25 août 2012

La grande muraille – Claude Michelet

la_grande_muraille_RL_janv1981 la_grand_muraille_RL_81 la_grand_muraille_1983 la_grand_muraille_pocket_1995 la_grand_muraille_1997 la_grand_muraille_2000 la_grand_muraille_pocket_2005

Robert Laffont – janvier 1981 -

Robert Laffont – juin 1981 -

France Loisirs - 1983 -

Pocket – juillet 1995 – 158 pages

France Loisirs – 1997 – 156 pages

Robert Laffont – octobre 2000 – 216 pages

Pocket – juillet 2005 -

Quatrième de couverture :
Ce n'est qu'un champ de pierres que cette pièce de quatre-vingts ares que l'oncle Malpeyre lègue à son neveu Firmin, pour lui «apprendre à vivre».
Jamais personne n'a pu cultiver ce coin de causse du Quercy. Bel héritage! Cependant le jeune homme décide de relever le défi qui lui est lancé: sous les pierres, il y a forcément de la terre, et Firmin commence à dépierrer...
Ce travail insensé - dans le village, on le tient pour fou - occupera toute sa vie. Car, après avoir fait resurgir la terre et planté de la vigne et des arbres fruitiers, Firmin, revenu de la guerre, entreprendra d'utiliser les pierres de son champ à la construction d'une grande muraille qui ceindra son domaine.
Un homme et des pierres. C'est la plus simple histoire du monde. C'est aussi l'une des plus belles, dans la lignée de Giono.

Auteur : Claude Michelet est né en Corrèze en 1938, dernier d'une famille de sept enfants. Son premier roman, La Grande Muraille, paraît en 1969. Suivi d'Une fois sept (1970), Mon père Edmond Michelet (1971), Roche-flame (1973). Le succès vient en 1975 avec J'ai choisi la terre, et avec Cette terre est la vôtre (1977) sur le même thème. Et la consécration en 1980, quand le prix des Libraires couronne Des grives aux loups (paru en septembre 1979). Les palombes ne passeront plus, suite du précédent roman, paraît à l'automne de 1980. La série télévisée réalisée par Philippe Monnier a accru encore la diffusion de cette suite romanesque.

Mon avis :
J'ai découvert Claude Michelet avec ce petit roman d'à peine 160 pages. Un roman du terroir comme il sait les écrire. Nous sommes en 1914, Firmin hérite d'un champ de pierre, son oncle lui a légué ce bien pour « lui apprendre à vivre ». Par orgueil, le jeune homme décide de retirer pierre par pierre tous les cailloux de son champ pour le rendre cultivable. Il s'attaque à une tâche de titan, un travail de fou, le travail de toute une vie... Et en empilant les pierres autour de son champ, il va construire la grande muraille.
Le personnage est extrêmement attachant. Firmin est simple, il a bon cœur et son courage et son obstination méritent le respect.
Ensuite, je me suis régalée avec Des grives aux loups et Les palombes ne passeront plus.

 

Souvenirs_souvenirs

Posté par aproposdelivres à 06:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :