30 août 2012

Sunshine Award

78344208_o

Valérie m'a gentiment décerné ce Sunshine Award comme tag d'été...

Ma couleur préférée : Sans aucune hésitation le bleu! C'est la couleur qui m'a été attribuée enfant pour différencier mes affaires de celles de mes deux sœurs

 bleu

Nombre préféré : Le 17 en raison de ma date de naissance...

Boisson non alcoolisée préférée : Le thé et le c*la (p3psi ou c*ca-c*la ou breizh c*la)

th_ 1172448283_breizh_cola

Facebook ou Twitter : Ni l'un, ni l'autre...  

Motif préféré : Difficile comme question... Cela dépend vraiment de l'usage... J'aime les rayures car j'aime les marinières... J'aime également les motifs patchwork...

Passion : La lecture, le chant en Chorale et bien sûr bloguer...

Donner ou recevoir : Je pense que c'est plus facile de donner que de recevoir. Avoir l'idée d'un cadeau, le trouver, le préparer puis l'offrir, apporte un vrai plaisir surtout si celui qui reçoit apprécie le cadeau... Mais j'aime également recevoir des cadeaux !

Jour préféré : Comme les enfants... le mercredi car en général je ne travaille pas ce jour là, mais cela ne veut pas dire que je n'ai rien à faire... C'est également le jour où je vais à la Bibliothèque.

Fleur préférée : Coquelicots et bleuets dans un champ de blé ! 

coquelicots_bleuets_364290

A mon tour, je propose ce Sunshine Award à mes complices du Swap Anniversaire Achille49, Annette, Azilis, Hebelit, Missbouquinaix et à quelques participantes au Grand Prix Elle 2013 Canel, Constance, ClaraAnna BlumeTheoma et en retour, je les invite (sans aucune obligation) à répondre aux questions ci-dessus et à décerner à leur tour cette récomprense à dix nouvelles blogueuses ou bloggueurs... 

  

 

Posté par aproposdelivres à 06:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


28 août 2012

Mais moi je vous aimais – Gilbert Cesbron

mais_moi_je_vous_aimais_rl mais_moi_je_vous_aimais_fl mais_moi_je_vous_aimais_j_ailu

Robert Laffont – 1977 – 379 pages

France Loisirs - 1979

J'ai Lu – 1981 – 378 pages

Quatrième de couverture : 
Jetés par le hasard au coeur d'un même drame, deux inconnus, deux étrangers se sont rencontrés, trouvés, aimés: Yann, le petit orphelin sans défense, et Jean-Louis Lerouville, le grand industriel qu'un accident cardiaque contraint soudain à la retraite...
Alors Lerouville adopte Yann et la tendresse jaillit dans sa vie de loup solitaire car l'enfant déborde de confiance, d'amour. Et bientôt ce père ne vit plus que pour son fils, d'autant plus attentif à l'aider, à le protéger que Yann n'est pas tout à fait "comme les autres". Les docteurs disent : retardé, ou débile léger, et la société les parque, les isole, ne sait pas les aimer.
Lerouville sait, lui, mais s'inquiète. S'il disparaissait un jour, qu'adviendrait-il de Yann ?

Auteur : Ancien élève de l'École des Sciences Politiques, Gilbert Cesbron est né à Paris le 13 janvier 1913. Dès 1934, il publie un recueil de Poèmes, Torrent. Son premier roman paraît en Suisse : Les Innocents de Paris (1944). Sa notoriété s'affirme avec Notre prison est un royaume (1948) - Prix Sainte-Beuve - et la pièce : Il est minuit, docteur Schweitzer (1950).
Romancier, essayiste, auteur dramatique, il s'attaque à des thèmes d'actualité : les prêtres ouvriers (Les Saints vont en enfer, 1952), la jeunesse délinquante (Chiens perdus sans collier, 1954), l'euthanasie (Il est plus tard que tu ne penses, 1958), la violence (Entre chiens et loups, 1962), etc. Il exerce un second métier dans une société de production radiophonique.
Gilbert Cesbron est décédé en août 1979.

Mon avis : (lu en août 2012)
Voilà un livre que je peux classer dans mes souvenirs... en fait, je ne m'en souvenais plus mais Gilbert Cesbron est un auteur que j'ai souvent lu sur les conseils de ma mère lorsque j'étais adolescente et j'ai eu la bonne surprise de trouver ce livre dans la petite bibliothèque de ma location de vacances...

P1000245_50

Je l'ai donc lu ou relu ce livre avec beaucoup de plaisir et d'émotions.
Yann a sept ans, c'est un enfant « pas comme les autres » car son esprit a arrêté de grandir. Il a été abandonné par sa mère et son père s'est suicidé. Yann va rencontrer et être adopté par Jean-Louis Lerouville dont on a greffé le cœur du père de Yann. C'est un enfant attachant qui ne recherche qu'une seule chose, être aimé comme l'a très bien compris son nouveau père adoptif. Mais ce bonheur n'est qu'éphémère et lorsque Jean-Louis Lerouville disparaît Yann va être transmis de mains en mains. Les héritiers de Lerouville préfèrent confier l'enfant dans une école spécialisée, puis Yann retrouvera un peu de bonheur dans un hospice où il « adoptera » deux grands-pères et une maman. Un beau jour, l'administration décidera qu'un adolescent n'a pas sa place dans une maison de retraite et Yann fuguera...
Yann est un enfant terriblement attachant par sa naïveté et sa quête d'amour. C'est un « gêneur » bouleversant et j'ai souvent eu les yeux humides en suivant son histoire pleines d'émotions...   

Extrait : (début du livre)
Les phares débusquaient des maisons livides, de grands arbres offusqués. Le conducteur fixait la route sans jamais ciller ses paupières. A un bruit à peine perceptible mais familier, il devina que le petit garçon, à son côté, tétait son pouce ; ou plutôt trois doigts de la main, selon son habitude. (« Tu vas encore agrandir ta bouche », répétait sa mère un peu trop souvent et toujours en vain.) « Il s'est endormi, songea l'homme, il s'est enfin endormi », mais il n'abaissa pas le regard pour s'en assurer.

Non, le petit ne dormait pas. Couché en rond, tel un chien, dans ce siège aussi large que son lit, il avait juste un peu peur, il était bien. Chaque fois qu'une autre voiture croisait la leur, il fermait ses yeux éblouis, et son père détournait les siens comme si cette rencontre lui eût fait honte ou l'eût inquiété.
- On est arrivés ? Demanda l'enfant à mi-voix d'un ton résigné.
C'était la troisième fois et, cette fois encore, son père fit oui de la tête sans un mot, sans un regard ; mais ce geste suffit à le mettre au bord des larmes. Il appuya vivement sur l'une des touches du tableau de bord, et Bach prit possession de ce royaume de cuir, de métal et de clignotants. « Jésus, que ma joie demeure... » C'était pour faire patienter l'enfant, sans doute, mais surtout pour se contraindre lui-même à l'impassibilité.
- Bach ! fit le petit en battant des mains.
C'était un de ses mots magiques, l'un des seuls. « Il sourit en ce moment, se dit le père, il est heureux. Oh ! mon Dieu... » Il imagina ces yeux que la joie fermait à demi comme ceux de sa mère. Il songea aussi à sa bouche trop large.


Souvenirs_souvenirs 

Déjà lu du même auteur : 

chiens_perdus_sans_collier Chiens perdus sans collier notre_prison_est_un_royaume_lp Notre prison est un royaume 

Posté par aproposdelivres à 06:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 août 2012

C'est lundi ! Que lisez-vous ? [90]

 

BANNIR
(c) Galleane

C'est le jour du rendez-vous initié par Mallou proposé par Galleane  

Qu'est-ce que j'ai lu ces trois dernières semaines ?

lelimination belle_famille  

L'élimination - Rithy Panh (Sélection Prix Elle 2013) 
Belle Famille - Arthur Dreyfus 
Mais moi je vous aimais – Gilbert Cesbron (billet à venir)
La légende de nos père - Sorj Chalandon (Lecture Commune pour le 1er septembre)
Un livre pour le Challenge Destination Egypte (1er septembre)
Un livre pour le Challenge Un mot, des titres mot : ENFANT (1er septembre)

 

Qu'est-ce que j'ai publié ces trois dernières semaines ?

pleure_o_pays_bien_aim__ldp_19 le_pays_ou_l_on_arrive_jailu_1982 l_esprit_de_famille_1_ldp_1977 les_allumettes_suedoises_ldp_1990 la_grand_muraille_RL_81  

Pleure, ô pays bien-aimé – Alan Paton 
Le pays où l'on arrive jamais – André Dhôtel 
L'esprit de famille – Janine Boissard 
Les allumettes suédoises – Robert Sabatier 
La grande muraille – Claude Michelet

Qu'est-ce que je lis en ce moment ?

