la_fille_tomb_e_du_ciel Éditions Anne Carrière – août 2011 – 274 pages

traduit de l'anglais (États-Unis) par Marie de Prémonville

Titre original : The girl who fail from the sky : A novel, 2010

Quatrième de couverture :
A onze ans, Rachel Morse, fille d'une mère danoise et d'un père GI noir américain, voit sa vie basculer : un drame dont elle est la seule survivante lui arrache sa famille. Recueillie par sa grand-mère paternelle, une femme aussi aimante qu'intransigeante, Rachel découvre bientôt la difficulté d'être métisse dans une société qui donne trop d'importance à la couleur de peau. Des voix se mêlent à son récit pour dévoiler la véritable nature de la tragédie qui s'est déroulée, un triste jour d'été, sur un toit de Chicago. La plus vibrante d'entre elles est celle de Brick, un jeune voisin qui a assisté à sa chute et qui se retrouve, bien malgré lui, dépositaire du seul fragment de vérité susceptible de libérer Rachel des ombres de son passé. Heidi W. Durrow signe ici l'histoire d'un être trop doué et trop démuni à la fois. Dans ce roman d'apprentissage moderne et poétique, elle décrit l'envol d'un personnage inoubliable.

Auteur : Heidi W. Durrow est la fille d’une mère danoise et d’un père afro-américain travaillant pour l’US Air Force. Elle a grandi en Turquie, en Allemagne et au Danemark, puis a fait ses études supérieures à l’école de journalisme de l’université de Columbia, ainsi qu’un cursus de droit à Yale. Elle est aujourd’hui directrice de festivals culturels. Elle a 42 ans et vit à New York. Son premier roman, La Fille tombée du ciel, a reçu le prix Barbara Kingslover Bellwether en 2008.

 

Mon avis : (lu en avril 2012)
Après le drame qui a tué sa mère et ses frère et sœur à Chicago, Rachel âgée de 11 ans a été recueillie par sa grand-mère à Portland. Rachel est une fillette, blanche par sa mère Danoise et noire par son père GI américain. Elle a hérité de magnifiques yeux bleus de sa mère et des cheveux crépus de son père. Dans sa nouvelle vie, Rachel découvre les difficultés d'avoir une couleur différente. Rachel grandit avec des souvenirs vagues du jour de 1982 où tout à basculé...
Ce jour là, Jamie a été le témoin de l'accident survenu à la famille de Rachel. Plus tard, il a rencontré Roger le père de la fillette et celui-ci l'a donné un message pour sa fille. Jamie décide de remplir cette mission et il va mettre plusieurs années pour traverser les États-Unis et enfin rejoindre Rachel.
Dans ce livre le lecteur découvre en parallèle plusieurs récits, celui de Rachel, celui de Jamie mais aussi des passages du journal intime de Nella, la mère de Rachel et également le témoignage de Laronne, la patronne de Nella.
J'ai beaucoup aimé cette histoire émouvante et touchante. Rachel est une petite fille puis une adolescente forte et courageuse qui se pose de nombreuses questions, Jamie est également un personnage touchant plein de naïveté et de poésie. C'est un très beau livre plein d'humanité.

 

Extrait :(début du livre)
« Mon petit porte-bonheur », dit grand-mère.
Elle est venue me chercher à l'hôpital, et on a marché jusqu'à l'arrêt de bus, sa main autour de la mienne, comme une laisse.
On est à l'automne 1982, et il pleut sur Portland. J'ai éclaboussé mes nouvelles chaussures dans les flaques. Je me sens déjà moins la petite-fille-dans-sa-robe-neuve. Je ne suis déjà plus cette fille-là.
Grand-mère ne lâche ma main que pour chercher des pièces dans un porte-monnaie noir en cuir verni.
« Eh bien, voilà les plus jolis yeux bleus et la plus jolie petite fille que j'aie jamais vus », lance la conductrice, quand on monte à bord de son bus. Je redeviens la fille-toute-neuve, et je lui souris.
« C'est ma petite-fille, mon bébé. Elle vient vivre avec moi. » Grand-mère n'arrive pas à se défaire de son accent du Texas.
« Merci, madame. » Je surveille mes manières, en présence d'inconnus, et grand-mère est encore une inconnue, pour moi.
Je ne sais pas grand-chose d'elle. Elle jardine. Elle a les mains douces et elle sent la lavande.
Avant, chaque Noël, elle nous envoyait toujours une carte, à Robbie et moi, avec un billet de 10 dollars tout neuf emballé dans du papier d'aluminium. Au dos de l'enveloppe, là où elle avait appuyé très fort, l'encre qu'elle avait sur les doigts avait un peu bavé. La carte sentait la lotion à la lavande qu'elle utilise pour avoir les mains douces.
Grand-mère n'a pas une seule ride, nulle part. Elle a la peau sombre, couleur aubergine, aussi lisse qu'une assiette en porcelaine, tout ça grâce à cette lotion qu'elle se fait envoyer spécialement du Sud. « Ils ont des racines plus fortes, là-bas – meilleure terre, meilleures racines. » Elle a un corps en balle de fusil. Elle est large et de petite taille. Elle tire ses cheveux en arrière et elle les recouvre d'un bonnet en plastique.
« Eh bien, quelle chance tu as d'avoir une mamie aussi extraordinaire, me dit la conductrice. Jolie et chanceuse. »      

logo_bibli_IGN_20

Challenge 6% 
Rentrée Littéraire 2011
RL2011b
41/42
 

Lu dans le cadre du Challenge Défi Premier roman
d_fi_du_1er_roman

50__tats
20/50 : Illinois

 star_4