23 décembre 2012

Bilan Challenge Objectif PAL Swap !

logo_challenge_obj_pal_swap_2

J'avais lancé en fin 2011 ce Challenge pour m'encourager à faire baisser ma PAL Swap, c'est à dire la PAL des livres qui m'ont été offerts lors de SWAP. Il est vrai, que je prévilégie la lecture des livres des Bibliothèques ou pour des partenariats avant mes livres perso...

Je prolonge donc ce Challenge et j'invite ceux et celles qui veulent nous rejoindre à s'inscrire en laissant un commentaire ci-dessous.
Le but est de lire le plus de livres possible de sa PAL Swap d'ici fin 2013. 
Attention, la PAL Swap peut s'étoffer... 

Bilan des Participantes en 2012 : 

Valérie

1 - Mississippi d'Hillary Jordan
offert par Thiphanie lors du Swap Les Années Vertes organisé par Valérie

2 - Des bleus à l'âme de Françoise Sagan
offert par Sophie lors du Swap Une vague bleue organisé par Valérie

3- Comme ton ombre d'Elizabeth Haynes 
offert par Enna pour le Swap Eros et Thanatos organisé par Canel 

4 - Les étranges talents de Flavia de Luce d'Alan Bradley
offert par Thiphanie lors du Swap Les Années Vertes organisé par Valérie

5 - One Day/Un jour de David Nicholls 
offert par Lucie lors du Swap Red is so British organisé par Valérie 

6 - The Ginger tree/ Une odeur de gingembre d'Oswald Wynd 
offert par Manu lors du Swap Yello(w)range exotic organisé par Valérie 

7 - Apocalypse bébé de Virginie Despentes
offert par Manu lors du Swap Yello(w)range exotic organisé par Valérie

8 - Les demeurées de Jeanne Benameur 
offert par Aproposdelivres lors du Swap Mettez de la couleur dans votre PAL organisé par Valérie 

9 - Modus Operandi de Marin Ledun
 offert par Emeralda lors du Swap anniversaire organisé par Hérisson 

10 - Remarkable creatures/ Prodigieuses créatures de Tracy Chevalier 
offert par Sophie  lors du Swap Une Vague Bleu organisé par Valérie

11 - Thérapie de Sebastian Fitzek 
offert par Latite lors du Swap anniversaire organisé par Hérisson  

12 - La chambre mortuaire de Jean-Luc Bizien 
offert par Sophie lors du Swap Une vague bleue organisé par Valérie 

13 - L'effet Larsen de Delphine Bertholon 
offert par Hélène lors du Swap anniversaire organisé par Hérisson  

14 - Alex de Pierre Lemaître 
offert par Aproposdelivres lors du Swap Mettez de la couleur dans votre PAL organisé par Valérie 

 15 - La Reine et moi de Sue Townsend 
offert par Enna lors du Swap Eros et Thanatos organisé par Canel

16 - The Prince of Tides/ Le prince des marées de Pat Conroy
offert par Manu Swap Yello(w)range exotic organisé par Valérie

  17 - Les oreilles de Buster de Maria Ernestam 
offert par Aproposdelivres lors du Swap Mettez de la couleur dans votre PAL organisé par Valérie 

18 - Lady Susan de Jane Austen 
offert par Aproposdelivres lors du Swap Mettez de la couleur dans votre PAL organisé par Valérie

 19 - Habibi de Craig Thompson 
offert par Hérisson lors du Swap anniversaire organisé par Hérisson

 

Cacahuète

1 - Firmin de Sam Savage
offert par hélène lors du Swap Les Années Vertes organisé par Valérie

2 - Milarepa de E.E. SCHMITT
 offert par Melc lors du Swap Anniversaire 2012 organisé par Hérisson

3 - Mon patient Sigmund Freud de Tobbie Nathan
gagné à un concours organisé par catherine 

 4 - Tom petit Tom tout petit Homme Tom - Barbara Constantine
offert par hélène lors du Swap Les Années Vertes organisé par Valérie 

 5 - Un amour de Geek - Luc Blanvillain 
offert par Hérisson lors du Swap anniversaire organisé par Hérisson

 6 - La Secte des Egoïstes - Eric-Emmanuel Schmitt
offert par Melcd lors du Swap anniversaire organisé par Hérisson 

7 - Souad- Brulée vive
offert par Esmeraldae lors du Swap anniversaire organisé par Hérisson 

8 - Le passager - Patrick Senecal
offert par Jeneen lors du Swap anniversaire organisé par Hérisson 

9 - Olaf chez les Langre - Luc Beauvillain 
offert par Valérie lors du Swap anniversaire Hérisson

 10 - Fred Vargas - sous les vents de Neptune 

 11 - Zoé Shépard - Absolument dé-bor-dée ! 
offert par Emeralda lors du Swap anniversaire organisé par Hérisson

12 - A l'abri de rien d'Olivier Adam
offert par Liyah lors du swap anniv organisé par Hérisson

13 - La dernière énigme d'Agatha Christie
offert par Valérie lors du Swap anniversaire Hérisson

14 - Kamo l'idée du siècle de Daniel Pennac
offert par Valérie lors du Swap anniversaire Hérisson

 

Sofynet

 1 - Petit déjeuner chez Tiffany
offert par Yoshi  lors du Swap chocolat et cinéma 

 2 - Dark Vador et fils 
offert par XL pour le Swap une rentrée Geek

3 - Délicieuses pourritures de Joyce Carol Oates
offert par Rose pour le Swap 50 états

 

Jeenen 

 1 - Tom, petit Tom, tout petit homme Tom - Barbara Constantine
offert par XL lors du Swap Les Années Vertes organisé par Valérie 

2 - Mine de rien - P.Wentworth 
offert par Anne (des mots et des notes) pour le swap "partners in crime" organisé par Soukee

 

Arieste

1- Jane Austen à Scargrave Manor - Stephanie Barron
offert par Filipa 

 Aproposdelivres 

1 - Profondeurs - Henning Mankell (Suède)
offert par Thiphanie lors du Swap Une Vague Bleue organisé par Valérie  

2 - Brooklyn Follies – Paul Auster (États-Unis)
offert par Papillon lors du Swap in' Follies organisé par Amanda et Manu

 3 - Le Monde du bout du monde – Luis Sepúlveda (Chili)
offert par Thiphanie lors du Swap Une Vague Bleue organisé par Valérie

 4 - La délicatesse - David Foenkinos
offert par Sandrine lors du  Swap Eros et Thanatos organisé par Canel

5 - Un safari arctique – Jørn Riel (Danemark)
Pickwick qui m'a offert ce livre par  lors du Swap Scandinavia organisé par Isleene

6 - Si je reste – Gayle Forman (États-Unis)
offert par Azilis lors du Swap Anniversaire organisé par Hérisson 

7 - Les revenants – Laura Kasischke (États-Unis)
offert par Sophie lors du Swap Yello(w)range exotic organisé par Valérie

8 - Quand vous lirez ce livre... - Sally Nicholls (Grande-Bretagne)
offert par Hérisson08 lors du Swap Encre noire sur page blanche organisé par Valérie  

9 - Chroniques de l'asphalte 1/5 - Samuel Benchetrit 
offert par Pimousse4783 lors du Swap Les Vertes Années organisé par Valérie 

 10 - La mort indienne – Karin Fossum 
offert par mrs pepys lors du Swap Frissons en Noir & Blanc organisé par Canel  