Le guerrier solitaire - Henning Mankell

Que lirai-je cette semaine ?

Une veuve de papier - John Irving
Les séparées - Kéthévane Davrichewy
Le vendeur de saris - Rupa Bajwa

Bonne semaine et bonne lecture. 

Posté par aproposdelivres à 07:25 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

25 août 2012

La grande muraille – Claude Michelet

la_grande_muraille_RL_janv1981 la_grand_muraille_RL_81 la_grand_muraille_1983 la_grand_muraille_pocket_1995 la_grand_muraille_1997 la_grand_muraille_2000 la_grand_muraille_pocket_2005

Robert Laffont – janvier 1981 -

Robert Laffont – juin 1981 -

France Loisirs - 1983 -

Pocket – juillet 1995 – 158 pages

France Loisirs – 1997 – 156 pages

Robert Laffont – octobre 2000 – 216 pages

Pocket – juillet 2005 -

Quatrième de couverture :
Ce n'est qu'un champ de pierres que cette pièce de quatre-vingts ares que l'oncle Malpeyre lègue à son neveu Firmin, pour lui «apprendre à vivre».
Jamais personne n'a pu cultiver ce coin de causse du Quercy. Bel héritage! Cependant le jeune homme décide de relever le défi qui lui est lancé: sous les pierres, il y a forcément de la terre, et Firmin commence à dépierrer...
Ce travail insensé - dans le village, on le tient pour fou - occupera toute sa vie. Car, après avoir fait resurgir la terre et planté de la vigne et des arbres fruitiers, Firmin, revenu de la guerre, entreprendra d'utiliser les pierres de son champ à la construction d'une grande muraille qui ceindra son domaine.
Un homme et des pierres. C'est la plus simple histoire du monde. C'est aussi l'une des plus belles, dans la lignée de Giono.

Auteur : Claude Michelet est né en Corrèze en 1938, dernier d'une famille de sept enfants. Son premier roman, La Grande Muraille, paraît en 1969. Suivi d'Une fois sept (1970), Mon père Edmond Michelet (1971), Roche-flame (1973). Le succès vient en 1975 avec J'ai choisi la terre, et avec Cette terre est la vôtre (1977) sur le même thème. Et la consécration en 1980, quand le prix des Libraires couronne Des grives aux loups (paru en septembre 1979). Les palombes ne passeront plus, suite du précédent roman, paraît à l'automne de 1980. La série télévisée réalisée par Philippe Monnier a accru encore la diffusion de cette suite romanesque.

Mon avis :
J'ai découvert Claude Michelet avec ce petit roman d'à peine 160 pages. Un roman du terroir comme il sait les écrire. Nous sommes en 1914, Firmin hérite d'un champ de pierre, son oncle lui a légué ce bien pour « lui apprendre à vivre ». Par orgueil, le jeune homme décide de retirer pierre par pierre tous les cailloux de son champ pour le rendre cultivable. Il s'attaque à une tâche de titan, un travail de fou, le travail de toute une vie... Et en empilant les pierres autour de son champ, il va construire la grande muraille.
Le personnage est extrêmement attachant. Firmin est simple, il a bon cœur et son courage et son obstination méritent le respect.
Ensuite, je me suis régalée avec Des grives aux loups et Les palombes ne passeront plus.

 

Souvenirs_souvenirs

Posté par aproposdelivres à 06:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 août 2012

Amsterdam

Quelques photos de notre week-end en juillet à Amsterdam

  P1000009_30         P1000166_30

La gare centrale à notre arrivée...                      ... et à notre départ deux jours plus tard....

P1000156_30 P1000050_30

De nombreuses balades le long des canaux

P1000018_30

Le Béguinage

P1000070_30 P1040091_30

bike_flowers

Les vélos de toutes sortes...

