Sortie en Librairies : 5 Septembre 2013

Lu en partenariat avec les éditions Philippe Rey

book_220 Philippe Rey - septembre 2013 - 238 pages

traduit de l'italien par Nathalie Bauer

Titre original : Il rumore dei tuoi passi, 2012

Quatrième de couverture :
« La Forteresse », 1974 : une banlieue faite de poussière et de béton, royaume de l’exclusion. C’est là que grandissent Beatrice et Alfredo : elle, issue d’une famille pauvre mais unie, qui tente de se construire une vie digne ; lui, élevé avec ses deux frères par un père alcoolique et brutal. Presque malgré eux, ils deviennent bientôt inséparables au point de s’attirer le surnom de « jumeaux ».
Mais ce lien, qui les place au-dessus de leurs camarades, tels des héros antiques, est à la fois leur force et leur faiblesse. Car, parallèlement à la société italienne, touchée par la violence des années de plomb, leur caractère, leur corps et leurs aspirations évoluent. Chez Beatrice, qui rêve de rédemption et d’exil, l’amitié initiale se transforme peu à peu en amour sauvage, exclusif. Chez Alfredo, fragile et influençable, le désespoir s’accentue.
Drames familiaux, désœuvrement, alcool et drogue, tout semble se liguer pour détruire les deux jeunes gens. Et, quand l’héroïne s’insinue dans la vie d’Alfredo, Beatrice, tenace, ne ménage pas ses forces pour le sauver, refusant de comprendre que la partie est perdue.
Le bruit de tes pas est le récit de ces quinze années d’amitié et d’amour indéfectibles. Un premier roman âpre d’une sobre poésie, une voix qui perdure longtemps dans l’esprit de son lecteur.

Auteur : Née en 1985 dans une banlieue de Rome, Valentina d’Urbano est illustratrice de livres pour la jeunesse, Le bruit de tes pas est son premier roman. 

Mon avis : (lu en août 2013)
Le livre s'ouvre le 24 juin 1987 sur l’enterrement d’Alfredo, il avait vingt ans. Avec Beatrice, la narratrice du livre, ils étaient surnommés  « les jumeaux ». Dans cette histoire, Beatrice va revenir sur leur enfance à deux, puis leur adolescence. Ils vivent en Italie dans une banlieue bétonnée « La Forteresse » dans les années 70. Beatrice vit avec ses parents et son frère Francesco dans une famille unie. Depuis la mort de sa femme, le père d’Alfredo, est alcoolique et violent. Il bat ses trois fils. Presque tous les jours, Alfredo quitte son appartement et se réfugie à l'étage du dessus chez Beatrice où il est toujours accueilli comme le fils de la maison. Enfants, ils sont comme deux jumeaux, ils s'aiment fraternellement, Bea protège Alfredo et ce dernier prend soin d’elle. Puis vient l'adolescence, et leurs rapports changent, ils continuent à s'aimer mais veulent aussi l'un et l'autre s'émanciper. 
Dans ce roman, nous découvrons, une époque, un quartier délaissé qui vit presque en autarcie mais surtout la colère de Beatrice. 
Elle est en colère de ne pas avoir su dire à Alfredo tout ce qu'elle éprouvait pour lui. Elle est en colère de n’avoir pas su rendre Alfredo heureux, pour qu'il ait envie de vivre. Elle est en colère de subir son quartier, de continuer à y être très attachée tout en sachant qu'y rester la condamne à la misère.
Ce livre lui permet de faire sortir sa colère, de l'exprimer. 
Beatrice est une battante, elle ne va pas sombrer dans le désespoir au contraire, sa colère lui donne la rage de vivre, la rage de quitter ce quartier sans avenir, de se construire un futur.
Ce livre coup de poing avec une écriture sobre et percutante est un vrai coup de 
cœur pour moi. 

Merci Anaïs et les éditions Philippe Rey pour cette très belle découverte.

Note : ♥♥♥♥♥

 

Extrait : (début du livre)
24 juin 1987
Les jumeaux, voilà comment les gens nous appelaient.
Ils disaient qu'on était identiques, même si on ne se ressemblait pas.
Ils disaient qu'on était devenus le portrait craché l'un de l'autre à force de se côtoyer, deux gouttes d'eau. J'étais devant l'église.
Les graviers blancs se faufilaient dans mes sandales, me torturaient les pieds. Mais je n'y faisais pas attention, je continuais mon chemin jusqu'à l'ombre du parvis.
Vue de loin, l'église du quartier est un énorme blockhaus gris maladroitement encastré entre les immeubles. On dirait qu'on l'a fichée, enfoncée dans un trou trop étroit. Pourtant elle est là depuis des années et, de près, on la voit pour ce qu'elle est : quinze mètres de béton et des petits vitraux apparemment noirs, une porte renforcée, au sommet une croix tordue et toute rouillée qui tient comme par miracle.
On l'appelle la Pagode.
Ici, tout a un surnom. L'église, c'est la Pagode. Le quartier, c'est la Forteresse.
Et nous, on était les jumeaux.
Aujourd'hui aussi on nous a appelés comme ça. Il y avait un tas de gens dans l'église, ils murmuraient tous la même chose. Je ne me suis pas retournée, j'ai parcouru d'un pas lent la nef au sol brillant, et ils se sont écartés devant moi. Ils me regardaient à la dérobée, parce qu'autrement c'est mal.
J'ai eu l'impression d'être importante, au centre de l'attention, et j'ai trouvé absurde que cela m'arrive ainsi. Il me semblait que tous les yeux étaient pointés sur moi, même si les gens avaient l'air hébété, l'air de ne pas savoir quoi faire.

Ne vous inquiétez pas, avais-je envie de leur dire. Personne ne sait jamais quoi faire dans ces cas-là.
J'ai déposé le tournesol sur le cercueil et un baiser à l'endroit qui correspondait probablement à sa tête.
Puis j'ai rebroussé chemin du même pas lent et suis sortie.
Vu du parvis, le tournesol paraissait assez lourd pour tout écraser.
Les gens nous appelaient les jumeaux. Maintenant j'ignore comment ils m'appelleront.
Peut-être, enfin, par mon prénom, Béatrice. Un prénom particulier, insolite par ici.
Ma mère l'avait entendu prononcer à la télévision dans un film qui parlait d'une princesse.
Qui sait, l'idée de la princesse lui a plu, sans doute - je ne lui ai jamais posé la question.
La journée est belle. Un ciel encore bleu surplombe la Forteresse.
Je suis retournée à l'église et j'y suis restée jusqu'à la fin, assise au premier rang. J'ai écouté la messe, me suis levée aux bons moments, ai fait semblant de prier comme les autres.
Malgré la fatigue, l'envie de dormir et la nausée, j'ai simulé la dignité.

 Challenge 1% Rentrée Littéraire 2013
logorl2013
5/6

 Challenge Voisins, voisines
 voisins_voisines_2013
Italie

 d_fi_du_1er_roman 
Défi 1er roman