11 - La chambre mortuaire - Jean-Luc Bizien
 offert par Valérie lors du Swap Mettez de la couleur dans votre PAL : le dernier organisé par Valérie 

 12 - Là où j'irai - Gayle Forman 
offert par Azilis lors du Swap Anniversaire organisé par Hérisson

Posté par aproposdelivres à 05:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 décembre 2012

Furioso – Carin Bartosch Edström

 Lu en partenariat avec les éditions JCLattès

furioso JC Lattès – octobre 2012 – 550 pages

traduit du suédois par Frédéric Fourreau

Titre original : Furioso, 2011

Quatrième de couverture :
En se retirant sur un paisible îlot privé de l’archipel de Stockholm, les musiciennes de l’ensemble Furioso pensaient enregistrer au calme le dernier Quatuor à cordes de Stenhammar. Mais lorsque Louise Armstahl doit cèder sa place de premier violon au charismatique Raoul Liebeskind, adulé par les femmes, l’équilibre qui régnait jusque-là vole en éclats. . 
De vieilles intrigues ressurgissent tandis que de nouvelles intrigues apparaissent, attisées par la passion de la musique. Une nuit, un corps sans vie est découvert alors que seuls les cinq musiciens se trouvent sur l’île. 
La commissaire Ebba Schröder se voit confier cette délicate enquête, d'autant plus difficile qu'entre secrets et rivalités tous semblent suspects...

Auteur : Carin Bartosch Edström est née en 1965, a grandi à Rome et à Lund. Elle a travaillé comme chef d'orchestre et suivi des études de composition musicale. Elle compose avant tout de l'opéra et de la musique de chambre. Elle traduit par ailleurs des opéras italiens.  

Mon avis : (lu en décembre 2012)
Louise est une brillante violoniste, elle a créé le quatuor Furioso avec Anna, Helena et Caroline. Elles ont prévues de passer quelques jours au calme à Svalskär, l'île privé de Louise, pour enregistrer le dernier Quatuor à cordes de Stenhammar. Mais juste avant de partir, Louise se blesse à la main, elle ne pourra plus jouer pendant quelques semaines. Elle fait donc appel à son ami Raoul pour la remplacer pour l'enregistrement prévu. Quatre femmes et un homme sur une île, c'est comme mettre un loup dans une bergerie...

Dans la première partie du livre, le lecteur découvre un huis clos entre les différents personnages et les relations complexes qu'ils ont les uns avec les autres.
Sachant que ce livre est un roman policier, le premier suspense sera de prévoir qu'elle sera la première victime ? En effet, durant cette première partie le lecteur ressent parfaitement les nombreuses tensions qu'il existe entre Louise, Caroline, Raoul, Anna et Helena et le drame imminent.
Dans la deuxième partie, entre en scène la commissaire Ebba Schröder et l'inspecteur Vendela Smythe-Fleming pour mener une enquête pleine de surprises... 

J'ai beaucoup aimé ce roman dont la construction est très différente des romans policiers habituels. Cette construction permet de bien connaître les différents protagonistes avant de suivre l’enquête d’un point de vue policier. Cela rend l’intrigue prenante et passionnante, le lecteur échafaude alors de nombreuses hypothèses... Une très belle surprise.

Un grand Merci à Emily et aux éditions JCLattès pour m'avoir permis de découvrir ce livre.

Extrait : (début du livre)
En se promenant le long de Strandvägen, à Stockholm, ce jour-là, il eut l'impression d'accomplir un rituel. Son corps était animé par un nouveau souffle de vie et son dos avait retrouvé sa souplesse d'antan. Il se sentait désormais l'âme d'un vainqueur. Alors que le compte à rebours était lancé depuis des années, il avait enfin eu cette idée géniale. Toutefois, même si, en pratique, cela ne nécessiterait qu'un tout petit effort de sa part, du moins dans un premier temps, la suite serait autrement plus ardue à mettre en 
œuvre. Il lui faudrait mentir à ses proches. 
Il s'y était préparé. Il avait pris les mesures nécessaires pour assurer son avenir.
Peder Armstahl avait pris conscience de son devoir dès qu'il avait été en âge de comprendre la place qu'il occupait au sein de la lignée. Il ne l'avait pas choisi, on ne lui avait même pas demandé son avis. Et, si quelqu'un lui avait demandé ce qu'il en pensait, il aurait probablement prétendu que c'était un honneur. Ce qui n'aurait rien eu de surprenant.
Mais ce devoir, qui constituait sa vraie raison de vivre, était difficile à endosser. Jusque-là, en effet, la tâche s'était révélée insurmontable.
Il avait dû se faire une raison après ses échecs répétés. Tandis que sa famille s'était gardée de tout commentaire à ce sujet. Ils auraient au moins pu faire en sorte que leurs v
œux ne sonnent pas si faux à chaque nouveau baptême.

 

Challenge 4% Littéraire 2012

  logochallenge2  
25/28

Challenge Voisins, voisines

voisin_voisines2012
Suède

 Challenge Thriller 
challenge_thriller_polars
catégorie "Même pas peur" : 18/12

 Défi Scandinavie noire 2012

dc3a9fi_scandinavie_noire
Suède 

Challenge Littératures Nordiques

litterature_nordique

Lu dans le cadre du Challenge Défi Premier roman

d_fi_du_1er_roman

 

Posté par aproposdelivres à 06:52 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 décembre 2012

Baby Challenge Policier - Livr@ddict 2013

Je n’ai pas encore terminé le Baby Challenge Polar - Livr@ddict 2012
et je me ré-inscris pur celui de 2013 !

Le but du "baby-challenge" est de lire le plus possible de livres de chacune des listes :

policier

Baby Challenge - Policier Livraddict : 15/20 (14+1) déjà lus 

1 ~  Les Spellman se déchaînent de Lisa Lutz
2 ~  Dix petits nègres – Agatha Christie
3 ~  Le Poète de Michael Connelly
4 ~  Le crime de l'Orient-Express - Agatha Christie
5 ~  La Femme en vert - Arnaldur Indridason
6 ~  La Maison de soie de Anthony Horowitz
7 ~  Mygale - Thierry Jonquet
8 ~  Sous les vents de Neptune - Fred Vargas
9 ~  Millénium, tome 2 : La Fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette 
- Stieg Larsson
10 ~  La Trilogie berlinoise – Philip Kerr
11 ~  Les Dossiers Dresden, tome 03 : L'Aube des spectres / Tombeau ouvert de Jim Butcher
12 ~  Un lieu incertain - Fred Vargas
13 ~  L'anneau de Moebius de Franck Thilliez

14 ~  L'Aliéniste de Caleb Carr
15 ~  Le Nom de la rose - Umberto Eco
16 ~  Innocent - Harlan Coben
17 ~  L'affaire Jane Eyre de Jasper Fforde
18 ~  L'étrangleur de Cater Street - Anne Perry
19 ~  Le huit de Katherine Neville
20 ~  L'Énigme des Blancs-Manteaux de Jean-François Parot

Livres Joker :

1 ~  Cadres noirs de Pierre Lemaitre
2 ~  Le Prédicateur - Camilla Läckberg
3 ~  Running Man de Richard Bachman
4 ~  Le tableau du Maître flamand de Arturo Perez-Reverte
5 ~  La prime de Janet Evanovich

Médaille en Chocolat à 8/20
Médaille de Bronze à 12/20

Médaille d'Argent à 16/20
Médaille d'Or à 20/20

Posté par aproposdelivres à 06:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Baby Challenge Contemporain - Livr@ddict 2013

Je n’ai pas encore terminé le Baby Challenge Contemporain - Livr@ddict 2012
et je me ré-inscris pour celui de 2013 !