VG_la_chambre boote_am_ufer

Vangogh_iris2_2 Vangogh_portrait_2

Le Musée Van Gogh est ses tableaux célèbres

 

 

 

Posté par aproposdelivres à 16:19 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :


Bilan Challenges n°9

L'Europe à l'honneur...

 voisin_voisines2012

Nouvelle année pour Voisins, voisines organisé par Anne (Des mots et des notes) sur une idée de kathel, il s'agit de lire un ou plusieurs livres d'auteurs européens.
livre n°1 : Le Chinois – Henning Mankell (Suède)
livre n°2 : Terezin plage – Morten Brask (Danemark)
livre n°3 : L'Art de pleurer en chœur – Erling Jepsen (Danemark)
livre n°4 : La Tour d'arsenic – Anne B. Ragde (Norvège)
livre n°5 : Un safari arctique – Jørn Riel (Danemark)
livre n°6 : Le jour avant le bonheur – Erri De Luca (Italie)
livre n°7 : Jeu de pistes – Marcel Theroux (Grande-Bretagne)
livre n°8 : La Nuit des corbeaux – John Connolly (Irlande) 
livre n°9 : Les oreilles de Buster – Maria Ernestam (Suède)
livre n°10 : Noir océan – Stefán Máni (Islande) 
livre n°11 : Le Prince de la Brume - Carlos Ruiz Zafón (Espagne)
livre n°12 : Mon doudou divin – Katarina Mazetti (Suède)
livre n°13 : Harjunpäa et l’homme-oiseau – Matti Yrjänä Joensuu (Finlande)
livre n°14 : L'année où tout a changé - Jill Hucklesby (Grande-Bretagne)
livre n°15 : Quand vous lirez ce livre... - Sally Nicholls (Grande-Bretagne) 
livre n°16 : L'Été de l'ours - Bella Pollen (Grande-Bretagne)
livre n°17 : Si tu passes la rivière - Geneviève Dumas (Belgique)
livre n°18 : La mort indienne – Karin Fossum (Norvège) 
livre n°19 : La muraille de lave – Arnaldur Indridason (Islande)
livre n°20 : La Sirène - Camilla Läckberg (Suède) 
livre n°21 : Comme dans un miroir - Gunnar Staalesen (Norvège)
livre n°22 : L'Insoutenable légèreté de l'être - Milan Kundera (République Tchèque anciennement Tchécoslovaquie) 
livre n°23 : Room - Emma Donoghue (Irlande)

 

Challenge_anglais
Challenge God Save The Livre organisé par Antoni autour de la littérature des Iles Britanniques 
 

livre n°1 : Jeu de pistes – Marcel Theroux (Grande-Bretagne)
livre n°2 : La Nuit des corbeaux – John Connolly (Irlande)
livre n°3 : Tout est sous contrôle – Hugh Laurie (Grande-Bretagne)
livre n°4 : Le Chien des Baskerville - Arthur Conan Doyle (Grande-Bretagne)
livre n°5 : L'année où tout a changé - Jill Hucklesby (Grande-Bretagne) 
livre n°6 : Quand vous lirez ce livre... - Sally Nicholls (Grande-Bretagne)
livre n°7 : L'Été de l'ours - Bella Pollen (Grande-Bretagne)
livre n°8 : Room - Emma Donoghue (Irlande)  

 

Posté par aproposdelivres à 06:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 août 2012

Belle Famille - Arthur Dreyfus

belle_famille Gallimard – janvier 2012 – 244 pages

Quatrième de couverture :
« Madec se dirigea vers la cuisine pour chercher un couteau à pointe fine. Comme s'il était surveillé, il s'interdit la lumière. L'obscurité ne faisait pas disparaître les formes, mais les couleurs. Est-ce ainsi que voyaient les gens dans les vieux films ? L'enfant ouvrit le tiroir à ustensiles. » 

Ensuite un peu de bruit, et beaucoup de silence.

Auteur : Arthur Dreyfus est né en 1986. Belle Famille est son deuxième roman.  

Mon avis : (lu en août 2012)
Je suis très déçue par ce livre dont je n'avais jamais entendu parler avant de le recevoir pour le Jury Elle 2013. En le commençant, je savait seulement que l'auteur s'était inspiré de l'affaire Maddie Mc Cann et qu'Arthur Dreyfus avait 26 ans.

J'ai eu beaucoup de mal à lire ce livre... Cette histoire m'a dérangée, elle est malsaine. Le titre se veut-il ironique ? Je suis gênée par l’ironie et le cynisme de l’auteur autour de ce fait divers douloureux et non résolu…

Le lecteur sait au bout d'une centaine de page, le sort de Madec imaginé par l'auteur car il assiste à la disparition de l'enfant et devient spectateur de ce qui se passe après... Ensuite, il suit en parallèle le quotidien des parents et de leurs proches, de l'enquêteur italien et du principal suspect comme dans un épisode de l'inspecteur Colombo...

Les personnages sont caricaturaux, la mère est machiavélique, le père démissionnaire et inconsistant, les frères insupportables. Tony, l'oncle de Madec est un personnage cynique, il s'est autoproclamé porte-parole de la famille Macant et débarque dans l’histoire après la disparition de Madec pour créer un buzz médiatique. Seuls le petit Madec, enfant incompris, fait pitié et Ron le principal suspect est touchant.

J'ai peiné à lire ce livre que j'ai trouvé plein de longueurs inutiles l’auteur délaye sa prose… que de longueur… Il a fallut que je me force pour terminer ce livre, si cela n’avait pas été pour le Jury Elle je l’aurai vite abandonné !  

Autres avis : Clara, Constance, Canel, Mimi, Jostein, Anna Blume

Extrait : (début du livre)
Granville est située au bord de la Manche à l'extrémité de la région naturelle du Cotentin, elle ferme par le nord la baie du Mont-Saint-Michel et par le sud la côte des havres. Jadis la ville était fameuse pour son port morutier, devenu le premier port coquillier de France. On pourrait dire sans risque de se tromper qu'au moins le mitan du quinze millier de Granvillais tire bénéfice, de près ou de loin, du négoce des fruits de mer. Malgré cela, la plupart d'entre eux rechignent encore à se sustenter de coquillages (peut-être par peur de mordre la main qui les alimente). On ne compte plus les visiteurs de passage qui se sont frottés à cette énigme - dont la simple évocation suscite immédiatement, et pour une raison inconnue, de la gêne, un malaise, voire de l'animosité.

De pente très faible, l'estran de la côte granvillaise permet à des marées de plus de quatorze mètres de monter. Au début du siècle, et à plusieurs reprises, des enfants partis à la chasse aux palourdes ont laissé leurs familles en deuil. Si de tels drames ne sont plus à déplorer depuis quelques décennies, les propagandes maternelles n'ont fait que s'accroître, au point d'engendrer des générations hantées par un même cauchemar immense et salé. A l'école municipale, la leçon de Sergine Frêle sur le mouvement des marées prend chaque année la forme et la solennité d'un avertissement.

 

Grand_Prix_des_Lectrices_2013
Sélection roman
Jury Septembre

Posté par aproposdelivres à 06:38 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 août 2012

Bilan Challenges n°8

 

logo_Petit_BAC_2012 
Challenge Petit BAC pour 2012 organisé par Enna,
il s'agit de lire des romans ayant dans leurs titres un mot correspondant aux différentes rubriques 
du "Petit BAC". Au moins 1 livre pour chacune des rubriques.

Prénom : (fille ou garçon ou surnom)
livre : Le roman de Yocandra - Zoé Valdès (Cuba) 
livre n°1 : Pico Bogue, Tome 4 : Pico love – Alexis Dormal et Nathalie Roques 
livre n°2 : Et puis, Paulette... - Barbara Constantine
livre n°3 : Le Petit Bonzi – Sorj Chalandon 
livre n°4 : Il faut qu'on parle de Kevin - Lionel Shriver

Lieu géographique : (ville, pays, continent, ou lieu géographique naturel)
livre  :  Le héron de Guernica – Antoine Choplin
livre n°1 : Le Monde du bout du monde – Luis Sepúlveda (Chili)
livre n°2 :  Terezin plage – Morten Brask (Danemark)
livre  : Le Poète de Gaza - Yishaï Sarid (Israël)
livre n°3 : Le troisième Pôle - Guillaume Lebeau
livre n°4 : La résistance française à Buchenwald - Olivier Lalieu
livre n°5 : Aral – Cécile Ladjali 
livre n°6 : Demain, demain : Nanterre, bidonville de la folie, 1962-1966 – Laurent Maffre
livre n°7 : Banquises – Valentine Goby 
livre n°8 : Le Vieil homme et la Mer - Ernest Hemingway
livre n°9 :  Alabama Moon – Watt Key  
livre n°10 : Les disparus de Shangri-la - Mitchell Zuckoff 
livre n°11 : Si tu passes la rivière - Geneviève Dumas 

