21 mars 2014

Salon du Livre de Paris 2014

 SALON-DU-LIVRE+axes

Hier soir, j'étais invitée à l'inauguration du Salon du Livre

sdl6

Cette année, l'Argentine est le pays invité : 
Jean-Marc Ayrault et la présidente argentine Cristina Kirchner
ont donc inauguré le 34ème Salon du Livre

sdl4

Il faut ruser pour avoir une photo...

sdl2

Même Malfada était là...

sdl3 

 Autre invitée, la ville de Shanghaï

sdl5

  J'ai pu tranquillement faire un tour du Salon

sdl7

 Douglas Kennedy en interview

J'y retrourne Vendredi après-midi avec pour terminer la journée une table ronde
organisée par les éditions Belfond 
sur le thème « La vie est un roman »
Les auteurs invités seront Caroline Vermalle, Ariane Bois, Elise Tielrooy et Christophe Paviot. 

sdl8

 

salon_livre_paris_2014

 

Posté par aproposdelivres à 08:09 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


19 mars 2014

Au pays des kangourous - Gilles Paris

Lu en partenariat avec J'ai Lu

au pays des kangourous_ au pays des kangourous

Don Quichotte - janvier 2012 - 288 pages

J'ai Lu - janvier 2014 - 218 pages

Quatrième de couverture :
Simon, neuf ans, vit avec son père Paul, écrivain, et sa mère Carole, une femme d'affaires qui passe sa vie en Australie. Le jour où Paul est hospitalisé pour dépression, Simon voit son quotidien bouleversé.
Recueilli par Lola, sa grand-mère fantasque, il rencontre aussi l'évanescente Lily, enfant autiste aux yeux violets. A travers les songes qu'il s'invente, Simon va tâcher de mettre des mots sur la maladie de son père et de trouver des repères clans cet univers dont le sens lui résiste.

Auteur : Gilles Paris est un écrivain français. 
Il est tout d'abord fonctionnaire au ministère de la Jeunesse et des Sports dans le service " documentation ", puis journaliste dans le domaine du cinéma et de la musique pour la presse populaire. Il est ensuite attaché de presse dans l'édition, d'abord chez Jean-Claude Lattès et Plon, puis pour son propre compte.
Son premier roman, " Papa et Maman sont morts " (1991, Le Seuil), est en train d'être adapté au cinéma, et le suivant " Autobiographie d'une Courgette " a été traduit en plusieurs langues et s'est vendu à plus de 150 000 exemplaires. Il a d'ailleurs fait l'objet d'une adaptation pour la télévision, réalisée en 2007 par Luc Béraud, intitulée " C'est mieux la vie quand on est grand " avec Daniel Russo dans le rôle du gendarme.

Mon avis : (lu en mars 2014)
Après ma lecture audio "Du vent dans mes mollets" avec comme narratrice, Rachel une petite fille de 10 ans, voilà "Au pays des kangourous" avec comme narrateur Simon âgé de neuf ans. Il vit avec son père Paul, écrivain, sa mère Carole est souvent partie en Australie pour son travail. Et un matin, Simon retrouve son père dans le lave-vaisselle, il ne comprend pas pourquoi. Son père ne réagit pas à ses questions. Simon appelle à l'aide sa grand-mère paternelle Lola qui va savoir gérer la situation... 
Simon est terriblement attachant, il se pose mille questions, sur son père qui souffre de dépression, sur sa mère toujours partie et souvent distante... Heureusement, il y a Lola sa grand-mère extravagante et multicolore, et Lily la petite fille mystérieuse qu'il a rencontré à l'hôpital où est son père et qui lui donne de vraies réponses à aux questions que les adultes éludent.
Cette histoire est bouleversante et l'auteur a su mettre des mots pleins de poésie, de naïveté dans la bouche de ce garçonnet que les circonstances de la vie oblige à grandir plus vite. Simon a beaucoup d'imagination et ses réflexions pleines de bon sens peuvent aussi bien nous faire rire que nous émouvoir. Un roman plein de tendresse, d'humour et d'amour. 

