les mots Stock - août 2014 - 144 pages

Quatrième de couverture :
« “ Salut, bande d’enculés ! ”
C’est comme ça que je salue mes parents quand je rentre à la maison.
Mes copains me croient jamais quand je leur dis qu’ils sont sourds.
Je vais leur prouver que je dis vrai.
“ Salut, bande d’enculés ! ” Et ma mère vient m’embrasser tendrement. »

Sans tabou, avec un humour corrosif, elle raconte.
Son père, sourd-muet.
Sa mère, sourde-muette.
L’oncle Guy, sourd lui aussi, comme un pot.
Le quotidien.
Les sorties.
Les vacances.
Le sexe.
D’un écartèlement entre deux mondes, elle fait une richesse. De ce qui aurait pu être un drame, une comédie.
D’une famille différente, un livre pas comme les autres.

Auteur : Véronique Poulain travaille dans le spectacle vivant. Elle fut pendant quinze ans l’assistante personnelle de Guy Bedos. Les mots qu’on ne me dit pas est son premier livre.

Mon avis : (lu en novembre 2014)
Véronique a grandi dans une famille pas comme les autres. Ses parents sont sourds-muets et elle entend parfaitement. Elle a dû devenir bilingue, à l'école, elle utilise les sons et les mots, en famille, elle communique avec les gestes, les regards. Avec beuoup d'humour et de tendresse elle raconte son quotidien entre ces deux mondes si différents qui se connaissent mal et se comprennent mal. A l'aide d'anecdoctes, elle nous explique les codes du monde des sourds, c'est très intéressants et cela nous fait mieux comprendre les difficultés que les sourds peuvent rencontrer dans notre société si peut soucieuse d'intégration. 
Cela se lit très facilement, les phrases sont courtes, efficaces.
Un témoignage réussi. 

Extrait : (début du livre)
Je suis bilingue. Deux cultures m’habitent.
Le jour : le mot, la parole, la musique. Le bruit.
Le soir : le signe, la communication non verbale, l’expression corporelle, le regard. Un certain silence.

Cabotage entre deux mondes.
Le mot.
Le geste.

Deux langues.
Deux cultures.
Deux « pays ».

Je tire sur sa jupe pour qu’elle me regarde.
Elle se retourne, me sourit et esquisse un mouvement de tête qui signifie : « Oui ? »
Tête levée, je frappe ma poitrine avec ma main droite : « Moi. » Je mets les doigts dans ma bouche, je les retire puis les remets : « Manger. »
Mon geste est un peu maladroit. Elle rit.
Elle déplace sa main de haut en bas sur sa poitrine comme si elle attrapait son cœur pour le placer dans son ventre : « Faim. » C’est comme ça qu’on dit au pays des sourds.
Oui, maman. J’ai faim.

J’ai soif, aussi. Je cherche ma mère. C’est le temps de mes premiers pas. J’avance en vacillant jusqu’à la cuisine et je perds l’équilibre. Ma mère se retourne instantanément et me rattrape de justesse.
Elle n’a rien entendu pourtant.
Elle sent toujours quand il m’arrive quelque chose.

Si je ne suis pas entendue, qu’est-ce que je suis regardée ! Il ne peut rien m’arriver ; mes parents ont toujours un œil sur moi.
Et pas qu’un œil. Ils me touchent beaucoup. Les regards et les gestes remplacent les mots. Un sourire. Une caresse sur la joue. Un froncement de sourcils pour le mécontentement. Des bises et des câlins pour me dire : « Je t’aime. »
C’est pas si mal. Mais j’aimerais bien qu’ils m’embrassent plus souvent. Surtout mon père.

Challenge 4% Rentrée Littéraire 2014 
challengerl2014_150
19/24

 Challenge Petit Bac 2014
91121022
"Verbe" (12)