Métier : (ou fonction)
livre n°1 : Un animal, un philosophe - Robert Maggiori
livre n°2 : Le Cercle des poètes disparus – N.H. Kleinbaum
livre n°3 : Le Poète de Gaza - Yishaï Sarid (Israël) 
livre n°4 : Ouvrière - Franck Magloire 
livre n°5 : L'écrivain de la famille – Grégoire Delacourt 
livre n°6 : L'âme du chasseur – Deon Meyer

Animal : (réel ou imaginaire)
livre n°1 : Le héron de Guernica – Antoine Choplin
livre : Un animal, un philosophe - Robert Maggiori 
livre n°2 : Le Chat du Rabbin, tome 5 : Jérusalem d’Afrique – Joann Sfar
livre n°3 : Le Vol des cigognes – Jean-Christophe Grangé
livre n°4 : La Nuit des corbeaux – John Connolly (Irlande) 
livre n°5 : La tentation du homard – Elizabeth Gilbert
livre n°6 : Le Chien des Baskerville - Arthur Conan Doyle 
livre n°7 : Harjunpäa et l’homme-oiseau – Matti Yrjänä Joensuu (Finlande)
livre n°8 : L'Été de l'ours - Bella Pollen (Grande-Bretagne)  

Végétal : (plante, fleur, fruit, légume, arbre ou associés jardin, forêt...)
livre n°1 : Un cercle de lecteurs autour d'une poêlée de châtaignes - Jean-Pierre Otte
livre n°2 : Soudain dans la forêt profonde – Amos Oz 
livre n°3 : Monsieur Ibrahim et les Fleurs du Coran – Éric-Emmanuel Schmitt 
livre n°4 : Il faut laisser les cactus dans le placard - Françoise Kerymer 

Objet :
livre n°1 : Le roman de Yocandra - Zoé Valdès (Cuba)
livre n°2 : Mon doudou divin – Katarina Mazetti (Suède)
livre n°3 : Le tapis du salon – Annie Saumont 
livre n°4 : Quand vous lirez ce livre... - Sally Nicholls (Grande-Bretagne)   
livre n°5 : Comme dans un miroir - Gunnar Staalesen (Norvège)

Sport / Loisirs :
livre n°1 : Magasin général, tome 7 : Charleston – Régis Loisel et Jean-Louis Tripp
livre n°2 : L'Art de pleurer en chœur – Erling Jepsen (Danemark)
livre n°3 : Jeu de pistes – Marcel Theroux (Grande-Bretagne)
livre n°4 : Le métro est un sport collectif – Bertrand Guillot
livre n°5 : Haka – Caryl Férey 
 

Personne connue : (réelle ou imaginaire... mais pas le titre d'une bio ou autobio)
livre n°1 : Le voyage de Thetys, de Marseille à Panama - Nathalie Chateau
livre n°2 : Mystère rue des Saints-Pères – Claude Izner 
livre n°3 : La disparue du Père-Lachaise - Claude Izner
livre n°4 : Confidences à Allah - Saphia Azzeddine 
livre n°5 : Les dix enfants que madame Ming n'a jamais eus - Éric-Emmanuel Schmitt

Partie du corps (humain) : 
livre n°1 : Couleur de peau : miel, tome 1 – Jung
livre n°2 : Les oreilles de Buster – Maria Ernestam (Suède)
livre n°3 : Journal d’un corps – Daniel Pennac

Couleur :
livre n°1 : Couleur de peau : miel, tome 2 – Jung
livre n°2 : Sœurs Chocolat – Catherine Velle 
livre n°3 : Noir océan – Stefán Máni (Islande)
livre n°4 : Au lieu-dit Noir-Etang –Thomas H. Cook 

Le bonus (facultatif) :  Gros mot 
livre n°1 : Un amour de geek – Luc Blanvillain

 

schmitt_ee 
Challenge Eric Emmanuel Schmitt organisé par unchocolatdansmonroman, il s'agit de découvrir une ou plusieurs oeuvres d'Eric Emmanuel Schmitt jusqu'au 5/02/2013, je me suis inscrite dans la catégorie "Fan de la première heure" (2 romans + un ouvrage du cycle de l'invisible + un autre écrit au choix)

livre n°1 : Monsieur Ibrahim et les Fleurs du Coran – Éric-Emmanuel Schmitt  (cycle de l'invisible)
livre n°2 : Les dix enfants que madame Ming n'a jamais eus - Éric-Emmanuel Schmitt 
              (cycle de l'invisible)
livre n°3 : La Part de l'autre d’Éric-Emmanuel Schmitt  

Posté par aproposdelivres à 06:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 août 2012

Bilan Challenges n°7

Les États-Unis a l'honneur...

