26 novembre 2013

La cité des jarres - Arnaldur Indridason

2013-11-24_2019012013-11-24_201930 

arton2064 la_cit__des_jarres

Point Deux - mai 2011 - 495 pages

Editions Métailié - janvier 2006 - 286 pages

Points – juin 2006 – 352 pages

traduit en français par Éric Boury

Titre original : Mýrin, 2000

Résumé : Un nouveau cadavre est retrouvé à Reyk-javik. L'inspecteur Erlendur est de mauvaise humeur : encore un de ces meurtres typiquement islandais, un « truc bête et méchant » qui fait perdre son temps à la police... Des photos pornographiques retrouvées chez la victime révèlent une affaire vieille de quarante ans. Et le conduisent tout droit à la « Cité des Jarres », une abominable collection de bocaux renfermant des organes...

Auteur : Arnaldur Indridason est né à Reykjavik en 1961. Diplômé en histoire, il est journaliste et critique de cinéma. Il est l'auteur de romans noirs couronnés de nombreux prix prestigieux, publiés dans 37 pays.

Mon avis : (relu en novembre 2013)
Il y a cinq ans, je lisais pour la première fois cette première enquête de l'inspecteur Sveinssen Erlendur. Cinquante ans, divorcé, solitaire, il est policier à Reykjavik. Il enquête sur le meurtre d'un vieil homme dont le cadavre a été découvert dans son appartement avec une inscription bizarre sur une feuille de papier plaquée sur sa poitrine : 'Je suis Lui'. En fouillant l'appartement, les enquêteurs découvrent une photo de la tombe d'une petite fille et de nombreuses photos pornographiques. Ces troublantes découvertes vont réveiller une vieille affaire de quarante ans... Il est question de la famille et de la filiation, de la recherche génétique et de ses possibles dérives. En parallèle avec l'enquête, Erlendur doit s'occuper de sa fille qui a des problèmes de toximanie. 
Dans les livres d'Arnaldur Indridason, j'aime ressentir l'atmosphère islandaise, ici son climat d'automne pluvieux et gris. Un dépaysement garanti dont je ne me lasse pas...
En cinq ans, j'avais oublié l'intrigue de ce roman policier et j'ai donc apprécié ma lecture autant que la première fois.

18967079

Ce livre a été adapté au cinéma en 2006 par l'Islandais Baltasar Kormákur sous le nom de Jar City (Mýrin).

