (3) 
Les petits vieux d'Helsinki - Minna Lindgren(4) 
Des garçons bien élevés - Tony Parsons (5)
Le strict maximum - Charlie Poppins
20 pieds sous terre - Charlotte Erlih

Musique :

henry k larsen book_faces 103195593 si j'étais un rêve 9782330048204 9782356419347-T si c'est un homme 107105931

Le journal malgré lui de Henry K. Larsen - Susin Nielsen (1) 
Faces B - François Thomazeau (2)
Danser les ombres - Laurent Gaudé (3) 
Si j'étais un rêve... - Charlotte Bousquet (4) 
La coloc - Jean-Philippe Blondel (5) 
La vérité et autres mensonges - Sascha Arango (6) 
Si c'est un homme - Primo Levi (7)
A la poursuite de ma vie - John Corey Wharey (8)

Mort :

 product_9782207116210_195x320 la guerre d'hiver 9782356417268-T millenium4_ac 107410005 r_1870 (1) les-vieux-fourneaux-tome-3-celui-qui-part

Lettres mortes - Robert Allison (1)
La Guerre d'hiver - Philip Teir (2) 
En finir avec Eddy Bellegueule - Edouard Louis (3)
Millenium 4 - Ce qui ne me tue pas - David Lagercrantz (4) 
Les amis du Paradis - Caroline Vermalle (5) 
Un bonheur si fragile - tome 2 : Le drame - Michel David (6)
Les vieux fourneaux - tome 3 : Celui qui part (7)

Bonus : Gros mot

106019616

Tout foutre en l'air - Antoine Dole (1)

 

Récapitulatifs :

Challenge Petit BAC 2014 (9 lignes) 
Challenge Petit BAC 2013 (9 lignes)
Challenge Petit BAC 2012 (5 lignes)
Challenge Petit BAC 2011 (3 lignes)

Posté par aproposdelivres à 21:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 décembre 2014

Joyeux Noël

Paix, Amour, Fraternité et Santé !

Noel

C'est Noël tous les jours

C'est Noël chaque fois qu'on essuie une larme dans les yeux d'un enfant
C'est Noël chaque fois qu'on dépose les armes et chaque fois qu'on s'entend
C'est Noël chaque fois qu'on arrête une guerre et qu'on ouvre les mains
C'est Noël chaque fois qu'on force la misère à reculer plus loin

C'est Noël sur la terre chaque jour
Car Noël, mon frère, c'est l'Amour

C'est Noël quand nos coeurs oubliant les offenses sont vraiment fraternels
C'est Noël quand enfin se lève l'espérance d'un amour plus réel
C'est Noël quand soudain se taisent les mensonges faisant place au bonheur 
Et qu'au fond de nos vies, la souffrance qui ronge trouve un peu de douceur

C'est Noël sur la terre chaque jour.
Car Noël, ô mon frère, c'est l'Amour

C'est Noël dans les yeux du pauvre qu'on visite sur son lit d'hôpital
 C'est Noël dans le coeur de tous ceux qu'on invite pour un bonheur normal
C'est Noël dans les mains de celui qui partage aujourd'hui notre pain
C'est Noël quand le gueux oublie tous les outrages et ne sent plus sa faim

 C'est Noël sur la terre chaque jour
Car Noël, mon frère, c'est l'Amour

 


"C'est Noël tous les jours" de l'Ensemble Vocal l'Alliance

 

Posté par aproposdelivres à 06:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

23 décembre 2014

Ces instants-là - Herbjørg Wassmo

Blog_LogoRentreeLitteraire2014_03

CVT_Ces-instants-la_6533 Gaïa - septembre 2014 - 399 pages

traduit du norvégien par Céline Romand-Monnier

Titre original : Disse øyeblikk, 2013

Quatrième de couverture :
Elle grandit dans le nord de la Norvège, entre une mère insaisissable mais présente, une petite soeur qu’elle protège, un père qu’elle méprise avant de le haïr. Elle n’est pas coupable du mal qu’il lui fait. 

Puis elle aime le rock, la danse, les mains de l’apprenti électricien. Elle surnage face à la honte, part à la ville étudier. Son père est loin, c’est bien, mais son jeune fils aussi est loin. 
Elle lit, et brave son silence dans l’écriture. Elle se marie, publie, devient écrivain. Se bat pour sa liberté et son droit à vivre comme elle le souhaite. 
Avec pudeur et sans fard, Herbjørg Wassmo raconte ce qui fait une vie, en la présence majestueuse du Grand Nord.

Auteur : Herbjørg Wassmo est née en 1942, dans le nord de la Norvège. Ses romans et nouvelles sont empreints de l'atmosphère de ces régions septentrionales. Auteur d’une œuvre considérable. Tous ses romans sont disponibles en français. Traduite en de nombreuses langues, elle connaît un succès populaire exceptionnel. Elle est, en Scandinavie, l’écrivain mondial le plus lu, et Dina a pris place aux côtés des grandes héroïnes de la littérature.

