14 avril 2012

Aral – Cécile Ladjali

aral Actes Sud – janvier 2012 – 252 pages

Quatrième de couverture : 
Alexeï et Zena ont grandi à Nadezhda, au bord de la mer d’Aral asséchée. Autarcique, leur amour s’est affranchi de tous les obstacles : le lent évanouissement de leur mer, la mort qui coule dans l’eau polluée du village, la surdité d’Alexeï survenue à ses dix ans. Jeune musicien prodige, Alexeï continue à jouer du violoncelle et ouvre son espace intérieur à des perceptions nouvelles. Mais le silence s’installe entre les amants à mesure que le pays devient de sable. S’inspirant, dans ses compositions, de ses “trois fiancées” (la mer, la musique et Zena) dont les effacements successifs se conjuguent, il part à la recherche de la huitième note, celle qui contiendrait toutes les autres, et aboutirait à l’“éternelle présence”.
Récit de l’enfance sauvage, d’une vie en forme de mirage dans le silence hypnotique et les paysages austères du Kazakhstan, le roman de Cécile Ladjali oblige à scruter l’invisible, par un saisissant mélange de peur et de beauté.

Auteur : Née à Lausanne en 1971 de mère iranienne, Cécile Ladjali est agrégée de Lettres modernes. Elle enseigne le français dans le secondaire ainsi qu’à la Sorbonne nouvelle. Ses romans sont publiés chez Actes Sud : Les Souffleurs (2004), La Chapelle Ajax (2005), Louis et la jeune fille (2006), Les Vies d’Emily Pearl (2008), Ordalie (2009). En 2009 a également paru sa pièce de théâtre Hamlet/Electre.

Mon avis : (lu en avril 2012)
Ce livre m'a été conseillé lors d'un Café Lecture de la Bibliothèque.
Ce n'est pas hasard si l'auteur a donné comme titre à son livre Aral, car la mer d'Aral est au centre de cette histoire. A partir de 1960, les fleuves Amou-Daria et Syr-Daria qui alimentent en eau la mer d'Aral sont détournés pour irriguer les cultures de coton en Ouzbékistan et au Kazakhstan et la mer d'Aral a commencé à disparaître en laissant place à un désert et la population est alors confronté à une catastrophe écologique sans précédent. D'autre part, sur l'île de Vozrozhdeniya, les soviétiques ont installés des usines fabriquant des armes bactériologiques. L'eau est alors polluée et la population est victime de malformations et d'épidémies.
C'est la cadre de l'histoire d'amour entre Zena et Alexeï. Ils ont grandi ensemble à Nadezhda, sur les bords de la mer d’Aral. Ce sont des enfants curieux et doués, l'une aime les mathématiques, l'autre aime la musique. Mais à l'âge de dix ans, Alexeï est devenu progressivement sourd. C'est un comble pour lui qui est passionné par la musique et virtuose de violoncelle... Il va peu à peu se renfermer sur lui-même, et ressentir les sons autrement. Les chapitres alternent entre l’enfance d'Alexei et Zenia et l’âge adulte alors qu'ils sont devenus mari et femme.
Alors que la mer d'Aral s'assèche et se transforme en désert, la relation entre Alexeï et Zena est de plus en plus difficile.
J'ai été touché par cette belle histoire, j'ai beaucoup aimé découvrir la mer d'Aral et ses paysages à la fois désolés et grandioses. Le personnage d'Alexeï est très intéressant et touchant, c'est surprenant de découvrir les sensations des sons ou des musiques que peuvent entendre un sourd. En effet, tout au long du livre, il est question du bruit de la mer... J'ai aimé l'atmosphère de ce livre.
Un livre plein de poésie, d'humanité avec également un message écologique.

706px_Aral_Sea_1989_2008
Mer d'Aral en 1989 et en 2008 (Image satellite - Wikipédia)

YAB_mer_Aral
 Bateaux échoués (Yann Arthus Bertrand)

Extrait :
août 1982
La terre est rouge à cause de la rouille. Le soleil très haut. L’horizon sans mer tremble. La chaleur monte d’un désert sale.
Tu es livide.
Il faut que tu boives un peu. Il faut rentrer à Nadezhda pour consulter un médecin. tu es négligente.
Avec toi-même plus encore qu’avec moi. J’ai débusqué un camp d’ombre sous la carcasse oxydée d’un chalutier. Je t’y ai installée. tu retrouves tes couleurs. Le navire échoué tient en équilibre sur le sable et la roche sèche. La quille énorme s’enfonce dans le souvenir de la mer devenue roc. un mât cruciforme s’élance dans le ciel caniculaire. Pas un souffle.
Nous restons quelques instants encore à agoniser dans le lit à sec de la mer d’Aral. Quand nous étions enfants, nous pêchions ici. A cet emplacement précis. Je le sais à cause de la forme que prend le sommet du plateau situé face à nous. Je fixais le tchink quand je lançais ma ligne. Il y a des siècles, à ce que les vieux racontent, ce relief de craie sculpté par le vent était recouvert d’eau et composait les fonds marins de l’Aral. En ces temps, les Sarmates, guerriers alliés aux Scythes, massacraient les soldats de Darius sur le Kyzyl-Kum en fleurs. Nos ancêtres aimaient, paraît-il, les femmes, les grands arbres et le soleil.
Légende.
Au fil du temps, je me suis éloigné des fausses religions (qui engendrent toujours de faux espoirs) et j’ai appris à trouver mes repères dans le paysage des hommes, la mer n’étant pas une confidente assez sûre.
Le gouvernement russe a détourné l’eau des fleuves Syr-Daria et Amou-Daria l’année de ma naissance en 1960 pour intensifier l’irrigation des champs de coton. C’est à cette date précisément que la mer a commencé à se vider comme une baignoire.
Zena, j’aime baisser les yeux devant toi pour t’offrir l’illusion de la pudeur. Lorsque j’observe la mer qui disparaît, il me semble que face à l’absence la décence est la seule manie que l’on puisse poursuivre raisonnablement. A la maison, au marché SaintHilarion, chez le pope, on se dispute, on s’insulte gentiment : je ne cède pas. tu es orgueilleuse, Zena, mais je t’aime en raison de cet orgueil. tu es trop belle, sans doute trop intelligente pour un homme simple comme moi. Or c’est la démesure en toi qui me rend fou. tu es à l’image de mon pays. Comme toi, je l’aime, parce qu’il me fait peur. Parce qu’il m’échappe.
Ici, rien ne ressemble au monde commun. Les auréoles brunes sur le sol craquelé témoignent d’une présence encore récente de l’Aral. Elle recule, la mer. Engloutie par son propre centre. J’ai localisé le siphon : il se trouve derrière les dunes qui frangent l’horizon de jaune. Dans la portion de ciel qui passe juste au-dessus du plateau de l’Oust-Ourt, à l’endroit précis où la lune est pleine en août. Quand la mer descendra sous ce point, elle disparaîtra pour toujours.

logo_bibli_VLS_20

Lu dans le cadre du Challenge Petit BAC 2012
logo_Petit_BAC_2012
"Géographie"

star_4

Posté par aproposdelivres à 09:54 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,