Merci Aurélie et les éditions J'ai Lu pour cette très belle lecture. 

Extrait : (début du livre)
Ce matin, j'ai trouvé papa dans le lave-vaisselle.
En entrant dans la cuisine, j'ai vu le panier en plastique sur le sol, avec le reste de la vaisselle d'hier soir.
J'ai ouvert le lave-vaisselle, papa était dedans.
Il m'a regardé comme le chien de la voisine du dessous quand il fait pipi dans les escaliers. Il était tout coincé de partout. Et je ne sais pas comment il a pu rentrer dedans : il est grand, mon papa.
J'en ai oublié mon petit déjeuner. Je ne savais pas quoi faire. Maman était repartie au pays des kangourous et, à chaque fois qu'elle voyage, elle nous demande de pas la déranger à cause du décalage horaire. Quand elle est dans le salon, avenue Paul-Doumer, elle ne veut pas qu'on la dérange non plus à cause du livre qu'elle lit, même que c'est pas un livre que papa a écrit. Ou alors elle parle à une copine sur son portable et elle fait un geste de la main comme si elle chassait une mouche ou un moustique, sauf que la mouche ou le moustique, c'est moi ou papa. On tourne autour, mais on ne sait pas trop comment l'approcher. Et puis des fois qu'il viendrait à maman l'idée de nous écraser entre ses mains... Elle n'embrasse ni papa ni moi. Elle nous éloigne avec ses gestes et le pays des kangourous.

J'ai dit : « Ça va papa ? », papa n'a pas répondu. Il a caché un peu plus sa tête dans ses bras. Alors je suis sorti de la cuisine. J'ai décroché le téléphone et j'ai appelé Lola.

« Papa est dans le lave-vaisselle, je fais quoi ?
- Papa est où ?
- Dans le lave-vaisselle, je crie.
- J'arrive, mon chéri. Ne bouge pas. »

Challenge Petit Bac 2014
91121022
"Animal" (4)

Posté par aproposdelivres à 20:57 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

18 mars 2014

Du vent dans mes mollets - Raphaële Moussafir

du vent dans mes mollets_cd du vent dans mes mollets 
du vent dans mes mollets_p du-vent-dans-mes-mollets-vrai

Lire dans le noir - décembre 2009 - 1h45 - lu par l'auteur

Intervista - mai 2006 - 111 pages

J'ai Lu - juin 2009 - 111 pages

J'ai Lu - juin 2012 - 111 pages

Quatrième de couverture :
" Pourquoi tu dors tout habillée avec ton cartable, Rachel ? ". A la question que lui pose madame Trebla, la psychologue pour enfants, Rachel commence par répondre " Parce que j'ai envie ". Puis, au fil des séances, elle se laisse aller à quelques confidences.
Malgré sa coupe de lord anglais imposée par maman, Rachel n'a rien d'une petite fille modèle. Elle fait jouer des scènes d'amour torrides à ses poupées, invente des blagues téléphoniques avec Hortense, sa meilleure amie (la seule qui vient à ses goûters d'anniversaire), elle a la tête pleine de rires, de bêtises, de colères et de questions, qui désarçonnent parfois la thérapeute. Au fait, quand on est mort, est-ce qu'on le sait ?

Auteur : Auteur et comédienne, Raphaële Moussafir a d'abord écrit (et interprété) Du vent dans mes mollets pour le théâtre, et confirme dans Et pendant ce temps-là les araignées tricotent des pulls autour de nos bilboquets (2007) son talent pour ressusciter le monde de l'enfance.

Mon avis : (écouté en mars 2014)
Avant d'écouter ce livre, j'ai eu l'occasion de voir l'adaptation cinématographique que j'ai beaucoup aimé et qui est un peu différente que le livre.
J'ai pris beaucoup de plaisir à écouter ce livre, Rachel est une petite fille pleine de vie, attachante qui se pose beaucoup de questions. Avec Hortense sa meilleure amie, elles s'amusent beaucoup, font des bêtises... Rachel ne comprend pas toujours les adultes et réciproquement. Elle n'a pas sa langue dans sa poche.
Je me suis un peu retrouvée dans cette petite fille et se retour en enfance fait toujours du bien.
C'est drôle, tendre, émouvant et la lecture par l'auteur est une vraie valeur ajoutée sans oublier en fin de CD un entretien avec l'auteur très intéressante.
Lisez-le ! Ecoutez-le !

Du-Vent-dans-mes-mollets

Le livre a été adapté au cinéma par Carine Tardieu en 2012 avec Agnès Jaoui, Denis Podalydès, Isabelle Carré, Isabella Rossellini, Judith Magre

Autres avis : Sandrine, Aifelle, Clara, Enna 

Extrait : ici

Challenge Petit Bac 2014
91121022
Gros mot (1)

Posté par aproposdelivres à 06:34 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 mars 2014

C'est lundi, que lisez-vous ? [165]

91950711

(c) Galleane

C'est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane  

Qu'est-ce que j'ai lu cette semaine ? 

94365196 annie sullivan 94488445 94114487

Et tu danses, Lou - Pom Bessot Philippe Lefait 
Annie Sullivan & Helen Keller - Joseph Lambert (BD)
13 jours - Valentina Giambanco 
L'homme aux cercles bleus - Fred Vargas

Qu'est-ce que je lis en ce moment ?

Au pays des kangourous - Gilles Paris (partenariat J'ai Lu)

Que lirai-je cette semaine ?

Le Duel - Arnaldur Indridason
Garçon ou Fille - Terence Blacker
Une collection de trésors minuscules - Caroline Vermalle (partenariat Belfond)
Le sang versé - Asa Larsson (partenariat Albin Michel)


Bonne semaine, bonnes lectures !

Posté par aproposdelivres à 06:53 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

16 mars 2014

L'homme aux cercles bleus - Fred Vargas

Lu dans le cadre du Challenge
 
"Ecoutons un livre"
_coutons_un_livre

3358950001309FS 5395017b42a02cf97d2e0210 L_homme_aux_cercles_bleus_1 l_homme_aux_cercles_bleus 

Livraphone - avril 2006 - Lu par Jacques Frantz  

Hermé - 1991 - 235 pages

Viviane Hamy - mars 1996 - 213 pages

J'ai Lu - août 2002 - 219 pages

J'ai Lu - juin 2005 - 224 pages

Magnard - juin 2006 - 256 pages

PRIX DU FESTIVAL DE SAINT-NAZAIRE 1992

Quatrième de couverture : 
« Victor, mauvais sort, que fais-tu dehors ? » 
Depuis quatre mois, cette phrase accompagne des cercles bleus qui surgissent la nuit, tracés à la craie sur les trottoirs de Paris. Au centre de ces cercles, prisonniers, un débris, un déchet, un objet perdu : trombone, bougie, pince à épiler, patte de pigeon... 
Le phénomène fait les délices des journalistes et de quelques psychiatres qui théorisent : un maniaque, un joueur. 
Le commissaire Adamsberg, lui, ne rit pas. Ces cercles et leur contenu hétéroclite sont de mauvais augure. Il le sait, il le sent : bientôt, de l'anodin saugrenu on passera au tragique. 
Il n'a pas tort. Un matin, c'est le cadavre d'une femme égorgée que l'on trouve au milieu d'un de ces cercles bleus.