Le but du "baby-challenge" est de lire le plus possible de livres de chacune des listes :

contemporain

Baby Challenge - Contemporain Livraddict : 11/20 (9+2) déjà lus

1 ~  Beignets de tomates vertes - Fannie Flagg
2 ~  La Ballade de Lila K - Blandine Le Callet
3 ~  La Couleur des sentiments - Kathryn Stockett
4 ~  Amours et autres enchantements de Sarah Addison Allen
5 ~  Le Confident - Hélène Gremillon
6 ~  Le Jardin des Secrets de Kate Morton 
7 ~  Sobibor de Jean Molla
8 ~  La Poursuite du Bonheur de Douglas Kennedy
9 ~  L'Ombre du vent - Carlos Ruiz Zafon
10 ~  La Saga Malaussène, tome 4 : Monsieur Malaussène de Daniel Pennac
11 ~  Le Corps Exquis de Poppy Z. Brite
12 ~  Lucky Harbor, tome 2 : Tendrement de Jill Shalvis 
13 ~  Le coeur cousu - Carole Martinez
14 ~  De l'eau pour les éléphants de Sara Gruen
15 ~  Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates - Mary Ann Shaffer
16 ~  Le cherche-bonheur de Michael Zadoorian 
17 ~  Le Cercle des poètes disparus – N.H. Kleinbaum
18 ~  L'Oeuvre de Dieu, la part du Diable de John Irving
19 ~  Kafka sur le rivage de Haruki Murakami
20 ~  Oscar et la dame rose - Eric-Emmanuel Schmitt

Livres Jokers : 

1 ~  Rien ne s'oppose à la nuit - Delphine de Vigan
2 ~  Un jour de David Nicholls
3 ~  Demain j'arrête ! de Gilles Legardinier
4 ~  Dieu est un pote à moi de Cyril Massarotto 
5 ~  Prodigieuses Créatures - Tracy Chevalier

Médaille en Chocolat à 8/20
Médaille de Bronze à 12/20
Médaille d'Argent à 16/20
Médaille d'Or à 20/20

 

Posté par aproposdelivres à 06:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 décembre 2012

L’interprétation des peurs - Wulf Dorn

l_interpretation_des_reves Le Cherche Midi – mai 2012 – 432 pages

traduit de l'allemand par Joël Falcoz

Titre original : Trigger, 2009

Quatrième de couverture :
Psychiatre de talent, Ellen Roth reçoit en consultation dans la clinique où elle travaille une femme en état de choc, qui lui confie être harcelée par un homme, sur lequel elle refuse de donner le moindre détail. Serait-elle en proie à un délire de persécution ? Ellen n'a pas le temps d'en apprendre plus : à peine internée, l'inconnue disparaît. Quelques jours plus tard, un mystérieux individu agresse Ellen et lui lance un macabre défi : elle a quarante-huit heures pour découvrir qui il est et les raisons qui le poussent à s'en prendre à elle, sans quoi la patiente disparue mourra. C'est le début d'une course contre la montre pour Ellen, confrontée à la paranoïa, la peur et la violence. Bien vite, elle se retrouve isolée de tous, ne pouvant compter sur personne. Et avec très peu de temps pour découvrir ce qui, dans sa vie et celle de ses proches, peut motiver cet inconnu qui semble en savoir très long sur elle.

Auteur : Né en 1969, Wulf Dorn écrit depuis l'âge de 12 ans. Plusieurs de ses nouvelles ont été publiées et récompensées par des prix littéraires. L'Interprétation des peurs est son premier roman. Il vit à Ulm, en Allemagne.

Mon avis : (lu en décembre 2012)
Ce livre est un thriller psychologique. L'histoire a pour cadre un hôpital psychiatrique. Ellen Roth, brillante psychiatre, a pour patiente une femme maltraitée et terrorisée admise depuis peu dans la Clinique du Bosquet. Ellen voudrait aider cette femme et elle y met toutes ses forces.
Pendant une centaine de pages le lecteur est happé par l'intrigue dont le suspens devient de plus en plus intense. Certains passages sont plutôt flippants (livre à éviter de lire avant d'aller se coucher...). J'ai même éprouvé un certain malaise et une impression désagréable car, comme un schizophrène, je n'arrivais plus à distinguer ce qui était réel et ce qui était imaginaire... Malgré tout, j'avais très envie de savoir comment cette histoire allait pouvoir se terminer... 
Le milieu du livre est plus difficile à suivre, j'ai eu l'impression de tourner en rond, de répétitions, des rebondissements peu crédibles et la bonne impression du début retombait. Heureusement, le dénouement et la conclusion de cette histoire est inattendu et efficace. Au cours de ma lecture, j'avais échafaudé quelques hypothèses et j'étais complètement à côté. 

Une lecture prenante et captivante mais le malaise et les peurs que suscitent ce livre ne sont pas vraiment agréables. 

Autres avis : Theoma, Clara, Canel, HélèneKeishaNadaelMimiAkialam

Extrait : (début du livre)
Il est des lieux maléfiques, nimbés de légendes. De tels lieux sont régulièrement le théâtre d'évènements funestes, comme s'ils se nourrissaient de drames.
Pour Hermann Talbach, la ferme en ruine du vieux Sallinger était de ces endroits maudits. Tout le monde dans le village en était convaincu. Certains allaient jusqu'à prétendre que quiconque osait s'en approcher sombrait dans la folie. Comme jadis Sallinger qui, un soir de mai, avait mis le feu aux bâtiments avant de périr dans les flammes avec sa femme et ses deux enfants.
Or, ce jour-là, Talbach était pressé d'atteindre la ruine. Tandis qu'il arpentait le sentier forestier avec Paul, son apprenti, il priait pour qu'il ne soit pas trop tard. Il était de leur devoir d'empêcher une nouvelle tragédie.
Talbach n'avait pas eu le temps de se changer. En bleu de travail, les mains pleines de cambouis, il passa en hâte près des vestiges de l'ancien portail couverts de mousse. Le mécanicien avait dépassé la quarantaine et boitillait suite à un accident sous le pont élévateur de son garage. Pourtant, il ne ralentissait pas l'allure. Paul, âgé de dix-neuf ans, peinait à le suivre.

 

 Grand_Prix_des_Lectrices_2013 
Sélection policier 
Jury Novembre

 Challenge Thriller 

challenge_thriller_polars

catégorie "Même pas peur" : 17/12

Challenge Voisins, voisines

voisin_voisines2012
Allemagne

Lu dans le cadre du Challenge Défi Premier roman

d_fi_du_1er_roman

 

 

Posté par aproposdelivres à 06:37 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,


19 décembre 2012

Challenge Petit BAC 2013

petit_bac_2013

Durant le mois de décembre, je me suis ré-inscrite au Challenge Petit BAC pour 2013 organisé par Enna,
il s'agit de lire des romans ayant dans leurs titres un mot correspondant aux différentes rubriques
du "Petit BAC". Au moins 1 livre pour chacune des rubriques.
Cette année, il y a de nouvelles rubriques...

 Voici ma liste : 
avec quelques livres déjà dans ma PAL perso ou empruntés à la Bibliothèque...