Mon avis : (lu en décembre 2014)
J'avais choisi comme premier choix pour participer aux Matchs de la Rentrée Littéraire de Priceminister, le livre de David Vann Goat Mountain, malheureusement il était en rupture de stock. J'ai donc choisi celui-ci car j'aime les auteurs venus du froid et que j'avais déjà lu un livre de cette auteur.
Une lecture magnifique mais exigeante. Entre roman et autobiographie, la narratrice passe en revue sa vie depuis l'adolescence jusqu'à environ ses cinquante ans.
Elle déteste son père, elle veut protéger sa soeur, elle refuse de devenir comme sa mère, soumise à son mari. Elle voudrait prendre sa vie en main, et vivre pour elle. Parfois, elle culpabilise vis à vis de ses enfants, de les laisser à sa mère ou son mari pour faire des études d'institutrice puis de littérature. Elle rêve de liberté et c'est en écrivant qu'elle arrive à se libérer du quotidien, à se sentir libre. 
Les paysages qui l'entoure ont une grande importance dans l'atmosphère que dégage cette histoire. C'est la Norvège, rude, au climat froid mais magnifique.
Au début, la lecture est un peu difficile car les personnages n'ont pas d'identité, de nom ou de prénom ils sont nommés la mère, le père, le mari, le fils, la fille, elle... Une fois le lecteur plongé dans l'histoire, il s'habitue et est captivé par cette superbe écriture. 
Au fil du livre, les morceaux de vie de la narratrice se dévoilent puis s'assemblent comme pour un puzzle. Je me suis beaucoup attachée à "elle" en découvrant ses souffrances, ses faiblesses, ses interrogations.

Merci Olivier et PriceMinister pour ce partenariat.

 

Autres avis :  Cuné, Clara, Kathel

Extrait : (début du livre)
Elle s'adosse à un mur et se laisse toucher. Sa peau se hérisse sous les mains d'un autre. Elle forme de minuscules obstacles et cherche à se protéger. Dans sa tête, une radio lui dit : Écoute. Sens ! Ceci est maintenant. Il faut que tu sentes comment c'est. Ne t'arrête pas au fait qu'il y a un goéland sur le toit. Il s'agrippe au faîte en poussant des cris.
Elle renverse la tête en arrière et ferme les yeux pour être seule. Ce n'est pas le garçon qui l'effraie, mais ce sentiment de ne pas avoir d'échappatoire. Elle l'entend parler, mais ne saisit pas ses propos. Il se rend compte qu'elle reste là les bras ballants. Et laisse tomber ses mains.
- C'est bon, t'inquiète pas, dit-il en la relâchant.
Le goéland crie. Elle est la même qu'avant. Reste juste immobile afin de pouvoir redevenir distincte à elle-même. Sans quoi elle ne sera pas visible aux autres.

Les autres sont ceux qui rient. Murmurent. Se tiennent groupés. Ceux qui savent tout ce qu'elle ignore. Par exemple pourquoi le garçon de l'été dernier ne la contacte pas. Ceux qui ont peut-être vu qu'elle tremble quand elle doit réciter quelque chose sur l'estrade. Les déclinaisons allemandes. Les prépositions. Et au tableau, les longues séries d'équations non résolues. Ceux qui savent que sa peau se rétracte, transpire. Pour ensuite se dessécher. Se mettre à sentir.
Certains collectent des preuves. Examinent. Rédigent des attestations. Des certificats de bonnes vie et moeurs. Traitent des demandes d'admission à l'école. D'autres sont assis derrière le rideau de la cuisine et savent à son sujet tout ce sur quoi elle n'a pas encore eu le temps de réfléchir. Ils sont contents ou en colère, mais jamais vides. Ils ont le droit de juger. Y compris de ce qu'ils ne savent pas, mais croient deviner.

Son père est encore debout, il est assis dans la cuisine, avec son rictus. Elle n'entre pas, mais referme la porte sans rien dire et sans aller chercher la tartine qu'il lui faut. Se contente de boire au robinet au-dessus du lavabo de la salle de bains. La porte est munie d'une bonne clef en fer que tournait naguère l'auteur. Il règne une odeur de linge de toilette humide et de vieille vapeur. La baignoire peinte en rouge avec ses pieds pattes de lion et son réservoir en cuivre gagné par le vert-de-gris ont l'air étranger. Il y a de la cendre froide sur la plaque sous le poêle.
Autrefois, l'auteur était dans cette baignoire, songe-t-elle. L'auteur avait aussi un corps. Ça fait drôle d'y penser. A présent, l'ensemble est propriété de la commune. Mais l'auteur est mort. Il n'est que honte et trahison de la patrie. Son père paie un loyer pour qu'ils puissent habiter ici. Son père est n'importe où dans les pièces. La nuit aussi.

Déjà lu du même auteur :

cent_ans Cent ans

 Challenge Voisins Voisines 2014
logo_voisins_voisines_2014_h300
Norvège

Challenge 5% Rentrée Littéraire 2014 
challengerl2014_150
26/30

Posté par aproposdelivres à 16:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

22 décembre 2014

C'est lundi, que lisez-vous ? [202]

91950711

C'est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane  

Qu'est-ce que j'ai lu cette semaine ? 

