08 mai 2014

La ronde des désirs impossibles - Paola Calvetti

 Lu en partenariat avec Albin Michel

la ronde des desirs impossibles Albin Michel - avril 2014 - 272 pages

traduit de l'italien par Sophie Royère

Titre original : Olivia ovvero la lista dei sogni possibli, 2012

Quatrième de couverture : 
« Je m'appelle Olivia, j'ai trente-trois ans, onze mois et douze jours. Assez vieille pour avoir été déçue mille fois, mais assez jeune pour me laisser encore surprendre. »
Quand, à 9h06 précises, Olivia apprend qu'elle est licenciée, elle hésite entre tuer sa boss (la « Witch ») ou penser très fort à sa grand-mère adorée qui lui a appris à conjurer le sort. Dans le petit bar-tabac où elle se réfugie, elle observe les clients en se remémorant sa vie, ses moments de bonheur. Le même jour, Diego, un jeune avocat, décide de prendre un nouveau départ. Comme Olivia, il a perdu un être cher ; comme elle, il prend la résolution de se libérer du passé. Diego et Olivia ignorent tout l'un de l'autre. Pourtant, ils se connaissent... mais ils ne le savent pas encore.
Après L'amour est à la lettre A, Paola Calvetti nous entraîne dans une comédie sentimentale pleine d'humour, de poésie et d'optimisme, l'émouvante aventure de deux solitudes qui se rencontrent.

Auteur : Paola Calvetti est née à Milan, où elle vit et travaille. Longtemps journaliste à La Repubblica, elle a écrit de nombreux scénarios pour la télévision italienne. Directrice de la communication du théâtre de la Scala de Milan entre 1993 et 1997, elle est l'auteur de plusieurs romans dont L'Amour est à la lettre A et L'Amour secret.

Mon avis : (lu en mai 2014)
J'avais déjà lu du même auteur "L'amour est à la lettre A" que j'avais bien aimé, c'est également la couverture colorée de ce nouveau livre m'a donnée envie de le découvrir. 
Sans le savoir, lorsqu'ils étaient enfants, Olivia et Diego se sont croisés. De nombreuses années plus tard, nous allons les retrouver tous deux durant une journée. C'est le jour où Olivia vient d'être licenciée, elle a quitté son lieu de travail avec ses affaires. Incapable de rentrer chez elle, elle finit par se réfugier dans un café. Au bord des larmes, elle commande et se met à penser à sa grand-mère qui lui manque beaucoup, à observer les différents clients durant toute la journée. Elle se raconte au lecteur, elle aime faire des listes, immortaliser des souvenirs avec un polaroïd... Quelques pages nous racontant Diego s'intercalent au milieu des réflexions d'Olivia. Diego un jeune avocat qui est hanté depuis son enfance par la disparition de son grand frère musicien alors âgé de 18 ans. Ses parents étant décédés depuis peu, il a pris la décision de liquider ce passé pour avancer vers l'avenir.
Rapidement le lecteur imagine qu'Olivia et Diego vont se rencontrer...
Une lecture sympathique avec deux personnages attachants, un côté nostalgique, une ambiance et pour le lecteur l'entente de cette rencontre ou pas... Où ? Quand ? Comment ?

Merci Soizic et les éditions Albin Michel pour ce partenariat.

Extrait : (page 13)
Il est 10h23 et depuis soixante-dix-sept minutes environ, je suis sans emploi.
Oh, n'allez pas vous imaginer la petite blonde new-yorkaise filmée par les télés du monde entier au moment où elle quitte l'immeuble de Lehman Brothers avec son carton d'affaires entre les bras. Quand ça lui est arrivé, on était au mois de septembre, le soleil brillait sur Manhattan, et avec ses cheveux lisses, son visage maquillé, ses tongs aux pieds et presque rien sur elle, cette fille était le summum du chic. Elle est devenue une icône, le symbole d'une époque, alors que moi, j'ai les lèvres gercées, les pieds congelés et les cheveux qui frisent comme des feuilles de scarole.
Pourtant, moi aussi j'ai été licenciée, et j'aurais mieux fait de porter des bottes en caoutchouc. Dans mon trousseau d'accumulatrice qui ne jette rien - on ne sait jamais, ça pourrait redevenir tendance -, j'en ai en cuir, en daim, à talons et sans talons, même si elles sont toutes marron ou noires. Dès que l'automne approche, c'est-à-dire au moins une fois par an, je me promets d'acheter des bottes en caoutchouc. Si je l'avais fait, je serais quand même là à traînailler dans un bar-tabac, mais je n'aurais pas les chaussettes collées aux pieds dans des bottes en daim franchement inadaptées à une journée aussi spéciale.

Challenge Voisins Voisines 2014
logo_voisins_voisines_2014_h300
Italie

 Déjà lu du même auteur :

l_amour___la_lettre_A L'amour est à la lettre A

Posté par aproposdelivres à 06:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,