Prénom :
(fille ou garçon ou surnom)

 chucho_folio1 Alex_cd la_v_rit__sur_l_affaire_harry_quebert l_enfance_d_alan la_voie_marion_p luke_et_jon en_souvenir_d_Andr_ les_morts_de_la_st_jean_point louis_pas___pas tout_le_monde_jl  Heidi_and_her_grandfather_jessie_willcox_smith histoire_d_alice Antigone_x d_fendre_jacob

Chucho – Grégoire Polet (1)
Alex - Pierre Lemaitre (2)
La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert - Joël Dicker (3)
L'enfance d’Alan - Emmanuel Guibert (4)
La voie Marion - Jean-Philippe Mégnin (5)
Luke et Jon - Robert Williams (6)
En souvenir d'André - Martin Winkler (7)
Les morts de la Saint-Jean - Henning Mankell (8)
Louis, pas à pas - Gersende et Francis Perrin (9)
Tout le monde n'a pas le destin de Kate Middleton - Fred Ballard (10)
Heidi - Johanna Spyri (11)
Histoire d'Alice, qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, plus un) - Francis Dannemark (12)
Antigone - Jean Anouilh (13)
Défendre Jacob - William Landay (14)

 Lieu  :
(réel ou imaginaire, ville, pays, continent, ou lieu géographique naturel)

cour_nord le_potagerdes_malfaiteurs_p le_monde___l_endroit TH968 shenzhen pyongyang immortelle_randonnee john_irving_le_monde_selon_garp LIV436M palmerbretagne 92205718

Cour Nord - Antoine Choplin (1)
Le potager des malfaiteurs ayant échappé à la pendaison - Arto Paasilinna (2)
Le monde à l'endroit - Ron Rash (3)
Dernière nuit à Twisted River – John Irving (4)
Shenzhen - Guy Delisle (5)
Pyongyang - Guy Delisle (6)
Immortelle randonnée Compostelle malgré moi - Jean-Christophe Rufin (7)
Le monde selon Garp - John Irving (8)
La lune était noire - Michael Connelly (9)
Palmer en Bretagne - Pétillon (10)
La pendue de Londres - Didier Decoin (11)

 Animal : (réel ou imaginaire)

simons_cat chiens_de_sang_p le_singe_de_H dans_le_jardin_de_la_bete les_Renards_p_les 
les_perroquets_de des_souris_et_des_hommes_audio 
92155039 92400245

Simon's cat se fait la belle - Simon Tofield (1)
Chiens de sang - Karine Giebel (2)
Le singe de Hartlepool - Wilfrid Lupano, Jérémie Moreau (3)
Dans le jardin de la bête - Erik Larson (4)
Les Renards pâles - Yannick Haenel (5)
Les perroquets de la place d'Arezzo - Eric-Emmanuel Schmitt (6)
Des souris et des hommes - John Steinbeck (7)
Orignal - Max de Radiguès (8)
La Marche du crabe, tome 2 : L'Empire des crabes - Arthur de Pins (9)

Objet :

l_anneau_de_moebius_cd la_vall_e_des_masques_j lame_de_fond tabloid_city le_manuscrit_retrouve millenium2_audio de_pierre_et_de_cendre 9782330018962 2013_10_06_140809 la_lettre_a_helga 91768788

L'anneau de Moebius – Franck Thilliez (1)
La vallée des masques - Tarun Tejpal (2)
Lame de fond – Linda Lê (3)
Tabloid City - Peter Hamill (4)
Le Manuscrit retrouvé - Paulo Coelho (5)
Millénium 2 : La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette - Stieg Larsson (6)
De pierre et cendre - Linda Newbery (7)
Le gardien de phare - Camilla Läckberg (8)
L'envolée sauvage : La Boîte aux souvenirs – Galandon et Monin (9)
La Lettre de Helga - Bergsveinn Birgisson (10)
La cité des jarres - Arnaldur Indridason (11)

Couleur :

le_jeu_des_ombres le_terrorisme_noir indigo yellows_birds la_part_du_feuchaveto_ldp crimes_et_jeans_slim_p les_lumi_res_du_ciel Canap__Rouge_p d_acier_jl les_cailloux_bleus_cd 91540540

Le jeu des ombres - Louise Erdrich (1)
Le terroriste noir – Tierno Monénembo (2)
Indigo - Catherine Cusset (3)
Yellow birds - Kevin Powers (4)
La part du feu - Hélène Gestern (5)
Chaveta : L'arche d'or des Incas - Jéromine Pasteur (6)
Crimes et jeans slim - Luc Blanvillain (7)
Les lumières du ciel - Olivier Maulin (8)
Le canapé rouge - Michèle Lesbre (9)
D'acier - Silvia Avallone (10)
Les cailloux bleus - Christian Signol (11)
La ligne noire - Jean-Christophe Grangé (12)

 

 Partie du corps (humain) 

la_t_te___Toto les_yeux_jaunes_CD Ne_lache_pas_ma_main_600x966 blast_0 millenium3_audio 
piege_nuptial_audiosur_ma_peau_p192014366 91573026

 La Tête à Toto - Sandra Kollender (1)
Les yeux jaunes des crocodiles – Katherine Pancol (2)
Ne lâche pas ma main – Michel Bussi (3)
Blast : 3 - La tête la première - Manu Larcenet (4)
Millenium 3 : La reine dans le palais des courants d'air - Stieg Larsson (5)
Piège nuptial / Cul de sac - Douglas Kennedy (6)
Sur ma peau - Gillian Flynn (7)
Dent d'ours - tome 1 : Max - Yann et Alain Henriet (8)
Comme les doigts de la main - Olivier Adam (9)

 

Phénomène météorologique : 
pluie, vent, tempête, ouragan, soleil, nuages, canicule, neige, froid, chaleur, etc...
et les 4 saisons ainsi que les mots "temps" et "météo"

orages_ordinaires_CD  blanche_neige_doit_mourir les_averses_d_automne 1151_couv 9782226246806

  autumn_laing l_air_d__t__est_rempli_de_promesse 9782226249746g 2013_10_14_195047 esprit_de_dhiver 90620842_p

Orages ordinaires - William Boyd (1)
Les saisons de l'envol - Manjushree Thapa (2)
Blanche-Neige doit mourir - Nele Neuhaus (3)
Les averses d'automne - Tuna Kiremitçi (4)
Un Printemps à Tchernobyl - Emmanuel Lepage (5)
Autumn Laing – Alex Miller (6)
L'air d'été est rempli de promesses - Alexander McCall Smith (7)
Dans le silence du vent - Louise Erdrich (8)
Le Démon des brumes - Luc Blanvillain (9)
Esprit d'hiver - Laura Kasischke (10)
Smilla et l'amour de la neige - Peter Høeg (11)

Aliment / Boisson 

gastoon envoleesauvage01_ envoleesauvage02_ l_envol_e_sauvage3 Cercle_litt_raire_audiolib
 un_monde_si_parfait la_reine_des_pommes_foliox 92348968 book_231

Gastoon, Tome 2 : Des vertes et des pas mûres ! - Jean et Simon Léturgie et Yann (1)
L'envolée sauvage : La Dame blanche – Galandon et Monin (2)
L'envolée sauvage : Les Autours des palombes – Galandon et Monin (3)
L'envolée sauvage : Le Lapin d'Alice – Galandon et Monin (4)
Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates - Mary Ann Shaffer, Annie Barrows (5)
En un monde parfait - Laura Kasischke (6)
La reine des pommes - Chester Himes (7)
La Marche du crabe, tome 1 : La Condition des crabes - Arthur de Pins (8)
Tony Hogan m'a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman - Kerry Hudson (9)