Auteur : Fred Vargas est née à Paris en 1957. Fred est le diminutif de Frédérique. Vargas est son nom de plume pour les romans policiers. Pendant toute sa scolarité, Fred Vargas ne cesse d'effectuer des fouilles archéologiques. Après le bac, elle choisit de faire des études d'histoire. Elle s'intéresse à la préhistoire, puis choisit de concentrer ses efforts sur le Moyen Âge. Elle a débuté sa « carrière » d'écrivain de roman policier par un coup de maître. Son premier roman Les Jeux de l'amour et de la mort, sélectionné sur manuscrit, reçut le Prix du roman policier du Festival de Cognac en 1986 et fut donc publié aux éditions du Masque. Depuis elle a écrit : Un lieu incertain (2008), Dans les bois éternels (2006), Sous les vents de Neptune (2004), Coule la Seine (2002), Pars vite et reviens tard (2001), Petit traité de toutes vérités sur l'existence (2001), Les quatre fleuves (en collaboration avec Edmond Baudoin) (2000), L'homme à l'envers(1999), Sans feu ni lieu (1997), Un peu plus loin sur la droite (1996), Debout les morts (1995),Ceux qui vont mourir te saluent (1994), L'homme aux cercles bleus (1992)

Mon avis : (écouté en mars 2013)
C'est la première enquête du Commissaire Adamsberg, le personnage récurent de Fred Vargas. Il vient d'être nommé à Paris et l'inspecteur Danglard devient son adjoint.

Dans la nuit de Paris, un inconnu trace des cercles à la craie bleue autour d'objets abandonnés. Tout cela est bien anodin, mais Adamsberg pressent que cela va devenir plus grave... Il n'a pas tort car bientôt c'est le cadavre d'une femme qui est retrouvé dans un cercle à la craie bleue... L'intrigue est très bien construite, et l'histoire est palpitante, de nombreux personnages haut en couleurs gravitent autour de l'enquête. C'est l'un de mes livres préférés de Fred Vargas. 
J'ai pris vraiment beaucoup de plaisir à l'écouter et à redécouvrir cette enquête pleine de rebondissements.

image_sorties_id

Une adaptation à la télévision très réussite de ce roman a été faite par José Dayan et diffusée en 2009. C'est le troisième téléfilm de la série Collection Fred Vargas. Il y a donc quelques différences avec le livre car Josée Dayan a pris le partie d'en faire une suite à son premier téléfilm "Sous les vents de Neptune" (1 et 2), alors que "L'homme aux cercles bleus" est le premier roman de Vargas où apparaît le commissaire Adamsberg.
La distribution : Jean-Hugues Anglade (Jean-Baptiste Adamsberg), Charlotte Rampling (Mathilde Forestier), Jacques Spiesser (Adrien Danglard), Jean-Pierre Léaud (Louis Le Nermord), Stanislas Merhar (Charles Reyer), Hélène Fillières (Camille Forestier), Corinne Masiero (Violette Retancourt), Didier Terron (Joseph Favre), Philippe Magnan (Vercors-Laury)

 

Déjà lu du même auteur :

Ceux_qui_vont_mourir_te_saluent Ceux qui vont mourir te saluent l_homme_aux_cercles_bleus L'Homme aux cercles bleus

Debout_les_mort Debout les morts Un_peu_plus_loin_sur_la_droite Un peu plus loin sur la droite

sans_feu_ni_lieu Sans feu ni lieu l_homme___l_envers L'Homme à l'envers

Pars_vite_et_reviens_tard Pars vite et reviens tard sous_les_vents_de_neptune  Sous les vents de Neptune

Dans_les_bois__ternels Dans les bois éternels un_lieu_incertain Un lieu incertain

les_quatre_fleuves Les Quatre fleuves (BD) vargas L'Armée furieuse

 

Challenge Petit Bac 2014
91121022
Couleur (3)

 Challenge Trillers et Polars
 88054471_o
catégorie "Même pas peur" :  24/25

 

Posté par aproposdelivres à 09:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