Extrait : (début du livre)
Les mots avaient été écrits au crayon à papier sur une feuille déposée sur le cadavre. Trois mots, incompréhensibles pour Erlendur.
Le corps était celui d'un homme qui semblait avoir dans les soixante-dix ans. Il était allongé à terre sur le côté droit, appuyé contre le sofa du petit salon, vêtu d'une chemise bleue et d'un pantalon brun clair en velours côtelé. Il avait des pantoufles aux pieds. Ses cheveux, clairsemés, étaient presque totalement gris. Ils étaient teints par le sang s'échappant d'une large blessure à la tête. Sur le sol, non loin du cadavre, se trouvait un grand cendrier, aux bords aigus et coupants. Celui-ci était également maculé de sang. La table du salon avait été renversée.
La scène se passait dans un appartement au sous-sol d'un petit immeuble à deux étages dans le quartier de Nordurmyri. L'immeuble se trouvait à l'intérieur d'un petit parc entouré d'un mur sur trois côtés. Les arbres avaient perdu leurs feuilles qui recouvraient le parc, en rangs serrés, sans laisser nulle part apparaître la terre, et les arbres aux branches tourmentées s'élançaient vers la noirceur du ciel. Un accès couvert de gravier menait à la porte du garage. Les enquêteurs de la police criminelle de Reykjavik arrivaient tout juste sur les lieux. Ils se déplaçaient avec nonchalance, semblables à des fantômes dans une vieille maison. On attendait le médecin de quartier qui devait signer l'acte de décès. La découverte du cadavre avait été signalée environ quinze minutes auparavant. Erlendur était parmi les premiers arrivés sur place. Il attendait Sigurdur Oh d'une minute à l'autre.
Le crépuscule d'octobre recouvrait la ville et la pluie s'ajoutait au vent de l'automne. Sur l'une des tables du salon, quelqu'un avait allumé une lampe qui dispensait sur l'environnement une clarté inquiétante. Ceci mis à part, les lieux du crime n'avaient pas été touchés. La police scientifique était occupée à installer de puissants halogènes montés sur trépied, destinés à éclairer l'appartement. Erlendur repéra une bibliothèque, un canapé d'angle fatigué, une table de salle à manger, un vieux bureau dans le coin, de la moquette sur le sol, du sang sur la moquette. Du salon, on avait accès à la cuisine, les autres portes donnaient sur le hall d'entrée et sur un petit couloir où se trouvaient deux chambres et les toilettes.
C'était le voisin du dessus qui avait prévenu la police. Il était rentré chez lui cet après-midi après être passé prendre ses deux fils à l'école et il lui avait semblé inhabituel de voir la porte du sous-sol grande ouverte. Il avait jeté un œil dans l'appartement du voisin et l'avait appelé sans être certain qu'il soit chez lui. Il n'avait obtenu aucune réponse. Il avait attentivement scruté l'appartement du voisin, à nouveau crié son nom, mais n'avait obtenu aucune réaction. Ils habitaient à l'étage supérieur depuis quelques années mais ils ne connaissaient pas bien l'homme d'âge mûr qui occupait le sous-sol. L'aîné des fils, âgé de neuf ans, n'était pas aussi prudent que son père et, en un clin d'œil, il était entré dans le salon du voisin. Un instant plus tard, le gamin en était ressorti en disant qu'il y avait un homme mort dans l'appartement, ce qui ne semblait pas le choquer le moins du monde.
- Tu regardes trop de films, lui dit le père en s'avançant vers l'intérieur où il découvrit le voisin allongé, baignant dans son sang sur le sol du salon.
Erlendur connaissait le nom du défunt. Celui-ci était inscrit sur la sonnette. Mais, pour ne pas courir le risque de passer pour un imbécile, il enfila une paire de fins gants de latex, tira de la veste accrochée à la patère de l'entrée le portefeuille de l'homme où il trouva une photo de lui sur sa carte de crédit. C'était un dénommé Holberg, âgé de soixante-neuf ans. Décédé à son domicile. Probablement assassiné.
Erlendur parcourut l'appartement et réfléchit aux questions les plus évidentes. C'était son métier. Enquêter sur l'immédiatement visible. Les enquêteurs de la scientifique, quant à eux, s occupaient de résoudre l'énigme. Il ne décelait aucune trace d'effraction, que ce soit par la fenêtre ou par la porte. Il semblait à première vue que l'homme avait lui-même fait entrer son agresseur dans l'appartement. Les voisins avaient laissé une foule de traces dans l'entrée et sur la moquette du salon lorsqu'ils étaient rentrés dégoulinants de pluie et l'agresseur avait dû faire de même. A moins qu'il n'ait enlevé ses chaussures à la porte. Erlendur s'imagina qu'il avait été des plus pressés, puis il se dit qu'il avait pris le temps d'enlever ses chaussures. Les policiers de la scientifique étaient équipés d'aspirateurs destinés à ramasser les plus infimes particules et poussières dans l'espoir de mettre au jour des indices. Ils étaient à la recherche d'empreintes digitales et de traces de terre provenant de chaussures n'appartenant pas aux occupants des lieux. Ils étaient en quête d'un élément provenant de l'extérieur. De quelque chose qui signait le crime.

Déjà lu du même auteur :

la_cit__des_jarres La Cité des jarres  la_femme_en_vert La Femme en vert 

la_voix La Voix l_homme_du_lac L'Homme du lac hiver_arctique Hiver Arctique 

 hypothermie Hypothermie la_rivi_re_noire La rivière noire betty Bettý 

la_muraille_de_lave La muraille de lave etranges_rivages Etranges rivages

Challenge Petit BAC 2013
petit_bac_2013
"Objet"

Challenge Trillers et Polars

 88054471_o
catégorie "Même pas peur" :  13/25

Challenge Voisins, voisines

voisins_voisines_2013
Islande

  Défi Scandinavie noire 2012

dc3a9fi_scandinavie_noire
Islande

Challenge Cap au Nord
cap_au_nord

Posté par aproposdelivres à - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur La cité des jarres - Arnaldur Indridason

    j'ai emprunté la muraille de lave pour enfin découvrir cet inspecteur !

    Posté par clara, 26 novembre 2013 à 07:33 | | Répondre
    • ATTENTION : dans "La muraille de lave" et "La rivière noire" l'inspecteur Erlendur est parti en vacances donc absent de l'enquête...

      Posté par aproposdelivres, 26 novembre 2013 à 08:44 | | Répondre
  • En plus, La muraille de lave est celui que j'ai le moins aimé de la série. J'avais lu La femme en vert et je n'avais pas aimé; Puis, j'ai lu celui-ci et j'ai beaucoup aimé.

    Posté par val-m-les-livres, 26 novembre 2013 à 17:14 | | Répondre
  • ça me fait pensé qu'il faut que je reprenne cette "série"! Erlendur me manque (même si je sais déjà qu'il va être absent dans le titre qui m'attend sagement dans ma PAL...)

    Posté par lasardine, 27 novembre 2013 à 20:14 | | Répondre
  • Je n'ai pas vraiment accroché au premier Indridason que j'ai lu, La femme en vert, donc je ne pense pas retrouver Erlendur dans une autre lecture...

    Posté par Anne, 09 décembre 2013 à 20:37 | | Répondre
Nouveau commentaire