04 septembre 2012

Les séparées – Kéthévane Davrichewy

les_s_par_es Sabine Wespieser – janvier 2012 – 181 pages

Quatrième de couverture :
Quand s'ouvre le roman, le 10 mai 1981, Alice et Cécile ont seize ans. Trente ans plus tard, celles qui depuis l'enfance ne se quittaient pas se sont perdues.
Alice, installée dans un café, laisse vagabonder son esprit, tentant inlassablement, au fil des réflexions et des souvenirs, de comprendre la raison de cette rupture amicale, que réactivent d'autres chagrins. Plongée dans un semi-coma, Cécile, elle, écrit dans sa tête des lettres imaginaires à Alice.
Tissant en une double trame les décennies écoulées, les voix des deux jeunes femmes déroulent le fil de leur histoire. Depuis leur rencontre, elles ont tout partagé : leurs premiers émois amoureux, leurs familles, leur passion pour la littérature, la bande-son et les grands moments des "années Mitterrand". Elles ont même rêvé à un avenir professionnel commun.
Si, de cette amitié fusionnelle, Kéthévane Davrichewy excelle à évoquer les élans et la joie, si les portraits de ceux qu'Alice et Cécile ont aimés illuminent son livre, elle écrit aussi très subtilement sur la complexité des sentiments. Croisant les points de vue de ses deux narratrices, et comme à leur insu, elle laisse affleurer au fil des pages les failles, les malentendus et les secrets dont va se nourrir l'inévitable désamour.
Car c'est tout simplement de la perte et de la fin de l'enfance qu'il s'agit dans ce roman à deux voix qui sonne si juste.

Auteur : Kéthévane Davrichewy est née à Paris. Après de nombreux ouvrages pour la jeunesse à L’École des loisirs et un premier roman en 2004, Tout ira bien, elle a publié en 2010, La Mer Noire, qui a remporté plusieurs prix et été traduit en allemand, en italien, en néerlandais et en suédois.

Mon avis : (lu en septembre 2012)
C'est un roman sur deux femmes, c'est un roman à deux voix. Alice et Cécile sont amies depuis l'enfance, à bientôt la cinquantaine, elles reviennent l'une et l'autre sur cette amitié fusionnelle qui peu à peu s'est délitée...
Le livre s'ouvre sur la soirée du 10 mai 1981, Cécile est venue passer comme très souvent la soirée chez Alice, elle assiste à la liesse des adultes. C'est l'année de leur bac de français et les deux jeunes filles se sentent loin de cette soudaine euphorie. Elles partagent des passions bien à elles pour l'art, la musique, la littérature, elles ont déjà des projets artistiques. Elles ont entre elles un lien unique, plus fort que l'amitié, elles se comprennent d'un seul regard, elles sont comme sœurs.
Trente ans plus tard, Alice a perdu son travail et vient d'être quitté par son mari, Cécile divorcée depuis quelques années est à l'hôpital dans le coma. Cette belle amitié de plus de trente ans a disparue et pourtant l'une et l'autre pensent toujours à l'autre.
Que s'est-il passé ? Comment des liens si forts peuvent-ils se défaire ? Quand cela a t-il commencé ? Y a t-il un ou une coupable?
Le lecteur va découvrir un roman à deux voix où Alice et Cécile reviennent en alternance sur leur histoire commune depuis l'enfance, puis sur l'histoire de chacunes pour les dernières années.
Kéthévane Davrichewy a écrit avec beaucoup de justesse et de sensibilité une histoire bouleversante autour de l'amitié. 

Extrait : (début du livre)
Le visage de François Mitterrand se dessinait peu à peu sur l'écran de télévision. Ses parents, leurs amis bondissaient hors des canapés, poussaient des hurlements. Alice fixait Cécile, qui sortit de la pièce, la démarche nonchalante tranchant au milieu de l'hystérie collective. Ses sœurs la saisirent maladroitement, lui piétinèrent les pieds. Ses grands-parents s'étaient levés, la serrant jusqu'à l'oppresser. Alice ne distinguait plus les visages, ne décelait aucune expression, les individus familiers qui composaient le dîner quelques instants auparavant ne faisaient plus qu'un. Elle fut entraînée dans une danse titubante qui occupa l'espace du salon-salle à manger-cuisine de l'appartement où ils vivaient. Leurs cris faisaient écho à ceux de la rue, aux commentaires des présentateurs de télévision.

Alice parvint à se détacher de la cohue et se réfugia près de la fenêtre. Sur le boulevard, une foule avait envahi les trottoirs, les voitures ralentissaient, klaxonnaient, les conducteurs et leurs passagers avaient baissé les vitres, se penchaient au dehors, brandissaient des pancartes, agitaient les bras, les mains. La fièvre, la fierté, contagieuses, l'envahirent. Ils avaient gagné.

Puis l'euphorie retomba, chacun s'assit, reprit son souffle. Alice rejoignit Cécile dans la chambre. Une petite pièce, meublée de trois couchages, trois bureaux escamotables, trois tables de nuit identiques, qu'elle partageait avec Salomé et Nine.

Allongée sur le lit d'Alice dans la position du fœtus, Cécile feuilletait l'anthologie de la poésie française, dont les pages étaient froissées, presque déchirées à force d'avoir été consultées. Elles avaient ensemble souligné des vers, coché des passages pour préparer le bac de français, mais aussi pour se rappeler les extraits de leurs poèmes préférés. Parti Smith, dont la voix grave résonnait sans relâche dans l'intimité des salles de bains, recopiait dans des carnets l'intégralité des poèmes qu'elle aimait. Alice et Cécile l'imitaient, espérant fébrilement inventer un jour, à leur tour, un autre monde. Devenir des artistes.

- Tout ça te gêne ? demanda Alice.
- Oui, répondit Cécile sans lever les yeux.
Elle n'aurait pas eu besoin de répondre, Alice devinait et comprenait sans les mots. Cécile se redressa et se tourna enfin vers elle.
- Tu n'appelles pas ta mère ? demanda Alice.
- Elle doit être dans le même état que tes parents, répondit Cécile, qu'elle se défoule.
Et elle se mit à rire. Les rires de Cécile étaient rares et fusaient au moment où on ne les attendait plus.

 

Posté par aproposdelivres à 20:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


Bonne rentrée à tous !

doisneauinformationscolaire
Robert Doisneau - 1956

C'était hier pour les professeurs...
Aujourd'hui, c'est le tour des élèves des plus petits en maternelle aux plus grands au lycée...

Bonne Rentrée et Bonne Année Scolaire à tous !

Posté par aproposdelivres à 06:27 - Commentaires [4] - Permalien [#]