15 mars 2014

13 jours - Valentina Giambanco

Lu en partenariat avec Albin Michel

9782226254337g Albin Michel - février 2014 - 542 pages

Quatrième de couverture :
L’assassin lui a donné 13 jours.
13 jours pour tenter de comprendre.
13 jours avant de plonger dans les ténèbres…
À Seattle, personne n’a oublié le mystère de la Hoh River : trois gamins enlevés, cachés dans les bois. Seuls deux d’entre eux avaient réapparu, incapables de se souvenir de ce qui leur était arrivé.
Vingt-cinq ans plus tard, un couple et ses deux fils sont sauvagement assassinés. Au-dessus de la porte de la chambre, le tueur a laissé un message : 13 jours.
Très vite convaincue que les deux affaires sont liées, puisque le père de famille qui vient d’être assassiné était l’un des trois enfants kidnappés, la police manque pourtant de preuves. Pour sa première grande enquête, l’inspecteur Alice Madison devra se fier à son instinct. Au cœur des forêts, le cauchemar va recommencer. Dans 13 jours.
Un premier roman sombre et obsédant, best-seller en Grande-Bretagne, qui a imposé Valentina Giambanco sur la scène du thriller britannique.

traduit de l'anglais par Isabelle Maillet

Titre original : The gift of darkness, 2013

Auteur : Valentina Giambanco est née en Italie. Elle est monteuse pour le cinéma et a travaillé sur de nombreux films à succès, anglais et américains. L'Offrande des ténèbres est son premier roman.

Mon avis : (lu en mars 2014)
Une famille de quatre personnes est retrouvée sauvagement assassinée. Les quelques indices trouvées sur place semblent accuser John Cameron un proche des victimes. C'est l'inspecteur Brown qui s'occupe de l'enquête avec Alice Madison, toute jeune inspecteur, comme équipière. Vingt cinq ans plus tôt, près de la Hoh River, le père de famille assassiné, James Sinclair, avait été enlevé en compagnie de deux autres camarades du même âge. L'un des trois enfants n’a jamais été retrouvé et les deux autres n'avaient jamais pu raconté ce qui s’était passé... Ces deux histoires ont-elles un rapport ?
Le lecteur découvre assez vite qui est le coupable mais reste à découvrir le mobile du quadruple assassinats, le mode opératoire et son lien avec le passé... 
Un roman policier parfaitement construit, avec beaucoup de rythme. J'ai beaucoup aimé le personnage d'Alice Madison qui a un passé douloureux, une forte détermination à résoudre son enquête et qui n'a pas encore dévoilée toutes ses facettes. Pourvu qu'elle revienne dans un nouveau livre. 

Merci Marlène et les éditions Albin Michel pour cette belle découverte.

Extrait : (page 13)
Certains soirs, l’odeur de la mer monte jusqu’à University Hill.
Alice Madison baissa sa vitre de quelques centimètres pour humer l’air iodé. La nuit était glacée, et le brouillard de décembre formait entre les maisons et les arbres dénudés de grandes nappes humides qui stagnaient au ras du sol. Il ne restait que deux semaines avant Noël, et les étudiants assez aisés pour vivre de ce côté de la colline avaient déjà regagné leurs foyers disséminés dans tout l’État de Washington.
Sur le tableau de bord, l’horloge indiquait 4 h 15. L’inspecteur Brown, silhouette sombre assise sur le siège passager, avait bien résumé la soirée des heures plus tôt.
« Une fois qu’on a avalé des litres de café et dit tout ce qu’il y avait à dire, planquer revient à essayer de tuer le temps, alors qu’on donnerait cher pour faire autre chose, ailleurs, avec quelqu’un d’autre. »
Ce qui décrit assez bien notre collaboration, pensa-t-elle.
Son souffle embuait la vitre. Il avait fallu choisir : avoir froid ou supporter les relents de sueur et d’ennui dégagés par les corps après des heures d’attente. Elle préférait avoir froid.
Quand Brown se retourna pour jeter un coup d’œil à l’autre bout de la rue, elle perçut l’odeur de son after-shave, fraîche et plutôt plaisante. Alice devinait son coéquipier profondément contrarié : leurs chances de voir leur mission aboutir étaient quasiment nulles.
Gary Stevens – blanc, vingt-trois ans, pas de casier – était le suspect numéro un dans leur enquête sur le meurtre d’une étudiante du campus âgée de dix-neuf ans. La police avait découvert Janice Hiller affaissée près du radiateur auquel elle était menottée. Tuée d’un coup porté à la tête. Une tasse de café à moitié vide était encore posée à côté de sa main droite.
Le jour où elle avait intégré la Brigade criminelle de Seattle, quatre semaines plus tôt, Alice Madison s’était rendue au cimetière proche de Burien où étaient enterrés ses grands-parents. Après avoir déposé un bouquet de roses blanches sur leur tombe, elle s’était recueillie un long moment dans la solitude du lieu. Où qu’ils soient, ils devaient savoir au plus profond de leur cœur que, si elle était devenue ce qu’elle était aujourd’hui, c’était grâce à eux : leur amour était une bénédiction qu’elle portait comme un bijou précieux, à même la peau, bien caché. Ce soir-là, de retour chez elle, elle avait avalé un dîner léger – jamais de surgelés, jamais de conserves – et dormi dix heures d’affilée.
Depuis son arrivée, Brown ne se montrait pas spécialement froid envers elle, il ne lui refusait pas non plus son aide à l’occasion, mais il faisait preuve d’un certain détachement. C’était un excellent flic, sans doute l’un des meilleurs. Tous deux ne seraient jamais amis, elle en avait bien conscience, mais en même temps elle se sentait prête à lui confier sa vie. Peut-être était-ce suffisant.