 

Chiffre / Nombre

enfant_44_cd 6h41 la_cinqui_me_femme a_copier_100_fois la_5e_saison La_femme_a_1000_7036 50_nuances_de_grey_audio charly_9_cd chambre_2 le_premier_qui_pleure sorj_chalandon_le_quatrieme_mur double jeu

Enfant 44 - Tom Rob Smith (1)
06H41 - Jean-Philippe Blondel (2)
La cinquième femme - Henning Mankell (3)
A copier 100 fois - Antoine Dole (4)
La 5e saison - Mons Kallentoft (5)
La femme à 1000° - Hallgrimur Helgason (6)
50 nuances de Grey - E L James (7)
Charly 9 - Jean Teulé (8)
Chambre 2 - Julie Bonnie (9)
Le premier qui pleure a perdu - Sherman Alexie (10)
Le quatrième mur - Sorj Chalandon (11)
Double jeu - Jean-Philippe Blondel (12)

 

Sentiment

d_saccords heureux_les_heureux qu_avonsnous_fait_de_nos_reves __moi_seul_bien_des_personnages_cd baby_love_joyce_maynard 9782356414328_T JUSTE_AVANT_LE_BONHEUR Miseracorde_audio la_tectonique_des_sentiments_GC n_ai_pas_peur_si_je_t_enlace_ un_p_re_en_col_re 2013_09_21_221032 90944409

dés-accords - Bernard Friot (1)
Heureux les heureux - Yasmina Reza (2)
Qu'avons-nous fait de nos rêves ? - Jennifer Egan (3)
A moi seul bien des personnages – John Irving (4)
Baby Love - Joyce Maynard (5)
Éloge de la faiblesse - Alexandre Jollien (6)
Juste avant le bonheur - Agnès Ledig (7)
Miséricorde - Jussi Adler Olsen (8)
La tectonique des sentiments - Eric-Emmanuel Schmitt (9)
N'aie pas peur si je t'enlace - Fulvio Ervas (10)
Un père en colère - Jean-Sébastien Hongre (11)
Le bruit et la fureur - William Faulkner (12)
La mécanique du bonheur - David Bergen (13)

 

Gros mot (facultatif) 

 z_ro_point_ la_femme_parfaite_est_une_connasse 91959702

Zéro pointé : Quand les profs se lâchent – François Langrand (1)
La femme parfaite est une connasse ! - Anne-Sophie et Marie-Aldine Girard (2)
Les gosses - Valérie Clo (3)

 

Récapitulatifs : Challenge Petit BAC 2012Challenge Petit Bac 2011

Posté par aproposdelivres à 06:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

18 décembre 2012

Gains - Richard Powers

Lu en partenariat dans le cadre des 
Matchs de la Rentrée Littéraire de Priceminister

15

gains Le Cherche Midi – août 2012 – 630 pages

traduit de l'anglais (États-Unis) par Claude et Jean Demanuelli

Titre original : Gain, 1998

Quatrième de couverture :
1830. La famille Clare crée à Boston une petite entreprise de savon. Celle-ci va évoluer au rythme des Etats-Unis et devenir, un siècle et demi plus tard, une véritable multinationale. Des plantes médicinales aux cosmétiques, détergents et autres insecticides, des pionniers inventifs au règne de la communication et du libéralisme, le chemin sera long et impitoyable. 1998. Laura Bodey, 42 ans, divorcée, mère de deux enfants, travaille dans l'immobilier à Lacewood, Illinois, siège des usines de Clare Inc. Sa vie va basculer et son destin converger d'une façon inattendue avec celui de la multinationale, faisant d'elle une victime révoltée par l'idée de fatalité. Après Trois fermiers s'en vont au bal et Le Temps où nous chantions, Richard Powers ausculte l'influence du libéralisme sur la vie quotidienne et les destinées individuelles. Animé à la fois par une vision globale et une rare puissance émotive, il plonge le lecteur dans les contradictions de la société de consommation, et met en scène avec brio et tension les gains et les pertes auxquels est confronté l'humain.

Auteur : Richard Powers est né à Evanston, dans l'Illinois, en 1957. Paru aux États-Unis en 1998, Gains est son sixième roman publié en France.

Mon avis : (lu en décembre 2012)
Ayant déjà lu et aimé "Le temps où nous chantions" du même auteur, je n'ai pas hésité à choisir "Gains" le dernier livre de Richard Powers pour l'opération Matchs de la Rentrée Littéraire de Priceminister
Ce livre raconte deux histoires : d'une part, celle de l'entreprise Clare qui naît en 1830 et qui petit à petit grandit jusqu'à devenir une multinationale et d'autre part celle de Laura, elle a 42 ans en 1998, mère divorcée de deux enfants, elle travaille dans l'immobilier à Lacewood. Le lecteur comprend assez vite que ces deux histoires sont liées. L'auteur met en parallèle la puissance économique et les crises financières avec le combat de Laura face à la maladie.

J'ai eu un peu de mal à entrer dans ce livre, sans doute à cause de la forme du livre où il n'y a pas de chapitre, seules des lignes horizontales marquent les séparations entre les paragraphes évoquant Clare et ceux consacrés à Laura. Les parties sur l'entreprise Clare sont un peu rébarbatives et traînent en longueur, à un moment, j'ai même été tentée de les sauter, finalement, j'ai préféré les lire mais en les survolant... De beaucoup, j'ai préféré suivre l'histoire de Laura.

Ce livre, publié en 1998 aux Etats-Unis reste très actuel, il dénonce la société de consommation et les manipulations dont les plus petits sont les victimes.  
Une histoire superbement écrite, poignante et humaine qui nous donne à réfléchir.

Un grand Merci à Oliver, à Priceminister et à Le Cherche Midi éditions pour ce partenariat.

Note : 16/20

15

 Matchs de la rentrée littéraire 2012 - Bilan des blogueurs

Extrait : (début du livre)
Le jour avait une façon bien à lui d'éveiller Lacewood. La tapotant délicatement comme on le ferait d'un nouveau-né. Lui frictionnant les poignets pour la ramener à la vie. Lorsque la matinée était tiède, on se rappelait sans difficulté la raison pour laquelle on s'activait. Il fallait battre le fer pendant qu'il était chaud. Travailler ici et maintenant, précisément parce que là où on allait il n'y avait nulle part où travailler.
Mai donnait l'impression que cette ville n'avait jamais abrité de pêcheurs. Le printemps ouvrait grand les battants des fenêtres. La lumière débarrassait les chênes de leurs derniers doutes hivernaux, faisant naître de nouvelles pousses à partir de rien, vous laissant libre encore une fois de gagner votre pitance. Quand le soleil était de la partie à Lacewood, on pouvait enfin vivre. 

