22 octobre 2013

Le bruit et la fureur - William Faulkner

Lecture Commune 
lecture_commune

"Un livre de William Faulkner"

faulkner_59 Le_bruit_et_la_fureur_de_William_Faulkner faulkner_78 2013_09_21_221032

Livre de Poche - 1959 - 

Folio - juillet 1972 - 384 pages

Folio - 1978 - 378 pages

traduit de l'américain par Maurice-Edgar Coindreau

Titre original : The sound and the fury, 1972

Quatrième de couverture : 
« oui je le hais je mourrais pour lui je suis déjà morte pour lui je meurs pour lui encore et encore chaque fois que cela se produit...
pauvre Quentin
elle se renversa en arrière appuyée sur ses bras les mains nouées autour des genoux
tu n'as jamais fait cela n'est-ce pas
fait quoi
ce que j'ai fait
si si bien des fois avec bien des femmes
puis je me suis mis à pleurer sa main me toucha de nouveau et je pleurais contre sa blouse humide elle était étendue sur le dos et par-delà ma tête elle regardait le ciel je pouvais voir un cercle blanc sous ses prunelles et j'ouvris mon couteau. »

Auteur : William Faulkner est né en 1897 dans l'Etat du Mississipi. Il appartient à une vieille famille aristocratique ruinée par la guerre de Sécession.
Après avoir essayé d'exercer différents métiers, après avoir vécu à New-York et à Paris, il revient habiter dans son pays natal et s'installe à Oxford, Mississippi. Il partage alors son temps entre la littérature et la gestion de ses terres.
William Faulkner a reçu le prix Nobel en 1949. Il est mort en juillet 1962.
Il est probablement l'écrivain américain qui a eu le plus d'influence sur la littérature contemporaine, et en France, en particulier, il a été découvert et commenté par André Malraux, Jean-Paul Sartre, Claude Edmonde-Magny et bien d'autres écrivains. 

Mon avis : (lu en octobre 2013)
Suite au Challenge « Le mois américain », ce livre m'a été offert l'année dernière par Titine à l'occasion d'un concours. Ce « mois américain » 2013 était l'occasion rêvée de le sortir de ma PAL...
J'ai été un déstabilisée par ce livre... Tout d'abord, j'ai commencé à le lire sans lire la préface et au bout de trente pages... je n'y comprenais rien... Je suis alors allée sur la blogosphère pour avoir quelques informations et j'ai compris que cette lecture se méritait et j'ai donc lu la préface qui m'a donnée de nombreux éléments pour me donner le courage de me plonger dans ce livre exigent et pour mieux comprendre cette lecture.

En voici une synthèse :
C'est l'histoire dramatique d'une famille blanche du Sud américain juste avant le crash boursier de 1929 : les Compson avec Jason, le père, pasteur, sa femme Caroline, leurs enfants, trois fils et une fille : Quentin, Candace (nommée Caddy), Jason et Maury. Maury est handicapé mental, il a été renommé Benjamin (ou Benjy) pour ne pas faire de tort à son oncle Maury (le frère de Caroline). Ils ont à leur service une famille de domestiques noirs, avec Roskus, le père, Dilsey, la mère et leurs garçons, T.P. et Versh et une fille, Frony. Pour en terminer avec les présentations, à l'âge adulte, Caddy a eu un fille qu'elle a nommé Quentin et Frony un fils nommé Luster.

Le livre est divisé en quatre parties : Dans la première, c'est Benjamin le narrateur, ce qui explique la difficulté de comprendre le début de l'histoire, l'esprit de Benjamin est désordonné et il mélange dans sa narration des évènements du présent (en 1928, il a alors trente-trois ans) et du passé (environ trente ans plus tôt) et il passe de l'un à l'autre comme du coq à l'âne...
Quentin fils est le narrateur de la deuxième partie, elle se situe en 1910 alors qu'il est étudiant à Havard. La narration n'est pas tellement plus claire...
Jason fils est le narrateur de la troisième partie qui se passe également en 1928. Il mêle également les évènements du présent avec ceux du passé.
La quatrième partie met en avant Dilsey, la vieille domestique noire spectatrice de la chute de la famille.

J'ai été laborieusement jusqu'au bout de cette lecture... Et je n'ai malheureusement pas su apprécier ce livre. La difficulté de lecture a primé sur le plaisir... J'ai raté le rendez-vous...

40049

En 1959, le réalisateur américain Martin Ritt a adapté le livre Le Bruit et la fureur (The Sound and the Fury) avec Yul Brynner, Joanne Woodward, Margaret Leighton. 

Extrait : (page 129)
Le tram s'approcha, s'arrêta. Le carillon sonnait toujours la demie. J'y montai et il repartit effaçant la demie. Non : moins le quart. Ça ne fera jamais que dix minutes, du reste. Quitter Harvard le rêve de ta mère vendu le pré de Benjy pour qu'ai-je fait pour mériter des enfants pareils Benjamin était un châtiment suffisant et elle maintenant sans la moindre considération pour moi sa propre mère j'ai souffert pour elle rêvé fait des plans des sacrifices je suis descendue dans la vallée et malgré cela jamais depuis le jour où elle ouvrit les yeux elle n'a pensé à moi autrement que par égoïsme parfois je la regarde et me demande si elle est bien vraiment ma fille sauf Jason lui ne m'a jamais causé une minute de chagrin depuis que je l'ai tenu dans mes bras je savais alors qu'il serait ma joie et mon salut je pensais que Benjamin était un châtiment suffisant pour les péchés que j'ai pu commettre je croyais c'était un châtiment pour avoir mis de côté mon orgueil et épousé un homme qui se croyait supérieur à moi je ne me plains pas je l'aimais plus que tout au monde à cause de cela par devoir bien que Jason me tînt au cœur cependant mais je vois maintenant que je n'ai pas assez souffert je vois maintenant qu'il me faut payer pour vos péchés aussi bien que pour les miens qu'avez-vous donc commis quels péchés votre riche et puissante famille a-t-elle donc déversés sur ma tête mais vous les soutiendrez toujours vous avez toujours trouvé des excuses pour ceux de votre sang il n'y a que Jason qui puisse mal faire parce qu'il est plus Bascomb que Compson tandis que votre propre fille ma petite fille ma petite enfant ne vaut elle ne vaut pas ça quand j'étais jeune j'étais malheureuse je n'étais qu'une Bascomb on me disait qu'il n'y a pas de milieu qu'une femme est une lady ou ne l'est pas mais je n'aurais jamais pu penser quand je la tenais dans mes bras qu'une de mes filles pourrait jamais se laisser aller à vous ne savez donc pas que je n'ai qu'à la regarder dans les yeux pour savoir 

mois_am_ricain 
Le Mois Américain : "Un livre de William Faulkner"

50__tats
45/50 :  Missouri

   Challenge Petit BAC 2013
petit_bac_2013
"Sentiment"

 

Posté par aproposdelivres à 06:23 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :