les_anges_perdus Points .2 – novembre 2011 – 703 pages

traduit de l’anglais (États-Unis) Frédéric Grellier

Titre original : True Detectives, 2009

Quatrième de couverture :
Une jeune fille disparaît à L A : un cas banal, à priori. Moe et Aaron, demi-frères ennemis, vont se retrouver tous les deux sur l'enquête. Le duo détonnant s'aventure sur des pistes qui risquent bien d'ébranler les plus hautes sphères de Hollywood... Un roman policier traduit pour la première fois en français.

Auteur : Spécialiste de psychologie enfantine, Jonathan Kellerman se tourne vers le roman policier en 1985. Son livre Le rameau brisé est couronné par l'Edgar Award du roman policier et inaugure une série qui est aujourd'hui trduite dans le monde entier. Il vit à Los Angeles avec sa femme, la romancière Faye Kellerman.

Mon avis : (lu en février 2012)
J’ai emprunté ce livre encore inédit en France à la bibliothèque en premier lieu pour tester le livre « Point 2 »
Il a fallu me résoudre à une petite adaptation dans mes habitudes :
- Au début, je ne retrouvais plus mon livre dans mon sac (qui est un peu grand...), j'ai vite résolu le problème en le glissant dans ma poche plutôt que mon sac !
- Dans ma poche, je perdais ma page, mon marque-page glissant du livre... J'ai abandonné mon marque-page habituel format (20 x 5 cm) pour un marque-page format « ticket de métro »
- Les pages sont très fines (papier Bible), elles se tournent plus difficilement, mais j'ai vite pris le coup de main.
Sinon, j'ai apprécié la petite taille du livre pour l'emporter partout, et pouvoir le sortir plus discrètement...
La typographie est identique que celle d'un livre format poche sauf pour les numéros de pages qui sont très petits. Seul point négatif : le prix... 11 euros, donc plus cher qu'un livre format poche.

Pour le fond du livre, c'est la première fois que je lisais un livre de cet auteur. Tout commence avec la disparition d'une jeune fille à Los Angelès et l'enquête que mène le policier Moe piétine depuis des mois. Son demi-frère Aaron détective privé est sollicité par l'employeur du père de la jeune fille pour rechercher également la jeune fille. Moe et Aaron sont deux demi-frères « ennemis », depuis toujours, ils ne se supportent pas... Le climat entre eux est électrique mais malgré cela ils vont arriver à mener en parallèle une enquête autour d'Hollywood et ses excès... L'intrigue du livre est plutôt bien construite avec fausses pistes, rebondissements... Malgré tout j'ai trouvé la conclusion surprenante mais peu crédible... Les deux enquêteurs Moe et Aaron sont très différents mais attachants.
En conclusion, une lecture agréable.

 

P1110285_20   P1110289_20
Deux photos, pour avoir une idée de la taille du livre par rapport au format poche

Extrait : (page 26)
Vraiment, Aaron Fox comprenait M. Dmitri. Dès lors que vous aviez gagné sa confiance, il vous laissait les coudées franches.
Aaron appréciait ce genre de client.
En plus, il n'hésitait pas à sortir son carnet de chèques. Le client idéal, quoi.
Avant leur première rencontre, Aaron s'était renseigné comme à son habitude. Dans Google, il avait obtenu plusieurs dizaines de résultats pour 
« Leonid Davidovitch Dmitri », en particulier un portrait bien documenté publié par un journal économique, décrivant la réussite d'un homme parti de rien. Né à Moscou, ingénieur diplômé, Dmitri avait végété pendant quinze ans à un poste imposé par le régime communiste, chargé de mesurer le niveau sonore dans les restaurants et de pondre des rapports que personne ne lisait jamais. A trente-sept ans, il avait émigré en Israël puis aux États-Unis. Il avait enseigné les mathématiques et la physique en cours du soir aux émigrés russes. Le reste du temps, il bricolait dans sa cuisine, inventait un tas d'objets d'un intérêt limité.
Dix ans auparavant, il avait déposé un brevet pour un haut-parleur minuscule et à peine plus épais qu'une gaufrette,  qui émettait un son stéréophonique surpuissant. Idéal pour les voitures, surtout les modèles de sport haut de gamme avec leur habitacle exigu.
La Porsche customisée d'Aaron était équipée de ces petits bijoux et ça dépotait grave.
D'après l'article, la fortune de Dmitri s'élevait à deux cents millions. Aaron s'était imaginé un magnat installé à un bureau gigantesque, dans un antre époustouflant où s'entassaient les copies de Fabergé et Dieu sait quels trésors.
Au lieu de quoi il s'était retrouvé face à un petit chauve qui approchait la soixantaine. Bras courtauds, cou de taureau, visage terne comme un plat à tarte en alu, bleuté en raison d'une barbe naissante. Assis derrière un bureau en contreplaqué dans un réduit sans fenêtres, au fond d'une usine dans une zone industrielle à Sylmar. 

logo_bibli_VLS_20

Challenge Thriller 
Challenge_Thriller
 catégorie "Même pas peur" : 11/8

50__tats
15/50 : Californie (2)