 92737225_o
Challenge Rentrée Hiver 2014

Challenge Voisins Voisines 2014
logo_voisins_voisines_2014_h300
Italie

Challenge Petit Bac 2014
91121022
Moment/Temps (5)

 Challenge Trillers et Polars
 88054471_o
catégorie "Même pas peur" :  23/25

Posté par aproposdelivres à 15:54 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 mars 2014

Annie Sullivan & Helen Keller - Joseph Lambert

annie sullivan Editions Ca et Là - 23 octobre 2013 - 90 pages

traduit de l'anglais (États-Unis) par Sidonie van Den Dries

Titre original : Annie Sullivan and the trials of Helen Keller, 2012

Quatrième de couverture : 
Née en 1880 dans l'Alabama, la petite Helen Keller devient aveugle et sourde à l'âge de dix-neuf mois, suite à une maladie. Elle se trouve alors dans l'incapacité de communiquer avec son entourage, si ce n'est avec quelques gestes maladroits. Sa vie va être bouleversée l'année de ses six ans, quand ses parents engagent Annie Sullivan comme préceptrice. Elle-même malvoyante, celle-ci a appris à enseigner la langue des signes à l'Institut Perkins pour les aveugles. Elle va prendre en charge l'éducation d'Helen Keller et, au fil des mois, réussir non seulement à établir un contact avec l'enfant, mais aussi à lui apprendre la langue des signes, puis l'écriture. Les deux femmes resteront amies à vie. Annie Sullivan et Helen Keller relate l'histoire de cette extraordinaire rencontre. Une véritable leçon d'humanité, magnifiquement dessinée par Joseph Lambert.

Auteur : Joseph Lambert est né au Kansas en 1984. Il est diplômé du Center for Cartoon Studies et est l’auteur de « Je vais te mordre » (Ignatz Award 2011) publié en France en 2012 par Alter Comics. Il a participé à de nombreuses anthologies, comme Mome, The Best American Comics, Hey !, Nobrow ou Stripburger. Son deuxième ouvrage, « Annie Sullivan & Helen Keller » deux fois nominé pour les Eisner Awards 2013 a été publié en 2012 aux États-Unis. Joseph Lambert vit avec sa femme dans le Vermont.

Mon avis : (lu en mars 2014)
J'ai découvert pour la première fois l'histoire d'Helen Keller lorsque j'étais en sixième, jusqu'alors je n'avais jamais imaginé que l'on pouvait cumuler plusieurs handicaps. Donc être une petite fille aveugle, sourde et muette était difficilement imaginable...
J'ai aimé dans cette bande dessinée redécouvrir l'histoire d'Helen Keller et surtout découvrir celle d'Annie Sullivan qui a su persévérer dans la tâche qu'on lui avait donné : apprendre à Helen à communiquer. Nous suivons les progrès d'Helen et en parallèle un retour sur l'enfance d'Annie. La relation qui se noue entre l'élève et le professeur est très touchante.
L'histoire d'Annie Sullivan m'a presque plus intéressé que celle d'Helen Keller.
J'ai beaucoup aimé la façon dont le dessinateur a su illustrer la "vision" d'Helen qui au fil de la bande dessinée devient de plus en plus expressive.
En fin de livre, l'ensemble des notes documentaires complètent parfaitement la bande dessinée.

Autre avis : Valérie

Extrait : 

 1366_P21366_P3

1366_P4PlancheS_401761366_P6PlancheA_198501

 Challenge 6% Rentrée Littéraire 2013

logorl2013
33/36

Challenge Petit Bac 2014
91121022
"Prénom" (5)

Posté par aproposdelivres à 21:25 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

Concours : 5 Entrées au Salon du Livre à gagner !

SALON-DU-LIVRE+axes

Les règles du concours :

1) date du concours du 13/03 au 14/03/2014 minuit
(Attention : c'est court... mais il faut le temps de recevoir les places)

2) Répondre au concours en utilisant le formulaire Contactez l'auteur

3) Ne pas oublier de me donner vos coordonnées nom et adresse pour l'envoi 

4) Un tirage au sort sera effectué le 15/03/2014 sur les bonnes réponses
pour déterminer les 5 gagnants qui recevront leur gain par la poste.

 

Les questions :

1) Quel pays est mis à l'honneur cette année au Salon du Livre de Paris ?

2)  Quelle ville est mise à l'honneur cette année au Salon du Livre de Paris ?

3) Citer une des expositions prévues au Salon du Livre de Paris.

 

Pour trouver les réponses

Posté par aproposdelivres à 16:04 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

11 mars 2014

Et tu danses, Lou - Pom Bessot Philippe Lefait

et tu danses lou Stock - octobre 2013 - 204 pages

Quatrième de couverture : 
« Et toi, Lou, mon amour, avec quelle violence ressens-tu ces morceaux de vie ? »

Une famille.
Il y a dix-sept ans, tout était là, le désir, la chambre, les biberons et les couches.
Un hasard génétique a mis au premier jour sur le chemin de leur vie commune un invité-surprise. Une singularité qui fait que l’enfant Lou présente « des troubles sévères du langage et quelques difficultés associées ».
La vie est facétieuse : maman fait des livres et papa travaille à la télé.
L’histoire peut commencer.
On y trouvera ce qu’il faut d’efficacité et d’errances hospitalières, d’usines à gaz et de belles solidarités, d’anges gardiens et de crétins patentés, une soeur aux petits soins et beaucoup d’amitiés, quelques mots venus de loin, la langue des signes et le sens du geste, la question de la transmission et celle d’une place à trouver pour chacun. Le chaos et l’amour.
Et il y a Lou et ses yeux bleus, une héroïne rayonnante qui a révolutionné leur quotidien. C’est à elle qu’une mère et un père adressent ce dialogue.

Auteurs : Pom Bessot est éditrice.
Philippe Lefait est journaliste à France Télévisions. Il a dirigé sur France 2 le magazine culturel Des mots de minuit.

Mon avis : (lu en mars 2014)
Un livre très touchant écrit à quatre mains par Pom Bessot et Philippe Lefait les parents de Lou. C'est le témoignage de deux parents qui se réjouissent d'accueillir leur bébé tant attendu et qui se retrouvent confronté à un enfant différent et des mots inquiétants des médecins...  « Votre petite fille a une drôle de tête. »
Pour les parents ce sont les sentiments d'impuissance, de culpabilité, d'angoisses qui les submergent... Il faudra attendre dix ans avant qu'un vrai diagnostique soit posé. 