50__tats31/50
Challenge 50 états, 50 billets organisé par Sofinet, il s'agit d'écrire un billet par état des Etats-Unis : sur un livre, un film, une série ou un épisode de celle-ci, un compte rendu de voyage, un billet d'humeur sur un fait d'actualité, une recette (fin du Challenge 31/12/2012)

Alabama : Alabama Moon – Watt Key
Alaska : 
Désolation – David Vann 
Californie : Le Sabot du diable – Kem Nunn 
Caroline du Nord : Il faut qu'on parle de Kevin - Lionel Shriver 
Connecticut : L'homme qui voulait vivre sa vie – Douglas Kenned
Dakota du Nord :  Love Medecine - Louise Erdrich

Delaware : La tentation du homard – Elizabeth Gilbert 
Floride : Le Vieil homme et la Mer - Ernest Hemingway
Georgie : Au lieu-dit Noir-Etang – Thomas H. Cook
Idaho :
 
L'extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S.Spivet - Reif Larsen
Illinois : La fille tombée du ciel - Heidi W. Durrow (États-Unis)
Iowa : Sur la route de Madison (film)

Kentucky : Naissance d'un pont - Maylis de Kerangal
Maine : La Nuit des corbeaux – John Connolly
Massachusset : Le pacte des vierges – Vanessa Schneider 
              Jeu de pistes – Marcel Theroux 
Michigan : Les revenants – Laura Kasischke 
Minnesota : Freedom – Jonathan Franzen 
Mississipi : Les leçons du Mal – Thomas H. Cook

Missouri : Les disparus de Shangri-la - Mitchell Zuckoff

Nevada : The Pledge (film) 

New Hampshire : Une prière pour Owen – John Irving
New Jersey : Remède mortel – Harlan Coben 
                   Sous haute tension – Harlan Coben 
New-York : Brooklyn Follies – Paul Auster 
                 De bons voisins – Ryan David Jahn 
                 Combien ? - Douglas Kennedy
Ohio : Indignation - Philip Roth
Oregon : Si je reste – Gayle Forman

Pennsylvanie : Le Temps où nous chantions - Richard Powers 
Rhode Island : Coup de foudre à Rhode Island (film) 
Texas : Trois enterrements (Film) 
Vermont : Le Cercle des poètes disparus – N.H. Kleinbaum 
Virginie : Promenons-nous dans les bois – Bill Bryson
Wisconsin : Famille modèle – Eric Puchner 

 

challenge_ny_12 
Challenge New York en littérature organisé par Emily, il s'agit de lire, jusqu’au 1er novembre 2012
des livres permettant de découvrir New York.

livre n°1 : Brooklyn Follies – Paul Auster
livre n°2 : Tout ce que j'aimais – Siri Hustvedt
livre n°3 : Sous haute tension – Harlan Coben
livre n°4 : De bons voisins – Ryan David Jahn 
livre n°5 : Combien ? - Douglas Kennedy 
livre n°6 : Sunset Park – Paul Auster

Posté par aproposdelivres à 06:56 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

19 août 2012

Les allumettes suédoises – Robert Sabatier

les_allumettes_suedoises_am_1969 les_allumettes_suedoises_1976 les_allumettes_suedoises_ldp_1984 les_allumettes_suedoises_ldp_1990 les_allumettes_suedoises_ldp_jeunesse_1996 les_allumettes_suedoises_am_1996 les_allumettes_suedoises_ldp_1997 les_allumettes_suedoises_am_1998 les_allumettes_suedoises les_allumettes_suedoises_ldp_jeunesse_2004 les_allumettes_suedoises_ldp_jeunesse_2008 