La trace de Lacewood, on la retrouvait partout : à Londres, à Boston, aux îles Fidji, dans la baie de la Désillusion. Mais toutes les traces aboutissaient là, dans cette ville consacrée à la production. Certains matins, surtout les matins ensoleillés, l’histoire s’évanouissait. La longue route qui menait jusqu’à aujourd’hui disparaissait, se perdait dans le voyage encore à venir.
La ville avait d’abord subsisté grâce à la terre revue et corrigée. Les prairies aux herbes folles avaient cédé la place au grain, à une seule variété d’herbe comestible, qui, cultivée sur une grande échelle, faisait que même l’herbe pouvait rapporter. Plus tard, Lacewood s’était élevée grâce au génie humain : une série de transformations alchimiques lui avait apporté la prospérité. On l’avait nourrie d’argile schisteuse, engraissée à la cendre d’os et au guano. Les découvertes se succédaient aussi sûrement que mai suit avril.
Il avait dû exister une époque où, quand on parlait de Lacewood, on ne parlait pas forcément de Clare Incorporated. Mais personne ne s’en souvenait. Aucun de ceux qui étaient encore en vie n’était assez vieux pour cela. Impossible de prononcer un des deux noms sans aussitôt évoquer l’autre. C’est par le large canal de cette compagnie que s’écoulait toute la grâce jamais répandue sur Lacewood. Les grandes boîtes noires en bordure de la ville retiraient des pépites de la boue. Et Lacewood était devenue l’emblème des richesses qu’elle fabriquait.

Déjà lu du même auteur : 

le_temps_ou_nous_chantions_p Le Temps où nous chantions

 50__tats
35/50 : Illinois

Challenge 4% Littéraire 2012

logochallenge2
24/28

 

 

Posté par aproposdelivres à 06:36 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

17 décembre 2012

C'est Lundi que lisez-vous ? [105]

BANNIR
(c) Galleane

C'est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane  

Qu'est-ce que j'ai lu cette semaine ?

karine_reysset_les_yeux_au_ciel le_cercle un_pur_hasard avenue_des_geants les_pays 

Les yeux au ciel - Karine Reysset (LC - 10 décembre)
Le cercle - Bernard Minier 
Un pur hasard - Frédérique Deghelt 
Avenue des géants - Marc Dugain 
Les pays – Marie-Hélène Lafon

Qu'est-ce que je lis en ce moment ?

Gains - Richard Powers (partenariat PriceMinister)
L'Interprétation des peurs - Wulf Dorn (Grand Prix des Lectrices de Elle)

Que lirai-je cette semaine ?

Furioso - Carin Bartosch Edström (partenariat JC Lattès)
La décapotable rouge - Louise Erdrich (partenariat Albin Michel)

Bonne semaine et bonne lecture. 

Posté par aproposdelivres à 06:19 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

16 décembre 2012

Les pays – Marie-Hélène Lafon

les_pays Buchet Chastel – septembre 2012 – 208 pages

Quatrième couverture :
À la porte de Gentilly, en venant de la gare, on n’avait pas vu de porte du tout, rien de rien, pas la moindre casemate, quelque chose, une sorte de monument au moins, une borne qui aurait marqué la limite, un peu comme une clôture de piquets et de barbelés entre des prés.

Fille de paysans, Claire monte à Paris pour étudier. Elle n’oublie rien du monde premier et apprend la ville où elle fera sa vie. Les Pays raconte ces années de passage.

Auteur : Marie-Hélène Lafon vit à Paris. Elle est professeur de lettres classiques. Tous ses romans, dont L'Annonce (prix Page des libraires 2009)

Mon avis : (lu en décembre 2012)
Ce livre se divise en trois parties : Claire vient du Cantal, elle a passé toute son enfance à la ferme. Son premier voyage à Paris, c'est à l'occasion du Salon de l'Agriculture. Elle est adolescente, elle est venue avec son père et son frère et le dépaysement est totale.
Quelques années plus tard, Claire est venue faire ses études à Paris, étudier le latin et le grec à la Sorbonne. Travailleuse et solitaire, elle découvre un monde où il faut intégrer de nombreux codes totalement inconnus pour quelqu'un de son origine et de son milieu.
Claire a maintenant la quarantaine, elle vit seule à Paris, elle s'est éloignée de ses origines et Paris est devenu son pays. Quelques jours par an, elle reçoit son père et son neveu venus passer quelques jours à Paris.

Le titre « les pays » fait allusion à l'expression populaire pays pour désigner une personne issue de la même origine géographique et la même identité culturelle, et qui se rencontrent en dehors de ce contexte régional.

C'est très bien écrit même si certaines phrases sont tellement longues que l'on en perd le fil. Il y a de nombreuses descriptions précises et évocatrices. Ce livre est intéressant, mais j'en attendais plus d'émotion. Je suis restée à l'extérieur du livre, et par moment je l'ai trouvé long et ennuyeux. Dommage.

Extrait : (début du livre)
On resterait partis quatre jours. On logerait à Gentilly, dans la banlieue, on ne savait pas de quel côté mais dans la banlieue, chez des sortes d'amis que les parents avaient. C'était le début de mars, quand la lumière mord aux deux bouts du jour, on le voit on le sent, mais sans pouvoir encore compter tout à fait sur le temps, sans être sûr d'échapper à la grosse tombée de neige, carrée, brutale, qui empêche tout, et vous bloque, avec les billets, les affaires et les sacs préparés la veille, au cordeau, impeccables alignés dans le couloir; vous bloque juste le jour où il faut sortir, s'extraire de ce fin fond du monde qu'est la ferme. On n'y passe pas, on ne traverse pas, on y va, par un chemin tortueux et pentu, caparaçonné de glace entre novembre et février quand il n'est pas capitonné de neige grasse ou festonné de congères labiles ; on s'enfonce, le chemin est comme un boyau, entre les noisetiers ronds et les frênes et d'autres arbres dont personne ne dit le nom, parce que l'occasion manque de nommer les choses, et pour qui, pourquoi, qui voudrait savoir. On prendrait le train à Neussargues, un train direct, sans changement jusqu'à Paris. Changer eût été difficile, voire exorbitant, ou périlleux ; à trois, on n'aurait pas su au juste où aller dans la gare de Clermont que l'on ne connaissait pas, où il aurait fallu prendre un souterrain, monter et descendre des escaliers, repérer un quai, en traînant les bagages, sans rien oublier sans rien perdre, surtout le gros sac bleu du père où étaient les cadeaux pour les amis, fromages, de deux sortes, cantal et saint-nectaire, et cochon maison, boudin terrine rôti saucisses, de quoi nourrir cinq personnes pendant quatre jours et plus. Le père aurait préféré partir en voiture ; jusqu'à Clermont c'est facile, il sait il l'a déjà fait, ensuite on se lance, on aurait suivi les panneaux, Paris est toujours indiqué. Le père avait insisté au téléphone, en janvier quand on s'était souhaité la bonne année et que le voyage avait vraiment été décidé. Cette fois c'était bon, on ne reculerait plus, depuis le temps qu'il s'en parlait, de ça, de venir à Paris quelques jours au moment du Salon, on devrait pouvoir s'arranger pour les bêtes à la ferme et partir à peu près tranquille, avec les gamins, les deux plus jeunes, la fille et le garçon, Claire et Gilles, qui n'avaient jamais vu la tour Eiffel. Au téléphone on n'entendait pas ce que disaient les amis de Gentilly, elle d'abord la femme, Suzanne, et lui ensuite Henri, l'homme, le Parisien le vrai, qui était né là-bas et avait l'accent pointu. On n'entendait que les paroles du père mais on comprenait que Suzanne avait appelé Henri, pour la voiture, pour expliquer au père qu'il n'imaginait pas, qu'il ne pouvait pas imaginer comment c'était d'arriver à Paris en voiture quand on n'avait pas l'habitude, et les directions dans tous les sens, les camions, les motos qui se faufilaient partout, il fallait savoir, ou suivre quelqu'un au moins la première fois, et encore même comme ça c'était difficile.