Mais au quotidien, il faut s'occuper de Lou, l'aimer, l'aider à communiquer, à progresser. Grâce à l'amour de ses parents, de sa famille, d'amis et de proches Lou va s'épanouir, grandir, et obtenir un autonomie à sa hauteur. Lou est maintenant une adolescente de 17 ans, qui étonne ses parents par sa volonté et son acharnement à apprendre, à se dépasser.
Un témoignage plein de sensibilité et d'amour.

Autres avis : ValérieEnna

Extrait : (début du livre)
Nous dansons tous les trois.

Nous dansons le bonheur au creux de notre coeur, le bonheur gagné de nos aventures respectives, et celui de cette journée exceptionnelle.
Légers, heureux, concentrés, portés par notre histoire.
C'est à l'exacte mesure de l'amour qui nous lie, qui nous tient et que nous pouvons ce soir exprimer devant nos familles et nos amis. C'est le théâtre de notre intimité qui ne pourra jamais se dire autrement ni un autre jour.

Pour ouvrir la fête, nous avons choisi «Le P'tit Bal perdu» de Bourvil parce que sa mélodie est si douce et qu'il raconte l'amour, la guerre et la solitude.
Parce que surtout nous avons décidé que ce serait notre «p'tit bal» à tous les trois.
Et tu danses, Lou, avec nous. Nous n'improvisons pas. Nous avons préparé et longtemps répété notre chorégraphie.
C'est en langue des signes que nous reprenons le refrain.
Et la ronde que nous formons, complices et espiègles, main dans la main, «les yeux au fond des yeux», est le symbole de notre force.

Un clin d'oeil à notre histoire, mais à bien y réfléchir, c'est plus que cela : le résumé de notre vie. Joyeuse, tourmentée, lumineuse, catastrophique, magnifique, singulière, passionnelle.

Notre public est presque aussi ému que nous. 
Un «grand bal», dira notre ami Rémy. 
Le plaisir que nous ressentons tous les trois ce soir-là est notre joyau.

C'est le jour de notre mariage, celui de «papa é maman», ma Lou, le 25 septembre 2010.
Il fait très beau.
La lumière sur le bassin est radieuse, comme celle de notre coeur.
À la mairie, tu as, toi aussi, signé le registre.

(Refrain :) Non je ne me souviens plus
Du nom du bal perdu.
Ce dont je me souviens
Ce sont ces amoureux
Qui ne regardaient rien autour d'eux.
Y avait tant d'insouciance
Dans leurs gestes émus,
Alors quelle importance
Le nom du bal perdu ?
Non je ne me souviens plus
Du nom du bal perdu.
Ce dont je me souviens
C'est qu'ils étaient heureux
Les yeux au fond des yeux.
Et c'était bien...
Et c'était bien...

Challenge 6% Rentrée Littéraire 2013
logorl2013
32/36

Posté par aproposdelivres à 08:43 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

10 mars 2014

C'est lundi, que lisez-vous ? [164]

91950711
(c) Galleane

C'est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane  

Qu'est-ce que j'ai lu cette semaine ? 

94188923 A64518 93352450 un jour j'irai chercher v_book_237

Feu pour feu - Carole Zalberg 
L'Étranger - Albert Camus et Jacques Ferrandez (BD) 
En route pour Compostelle - Monica Peetz 
Un jour j'irai chercher mon prince en skate - Jo Witek 
Wifi Génie - Luc Blanvillain

Qu'est-ce que je lis en ce moment ?

Et tu danses, Lou - Pom Bessot et Philippe Lefait
13 jours - Valentina Giambanco (partenariat Albin Michel)

Que lirai-je cette semaine ?

Au pays des kangourous - Gilles Paris (partenariat J'ai Lu)
Le Duel - Arnaldur Indridason
Garçon ou Fille - Terence Blacker

Bonne semaine, bonnes lectures !

Posté par aproposdelivres à 06:23 - - Commentaires [11] - Permalien [#]