Albin Michel – 1969 – 312 pages

France Loisirs - 1976

Livre de Poche – 1984 – 283 pages

Livre de Poche – janvier 1990 – 282 pages

Livre de Poche junior – 1996 -

Albin Michel – février 1996 – 502 pages

Livre de Poche – décembre 1997 -

Livre de Poche junior – juin 2004 – 418 pages

Livre de Poche junior – septembre 2008 -

Quatrième de couverture :
Sur les pentes de Montmartre, un enfant de dix ans, Olivier, erre le jour et aussi la nuit dans ce vieux quartier de Paris du début des années 30. Sa mère, la belle mercière, vient de mourir et il vit en partie chez le jeune couple formé par ses cousins Jean et Élodie, mais surtout dans les rues de ce temps-là, vivantes, souriantes, animées. C'est là qu'il rencontre une multitude de personnages populaires qui vivent et se croisent sous son regard vif, émerveillé, parfois mélancolique. Soumis à toutes sortes d'influences, cet enfant verra peu à peu la féerie des rues effacer sa peine et sa solitude.
C'est une ville inattendue qui apparaît alors, un Paris différent de celui que nous connaissons, des coutumes changées, une autre manière de vivre. Merveilleux roman plein de fraîcheur et de charme, de tendresse et d'humour, Les Allumettes suédoises reste l'un des plus grands succès de ces dernières années.

Auteur : Né à Paris en 1923, Robert Sabatier fut très tôt orphelin. Il a grandi à Montmartre, mais c'est en province qu'il a vécu la Résistance. Après la guerre et son retour à Paris, il exerce différents métiers avant de se consacrer à l'écriture et l'édition. D'abord poète, il s'est révélé plus tard excellent romancier. Ses œuvres sont traduites dans le monde entier, portées à l'écran, couronnées par plusieurs prix littéraires. Il est membre de l'Académie Goncourt. Il est décédé le 28 juin 2012.

Mon avis :
Ce livre ainsi que les deux suivants de la série Trois sucettes à la menthe et Les noisettes sauvages étaient dans la bibliothèque de mes parents. Le jour où mon père m'a proposé de lire Les allumettes suédoises, j'ai eu un sentiment de fierté de pouvoir lire un livre d'adulte.
On ne présente plus ce livre en partie autobiographique qui raconte l'histoire d'Olivier, dix ans, il vient de perdre brutalement sa mère et se retrouve tout seul. En attendant de partir vivre chez son oncle, il est recueilli quelques mois chez son cousin, jeune marié, qui habite un petit logement à Montmartre, le quartier d'Olivier.

Pendant ces quelques mois, Olivier ne va plus à l’école, il traîne dans les rues du quartier, et se lie d’amitié avec Bougras, Lucien le bègue, Daniel, dit l’araignée, Albertine, Mado, Mac...
Étant moi-même native et enfant, habitant Paris, je découvrais un Paris unique, très loin de celui que je connaissais, un quartier différent du mien qui ressemblait plus à un village, avec une solidarité entre voisins... Le personnage d'Olivier est tellement attachant.
J'ai eu l'occasion de lire et relire ce roman de nombreuses fois et dans la série, il reste mon préféré. Enfin, ce livre n'est pas étranger au fait que l'un de mes fils porte le beau prénom d'Olivier.

filmsLES_ALLUMETTES_SUEDOISES

La trilogie de Robert Sabatier a été adaptée à la télévision par Jacques Ertaud en 1996 en trois épisodes.

Extrait : (début du livre)
L'enfant passa le bout de ses doigts sur ses lèvres, effleura sa joue humide, glissa sur des yeux verts trop grands pour son visage, écarta une mèche de longs cheveux dorés qui retomba aussitôt sur son front. Il respira longuement, à petits coups, l'air chaud, poussiéreux.
Assis sur le bord du trottoir, à égale distance entre les deux raies délimitant le bloc de pierre, l'ourlet de sa culotte de velours noir imprimait un pli sur chaque cuisse. Il ne se leva pas tout de suite, observant attentivement tout ce qui l'entourait comme s'il venait de s'éveiller dans un lieu inconnu de lui. Pour la première fois, le spectacle le retenait, scène après scène, décor après décor : jusqu'ici, il n'avait fait que se blottir dans les bras de sa mère, à l'écart des choses de la rue, il ne les avait jamais vraiment vues, et voici qu'elles apparaissaient dans leur existence propre, le ramenant à son corps, à ses vêtements, à lui-même. Il regarda tout avidement : maisons, boutiques, murs, enseignes, plaque de rue... et, insensiblement, tout lui parut singulier, écrasant de réalité. Il se posa alors des questions sur cet univers. Que faisait-il ici plutôt qu'ailleurs ? Pourquoi tout cela l'entourait-il ? Pourquoi tels heurs, tels accidents lui arrivaient-ils à lui, Olivier, fils de Pierre et Virginie Châteauneuf décédés ? Pourquoi désormais cette solitude ?  

 Souvenirs_souvenirs

 

Posté par aproposdelivres à 07:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,