 

Challenge 4% Littéraire 2012

logochallenge2
23/28

Posté par aproposdelivres à 09:51 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

14 décembre 2012

Avenue des géants - Marc Dugain

avenue_des_geants Gallimard – avril 2012 – 368 pages

Quatrième de couverture :
Al Kenner serait un adolescent ordinaire s'il ne mesurait pas près de 2,20 mètres et si son QI n'était pas supérieur à celui d'Einstein. Sa vie bascule par hasard le jour de l'assassinat de John Fitzgerald Kennedy. Plus jamais il ne sera le même. Désormais, il entre en lutte contre ses mauvaises pensées. Observateur intransigeant d'une époque qui lui échappe, il mène seul un combat désespéré contre le mal qui l'habite. Inspiré d'un personnage réel, Avenue des Géants, récit du cheminement intérieur d'un tueur hors du commun, est aussi un hymne à la route, aux grands espaces, aux mouvements hippies, dans cette société américaine des années 60 en plein bouleversement, où le pacifisme s'illusionne dans les décombres de la guerre du Vietnam.

Auteur : Né en 1957, après avoir vécu les sept premières années de sa vie au Sénégal, Marc Dugain revient en France avec ses parents. Il intègre quelque temps plus tard l'Institut d'études politiques de Grenoble, où il étudie les sciences politiques et la finance, avant de prendre la tête d'une compagnie d'aviation. Mais l'écriture l'a toujours démangé. Aussi, il se décide à prendre la plume, et signe "La Chambre des officiers" en 1998. Ce premier roman reçoit près de vingt prix littéraires et est adapté au cinéma. Il sort ensuite "Campagne anglaise", "Heureux comme Dieu en France", "La Malédiction d'Edgar" et plus récemment "Une exécution ordinaire" (2007), et se constitue peu à peu un lectorat fidèle. Friand d'horizons lointains, Marc Dugain vit au Maroc depuis 2001.

Mon avis : (lu en décembre 2012)
C'est à la fois un livre coup de cœur et un livre coup de poing.
Marc Dugain s'est inspiré de la vie d'un tueur en série américain des années 70 pour créer le personnage d'Al Kenner. Le 22 novembre 1963, jour de l'assassinat de John Fitzgerald Kennedy, la vie d'Al va basculer, encore adolescent il commet son premier meurtre. Il est alors interné dans un hôpital psychiatrique et rencontre des psychiatres qui l'écoutent. Son intelligence lui permet d'apprendre beaucoup de la psychiatrie.
Al Kenner est hors norme, il mesure 2,20 m et a un QI exceptionnel, supérieur à celui d'Einstein. Il aime les grands espaces et en même temps il est renfermé sur lui-même, il est lucide et il connaît très bien le mal qui le ronge et fait beaucoup d'effort pour vivre avec. Son contexte familiale est terrifiant, il a toujours été considéré comme un monstre par sa mère et son père ne s'est jamais interposé pour le protéger des maltraitances de sa mère.

Entre roman policier et roman américain, Marc Dugain a construit avec beaucoup de talent cette histoire prenante et passionnante de la vie d'Al Kenner. L'auteur tente de comprendre sa psychologie et le lecteur s'interroge : naît-on tueur ou le devient-on ? Al Kenner est à la fois attachant et d'une froideur et d'une lucidité troublante. Ce livre est également l'occasion de découvrir les États-Unis des années 60 et 70 avec la guerre du Vietnam, les communautés hippies...
Enfin, la conclusion de cette histoire m'a stupéfaite, car à aucun moment, je ne m'étais attendu à cela...
Ce roman ne peut pas laisser indifférent le lecteur.  

Autres avis : Clara, Canel, Jostein

Extrait : (début du livre)
Comme chaque mois, elle lui fait face après s'être installée lourdement sur sa chaise. Elle sort les livres de son sac, une dizaine. Pour la plupart ils ont une couverture cartonnée. Il y jette un coup d’œil rapide, et les pose devant lui. Elle sourit d'un trait fin sans le regarder en face. Elle fait en sorte depuis des années de ne jamais croiser son regard, ce qui l'oblige à beaucoup tourner les yeux. Elle baisse souvent la tête. C'est l'occasion pour lui de voir le sillon de sa calvitie au milieu de son crâne s'élargir. Elle a les cheveux longs et il est difficile de dire quand ils sont propres. Même propres, ils n'ont pas l'air de l'être. Elle a dû être passablement jolie, pour autant qu'on puisse distinguer une ancienne beauté derrière des traits bouffis. Affaissé il l'est aussi, mais il a de bonnes raisons de l'être. Alors qu'elle, on se demande. Il aime bien cette femme. En fait, il en est venu à conclure qu'il l'aime bien parce qu'il ne ressent rien pour elle, ni amour ni haine. Parfois un peu d'agacement. Il lui en veut d'être la seule personne à lui rendre visite. Il lui en veut pour les autres qui ne le visitent jamais, ce qui est un peu injuste vu qu'il n'y a plus d'autres. Il est assez perspicace pour avoir remarqué que depuis longtemps elle a quelque chose à lui dire. Mais quoi ? Il n'en sait rien. Il sent juste la pesanteur d'une parole qui ne s'exprime pas. C'est au-delà de la timidité. Elle n'est jamais vraiment naturelle devant lui. Elle compose. Assez maladroitement et souvent sa voix est en décalage avec ses expressions. Parfois il la sent illuminée, parfois complètement éteinte. Elle a de gros seins flasques qui finissent une gorge fripée. Pour une femme qui doit avoir la soixantaine il ne trouve pas cela très reluisant. Mais il lui est reconnaissant de ne pas le faire fantasmer. On ne tire pas sur un moteur sans essence. 
- Vous avez parlé avec les journaux de ce qu'on avait évoqué ? 
Elle prend un temps pour répondre. Rien d'extraordinaire à cela, elle prend toujours un temps pour répondre comme si elle se sentait une responsabilité. 
- Oui. A plusieurs journaux de la côte. Ils sont int... comment dire, intrigués. Ils réfléchissent. Mais je crois que cela peut se faire. 
Ses yeux se remettent à tourner. Quand elle fait comme ça, il lui écraserait son poing sur la tête, mais au fond il n'en a pas très envie. Et puis il imagine les dégâts que cela causerait pendant qu'elle continue de sa voix où chaque mot semble s'excuser de sortir de sa bouche petite pour un visage de cette taille. Elle doit avoir du sang indien. Pas du sang frais, du sang qui remonte au début du siècle où on leur a réglé leur compte. 
- C'est un peu risqué pour eux, vous comprenez... 
- Vous voulez dire comme critique littéraire ? 
- Oh non ! Là-dessus ils se feront leur propre opinion. C'est plus de révéler qui vous êtes ou pas. Et s'ils ne disent pas qui vous êtes, on pourrait le leur reprocher un jour. En même temps, ils se disent qu'à révéler votre identité, ils pourraient faire un coup. Enfin, les médias... quoi... 

