19 août 2012

Les allumettes suédoises – Robert Sabatier

les_allumettes_suedoises_am_1969 les_allumettes_suedoises_1976 les_allumettes_suedoises_ldp_1984 les_allumettes_suedoises_ldp_1990 les_allumettes_suedoises_ldp_jeunesse_1996 les_allumettes_suedoises_am_1996 les_allumettes_suedoises_ldp_1997 les_allumettes_suedoises_am_1998 les_allumettes_suedoises les_allumettes_suedoises_ldp_jeunesse_2004 les_allumettes_suedoises_ldp_jeunesse_2008 

Albin Michel – 1969 – 312 pages

France Loisirs - 1976

Livre de Poche – 1984 – 283 pages

Livre de Poche – janvier 1990 – 282 pages

Livre de Poche junior – 1996 -

Albin Michel – février 1996 – 502 pages

Livre de Poche – décembre 1997 -

Livre de Poche junior – juin 2004 – 418 pages

Livre de Poche junior – septembre 2008 -

Quatrième de couverture :
Sur les pentes de Montmartre, un enfant de dix ans, Olivier, erre le jour et aussi la nuit dans ce vieux quartier de Paris du début des années 30. Sa mère, la belle mercière, vient de mourir et il vit en partie chez le jeune couple formé par ses cousins Jean et Élodie, mais surtout dans les rues de ce temps-là, vivantes, souriantes, animées. C'est là qu'il rencontre une multitude de personnages populaires qui vivent et se croisent sous son regard vif, émerveillé, parfois mélancolique. Soumis à toutes sortes d'influences, cet enfant verra peu à peu la féerie des rues effacer sa peine et sa solitude.
C'est une ville inattendue qui apparaît alors, un Paris différent de celui que nous connaissons, des coutumes changées, une autre manière de vivre. Merveilleux roman plein de fraîcheur et de charme, de tendresse et d'humour, Les Allumettes suédoises reste l'un des plus grands succès de ces dernières années.

Auteur : Né à Paris en 1923, Robert Sabatier fut très tôt orphelin. Il a grandi à Montmartre, mais c'est en province qu'il a vécu la Résistance. Après la guerre et son retour à Paris, il exerce différents métiers avant de se consacrer à l'écriture et l'édition. D'abord poète, il s'est révélé plus tard excellent romancier. Ses œuvres sont traduites dans le monde entier, portées à l'écran, couronnées par plusieurs prix littéraires. Il est membre de l'Académie Goncourt. Il est décédé le 28 juin 2012.

Mon avis :
Ce livre ainsi que les deux suivants de la série Trois sucettes à la menthe et Les noisettes sauvages étaient dans la bibliothèque de mes parents. Le jour où mon père m'a proposé de lire Les allumettes suédoises, j'ai eu un sentiment de fierté de pouvoir lire un livre d'adulte.
On ne présente plus ce livre en partie autobiographique qui raconte l'histoire d'Olivier, dix ans, il vient de perdre brutalement sa mère et se retrouve tout seul. En attendant de partir vivre chez son oncle, il est recueilli quelques mois chez son cousin, jeune marié, qui habite un petit logement à Montmartre, le quartier d'Olivier.

Pendant ces quelques mois, Olivier ne va plus à l’école, il traîne dans les rues du quartier, et se lie d’amitié avec Bougras, Lucien le bègue, Daniel, dit l’araignée, Albertine, Mado, Mac...
Étant moi-même native et enfant, habitant Paris, je découvrais un Paris unique, très loin de celui que je connaissais, un quartier différent du mien qui ressemblait plus à un village, avec une solidarité entre voisins... Le personnage d'Olivier est tellement attachant.
J'ai eu l'occasion de lire et relire ce roman de nombreuses fois et dans la série, il reste mon préféré. Enfin, ce livre n'est pas étranger au fait que l'un de mes fils porte le beau prénom d'Olivier.

filmsLES_ALLUMETTES_SUEDOISES

La trilogie de Robert Sabatier a été adaptée à la télévision par Jacques Ertaud en 1996 en trois épisodes.

Extrait : (début du livre)
L'enfant passa le bout de ses doigts sur ses lèvres, effleura sa joue humide, glissa sur des yeux verts trop grands pour son visage, écarta une mèche de longs cheveux dorés qui retomba aussitôt sur son front. Il respira longuement, à petits coups, l'air chaud, poussiéreux.
Assis sur le bord du trottoir, à égale distance entre les deux raies délimitant le bloc de pierre, l'ourlet de sa culotte de velours noir imprimait un pli sur chaque cuisse. Il ne se leva pas tout de suite, observant attentivement tout ce qui l'entourait comme s'il venait de s'éveiller dans un lieu inconnu de lui. Pour la première fois, le spectacle le retenait, scène après scène, décor après décor : jusqu'ici, il n'avait fait que se blottir dans les bras de sa mère, à l'écart des choses de la rue, il ne les avait jamais vraiment vues, et voici qu'elles apparaissaient dans leur existence propre, le ramenant à son corps, à ses vêtements, à lui-même. Il regarda tout avidement : maisons, boutiques, murs, enseignes, plaque de rue... et, insensiblement, tout lui parut singulier, écrasant de réalité. Il se posa alors des questions sur cet univers. Que faisait-il ici plutôt qu'ailleurs ? Pourquoi tout cela l'entourait-il ? Pourquoi tels heurs, tels accidents lui arrivaient-ils à lui, Olivier, fils de Pierre et Virginie Châteauneuf décédés ? Pourquoi désormais cette solitude ?  

 Souvenirs_souvenirs

 

Posté par aproposdelivres à 07:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,