447461jumeaux1 100898440 guide du mauvais père_t2 le tirailleur
Le grand cahier - Agota Kristof 
Le magasin des suicides - Jean Teulé 
Le Guide du mauvais père tome 2 - Guy Delisle (BD)
Le Tirailleur - Alain Bujak et Piero Macola (BD)

Qu'est-ce que je lis en ce moment ?

Ces instants-là - Herbjørg Wassmo (Les Matchs de la Rentrée Littéraire 2014)

Que lirai-je la  semaine prochaine ?

Sous les couvertures - Bertrand Guillot 
Un parfum d'herbe coupée - Nicolas Delesalle (partenariat Préludes)
Lettres mortes de Robert Allison (partenariat Denoël)
Un homme effacé - Alexandre Postel (partenariat Folio)

Bonne semaine, bonnes lectures et bonnes fêtes !

Posté par aproposdelivres à 06:15 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

21 décembre 2014

Le Tirailleur - Alain Bujak et Piero Macola

le tirailleur Futuropolis - mai 2014 - 120 pages

Quatrième de couverture : 
Entre 2008 et 2009, Alain Bujak a été amené à vivre dans un foyer social à Dreux, afin de photographier des travailleurs immigrés maintenant à la retraite. C’est ici qu’il fait la connaissance d’Abdesslem. Son reportage terminé, il a voulu le revoir. Il a passé des heures avec lui, à l’interroger sur sa vie. Des entretiens chaleureux qui revivent aujourd’hui sous la forme d’une bande dessinée témoignage. Car la vie d’Abdesslem, c’est la vie des nombreux tirailleurs marocains enrôlés très jeunes dans l’armée française pour combattre l’Allemagne en 1940. Fait prisonnier durant la drôle de guerre, Abdesslem sera renvoyé au Maroc en 1942, pour participer à l’hiver 1944 à la libération de l’Italie. Avec pour récompense, une non reconnaissance de la nation et des pensions militaires largement inférieures à celles des anciens combattants français. Il fallait beaucoup de talent pour mettre en image cette histoire à la fois extraordinaire et banale, celle d’un homme trop souvent invisible à nos yeux, et qui pourtant est un rouage essentiel de notre société. À n’en pas douter, Bujak et Macola ont ce talent. Le récit dessiné est complété d’un reportage photographique d’Alain Bujak au Maroc, où il a retrouvé Abdesslem et sa famille aujourd’hui après que ce dernier ait renoncé à sa pension pour vivre avec les siens.

Auteur : Alain Bujak, né en juillet 1965. Tireur noir et blanc. Après un passage par l’Établissement de Cinéma et de Photographie des Armées, et par la galerie Caméra Obscura, il rejoint l’atelier Demi-Teinte (Paris) où il tire en argentique les images de photographes de mode ou de reportage. Photographe. Travaille régulièrement pour des entreprises et des collectivités, en collaboration avec des agences de communication, ou en direct. Aime passer du temps avec les gens. L’écoute et l’investigation sont un préalable immuable. Après, il peut écrire et photographier des histoires simples, sans grands décors, ni exotisme. Donner au quotidien de chacun sa richesse. Des rencontres pour faire des livres et des expositions.

Mon avis : (lu en décembre 2014)
J'ai emprunté complètement par hasard cette bande dessinée à la Bibliothèque. Elle raconte l'histoire vraie d'Abdesslem, un Marocain qui "par curiosité" a été enrôlé de force par l'armée française en 1939 pour aller se battre contre les Allemands. Il avait environ 17 ans, il travaillait pour l'exploitation familiale comme simple berger. Malgré lui, il se retrouve engager dans une guerre étrangère à sa vie, à son pays... 
En 2008, le journaliste Alain Bujak rencontre Abdesslem dans un foyer pour travailleur immigré. S'il veut toucher l'intégralité de sa petite retraite de l'armée française, il est obligé de séjourner en France au moins 9 mois. Il laisse donc sa famille au Maroc et vit seul à Dreux. Alain et Abdesslem sympathisent et ce dernier lui raconte son histoire. Celle des nombreux tirailleurs venus de nos colonies, enrôlés de force et vite oubliés par la France après la guerre.
Ce témoignage est très fort, les souvenirs sont parfois imprécis mais tellement vrais. 
En conclusion, la bande dessinée est complétée par un reportage photographique d’Alain Bujak au Maroc. Il a retrouvé Abdesslem et sa famille. Ce dernier a renoncé à sa pension pour vivre en permanence avec les siens.

Extrait : 

Prepub-LeTirailleur-pl1 Prepub-LeTirailleur-pl2

Prepub-LeTirailleur-pl3 Prepub-LeTirailleur-pl4

Prepub-LeTirailleur-pl5 Prepub-LeTirailleur-pl6

Prepub-LeTirailleur-pl7 Prepub-LeTirailleur-pl8

Prepub-LeTirailleur-pl9 Prepub-LeTirailleur-pl10

 

Prepub-LeTirailleur-pl11 Prepub-LeTirailleur-pl12

Posté par aproposdelivres à 09:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,