Il opine à contretemps comme si la conversation ne l'intéressait déjà plus. Il a toujours agi ainsi. C'est une façon de prendre l'ascendant sur ses interlocuteurs. Il se ravise : 
- J'en ai lu des critiques dans ma vie. Je ne vois pas ce que je pourrais leur envier. Je me suis avalé 3 952 livres depuis le début des années 70. Une lecture dans le moindre détail, et ce n'est pas vous qui me direz le contraire. Maintenant, est-ce que ça me donne le droit d'avoir une opinion sur la littérature ? Je le crois. 
- Ils m'ont dit qu'ils pensaient à vous plutôt comme critique de polars. 
Il s'efforce de ne pas paraître énervé pour ne pas l'effrayer, car elle s'effraie facilement. 
- Ça flaire le bon coup. Vous leur direz que le polar ne m'intéresse pas. Mais pas du tout. Trop de conventions, de lieux communs, d'énigmes sans intérêt. 
Ils restent un bon moment sans rien se dire, chacun regardant ailleurs. Il n'y a rien pour poser ses yeux dans cette pièce, alors chacun balaye le mur opposé. Il en a déjà assez d'elle, mais il se contrôle, ne veut pas qu'elle le ressente, elle n'y est pour rien. Soudain ça fuse : 
- Vous pouvez leur annoncer le chiffre. 3 952 livres de 71 à aujourd'hui. Et si vous voulez les faire rire, dites-leur que je n'en avais lu qu'un seul entre ma naissance en 48 et 1971. Je l'ai lu trois fois. Devinez lequel ? 
Elle répond : 
- La Bible. 
- Non, Crime et châtiment. Un sacré bon livre, vraiment. Je ne crois pas qu'on en ait écrit de meilleur. 
Il lit dans ses yeux qu'elle se demande si ce n'est pas une plaisanterie. Elle a un joli nez droit et des yeux d'une couleur originale. Mais elle sent la peur comme un cadavre sent la mort. Une peur générale de l'existence. D'ailleurs elle se met du patchouli sans compter pour la masquer. Ça doit en tromper un grand nombre. Pas lui. 
Il reprend l'inspection des livres qu'elle lui a apportés. Il y découvre un intrus. 
- C'est quoi ce livre pour enfants ? 
- Une proposition. On s'est aperçus qu'on manquait d'enregistrement pour les enfants. Et il y a beaucoup plus d'enfants aveugles qu'on ne le croit. 
- Vous l'avez fait exprès ? 
Elle se met à fondre comme une glace en plein soleil, s'essuie le front avec le dos de la main. Elle ne voit pas de quoi il parle. 
- Vous ne savez sans doute pas que ma grand-mère écrivait des livres pour enfants, dit-il doucement pour la rassurer car elle est d'un rouge inquiétant. Mais ce n'est pas le plus important, vous m'imaginez enregistrer des CD pour enfants avec la voix que j'ai ? Il faut être un peu désespéré pour avoir une idée pareille. Et c'est un travail énorme de se mettre à la place d'un enfant lorsqu'on ne vous a jamais laissé la chance d'en être un. Je n'ai pas ce don. 
Elle enchaîne à toute vitesse : 
- Personne n'est aussi médaillé que vous pour la lecture. C'est vous que l'éditeur veut, enfin... qu'on veut. 
Elle croit le flatter. Il a passé l'âge, même s'il est fier de ses médailles. 
Il lui promet d'essayer, cela ne coûte rien et tout le monde sera content. Il aime bien faire des compromis. Cela peut paraître un peu stupide à dire mais il ressent un vrai plaisir aux compromis. Si chacun acceptait de faire la moitié du chemin, il est convaincu qu'on éviterait les conflits. Il le dit souvent dans ses prêches à ses gars. Dès que l'idée du compromis a germé dans votre esprit, la violence a perdu. Même si vous n'avez pas l'intention de faire la moitié du chemin, un pas vers l'autre et la violence est derrière vous. Il ne veut plus discuter de cette histoire de livres pour enfants, c'est d'accord, il essaiera. Sinon il aurait l'impression d'obéir au passé et il ne le veut plus jamais. 
- Les bons critiques comprennent que la promenade de l'auteur autour du sujet est plus essentielle que l'essence de ce sujet. Il est là, l'authentique voyage de la littérature. Si on devait se taper des milliers de pages juste pour ce qui doit être dit, dites-moi quel serait l'intérêt ? J'ai entendu tellement de saloperies sur des gens qui ne le méritaient pas. Quand vous lisez ce que Mary McCarthy  ouHenry Miller  ont écrit sur Salinger, incapables de le lire autrement qu'au premier degré, je me pose des questions sur la pertinence de leur jugement et j'en viens à me demander si ce n'est pas l'aveu de la médiocrité de leurs propres écrits. Ça me fout dans de ces rognes parfois ! Je vous passe tout ce que j'ai pu lire sur Carver. Bien sûr, maintenant ils l'ont foutu au Panthéon, tout juste s'ils ne l'ont pas enterré dans le caveau familial de Tchekhov, mais moi j'étais là quand ils dégoisaient sur son minimalisme. Il a fallu qu'il meure. Tous ces gens-là préfèrent les momies aux vivants. Qu'ils fassent comme ils veulent après tout, mais pour les polars qu'ils ne comptent pas sur moi, c'est compris ? C'est un genre mineur, méprisable. Même le plus minable des polars n'est pas capable de retranscrire 10 pour cent de la réalité dont il parle. 
Il dit tout ça, sans élever la voix. Il est rare qu'il élève la voix. Ses colères s'épanouissent dans un caisson étanche. Quand il est en colère, il est le seul à le savoir. 
- Si vraiment vous ne voulez pas du livre pour enfants... 
Pour lui l'affaire était entendue. Pourquoi revient-elle dessus ? Il a connu beaucoup de gens comme elle qui ne peuvent pas faire un pas en avant sans regarder derrière eux. 
- Je vous ai dit que je le lirai. 
Elle affiche un petit sourire pitoyable. Elle regarde l'heure à sa montre et sourit de nouveau pour se dégager du regard insistant qu'il pose sur elle. Elle le prend comme une mauvaise intention alors qu'il en a seulement marre de fixer le mur derrière elle. 
- Vous allez revenir quand ? 
Elle semble soudain soulagée. 
- Dans quatre semaines. 
Il pourrait lui interdire l'entrée. Il suffirait qu'il le demande à l'administration. Elle n'aurait plus qu'à leur déposer les livres. Il en a le pouvoir, c'est une certitude, mais ce serait en abuser. Parfois, il ressent comme une colère sourde à l'idée d'être condamné à ne voir pour femme que ce haut de crâne aux allures de champ de blé mouillé. Il est sûr qu'elle se défonce. C'est le genre à tenir un pétard d'une main et un café de l'autre au petit déjeuner en oubliant de manger. Elle doit siroter des sodas toute la journée, entrecoupés d'un hamburger qui a épongé toute la graisse de la plaque. Depuis qu'elle vient le voir, une bonne trentaine d'années, il lui est reconnaissant de ne lui avoir rien confessé de personnel la concernant. Il ne l'aurait pas supporté. Difficile de l'expliquer mais il l'aurait mal pris. Il peut accepter une relation professionnelle, rien d'autre. Il guette les tentatives de privautés pour les étouffer et elle le sait. Elle n'a jamais commis d'impair. 

Déjà lu du même auteur : 

l_insomnie_des__toiles L'insomnie des étoiles

 Grand_Prix_des_Lectrices_2013 
Sélection roman 
Jury Novembre

50__tats
36/50 : Montana
Al Kenner a passé son enfance dans le Montana

  Challenge Thriller 

challenge_thriller_polars
catégorie "Même pas peur" : 16/12

Challenge Pour Bookineurs En Couleurs
Logo_challenge_bookineurs_en_couleurs

Session 1 : Rose

 

Posté par aproposdelivres à 06:22 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,